• contraception masculine
  • contraception homme
  • contraception masculine 2019 – contraception hormonale pour homme

    La contraception masculine – contraception masculine

    Plus de 50 ans après l’arrivée de la pilule contraceptive, les gentlemens ne sont équipés toujours que de deux moyens contraceptifs : le préservatif et la vasectomie. Voici un tour d’horizon des pistes actuellement à l’étude. nnAlors que les femmes disposent aujourd’hui d’un arsenal de moyens contraceptifs énergiques pour contrôler leur fertilité, les hommes, eux, se trouvent bien démunis. Ils peuvent soit adopter le préservatif, soit la vasectomie, une méthode de stérilisation qui reste encore assez peu utilisée en France. Mais et même l’une ni l’autre de ces alternatives n’est parfaite. Le préservatif, efficace dans seulement 85% des cas, est souvent crédité comme contraignant et peut provoquer des allergies. Quant à la vasectomie, son principal désavantage est de ne pas toujours être réversible. Mieux vaut donc être sûr de sa décision car elle pourrait se révéler définitive. Du côté des solutions dites «naturelles», il est possible de citer la mise à disposition ( ou coït interrompu ), mais celle-ci est loin d’être fiable. Résultat, la contraception est avant tout une affaire de filles. nnPasser en dessous du million de spermatozoïdesnAlors comment expliquer que, plus de cinquante ans après l’arrivée de la pilule, n’a pas été créé encore d’équivalent masculin disponible ? Un premier élément de réponse repose sur les différences biologiques entre l’équipement génital des hommes et celui des femmes. «La spermatogenèse, c’est-à-dire la fabrication de spermatozoïdes, est un cheminement permanent qu’il est plus compliqué d’invalider de manière réversible que le relargage d’un ovule une fois par mois», explique le Dr Vincent Hupertan, médecin urologue et sexologue en libéral. nnLe but est d’avoir un éjaculat contenant moins d’un million de spermatozoïdes par millilitre, contre 15 à 150 millions en temps normal. nnDepuis les années 1970, la communauté scientifique rivalise pourtant d’ingiénosité pour contourner cet obstacle. Le but est d’obtenir un éjaculat contenant moins d’un million de spermatozoïdes par millilitre, contre 15 à 150 millions en temps normal. En dessous de ce niveau, on considère que le risque de grossesse non désirée est très proche de zéro. Autre détail important : ce phénomène doit évidemment être réversible. Pour se faire, plusieurs leviers peuvent être actionnés. «Il s’agit soit de barrer la direction aux spermatozoïdes — c’est ce que l’on fait déjà avec le préservatif et la vasectomie —, soit d’invalider ou de réduire fortement la production de spermatozoïdes par direction hormonale ou calorifique, ou bien de dénaturer les spermatozoïdes dans l’idée de les rendre inopérants», illustre le Pr Éric Huyghe, médecin urologue et andrologue au CHU de Toulouse. nn» LIRE AUSSI – Quelles contraceptions dans le futur ? nnParalyser les spermatozoïdesnC’est celle ci solution qu’ont sélectionnée des scientifiques américains, dont les travaux ont été rédigés le 19 avril dans la revue scientifique Plos One. On y fait connaître que les chercheurs sont parvenus à bloquer la mobilité des spermatozoïdes de 4 macaques rhésus grâce à l’injection d’un composé nommé EP055. Et par là, à rendre les spermatozoïdes incapables d’obtenir l’ovule si l’occasion se présentait. par ailleurs, les spermatozoïdes des primates offrent retrouvé leur possibilité de mouvement initiale dix-huit jours après l’injection. en outre, aucun effet indésirable à court et long terme n’a été observé. Reste à savoir si cette méthode donnerait d’aussi bons retombées chez l’homme. nn«La contraception non-hormonale permettrait d’éviter d’éventuels effets indésirables liés au bouleversement hormonal»nnPr Éric Huyghe, médecin urologue et andrologue au CHU de Toulousenn«La contraception non-hormonale, c’est-à-dire le fait de viser les spermatozoïdes sans perturber les hormones qui contrôlent leur fabrication, est la piste qui tente le plus les chercheurs, oriente vers le Pr Éric Huyghe. Notamment parce qu’elle permettrait d’éviter d’éventuels méfaits liés au bouleversement hormonal». Bien des brèches allant dans ce sens offrent été ouvertes… Et d’emblée refermées, en général à cause d’effets indésirables. nnPour le moment, seule une méthode de contraception non-hormonale a été testée chez l’homme, sans succès. «Il s’agit d’une molécule compétente pour bloquer la synthèse de vitamine A à la hauteur des testicules, explique le Pr Éric Huyghe. Cette vitamine est obligatoire à la fabrication des spermatozoïdes». Les premiers essais cliniques proposent eu lieu dans les années 1960. Mais ils ont par la suite été abandonnés, en raison de la survenue d’importants effets indésirables liés à la consommation concomitante d’alcool. Depuis, des chercheurs proposent repris le flambeau