• contraception masculine
  • contraception homme
  • contraception masculine pilule – pub contraception homme enceinte

    La contraception masculine – contraception masculine

    Une méthode contraceptive doit présenter idéalement quatre critères : efficiente, réversible, acceptable, faible coût. nnLes trois majeures solutions contraceptives masculines utilisées sont : nnle préservatif masculin ;nle coitus interruptus ;nla vasectomie ( à considérer comme irréversible ). nLe préservatif coté masculin est la seule méthode contraceptive permettant la prévention des infections sexuellement transmissibles ( IST ). nnLe coitus interruptus est la méthode contraceptive masculine la plus simple mais la moins infaillible. nnLa vasectomie est la méthode contraceptive masculine la plus efficace ( IP = 0, 1 % ). elle se trouve être cependant irréversible. Elle doit être pratiquée avec le respect de la loi du 4 juillet 2001 qui prévoit un délai de 4 mois de réflexion, sur une personne : nnmajeure ;nexprimant une volonté libre, motivée et délibérée ;nayant reçu une information concise et complète ( dossier de renseignements note ) ;nayant signé un consentement écrit. nAvant l’intervention chirurgicale, le patient peut réaliser une cryoconservation du sperme ( CECOS ), et après l’intervention le patient doit utiliser une autre méthode contraceptive 12 semaines. Elle ne sera interrompue qu’après la création d’un spermogramme montrant une absence de spermatozoïdes. nnI – POUR COMPRENDREnLa contraception masculine comprend des moyens contraceptifs et la stérilisation. nnLa définition de la contraception est : « méthode permettant d’obtenir une fécondité nulle ». La stérilisation est un terme plus général signifiant : « méthode détruisant les organismes ». Ainsi, existe la stérilisation à visée contraceptive. La stérilisation féminine ou masculine est un acte chirurgical, réalisé par un médecin en établissement de santé public ou privé ( centre hospitalier ou clinique ). C’est une méthode contraceptive qui se distingue profondément des autres solutions existantes car son objectif est d’invalider de façon faite la procréation. Il s’adapte de la prendre en compte comme irréversible. nnLa spermatogenèse a lieu dans les testicules à partir des spermatogonies ( cellules souches ) qui se transforment ensuite en spermatocytes I qui vont supporter la mitose réductionnelle de la méiose pour donner les spermatocytes II. Ces spermatocytes II vont donner les spermatides après avoir subi la mitose équationnelle. Les spermatides, qui sont en réalité des spermatozoïdes immatures, vont connaître une période de pause, appelée spermiogenèse, pour donner naissance aux spermatozoïdes. À la sortie du testicule, les spermatozoïdes, bien que morphologiquement différenciés, sont donc immatures et vraiment pas fertiles et vont le devenir lors du passage dans l’épididyme ( qui qui soit en conformité au canal épididymaire, long tube pelotonné sur lui-même ). Les spermatozoïdes transitent ensuite dans le canal déférent jusque dans la prostate. nnA. MESURE D’EFFICACITÉnUne méthode contraceptive concerne à éviter la fécondation d’un ovule par un spermatozoïde. Elle doit présenter 4 critères incontournables : nnefficace ;nréversible ;nacceptable ;nfaible coût. nL’efficacité d’une méthode contraceptive est évaluée par l’indice de Pearl ( IP ) calculé par la formule suivante : IP ( % ) = [ ( volume de grossesses tout bonnement non planifiées/nombre de mois d’utilisation d’une méthode contraceptive ) × 1 200]/100. nPlus l’IP est faible et plus la méthode contraceptive est efficiente. Cependant, s’agit de l’efficacité théorique d’une méthode contraceptive puisque l’IP est encore calculé en condition d’usage idéale. nnB. MOYENS CONTRACEPTIFSnLe préservatif. nLe rapport interrompu, ou retrait ou coitus interruptus. nLe traitement hormonal. nLes substances spermicides. nLa stérilisation par vasectomie. nII – LE PRÉSERVATIF MASCULINnLe préservatif masculin couvre le pénis d’une fine membrane afin d’informer l’émission de sperme dans le vagin. Les préservatifs en latex sont les plus énergiques. Le polyuréthane peut être exploité en cas d’allergie. nnIl s’agit de la méthode contraceptive masculine la plus utilisée. le critère de Pearl du préservatif coté masculin est de 2 % mais le taux d’échec en condition d’usage réelle peut aller jusqu’à 15 % ( OMS 2005 ). La émission d’une information intégrale sur l’utilisation correcte et les différentes fonctions du préservatif coté masculin parfait son efficacité. nnLe préservatif coté masculin est la seule méthode contraceptive permettant la prévention des infections sexuellement transmissibles ( IST ) ( tableau 1. 1 ). nnTableau 1. 