• contraception masculine
  • contraception homme
  • contraceptif masculin injection – pilule de contraception homme

    La contraception masculine – contraception homme

    Un gel contraceptif masculin mis à l’essai au Royaume-UninnEn angleterre, 450 paires volontaires vont tenter une nouvelle méthode de contraception masculine. Un givre à base de progestérone et de testostérone, à appliquer sur une base quotidienne sur la peau, et dont les sensations secondaires sont similaires à la pilule . nnPlus de soixante ans après l’invention de la pilule par le Dr Gregory Pincus, en 1956, paraitrait que la contraception au sein du couple soit toujours l’apanage des femmes. Pour éviter toute grossesse indésirée, les gentlemens proposent le choix entre les préservatifs ou la vasectomie, contrairement aux femmes qui bénéficient d’un large panel de systèmes contraceptifs. « En soixante ans, on a eu le loisir d’inventer le minitel, les messages téléphoniques, l’obsolescence programmée, le clonage animal, le péage électronique et le cœur artificiel, mais au rayon des méthodes contraceptives pour messieurs, nous voilà toujours bloqués à l’ère ancestrale de la capote et de la stérilisation. » écrivait Clarence Edgard-Rosa, pour Usbek et Rica. nnMais un nouveau système de contraception masculine sous forme de gel promet d’inverser la tendance. Un mixe de progestérone et de testostérone en pommade, à appliquer sur une base quotidienne sur la poitrine, les épaules et le haut des bras. Pour l’essai clinique, six pays proposent été sélectionnés : les États-Unis, le Kenya, l’Italie, le Chili, le Royaume-Unis et la Suède. En angleterre, les universités de Manchester et d’Edimbourg supervisent l’étude. The Guardian rapporte ainsi que 450 paires se sont portés volontaire pour tester le gel contraceptif durant un an. Les tentatives débutent officiellement samedi 29 juin. Mais James Owers et Diana Bardsley, un couple d’étudiants à Édimbourg, emploient le gel à titre expérimental depuis le mois de février. nnDonner plus de responsabilités aux hommesnAlors que se profilent les premiers tests à grande échelle du givre, James Owers et Diana Bardsley sont revenus sur leur expérience auprès de plusieurs médias anglais. Ils espèrent assister un jour à la vente de la pommade contraceptive. « Les offrent besoin de plus d’options. À l’heure existante, est très simple de se dire : ça ne me fait pas attention, ce n’est pas mon problème », confie le jeune homme au Guardian. « Si le givre devient accessible et se démocratise, les hommes qui refusent de l’utiliser n’auront plus d’excuse pour justifier leur irresponsabilité. »nnn1970, du planning de famille de Victoria, Australie. nLe givre présente un fin désavantage. Pour éviter de profiter par mégarde une dose de testostérone en touchant son compagnon, la partenaire doit éviter tout contact physique après outil. Rien d’insurmontable, puisque les hommes peuvent se doucher après que l’article ait pénétré leur peau, ou porter des vêtement qui recouvrent les zones de notre corps concernées. Une contrepartie qui n’a pas découragé les deux volontaires. « En donnant plus de choix aux , nous allégeons le fardeau des femmes et apportons à leur partenaire plus de possibilité quant à leur propre méthode de contraception », garantit Diana Bardsley à la BBC. nnPeu d’effets secondairesnLes retombées sont probants. Au bout de neuf semaines d’utilisation, les sensations secondaires demeurent minimes : quelques petits interrupteur d’acné dans le bas du dos, une légère augmentation de la libido et une prise industrielle de 2 kg maximum. « L’essentiel, c’est que j’ai le sentiment qu’il n’a eu que très peu d’impact sur ma vie », affirme James Owers. nnConcrètement, la progestérone, une fois dans le corps des hommes, stoppe la constitution de sperme. La testostérone est, elle, adminsitrée pour compenser la baisse de l’hormone dans le corps à cause des effets de la progestérone. il faut compter quelques mois après l’arrêt du traitement pour que la réalisation de sperme revienne à la moyenne. Ce qui suggère qu’une dose oubliée pendant quelques jours n’entraîne pas de risque significatif de grossesse. nnn« Avant manifestation de la pilule, nous ne pouvions pas prédire les effets qu’elle aurait sur la société », a déclaré John Reynolds-Wright, chercheur à Édimbourg à la tête de l’essai clinique. « Ainsi, je ne pense pas que nous puissions prédire avec rigueur ses impressions sur la longue durée. Mais comme la pilule, je pense que ce sera en grande partie concret. » Si les résultats de l’essai sont encourageants, la team scientifique espère susciter les sociétés pharmaceutiques, et commercialiser leur produit d’ici quatre à cinq ans.

