• contraception masculine
  • contraception homme
  • contraception masculine pilule – cachet contraception homme

    La contraception masculine – contraception homme

    Contraception : le pendant coté masculin à la traînennSlip chauffant, anneau, vasectomie… Pour la Journée mondiale de la contraception ce jeudi, «Libération» revient sur les solutions anciennes mais peu renommées destinées aux qui commencent à se mettre d’accord sur le fait l’idée de partager cette charge mentale et avec les femmes. nnPilule, stérilet, implant… Alors qu’une dizaine de contraceptifs féminins sont disponibles sur le marché, les gentlemens qui veulent faire vérifier leur fertilité proposent un choix bien plus limité, la plupart se contentent du préservatif. Encore méconnus, des moyens de contraception dite masculine demeurent cependant. En France, ils sont une centaine de mecs à y avoir recours – sans compter les quelques dizaines de milliers vasectomisés, une méthode courante dans les pays anglo-saxons mais encore rare dans nos contrées. Erwan Taverne fait partie de cette minorité de mecs «contraceptés». Le quadragénaire installé en Ariège s’y est converti il y a un peu plus de trois ans après plusieurs accidents de préservatifs. Comme la majorité des mecs qui ont recours à une contraception réversible, celui qui vient de réaliser une union dédiée à la question, le Groupe d’action et de recherche sur la contraception ( Garcon ), utilise une méthode calorifique : se conçoit un sous-vêtement troué qui plaque les testicules dans le bas de l’abdomen, accroit leur chaleur et empêche ainsi la fabrication de spermatozoïdes. nnPoche scrotalenCe slip chauffant ( surnommé «boulocho» ), qui doit être porté quinze heures journalier, est «très confortable», jure son propriétaire. l’astuce, réversible, met jusqu’à trois mois ( la durée du cheminement de production des spermatozoïdes ) pour devenir efficace ou cesser de l’être. Seul le docteur Roger Mieusset, andrologue au CHU de Toulouse qui a mis au point ce dessous dans les années 80, en fournit. Autre solution : le confectionner soi-même, notamment grâce aux ateliers organisés par le collectif breton Thomas Bouloù. Si le procédé peut prêter à visage, il est ordonné par quelques médecins, notamment au Planning familial de paris, où des consultations réservées aux proposent lieu deux fois chaque mois. Celui d’Orléans ( Loiret ) s’occupera de début 2020, avec des rendez-vous dédiés tous les trois mois. En 2018, environ 500 femmes et hommes proposent sollicité une antenne géographique du Planning pour se renseigner sur la contraception masculine. Des hommes veulent prendre le relais de leur partenaire, ou considèrent que ce n’est pas aux femmes de porter seules le poids de la contraception ( parcourir attestations ci-dessous ). Dans le sillage de la crise des pilules de 3e et 4e générations, ils sont aussi un certain nombre à s’inquiéter des impressions des contraceptions hormonales sur la santé des femmes. Une défiance qui explique certainement l’absence d’enthousiasme pour son coté masculin, l’injection hebdomadaire de testostérone, infaillible au bout de trois mois : le protocole, validé par l’Organisation mondiale de la santé, est utilisé par une poignée de mecs. nnLes solutions plus durables séduisent encore plus, notamment la jeune génération sensibilisée aux enjeux propres. C’est l’un des arguments mis en avant par Maxime Labrit, créateur de l’Andro-Switch. Cet professions libérales de 36 ans utilise depuis trois ans cet anneau en silicone souple qu’il a fait breveter. Le dispositif, réutilisable, permet de maintenir le pénis et la poche scrotale et d’interrompre la constitution de spermatozoïdes. Un centre de planification en Isère en a commandé plusieurs exemplaires, produits par son créateur de façon à taille humaine. Comme pour le slip chauffant, l’anneau doit être porté à peu près quinze heures journalier. Pas si contraignant «comparativement à ce qu’on propose aux femmes», pense l’entrepreneur. Faute de moyens pour réaliser des tests de mise à niveau, très hors de prix, son nouveauté n’est pas acceptée comme un dispositif de santé à visée contraceptive. nnD’autres solutions, comme la pilule masculine, sont en gestation, malgré des années de recherche. En cause, la frilosité des labos pharmaceutiques, des institutions, et des exigences en termes d’absences d’effets secondaires très élevées, plus que lors de l’introduction du contraceptif hormonal effeminé il y a un demi-siècle. Plusieurs expérimentations sont en cours sur les pilules et sur un givre à base d’hormones à appliquer sur la peau tous les jours, le Nestorone. Son éventuelle mise sur le marché n’aura pas lieu avant au moins dix ans. Pour la pilule version masculine, les spécialistes tablent sur une vingtaine d’années avant une possible commercialisation…nnTravail pédagogiquenReste aussi à satisfaire les premiers visés, pas toujours enthousiastes à l’idée d’enfiler un slip chauffant. «La contraception est encore vue comme une affaire de femmes», explique Marie Mazaudou, conseillère au Planning familial de Niort ( Deux-Sèvres ) et auteure d’un mémoire sur les résistances à la contraception pour les gentlemens. D’autant