• contraception masculine
  • contraception homme
  • contraceptif masculin naturel – contraception homme pilule

    La contraception masculine – contraception masculine

    Contraception : la pilule masculine presque à portée de main ? nnUne nouvelle molécule, nommée JQ1, pourrait être la postérité de la contraception masculine. Ce composé employé dans le traitement contre le cancer a rendu infertiles des souris mâles sans action secondaire notoire… à part une l’abaissement du volume testiculaire. La pilule masculine sera-t-elle prescrite dans quelques années ? nnHommes et femmes ne sont décidément pas tout à fait égaux. Car si la pilule contraceptive féminine existe depuis 1956, l’homologue masculin n’est encore qu’une idée dans l’esprit des spécialistes. Pas de quoi les taxer de sexistes, ils sont juste limités par des analyses physiologiques. nnPourtant, les tentatives ne manquent pas. Un traitement composé de de plusieurs hormones passe l’évènement du feu en étant experimenté par des volontaires lors d’un essai clinique. Même s’il se révélait efficace, son utilisation à grande échelle parait peu possible. D’autres molécules offrent été éprouvées, mais les sensations secondaires sur la santé et la fertilité qu’elles engendraient offrent contraint les laboratoires à ne pas insister d’autant plus. nnEt voilà qu’une nouvelle solution pointe à l’horizon. Son nom : JQ1. Ce composé d’abord employé dans la bataille contre le cancer vient de dans la revue Cell tout l’intérêt qu’il représente dans l’élaboration d’une contraception masculine efficiente, en empêchant la spermatogenèse, le processus de fabrication des spermatozoïdes. nnJQ1, la pilule à venir ? nPas de cobayes hommes dans cette aptitude, mais des souris mâles offrent reçu par injection la molécule infertilisante. Très rapidement, la réalisation de gamètes a drastiquement chuté. Les quelques cellules sexuelles qui restaient en vie n’avaient pas leur mobilité normale. La fécondation d’une femelle est donc . nnnLa majorité des mecs se disent prêts à prendre la pilule contraceptive. Ils sont beaucoup moins nombreux à aimer l’idée de sortir la poubelle ou demander son chemin à quelqu’un. Ont-il si crainte que ça des enfants ? © Sirer, StockFreeImages. comnLa majorité des hommes se disent prêts à prendre la pilule contraceptive. Ils sont beaucoup moins nombreux à aimer l’idée de sortir la poubelle ou demander son sentier à quelqu’un. Ont-il si crainte que ça des enfants ? © Sirer, StockFreeImages. com nnLors du traitement, aucun effet secondaire sur la santé des rongeurs n’a été noté et la libido n’a pas non plus été affectée. Seul hic toutefois sans conséquence : la réduction du volume testiculaire. À l’arrêt des injections, les mâles ont reconnu le même succès reproducteur, preuve de la réversibilité du traitement, et les descendants n’ont manifesté aucun problème de santé et même quelconque malformation. nnJQ1 inhibe l’activité d’une protide uniquement retrouvée dans le testicule, désignée BDRT, en ciblant une région spécifique. Cette molécule contribue en temps normal au remodelage de l’ADN nucléaire dans les derniers stades de la spermatogenèse et joue une fonction fondamental. On connaissait au préalable son pouvoir stérilisant puisque des personnes porteurs de évolutions dans le dérange Bdrt ne produisaient pas de spermatozoïdes. nnLes hommes se disent prêts à prendre la pilulenLa communauté scientifique s’accorde pour dire que cette découverte, venant de chercheurs du Baylor College of Medicine ( Houston ) et du Dana-Farber Cancer Institute ( Boston ), est de hauteur. Il s’agit du premier contraceptif efficiente qui n’affecte pas les taux d’hormones sexuelles. Même si dans l’expérience, JQ1 a été administré par direction sanguine, les auteurs affirment qu’une version orale, fournie dans une pilule, est tout à fait concevable. nnEn attendant, la molécule n’est pas encore prête à être testée chez l’homme. précédemment, ces mêmes spécialistes espèrent trouver un dérivé de JQ1 vraiment spécialisé pour une meilleure efficacité. Un médicament qui devra très sûrement supprimer la seul personne effet secondaire remarqué, car si cet âge % des mecs ont reconnu dans une étude neuve être prêts à prendre la pilule si celle-là venait à être commercialisée, accepteront-ils de voir leur virilité mise à mal ?