et cherchent actuellement à fabriquer une molécule plus certaine. nn» LIRE AUSSI – Le gel contraceptif injectable pour hommes n’est pas pour demain…nnJouer sur la testostérone pour empêcher la fabrication des spermatozoïdesnMais c’est à tous les coups du côté des méthodes hormonales que les tentatives cliniques sont les plus prolifiques. Depuis le début des années 1990, pas moins de 8 analyses majeures offrent en effet été menées sur près de 2700 volontaires. Et pour chacune d’elles, le idée est le même : administrer sous la forme d’injections ou d’applications de crèmes contenant des hormones qui vont induire une la baisse de la concentration de testostérone dans les testicules. Or sans testostérone, pas de spermatozoïdes. nnBon nombre de ces recherches, si elles proposent abouti à des résultats satisfaisants, offrent cependant dû être abandonnées pour différentes raisons : manque d’efficacité, méfaits, crainte des problèmes sur la longue durée ( surtout pour la prostate, le foie et la conduite ). «La testostérone, c’est l’hormone de la vie, accentue le Dr Vincent Hupertan. Elle diminue le taux de mauvais cholestérol, augmente le bon cholestérol, a une action protectrice vis-à-vis des maladies cardiovasculaires et se conduit au niveau de la disposition mentale. Jouer avec peut exposer les hommes à de risques. »nn«La testostérone diminue le taux de cholestérol néfaste, a une action protectrice en fonction des maladies cardiovasculaires (… ). Jouer avec peut exposer à de graves risques»nnDr Vincent Hupertan, médecin urologue et sexologuennÀ l’heure courante, deux grandes voies sont encore à l’étude : la Nestorone et la diméthandrolone undécanoate ( DMAU ). La première est un givre à base d’hormones qu’il faut appliquer quotidiennement sur l’épiderme. Testé en 2012 pendant six mois, ce givre a permis de transmettre la concentration en spermatozoïdes sous le palier de fertilité chez 88% des 56 participants. Une nouvelle étude à laquelle doivent prendre part 400 paires vivant dans 6 pays doit débuter en 2018. Quant à la DMAU — équivalent masculin de la pilule —, elle vient tout juste d’être testée sur 100 . Les conclusions, récemment présentées au congrès annuel de la compagnie d’endocrinologie, sont encourageantes selon les chercheurs, bien que des effets indésirables se soient manifestés ( prise de poids, la baisse du «bon» cholestérol ). nn» LIRE AUSSI – La pilule masculine contraceptive existe-t-elle ? nnLa contraception masculine, une affaire avec votre installation de plomberie ? nEt si la solution à ce dilemme insolvable était mécanique, et non biologique ? C’est le pari fait par l’Inde où des équipes de recherche planchent depuis le début des années 1990 sur une méthode de contraception occlusive. Le principe est simple : empêcher les spermatozoïdes de sortir en leur bouchant la voie. nnLe processus indien, appelé RISUG ( pour «reversible inhibition of sperme under guidance» ), revient à introduire dans les deux canaux déférents — tuyaux reliant les testicules à la prostate — un gel formant une barrière semi-perméable. Les spermatozoïdes, trop volumineux pour passer au travers, se trouvent alors bloqués et finissent par être recyclés par l’instance. outre le fait que ce traitement ne modifie en rien l’éjaculation, des études scientifiques menées sur l’animal ont prouvé qu’il était réversible en quelques mois, à l’aide de l’injection d’un produit visant à dissoudre le givre. Chez l’homme, les datas manquent pour pouvoir avancer avec conviction une telle allégation. Un essai clinique de phase 3 est en cours et devrait apporter de nouveaux composants dans les années à venir. nnnLa France à la traînenEn France, le moteur de recherche interne en terme de contraception masculine est au point mort. L’unique action, codée depuis les années 1980, est hébergée au CHU de Toulouse. Il s’agit du slip contraceptif, aussi nommé «slip chauffant». Expérimenté par une centaine de patients depuis 2010, sous le contrôle du Dr Roger Mieusset, le slip plaque les testicules contre le corps, ce qui a pour effet de faire passer leur température de 34°C à 37°C. Or la conception de spermatozoïdes ne peut en plus de 35°C. nn«Il ne faut pas chauffer le slip plus de 15 heures par 24h, indique au Figaro le Dr Mieusset, andrologue au CHU de Toulouse et coinventeur du dessous. Sur tous les couples que je suis depuis 5 ans, n’y a pas eu de grossesse tout bonnement non désirée. Et cela n’influe pas sur l’érection». Selon le médecin, la fertilité revient dans les 6 mois après l’arrêt du port du slip, et est garantie jusqu’à 4 ans après le début du traitement. Pour le moment, ce dispositif n’est pas avoué par les autorités sanitaires et très peu d’études sont disponibles. «Nous n’avons pas eu de financement pour faire des tentatives cliniques en France, mais je compte bien publier une étude», indique le Dr Mieusset, qui vient d’achever