    La contraception masculine – contraception homme

    Empathie et dressage : Une réponse à un refrain communnConnie Dean, membre du conseil consultatif des jeunes de MCI, s’est assise avec son partenaire coté masculin, Riley, pour discuter de la contraception masculine, de l’inégalité du fardeau contraceptif et des mesures à prendre. nnChaque fois que je mentionne pour la première fois mon travail avec MCI ou même la notion de contraception masculine à mes amies, je me retrouve avec la même phrase : ‘ Oh, les gentlemens n’acceptent pas ça, je n’ai pas confiance ‘. J’ai compris – nous sommes des étudiantes avec la vie devant nous, alors cette crainte de la grossesse est une question d’instinct de survie. Que ce soit l’expérience ou les normes sociales intériorisées qui rappellent cette peur et le rejet spontané qui en découle, les informations révèlent que les gentlemens prendraient la contraception si elle était disponible, et en fait ils la veulent. Maintenant, les statistiques sont une chose, mais dans ma but pour calmer les inquiétudes de mes amis, j’ai cherché à humaniser ce côté de l’argument : Je me suis assis avec mon partenaire ( coté masculin ), Riley, pour en discuter. nnAyant grandi avec deux sœurs et sa mère, les règles et le corps féminin n’avaient jamais été aussi tabous pour Riley. Cependant, a souligné que les conversations ouvertes que lui et moi avons au sujet de la contraception étaient sa première exposition vis-à-vis. Il admet qu’il n’était ‘ pas au commun, lorsque[il] est arrivé à l’université pour la première fois… de la manière dont le fardeau de la contraception est presque totalement imposé aux femmes ‘. Riley a annoncé que même si ce n’est pas ainsi qu’il devrait être, ‘ la préoccupation directe est au premier plan dans l’esprit d’une dame… c’est entièrement injuste ‘. nnAlors, que peut-on faire exactement pour changer le point de vue des mecs ? Pour Riley, ‘ cela s’avère être un manque total d’éducation… les garçons n’ont pas besoin d’y penser ‘, et que l’éducation dès le plus jeune âge est sans doute le meilleur moyen d’y remédier. ‘ Je pense qu’on peut l’enseigner aux hommes, mais pour un truc de longue haleine, on peut espérer qu’il se perpétuera dans une culture au lieu d’enseigner aux après qu’ils aient fait des erreurs, tout bonnement non ? ‘ malgré que l’étude de cas de Riley me rassure sur le fait que les hommes d’âge universitaire peuvent changer d’avis sur le fardeau inégal de la contraception, il est naïf de se mettre en tête que ce serait une solution miracle universelle. l’éducation : s’avère que c’est là que nous avons convenu que des progrès pouvaient être élaborés. nnUne fois l’éducation identifiée, Riley avait un point intrigant : ‘ Je pense qu’une autre chose est d’encourager l’empathie… l’empathie est requise à 100 % pour que les hommes comprennent la signification de la ‘ présence ‘ sans plus tarder ou de la possibilité d’une grossesse ‘. Peut-être qu’en tant que femmes, discuter ouvertement certaines difficultés qui accompagnent la contraception enlèverait une section du stigmate qui entoure actuellement la grossesse et encouragerait une plus grande sympathie chez les gentlemens ? nnC’est vrai, donc l’empathie et l’éducation semblent aller de pair, et sont des solutions à plus long terme. Mais qu’est-ce qu’il pensait être la chose la plus infaillible en manque terme pour lui-même et pour les autres hommes ? ‘ 1000 % d’une relation immersive avec une femme. Par exemple, le fait d’être là pendant que vous aviez de grandes douleurs et d’écouter ce que vous deviez surmonter pour trouver[quelle méthode contraceptive] vous convenait le mieux, et