    La contraception masculine – contraception masculine

    Entretien avec Ed Gillis, détenteur d’une subvention de l’ITMnEd Gillis est le PDG de Revolution Contraceptives. La société travaille actuellement sur Vasalgel, un dispositif en cours de développement comme contraceptif non hormonal à longue durée d’action, consacré à être réversible. Il est un entrepreneur et un cadre supérieur qui a fait ses arguments dans la collecte de fonds à un stade précoce et intermédiaire, les tentatives cliniques OUS, la géolocalisation et le développement et la conception clinique de produits dans des entreprises en période initiale. nnQuel est votre lien avec la contraception ? nJe suis PDG de Revolution Contraceptives, LLC. Nous élaborons Vasalgel qui se présente comme étant une forme certaine, fiable et plus réversible de contraception masculine et une alternative à la vasectomie. nnEn quoi le secteur a-t-il évolué depuis le moment où vous avez commencé à y bosser jusqu’à aujourd’hui ? nJe suis à la Révolution depuis un peu plus de deux ans, de sorte que le domaine n’a pas évolué inévitablement au cours de cette période. Il est clair en ce qui me concerne qu’il y a un intérêt et une demande soutenus et croissants pour surtout d’alternatives contraceptives masculines. Cela est dû en grande partie au plaidoyer de l’Initiative contraceptive masculine. nnSelon vous, quels sont les plus grands challenges qui affectent la contraception en général et la contraception masculine notamment ? nLes challenges d’un bloc vaso-déférentiel, que nous demeurons en train de développer, sont partagés par de multiples autres sociétés développant des appareils médicaux implantables. Il s’agit du temps, de l’effort et des arguments cliniques nécessaires pour fabriquer l’article pour de faux et acquérir l’approbation obligatoire. Obtenir le financement nécessaire pour compléter ce développement représente un défi pour notre solution. nnCes défis et ces possibilités ont-ils évolué avec le temps ? Si oui, comment ? nLes challenges à relever pour finir le développement et acquérir l’approbation n’ont pas beaucoup évolué sur le long terme, mais la capacité de profiter de le financement nécessaire est devenue de plus en plus compliqué. nnQuels sont vos espoirs pour la postérité proche et proche de la contraception masculine ? nJ’espère qu’un seul produit pourra compléter le cheminement de développement et d’approbation. Cela montrera la promesse et assistera à ouvrir la direction à d’autres approches qui deviendront disponibles. nnQue faudra-t-il pour qu’ils deviennent réalité ? nLes loueurs de fonds, les défenseurs et les fabricants de produits qui croient en la nécessité et la garantie d’une nouvelle option contraceptive masculine. nnVeuillez partager toute anecdote tirée de votre compétence de travail dans le secteur. nD’après mon compétence personnelle, y a des militantes qui croient passionnément à la nécessité de trouver de meilleures solutions de rechange à la contraception masculine. Les médecins que j’ai rencontrés et que j’ai rencontrés au sujet de notre approche de bloc de vas deferens, c’est que les soins donnés aux patients et aux paires qu’ils traitent, qu’ils sont vraiment intéressés par de meilleures options, mais qu’ils s’efforcent d’être sur que les nouvelles approches sont sécuritaires et que les risques et les possibilités sont visiblement et précisément communiqués à leurs patients. nnVeuillez nous faire part de tout commentaire ou de toute considération supplémentaire qui, selon vous, est bénéfique pour le grand public en ce qui concerne la contraception masculine et votre travail. nDe toutes nouvelles approches contraceptives masculines vraiment pas hormonales et réversibles sont un recours important de permettre aux paires de mieux faire vérifier leur duplication. Cela peut réduire le nombre de filles qui subissent les impressions secondaires associés aux approches hormonales, tandis que les gentlemens et les femmes partagent la responsabilité de la duplication et réduisent le volume de grossesses tout bonnement non désirées.

    La contraception masculine – contraception homme

    Transport du sperme – Mécanismes de la contraception masculinenLe système reproductif humain est un ensemble sophisitiqué de facteurs interdépendants, dont beaucoup sont nécessaires à une fertilité soutenue. En interrompant ne serait-ce qu’un seul de ces processus indispensables, nous pouvons trouver de toutes nouvelles méthodes de créer des contraceptifs vraiment pas hormonaux excitants pour les hommes. L’un des mécanismes est le transport des spermatozoïdes, ou comment les spermatozoïdes se déplacent dans le tractus génital coté masculin. nnArrêter le transport de sperme – Une vieille idée nouvellenAprès la création des spermatozoïdes dans les testicules, mais avant qu’ils ne démontrent leur motilité et fécondent un ovule, ils doivent être expulsés par le corps dans un processus nommé éjaculation. Lors de l’éjaculation, les spermatozoïdes sont déplacés de l’épididyme en direction du canal déférent. De là, ils se déplacent dans l’urètre, et ensuite dans les pays sauvage. Empêcher le sperme d’être transporté hors de l’équipement reproducteur n’est pas une idée nouvelle. En fait, c’est l’origine de l’une des seules formes anciennes de contraception masculine – la vasectomie. nnle déplacement du sperme comme moyen de prévention de la fécondationnLes canaux déférents sont scellés pour empêcher le transport des spermatozoïdes de l’épididyme à d’autres stades du tractus génital. Photo de K. D. Schroeder, distribuée sous licence CC BY-SA 3. 0. nDans une vasectomie, les canaux déférents sont coupés et attachés, ou scellés pour empêcher les spermatozoïdes de sortir du corps. C’est un processus simple et infaillible. , l’inversion de la vasectomie n’est pas assez fiable pour être envisager comme une méthode tout bonnement non permanente. nnCependant, de beaucoup de groupes agissent sur la vasectomie réversible, ou ce que nous appelons les dispositifs occlusifs. Ces appareils marchent comme une vasectomie, mais au lieu de couper le canal déférent, on insère un gel pour bloquer le flux de spermatozoïdes tout en permettant le mouvement du eliquide. Les dispositifs occlusifs Vas-occlusive sont destinés à être facilement inversés à la discrétion de l’utilisateur. Certains produits comme Echo-VR et Vasalgel proposent de le faire soit par dégradation naturelle du givre, soit par une simple procédure de restauration. nnLes appareils vas-occlusifs peuvent entraîner une nouvelle prise en charge sur une longue période de la fertilité chez les hommes – une prise en charge réversible. Ces dispositifs pourraient agir des années et ne nécessiteraient aucun entretien ou prise de pilules de la part de l’utilisateur. nnIl existe aussi des approches pharmacologiques pour prévenir le déplacement du sperme. MCI a financé Sab Ventura de l’Université Monash en Australie pour construire son programme, qui empêche le transport du sperme en bloquant les contractions des groupes de muscles lisses. nnIl y a plus d’une façon de contracepter. nLa réplication est une machine grande et difficile, avec de nombreuses façons de mettre un frein temporaire sur le cheminement. La prévention du déplacement du sperme est l’un des moyens de produire la prochaine génération de contraceptifs masculins. D’autres projets axés sur la prévention de la spermatogenèse, la motilité des spermatozoïdes et la fécondation sont tous activement poursuivis. nnEnsemble, nous espérons que ces entreprises spécialistes créeront de nombreuses formes de contraception masculine avec des profils de produits variés qui répondent aux besoins d’un plus grand nombre d’utilisateurs.