• contraception masculine
  • contraception homme
  • contraception masculine pilule – nouvelle contraception homme

    La contraception masculine – contraception homme

    Plus de 50 ans après l’arrivée de la pilule contraceptive, les gentlemens ne sont équipés toujours que de deux moyens contraceptifs : le préservatif et la vasectomie. Voici un tour d’horizon des alternatives actuellement à l’étude. nnAlors que les femmes disposent aujourd’hui d’un arsenal de moyens contraceptifs énergiques pour contrôler leur fertilité, les gentlemens, eux, se trouvent bien démunis. Ils peuvent soit opter pour le préservatif, soit la vasectomie, une méthode de stérilisation qui reste encore assez peu utilisée en France. Mais et même l’une ni l’autre de ces alternatives n’est parfaite. Le préservatif, efficiente dans seulement 85% des cas, est souvent crédité comme contraignant et il peut causer des allergies. Quant à la vasectomie, son principal désavantage est de ne pas toujours être réversible. Mieux vaut donc être sûr de sa décision car elle peut s’avérer définitive. Du côté des méthodes dites «naturelles», il est possible de citer le retrait ( ou coït interrompu ), mais celle-là est loin d’être fiable. Résultat, la contraception est avant tout une affaire de meufs. nnPasser sous la barre du million de spermatozoïdesnAlors comment expliquer que, plus de cinquante ans après l’arrivée de la pilule, n’existe pas encore d’équivalent coté masculin disponible ? Un premier élément de solution repose sur les différences biologiques entre l’appareil génital des mecs et celui des femmes. «La spermatogenèse, c’est-à-dire la fabrication de spermatozoïdes, est un cheminement permanent qu’il est plus dur d’empêcher de manière réversible que le relargage d’un ovule une fois par mois», explique le Dr Vincent Hupertan, médecin urologue et sexologue en libéral. nnLe but est d’obtenir un éjaculat comportant moins d’un million de spermatozoïdes par millilitre, contre 15 à 150 millions en temps normal. nnDepuis les années 1970, la communauté scientifique rivalise pourtant d’ingiénosité pour contourner cet obstacle. Le but est de profiter de un éjaculat comportant moins d’un million de spermatozoïdes par millilitre, contre 15 à 150 centaines de milliers en temps normal. En dessous de ce seuil, on considère que le risque de grossesse vraiment pas désirée est très près de zéro. Autre détail important : ce phénomène doit évidemment être réversible. Pour se faire, plusieurs leviers peuvent être actionnés. «Il s’agit soit de barrer la voie aux spermatozoïdes — c’est ce que l’on fait déjà avec le préservatif et la vasectomie —, soit de prévenir ou de réduire drastiquement la fabrication de spermatozoïdes par voie hormonale ou calorifique, ou bien de dénaturer les spermatozoïdes dans le but de les rendre inopérants», illustre le Pr Éric Huyghe, médecin urologue et andrologue au CHU de Toulouse. nn» LIRE AUSSI – Quelles contraceptions par la suite ? nnParalyser les spermatozoïdesnC’est cette dernière solution qu’ont choisie des scientifiques américains, dont les travaux ont été rédigés le 19 avril dans la revue scientifique Plos One. On y apprend que les chercheurs sont parvenus à bloquer la mobilité des spermatozoïdes de 4 macaques rhésus à l’aide de l’injection d’un constitué nommé EP055. Et par là, à rendre les spermatozoïdes incapables d’atteindre l’ovule si l’occasion se montrait. par ailleurs, les spermatozoïdes des primates ont retrouvé leur possibilité de mouvement initiale dix-huit jours après l’injection. en outre, aucun effet indésirable en manque et long terme n’a été observé. Reste à savoir si cette méthode donnerait d’aussi bons résultats chez l’homme. nn«La contraception non-hormonale permettrait d’éviter d’éventuels effets indésirables liés au bouleversement hormonal»nnPr Éric Huyghe, médecin urologue et andrologue au CHU de Toulousenn«La contraception non-hormonale, c’est-à-dire le fait de viser les spermatozoïdes sans perturber les hormones qui contrôlent leur conception, est la piste qui tente le plus les chercheurs, conseille le Pr Éric Huyghe. Notamment parce qu’elle permettrait d’éviter d’éventuels effets indésirables liés au bouleversement hormonal». Bien des brèches allant dans ce sens proposent été ouvertes… Et immédiatement refermées, surtout à cause d’effets indésirables. nnPour le moment, seule une méthode de contraception non-hormonale a été testée chez l’homme, sans succès. «Il s’agit d’une molécule capable de bloquer la synthèse de vitamine A au niveau des testicules, explique le Pr Éric Huyghe. Cette vitamine est nécessaire à la fabrication des spermatozoïdes». Les premiers essais cliniques offrent eu lieu dans les années 1960. Mais ils proposent ensuite été abandonnés, à cause de la survenue d’importants effets indésirables liés à la consommation concomitante d’alcool. Depuis, des chercheurs proposent repris le flambeau et cherchent actuellement à mettre au point une molécule plus sûre. nn» LIRE AUSSI – Le givre contraceptif injectable pour hommes n’est pas pour demain…nnJouer sur la testostérone pour empêcher la conception des spermatozoïdesnMais c’est sans l’ombre d’un doute du côté des techniques hormonales que les essais cliniques sont les plus prolifiques. Depuis le début des années 1990, pas moins de 8 études majeures ont en