la stigmatisation de la femme dans votre vie, tout l’absence de soutien des mecs autour de vous, même des pères et des frères… Je ne savais pas que ça se passait avec mes sœurs ! Cela ne nous vient pas à l’esprit…. ce n’est pas le job de maman, des sœurs et de la petite connaissance de faire ça. Il s’agit peut-être de créer un espace pour que les pères et les mères puissent enseigner à leurs fils. ‘ Je sais qu’il a raison. Nos parents et nos partenaires sont nos principaux éducateurs, et ce processus éducatif doit donc être un effort conscient parmi nous tous. nnLe fait d’être accueillie dans ma nettoyée sphère féminine a ouvert les yeux de Riley : ‘ être dans une relation hétérosexuelle en tant qu’homme est aussi cette invitation à participer à la tchat avec la femme dans votre vie. Quand on a le regard de l’intérieur, c’est un point de conversation commun. Les conversations que j’écoute, c’est la chose la plus éducative ; voir l’expérience partagée. ‘ Qui aurait cru le pouvoir de l’aération de tous les jours ? ! Accueillir les gentlemens dans nos vies dans ces conversations intimes peut être inconfortable au début, mais avec la bonne intention et la garantie de respecter la perspective de croissance réelle s’avère possible. nnLe dialogue ouvert, l’éducation et l’empathie s’offrent comme des ingrédients clés pour un changement positif de la responsabilité contraceptive dans la population masculine. Je comprends l’inquiétude et le doute qui accompagnent le fardeau de la procréation chez les femmes, mais je suis véritablement optimiste à l’idée que ces inquiétudes s’apaiseront au fil des ans et que nous progresserons de plus en plus à proximité de l’égalité en matière de contraception.

    La contraception masculine – contraception homme

    Conversation avec le Dr Wei Yan, possesseur d’une subvention de l’ITMnLe Dr Wei Yan est professeur à l’Université du Nevada, à la Reno Foundation et directeur des laboratoires de génomique unicellulaire et d’édition du génome à l’Université du Nevada, Reno School of Medicine. Son laboratoire travaille sur la génétique et l’épigénétique de la gamétogenèse et la contribution épigénétique des gamètes à la fécondation, et à la multiplication embryonnaire précoce et à la santé à l’âge adulte. Le Dr Yan a mis en ligne plus de 130 articles de recherche et chapitres de livres évalués par des pairs, avec plus de 6 800 citations ( de l’année d’avril 2019 ). Il est récipiendaire du Prix du jeune chercheur de la Society for the Study of Reproduction ( SSR ) en 2009, du Prix du jeune andrologue de l’American Society of Andrology ( ASA ) en 2012, du Prix du héros des soins de santé du Nevada en recherche et procédé en 2013, du Prix du chercheur exceptionnel Reno de l’Université du Nevada en 2017 et du Prix de recherche SSR 2018. En mai 2016, le Dr Yan a été nommé professeur à l’Université du Nevada et à la Fondation Reno, la plus haute différenciation que l’Université à ses professeurs. En novembre 2017, le Dr Yan a été élu Fellow de l’American Association for the Advancement of Science ( AAAS ). Le Dr Yan est corédacteur en chef de Biology of Reproduction, le journal public de la SSR. Pour plus d’actualités, veuillez lire le site Web du laboratoire de Yan : www. weiyanlab. comnn nnQuel est votre lien avec la contraception ? nNos études fondamentales sur la normalisation de la spermiogenèse proposent révélé que les perturbations fonctionnelles de la spermiogenèse tardive ( c. -à-d. après le début de l’allongement des spermatides ) entraînent souvent la constitution de spermatozoïdes déformés et/ou vraiment pas fonctionnels et par conséquent une infertilité masculine