qu’en france, la question du contrôle des naissances ne s’installe pas vraiment dans le parcours de soins masculin, ce qui rend complexe le «recrutement» des possibles personnes. il faut aussi rassurer les femmes qui peuvent craindre de s’en remettre à leur partenaire ou de se voir retirer la de maîtriser leur fertilité. Pas question de les priver de cette possibilité, répondent les pro-contraception masculine, pour qui les solutions peuvent être complémentaires. A condition que les gentlemens s’y mettent. Or il y a chez eux «une peur de la perte de fécondité, ainsi qu’une certaine sacralisation du corps masculin», ajoute Marie Mazaudou. «J’entends souvent des commentaires du type ‘ je ne veux pas qu’on touche à mon intimité ‘, ‘ j’ai crainte que cela atteigne ma libido ‘ », confirme Maxime Labrit, créateur de l’anneau, qui doit aussi rassurer ceux qui craignent que le dispositif soit douloureux, alors qu’il est, promet-il, «indolore». Un travail pédagogique que le corps de santé n’assure pas toujours, souvent par méconnaissance. «La formation à la contraception est limitée dans les analyses de médecine classique», regrette Florence Roger, jeune généraliste à Montech ( Tarn-et-Garonne ), à l’initiative d’une soirée de sensibilisation pour des praticiens. nnEn janvier, une vingtaine de médecins proposent aussi assisté à une session de formation sur deux jours, organisée par la Société d’andrologie de langue française ( Salf ). Le Planning de famille planche de plus sur un annuaire recensant les praticiens ouverts à la prescription médical de spermogrammes de suivi – qui étudient la concentration de spermatozoïdes dans le sperme -, auxquels certains médecins restent réfractaires. Les militants de la contraception masculines préconisent aussi de s’inspirer des utiles du Royaume-Uni, où «les généralistes sont tenus de présenter toutes les techniques existantes, et sont formés à la vasectomie», plus intéressante financièrement que sur le territoire français, détaille Daniel Aptekier-Gielibter, coprésident de l’Association pour le moteur de recherche interne et le développement de la contraception masculine ( Ardecom ), créée dans les années 80. Autre exemple à suivre, le Québec, où la vasectomie est entièrement démocratisée, et la contraception davantage vue comme une affaire en commun, partagée tout au long de la vie. Pour les militants, «dégenrer la contraception» peut contribuer, à terme, à changer les rapports entre les gentlemens et les femmes. nnMatthieu, 31 ans, ouvrier agricole, région nantaisen«Nous ne sommes et même informés ni éduqués sur cette question»n«Depuis moins d’un an, j’utilise le slip chauffant, que j’ai fabriqué moi-même avec le collectif breton Thomas Bouloù [un groupe de mecs qui militent pour la contraception masculine, ndlr]. J’ai fait un premier spermogramme de référence en juin, puis un deuxième trois mois plus tard pour confirmer son efficacité. Ça fonctionne merveilleusement bien : j’ai presque atteint un taux zéro de spermatozoïdes. Lorsque j’ai commencé la étape, j’étais des personnes seules. Pour moi, la prise en charge de ma contraception était l’occasion de interroger l’égalité entre les femmes et les gentlemens, ce que ma famille m’a toujours poussé à faire. Il était temps que je prenne mes responsabilités. Je trouve ça injuste et incorrect que les femmes, dès l’adolescence, soient systématiquement seules dans la prise en charge de la contraception. Personne ne dit jamais aux qu’il va falloir qu’ils gèrent leur fertilité. Nous ne sommes et même informés et même dressés sur cette question. Nous allons de zéro. Cela nous infantilise, et cela fait peser une important charge mentale sur les femmes. Je voulais me «contracepter» pour prouver que cette responsabilité peut et doit être partagée. »nnPablo, 37 ans, professeur de mathématiques, Toulousen«Je veux pouvoir assumer pleinement ma volonté de ne plus avoir d’enfants»n«Je est à la recherche à me ‘ contracepter ‘ depuis décembre par la méthode calorifique, mais je n’ai pas encore trouvé le bon modèle. Ni le slip et même l’anneau ne fonctionnent parfaitement sur moi. On ne sait pas à quel point ma physionomie est spécifique, alors on continue à dénicher les bons réglages. Je compte bien y arriver. Je suis en couple depuis sept ans, papa de deux enfants et je veux pouvoir assumer entièrement ma volonté de ne plus en avoir. Au départ, j’étais surtout dans une étape en commun. Ma conjointe ne trouvait plus de contraception qui lui convenait, il me paraissait naturel d’endosser cette charge contraceptive. J’ai été élevé par deux mères et une sœur féministes qui m’ont appris à me soucier de cette problématique. Dès mon adolescence, je savais comment fonctionnait le cycle des règles, je m’intéressais aux solutions de contraception féminines, je partageais les des plaquettes de pilules de mes copines… Mais jamais, à la maison, on ne m’avait parlé de la contraception masculine. C’est une révélation. Depuis que je suis engagé dans ce cheminement, la étape s’est de plus en plus changée en cheminement personnel qui me permet de questionner le rapport à mon nettoyée corps. »nnRobin, 30 ans, ingénieur, Blagnac ( Haute-Garonne ) n«Cette