• contraception masculine
  • contraception homme
  • contraception masculine 2019 – moyen de contraception homme pilule

    La contraception masculine – contraception masculine

    Contraception masculine : quelles sont les techniques disponibles en France ? nSlip chauffant, injections de testostérone… plusieurs contraceptions masculines sont difficilement accessibles en France et surtout très méconnues. nnCinquante ans après la loi Neuwirth, légalisant en France la fabrication et la mise à disposition de contraceptifs, en dépit d’un modèle en évolution, le poids du contrôle des naissances repose encore principalement sur les épaules des femmes. nnDepuis le premier janvier 2017, le Planning de famille propose, à , des journées de consultation groupées adressées aux hommes. Mais celles-ci n’attirent pas les foules. « Les premiers mois, y avait une personne par consultation, ceux-ci temps, on est entre trois et 4 », estime Caroline Rémy, coprésidente du Planning de famille. nnLors des consultations, les hommes recherchent avant tout « une méthode un peu plus crédible que le préservatif, qui peut flasher de temps en temps », poursuit Caroline Rémy : nn« Ils veulent aussi partager la contraception avec leur femme et être une forme de soutien dans les solutions contraceptives. »nnLire ( en édition abonnés ) : 50 ans après l’autorisation de la pilule, trois générations de meufs livrent leur expériencenToujours pas de pilule pour les hommesnIl faut dire que les alternatives au préservatif ne sont pas encore clairement popularisées. La pilule contraceptive, qui représentait encore en 2016 le principal moyen de contraception d’une demoiselle sur deux, selon l’Institut national d’études démographiques ( INED ), n’existe toujours pas pour les gentlemens. « Je pense qu’il n’y a pas un afflux de demandes et donc les laboratoires ne se penchent pas réellement sur la question », juge Mme Rémy. nn« On a clairement les moyens spécialistes de développer la pilule pour la gent masculine », assure de son côté Cécile Ventola, chercheuse à l’INED, qui note un intérêt au statu quo et une frilosité des laboratoires pharmaceutiques. nn« Toutes les innovations en terme de contraception qui ont été effectuées dans les dernières années n’ont pas été chaussées par la conception industirelle pharmaceutique mais par des organismes publics : anneau vaginal, stérilet hormonal, etc. »nnPour Pierre Colin, cofondateur de l’Association pour la recherche interne et le développement de la contraception masculine ( Ardecom ), s’agit d’un faux soucis : nn« Pourquoi une pilule ? On entend les femmes parler de leur contraception, elles en ont marre de leur pilule et le stérilet en cuivre a beaucoup de succès à cause de ça. »nn« Depuis quarante ans, on a deux types de contraception — trois avec la vasectomie — et on est une centaine de gars “contraceptés” en France. »nnLire : Apogée et déclin de la pilule, tabou de la stérilisation : 50 ans de contraception en FrancenL’injection d’hormonesnPeu médiatisée, la contraception hormonale masculine a pour objectif de des injections chaque semaine de testostérone. Une méthode qui, en plus d’être méconnue, est lente à se poser. « il faut réaliser des spermogrammes [au cours du traitement], déjà ça va rebuter certains qui ne vont pas se compliquer le travail », dit la coprésidente du Planning familial. il faut attendre jusqu’à trois mois pour l’arrêt de la fabrication de spermatozoïdes : nn« Le cycle coté masculin ne s’arrête pas aussi rapidement que le cycle féminin. Les trois premiers mois, vous n’êtes pas vraiment “contraceptés”. »nnAu cours de l’utilisation, les piqûres sont autoadministrables et coûtent « 10 € de façon hebdomadaire en pharmacie », nette Pierre Colin. Ce traitement hormonal est réversible mais, là encore, il faut attendre trois mois pour pouvoir à nouveau procréer. nnCe traitement doit absolument faire l’objet d’une discussion préalable avec un professionnel de santé. L’Organisation mondiale de la santé ( OMS ) recommande un usage limité à dix-huit mois, et limité aux « hommes de 25 à quarante cinq ans n’ayant pas certains antécédents ( cardiovasculaires, hépatiques, de cancers, d’obésité, psychiatriques, etc. ) ou ne absorbant pas de tabac », rappelle l’Agence nationale de sécurité du médicament ( ANSM ). nnLe « slip chauffant »nUne autre méthode, nommée « contraception masculine calorifique », a pour objectif de une légère augmentation de la température des testicules, « méthode qu’on nomme aussi “slip chauffant” », précise Caroline Rémy. Il s’agit donc d’un dessous approprié qui place les testicules dans une certaine position pour les réchauffer. Le prix ? « Cinq € de plus qu’un slip normal », répond Pierre Colin. il faut porter ce dessous sept jours sur sept, et quinze heures journalier. Là encore, la méthode est réversible mais met jusqu’à trois mois pour devenir efficace ou cesser de l’être. nnPour la contraception thermique comme hormonale, le nombre d’utilisateurs est flou : « Je pense que ça se compte sur les doigts d’une plume, peut-être deux, dit Cécile Ventola. Les utilisateurs potentiels ne savent pas que ça existe et le milieu médical tout bonnement non plus », regrette la chercheuse. nnAttention, le « slip chauffant » n’est pas une méthode reconnue par l’OMS, et l’Agence nationale de santé publique ( ministère de la santé ) fait savoir au Monde qu’elle refuse de prendre position sur son efficacité contraceptive et d’en faire la offre de promotion pour le moment. Santé publique France déclare cependant suivre les travaux de l’Ardecom, « interlocuteur privilégié sur la méthode en France ». Les études sur cette méthode sont, pour le moment, limitées. « On doit le porter tout le temps, et ce n’est pas crédible », disait l’urologue Didier Legeais sur Franceinfo. nnLire : Une enquête sur la contraception confirme la désaffection pour la pilulenLa stérilisation reste taboue en FrancenEnfin, l’ultime moyen de contraception masculine, la vasectomie, est autant très peu répandu en France, où la stérilisation est autorisée depuis 2001. Elle concerne à peu près mille en France, selon l’Ardecom et le Planning de famille. Il s’agit d’une démarche des canaux déférents qui vehiculent les spermatozoïdes, rendant ainsi l’homme stérile. nnCette méthode n’est que rarement réversible, aussi les hommes qui y ont recours ont-ils la possibilité de congeler du sperme à titre gratuit avant l’opération. Selon Pierre Colin, elle est réalisée par « une certaine quantitée de médecins » en France. « L’Angleterre est beaucoup plus en avance et a beaucoup plus accès à la vasectomie, qui est proposée dans beaucoup de centres et par beaucoup plus de praticiens qu’en france », dit Caroline Rémy. nnPour réaliser l’accès et appeler la stérilisation, faudrait « un changement de mentalités large », estime la coprésidente du Planning de famille, alors que la plupart des personnes interrogées évoquent les impressions d’une politique nataliste française, couplée à une absence de sensibilisation parmi les professionnels de santé. Contre les préjugés, Pierre Colin rappelle que l’érection et la libido ne sont en rien affectées par cette opération.