sans causer de rétrécissement des testicules. Par conséquent, targetter les gènes ou les produits de gènes spécifiques de spermiogenèse tardive représente probablement une stratégie parfaite pour le développement de contraceptifs tout bonnement non hormonaux masculins. Partant de cette idée, nous nous sommes lancés dans une recherche approfondie de élaboré qui perturbent les dernières phases de la spermiogenèse. Nous avons trouvé que la spermatodéformine 1 ( SD1 ), un constitué naturel purifié à partir d’une herbe chinoise, cible les dernières phases de la spermiogenèse, entraînant la déformation du sperme et l’infertilité masculine de manière réversible. nn nnEn quoi le secteur a-t-il changé depuis le moment où vous avez commencé à y bosser jusqu’à aujourd’hui ? nPas grand-chose. Les enquêteurs offrent prétendu tellement de fois que les pilules pour hommes pourraient être sur le marché dans quelques années, mais le fait est que nous n’avons aucun constitué qui a même obtenu le statut de drogue nouvelle de recherche ( IND ). Cela a généré des sensations ‘ le garçon qui pleure le loup ‘, ce qui n’est véritablement pas bon pour l’ensemble du secteur ! nn nnSelon vous, quels sont les plus grands challenges qui affectent la contraception en général et la contraception masculine en particulier ? nIl y a longtemps que nous n’avons pas revu nos stratégies de développement de la contraception masculine. La connaissance de la stabilisation de la spermatogenèse est essentielle ; toute tentative ou approche fondée sur une compréhension superficielle ou partielle du développement du sperme serait vouée à l’échec. nn nnCes défis et ces possibilités ont-ils évolué avec le temps ? Si oui, comment ? nOui. La santé génésique est de plus en plus reconnue par le public. Les gens offrent commencé à apprécier la valeur de la planification de famille et les impressions de la qualité des gamètes ( spermatozoïdes et ovocytes ) sur la santé globale sur une longue durée des enfants. Cependant, les études sur ces sujets sont très limitées. Il est temps d’insister sur l’importance de la santé génésique, en mettant l’accent sur le contrôle de la fertilité ( c. -à-d. le traitement de l’infertilité et le développement de la contraception ). nn nnQuels sont vos espoirs pour l’avenir proche et proche de la contraception masculine ? nLe développement de la contraception devrait être la priorité de recherche. Dans un proche avenir, un ou deux des composés phares les plus prometteurs devraient bénéficier d’un soutien pour recevoir le statut IND de la Federal Drug Administration ( FDA ). A long terme, le financement du développement de la contraception devrait être augmenté et les approches ne devraient pas être limitées aux seuls exemplaires connus de développement de médicaments. pensez que de nombreux médicaments qui sauvent des vies offrent été découverts par accident et que leurs dispositifs d’action sont restés inconnus pendant des décennies. nn nnQue faudra-t-il pour qu’ils deviennent réalité ? nDes progrès dans le développement de la contraception masculine sont véritablement nécessaires, et les promesses ou allégations vides doivent être évitées pour l’essentiel. Le plaidoyer est fondamental et à l’aide des exercices du gouvernement ( par exemple, la Direction de la contraception du NICHD ) et du secteur privé ( par exemple, MCI ), les objectifs en panne et sur une longue période paraissent en cours d’élaboration. Bien sûr, un brillant avenir dans ce domaine dépend du travail acharné et de la persévérance de toutes les parties concernées. nn nnExiste-t-il des obstacles pour les empêcher de se concrétiser ? nLes obstacles sont nombreux : manque de financement, connaissances limitées sur la spermatogenèse et la biologie du sperme, manque d’appréciation de l’impact plus très large de la qualité du sperme sur la santé de la enfant, défauts inhérents au système actuel d’examen et de sélection des subventions, pour ne baptiser que ceux-là. nn