son quinzième prototype. nnAvec 60 millions de grossesses tout bonnement non désirées tous les ans dans les pays selon l’OMS, le développement de moyens de contraception masculine est, de la même manière que pouvoir accéder à la contraception féminine, un enjeu majeur. Sanitaire, et par dessus le marché économe, puisque le marché est estimé entre 40 et 200 000 000 000 de dollars par an, selon une étude publiée en deux mille douze. Mais obligé remarquer que pour l’heure, la perspective d’avoir à disposition une méthode rapidement efficiente, facile d’accès, sans méfaits et aussi réversible est encore assez lointaine. Seule technique qui s’approche de cet idéal, la vasectomie, qui consiste à ligaturer les canaux par lesquels sortent les spermatozoïdes. Boudée par les Français, elle a déjà été choisie par plus de 50 centaines de milliers de gars sur la planète.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Conseil consultatif jeunesse de l’ICMnIntroduction de la directrice générale de l’Initiative contraceptive masculine Heather Vahdat : nnDepuis que j’ai rejoint l’Initiative contraceptive masculine ( ICM ) en 2018, l’un de mes souhaits était d’établir un Conseil consultatif de la jeunesse ( CCJ ). C’est quand j’ai trouvé YTH, un organisme que j’ai dorénavant le bonheur d’appeler mes proches collègues, que l’idée a germé pour la première fois. J’ai en ligne été impressionné par l’engagement délibéré et tourné à proximité de l’extérieur du YTH envers les jeunes. Il m’est parvenu en tête que l’inclusion des perspectives des jeunes dans le moteur de recherche interne, les programmes et les vues en terme de santé sexuelle et génésique devrait être une technique parfaite pour tous les organismes. Dans le cas du MCI, je crois qu’il s’agit d’une pratique étant donné que les jeunes d’aujourd’hui et leurs partenaires seront les premiers bénéficiaires des techniques contraceptives masculines non hormonales, réversibles et en cours de développement. nnBien que je considérais l’établissement d’un BEA comme la priorité pour MCI, je ne m’attendais à coup sûr pas à ce qu’il se concrétise si rapidement. Cet accomplissement repose fermement entre les mains de Kathryn Carpenter, notre première boursière d’été de l’Université de Caroline du Nord à la Chapel Hill’s Gillings School of Public Health. Kathryn a sans attente accueilli l’idée d’un YAB et a été la puissance motrice pour en faire une réalité. Le croisement des chemins avec Tyrone et Connie semblait être la certitude de l’Univers que le moment était apparu et nous voici donc, fiers de présenter le YAB du MCI au monde entier ! Le billet d’introduction du blogue de Kathryn est délivré ci-après. nnPar Kathryn Carpenter, MCI Advocacy Strategist et présidente du conseil consultatif jeunessennEn août, l’Initiative contraceptive masculine ( ICM ) a tenu sa première réunion du Conseil consultatif des jeunes avec les trois premiers membres : Connie Dean, Tyrone Fields et Kathryn Carpenter. nnMCI intensifie ses exercices pour accroître la sensibilisation et le plaidoyer en faveur de nouvelles techniques de contraception masculine vraiment pas hormonale. Le Conseil consultatif de la jeunesse offre l’occasion d’étendre notre portée aux populations plus jeunes, y compris celles des campus collégiaux. Comme toute méthode masculine éventuelle est à 10-15 ans, il est très important d’engager le dialogue avec les jeunes dès maintenant, de offrir l’information et de recueillir des points de vue pour éclairer les exercices de développement de produits. Le Conseil consultatif de la jeunesse offre l’occasion d’engager les jeunes dans des exercices de plaidoyer et de propagation des connaissances sur la contraception masculine via leurs réseaux, afin d’être sur que ceux qui bénéficieront des toutes nouvelles solutions contraceptives masculines sont les plus prêts à les accepter quand ils arrivent sur le marché. nnL’inclusion des jeunes dans les organismes qui les servent est vraiment pas seulement importante à première vue, mais elle est également fondée sur des données probantes. elle est décrite comme un ‘ droit ‘ et une ‘ priorité ‘, et peut inclure à la fois des sensations directs sur les jeunes et des impressions directs sur les institutions au service des jeunes ( Villa-Torres

    La contraception masculine – contraception masculine