vasectomie est une façon de tendre à proximité de l’égalité dans mon couple»n«J’ai fait ma vasectomie [ligature des canaux qui véhiculent les spermatozoïdes, ndlr] en juin et je suis très contents de ma décision. Je suis avec mon épouse depuis neuf ans. Les premières années, c’est elle qui a porté seule la responsabilité de la contraception. Après plusieurs pilules, qu’elle n’a jamais vraiment bien supportées, on avait décidé de choisir le préservatif, avant que j’envisage la possibilité d’une vasectomie. a cette date, nous vivions aux usa, où la pratique est plus populaire et moins taboue. Et nous savions déjà que nous ne voudrions pas d’enfant naturel. A mon retour en France, j’ai acté la décision de me faire opérer. Je me considère féministe et j’étais mal à l’aise avec l’idée que les histoires de contraception reposent exclusivement sur les épaules des femmes. Cette vasectomie est une manière de tendre vers l’égalité au sein de notre couple. Elle m’a libéré d’une culpabilité pesante. L’acte chirurgical, en anesthésie régionale, a duré quinze minutes et m’a coûté 176 euros – j’étais dans une clinique privée, dans le public c’est 76 €. Je m’étais lancé dans la procédure cinq mois plus rapidement en allant voir un généraliste. Après la première visite, la loi française m’imposait quatre mois de «réflexion» avant de pouvoir me faire opérer. Un délai qui n’existe nulle part ailleurs ! »

    La contraception masculine – contraception homme

    Empathie et éducation : Une réponse à un refrain communnConnie Dean, membre du conseil consultatif des jeunes de MCI, s’est assise avec son partenaire masculin, Riley, pour discuter de la contraception masculine, de l’inégalité du fardeau contraceptif et des mesures à prendre. nnChaque fois que je mentionne pour la première fois mon travail avec MCI ou même la notion de contraception masculine à mes amies, je me retrouve avec la même phrase : ‘ Oh, les hommes n’acceptent pas ça, je n’ai pas confiance ‘. J’ai compris – nous sommes des étudiantes avec la vie devant nous, alors cette peur de la grossesse est une question d’instinct de survie. Que ce soit l’expérience individuelle ou les normes sociales intériorisées qui rappellent cette crainte et le rejet spontané qui en découle, les datas révèlent que les hommes prendraient la contraception si elle était disponible, et en fait ils la veulent. Maintenant, les statistiques sont une chose, mais dans ma quête pour apaiser les inquiétudes de mes amis, j’ai cherché à humaniser ce côté de l’argument : Je me suis assis avec mon partenaire ( coté masculin ), Riley, pour en discuter. nnAyant grandi avec deux sœurs et sa mère, les règles et le corps effeminé n’avaient jamais été aussi tabous pour Riley. Cependant, a souligné que les conversations ouvertes que lui et moi avons au sujet de la contraception étaient sa première exposition vis-à-vis. Il admet qu’il n’était ‘ pas au courant, lorsque[il] est arrivé à l’université pour la première fois… de la façon dont le fardeau de la contraception est presque totalement imposé aux femmes ‘. Riley a annoncé que même si ce n’est pas ainsi qu’il devrait être, ‘ la préoccupation directe est au premier plan dans l’esprit d’une demoiselle… c’est complètement injuste ‘. nnAlors, que peut-on faire exactement pour changer le point de vue des hommes ? Pour Riley, ‘ cela s’avère être une absence total d’éducation… les hommes n’ont pas besoin d’y penser ‘, et que l’éducation dès le plus jeune âge est peut-être le meilleur moyen d’y résoudre. ‘ Je pense qu’on peut l’enseigner aux hommes et femmes, mais pour un truc de longue haleine, il est possible de espérer qu’il se perpétuera dans une culture au lieu d’enseigner aux après qu’ils aient fait des erreurs, tout bonnement non ? ‘ malgré que l’étude de cas de Riley me tranquillise sur le fait que les gentlemens d’âge universitaire peuvent changer d’avis sur le fardeau inégal de la contraception, est naïf de penser que ce serait une solution miracle universelle. l’éducation : semble que c’est là que nous avons convenu que des progrès pouvaient être réalisés. nnUne fois l’éducation reconnue, Riley avait un point intrigant : ‘ Je pense qu’une autre chose est d’encourager l’empathie… l’empathie est demandée à 100 % pour que les hommes comprennent la signification de la ‘ présence ‘ sans plus tarder ou de la d’une grossesse ‘. Peut-être qu’en tant que femmes, discuter ouvertement certaines difficultés qui accompagnent la contraception enlèverait une partie du stigmate qui entoure actuellement la grossesse et encouragerait une plus grande sympathie chez les gentlemens ? nnC’est vrai, donc l’empathie et l’éducation semblent aller de pair, et sont des solutions à plus long terme. Mais qu’est-ce qu’il pensait être la chose la plus efficiente en panne terme pour lui-même et pour les autres hommes ? ‘ 1000 % d’une relation immersive avec une femme. Par exemple, le fait d’être là pendant que vous souhaitiez faire de grandes douleurs et d’écouter ce que vous deviez surmonter pour trouver[quelle méthode contraceptive] vous convenait le mieux, et la stigmatisation de la femme dans votre vie, tout l’absence de soutien des mecs autour de vous, même des pères et des frères… Je