    La contraception masculine – contraception masculine

    Aujourd’hui, les femmes adultes sont équipés d’une grande variété de méthodes contraceptives, y compris les pilules tous les jours, les implants, les DIU et autres. Cependant, il n’existe toujours pas de méthode contraceptive équivalente pour les gentlemens, qui se sont toujours limités au retrait, aux préservatifs et à la stérilisation, ce qui impose le fardeau de la prévention de la grossesse aux femmes. nnUne étude neuve, coparrainée par les Nations Unies et publiée dans le Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism, visait à changer cette situation en testant l’innocuité et l’efficacité d’un nouveau contraceptif pour . Il s’agissait d’une étude clinique de période II touchant à 320 en bonne santé. On a injecté aux une combinaison de testostérone et de noréthistérone – un dérivé d’une hormone féminine que l’on trouve dans de multiples pilules contraceptives – dans l’espoir que la testostérone supplémentaire enverrait un signal au cerveau pour arrêter la constitution de testostérone en raison des niveaux déjà suffisants. Par conséquent, la création de sperme diminuerait aussi vraiment, ce qui rendrait les gentlemens temporairement stériles. nnLes premiers résultats étaient très prometteurs et suggéraient que le médicament était très efficiente. Le contraceptif a été infaillible à 96 % pour prévenir la grossesse chez les partenaires monogames des hommes, et après que les gentlemens offrent cessé de recevoir des injections, la plupart proposent recommencé à compter les spermatozoïdes fertiles en 26 semaines en moyenne. Toutefois, les hommes ont signalé un certain nombre d’effets secondaires négatifs qui proposent été jugés trop pour continuer l’essai. Les effets secondaires négatifs signalés par les personnes comprenaient l’acné, une hausse de la libido, des problèmes émotionnels, des douleurs au point d’injection et des douleurs sur les fibres musculaires. Un homme a souffert de dépression grave et un autre a tenté de se suicider, bien qu’il ait ensuite été déterminé que cela n’avait aucun rapport avec l’étude. Plusieurs offrent abandonné l’étude plus rapidement et, plus tard, deux comités indépendants proposent décidé d’abréger l’étude. nnCela a suscité une rangée de controverses, car les femmes proposent fait spécifier que beaucoup des sensations secondaires signalés étaient semblables ou moins toxiques que les impressions secondaires de multiples alternatives contraceptives effeminées déjà sur le marché. Cependant, de manière à comprendre si ces impressions étaient vraiment mineurs ou vraiment pas, est essentiel de les comparer objectivement avec les informations disponibles sur l’utilisation des contraceptifs féminins. nnLe contraceptif a été efficace à 96 % pour prévenir la grossesse chez les partenaires monogames des mecs, et après que les hommes offrent cessé de profiter des injections, la plupart proposent recommencé à compter les spermatozoïdes fertiles en 26 semaines en moyenne. Dans l’essai sur la contraception masculine, 4, 7 % des hommes proposent reconnu des sautes d’humeur et 2, 8 %, une dépression. En revanche, lors de l’utilisation d’un DIU, approuvé par la FDA : présentation, 5, 2 % des femmes proposent signalé des sautes d’humeur et 5, 4 % des cas de dépression. En plus de ces