    Quel est le rapport entre la contraception et Kevin Bacon ? nComment l’accroissement des alternatives contraceptives masculines peut changer le monde, et nous rappelle Kevin Bacon. nnCherchez-vous à avoir un vrai résultat mondial sur la santé, l’environnement, l’équité entre les sexes, l’éducation ou tout autre enjeu auquel nous sommes actuellement confrontés également communauté mondiale ? Dans l’affirmative, l’amélioration de la contraception en général et la multiplication des possibilités contraceptives masculines surtout sont un recours infaillible d’obtenir cet but. nn…….. nnAprès avoir passé plus d’une décennie à travailler dans le secteur de la contraception et de la santé génésique, je peux dire, sans exagération, que je pense que la contraception peut jouer un rôle dans la résolution de presque tous les problèmes. Je plaisante souvent à ce sujet d’une façon ‘ 6 degrés de contraception ‘, pariant que je peux rattacher la contraception à n’importe quel soucis mondial en moins de six étapes à la Kevin Bacon jeu ( vraiment, je peux à tous les coups le faire en trois mais je suis fan de me donner une certaine marge de manœuvre ). Le truc, c’est que je crois VRAIMENT que c’est vrai. nnC’est pour cela que je suis perplexe à l’idée qu’à l’ère de la philanthropie moderne, avec des philosophies axées sur le talent stratégique, l’investissement d’impact et l’altruisme efficiente, on ne se concentre pas encore plus sur le soutien en investigation et au développement en terme de contraception. C’est peut-être parce que certains pensent qu’il existe déjà suffisamment de solutions contraceptives disponibles, ce qui serait facile à imaginer à première vue ; cependant, même la moindre fouille permettra de appréhender que beaucoup des solutions anciennes pour les femmes sont entachées d’effets secondaires qui rendent souvent leur utilisation difficile. ensuite, y a les solutions contraceptives masculines – vous savez, les deux – donc, il y a sans aucun doute place à l’amélioration. nnAlors pourquoi a-t-il été si compliqué de bénéficier de le soutien nécessaire à la contraception en général et à la contraception masculine notamment ? Comment pouvons-nous articuler clairement le besoin et l’impact immédiat que l’amélioration des alternatives contraceptives peut avoir, et l’importante occasion d’impact que l’amélioration de l’adoption et de l’observance des contraceptifs peut avoir sur de nombreux autres problèmes mondiaux ? nnLes objectifs du développement durable ( ODD ) nnLa première étape en vue de de concevoir des problèmes de grande largeur revient à élaborer une nomenclature et une stratégie communes pour relever les challenges qui se posent. C’est exactement ce que les Objectifs du Millénaire pour le développement ( OMD ) visent à faire. Créés dans le cadre de la Déclaration du Millénaire des Nations Unies signée en , les OMD consistaient en 8 secteurs cibles qui formaient ‘… un plan approuvé par tous les pays des personnes et toutes les principales institutions de développement du monde ‘ pour répondre aux besoins les plus critiques des populations les plus pauvres des gens d’ici 2015. malgré que nous ayons fait des progrès vers la création des OMD, certains secteurs offrent mieux réussi que d’autres et y a encore du travail à faire. Ainsi, dans la perspective de 2030, les Objectifs de développement durable ( ODD ) proposent été introduits ; un raffinement et une expansion des ODM qui comporte neuf objectifs supplémentaires avec une plus grande concentration sur les stratégies environnementales comme ‘… un modèle partagé de paix et de prospérité pour les populations et le monde, dorénavant et à l’avenir ‘. nnnFigure 2 : Les objectifs de développement durablenSource : Objectifs des Nations Unies en terme de développement durablenL’investissement dans la R

    La contraception masculine – contraception homme

    Une pilule contraceptive masculine a passé les premiers tests hommes. Cette percée révolutionnaire dans le domaine de la contraception présente des choix différents pour les gentlemens, ce qui fait s’améliorer vraiment le secteur de la santé de la contraception. Cependant, il faudra peut-être encore des années avant que la pilule ne soit effectivement mise sur le marché. nnL’une des raisons de ce retard est que les chercheurs proposent dû compter sur le financement d’organismes de bienfaisance et d’universités : les sociétés pharmaceutiques n’ont pas encore vu la de transformer cette compétence en un médicament largement utilisé et rentable. Cela est dû en partie à la croyance grandement populaire que les hommes ne sont pas responsables de la contraception et ne sont donc pas intéressés à l’utiliser. Toutefois, les stastitiques empiriques recueillies dans le cadre de nos propres recherches suggèrent le tout autre. nnChanger les perceptionsnChez CitizenMe, nous voulions explorer le thème de la contraception masculine de manière à concevoir les attitudes existantes et comment les gentlemens et les femmes réagiraient aux nouveaux produits, s’ils étaient disponibles. Nous avons mené deux enquêtes multinationales auprès de meufs et d’hommes sur notre plateforme pour savoir ce qu’ils pensaient de cette nouvelle pilule en cours d’élaboration. nnnn nnAudience : Global, Hommes, 16-65 ans ( n=1000 ) nnIl est avantageux de noter que seulement vingt pour cent des hommes ont carrément rejeté l’idée d’essayer la pilule contraceptive masculine. Les raisons pour