action été menées sur près de 2700 volontaires. Et pour chacune d’elles, le principe est le même : administrer sous la forme d’injections ou de programmes de crèmes contenant des hormones qui vont induire une la baisse de la concentration de testostérone dans les testicules. Or sans testostérone, pas de spermatozoïdes. nnBon nombre de ces études, si elles ont abouti à des retombées satisfaisants, offrent cependant dû être abandonnées pour diverses raisons : manque d’efficacité, effets indésirables, peur des conséquences sur le long terme ( notamment pour la prostate, le foie et le comportement ). «La testostérone, c’est l’hormone de la vie, note le Dr Vincent Hupertan. Elle rétréci le taux de mauvais cholestérol, accroit le bon cholestérol, a une action protectrice vis-à-vis des maladies cardiovasculaires et procède à la hauteur de l’humeur. Jouer avec peut exposer les gentlemens à de graves risques. »nn«La testostérone rétréci le taux de mauvais cholestérol, a une action protectrice en fonction des maladies cardiovasculaires (… ). Jouer avec peut exposer à de risques»nnDr Vincent Hupertan, médecin urologue et sexologuennÀ l’heure existante, deux grandes voies sont encore à l’étude : la Nestorone et la diméthandrolone undécanoate ( DMAU ). La première est un givre composé de d’hormones qu’il faut appliquer de manière journalière sur l’épiderme. Testé en deux mille douze pendant six mois, ce givre a permis de faire passer la concentration en spermatozoïdes sous le seuil de fertilité chez 88% des 56 participants. Une nouvelle étude à laquelle doivent prendre part 400 paires résidant dans 6 pays doit débuter en 2018. Quant à la DMAU — équivalent masculin de la pilule —, elle vient tout juste d’être testée sur 100 . Les conclusions, récemment présentées au congrès annuel de l’entreprise d’endocrinologie, sont encourageantes selon les chercheurs, bien que des méfaits se soient manifestés ( prise de poids, diminution du «bon» cholestérol ). nn» LIRE AUSSI – La pilule masculine contraceptive existe-t-elle ? nnLa contraception masculine, une affaire de plomberie ? nEt si la réponse à ce dilemme insolvable était mécanique, et non biologique ? C’est le pari fait par l’Inde où des équipes de recherche planchent depuis le début des années 1990 sur une méthode de contraception occlusive. Le base est simple : empêcher les spermatozoïdes de sortir en leur bouchant la route. nnLe procédé d’inde, nommé RISUG ( pour «reversible inhibition of sperme under guidance» ), revient à insérer dans les deux canaux déférents — canalisations reliant les testicules à la prostate — un givre formant une barrière semi-perméable. Les spermatozoïdes, trop volumineux pour passer au travers, se trouvent alors bloqués et finissent par être recyclés par le groupe. excepté le fait que ce traitement ne modifie en rien l’éjaculation, des analyses menées sur l’animal proposent prouvé qu’il était réversible en quelques mois, à l’aide de l’injection d’un produit visant à répandre le givre. Chez l’homme, les informations manquent pour pouvoir avancer avec conviction une telle allégation. Un essai clinique de phase 3 est en cours et devrait apporter de nouveaux composants dans les années à . nnnLa France à la traînenEn France, la recherche géolocalisée en terme de contraception masculine est au point mort. L’unique initiative, développée depuis la décennie 80, est hébergée au CHU de Toulouse. Il s’agit du slip contraceptif, aussi nommé «slip chauffant». Expérimenté par une centaine de patients depuis 2010, sous le contrôle du Dr Roger Mieusset, le slip plaque les testicules contre le corps, ce qui permet de faire passer leur bouillonnement de 34°C à 37°C. Or la fabrication de spermatozoïdes ne peut au-delà de 35°C. nn«Il ne faut pas chauffer le slip plus de 15 heures par 24h, oriente vers au Figaro le Dr Mieusset, andrologue au CHU de Toulouse et coinventeur du dessous. Sur tous les paires que je suis depuis 5 ans, n’y a pas eu de grossesse vraiment pas voulue. Et cela n’influe pas sur l’érection». Selon le médecin, la fertilité revient dans les 6 mois après l’arrêt du port du slip, et est garantie jusqu’à 4 ans après le début du traitement. Pour le moment, ce dispositif n’est pas reconnu par les autorités sanitaires et très peu d’études sont disponibles. «Nous n’avons pas eu de financement pour faire des essais cliniques en France, mais je compte bien publier une étude», oriente vers le Dr Mieusset, qui vient d’achever son quinzième prototype. nnAvec quatre-vingts millions de grossesses tout bonnement non désirées chaque année dans le monde selon l’OMS, le développement de moyens de contraception masculine est, de la même manière que pouvoir accéder à la contraception , un enjeu majeur. Sanitaire, et par dessus le marché économe, puisque le marché est estimé entre 40 et 200 000 000 000 de dollars chaque année, selon une étude publiée en deux mille douze. Mais obligé constater que pour l’heure, la perspective d’avoir à disposition une méthode rapidement efficiente, facile d’accès, sans méfaits et aussi réversible est encore assez lointaine. Seule technique qui s’approche de cet idéal, la vasectomie, qui revient à ligaturer les canaux par lesquels sortent les spermatozoïdes. Boudée par les Français, elle a déjà été sélectionnée par plus de 50 millions d’hommes dans le monde.