1 Préservatif masculin. nEfficacité Fonction de l’utilisation correcte ( IP = 2 % ) nRéversibilité RéversiblenAcceptabilité Fonction de l’information du patientnCoût FaiblenFonctions Contraception, prévention des ISTnPrécautions : examiner la date de péremption, éviter les objets tranchants lors des manipulations ( bagues… ). nPour la prévention des IST : éviter le contact avec le pénis avant la mise en place du préservatif. En cas de dysfonctionnement, rupture ( remarquable ) : la partenaire doit savoir le risque de grossesse si besoin. concernant l’accident d’exposition aux conseillers infectieux : le couple doit se présenter rapidement aux urgences où une procédure est institutionnelle 24/24 h. Un traitement de prévention VIH est réalisable jusqu’à 72 heures. nIII – LE COITUS INTERRUPTUS ( RETRAIT ) nLe coitus interruptus consiste à enlever le pénis du vagin avant l’éjaculation. Les atouts de cette méthode contraceptive sont sa aisance, son coût inexistant et l’absence de contre-indication. nnL’indice de Pearl du coitus interruptus est de 4 % mais le taux d’échec en condition de confidentialité réelle peut aller jusqu’à 27 % ( OMS 2005 ). Les échecs sont expliqués par la présence de quelques spermatozoïdes dans la fraction initiale de l’éjaculation, et la difficulté des mecs à faire vérifier leur éjaculation ( tableau 1. 2 ). nnTableau 1. 2 Coitus interruptus. nEfficacité Fonction de l’utilisation correcte ( IP = 4 % ) nRéversibilité RéversiblenAcceptabilité Difficulté de réalisationnCoût InexistantnFonctions Contraception uniquementnIV – TRAITEMENT HORMONALnIl est envisageable en administrant de la testostérone associée à de la progestérone d’entraîner une infertilité masculine. L’efficacité est bonne, mais les effets secondaires et la compréhension sur le long terme rendent cette méthode inutilisable en pratique. Ce moyen n’est donc pas exploité. nnV – SUBSTANCES SPERMICIDESnIl n’a pas été créé actuellement de substance spermicide intra-urétrale. Les produits spermicides sont donc intravaginaux ( cf. contraception ). nnVI – LA VASECTOMIEnA – PRINCIPESnLa vasectomie est une méthode de stérilisation masculine. Il s’agit d’une intervention chirurgicale qui se résume à ligaturer, sectionner et/ou coaguler les canaux déférents au niveau scrotal pour empêcher les spermatozoïdes de se mélanger au fluide spermatique ( fig. 1. 1 ). La vasectomie est une intervention à visée contraceptive en principe faite. nnIl n’a pas été inventé à l’heure présente de solution d’occlusion temporaire des canaux déférents. nnDifférentes variantes chirurgicales offrent été décrites mais dès fois l’intervention est réalisée sous anesthésie géographique, parfois sous anesthésie générale. On pratique une courte incision de chaque côté à la partie haute du scrotum. Le canal déférent est saisi par une pince. Il est sectionné et en règle générale on en excise quelques millimètres. Puis le canal est obturé par un fil ou une coagulation des deux côtés. On peut compléter le moyen en interposant des tissus entre les deux extrémités. enfin, les deux incisions seront refermées. nnMalgré l’existence de techniques microchirurgicales de reperméabilisation, la vasectomie est présentée au patient comme irréfragable. nnUne cryoconservation du sperme ( dans un centre d’étude et de conservation des œufs et du sperme humains [CECOS] ) peut être proposée au patient avant d’effectuer le moyen chirurgical. nnB – COMPLICATIONS POSTOPÉRATOIRESnMalgré la promptitude et la facilité de l’intervention, certaines complications postopératoires peuvent arriver : nnhématome : 1–2 %ninfection : 0–2, 5 %ndouleur chronique : 3–6 %népididymite congestive : 0–2 %nretard de cicatrisation : 0–2 %natrophie testiculaire : rarengranulome : 1–4 %nC – MESURES ASSOCIÉESnLa stérilisation après vasectomie n’est pas instantanée puisque quelques spermatozoïdes peuvent persister dans les vésicules séminales. Il est par conséquent nécessaire que soit maintenue une autre méthode contraceptive 12 semaines après l’intervention ( bien l’expliquer au patient ). Elle ne sera interrompue qu’après la réalisation d’un spermogramme montrant l’absence de spermatozoïdes. La vasectomie ne modifie pas le espace de liquide spermatique envoyé au moment de l’éjaculation. nnD – EFFICACITÉnIl s’agit de la méthode contraceptive la plus crédible ( tableau 1. 3 ). le critère de Pearl de la vasectomie est de 0, 1 % et le taux d’échec en condition d’usage réelle de 0, 15 % ( OMS 2005 ). Les majeures causes d’échec sont : nnrapports sexy vraiment pas protégés avant stérilisation du eliquide spermatiquennon-section d’un déférent pendant la chirurgienreperméabilisation spontanée du déférentnTableau 1. 3 Vasectomie. nEfficacité Excellente ( IP = 0, 1 % ) nRéversibilité IrréversiblenAcceptabilité Excellente ( après choix du patient ) nCoût FaiblenFonctions Stérilisation contraceptive nE – INDICATIONSnLa vasectomie est recommandée pour des couples souhaitant une contraception permanente et tout bonnement non réversible. nnF – ASPECT ÉTHIQUEnDepuis la loi du 4 juillet 2001 ( art. L. 2123-1 Code de la santé publique ), la vasectomie peut être menée sur une personne : nnmajeure ;nexprimant une volonté libre, motivée et délibérée ( si personne handicapée sous tutelle ou curatelle, oui, mais avec des conditions ) ;nayant reçu une information évidente et complète sur les conséquences du moyen, et les risques encourus. nL’acte ne peut être pratiqué que dans un organisme de soins. nnAu cours de la première visite, le médecin doit remettre au patient un dossier d’information affiche et l’informer sur : nnl’ensemble des solutions contraceptives disponibles ;nl’irréversibilité de théorie de la vasectomie ;nla possibilité d’effectuer une cryoconservation du sperme ( CECOS ) avant la vasectomie ;nle risque d’échec et de complication postopératoire de la vasectomie ;nla nécessité d’utiliser une autre méthode contraceptive pendant 12 semaines après la vasectomie ;nl’absence de modification de l’érection ou de l’éjaculation après la vasectomie. nUn délai de de 4 mois se doit d’être respecté entre les deux consultations préopératoires avant la création de la vasectomie. nnConsentement pour vasectomie [2]nJe soussigné, _____________, demande à supporter une vasectomie, c’est-à-dire une stérilisation à visée contraceptive de mon plein gré, sans endurer aucune pression ni avoir été poussé d’une quelconque façon. Je sais qu’il existe d’autres solutions de contraception temporaire. Je suis entièrement conscient que l’opération me rendra incapable d’avoir des enfants. Je sais qu’il y a un certain risque postopératoire et que l’opération peut ne pas être un succès de première volonté. Je sais que je peux revenir sur ma décision jusqu’au dernier moment avant l’opération. J’ai eu toute latitude pour poser des interrogations auxquelles on a répondu à mon entière satisfaction. nFait à : nLe : nSignature : nnLors de la 2e visite, le patient devra remettre un consentement rédigé. nnEn accord avec la personne, la présence de témoin ( infirmière ) peut être nécessaire. nnLe médecin peut refuser, mais doit alors en informer le patient dès la première consultation. S’il s’agit d’un majeur incapable, l’acte ne peut se faire que s’il existe une contre-indication indeniable à toute autre méthode contraceptive ou une impossibilité avérée de les mettre en oeuvre.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Contraceptif coté masculin : Où est-il ? Où est-il ? nLa conversation autour de la contraception masculine a été qu’elle sera prêt ‘ bientôt ‘. De nombreux articles ( comme celui-ci, ceci et cela ) remontant au début des années 2000 ont dit qu’une pilule pour hommes est en cours de préparation. Si l’on en croit le calendrier promis, nous devrions tous pouvoir déjà procurer et utiliser des contraceptifs masculins. Pourquoi on ne peut pas ? nnMCI a récemment mené une enquête auprès d’utilisateurs possibles de contraceptifs masculins, et l’une des majeures conclusions de l’enquête est que tous les sexes veulent vraiment plus d’options de contraception pour . Le but de cet exposé est de présenter des infos sur la manière dont un médicament est mis sur le marché et pourquoi les contraceptifs masculins sont encore en développement. nnI. LE PROCESSUSnnLe process de mise au point d’un médicament est une épreuve longue, fastidieuse et cher qui tente de répondre aux questions suivantes : nnComment un contraceptif pourrait-il être efficiente ? nQuelle pilule/dispositif/dispositif/approche pourrait marcher comme contraceptif ? nEst-ce que cela marche dans les essais sur les animaux ? nPourrait-il s’agir d’une véritable pilule, d’une injection ou d’un implant… ? nEst-il sûr, efficace, faisable et fiable ? nEst-il infaillible chez l’homme, avec un minimum d’effets nocifs ? nLe process de développement de la contraception masculine peut changer et n’est pas souvent linéaire, mais ce qui suit est une route représentative pour certaines alternatives contraceptives masculines. nnII. DÉVELOPPEMENT DE MÉDICAMENTSnnL’Aha ! MomentnnnUn chercheur dans un laboratoire trouve une fonction ou un défaut cellulaire : une composante de la réplication qui, lorsqu’elle manque, semble rendre les gentlemens infertiles. Nous appellerons ça la ‘ cible ‘. nnChronologie : C’est toujours le cas avec un grand volume de techniques potentielles différentes sur lesquelles divers chercheurs agissent. nnMais est-ce que ça marche ? nnnLe chercheur teste un animal ( souvent une souris ) dont le système reproducteur présente des modalités semblables à celles de l’homme. Ils veulent savoir si leur cible peut être modifiée d’une manière pour rendre l’animal infertile, parce que si cela marche chez l’animal, cela peut vouloir dire que cela fonctionnera chez les hommes. Ils aussi essayer des échantillons de sperme relationel à ce stade. nnChronologie : Des mois à longtemps. nnCoût : Des centaines de milliers. nnMéthodes à ce stade : il existe beaucoup d’exploration dans divers laboratoires à ce stade, et de beaucoup de chercheurs explorent les pistes qu’ils ont trouvées. nnCible FaisabiliténnnLe chercheur commence à fabriquer le contraceptif qu’un homme prendra dans le futur. Dans ce process, ils essaient de trouver un moyen de modifier, de contrôler et de déclencher l’infertilité à l’aide de leur cible, d’une façon qui peut être transmise à une personne. Le médicament peut-il être absorbé par l’organisme ? Comment pourrait-il être transmis…. sous forme de pilule ? Un coup de feu ? Un patch cutané ? nnChronologie : Plusieurs années. nnCoût : Des dizaines de dizaines de milliers. nnMéthodes à ce stade : la majorité des choses ! Certains que le MCI finance : Catsper et SLO3. Ces deux facteurs jouent sur la motilité des spermatozoïdes. nnEn sommes-nous sûrs ? nnnDe nombreux tentatives sont faits sur des animaux et dans des systèmes qui peuvent être la reproduction des humains