celles qui n’étaient pas aussi sûres allaient du plaisir d’avoir plus de choix sur le sujet à l’idée que ce n’est pas assez ‘ coté masculin ‘. Cependant, 59% des hommes étaient de votre avis pour dire que les gentlemens et les femmes devraient être également responsables de la contraception. nnnnAudience : Global, Filles, 16-65 ans ( n=999 ) nnDe même, seulement vingt pour cent des femmes proposent indiqué qu’elles ne seraient pas disposées à utiliser la pilule contraceptive masculine comme méthode de contraception. De même, la principale raison de l’hésitation était le désir d’en savoir plus à ce sujet. Il est avantageux de souligner qu’il y a aussi un pourcentage significatif de meufs ( 25% ) qui ne feraient pas confiance à l’homme pour prendre cette pilule. nnNécessité de modifier les normes sexospécifiquesnLa disparité entre le nombre et les types de possibilités contraceptives féminines et masculines a un impact beaucoup plus important sur les femmes : nnElle oblige les femmes à assumer la plupart des charges financières et sanitaires liées à la contraception ( visites chez le médecin, achat de la pilule, prescriptions, etc. ). nElle exige des femmes qu’elles assument la responsabilité de la contraception en général et le anxiété supplémentaire que cela entraîne. Cela réduit l’autorité des hommes en terme de reproduction, ce qui décuple la responsabilité des femmes. nParce que les options des femmes en matière de contraception sont présentées comme une forme d’autonomisation des femmes et d’égalité sociale, les injustices de la situation présente restent souvent cachées. Une véritable égalité sociale veut dire que les femmes et les hommes s’orientent vers le donner des responsabilités en matière de contraception. Nous croyons que cela pourrait de deux méthodes : nnDévelopper de toutes nouvelles possibilités contraceptives masculines. C’est ce qui se fait actuellement, mais les compagnies pharmaceutiques doivent croire qu’il y a une voie pour cela. Ils sont fondamentaux pour communiquer le financement nécessaire à la mise à disposition de ces articles et pour rajouter de la crédibilité aux campagnes de sensibilisation et d’acceptation. nPour que ces articles soient mis en vente et utilisés, il faut aussi qu’il y ait un changement simultané des croyances sur les métiers assumés par les hommes et les femmes. le premier pas pour faire de la contraception une véritable responsabilité partagée revient à se demander ce que les gentlemens et les femmes des divers pays pensent de cette perspective. Ce n’est qu’en comprenant extrêmement les croyances des gens que les mentalités peuvent débuter à changer. nEngager différentes cultures pour une voie potentielnNotre plateforme de recherche anonyme et éthique permet aux gens du dans le monde d’exprimer leurs idées sans porter de jugement, ce qui permet une compréhension nuancée des attitudes et des attitudes sur différents discussions. nnDans cette étude, nous avons reçu des réponses de l’Inde, des Philippines, du Royaume-Uni, de l’Inde, du Brésil, du Vietnam, des États-Unis, de l’Espagne, de la france, de l’Italie et des Pays-Bas, révélant comment les attitudes envers la pilule changent selon chaque pays. Par exemple, bien que les hommes hindis âgés de 18 à 24 ans aient indiqué que le principal outil vecteur dissuasif pour essayer la pilule masculine était le manque de renseignements à ce propos, ils proposent de plus indiqué que la religion était un problème. Alors qu’au Brésil, les hommes du même groupe d’âge sont plus préoccupés par le fait que la contraception est la responsabilité des femmes et pensent que prendre la pilule ne serait donc pas assez ‘ coté masculin ‘. nnCes négoces nous indiquent que les femmes et les gentlemens semblent correspondre que la responsabilité de la contraception repose sur les deux. Bien qu’il existe différents obstacles culturels et comportementaux à la prise de la pilule dans chaque pays, un soucis universel a été identifié : l’absence de renseignements à son sujet. Pour que les contraceptifs masculins soient adoptés, il est important de disposer de choix précises permettant de dissiper les craintes potentielles. Si cela peut être réalisé efficacement, il y a sans aucun doute un large marché potentiel pour les contraceptifs masculins.