ne savais pas que ça se passait avec mes sœurs ! Cela ne nous vient pas en tête…. ce n’est pas le boulot de maman, des sœurs et de la petite connaissance de faire ça. Il s’agit peut-être de créer une zone pour que les pères et les mères puissent enseigner à leurs fils. ‘ Je sais qu’il a raison. Nos parents et nos partenaires sont nos principaux éducateurs, et ce cheminement éducatif doit donc être un effort conscient parmi nous tous. nnLe fait d’être accueillie dans ma propre sphère a ouvert les yeux de Riley : ‘ être dans une relation hétérosexuelle en tant qu’homme est aussi cette invitation à prendre part à la tchat avec la femme dans votre vie. Quand on a le regard de l’intérieur, c’est un point de conversation commun. Les conversations que j’écoute, c’est la chose la plus éducative ; voir l’expérience partagée. ‘ Qui aurait cru la puissance de l’aération quotidienne ? ! Accueillir les gentlemens dans nos vies dans ces conversations intimes peut être inconfortable les premiers jours, mais avec la bonne intention et la promesse de respecter la perspective de croissance réelle paraît possible. nnLe dialogue ouvert, l’éducation et l’empathie s’offrent comme des éléments clés pour un changement concret de la responsabilité contraceptive dans la population masculine. Je comprends l’inquiétude et le doute qui accompagnent le fardeau de la procréation chez les femmes, mais je suis sérieusement optimiste à l’idée que ces inquiétudes s’apaiseront au fil des ans et que nous progresserons de plus en plus vers l’égalité en matière de contraception.

    La contraception masculine – contraception homme

    Transport du sperme – Mécanismes de la contraception masculinenLe système reproductif relationel est un ensemble sophisitiqué de facteurs interdépendants, dont beaucoup sont nécessaires à une fertilité soutenue. En interrompant ne serait-ce qu’un seul de ces cheminement indispensables, nous pouvons trouver de nouvelles façons de produire des contraceptifs non hormonaux excitants pour les hommes. L’un des mécanismes est le déplacement des spermatozoïdes, ou comment les spermatozoïdes se déplacent dans le tractus génital coté masculin. nnArrêter le déplacement de sperme – Une vieille idée nouvellenAprès la conception des spermatozoïdes dans les testicules, mais avant qu’ils ne démontrent leur motilité et fécondent un ovule, ils doivent être expulsés par le corps dans un process nommé éjaculation. Lors de l’éjaculation, les spermatozoïdes sont déplacés de l’épididyme en direction du canal déférent. De là, ils se déplacent dans l’urètre, et ensuite dans le monde non domestique. Empêcher le sperme d’être transporté hors de l’appareil reproducteur n’est pas une idée nouvelle. En fait, c’est la base de l’une des seules formes existantes de contraception masculine – la vasectomie. nnle déplacement du sperme comme moyen de prévention de la fécondationnLes canaux déférents sont scellés pour empêcher le transport des spermatozoïdes de l’épididyme à d’autres stades du tractus génital. Photo de K. D. Schroeder, distribuée sous licence CC BY-SA 3. 0. nDans une vasectomie, les canaux déférents sont coupés et attachés, ou scellés pour empêcher les spermatozoïdes de sortir de notre corps. C’est un processus simple et infaillible. , l’inversion de la vasectomie n’est pas assez crédible pour être considérée comme une méthode vraiment pas permanente. nnCependant, de beaucoup de groupes travaillent sur la vasectomie réversible, ou ce que nous appelons les appareils occlusifs. Ces dispositifs marchent comme une vasectomie, mais au lieu de couper le canal déférent, on insère un givre pour bloquer le flux de spermatozoïdes tout en permettant le mouvement du eliquide. Les dispositifs occlusifs Vas-occlusive sont destinés à être facilement inversés à la discrétion de le client. Certains produits comme Echo-VR et Vasalgel proposent de le faire soit par dégradation naturelle du givre, soit par une simple procédure de restauration. nnLes appareils vas-occlusifs peuvent entraîner une nouvelle prise en charge sur une longue période de la fertilité chez les gentlemens – une prise en charge réversible. Ces appareils agir des années et ne nécessiteraient aucun entretien ou prise de pilules de la part de le bénéficiaire. nnIl existe également des approches pharmacologiques pour prévenir le déplacement du sperme. MCI a financé Sab Ventura de l’Université Monash en Australie pour réaliser son programme, qui empêche le déplacement du sperme en bloquant les contractions des groupes musculaires lisses. nnIl y a plus d’une façon de contracepter. nLa reproduction est une machine grande et difficile, avec de nombreuses méthodes d’ajouter un frein temporaire sur le cheminement. La prévention du transport du sperme est l’un des moyens de produire la prochaine génération de contraceptifs masculins. D’autres projets axés sur la prévention de la spermatogenèse, la motilité des spermatozoïdes et la fécondation sont tous activement poursuivis. nnEnsemble, nous espérons que ces entreprises scientifiques créeront de multiples formes de contraception masculine avec des profils de produits variés qui répondent aux besoins d’un plus grand nombre d’utilisateurs.