impressions secondaires, les femmes ont de plus éprouvé des douleurs abdominales, des kystes ovariens, des maux de tête, de l’acné et des saignements menstruels abondants. Les DIU peuvent aussi, dans de peu communs cas, causer une septicémie ou percer l’utérus. De même, les pilules contraceptives hormonales sont connues depuis longtemps pour apporter des maux de tête, des nausées, des crampes, des infections à levures, des sautes d’humeur et un gain de poids. Plus récemment, une étude de plus d’un million de femmes, publiée dans JAMA Psychiatry, a divulguer que les femmes qui utilisaient des contraceptifs hormonaux combinés étaient 23 % plus peuvent se voir prescrire des antidépresseurs. nnAinsi, s’avère que les contraceptifs féminins approuvés par la FDA actuellement sur le marché proposent des impressions secondaires qui sont tout autant , sinon pires, que ceux subis par les patientes l’essai de contraception masculine injectable. Mais étant donné qu’il n’y a pas d’urgence pour les compagnies pharmaceutiques à construire des contraceptifs masculins, le secteur de la santé se contente d’attendre que des méthodes de contraception sûres et énergiques soient développées. actuellement, une méthode vraiment pas hormonale très prometteuse est à l’étude, appelée Vasalgel, un gel polymère injecté dans les canaux déférents de l’homme. Le canal déférent est un tube serré qui ammène le sperme. Le polymère forme une barrière et empêche le passage des spermatozoïdes dans le canal déférent. Cette approche prometteuse est réversible puisqu’une deuxième injection peut répandre ce polymère, ce qui rétablit efficacement l’écoulement du sperme, et peut être un premier pas vers la suppression d’une fraction du fardeau de la prévention de la grossesse chez les femmes. Une pilule contraceptive masculine, par contre, n’est sûrement pas encore prête avant des décennies.

    La contraception masculine – contraception homme

    Spermatogenèse – Mécanismes de la contraception masculinenLe système reproductif humain est un ensemble sophisitiqué de éléments interdépendants, dont beaucoup sont nécessaires à une fertilité soutenue. En interrompant ne serait-ce qu’un seul de ces processus indispensables, nous pouvons trouver de toutes nouvelles façons de produire des contraceptifs vraiment pas hormonaux excitants pour les hommes. L’un des principes harmonieux est la création de spermatozoïdes, ou spermatogenèse. nnPas de spermatogenèse, pas de spermatocytes, pas de spermatozoïdes, pas de spermatozoïdes. nLa spermatogenèse est la conception de spermatozoïdes matures depuis cellules germinales. Les cellules germinales précoces, appelées spermatogonies, résident à la périphérie des tubules séminifères du testicule. Cette population contient à la fois des cellules souches et des spermatogonies de différenciation, qui subissent une série de divisions mitotiques pour amplifier le volume de cellules. Les cellules germinales entrent alors dans la méiose, la seconde phase de la spermatogenèse, et sont appelées spermatocytes. Pendant la méiose, la recombinaison génétique se produit et les spermatocytes endurent deux divisions qui divisent par deux le nombre de chromosomes existants dans chaque cellule. nnspermatogenèse de la cellule germinale au spermenLe process de spermatogenèse, qui commence avec une cellule souche spermatagonale et se termine avec plusieurs spermatozoïdes complètement formés. Photo adaptée d’OpenStax College distribuée sous licence CC-BY 3. 