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Une pilule contraceptive masculine a passé les premiers tests humains. Cette percée révolutionnaire dans le domaine de la contraception présente des choix différents pour les gentlemens, ce qui fait s’améliorer extrêmement le secteur de la santé de la contraception. Cependant, peut-être encore des années avant que la pilule ne soit effectivement mise sur le marché. nnL’une de diverses raisons de ce retard est que les chercheurs ont dû compter sur le financement d’organismes de bienfaisance et d’universités : les sociétés pharmaceutiques n’ont pas encore vu la de modifier cette expérience en un médicament largement employé et rentable. Cela est dû en partie à la croyance largement populaire que les gentlemens ne sont pas responsables de la contraception et ne sont donc pas intéressés à l’utiliser. Toutefois, les données empiriques recueillies dans le cadre de nos propres études montrent le différent. nnChanger les perceptionsnChez CitizenMe, nous voulions explorer la thématique de la contraception masculine dans le but de comprendre les attitudes anciennes et comment les hommes et les femmes réagiraient aux nouveaux produits, s’ils étaient disponibles. Nous avons mené deux enquêtes multinationales auprès de femmes et de mecs sur notre plateforme pour savoir ce qu’ils pensaient de cette nouvelle pilule en cours d’élaboration. nnnn nnAudience : Global, Hommes, 16-65 ans ( n=1000 ) nnIl est avantageux de noter que seulement 20 % des mecs offrent carrément rejeté l’idée d’essayer la pilule contraceptive masculine. Les raisons pour celles qui n’étaient pas aussi sûres allaient du désir d’avoir plus d’informations sur le sujet à l’idée que ce n’est pas assez ‘ coté masculin ‘. Cependant, 59% des hommes étaient d’accord pour dire que les hommes et les femmes devraient être aussi responsables de la contraception. nnnnAudience : Global, Filles, 16-65 ans ( n=999 ) nnDe même, seulement vingt pour cent des femmes proposent indiqué qu’elles ne seraient pas disposées à utiliser la pilule contraceptive masculine comme méthode de contraception. De même, la principale raison de l’hésitation était le désir d’en savoir plus à ce propos. Il est intéressant de spécifier qu’il y a aussi un pourcentage significatif de filles ( un quart ) qui ne feraient pas confiance à l’homme pour prendre cette pilule. nnNécessité de modifier les normes sexospécifiquesnLa disparité entre le nombre et les variété de possibilités contraceptives féminines et masculines a un effet beaucoup plus important sur les femmes : nnElle oblige les femmes à assumer la plupart des charges financières et sanitaires liées à la contraception ( visites chez le médecin, achat de la pilule, prescriptions, etc. ). nElle exige des femmes qu’elles assument la responsabilité de la contraception en général et le tension supplémentaire que cela entraîne. Cela réduit l’autorité des mecs en matière de duplication, ce qui améliore la responsabilité des femmes. nParce que les possibilités des femmes en terme de contraception sont effectuées comme une forme d’autonomisation des femmes et d’égalité sociale, les injustices de la situation existante demeurent souvent cachées. Une véritable égalité sociale montre que les femmes et les hommes s’orientent en direction du distribuer des responsabilités en terme de contraception. Nous croyons que cela pourrait se faire de deux méthodes : nnDévelopper de toutes nouvelles alternatives contraceptives masculines. C’est ce qu’il y a actuellement, mais les compagnies pharmaceutiques doivent imaginer qu’il y a une voie pour cela. Ils sont incontournables pour fournir le financement nécessaire à la mise à disposition de ces pièces et pour rajouter de la crédibilité aux campagnes de sensibilisation et d’acceptation. nPour que ces pièces soient proposés et utilisés, faut aussi qu’il y ait un changement simultané des croyances sur les rôles assumés par les gentlemens et les femmes. la première étape pour faire de la contraception une véritable responsabilité partagée se résume à se demander ce que les gentlemens et les femmes des divers pays pensent de cette perspective. Ce n’est qu’en incluant très les croyances des gens que les mentalités peuvent commencer à changer. nEngager différentes traditions pour démontrer une fibre potentielnNotre plateforme de recherche anonyme et éthique permet aux personnes du cherche d’exprimer leurs idées sans porter de jugement, ce qui permet une compréhension nuancée des attitudes et des attitudes sur différents sujets. nnDans cette étude, nous avons reçu des réponses de l’Inde, des Philippines, du Royaume-Uni, de l’Inde, du Brésil, du Vietnam, des États-Unis, de l’Espagne, de la france, de l’Italie et des Pays-Bas, révélant comment les attitudes envers la pilule varient selon chaque pays. Par exemple, bien que les gentlemens indiens âgés de 18 à 24 ans aient indiqué que le principal facteur dissuasif pour tenter la pilule masculine était le manque de renseignements à ce sujet, ils offrent de plus indiqué que la religion était un soucis. Alors qu’au Brésil, les hommes du même groupe d’âge sont plus préoccupés par le fait que la contraception est la responsabilité des femmes et pensent que prendre la pilule ne est donc pas assez ‘ masculin ‘. nnCes négoces nous indiquent que les femmes et les gentlemens semblent plaire que la responsabilité de la contraception consiste en les deux. Bien qu’il existe divers obstacles culturels et comportementaux à la prise de la pilule dans chaque pays, un soucis universel a été identifié : le manque de renseignements à son sujet. Pour que les contraceptifs masculins soient adoptés, il est important de disposer d’informations faciles à comprendre permettant de dissiper les craintes potentielles. Si cela peut être réalisé efficacement, y a avec certitude un large marché potentiel pour les contraceptifs masculins.