    La contraception masculine – contraception homme

    Une pilule contraceptive masculine a passé les premiers contrôles humains. Cette percée révolutionnaire dans le secteur de la contraception présente des choix divers pour les hommes, ce qui fait progresser considérablement le domaine de la santé de la contraception. Cependant, peut-être encore des années avant que la pilule ne soit effectivement mise sur le marché. nnL’une de nombreuses raisons de ce retard est que les chercheurs proposent dû tabler sur le financement d’organismes de bienfaisance et d’universités : les sociétés pharmaceutiques n’ont pas encore vu la de transformer cette compétence en un médicament clairement employé et rentable. Cela est dû en partie à la croyance grandement répandue que les gentlemens ne sont pas responsables de la contraception et ne sont donc pas intéressés à l’utiliser. Toutefois, les datas empiriques recueillies dans le cadre de nos propres études suggèrent le contraire. nnChanger les perceptionsnChez CitizenMe, nous voulions explorer la thématique de la contraception masculine de manière à comprendre les attitudes existantes et comment les gentlemens et les femmes réagiraient aux nouveaux produits, s’ils étaient disponibles. Nous avons mené deux enquêtes multinationales auprès de filles et de mecs sur notre plateforme pour savoir ce qu’ils pensaient de cette nouvelle pilule en cours d’élaboration. nnnn nnAudience : Global, Hommes, 16-65 ans ( n=1000 ) nnIl est avantageux de noter que seulement vingt pour cent des hommes proposent carrément éloigné l’idée d’essayer la pilule contraceptive masculine. Les raisons pour celles qui n’étaient pas aussi sécurisant allaient du plaisir d’avoir plus de conseils sur le sujet à l’idée que ce n’est pas assez ‘ coté masculin ‘. Cependant, 59% des mecs étaient en accord pour dire que les gentlemens et les femmes devraient être aussi responsables de la contraception. nnnnAudience : Global, Filles, 16-65 ans ( n=999 ) nnDe même, seulement vingt pour cent des femmes offrent indiqué qu’elles ne seraient pas disposées à utiliser la pilule contraceptive masculine comme méthode de contraception. De même, la principale raison de l’hésitation était le besoin d’en savoir plus à ce propos. Il est avantageux de préciser qu’il y a aussi un pourcentage significatif de femmes ( un quart ) qui ne feraient pas confiance à l’homme pour prendre cette pilule. nnNécessité de modifier les normes sexospécifiquesnLa disparité entre la quantité et les genres de possibilités contraceptives effeminées et masculines a un effet beaucoup plus important sur les femmes : nnElle oblige les femmes à assumer la plupart des charges financières et sanitaires liées à la contraception ( visites chez le médecin, achat de la pilule, prescriptions, etc. ). nElle exige des femmes qu’elles assument la responsabilité de la contraception en général et le anxiété supplémentaire que cela entraîne. Cela réduit l’autorité des mecs en terme de reproduction, ce qui améliore la responsabilité des femmes. nParce que les options des femmes en matière de contraception sont effectuées comme une forme d’autonomisation des femmes et d’égalité sociale, les injustices de la situation courante demeurent souvent cachées. Une véritable égalité sociale montre que les femmes et les gentlemens s’orientent en direction du partage des responsabilités en terme de contraception. Nous croyons que cela pourrait de deux méthodes : nnDévelopper de dernieres nouvelles possibilités contraceptives masculines. C’est ce qui se fait actuellement, mais les compagnies pharmaceutiques doivent croire qu’il y a un marché pour cela. Ils sont incontournables pour présenter le financement nécessaire à la mise à disposition de ces pièces et pour rajouter de la crédibilité aux campagnes de sensibilisation et d’acceptation. nPour que ces pièces soient vendus et employés, il faut aussi qu’il y ait un changement simultané des croyances sur les rôles assumés par les hommes et les femmes. la première étape pour faire de la contraception une véritable responsabilité partagée revient à se demander ce que les hommes et les femmes des divers pays pensent de cette perspective. Ce n’est qu’en incluant vraiment les croyances des gens que les mentalités peuvent commencer à changer. nEngager différentes coutumes pour une voie potentielnNotre plateforme de recherche anonyme et éthique permet aux gens du dans le monde d’exprimer leurs idées sans porter de jugement, ce qui permet une compréhension nuancée des attitudes et des agissemements sur différents sujets. nnDans cette étude, nous avons reçu des réponses de l’Inde, des Philippines, du Royaume-Uni, de l’Inde, du Brésil, du Vietnam, des États-Unis, de l’Espagne, , de l’Italie et des Pays-Bas, révélant comment les attitudes envers la pilule varient selon chaque pays. Par exemple, bien que les gentlemens hindis âgés de 18 à 24 ans aient indiqué que le principal outil vecteur dissuasif pour essayer la pilule masculine était l’absence d’information à ce propos, ils proposent autant indiqué que la religion était un problème. Alors qu’au Brésil, les gentlemens du même groupe d’âge sont plus préoccupés par le fait que la contraception est la responsabilité des femmes et pensent que prendre la pilule ne est donc pas assez ‘ masculin ‘. nnCes négoces nous montrent que les femmes et les gentlemens paraissent plaire que la responsabilité de la contraception repose sur les deux. Bien qu’il existe différents obstacles culturels et comportementaux à la prise de la pilule dans chaque pays, un soucis universel a été identifié : l’absence d’information à son sujet. Pour que les contraceptifs masculins soient adoptés, est important de disposer de conseils faciles à comprendre permettant de dissiper les craintes potentielles. Si cela peut être effectué efficacement, y a sûrement un large marché potentiel pour les contraceptifs masculins.