pour être certain que le médicament fonctionne convenablement et qu’il est sûr et viable également contraceptif. nnChronologie : Plusieurs années. nnCoût : Des dizaines de centaines. nnMéthodes à ce stade : HIPK4, que MCI finance. Cela affecte la création de sperme. nnEst-il sécuritaire ? nnnLe chercheur peaufine d’autant plus le médicament afin d’être sur qu’il est danger. Ils choisissent de plus la bonne forme posologique, comme une pilule, un vaccin ou un implant, et s’assurent que la posologie, la durée d’action et l’efficacité sont exactes. S’il y a d’autres modalités importantes du médicament, comme la réversibilité, qui peuvent aussi être testées en ce lieu. En fin de compte, les chercheurs s’assurent que le médicament est conforme aux normes rigoureuses de la FDA américaine pour approbation. nnChronologie : Plusieurs années. nnCoût : Des dizaines de milliers à des millions. nnMéthodes à ce stade : Eppin ( motilité du sperme ) Echo-VR/Adam ( bloque les canaux déférents ), VasDeBlock ( bloque les canaux déférents ), Vasalgel ( bloque les canaux déférents ). nnIII. ESSAIS CLINIQUESnnÇa marche ! Mais…. est-ce que ça marche chez les personnes réels ? nnSi les phases ci-dessus démontrent que le médicament est sûr, infaillible et qu’il possède une posologie et une forme posologique fiables, le chercheur présente une demande de drogue nouvelle de recherche, ce qui lui permet de passer aux analyses sur des humains. Parce qu’ils peuvent faire beaucoup d’argent avec un médicament qui peut être vendu dans les semaines à venir, les investisseurs et les compagnies pharmaceutiques apprécient parfois et investir quelque part dans le processus ci-dessous. nnEssai clinique de phase InnC’est la première fois qu’un chercheur teste son médicament sur de vrais humains. À ce stade, ils veulent voir si le contraceptif a des effets secondaires à différentes doses et comment il est manipulé par l’organisme. la plupart des médicaments vont de l’avant à partir de cette étape. nnChronologie : Mois à 2 ans. nnCoût : 2-5 millions. nnMéthodes à ce stade : Bambang Prajogo ( résultat sur la motilité ou la fécondation des spermatozoïdes ) est testé dans l’équivalent de cette étape en asie, mais il ne sera pas prêt aux usa avant d’avoir suivi le processus américain, H 11-beta-mntdc, DMAU. nnEssai clinique de période II

    La contraception masculine – contraception homme

    présentez contraception avec votre partenaire : Quelles sont les options ? nCe billet de site invité est de Jack Burke, un défenseur en ligne de la santé mentale, et sexuelle des mecs. Il croit que le chemin vers le vrai bien-être commence et se termine par des soins personnels. nnTout le monde sait que la clé d’une relation réussie est la communication. Parler ouvertement et honnêtement à votre partenaire de vos opinions et de vos préférences sur tous les discussions est la meilleure façon de créer une relation serré et durable. C’est spécialement vrai lorsqu’il s’agit de porno, mais la conversation est plus importante que les positions et préférences favorites. Une partie de la conversation qui est si souvent négligée est celle sur la contraception ; quelles sont les solutions les plus agréables, efficaces et préférées ? Trop souvent, on présume que l’homme portera simplement un condom ou que la femme prendra la pilule contraceptive. Quelles sont les possibilités véritables et quels sont les possibilités et les problème technique de chacune ? nnPréservatifsnnLes préservatifs proposent toujours été la forme de contraception la plus courante chez les gentlemens. Cela est dû au fait qu’ils sont largement disponibles et, pour la plupart, rentables. Le manque moderne d’options diverses dans le secteur de la contraception masculine a forcé les préservatifs à être appréhendés comme le choix ‘ à faire ‘. Avec le temps, cette attitude a amené les hommes à imaginer que les préservatifs sont aussi bons que la contraception masculine ne peut l’être, ce qui est évidemment faux. nnLes sociétés de préservatifs afficheront systématiquement un taux de réussite de 98 %, mais si l’on tient compte de l’utilisation abusive et d’autres erreurs, le taux moyen tombe à 100 %. Si vous et votre partenaire choisissez d’utiliser des préservatifs, assurez-vous de les utiliser correctement pour éviter les grossesses non désirées et les MST. nnLes préservatifs internes ( autant nommés préservatifs féminins ) sont autant une option, mais ils proposent un taux de succès inférieur à celui des préservatifs masculins. Elles nécessitent aussi souvent un ajustement, une lubrification supplémentaire et dans certains cas une réinsertion, ce qui peut interrompre les rapports hot pour vous et votre partenaire. nnN’importe où entre 1% et 6% des Américains souffrent d’une allergie au latex, qui pour une femme peut faire l’amour avec un préservatif vraiment génant, et même causer des problèmes de santé. Une sensibilité au latex peut ne se manifester qu’après des expositions répétées, alors soyez attentif à toute irritation que vous pourriez ressentir après avoir utilisé des condoms. malgré que les préservatifs soient une mode familière pour les rapports hot protégés, il est decisif de parler ouvertement