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Être un bon père – et un homme bonnChacun a une idée différente de la famille. Certaines définitions de la famille n’incluent pas les enfants. Pour beaucoup d’entre eux, oui, mais souvent le moment n’est tout simplement pas complètement le bon. Les constatations minutieuses qui entrent dans la décision d’avoir des enfants sont compliquées, même pour ceux qui les désirent énormément. Et peu importe la vision familiale, être un bon père – ou un bon homme – devrait être le but idéal. Cependant, à ce stade, les gentlemens doivent faire preuve de ingéniosité dans la manière dont ils concourent avec leurs partenaires à la période pré-papa. nnLes contraceptifs masculins se limitent à des options à court terme comme les condoms dont le taux d’échec est inacceptable, ou à des options permanentes comme la vasectomie. C’est difficile d’être un homme bon et de participer de façon importante à la planification, et c’est avant même d’en arriver à être un bon père. Male Contraceptive Initiative est une organisation pro-famille qui soutient les hommes et les femmes ayant la capacité de prendre si et quand avoir une famille. nnEt à titre personnel, la vision de ma famille comporte au moins un enfant. nnMon fils Théodore est né en novembre. nnC’est un petit chunkster en excellente forme, que j’aime voir grandir et changer tous les jours. Je comprends que certains trouver ironique le fait que ma famille, qui travaille pour de dernieres nouvelles possibilités contraceptives, ait récemment accueilli un fils dans les pays. Cependant, la mission de MCI n’est pas simplement de réduire le nombre de naissances dans le monde, mais de s’assurer que les gens offrent les outils nécessaires pour faire leurs propres choix autour d’une famille. nnEt je soutiens mes amis dont la vision d’une famille n’inclut pas les petits. Je veux qu’ils puissent avoir les outils dont ils offrent besoin pour réaliser leur unité familiale parfaite – peu importe la forme. nnLes taux de grossesses tout bonnement non désirées sont très élevés – plus de cinquante pour cent aux États-Unis seulement. Et les hommes n’ont tout simplement pas le choix de participer à cette conversation de manière équitable. En développant de toutes nouvelles possibilités masculines, nous augmentons la capacité des hommes à être de bons partenaires. Puis, selon leurs conditions et celles de leur famille – de bons pères s’ils le désirent. nnÊtre un bon père, c’est enseigner autant que j’apprends. nNous sommes encore loin des méthodes masculines sur le marché. En fait, mon fils sera à tous les coups l’un des premiers à pouvoir utiliser de toutes nouvelles possibilités. nnAinsi, ses opinions et celles de ses pairs seront importantes dans la conception de produits pour hommes. Les jeunes d’aujourd’hui sont les utilisateurs de la contraception masculine future et le monde évolue rapidement. Leurs perceptions de ce que cela signifie d’être participatif et de ce à quoi ressemblent les options équitables de contraception peuvent être différentes de ce qui existe aujourd’hui. nnJ’espère donc que mon fils aura plus d’options que moi. J’espère que le monde de la contraception sera optimisé. Que de nouveaux genres de gars et de meufs permettront aux familles de choisir de leur propre futur. Et pendant que j’apprends à mon fils à être un homme bon, il m’apprendra à être un bon père.

    La contraception masculine – contraception homme

    L’an dernier, le contraceptif coté masculin injecté a fait l’objet d’essais très réussis qui ont révélé qu’il était efficiente à 96 % pour prévenir la grossesse parmi les 320 femmes qui l’ont exploité sur une période d’1 année. C’est en vérité plus efficiente que les contraceptifs aimé comme les préservatifs féminins, les diaphragmes et les capuchons. nnL’essai clinique de ce contraceptif masculin a été interrompu parce que 20 des mecs offrent trouvé les sensations secondaires de l’injection insupportables. Cependant, comme beaucoup de femmes l’ont souligné, ces impressions secondaires sont les mêmes que ceux que les femmes doivent subir lorsqu’elles prennent des contraceptifs oraux comme la pilule. nnL’arrêt prématuré de cet essai et prometteur pour ces raisons nous amène à nous interroger sur le rôle des préjugés sexistes dans le contrôle des naissances : pourquoi les femmes ont-elles dû faire face à des effets secondaires potentiellement débilitants pendant des années sans autre recherche pour les atténuer ? La douleur masculine est-elle prise plus au sérieux que la souffrance féminine ? de multiples personnes ont autant fait valoir que les femmes assument injustement le fardeau de la contraception et que la réaction secondaire à la possibilité d’une contraception masculine en est la preuve. nnLes candidats à la littérature britanique voudront sans doute se demander si les représentations de la douleur féminine dans la littérature comme étant ‘ irrationnelle ‘ ont contribué aux idées sexuées de la affliction et de la douleur dans la société en général. Les candidats en médecine et en sciences biomédicales pouvaient expertiser les résultats des essais de contraception sur des femmes depuis les années 1960. Pour les élèves emballés par l’HSPS, l’archéologie et l’anthropologie, ou l’histoire, il peut être nécessaire de faire une lecture plus très large des biais de la géolocalisation scientifique et des méthodes dont les découvertes scientifiques ont souvent contribué à légitimer des constructions sociales.