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Spermatogenèse – Mécanismes de la contraception masculinenLe système reproductif humain est un ensemble sophisitiqué de éléments interdépendants, dont beaucoup sont nécessaires à une fertilité soutenue. En interrompant ne serait-ce qu’un seul de ces process obligatoires, nous pouvons trouver de nouvelles méthodes de produire des contraceptifs vraiment pas hormonaux excitants pour les gentlemens. L’un des principes harmonieux est la fabrication de spermatozoïdes, ou spermatogenèse. nnPas de spermatogenèse, pas de spermatocytes, pas de spermatozoïdes, pas de spermatozoïdes. nLa spermatogenèse est la conception de spermatozoïdes matures depuis cellules germinales. Les cellules germinales précoces, appelées spermatogonies, résident à la périphérie des tubules séminifères du testicule. Cette population a à la fois des cellules souches et des spermatogonies de différenciation, qui subissent une série de divisions mitotiques pour amplifier le nombre de cellules. Les cellules germinales entrent alors dans la méiose, la deuxième période de la spermatogenèse, et sont appelées spermatocytes. Pendant la méiose, la recombinaison génétique intervient et les spermatocytes subissent deux divisions qui divisent par deux le volume de chromosomes présents dans chaque cellule. nnspermatogenèse de la cellule germinale au spermenLe cheminement de spermatogenèse, qui commence avec une cellule souche spermatagonale et se termine avec plusieurs spermatozoïdes complètement formés. Photo adaptée d’OpenStax College distribuée sous licence CC-BY 3. 0. nPendant la spermiogenèse, phase finale de la spermatogenèse, les cellules germinales haploïdes ( spermatides ) endurent d’importants changements et ressemblent encore plus à ce que nous appelons le sperme classique, avec des queues et autres structures comme l’acrosome. nnEnfin, les spermatozoïdes tout bonnement non mobiles sont transportés vers l’épididyme. Les spermatozoïdes endurent un processus de pause leur transit dans l’épididyme. En conséquence, ils acquièrent la capacité de mobilité vers l’avant et deviennent compétent de fécondation. nnUne façon d’influencer la spermatogenèse est de manipuler les degrés d’hormones. Des tentatives cliniques sont en cours sur la création de contraceptifs hormonaux masculins, mais il existe de multiples approches tout bonnement non hormonales pour arrêter la spermatogenèse ou interférer avec la maturation épididymique. nnUn médicament qui arrête la spermatogenèse aurait des caractéristiques intéressantes, y compris un temps d’apparition potentiel de 2 à 3 mois. C’est parce qu’il faut un laps de temps pour que les spermatozoïdes se développent et se préparent à l’action, mais également après avoir cessé la spermatogenèse, tous les spermatozoïdes dans le pipeline resteraient encore. nnMCI a financé des projets dans cette activité, comme Gunda Georg à l’Université du Minnesota et son travail sur TSSK1/2. D’autres projets dans des institutions du cherche se concentrent sur diverses approches pour perturber temporairement la spermatogenèse ou la maturation épididymique afin d’invalider la création de spermatozoïdes fonctionnels. nnIl y a plus d’une manière de contracepter. nLa réplication est un appareil grande et difficile, avec de nombreuses méthodes d’ajouter un frein temporaire sur le process. La prévention de la spermatogenèse est l’un des moyens de fabriquer la prochaine génération de contraceptifs masculins. D’autres projets axés sur la prévention du déplacement, de la motilité et de la fécondation des spermatozoïdes sont en cours de réalisation. nnEnsemble, nous espérons que ces sociétés scientifiques créeront de multiples formes de contraception masculine avec des candidats de produits variés qui répondent aux besoins d’un plus grand volume d’utilisateurs. nn

    La contraception masculine – contraception homme