    La contraception masculine – contraception homme

    Empathie et dressage : Une solution à un refrain communnConnie Dean, personnage du conseil consultatif des jeunes de MCI, s’est assise avec son partenaire masculin, Riley, pour discuter de la contraception masculine, de l’inégalité du fardeau contraceptif et des mesures à prendre. nnChaque fois que je mentionne pour la première fois mon travail avec MCI ou même la notion de contraception masculine à mes copines, je me retrouve avec la même phrase : ‘ Oh, les hommes n’acceptent pas ça, je n’ai pas confiance ‘. J’ai compris – nous sommes des étudiantes avec la vie devant nous, alors cette peur de la grossesse est une question d’instinct de survie. Que ce soit l’expérience individuelle ou les normes sociales intériorisées qui évoquent cette crainte et le rejet spontané qui en découle, les données montrent que les gentlemens prendraient la contraception si elle était prêt, et en fait ils la veulent. Maintenant, les statistiques sont une chose, mais dans ma quête pour apaiser les inquiétudes de mes amis, j’ai cherché à humaniser ce côté de l’argument : Je me suis assis avec mon partenaire ( masculin ), Riley, pour en discuter. nnAyant grandi avec deux sœurs et sa mère, les règles et le corps effeminé n’avaient jamais été aussi tabous pour Riley. Cependant, a souligné que les conversations ouvertes que lui et moi avons vis-à-vis de la contraception étaient sa première proximité vis-à-vis. Il admet qu’il n’était ‘ pas au courant, lorsque[il] est arrivé à l’université pour la première fois… de la façon dont le fardeau de la contraception est presque complètement imposé aux femmes ‘. Riley a annoncé que quand bien même ce n’est pas ainsi qu’il devrait être, ‘ la préoccupation directe est au premier plan dans l’esprit d’une femme… c’est pleinement injuste ‘. nnAlors, que peut-on faire exactement pour changer le positionnement des hommes ? Pour Riley, ‘ cela s’avère être un manque total d’éducation… les hommes n’ont pas besoin d’y penser ‘, et que l’éducation dès le plus jeune âge est peut-être le meilleur moyen d’y remédier. ‘ Je pense qu’on peut l’enseigner aux femmes, mais pour un truc de longue haleine, on peut espérer qu’il se perpétuera dans une culture au lieu d’enseigner aux après qu’ils aient fait des erreurs, tout bonnement non ? ‘ malgré que l’étude de cas de Riley me tranquillise sur le fait que les hommes d’âge universitaire peuvent changer d’avis sur le fardeau inégal de la contraception, il est naïf de se mettre en tête que ce est une solution magique universelle. léducation du chien : paraît que c’est là que nous avons convenu que des progrès pouvaient être fabriqués. nnUne fois l’éducation reconnue, Riley avait un point intrigant : ‘ Je pense qu’une autre chose est d’encourager l’empathie… l’empathie est demandée à 100 % pour que les gentlemens comportent la signification de la ‘ présence ‘ sans plus tarder ou de la d’une grossesse ‘. Peut-être qu’en tant que femmes, discuter ouvertement des difficultés qui accompagnent la contraception enlèverait une partie du stigmate qui entoure actuellement la grossesse et encouragerait une plus grande empathie chez les gentlemens ? nnC’est vrai, donc l’empathie et l’éducation semblent aller de pair, et sont des solutions à plus long terme. Mais qu’est-ce qu’il pensait être la chose la plus efficiente à court terme pour lui-même et pour les autres hommes ? ‘ 1000 % d’une relation immersive avec une femme. Par exemple, le fait d’être là pendant que vous souhaitiez faire de grandes douleurs et d’écouter ce que vous deviez surmonter pour trouver[quelle méthode contraceptive] vous convenait le mieux, et la stigmatisation de la femme dans votre vie, tout le manque de soutien des hommes autour de vous, même des pères et des frères… Je ne savais pas que ça se passait avec mes sœurs ! Cela ne nous vient pas à l’esprit…. ce n’est pas le boulot de maman, des sœurs et de la petite connaissance de faire ça. Il s’agit sans doute de concevoir une zone pour que les pères et les mères puissent enseigner à leurs fils. ‘ Je sais qu’il a raison. Nos parents et nos partenaires sont nos principaux éducateurs, et ce cheminement éducatif doit donc être un effort conscient parmi nous tous. nnLe fait d’être accueillie dans ma nettoyée sphère a ouvert les yeux de Riley : ‘ être dans une relation hétérosexuelle en tant qu’homme est aussi cette invitation à vivre la discussion avec la femme dans votre vie. Quand on a le regard de l’intérieur, c’est un point de conversation commun. Les conversations que j’écoute, c’est la chose la plus éducative ; voir l’expérience partagée. ‘ Qui aurait cru le pouvoir de l’aération quotidienne ? ! Accueillir les hommes dans nos vies dans ces conversations intimes peut être inconfortable les premiers jours, mais avec la bonne intention et la promesse de respecter la perspective de croissance réelle semble possible. nnLe dialogue ouvert, l’éducation et l’empathie s’offrent comme des ingrédients clés pour un changement positif de la responsabilité contraceptive dans la population masculine. Je comprends l’inquiétude et le doute qui accompagnent le fardeau de la procréation chez les femmes, mais je suis sérieusement optimiste à l’idée que ces inquiétudes s’apaiseront au fil des ans et que nous progresserons de plus en plus vers l’égalité en matière de contraception.