    La contraception masculine – contraception homme

    3 façons de débuter une conversation sur la contraception masculinenIl peut sembler dur d’entamer une conversation sur la contraception. Mais lorsque la conversation prend du retard, nous serons heureux de vous aider en vous présentant trois splendides façons d’aborder un sujet qui ne manquera pas d’animer la discussion. nn1 – Mettez l’embarras de côté. nnIl n’y a pas besoin d’être embarrassé. La contraception est un sujet normal dans les pays d’aujourd’hui. Près de 98 % des femmes sexuellement actives ont pris une forme quelconque de contraception, et plus de 60 % de toutes les femmes utilisent actuellement la contraception. Les conversations sur le contrôle des naissances dissipent les mythes et encouragent les autres à se renseigner sur les avantages de la planification de famille. nn2 – Économiser l’argent des contribuablesnIl y a d’énormes possibilités économiques à la contraception pour nous tous, contribuables ET pour la personne qui utilise la contraception. Pour chaque dollar investi dans la planification familiale, les contribuables économisent près de quatre fois plus en bout de ligne. nnEt pour chaque femme qui utilise la contraception, une famille économise encore plus. Considérez si nous avions des options de contraception masculine – nous pourrions doubler notre impact. Plus de la moitié des hommes interrogés utiliseraient une nouvelle méthode contraceptive potentielle, et les femmes proposent déclaré en très grande majorité qu’elles feraient confiance à leur partenaire pour s’occuper de la contraception. nn3 – C’est important pour VOUS. nLes raisons d’appuyer la contraception masculine sont aussi diverses que les personnes qui l’effectuent. Certains l’utilisent comme plate-forme pour l’égalité des sexes. D’autres y voient un recours de faire progresser la planification de famille et la géolocalisation scientifique. Nous connaissons des personnes qui veulent que les options contraceptives masculines aient un résultat sur le changement climatique. Et bien sûr, beaucoup d’hommes veulent s’impliquer dans la conversation sur la duplication. nnPeu importe votre raison, le fait d’entamer une conversation sur l’importance de la contraception masculine soutient faire passer le mot et à bâtir un futur prometteur.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Les solutions contraceptives que les hommes utilisent directement, ou qui nécessitent leur coopération pour être utilisées, y compris les préservatifs, le retrait, le rythme et la stérilisation masculine, ne sont que vingt cinq % de tous les contraceptifs utilisés dans les pays. nnL’absence d’options contraceptives masculines réversibles montre que les solutions à 100% effeminées, telles que la stérilisation féminine, les appareils intra-utérins ( DIU ), les pilules, les injectables et les implants, offrent continué à dominer le marché mondial. Cependant, une enquête menée auprès de 9342 hommes ( âgés de 18 à 50 ans ) de neuf pays a montré que plus de 55% d’entre eux étaient disposés à utiliser une hypothétique contraception hormonale masculine. nnNous avons récemment parlé avec Christina Wang, MD et Stephanie Page, MD, PhD – toutes deux impliquées dans le développement de deux contraceptifs oraux pour hommes. Wang et Page discutent des retombées des analyses cliniques les plus récentes, expliquent l’organisation des médicaments et soulignent les diverses méthodes d’administration de médicaments de changement qu’ils étudient actuellement, comme le givre transdermique et l’injection. nnLaura Lansdowne ( LL ) : Quel a été le principal moteur de ce travail, pourquoi y a-t-il tant d’utilité à réaliser un contraceptif hormonal pour les hommes ? nnStephanie Page ( SP ) : Le principal moteur du développement d’un contraceptif coté masculin est le taux extraordinaire de grossesses non planifiées dans les pays ( à peu près 40% ). Il s’agit là d’un besoin tout bonnement non comblé en terme de contraception. Les contraceptifs masculins aider à combler ce besoin. Les hommes sont emballés à offrir le fardeau de la contraception avec leurs partenaires féminines, et les solutions masculines sont actuellement environ 17% de la contraception mondiale ( préservatifs vasectomie retrait/rythme ). Mais les gentlemens ont peu de possibilités contraceptives réversibles, et beaucoup de gars préfèrent que la fertilité reste une option dans le futur. Ce travail concerne à changer cela et à communiquer aux hommes, et aux couples, de nouveaux choix contraceptifs. nnChristina Wang ( CW ) : Les solutions hormonales sont le pilier de la contraception réversible chez la femme. Nous connaissons bien ces hormones et leurs effets indésirables éventuels. Il est beaucoup plus aisé de commercialiser la contraception hormonale que les assemblé que