    La contraception masculine – contraception homme

    Conversation avec le Dr Sab Ventura, détenteur d’une subvention de l’ICMnSab Ventura a obtenu son doctorat en pharmacologie de l’Université Monash ( Melbourne, Australie ) en 1992 et a occupé des postes de recherche au Royal Melbourne Hospital, à l’Université de Melbourne, à l’University of Melbourne, au University College London ( Royaume-Uni ) et à la Monash University. Il a été nommé maître de conférences ( enseignement et recherche ) à l’Université Monash en 2004 et occupe toujours ce poste au sein du graphisme de biologie de la découverte de médicaments du Monash Institute of Pharmaceutical Sciences du campus Parkville de l’Université Monash. Dre Ventura marque aux élèves de premier cycle en pharmacie et en sciences pharmaceutiques et dirige le Laboratoire de recherche en pharmacologie de la reproduction masculine. Il est coauteur de 79 publications évaluées par des pairs et ses recherches portent sur la physiologie et la pharmacologie des organes reproducteurs masculins en vue de déterminer de nouvelles cibles thérapeutiques pour la contraception masculine. nnQuel est votre lien avec la contraception ? nAu cours de mes analyses de doctorat au milieu des années 1990, j’ai identifié les mécanismes autonomes par lesquels les spermatozoïdes sont transportés de leur site d’accumulation dans l’épididyme cauda à la base de l’urètre avant l’éjaculation. J’ai toujours songé que si ce transport de sperme pouvait être inhibé lors de l’éjaculation, aucun spermatozoïde ne serait présent dans l’éjaculat. Ceci produirait la contraception masculine par un mécanisme vraiment pas hormonal. Cependant, ce n’est que récemment que nous avons pu approuver cette hypothèse à l’aide de notre modèle de souris génétiquement modifiée à double consumation. nnEn quoi le secteur a-t-il évolué à partir du moment où vous avez commencé à y bosser jusqu’à aujourd’hui ? nIl y a toujours eu des groupes de recherche dans le monde entier qui offrent essayé de construire des contraceptifs masculins, mais ils semblent avoir pris de la quantité avec les médias et le grand public. néanmoins, elle reste un secteur de recherche médicale peu financé par les ferments de financement et la manufacture de produit industiel pharmaceutique. La volonté des mecs d’accepter un contraceptif coté masculin a de plus augmenté dans la jeune génération. nnSelon vous, quels sont les plus grands challenges qui affectent la contraception en général et la contraception masculine en particulier ? nLe plus grand challenge auquel est confrontée la planification familiale est l’absence d’un contraceptif coté masculin sûr, infaillible et pratique, ce qui montre qu’environ 50 % de la population n’a pas d’option viable pour la contraception. En termes de contraception masculine, les plus grands défis sont les suivants : survivre les effets secondaires hormonaux qui sont souvent intolérables ; arrêter les 1 000 spermatozoïdes par deuxième qui sont produits et les quelque 100 centaines de milliers de spermatozoïdes dans un éjaculat comparativement à un seul ovule tous les mois chez les femmes ; rendre le process facilement réversible ; ne pas nuire et à la multiplication du sperme afin que les futurs enfants ne soient pas affectés ; fabriquer un produit qui puisse traverser la barrière hémato-testique ; rendre l’usage de contraception aussi facile et peu envahissant que possible ; et différents missions sociaux et culturels. nnCes défis et ces possibilités ont-ils évolué au fil du temps ? Si oui, comment ? nLes interrogations sociales paraissent avoir évolué le plus récemment. actuellement, les gentlemens semblent beaucoup plus disposés qu’auparavant à utiliser la contraception et à assumer la responsabilité de la planification familiale. C’est ce qui ressort des nombreuses publications en sciences sociales sur le sujet. De même, la littérature en sciences sociales montre autant que les femmes sont beaucoup plus disposées qu’auparavant à faire confiance à leurs partenaires pour jouer un rôle dans la planification familiale et la contraception. nnQuels sont vos espoirs pour l’avenir près et lointain de la contraception masculine ? nJ’espère que dans un proche avenir, de nombreuses toutes nouvelles stratégies vraiment pas hormonales de contraception masculine feront l’objet de études dans le cadre préclinique. Dans un avenir pas trop lointain, j’espère qu’un contraceptif masculin sûr, efficiente, facilement réversible et pratique à administrer sera mis sur le marché. Cela permettra à la population générale de choisir s’il existe effectivement une voie viable pour un tel produit. Une perspective positive à l’égard de la contraception masculine librement disponible peut alors conduire à la mise sur le marché d’autres contraceptifs masculins de sorte qu’un jour sans doute même les gentlemens auront le choix entre différentes possibilités de contraception masculine. nnQue faudra-t-il pour qu’ils deviennent réalité ? nArgent : plus y a d’argent disponible pour aider la géolocalisation sur les contraceptifs masculins, plus ce besoin progressera rapidement. Cela arrivera avec certitude un jour, ce n’est qu’une question de temps. Par exemple, à l’heure existante, mon projet de recherche est financé pour presser un chercheur à temps plein et deux élèves diplômés en recherche. Cependant, si une compagnie pharmaceutique voulait sérieusement réaliser un contraceptif coté masculin, elle peut avoir 50 personnes opérant sur le projet. nnExiste-t-il des obstacles pour les empêcher de se concrétiser ? nParmi les autres obstacles, on peut citer les problèmes de financement et les obstacles médicaux mentionnés avant cela, l’un des principaux étant la réticence des générations plus âgées à accepter que la contraception masculine soit effectivement une option viable pour la planification familiale. nnVeuillez offrir toute anecdote tirée de votre compétence de travail dans le secteur. nMalgré l’absence de soutien de la part des ferments de financement et du pha