    La contraception masculine – contraception homme

    Motilité du sperme – Mécanismes de la contraception masculinenLe système reproductif humain est un ensemble sophisitiqué de facteurs interdépendants, dont beaucoup sont nécessaires à une fertilité soutenue. En interrompant ne serait-ce qu’un seul de ces processus indispensables, nous pouvons trouver de dernieres nouvelles façons de créer des contraceptifs non hormonaux excitants pour les gentlemens. L’une des majeures caractéristiques du sperme est sa capacité de nager dans le tractus génital. Cette capacité, ou mobilité des spermatozoïdes, est l’une des cibles les plus excitantes de la contraception masculine. nnMort dans flotte – Arrêter la motilité des spermatozoïdesnLa motilité des spermatozoïdes est la capacité des spermatozoïdes à nager dans l’équipement reproducteur féminin afin de féconder un ovule. La queue du sperme, le flagelle, est ce qui donne la motilité du sperme. Propulsé par l’ATP, la bite propulse les spermatozoïdes vers sa cible en les fouettant d’avant en arrière. nnLa motilité des spermatozoïdes, comme vue par les queues vertes des spermatozoïdes. Les flagelles se déplacent à la manière d’un fouet, propulsant la tête du spermatozoïde, vue en rouge bordeaux, à proximité de l’ovule. nLa motilité des spermatozoïdes, comme vue par les queues vertes des spermatozoïdes. Les flagelles se déplacent à la façon d’un fouet, propulsant la tête du spermatozoïde, vue en rouge bordeaux, à proximité de l’ovule. Photo de Gilberto Santa Rosa, distribué sous licence CC-BY 2. 0. nCependant, les spermatozoïdes ne se déplacent pas en une seule ligne droite. La motilité des spermatozoïdes peut être classée de différentes façons, telles que les mouvements droits, les zigzags, les vibrations, ou simplement tout bonnement non mobiles. Ces différentes formes de mobilité déplacent les spermatozoïdes de différentes manières. L’exposition à divers signaux modifie le mécanisme de guidage, ce qui finit par guider les spermatozoïdes vers l’ovule. nnUne fois que les spermatozoïdes approchent de l’ovule, ils éprouvent un process nommé capacitation. Ce process est déclenché par la présence de calcium et induit une période d’hyperactivation dans le sperme. Les flagelles se déplacent avec une courbure et une dimension d’onde riches, propulsant les spermatozoïdes vers l’ovule. Cette étape commence de plus à déstabiliser la membrane acrosomique, qui est cruciale pour la fécondation. nnTout médicament qui bloque la motilité des spermatozoïdes peut apporter un réel changement sur la planète de la contraception. Ces médicaments avoir un délai d’apparition très court et n’avoir besoin d’être pris que peu de temps avant le coït. par ailleurs, car les spermatozoïdes démontrent leur mobilité dans le tractus génital effeminé, les femmes pourraient être en mesure d’utiliser ce contraceptif aussi bien, offrant une véritable équité dans le paysage contraceptif. nnIl existe de nombreuses cibles bien connues de la motilité des spermatozoïdes qui être utilisées pour le développement de contraceptifs masculins. Certains sont actuellement en cours de développement, notamment Eppin, The ion channel CatSper et Na/K ATPase. MCI a financé des travaux dans ce domaine avec Patricia Cuasnicu en Argentine. nnIl y a plus d’une manière de contracepter. nLa réplication est un appareil grande et difficile, avec de nombreuses façons d’ajouter un frein temporaire sur le processus. L’arrêt de la motilité des spermatozoïdes est l’un des moyens de produire la prochaine génération de contraceptifs masculins. D’autres projets axés sur la prévention de la spermatogenèse, le transport et la fécondation des spermatozoïdes sont tous activement poursuivis. nnEnsemble, nous espérons que ces entreprises spécialistes créeront de diverses formes de contraception masculine avec des profils de produits variés qui répondent aux besoins d’un plus grand nombre d’utilisateurs.