nous ne connaissons pas si bien. nnLL : Qu’est-ce que le carbonate de dodécylcarbonate de 11-bêta-méthyl-19-nortestostérone ( 11-bêta-MNTDC ) et quel est son mécanisme d’action ( MOA ) ? nnSP : 11-bêta-MNTDC est un stéroïde élaboré sur la structure du squelette de la 19-nortestostérone. Il lie à la fois les androgènes ( testostérone ) et les récepteurs de progestérone, ce qui veut dire qu’il soutient à la fois les androgènes et la progestérone fonctions corporelles. En d’autres matière, imite à la fois la testostérone et la progestérone dans le corps. nnCW : Les androgènes et les progestatifs suppriment les hormones qui régulent les fonctions du testicule : production de l’hormone mâle testostérone et génération du sperme. malgré que la réalisation testiculaire de testostérone soit supprimée, la testostérone ou d’autres androgènes comme le DMAU et le 11-bêta-MNT sont des hormones mâles qui maintiendront les fonctionnalités de la testostérone chez l’homme. nn nnLa pilule contraceptive pour réussit les contrôles de sécurité humainenNOUVELLESnLa pilule contraceptive pour hommes réussit les tests de sécurité humainenLIRE PLUS nLL : Pourriez-vous commenter la création de l’essai 11-bêta-MNTDC et les majeures conclusions de l’étude ? nnSP : Il s’agit d’une étude inspectée par placebo, d’une durée de 28 jours, touchant à des hommes en bonne santé utilisant deux doses différentes de 11-bêta-MNTDC, administrées de manière journalière avec des aliments. Les principales conclusions sont que le stéroïde a été bien toléré sans impressions secondaires indésirables graves ET qu’il a supprimé la création d’hormones mâles d’une manière semblable aux contraceptifs hormonaux masculins connus, efficaces et ( expérimentaux ). Nous ne nous attendions pas à une suppression de la création de spermatozoïdes, et nous ne l’avons pas mise en lumière vraiment pas plus, car l’étude n’était pas assez longue. Cela prendrait 3-4 mois. nnLL : Vous notez que les joueurs à l’étude ne se sont pas plaints de la perte de libido – pourriez-vous nous en dire plus ? nnSP : Nous demandons aux joueurs de respecter des ‘ journaux intimes ‘ sexuels et de mettre en place des interrogations sur la libido et la fonction sexuelle dans ces questionnaires. Il n’y a pas eu de changement significatif de la utilisation sexuelle dans les éléments des personnes à ces questions, mais un plus grand nombre de discussions dans le groupe ayant reçu la plus forte des deux doses ont noté une diminution de la libido en comparaison au placebo. nnCW : Il n’y a eu aucun changement dans la utilisation érectile et leur score d’activité sexuelle. nnLL : Des impressions hors cible ont-ils été observés dans l’étude ? nnSP : Nous avons observé un léger gain de poids, une hausse de l’hématocrite ( globules rouges ) et des changements dans le cholestérol chez les discussions prenant du 11-bêta-MNTDC en comparaison au placebo. Ces sensations ne sont pas inattendus chez les gentlemens qui prennent des combinaisons androgènes-progestérone, notamment par voie orale. nnLL : Vous mentionnez que le 11-bêta-MNTDC, est un ‘ constitué frère ‘ du diméthandrolone undecanoate ( DMAU ), pourriez-vous nous parler du développement du DMAU ? y a-t-il des informations sur les études en cours ou terminées que vous pourriez donner avec nous ? nnSP : Le DMAU fait actuellement l’objet d’une étude de 3 mois chez 100 à LA BioMed et à l’Université de Washington. Le but de cette étude plus longue est de juger l’impact du DMAU oral quotidien sur la réalisation de sperme. Le recrutement se poursuit et nous prévoyons communiquer les retombées au cours de la prochaine année. nnLL : Quelles méthodes d’administration de médicaments étudiez-vous actuellement et pourquoi est-il important d’explorer une diversité de formulations différentes ? nnSP : Nous évaluons autant un givre transdermique quotidien ( Nesterone-Tetostérone ) et une injection à action prolongée ( le but étant des injections tous les 3-4 mois ) financés par le NICHD et travaillant avec Diana Blithe, PhD. nnPourquoi tant de formulations ? Nous savons que l’utilisation de contraceptifs accroit lorsque les personnes offrent le choix et que divers hommes préfèrent différentes méthodes. En fin de compte, nous désirons donner des choix aux , et sérieusement aux couples, tout au long de leur vie. Comme la plupart des femmes, nous prévoyons que les hommes peuvent préférer une méthode à un moment donné de leur vie reproductive et une méthode différente à un autre moment. Si nous envisageons un monde où le distribuer de la charge contraceptive est beaucoup plus important, les hommes et les femmes aimeront d’avoir le choix entre différentes techniques, ce qui augmentera probablement l’utilisation et réduira le fardeau économique, social et sanitaire de la grossesse vraiment pas planifiée.