    La contraception masculine – contraception homme

    Entretien avec la Dre Patricia Cuasnicu, titulaire d’une subvention de l’ICMnPatricia S. Cuasnicu est chercheuse scientifique principale au Conseil national de études ( CONICET ) de l’Instituto de Biologia y Medicina Experimental ( IBYME-CONICET ) à Buenos Aires. MCI a accordé à la Dre Cuasnicu une subvention de démarrage de 150 000 $ en 2018 pour l’aider à poursuivre son métier. nnQuel est votre lien avec la contraception ? nJ’ai commencé mon compétence post-doctorale au Cornell Medical Center, New York Hospital, sous la direction du Dr. J. Michael Bedford, où j’ai commencé à bosser comme boursier NIH. Le Dr Bedford s’étant vraiment intéressé à l’étude de l’utilisation éventuelle des protéines épididymaires pour le développement de la contraception masculine, nous avons présenté un plan de recherche post-doctorale visant à analyser le potentiel contraceptif du CRISP1 purifié, une protide épididymique reconnue par notre laboratoire en 1976 et le premier membre de la famille CRISP ( Cysteine Rich Secretory Protein ). nnDe retour en Argentine en 1986, j’ai continué à travailler dans le secteur de la contraception masculine. En fait, en raison de mon implication sur le terrain, j’ai été invitée en 1989 à faire partie du Groupe de travail sur les méthodes contraceptives masculines de l’Organisation mondiale de la santé ( OMS ) créé par J. M. Bedford et collègues en 1974. J’ai travaillé comme consultant de l’OMS 15 ans, participant vraiment pas seulement à l’évaluation de nombreux projets du cherche, mais également à des présentations dans d’une multitude de pays à forte population comme la Thaïlande, l’Indonésie, l’Inde, la Chine, le Zimbabwe, etc. nnLes client potentiel avec les populations de ces pays et mon travail actif à l’OMS m’ont pleinement convaincu de la nécessité de l’assiduité des mecs dans la planification familiale et, de ce fait, de la nécessité de toutes nouvelles alternatives masculines. Alors que je faisais partie du comité de l’OMS, j’ai été invitée à faire partie du comité technique et consultatif ( TAC ) du CONRAD ( Contraception Research and Development ) qui avait pour but de créer des techniques contraceptives masculines et effeminées et, là encore, j’ai travaillé avec cette agence bien plus de 12 ans. nnJe travaille sur le terrain depuis près de 35 ans et je suis pleinement convaincue que le développement d’un plus grand nombre d’options contraceptives est important pour éviter le nombre élevé de femmes et de décès d’enfants dans les pays entier. par ailleurs, alors qu’une méthode peut éviter la grossesse de la femme utilisant ce contraceptif, une méthode masculine peut empêcher la grossesse de toutes les femmes interagissant avec l’homme utilisant la méthode contraceptive, ce qui a donc un résultat plus important que les solutions féminines. nnEn quoi le domaine a-t-il évolué à partir du moment où vous avez commencé à y travailler jusqu’à aujourd’hui ? nCe que j’ai vu pendant toutes ces années, c’est une parfaite chute de l’intérêt pour le développement de la contraception masculine de la part des organisations ainsi que des entreprises/industries. Je crois que ce manque d’utilité est dû aux nombreuses difficultés rencontrées dans le développement de la contraception masculine liées à la fois a ) aux propriétés inhérentes de la physiologie masculine ( c’est-à-dire comment avoir une bonne méthode sans interférer avec la libido masculine ou sans générer trop d’effets secondaires tolérés par les femmes mais pas les hommes ) et b ) aux nombreuses années d’investissement financier sans obtenir une méthode sur le marché libre. En ce sens, MCI devient un tout nouvel espoir important après tant d’années de manque de soutien dans ce domaine. nnSelon vous, quels sont les plus grands challenges qui affectent la contraception en général et la contraception masculine en particulier ? nÀ mon avis, l’un des plus grands challenges de la contraception en général est l’éducation, c’est-à-dire l’information des femmes et des mecs sur les différentes alternatives contraceptives déjà disponibles, notamment les jeunes dans les universités. nnEn ce qui concerne la contraception masculine surtout, je pense que l’un des défis est d’obtenir une méthode qui n’interfère pas avec la libido masculine, qui ne produit pas d’effets secondaires dessinés comme un rétrécissement testiculaire ou une diminution du volume de l’éjaculat, et qui ne produit aucun action secondaire plus général ( par exemple, acné, augmentation du cholestérol et du mal de tête ) que de beaucoup de hommes ont peu tolérés. nnJe pense que la plupart des effets secondaires d’une méthode contraceptive sont tolérés par les femmes parce que sans elle, elles pourraient tomber enceintes, ce qui est visiblement une conséquence pire dans la stabilité terminal. Cependant, dans le cas des hommes, qui sont relativement à l’abri des conséquences directes de la grossesse, les effets secondaires deviennent un soucis plus important à s’ opposer. C’est pour cela qu’elles ont plus d’exigences que les femmes à cet égard. nnCes challenges et ces possibilités ont-ils évolué avec le temps ? Si oui, comment ? nJe pense que la société a beaucoup évolué au cours des 20 recentes années dans les pays entier. Les emplois et les activités qui étaient autrefois réservés aux femmes ou aux hommes sont aujourd’hui partagés par les deux. La