    La contraception masculine – contraception homme

    Aujourd’hui, les femmes hommes disposent d’une grande diversité de solutions contraceptives, y compris les pilules chaque jour, les implants, les DIU et autres. Cependant, n’existe toujours pas de méthode contraceptive équivalente pour les gentlemens, qui se sont toujours limités au retrait, aux préservatifs et à la stérilisation, ce qui impose le fardeau de la prévention de la grossesse aux femmes. nnUne étude récente, coparrainée par les Nations Unies et publiée dans le Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism, visait à changer cette situation en testant l’innocuité et l’efficacité d’un nouveau contraceptif pour . Il s’agissait d’une étude clinique de phase II touchant à 320 hommes en excellente forme. On a injecté aux hommes une combinaison de testostérone et de noréthistérone – un dérivé d’une hormone féminine que l’on trouve dans de nombreuses pilules contraceptives – dans l’espoir que la testostérone supplémentaire enverrait un signal au cerveau pour stopper la réalisation de testostérone en raison des style déjà suffisants. Par conséquent, la fabrication de sperme diminuerait aussi considérablement, ce qui rendrait les hommes temporairement stériles. nnLes premiers retombées étaient très prometteurs et suggéraient que le médicament était très infaillible. Le contraceptif a été efficiente à 96 % pour prévenir la grossesse chez les partenaires monogames des mecs, et après que les gentlemens proposent cessé de bénéficier des injections, la plupart ont recommencé à partir les spermatozoïdes fertiles en 26 semaines environ. Toutefois, les hommes proposent signalé une multitude d’effets secondaires négatifs qui offrent été jugés trop graves pour poursuivre l’essai. Les impressions secondaires négatifs signalés par les joueurs comprenaient les éruptions cutanées, une hausse de la libido, des problèmes émotionnels, des douleurs au point d’injection et des douleurs sur les tissus musculaires. Un homme a souffert de dépression important et un autre a tenté de se suicider, bien qu’il ait ensuite été est établi que cela n’avait aucun rapport avec l’étude. Plusieurs offrent abandonné l’étude plus vite et, dans les semaines à venir, deux comités indépendants proposent décidé d’abréger l’étude. nnCela a suscité une rangée de controverses, car les femmes offrent fait spécifier que beaucoup des effets secondaires signalés étaient semblables ou moins dangeureux que les sensations secondaires de multiples possibilités contraceptives effeminées déjà sur le marché. Cependant, de manière à repérer si ces impressions étaient vraiment mineurs ou non, il est important de les comparer objectivement avec les informations disponibles sur l’utilisation des contraceptifs des femmes. nnLe contraceptif a été infaillible à 96 % pour prévenir la grossesse chez les partenaires monogames des hommes, et après que les gentlemens offrent cessé de bénéficier des injections, la plupart proposent recommencé à partir les spermatozoïdes fertiles en 26 semaines environ. Dans l’essai sur la contraception masculine, 4, 7 % des mecs offrent connu des sautes d’humeur et 2, 8 %, une dépression. En revanche, lors de l’utilisation d’un DIU, approuvé par la FDA : présentation, 5, 2 % des femmes proposent signalé des sautes d’humeur et 5, 4 % des cas de dépression. En plus de ces effets secondaires, les femmes proposent également éprouvé des douleurs abdominales, des kystes ovariens, des maladies de tête, de l’acné et des saignements menstruels abondants. Les DIU peuvent aussi, dans de rares cas, causer une septicémie ou perforer l’utérus. De même, les pilules contraceptives hormonales sont connues depuis longtemps pour apporter des maux de tête, des nausées, des crampes, des infections à levures, des sautes d’humeur et un gain de poids. Plus récemment, une étude de plus d’un million de meufs, publiée dans JAMA Psychiatry, a révélé que les femmes qui utilisaient des contraceptifs hormonaux lecteurs étaient 23 % plus peuvent se voir prescrire des antidépresseurs. nnAinsi, il semble que les contraceptifs féminins approuvés par la FDA actuellement sur le marché proposent des sensations secondaires qui sont tout autant mauvais, sinon pires, que ceux subis par les patientes pendant l’essai de contraception masculine injectable. Mais étant donné qu’il n’y a pas en urgence pour les compagnies pharmaceutiques à construire des contraceptifs masculins, le secteur de la santé se contente d’attendre que des techniques de contraception sécurisant et efficaces soient développées. actuellement, une méthode non hormonale très prometteuse est à l’étude, appelée Vasalgel, un gel polymère injecté dans les canaux déférents de la personne. Le canal déférent est un tube serré qui ammène le sperme. Le polymère forme une barrière et empêche le passage des spermatozoïdes dans le canal déférent. Cette approche prometteuse est réversible puisqu’une deuxième injection peut dissoudre ce polymère, ce qui rétablit efficacement l’écoulement du sperme, et peut être un premier pas à proximité de l’évacuation d’une fraction du fardeau de la prévention de la grossesse chez les femmes. Une pilule contraceptive masculine, en revanche, n’est sans aucun doute pas encore prête avant des décennies.