    L’appareil reproducteur masculinnQu’est-ce que le système reproducteur masculin ? nPour réaliser de dernieres nouvelles options contraceptives masculines, nous devons comprendre le système reproducteur coté masculin. Les mâles hommes offrent des organes reproducteurs ( aussi appelés organes génitaux ) qui sont à la fois à l’intérieur et à l’extérieur du bassin. Au total, les organes génitaux masculins comprennent quatre parties qui forment le système reproducteur coté masculin. Ce sont les quatre éléments clés du système reproductif coté masculin : nnles testicules, nle système de conduits, composé de l’épididyme et du canal déférent, nles glandes accessoires, qui comportent les vésicules séminales et la prostate, net le pénis. nLes organes génitaux masculins, aussi appelés organes porno, travaillent ensemble comme système reproducteur pour générer et libérer du sperme contenant du sperme. Le sperme dans le sperme peut féconder un ovule ou un ovule pour produire un bébé ( appelé fabrication ). nnLa contraception ou contraception est une méthode utilisée pour prévenir la conception lorsqu’une personne ou un couple veut être sexuellement actif mais n’est pas prêt à fonder une famille. La contraception hormonale féminine est basée sur l’interruption du cycle menstruel. Parce que les spermatozoïdes sont produits en permanence, n’y a pas de cycle reproductif coté masculin semblable à interrompre. nnHistoriquement, les techniques contraceptives masculines étaient axées sur une partie du dispositif reproductif coté masculin, à savoir l’arrêt complet de la création de sperme. actuellement, les chercheurs se concentrent sur la fonction du sperme en l’occurence que sur l’arrêt de la production de spermatozoïdes. Des exemples de changements fonctionnels dans le système reproducteur coté masculin comprennent la prévention de la swim des spermatozoïdes et la prévention de la fécondation d’un ovule par les spermatozoïdes. nnEn savoir plus sur les techniques contraceptives masculines dans le pipeline de R

    La contraception masculine – contraception masculine

    10 faits sur la contraception masculinen nnLa contraception masculine arrive et va changer le monde. Voici 10 faits que vous n’avez sans doute pas connus sur la matière la plus excitante de la postérité de la contraception. nn nn10. Nous sommes à 10-20 ans d’une nouvelle méthode contraceptive masculine. nn9. Tant les hommes que les femmes veulent que les hommes participent à la prise de décisions en matière de planification de famille. nn8. Les hommes plus jeunes sont plus ouverts à une variété de techniques contraceptives masculines. nn7. il existe des techniques contraceptives masculines en développement qui sont sûres, réversibles, à action prolongée et vraiment pas hormonales ( Hourra ! Aucun action secondaire ! ). nn6. Les hommes s’intéressent à la fois aux techniques contraceptives à très long terme et à celles qu’ils peuvent prendre juste avant les rapports porno comme le Viagra. nnnn5. il y a des contraceptifs composé de de fleurs en développement qui emploient des médicaments isolés directement des fleurs. nn4. La contraception est une question de couple. nn3. La contraception est un problème mondial. nn2. La pilule contraceptive ‘ masculine ‘ n’est pas une blague ! Il fait actuellement l’objet d’essais cliniques chez l’homme en attente de l’approbation de la FDA. nn1. la plupart des paires sont intéressés par un menu de possibilités contraceptives sécurisant que les gentlemens et les femmes peuvent utiliser pour répondre à leur look de vie et à leurs besoins de planification familiale. nn nnL’Initiative contraceptive masculine finance la recherche et est utile pour de ressource pour tout ce qui concerne la contraception masculine. Voyez quelques travaux en cours de développement et découvrez ce que pourrait être l’avenir de la contraception.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Les solutions contraceptives que les hommes utilisent directement, ou qui nécessitent leur coopération pour être utilisées, y compris les préservatifs, la mise à disposition, le rythme et la stérilisation masculine, ne représentent que vingt cinq % de tous les contraceptifs employés sur la planète. nnL’absence de possibilités contraceptives masculines réversibles sous-entend que les techniques à 100% féminines, telles que la stérilisation , les appareils intra-utérins ( DIU ), les pilules, les injectables et les implants, offrent continué à dominer le marché mondial. Cependant, une enquête faite auprès de 9342 ( âgés de 18 à 50 ans ) de 9 pays a montré que plus de 55% d’entre eux étaient disposés à utiliser une hypothétique contraception hormonale masculine. nnNous avons récemment parlé avec Christina Wang, MD et Stephanie Page, MD, PhD – toutes deux impliquées dans le développement de deux contraceptifs oraux pour . Wang et Page discutent des résultats des analyses cliniques les plus récentes, expliquent le fonctionnement des médicaments et soulignent les diverses techniques d’administration de médicaments de changement qu’ils étudient actuellement, comme le givre transdermique et l’injection. nnLaura Lansdowne ( LL ) : Quel a été le principal moteur de ce travail, pourquoi y a-t-il tant d’intérêt à réaliser un contraceptif hormonal pour les gentlemens ? nnStephanie Page ( SP ) : Le principal moteur du développement d’un contraceptif coté masculin est le taux exceptionnel de grossesses tout bonnement non planifiées dans le monde ( à peu près 40% ). Il s’agit là d’un besoin vraiment pas comblé en terme de contraception. Les contraceptifs masculins aider à combler ce besoin. Les sont emballés à partager le fardeau de la contraception avec leurs partenaires effeminées, et les techniques masculines peuvent être actuellement à peu près 17% de la contraception mondiale ( préservatifs vasectomie retrait/rythme ). Mais les gentlemens proposent peu de possibilités contraceptives réversibles, et beaucoup de mecs préfèrent que la fertilité