contraception ne sera pas différente à cet égard, surtout en raison d’un grand changement dans les droits des femmes. nnQuels sont vos espoirs pour l’avenir proche et lointain de la contraception masculine ? nJe suis certaine que dans un avenir proche, les solutions masculines deviendront totalement acceptables par l’ensemble de la société et que nous devons simplement plus de possibilités aux pour leur permettre de s’engager activement dans la planification de famille. J’envisage de plus des méthodes ‘ unisexes ‘ qui peuvent être utilisées par les gentlemens et les femmes sur l’origine d’un blocage spécifique de la fonctionnalité des spermatozoïdes dans le tractus génital coté masculin ou effeminé. par ailleurs, nous pouvons prendre en compte une méthode contraceptive péricoïdale qui s’utilise juste avant les rapports porno. enfin, et idéalement, nous pourrions prendre en compte une méthode contraceptive qui préviendrait à la fois la fertilité et les infections infectieuses. nnQue faudra-t-il pour qu’ils deviennent réalité ? nComme on le sait déjà, nous aurons besoin de plus de financement dans le secteur de la contraception masculine pour amener plus de chercheurs impliqués dans le domaine et pour augmenter les chances d’avoir une méthode masculine bonne, crédible, acceptable et raisonnable. Cependant, même dès que nous réussissons à construire de nouvelles solutions masculines, nous avons encore besoin de plus d’éducation sexuelle pour expliquer aux gens, en particulier aux jeunes, la nécessité d’employer des méthodes contraceptives, ainsi que la façon de les utiliser. Avoir une nouvelle méthode est une condition nécessaire, mais cela ne suffit pas : nous avons besoin d’une société qui contient la nécessité d’employer la contraception, y compris les techniques déjà disponibles. nnExiste-t-il des obstacles pour les empêcher de se concrétiser ? nJe pense que l’un des grands obstacles qui les empêchent de se concrétiser est le manque de sensibilisation des personnes au rôle clé de la contraception pour la santé des humains et, bien sûr, l’absence d’engagement des gouvernements partout sur la planète, ce qui se reflète en quelque sorte dans le faible financement public dans ce domaine. La contraception n’est pas aussi rentable que le Viagra ou les médicaments anticancéreux, et pour cela, les entreprises et les industries ne sont pas aussi intéressées à investir dans de nouvelles techniques contraceptives. L’engagement et le financement sont donc les principaux obstacles. nnVeuillez offrir toute anecdote tirée de votre aptitude de travail dans le domaine. nEn 2005, j’ai été invitée par l’American Society of Andrology ( ASA ) à donner une conférence à Séoul, en Corée, sur les femmes et la méthode dans les pays en développement, tandis qu’une chercheuse américaine allait donner une conférence sur les femmes dans les pays développés. Il m’a fallu beaucoup de temps pour préparer ce discours de 25 minutes. J’ai lu beaucoup de produits et j’ai pris conscience de nombreux problèmes comme le plafond de vitrage pour les femmes, la canalisation qui fait défaut ( toutes les femmes qui abandonnent et quittent leur carrière ), la pyramide ( beaucoup de meufs pour les emplois communs à l’origine de la pyramide et seulement quelques pour les meilleurs emplois dans le haut ), etc. nnDe plus, j’ai aussi pris conscience de nombreux aspects de moi-même auxquels je n’avais jamais prêté attention auparavant. Par exemple, que j’avais fait un post-doc des NIH aux USA en 1984, accompagné de mon mari, quelque chose de entièrement inhabituel à l’intérieur de notre pays où les femmes accompagnaient les gentlemens. Aussi, que j’étais devenue l’une des rares femmes du comité de l’OMS, que j’avais silloné le monde en laissant mes petits enfants avec mon mari, une autre chose inhabituelle pour les femmes, et pour finir, que j’avais travaillé toutes ces années dans un secteur de la santé très spécifique comme la contraception masculine. Je n’avais jamais pratiqué que j’avais lutté pour les droits des femmes dans chacune de ces actions et décisions et que mon travail en contraception masculine faisait partie de cette lutte pour les droits des femmes. nnAussi, depuis que j’ai commencé à bosser dans le domaine de la contraception masculine y a 35 ans, j’ai réalisé à quel point les gens sont emballés par ce domaine. Il est très commun que lorsque je commence à parler de mon travail dans une réunion sociale, les gens se réunissent autour de moi et commencent à poser beaucoup de interrogations et à réaliser des remarques. Bien sûr, je reçois toujours beaucoup de soutien pour mon travail de la part de meufs qui sont prêtes à avoir une méthode masculine dorénavant ou même dans quelques temps de cela pour éviter que leurs femmes utilisent des méthodes contraceptives plus de 30 ans comme c’est le cas actuellement. Les sont très curieux au sujet du champ mais expriment clairement leurs craintes vis-à-vis des effets secondaires et de la de gacher de ou de la virilité. Quoi qu’il en soit, j’ai trouvé que la contraception masculine est un sujet fascinant pour tout le monde et en discuter a toujours été une compétence merveilleuse mais également un succès social. nn

    La contraception masculine – contraception homme