    La contraception masculine – contraception masculine

    La contraception masculine au-delà des préservatifs et de la vasectomie : est grand tempsnDans ce blogue, la directrice générale de MCI, Heather Vahdat, donner ses réflexions sur le besoin de contraception masculine et sur la façon dont le terrain peut accélérer l’introduction de nouvelles méthodes masculines. nAu cours de la dernière décennie, j’ai travaillé dans le domaine de le moteur de recherche interne et du développement sur les contraceptifs féminins et j’ai eu l’occasion d’échanger régulièrement sur les méthodes masculines. Les conversations offrent souvent été brèves à cause d’un manque d’appétit pour le financement de ces travaux et de la perception que les hommes n’utiliseront pas la contraception. Beaucoup supposent aussi que même si les hommes sont prêts à utiliser la contraception, leurs partenaires ne leur feront pas confiance pour le faire efficacement. Malgré le peu ou l’absence de soutien financier, quelques défenseurs infatigables proposent eu tendance à l’étincelle de promesse qu’offraient les solutions masculines. Leurs efforts pour maintenir vivante la tchat sur la contraception masculine ont continué à faire avancer le domaine de la santé lentement mais sûrement. nnEn 2017, alors que je faisais partie d’une équipe de recherche sur l’élaboration centrée sur l’être humain pour identifier de dernieres nouvelles approches de la contraception féminine, la question ‘ Et les hommes ? Ce qui est d’autant plus avantageux, c’est que cette question émanait de meufs et de gars de tous âges et de tous statuts relationnels dans les milieux urbains et ruraux du Kenya et de l’Inde, sociétés a l’intérieur desquelles le fardeau de la contraception a toujours été imposé à la femme. nnUne introduction rapide : Au-delà des condoms et de la vasectomienAyant récemment fait la transition dans le domaine de la contraception masculine, j’ai eu l’opportunité de me familiariser rapidement avec le domaine de la santé à l’aide de une série d’événements qui se sont déroulés à un moment inattendu. En plus d’en apprendre davantage sur les activités soutenues directement par MCI, j’ai eu le plaisir d’assister à une réunion annuelle de scientifiques intervenant sur des cibles contraceptives masculines à un stade très précoce. Peu de temps après, MCI a lancé notre premier appel de propositions ciblant notamment les produits à un niveau plus avancé, en général les appareils axés sur l’occlusion vasculaire réversible ( comme la vasectomie, seulement moins invasive et réversible ). Ces expositions précoces, associées à une communauté réceptive et solidaire, m’ont permis de me faire rapidement une idée du temps qu’il faudra pour que les nouveaux contraceptifs masculins arrivent sur le marché. nnAlors que je bossais à l’élaboration d’une stratégie pour les activités en manque terme de MCI, j’ai tenu compte de tout ce que j’ai admis au cours de mes premières semaines comme directeur général de MCI. J’ai créé un calendrier approximatif de développement de produits qui incluait toutes les méthodes masculines que j’ai apprises et j’ai essayé de distinguer les occasions où MCI pourrait communiquer le soutien le plus efficace. au cours de ce cheminement, un thème clair a commencé à émerger, un thème qui articule le défi fondamental du développement de tout nouveau produit tout en reflétant aussi, quelque peu inversement, un sentiment général que j’entends souvent tandis je dis aux personnes que le but de MCI est le développement de nouveaux contraceptifs masculins : ‘ Il était temps ‘. nnAccélérer le processusnLe tracé des solutions contraceptives masculines non hormonales en cours de développement sur toute la durée de développement du produit révèle immédiatement un pipeline déséquilibré. la majorité des produits potentiels en sont à la phase initiale de découverte avec seulement une poignée de produits, à 100% des dispositifs occlusifs de vas occlusifs, qui approchent des études précliniques permettant l’exécution de la DNR. Le calendrier de développement est complété par la rareté des produits qui déclarent en être à différentes phases des essais cliniques. Cependant, ces tentatives sont menés dans des pays qui ne sont pas gérés par des ferments de réglementation stricts ( ARS ). Cela signifie que la capacité d’utiliser les datas de ces tentatives pour appuyer les exercices d’enregistrement internationaux peut s’avérer compliqué. nnCompte tenu de ces défis, la première phase de la multiplication du nombre de contraceptifs masculins disponibles revient à faire s’améliorer plus rapidement les produits au stade précoce : ‘ Il s’agit de provoquer le temps ‘. nnS’assurer d’une direction clairenEn plus de faire avancer les premières pistes, j’ai aussi réfléchi à la façon dont nous pourrions faire avancer les choses depuis l’autre bout du pipeline. Comment pouvons-nous nous préparer aux activités en aval pour nous assurer que les exercices accélérés de développement de produits ne se heurtent pas à un mur au stade préclinique ou clinique ? Étant donné qu’il n’existe que peu ou pas de précédents en matière de navigation dans le processus de réglementation des solutions contraceptives masculines, nous devons commencer maintenant à tenir des discussions avec un très large éventail d’intervenants pour nous assurer que les phases à franchir pour acquérir l’approbation réglementaire sont faciles à comprendre. Cela pourra garantir que le temps et l’efficacité sont gérés aux DEUX extrémités du spectre du développement, ce qui permettra de provoquer le processus : ‘ il s’agit de comprimer efficacement le temps ‘. nnCommuniquer une réaliténNous pouvons développer des méthodes contraceptives masculines jusqu’au retour des vaches à la maison, mais à moins que les vaches n’utilisent ces solutions, nous devons autant travailler parallèlement pour étudier et définir le marché et les personnes possibles. C’est délicat lorsqu’il s’agit de définir une voie qui n’existe pas encore. En fait, il n’existe même pas de marché grandement similaire pour la contraception masculine ( c. -à-d. que le marché de la contraception masculine n’est à tous les coups pas analogue à celui de la contraception féminine ). Les solutions masculines, en particulier les méthodes vraiment pas hormonales, sont susceptibles d’avoir des dispositifs d’action très divers des solutions féminines. Plus particulièrement, les solutions masculines tout bonnement non hormonales sont susceptibles d’avoir moins d’effets secondaires, ou parfaitement aucun, parmi ceux que l’on analyse généralement avec la contraception féminine. nnLe concept même de méthodes contraceptives masculines, au-delà des préservatifs et de la vasectomie, est encore si étranger qu’il est intangible pour de nombreux hommes. Ainsi, un aspect critique de la création d’une étude de marché ne consiste pas seulement à définir les spécificités potentielles du marché et des personnes des solutions masculines, mais aussi à amener les gentlemens et les femmes à installer un monde où il existe plusieurs techniques contraceptives masculines. Ce process de régulation est spécialement critique étant donné que les usagers prévus de plusieurs des contraceptifs masculins en développement sont actuellement des nourrissons ! En normalisant la conversation avec les adolescents et les hommes et femmes d’aujourd’hui, le concept de contraception masculine sera moins étranger d’ici à ce que les produits actuellement en développement et les premiers utilisateurs atteignent un point d’intersection : ‘ Il est temps de parler de la multiplication des alternatives contraceptives pour les hommes comme une réalité. nnIl est TOUT tempsnNous nous trouvons à un point où pratiquement tous les aspects de la tchat sur l’augmentation du nombre de contraceptifs masculins disponibles pour les hommes et leurs partenaires sont liés à une certaine forme de reconnaissance du temps. malgré que le concept de temps varie en fonction de l’aspect causé, la réponse à de multiples interrogations sur le ‘ comment ‘ et le ‘ pourquoi ‘ de la multiplication des solutions contraceptives masculines est cohérente. Cependant, nulle part ailleurs la réponse n’est plus forte qu’en solution à la question fondamentale : ‘ Pourquoi devrions-nous investir dans le développement de méthodes contraceptives masculines ? ‘