0. nPendant la spermiogenèse, période finale de la spermatogenèse, les cellules germinales haploïdes ( spermatides ) éprouvent d’importants changements et ressemblent surtout à ce que nous appelons le sperme classique, avec des queues et autres structures comme l’acrosome. nnEnfin, les spermatozoïdes non mobiles sont transportés vers l’épididyme. Les spermatozoïdes essuient un process de maturation pendant leur transit dans l’épididyme. En conséquence, ils acquièrent la capacité de mobilité à proximité de l’avant et deviennent qualifié de fécondation. nnUne façon d’influencer la spermatogenèse est de manipuler les style d’hormones. Des essais cliniques sont en cours sur la conception de contraceptifs hormonaux masculins, mais il existe de nombreuses approches non hormonales pour arrêter la spermatogenèse ou interférer avec la maturation épididymique. nnUn médicament qui arrête la spermatogenèse aurait des particularités intéressantes, y compris un temps d’apparition potentiel de 2 à 3 mois. C’est parce qu’il faut un laps de temps pour que les spermatozoïdes se développent et se préparent à l’action, mais également après avoir cessé la spermatogenèse, tous les spermatozoïdes existants dans le pipeline resteraient encore. nnMCI a financé des projets dans cette activité, comme par exemple Gunda Georg à l’Université du Minnesota et son travail sur TSSK1/2. D’autres projets dans des institutions du cherche se concentrent sur différentes approches pour perturber temporairement la spermatogenèse ou la maturation épididymique afin de prévenir la réalisation de spermatozoïdes fonctionnels. nnIl y a plus d’une façon de contracepter. nLa duplication est une machine grande et difficile, avec de nombreuses méthodes de mettre un frein temporaire sur le process. La prévention de la spermatogenèse est l’un des moyens de fabriquer la prochaine génération de contraceptifs masculins. D’autres projets axés sur la prévention du transport, de la motilité et de la fécondation des spermatozoïdes sont en cours de réalisation. nnEnsemble, nous espérons que ces sociétés spécialistes créeront de diverses formes de contraception masculine avec des profils de produits variés qui répondent aux besoins d’un plus grand volume d’utilisateurs. nn

    La contraception masculine – contraception homme

    Qu’est-ce que le Vas Deferens ? nQu’est-ce que le canal déférent ? nLe canal déférent fait partie du dispositif reproducteur masculin. Le canal déférent se compose de deux canaux dont le but est de transporter le sperme éjaculatoire hors de l’épididyme. Les canaux déférents gauche et droit relient chaque côté de l’épididyme aux canaux éjaculateurs du corps masculin. Chaque canal déférent est alimenté par une artère qui dérive de l’artère vésiculaire supérieure. nnChaque canal déférent est un tube d’environ un pied ( 12 pouces ) de dimension et protégé par une masse musculaire lisse. Cette masse musculaire se contracte de façon réflexive l’éjaculation dans un process appelé péristaltisme l’orgasme. C’est le processus qui permet aux spermatozoïdes de s’écouler à travers le canal déférent et d’obtenir l’urètre. Sur son chemin, le sperme recueille les sécrétions de la prostate, des glandes bulbo-urétrales et des vésicules séminales. nnUne incision permanente est exercée dans chaque canal déférent lors d’une vasectomie, une méthode de contraception masculine. Une méthode moderne de contraception masculine et de contrôle des naissances dans le développement de la recherche implique aujourd’hui l’injection de matériel dans le canal déférent pour obstruer l’écoulement du sperme. Les chercheurs agissent à faire en sorte que cette nouvelle méthode de vasectomie soit danger et réversible. nnPour sur les vasectomies réversibles et autres dispositifs contraceptifs masculins occlusifs, cliquez en ce lieu.