    Par Lily Cratchley, ambassadrice de Gale à l’Université de BirminghamnJe suis un étudiant de deuxième année qui termine actuellement mon baccalauréat spécialisé en littérature anglaise et en analyses américaines et canadiennes. Ce cours multidisciplinaire me permet d’approfondir éventuels aspects de la littérature, de l’histoire et de la culture américaines très en vogue actuellement, ainsi que de la littérature anglaise ancienne, y compris la poésie de Wyatt et les pièces de Shakespeare. Pendant le trimestre, j’aime m’occuper en faisant du bénévolat pour une société qui aide les petits défavorisés de la région, en me préparant pour une année à l’étranger en amérique du Nord, en visitant les attractions que la deuxième ville d’Angleterre a à offrir avec des amis et, évidemment, en opérant comme ambassadeur pour Gale. nnLa Journée internationale de la femme a été célébrée le vendredi 8 mars dernier et, comme toujours, elle nous a donné l’occasion de penser à la bataille des femmes pour le suffrage universel, l’émancipation et l’égalité. Plusieurs instants marquants de l’histoire des femmes proposent marqué notre capacité à mener la vie que nous menons aujourd’hui, notamment l’obtention du droit de vote en 1918, l’adoption de la loi sur l’égalité salariale en 1970 et, évidemment, la légalisation de la pilule contraceptive orale en 1961, permettant aux femmes d’avoir enfin un droit de regard sur leurs droits de duplication. nnMaterial in Gale Primary Source met en lumière les impressions de la pilule contraceptive sur la vie des femmes lors des années 1960, qui ont évolué leur vie. L’annonce ci-dessous de l’entreprise pharmaceutique Bayer accorde au progrès de santé le mérite de ‘ permettre aux femmes d’accomplir leur vie en toute liberté de choix ‘, ce qui suggère autant que ‘ peu de choses offrent eu un plus grand résultat sur la société du XXe siècle ‘ que la pilule. nn ‘ Bayer. ‘ Economist, 22 déc. 2007, p. 15. The Economist Historical Archive, http : //tinyurl. galegroup. com/tinyurl/9DVAW0n ‘ Bayer. ‘ Economist, 22 déc. 2007, p. 15. The Economist Historical Archive, http : //tinyurl. galegroup. com/tinyurl/9DVAW0nDes articles plus dans la base de données prouvent cependant que l’exécution d’une pilule contraceptive masculine sera sans doute la prochaine étape vers une plus grande égalité des sexes. L’un des premiers articles parus dans Gale Primary Sources à faire état de cette a été mis en ligne dans le Times en 1969, et déclarait que ‘ d’ici 1975, il devrait y avoir une ‘ pilule ‘ masculine ‘. L’article, qui fait état des prédictions de quarante experts du Bureau de l’économie de la santé, jette cette prédiction médicale avec d’autres, y compris ‘ des médicaments plus efficaces, notamment pour les troubles dépressifs et psychotiques ‘, à la fin des années 1970, et, comme son titre le suggère, la disponibilité de ‘ cœurs artificiels en 1990 ‘. nn ‘ Coeurs artificiels d’après les prévisions de 1990. ‘ Times, 10 nov. 1969, p. 3, The Times Digital Archive, http : //tinyurl. galegroup. com/tinyurl/9Erzt1 n ‘ Coeurs artificiels d’après les prévisions de 1990. ‘ Times, 10 nov. 1969, p. 3, The Times Digital Archive, http : //tinyurl. galegroup. com/tinyurl/9Erzt1nBien que plusieurs de ces prédictions aient pris forme, la pilule contraceptive masculine n’est pas encore prêt. Ce billet de blog explore pourquoi, plus de quarante ans depuis 1975, la pilule masculine n’a toujours pas été mise sur nos tablettes tactiles. Il paraît que la possibilité d’une pilule masculine soit fondamentalement entravée par deux facteurs prédominants : les inquiétudes du public – des hommes et des femmes – au sujet de la réaction du public et le manque de financement des grandes compagnies pharmaceutiques. nnLa réaction du public paraît être enracinée dans l’idée qu’on ne peut pas faire confiance aux hommes pour prendre une pilule tous les jours, ce qui permet l’efficacité de la pilule comme contraceptif. Un article subséquent du Times de 1987 traite de cette question, déclarant que ‘ la plupart des femmes ne feraient pas confiance à leur partenaire pour sortir le chat – et encore moins pour se rappeler de prendre une pilule contraceptive masculine ‘, et affirmant que 70 % des femmes ne croiraient pas un homme qui dit qu’il prend la pilule. nn ‘ Difficile à avaler. ‘ Times, 29 décembre 1987, p. 2, The Times Digital Archive, http : //tinyurl. galegroup. com/tinyurl/98bz81n ‘ Difficile à avaler. ‘ Times, 29 décembre 1987, p. 2, The Times Digital Archive, http : //tinyurl. galegroup. com/tinyurl/98bz81nCependant, la géolocalisation suggère également que les hommes devraient être encore plus plébiscités ; un produit du Daily Mail confirme que ‘ 66 % des hommes prendraient la pilule contraceptive masculine si elle était disponible ‘ et raconte l’histoire de deux hommes ( Sandro et Glenn ) qui proposent essayé la pilule masculine tous les jours un an. Malgré les sensations secondaires pour l’ ‘ avoir tout le monde au travail avec des points de suture ‘ et une ‘ bonne dose de traction des gambettes ‘, les gentlemens semblaient apprécier porter une partie du fardeau contraceptif avec leur partenaire. Sandro a dit que cela lui a apporté un ‘ sentiment de ‘ et Glenn a annoncé qu’il ‘ était désolé d’arrêter le procès ‘ après les 12 mois obligatoires. Cet article remet en question les attitudes oublieuses et irresponsables, stéréotypées et associées aux , et propose qu’il existe, en fait, une fibre pour la pilule contraceptive masculine. nn ‘ Pouvez-vous choisir un garçon qui est sur la pilule ? ‘ Daily Mail, 29 février , p. 47. Daily