non seulement des possibilités, mais également des risques qui accompagnent leur utilisation comme couple. nnContraception oralennLes pilules contraceptives pour femmes font souvent la manchette en 2019, étant injustement politisées d’un côté ou de l’autre. Parce qu’on en parle beaucoup, on peut facilement supposer que la majorité des femmes prennent actuellement ‘ la pilule ‘, mais ce n’est pas du tout le cas. Selon le Guttermacher Institute, seulement 25, 9 % des femmes utilisent la contraception orale, tandis qu’une autre enquête neuve a révélé que 70 % des femmes proposent déclaré avoir cessé de prendre la pilule ou avoir envisagé de l’arrêter au cours des trois dernières années. nnAu dire de tous, la pilule est infaillible à quasiment 100 %, lorsqu’elle est utilisée correctement, mais cela ne veut pas dire que les femmes doivent se tracasser pour que leurs ordonnances soient exécutées en valent véritablement la peine. Certaines marques favorites de contraception orale ne sont pas couvertes par certains plans minceur . Et même lorsqu’elles sont disponibles, les pilules contraceptives offrent leurs impressions secondaires communs ; il est par conséquent important que les femmes trouvent celle qui leur correspond le mieux. nnActuellement, n’y a pas d’options contraceptives orales pour les hommes, ce que nous trouvons inacceptable. malgré que le moteur de recherche interne soit en cours depuis un moment déjà, a fallu lutter pour que toute solution viable soit mise en marché. avant que cette option soit prêt dans le commerce, assurez-vous que la femme avec qui vous êtes est à l’aise avec la contraception et qu’elle est au commun de tout effet secondaire possible. nnChirurgiennQuand on y pense, est assez choquant de constater que l’une des formes les plus habituelles de contraception, tant pour les hommes que pour les femmes, est la chirurgie. La demande d’une méthode contraceptive crédible est si forte que nous sommes prêts à faire modifier notre corps chirurgicalement pour l’obtenir. Cela ne devrait pas être le cas, et pourtant la ligature des trompes est la seconde forme de contraception la plus connue aux États-Unis. La vasectomie, bien qu’elle soit vue comme une intervention beaucoup plus sûre, plus rapide et moins invasive, est beaucoup moins classique. Pourtant, plus de 500 000 hommes chaque année choisissent encore de se faire opérer. nnBien qu’une vasectomie soit vue comme une intervention chirurgicale mineure, elle n’est pas sans risque. Des études scientifiques antérieures ont tenu une liaison statistique entre les patients ayant subi une vasectomie et les gentlemens qui développent un cancer de la prostate dans les semaines à venir dans leur vie. de plus, bien qu’une vasectomie n’affecte pas physiquement votre libido, les sensations psychologiques possibles de l’opération peuvent dans certains cas causer une dysfonction érectile. Même après une vasectomie, la stérilisation permanente n’est pas garantie, ce qui est sans aucun doute problématique. nnToute intervention chirurgicale est une décision qui ne doit pas être prise à la légère. Vous et votre partenaire devriez en discuter amplement ( et avec un professionnel ) pour vous assurer que vous réalisez ce qui est le mieux pour vous deux. nnL’avenir de la contraceptionnnComme vous pouvez le remarquer, aucune de ces options n’est parfaite ; elles ont toutes leurs possibilités et leurs inconvénients. Un jour viendra où nous pourrons nous vanter d’avoir un contraceptif sûr, tout bonnement non hormonal et réversible pour les hommes, qui nous permettra d’élargir cette conversation au-delà de ce que nous savons actuellement. Augmenter le volume de solutions contraceptives dans le futur donnera aux paires un plus grand panel d’options et vous permettra, à vous et à votre partenaire, de prendre la décision la plus pertinente et la plus sûre pour votre bien etre et votre relation. nnContraceptionContraceptionMâle Contraception

    La contraception masculine – contraception homme

    Les dernieres nouvelles techniques contraceptives masculines sont plus proches qu’elles ne l’étaient précédemment. Les progrès dans le développement d’une nouvelle contraception masculine réversible ont été lents – le moteur de recherche interne a commencé quasi au même moment que le moteur de recherche sur la contraception féminine dans les années 1950, mais elle n’a pas connu le même succès ni le même investissement que la contraception . nnDiverses initiatives financées par des fonds publics proposent conduit à d’importants développements dans le contrôle de la réplication masculine, notamment la technique de vasectomie sans scalpel, une méthode contraceptive permanente très efficace. Plusieurs nouveaux esters de testostérone, comme l’undécanoate de testostérone, proposent aussi un potentiel contraceptif. , bien qu’il ait été franchement démontré que l’approche hormonale est compétente pour présenter une contraception infaillible et réversible, il n’existe aucun produit disponible. nnActuellement, le Eunice Kennedy Shriver National Institute for Child Health and Human Development, en partenariat avec le Population Council, coordonne un essai multicentrique d’une