    La contraception masculine – contraception masculine

    3 méthodes de débuter une conversation sur la contraception masculinenIl peut sembler compliqué d’entamer une conversation sur la contraception. Mais quand la conversation prend du retard, nous serons heureux de vous aider en vous offrant trois merveilleuses façons d’aborder un sujet qui ne manquera pas d’animer la tchat. nn1 – Mettez l’embarras de côté. nnIl n’y a pas besoin d’être embarrassé. La contraception est un sujet normal dans les pays d’aujourd’hui. Près de 98 % des femmes sexuellement actives offrent pris une forme quelconque de contraception, et plus de 60 % de toutes les femmes utilisent actuellement la contraception. Les conversations sur le contrôle des naissances dissipent les mythes et encouragent les autres à se renseigner sur les atouts de la planification familiale. nn2 – Économiser l’argent des contribuablesnIl y a d’énormes possibilités économiques à la contraception pour nous tous, contribuables ET pour la personne qui utilise la contraception. Pour chaque dollar investi dans la planification de famille, les contribuables économisent près de 4 fois plus en bout de ligne. nnEt pour chaque femme qui utilise la contraception, une famille économise vraiment. Considérez si nous avions des options de contraception masculine – nous pourrions doubler notre résultat. Plus de la moitié des mecs interrogés utiliseraient une nouvelle méthode contraceptive potentielle, et les femmes offrent déclaré en très grande majorité qu’elles feraient confiance à leur partenaire pour réaliser de la contraception. nn3 – C’est important pour VOUS. nLes raisons d’appuyer la contraception masculine sont aussi différentes que les personnes qui le font. Certains l’utilisent comme plate-forme pour l’égalité des sexes. D’autres y voient un recours de faire progresser la planification de famille et le moteur de recherche interne scientifique. Nous connaissons des gens qui veulent que les options contraceptives masculines aient un impact sur le changement climatique. Et bien sûr, beaucoup de gars veulent s’impliquer dans la conversation sur la reproduction. nnPeu importe votre raison, le fait d’entamer une conversation sur l’importance de la contraception masculine aide à faire passer le mot et à bâtir un futur prometteur.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Pourquoi la contraception masculine : Dr John AmorynLa population mondiale dépasse sept milliards d’habitants, accroit de quatre-vingts millions tous les ans et atteindra sans l’ombre d’un doute 9 à 10 milliards en 2050 ( 1 ). La croissance démographique est l’une des principales causes de la dégradation de l’environnement et de la douleur humaine due à la pauvreté et à la faim ( 2 ). Une grande partie de cette croissance démographique est involontaire. En 2008, 41 % de toutes les grossesses dans le monde n’étaient pas planifiées et vingt pour cent de toutes les grossesses se sont terminées par un avortement, entraînant 47 000 décès maternels dus à des avortements vraiment pas médicalisés ( 3, 4 ). Aux États-Unis, le taux de grossesses tout bonnement non désirées est de 48 % et 18 % de toutes les grossesses se terminent par un avortement, ce qui représente 1, 1 million d’avortements annuellement ( 3 ). nnCe taux élevé de grossesses vraiment pas désirées est dû à une utilisation et/ou un accès inadéquats aux méthodes de contraception. L’accès à la contraception réduit considérablement la croissance démographique et les taux d’avortement, ce qui se traduit par des améliorations positives de la santé néonatale et maternelle ( 5 ). excepté l’atténuation de la croissance démographique mondiale, avoir recours à la contraception moderne et à de meilleurs soins de hôpital dans les pays entier permet d’éviter 1, 7 million de décès néonatals et 251 000 décès maternels chaque année ( 5 ). Par conséquent, il y a un large besoin d’un meilleur accès aux contraceptifs , d’une meilleure éducation en terme de contraception et d’un plus grand nombre de possibilités contraceptives, tant aux États-Unis que sur la planète. nnAux États-Unis, 30 % de toute la contraception actuellement pratiquée est dirigée par un homme, 20 % de tous les paires utilisant des préservatifs et 10 % des couples ayant recours à la vasectomie ( 6 ). Ces deux méthodes de contraception masculine affichent des problème technique importants. Les préservatifs, tout en présenter une certaine protection contre les infections sexuellement transmissibles, offrent une efficacité contraceptive marginale ( 7 ), et la vasectomie, qui est onéreuse et dur à inverser efficacement, est envisager comme une méthode de contraception masculine irréfragable à plus juste titre ( 8 ). Un contraceptif coté masculin réversible serait bien accueilli par une grande majorité de gars ( 9, 10 ) et aurait un avantage marqué pour réduire le taux de grossesses tout bonnement non désirées, la croissance non souhaitée de la population et leurs impressions. nn———–nnLe Dr John Amory est professeur de médecine à l’Université de Washington, où ses études portent sur le développement de nouvelles formes de contraception masculine. La Dre Amory siège de plus au conseil consultatif de l’Initiative sur la contraception masculine.