Mail Historical Archive, 1896-2004, http : //tinyurl. galegroup. com/tinyurl/98c6z7 n ‘ Pouvez-vous faire confiance à un homme qui est sur la pilule ? ‘ Daily Mail, 29 février , p. 47. Daily Mail Historical Archive, 1896-2004, http : //tinyurl. galegroup. com/tinyurl/98c6z7nChanger les attitudes à l’égard d’une pilule contraceptive masculine est une évolution merveilleusement progressive, mais pas si les grandes entreprises n’emboîtent pas le pas en investissant de l’argent dans ce concept. Ce recul dans le développement d’une pilule mâle a été évident dès les premières phases de la tchat. Un article sur un piédestal, intitulé ‘ La pilule contre le désastre de l’ego masculin ‘, affirmait en 1970 que ‘ la plupart des compagnies pharmaceutiques ne se donnent même pas la peine de transmettre de l’argent ou des équipements pour la recherche interne sur le développement d’une pilule contraceptive masculine sûre et infaillible ‘, ce qui revient à ‘ le fait que la plupart des compagnies sont dirigées par des hommes et qu’elles n’aiment pas trafiquer la fertilité des hommes ‘. nn ‘ GRAVElliNGS. ‘ Piédestal, 1970, p. 10. Archives of Sexuality

    La contraception masculine – contraception masculine

    Pourquoi avons-nous besoin de contraceptifs pour hommes maintenant ? nC’est l’heure de la contraception masculine. nLes possibilités de contraception actuellement disponibles pour les gentlemens sont non suffisantes parce qu’il n’a pas été créé d’option de contraception sur une longue période pour les hommes. La vasectomie est perçue comme une méthode irréfragable, et le taux de grossesse réelle du condom est de 13 % – un chiffre réellement élevé si vous recherchez une méthode contraceptive à sécurité intégrée. nnDe meilleures possibilités contraceptives pour les hommes procureront l’équité à la planification familiale, car surtout de mecs partagent la responsabilité de la fécondité. Chaque nouvelle méthode contraceptive féminine développée a entraîné une hausse de l’utilisation des contraceptifs, une la baisse des grossesses tout bonnement non désirées et une bonification de la santé des enfants dans le monde entier. Nous nous attendons à ce qu’il en soit de même pour les développements prochains de la nouvelle contraception masculine. nnIl est primordial que nous fassions un effort pour la contraception masculine aujourd’hui. nIl y a 80 millions de grossesses non désirées chaque année dans le monde. Il n’y a pas eu d’innovation importante dans le domaine de la contraception, surtout les méthodes vraiment pas hormonales, depuis des années. nnLa réduction des grossesses tout bonnement non désirées peut aider à briser le cycle de la pauvreté. Les chercheurs s’attendent de plus à économiser aux contribuables plus de 5 milliards de dollars par année en médicaux en panne terme. On s’attend à ce que les économies de dépenses à long terme soient beaucoup plus importantes, simplement en s’assurant que les besoins de planification de famille sont satisfaits pour tous. nnMale Contraceptive Initiative ( MCI ) finance de dernieres nouvelles recherches sur les techniques contraceptives masculines. Nous faisons avancer les possibilités de contraception masculines dans le but les gentlemens et les femmes puissent avoir plus d’options – ensemble. nnEnvisagez de faire une capacité à MCI. Nous avons montré comment nous pouvons faire de la contraception masculine une réalité : préparez partie de la solution avec nous. nnInitiative contraceptive masculinenNous faisons progresser notre mission grâce en quête, aux médias et à l’éducation. Nous : nnAccorder des subventions pour des documentations novatrices et prometteuses dans ce domaine, nRéseauter avec les chercheurs et constituer des liens avec eux pour faire s’améliorer le domaine de la santé, nEffectuer des analyses sur les impacts possibles des contraceptifs masculins, nles attitudes de l’enquête à l’égard de la contraception masculine et l’acceptabilité de celle-cinPlaider en faveur d’une politique et d’un financement adéquats pour les contraceptifs masculins. nVous désirez ? nn

    La contraception masculine – contraception masculine

    À la recherche interne de Katharine McCormicknVous êtes-vous déjà demandé pourquoi la pilule contraceptive existe ? nnNaturellement, y avait de grands spécialistes derrière la pilule. Des gens comme John Rock et Gregory Pincus avaient d’air et les compétences spécialistes pour y parvenir. Et il y avait Margaret Sanger qui a rassemblé tout le monde. Sanger était en quelque sorte un porte-parole et un expert du réseautage. nnLes personnes intelligentes ayant de splendides idées dans le secteur de la technologie contraceptive ont rarement été en nombre insuffisant. Toutefois, ce qui fait défaut, c’est le soutien philanthropique. La mise au point de médicaments coûte très cher. nnLe développement d’un médicament n’a rien à voir avec les autres inventions. Dans le cas d’un médicament, vous devez prouver que votre idée marche, et ensuite vous travaillez sur ce qu’on nomme un constitué principal. Il s’agit d’une version du médicament qui est plus sélective et qui ne fait que ( ou surtout ) ce que vous souhaitez qu’il fasse. de même, vous soumettez le médicament à des contrôles toxicologiques pour vous assurer qu’il ne fait de mal à personne. nnAprès tous ces contrôles, dont une bonne partie sur les rongeurs, et ensuite sur les primates, il faut faire des contrôles sur les