combinaison de gel auto-administrée de testostérone et du progestatif Nestoroneâ. Cette méthode d’usage journalière à l’initiative de le client complète les techniques contraceptives masculines en général injectables précédemment étudiées. nnOutre les traitements combinés testostérone – progestatif, de nouveaux stéroïdes à longue durée d’action ayant à la fois une action androgénique et progestative en sont aux premiers essais cliniques. Ces stéroïdes synthétiques offrent un effet analogue à celui des contraceptifs hormonaux testostérone progestatifs, mais permettent la possibilité d’une dose orale quotidienne unique ou d’implants sous-cutanés, élargissant ainsi les options contraceptives pour les hommes. nnNouvelles approches non hormonales qui peuvent offrir des atouts. Les interventions avec des sites potentiels d’action sur la spermatogenèse, la maturation des spermatozoïdes dans l’épididyme ou dans le canal vasculaire font actuellement l’objet de contrôles précliniques. nn54% des femmes au Royaume-Uni comptent déjà sur leur partenaire masculin pour la contraception, qu’il s’agisse de stérilisation masculine, de préservatifs masculins ou de méthodes de retrait. Depuis 2000, plusieurs études scientifiques basées sur des enquêtes menées dans divers milieux culturels et sociaux offrent révélé qu’au moins vingt cinq % des hommes considèrent la contraception hormonale comme acceptable. nnMalheureusement, ils n’ont toujours pas cette possibilité, mais il est à espérer que de nouvelles alternatives viendront sur le marché lors des prochaines années. nn

    La contraception masculine – contraception homme

    Qu’est-ce que la prostate ? nQu’est-ce que la prostate ? nLa prostate fait partie du système reproducteur coté masculin. La prostate est une glande de la superficie d’une noix localisée entre la vessie masculine et le pénis. La prostate est juste devant le rectum. L’urètre traverse le centre de la prostate, de la vessie au pénis. nnLa prostate sécrète un fluide qui nourrit et protège le sperme. Le fluide laiteux produit par la prostate – le liquide prostatique – représente à peu près 30 % du eliquide total éjaculé ( le reste étant du sperme et du liquide venant des vésicules séminales ). nnLe liquide prostatique protège les spermatozoïdes en les aidant à vivre plus longtemps et à être plus mobiles. Il contient une multitude d’ingrédients, y compris des enzymes, du zinc et de l’acide citrique. L’une des enzymes du eliquide prostatique est l’antigène spécialisé de la prostate ( PSA ). Après l’éjaculation, le PSA rend le sperme plus épais, aidant les spermatozoïdes à le traverser plus facilement, accuentant leurs chances de féconder un ovule avec succès. nnPendant l’éjaculation, la prostate comprime le liquide prostatique dans l’urètre et est expulsée avec le sperme comme partie du sperme. C’est un élément clé de la reproduction masculine. il y a de multiples possibilités d’interrompre le processus de développement du liquide prostatique et de voyage qui peuvent être optimisées pour le contrôle des naissances et la contraception masculine.

    La contraception masculine – contraception homme

    L’an dernier, le contraceptif coté masculin injecté a fait l’objet d’essais très réussis qui proposent divulguer qu’il était efficace à 96 % pour prévenir la grossesse parmi les 320 femmes qui l’ont employé sur une période d’un an. C’est en vérité plus infaillible que les contraceptifs apprécié comme les préservatifs féminins, les diaphragmes et les capuchons. nnL’essai clinique de ce contraceptif masculin a été interrompu parce que 20 des hommes proposent trouvé les sensations secondaires de l’injection insupportables. Cependant, comme beaucoup de meufs l’ont souligné, ces sensations secondaires sont les mêmes que ceux que les femmes doivent supporter lorsqu’elles prennent des contraceptifs oraux comme la pilule. nnL’arrêt prématuré de cet essai et prometteur pour ces raisons nous amène à nous interroger sur le rôle des préjugés sexistes dans le contrôle des naissances : pourquoi les femmes ont-elles dû faire face à des sensations secondaires potentiellement débilitants pendant des années sans autre recherche pour les atténuer ? La souffrance masculine est-elle prise plus au sérieux que la affliction ? de nombreuses personnes ont aussi fait valoir que les femmes assument injustement le fardeau de la contraception et que la réaction secondaire à la possibilité d’une contraception masculine en est la preuve. nnLes candidats à la littérature britanique voudront peut-être se demander si les représentations de la douleur dans la littérature comme étant ‘ irrationnelle ‘ ont contribué aux idées sexuées de la douleur et de la souffrance dans la société en général. Les candidats en médecine et en sciences biomédicales pouvaient examiner les résultats des tentatives de contraception sur des femmes depuis les années 1960. Pour les élèves intéressés par l’HSPS, l’archéologie et l’anthropologie, ou l’histoire, il peut être nécessaire de faire une lecture plus large des biais de le moteur de recherche scientifique et des façons dont les découvertes scientifiques ont souvent contribué à légitimer des constructions sociales.