    La contraception masculine – contraception masculine

    Que sont les testicules ? nNous savons tous que les testicules sont d’où proviennent les spermatozoïdes, et de nombreuses techniques contraceptives masculines impliquent la manipulation de la fabrication ou de la motilité des spermatozoïdes. Mais comment jouent-ils leur rôle dans le système reproducteur ? nnLes testicules sont les deux ‘ boules ‘ de forme ovale que l’on trouve de chaque côté du pénis du mâle. Lorsqu’un mâle atteint la maturité sexuelle, les deux testicules, aussi appelés testicules, commencent à réaliser et à remplir des millions de minuscules spermatozoïdes. Les testicules sont de forme ovale et atteignent en moyenne 2 pouces ( 5 centimètres ) de longueur et 1 pouce ( 3 centimètres ) de diamètre. nnLes testicules font autant partie du système endocrinien. Ils produisent des hormones, dont la testostérone. La testostérone est l’hormone qui fait que les hommes développent des parole plus profondes, des muscles plus gros et des poils du corps et du tête la puberté, et elle stimule également la réalisation de sperme. nnLes testicules, avec l’épididyme, pendent dans une structure en forme mobile à l’extérieur du bassin appelée scrotum. Ce sac à main de peau aide à rationaliser la chaleur des testicules, qui doivent être maintenus plus frais que la température du corps pour se fournir du sperme viable. nnIl est envisageable de modifier la production de spermatozoïdes et d’interrompre l’élaboration en modifiant la chaleur du scrotum. Des études publiées cette saison proposent divulguer que les hommes qui portent des sous-vêtements moulants ( blancs serrés ) pourraient nuire à leur fertilité et à leurs efforts de duplication. Les spécialistes travaillent sur des analyses en cours concernant de dernieres nouvelles méthodes de contraception masculine qui régulent la température du scrotum et offrent le potentiel de modifier la fonction du sperme – une piste prometteuse pour une contraception masculine sûre et réversible.

    La contraception masculine – contraception homme

    Qu’est-ce que l’épididyme ? nDans le système reproducteur masculin, l’épididyme et le canal déférent constituent le système canalaire des organes reproducteurs masculins. Ces conduits se trouvent le long des testicules. L’épididyme est un ensemble de deux canaux enroulés ( un pour tout testicule ) qui se raccorde au canal déférent. nnL’épididyme comprend trois parties. Près du sommet des testicules se trouve la tête de l’épididyme, qui stocke les spermatozoïdes jusqu’à ce qu’ils soient prêts à mûrir. de même, y a le corps, un long tube torsadé où les spermatozoïdes mûrissent. Cette maturation dure à peu près une semaine. Le dernier est la tige, qui se connecte au canal déférent, aussi nommé canal déférent ou canal déférent. De là, le sperme est transporté dans le canal éjaculatoire. nnL’épididyme est une partie peu connue et bien documentée du système reproducteur coté masculin. Des chercheurs du Royaume-Uni offrent remarqué que l’un des sensations secondaires d’un médicament exploité pour traiter des maladies comme la schizophrénie et l’hypertension artérielle est de bloquer l’éjaculation. Ces chercheurs offrent trouvé le mécanisme d’action de ce médicament : En fermant les canaux dans l’épididyme et le canal déférent, le passage du sperme est empêché. Le sperme reste alors dans les tubes déférents du canal vasculaire et est naturellement recyclé par le groupe. nn nnCes chercheurs offrent mis au point un contraceptif contraceptif pour hommes nommé la pilule pour draps propres. Pour à ce sujet et sur d’autres méthodes contraceptives masculines réversibles vraiment pas hormonales sécurisant, cliquez en ce lieu.