hommes. Il comporte trois phases au cours desquelles les expérimentateurs affinent le dosage approprié et testent progressivement des échantillons de personnes de plus en plus importants. tout cela se fait dans le cadre d’une réglementation rigide qui exige des personnes hautement qualifiées. Au bas de l’échelle des coûts, il s’agit de plusieurs dizaines de millions de dollars. nnMaintenant, prenez tout ce coût et toute cette complexité, et stigmatisez-les avec le fait que votre drogue aide les personnes à avoir des relations sexuelles sans avoir d’enfants. C’est la barrière que Katharine McCormick a surmontée lorsqu’elle a financé seule la pilule. Katharine McCormick. C’est elle qu’il faut remercier. nnTout en remerciant McCormick pour la pilule, vous pouvez aussi la remercier pour les développements ultérieurs qui proposent découlé de la réussite de la pilule. Ces développements sont des approches comme Nexplanon, l’Ortho Evra Patch, Nuva Ring, et Depo-Provera. Si la pilule n’avait pas été financée au moment où elle l’a été, tout le monde devinerait combien de décennies nous aurions attendu pour tout cela. nnnnMcCormick, comme vous pouvez l’imaginer, avait un passé intéressant. Entre 1937 et 1947, elle a récupéré de sa mère, et ensuite de son mari, une richesse considérable, quelques centaines de milliers de dollars. Elle était autant pertinente, l’une des premières femmes à recevoir un diplôme en sciences du MIT. la durée que McCormick rencontre Sanger, elle était déjà à votre aise d’apporter. Elle avait fait un pouvoir à la Harvard Medical School et financé un dortoir pour dames au MIT, permettant ainsi à un plus grand nombre de meufs d’accéder à des secteurs spécialistes. McCormick a également participé activement au mouvement pour le droit de vote des femmes. Elle a occupé plusieurs postes d’officier pour le National American Woman Suffrage et ultérieurement pour la League of Women Voters. nnMcCormick est décédée sept ans après l’approbation de la pilule par la FDA en 1960, après avoir vécu dans les années pour voir son succès. Mais la contraception pour les femmes n’était pas la seule chose à laquelle elle pensait. McCormick a financé les travaux de Gregory Pincus en 1957, s’approchant explicitement pour la contraception masculine. Elle a franchement apprécié la valeur des alternatives contraceptives plus efficaces pour les gentlemens aux côtés des femmes. , l’approche hormonale de Pincus a suivi les progestatifs employés, ce qui s’est avéré trop dur à l’époque. Les options de Pincus étaient limitées puisque les approches vraiment pas hormonales développées aujourd’hui n’avaient pas encore été inventées. nnMcCormick a réussi dans son rêve de permettre aux femmes de faire vérifier leur fertilité. Mais 50 ans après le financement principal de le moteur de recherche interne sur la contraception masculine, rien ne s’est passé. Et comme tous ceux qui accompagnent notre travail au MCI le savent, ce n’est pas par manque de alternatives possibles. nnOù est notre Catherine McCormick d’aujourd’hui ? nnLe suspect le plus possible, Bill Gates, n’est plus là. Il n’a montré aucun intérêt pour la contraception masculine jusqu’à présent. Mais la liste des super riches s’étend outre Gates, et la liste n’est pas courte. nnIl est clair que la société bénéficierait d’un meilleur contraceptif coté masculin. Mais quel pourrait être l’attrait pour quelqu’un qui a reconnu un grand succès financier ? Ceux qui ont accumulé une grande abondance proposent une variété inimaginable de choix. L’un d’entre eux prends d’avoir un résultat génial sur le monde qui les entoure. nnÎle Rang Yai, Philippines ( 160 M$ ) nÎle Rang Yai, Philippines ( 160 M$ ) nnIl y a des façons plus satisfaisantes de dépenser une fortune que de collectionner des yachts et des avions à réaction, ou même une île ou deux. Imaginez plutôt que vous entriez dans l’histoire comme l’individu qui a évolué le statu quo en matière de contraception. Imaginez que vous avez la responsabilité d’aider des 000 000 000 de personnes à mieux planifier leur famille et leur futur. Vous allégeriez le fardeau contraceptif unilatéral supporté par les femmes. Simultanément, vous donneriez aux hommes les moyens de mieux assurer leur saine fertilité. nnLes grandes sociétés pharmaceutiques craignent les responsabilités liées à l’élaboration de médicaments pour les individus en excellente forme. Ils ne sont pas intéressés. Mais y a des compagnies pharmaceutiques sans but lucratif qui, avec un financement adéquat, sont en mesure de faire passer les alternatives des chercheurs du laboratoire au marché. Par exemple, Medicines 360 a fait ses arguments vraiment pas seulement en lançant un nouveau DIU sur le marché, mais aussi en le rendant raisonnable. nnAvec le bon financement, y a une voie concise. nnLa mise au point d’un nouveau contraceptif coté masculin ferait sans l’ombre d’un doute plus qu’offrir une nouvelle méthode pour les hommes. Tout comme la pilule, elle déclencherait sûrement d’autres progrès dans le secteur de la contraception, ce qui mènerait à des options encore plus efficaces. Pensez à un patch mâle ou à une méthode qui évite toute erreur d’usage comme un dispositif implantaire. nnC’est un monde passionnant qu’il faut envisager – un monde manifestement meilleur. Pour l’instant, on ne sait pas qui devra être la prochaine Katharine McCormick. Mais qui que soit cet individu, elle aura un héritage solide.