reste une option dans le futur. Ce travail touche à changer cela et à fournir aux , et aux couples, de nouveaux choix contraceptifs. nnChristina Wang ( CW ) : Les méthodes hormonales sont le pilier de la contraception réversible chez la femme. Nous connaissons bien ces hormones et leurs effets indésirables éventuels. Il est beaucoup plus facile de commercialiser la contraception hormonale que les fabriqué que nous ne connaissons pas si bien. nnLL : Qu’est-ce que le carbonate de dodécylcarbonate de 11-bêta-méthyl-19-nortestostérone ( 11-bêta-MNTDC ) et quel est son mécanisme d’action ( MOA ) ? nnSP : 11-bêta-MNTDC est un stéroïde élaboré sur la structure du squelette de la 19-nortestostérone. Il lie à la fois les androgènes ( testostérone ) et les récepteurs de progestérone, ce qui sous-entend qu’il soutient à la fois les androgènes et la progestérone fonctions corporelles. En d’autres termes, il imite à la fois la testostérone et la progestérone dans le corps. nnCW : Les androgènes et les progestatifs suppriment les hormones qui régulent les fonctions du testicule : production de l’hormone mâle testostérone et production du sperme. malgré que la réalisation testiculaire de testostérone soit supprimée, la testostérone ou d’autres androgènes comme le DMAU et le 11-bêta-MNT sont des hormones mâles qui maintiendront les fonctionnalités de la testostérone chez l’homme. nn nnLa pilule contraceptive pour hommes réussit les contrôles de sécurité humainenNOUVELLESnLa pilule contraceptive pour réussit les contrôles de sécurité humainenLIRE PLUS nLL : Pourriez-vous répondre la création de l’essai 11-bêta-MNTDC et les principales conclusions de l’étude ? nnSP : Il s’agit d’une étude contrôlée par placebo, d’une durée de 28 jours, portant sur des hommes en excellente forme utilisant deux doses différentes de 11-bêta-MNTDC, administrées chaque jour avec des aliments. Les principales conclusions sont que le stéroïde a été bien toléré sans impressions secondaires indésirables graves ET qu’il a supprimé la réalisation d’hormones mâles d’une manière comparable aux contraceptifs hormonaux masculins connus, énergiques et ( expérimentaux ). Nous ne nous attendions pas à une suppression de la constitution de spermatozoïdes, et nous ne l’avons pas mise en valeur vraiment pas plus, car l’étude n’était pas assez longue. Cela prendrait 3-4 mois. nnLL : Vous notez que les joueurs à l’étude ne se sont pas plaints de la perte de libido – pourriez-vous nous en dire plus ? nnSP : Nous demandons aux participants de remplir des ‘ journaux intimes ‘ graveleux et de placer des interrogations sur la libido et la utilisation sexuelle dans ces questionnaires. Il n’y a pas eu de changement significatif de la fonction sexuelle dans les détails des participants à ces questions, mais un plus grand nombre de discussions dans le groupe ayant reçu la plus forte des deux doses offrent noté une diminution de la libido en comparaison au placebo. nnCW : Il n’y a eu aucun changement dans la fonction érectile et leur score d’activité sexuelle. nnLL : Des effets hors cible ont-ils été observés dans l’étude ? nnSP : Nous avons observé un fin gain de poids, une augmentation de l’hématocrite ( globules rougeatre ) et des changements dans le cholestérol chez les discussions prenant du 11-bêta-MNTDC comparativement au placebo. Ces impressions ne sont pas inattendus chez les gentlemens qui prennent des combinaisons androgènes-progestérone, notamment par route orale. nnLL : Vous mentionnez que le 11-bêta-MNTDC, est un ‘ constitué frère ‘ du diméthandrolone undecanoate ( DMAU ), pourriez-vous nous parler du développement du DMAU ? existe-t-il des informations sur les études en cours ou terminées que vous pourriez partager avec nous ? nnSP : Le DMAU fait actuellement l’objet d’une étude de 3 mois chez 100 hommes à LA BioMed et à l’Université de Washington. Le but de cette étude plus longue est de juger l’impact du DMAU oral quotidien sur la création de sperme. Le recrutement se poursuit et nous prévoyons communiquer les retombées lors de la prochaine année. nnLL : Quelles techniques d’administration de médicaments étudiez-vous actuellement et pourquoi est-il important d’explorer une variété de formulations différentes ? nnSP : Nous évaluons de plus un givre transdermique quotidien ( Nesterone-Tetostérone ) et une injection à action prolongée ( le but étant des injections tous les 3-4 mois ) financés par le NICHD et travaillant avec Diana Blithe, PhD. nnPourquoi tant de formulations ? Nous savons que l’utilisation de contraceptifs augmente lorsque les gens proposent le choix et que divers aiment mieux différentes solutions. En fin de compte, nous désirons donner des choix aux hommes, et véritablement aux couples, tout au long de leur vie. Comme la plupart des femmes, nous prévoyons que les hommes peuvent préférer une méthode à un moment donné de leur vie reproductive et une méthode différente à un autre moment. Si nous envisageons un monde où le partage de la charge contraceptive est beaucoup plus important, les gentlemens et les femmes apprécieront d’avoir le choix entre différentes méthodes, ce qui augmentera à coup sûr l’utilisation et réduira le fardeau économique, social et sanitaire de la grossesse vraiment pas planifiée.