    La contraception masculine – contraception masculine

    10 faits sur la contraception masculinen nnLa contraception masculine arrive et va changer le monde. Voici 10 faits que vous n’avez sans doute pas identifiés sur la matière la plus excitante de l’avenir de la contraception. nn nn10. Nous sommes à 10-20 ans d’une nouvelle méthode contraceptive masculine. nn9. Tant les hommes que les femmes veulent que les gentlemens participent à la prise de décisions en terme de planification de famille. nn8. Les plus jeunes sont plus ouverts à une variété de méthodes contraceptives masculines. nn7. il existe des solutions contraceptives masculines en développement qui sont sûres, réversibles, à action prolongée et tout bonnement non hormonales ( Hourra ! Aucun effet secondaire ! ). nn6. Les hommes s’intéressent à la fois aux méthodes contraceptives à très long terme et à celles qu’ils peuvent prendre juste avant les rapports porno comme le Viagra. nnnn5. il y a des contraceptifs composé de de pousses en développement qui emploient des médicaments isolés directement des pousses. nn4. La contraception est une question de couple. nn3. La contraception est un soucis mondial. nn2. La pilule contraceptive ‘ masculine ‘ n’est pas une blague ! Il fait actuellement l’objet d’essais cliniques chez l’homme en attente de l’approbation de la FDA. nn1. la plupart des couples sont emballés par un menu d’options contraceptives sécurisant que les gentlemens et les femmes peuvent utiliser pour répondre à leur style de vie et à leurs besoins de planification familiale. nn nnL’Initiative contraceptive masculine finance le moteur de recherche et sert de ressource pour tout ce qui concerne la contraception masculine. Voyez quelques travaux en cours de développement et découvrez ce que peut être l’avenir de la contraception.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Les méthodes contraceptives que les gentlemens emploient directement, ou qui demandent leur coopération pour être utilisées, y compris les préservatifs, la mise à disposition, le rythme et la stérilisation masculine, ne représentent que 25 % de tous les contraceptifs utilisés dans le monde. nnL’absence d’options contraceptives masculines réversibles sous-entend que les méthodes seulement effeminées, telles que la stérilisation féminine, les appareils intra-utérins ( DIU ), les pilules, les injectables et les implants, proposent continué à dominer le marché mondial. Cependant, une enquête réalisée auprès de 9342 hommes ( âgés de 18 à 50 ans ) de 9 pays a montré que plus de 55% d’entre eux étaient disposés à utiliser une hypothétique contraception hormonale masculine. nnNous avons récemment parlé avec Christina Wang, MD et Stephanie Page, MD, PhD – toutes deux impliquées dans le développement de deux contraceptifs oraux pour hommes. Wang et Page discutent des résultats des analyses cliniques les plus récentes, expliquent le fonctionnement des médicaments et soulignent les différentes méthodes d’administration de médicaments de changement qu’ils étudient actuellement, comme le gel transdermique et l’injection. nnLaura Lansdowne ( LL ) : Quel a été le principal moteur de ce travail, pourquoi y a-t-il tant d’intérêt à développer un contraceptif hormonal pour les gentlemens ? nnStephanie Page ( SP ) : Le principal moteur du développement d’un contraceptif masculin est le taux remarquable de grossesses non planifiées dans le monde ( à peu près 40% ). Il s’agit là d’un besoin non comblé en matière de contraception. Les contraceptifs masculins aider à combler ce besoin. Les sont emballés à partager le fardeau de la contraception avec leurs partenaires effeminées, et les méthodes masculines s’avère être actuellement à peu près 17% de la contraception internationale ( préservatifs vasectomie retrait/rythme ). Mais les hommes offrent peu d’options contraceptives réversibles, et beaucoup d’hommes préfèrent que la fertilité reste une option dans le futur. Ce travail concerne à changer cela et à communiquer aux hommes, et aux couples, de nouveaux choix contraceptifs. nnChristina Wang ( CW ) : Les techniques hormonales sont le pilier de la contraception réversible chez la femme. Nous connaissons bien ces hormones et leurs effets indésirables éventuels. Il est beaucoup plus simple de commercialiser la contraception hormonale que les fabriqué que nous ne connaissons pas si bien. nnLL : Qu’est-ce que le carbonate de dodécylcarbonate de 11-bêta-méthyl-19-nortestostérone ( 11-bêta-MNTDC ) et quel est son mécanisme d’action ( MOA ) ? nnSP : 11-bêta-MNTDC est un stéroïde élaboré sur la structure