    La contraception masculine – contraception homme

    Mise en marché des contraceptifs pour hommesnLe contrôle des naissances pour les gentlemens n’a pas été inventé encore. nEn spécifique, n’existe pas de méthode contraceptive réversible à action prolongée pour les gentlemens. Les seules alternatives pour les hommes sont les vasectomies et les préservatifs, qui ne permettent pas aux hommes et à leurs partenaires de prendre entre les possibilités qui conviennent à leur style de vie. nnNotre mission est de mettre sur le marché des contraceptifs pour hommes. Plus précisément, s’agit de techniques réversibles, non hormonales, qui agissent au cours du développement futur du sperme. Ce piquant écarte les impressions secondaires évitables et permet une méthode contraceptive qui fonctionne beaucoup plus rapidement. nnAlors, comment pouvons-nous mettre sur le marché des contraceptifs pour ? le premier travail à réaliser consiste à les faire s’améliorer suffisamment dans le développement clinique. nnGénéralement, les sources de financement semblent plus faciles à trouver une fois que la recherche arrive aux tentatives cliniques chez l’être humain. Vous savez donc qu’il y a trois phases de ces essais cliniques chez l’humain avant qu’un médicament ne soit admissible à une demande de la FDA. Après cela, il peut être mis en marché. Même dans ce cas, seulement 10 % des médicaments, en moyenne, passent de la phase I à la commercialisation. Mais les compagnies pharmaceutiques et les investisseurs sont prêts à intervenir dans la phase I. C’est parce qu’ils s’attendent à faire beaucoup plus que 10 fois leur investissement en cas de succès. Par conséquent, est financièrement sage pour eux de vous aider. nnMais avant qu’un médicament comme un contraceptif n’atteigne la période I d’un essai clinique chez l’être humain, il reste encore du travail à faire. Et ce travail est plus risqué. En fait, c’est tellement risqué, cette période s’appelle -nnLa ‘ vallée de la mort ‘. nCette période de ‘ vallée de la mort ‘ entraine beaucoup de travaux précliniques. Après avoir trouvé une molécule candidate, vous effectuez un process appelé criblage à haut débit. Il s’agit d’un process de dépistage à grand espace afin de s’assurer que vous vous retrouvez avec un médicament qui est très sélectif. C’est-à-dire que le médicament ne fait que ce que vous voulez qu’il fasse. nnDans cette phase, vous avez aussi d’autres parties. Vous testez la toxicité, vous vous assurez que votre médicament est absorbable par l’organisme et vous vous assurez qu’il dure assez longtemps et qu’il est suffisamment puissant pour être pratique. Si l’un d’entre eux ne marche pas, vous devez soit faire marche arrière, soit remplacer. Les investisseurs et les grandes entreprises pharmaceutiques sont restés en dehors de cette ‘ vallée de la mort ‘ pour la recherche géolocalisée sur la contraception masculine. c’est pourquoi nous nous sommes concentrés sur ce secteur de la santé. nnCe qu’il y a de bien dans cette étape de la ‘ vallée de la mort ‘, c’est que, selon l’état d’avancement de la recherche géolocalisée, ne coûte que quelques centaines de milliers de dollars pour passer à l’étape suivante. Comparez cela aux coûts plus élevés que les compagnies pharmaceutiques et les investisseurs doivent assumer lorsque les essais cliniques chez l’être humain commencent. Ces ‘ millions ‘ ne comptent pas le coût de l’addition de tous les échecs. nnC’est onéreux, et il est par conséquent important de prendre de bonnes décisions sur ce qu’il faut financer. Nous maximisons nos chances de succès en demandant aux meilleurs experts sur la planète d’examiner nos propositions de recherche sur la contraception masculine. nnComment financer tout cela ? nNous finançons ce travail à l’aide de des donateurs très généreux qui reconnaissent l’importance et l’impact de la mise sur le marché d’un nouveau contraceptif coté masculin. Les préoccupations d’un donateur peuvent porter sur le bien-être humain, les possibilités d’éducation, l’équité entre les sexes ou même les questions liées à la population. de toute manière, l’ajout d’une nouvelle méthode contraceptive masculine a un résultat important. Plus la recherche géolocalisée est utile, plus y a de probabilités pour qu’un contraceptif masculin arrive sur le marché plus rapidement. nnAlors, à quoi ressemblent ces probabilités ? nImaginez qu’à chaque fois que nous obtenons un contraceptif coté masculin prometteur après la ‘ vallée de la mort ‘ et les essais cliniques hommes, nous obtenons une puce. Par souci de aisance, nous dirons que chaque puce donne 10 % de probabilités de disposer de un contraceptif coté masculin sur le marché. Vous pouvez imaginer cette puce comme celle que vous verriez dans un jeu Plinko dans The Price Is Right. C’est celle où vous testez de faire tomber la puce aléatoirement dans le bon emplacement. Nous ne pouvons pas garantir que notre puce sera gagnante, mais chaque puce a une certaine chance. Si nous pouvons transmettre suffisamment de candidats à des tentatives cliniques de période I sur des humains, nous augmentons les chances qu’au moins un de ces contraceptifs masculins soit mis sur le marché. nnEntre-temps, nous continuerons de bosser pour susciter l’attention des équipes de recherche sur la contraception et nous comptons sur de généreux donateurs pour obtenir leur appui. Dans la mesure où nous pouvons financer et identifier les recherches prometteuses avec succès, plus le monde aura de chances d’avoir le contrôle des naissances pour les gentlemens, qu’il s’agisse d’une nouvelle naissance ou d’une naissance prématurée.