du squelette de la 19-nortestostérone. Il lie à la fois les androgènes ( testostérone ) et les récepteurs de progestérone, ce qui suggère qu’il soutient à la fois les androgènes et la progestérone fonctionnalités corporelles. En d’autres termes, imite à la fois la testostérone et la progestérone dans le corps. nnCW : Les androgènes et les progestatifs suppriment les hormones qui régulent les fonctions du testicule : production de l’hormone mâle testostérone et génération du sperme. bien que la constitution testiculaire de testostérone soit supprimée, la testostérone ou d’autres androgènes comme le DMAU et le 11-bêta-MNT sont des hormones mâles qui maintiendront les fonctionnalités de la testostérone chez l’homme. nn nnLa pilule contraceptive pour hommes réussit les tests de sécurité humainenNOUVELLESnLa pilule contraceptive pour réussit les contrôles de sécurité humainenLIRE PLUS nLL : Pourriez-vous commenter l’élaboration de l’essai 11-bêta-MNTDC et les principales conclusions de l’étude ? nnSP : Il s’agit d’une étude contrôlée par placebo, d’une durée de 28 jours, touchant à des mecs en bonne santé utilisant deux doses différentes de 11-bêta-MNTDC, administrées de manière journalière avec des aliments. Les majeures conclusions sont que le stéroïde a été bien toléré sans impressions secondaires indésirables graves ET qu’il a supprimé la fabrication d’hormones mâles d’une manière similaire aux contraceptifs hormonaux masculins identifiés, énergiques et ( expérimentaux ). Nous ne nous attendions pas à une suppression de la production de spermatozoïdes, et nous ne l’avons pas mise en lumière non plus, car l’étude n’était pas assez longue. Cela prendrait 3-4 mois. nnLL : Vous notez que les joueurs à l’étude ne se sont pas plaints de la perte de libido – pourriez-vous nous en dire plus ? nnSP : Nous demandons aux personnes de remplir des ‘ journaux intimes ‘ graveleux et de placer des interrogations sur la libido et la fonction sexuelle dans ces questionnaires. Il n’y a pas eu de changement significatif de la utilisation sexuelle dans les indices des personnes à ces interogations, mais un plus grand volume de sujets dans le groupe ayant reçu la plus forte des deux doses proposent noté une baisse de la libido en comparaison au placebo. nnCW : Il n’y a eu aucun changement dans la fonction érectile et leur score d’activité sexuelle. nnLL : Des impressions hors cible ont-ils été observés dans l’étude ? nnSP : Nous avons observé un fin gain de poids, une augmentation de l’hématocrite ( globules rougeatre ) et des changements dans le cholestérol chez les discussions prenant du 11-bêta-MNTDC comparativement au placebo. Ces impressions ne sont pas inattendus chez les hommes qui prennent des combinaisons androgènes-progestérone, notamment par voie orale. nnLL : Vous mentionnez que le 11-bêta-MNTDC, est un ‘ constitué frère ‘ du diméthandrolone undecanoate ( DMAU ), pourriez-vous nous parler du développement du DMAU ? existe-t-il des informations sur les analyses en cours ou terminées que vous pourriez partager avec nous ? nnSP : Le DMAU fait actuellement l’objet d’une étude de 3 mois chez 100 hommes à LA BioMed et à l’Université de Washington. Le but de cette étude plus longue est de juger l’impact du DMAU oral quotidien sur la production de sperme. Le recrutement continue et nous prévoyons communiquer les résultats au cours de la prochaine année. nnLL : Quelles techniques d’administration de médicaments étudiez-vous actuellement et pourquoi est-il important d’explorer une diversité de formulations différentes ? nnSP : Nous évaluons également un givre transdermique quotidien ( Nesterone-Tetostérone ) et une injection à action prolongée ( le but étant des injections tous les 3-4 mois ) financés par le NICHD et s’approchant avec Diana Blithe, PhD. nnPourquoi tant de formulations ? Nous savons que l’utilisation de contraceptifs augmente lorsque les gens ont le choix et que différents hommes aiment mieux différentes techniques. En fin de compte, nous désirons donner des choix aux , et vraiment aux paires, tout au long de leur vie. Comme la plupart des femmes, nous prévoyons que les hommes peuvent préférer une méthode à un moment donné de leur vie reproductive et une méthode différente à un autre moment. Si nous envisageons un monde où le distribuer de la charge contraceptive est beaucoup plus important, les gentlemens et les femmes apprécieront d’avoir le choix entre différentes méthodes, ce qui augmentera sans aucun doute l’utilisation et réduira le fardeau économe, social et sanitaire de la grossesse tout bonnement non planifiée.