    La contraception masculine – contraception masculine

    Transport du sperme – Mécanismes de la contraception masculinenLe système reproductif relationel est un ensemble complexe de facteurs interdépendants, dont beaucoup sont nécessaires à une fertilité soutenue. En interrompant ne serait-ce qu’un seul de ces process indispensables, nous pouvons trouver de toutes nouvelles façons de réaliser des contraceptifs vraiment pas hormonaux excitants pour les hommes. L’un des principes harmonieux est le déplacement des spermatozoïdes, ou comment les spermatozoïdes se déplacent dans le tractus génital coté masculin. nnArrêter le déplacement de sperme – Une vieille idée nouvellenAprès la fabrication des spermatozoïdes dans les testicules, mais avant qu’ils ne démontrent leur motilité et fécondent un ovule, ils doivent être expulsés par le corps dans un process nommé éjaculation. Lors de l’éjaculation, les spermatozoïdes sont déplacés de l’épididyme vers le canal déférent. De là, ils se déplacent dans l’urètre, puis dans le monde sauvage. Empêcher le sperme d’être transporté hors de l’équipement reproducteur n’est pas une idée nouvelle. En fait, c’est la base de l’une des seules formes anciennes de contraception masculine – la vasectomie. nnle déplacement du sperme comme moyen de prévention de la fécondationnLes canaux déférents sont scellés pour empêcher le déplacement des spermatozoïdes de l’épididyme à d’autres stades du tractus génital. Photo de K. D. Schroeder, distribuée sous licence CC BY-SA 3. 0. nDans une vasectomie, les canaux déférents sont coupés et attachés, ou scellés pour empêcher les spermatozoïdes de sortir du corps. C’est un processus simple et efficiente. , l’inversion de la vasectomie n’est pas assez crédible pour être envisager comme une méthode non permanente. nnCependant, d’une multitude de groupes travaillent sur la vasectomie réversible, ou ce que nous appelons les dispositifs occlusifs. Ces dispositifs marchent comme une vasectomie, mais au lieu de arreter le canal déférent, on insère un gel pour bloquer le flux de spermatozoïdes tout en permettant le mouvement du liquide. Les dispositifs occlusifs Vas-occlusive sont destinés à être facilement inversés à la discrétion de l’utilisateur. Certains produits comme Echo-VR et Vasalgel proposent de le faire soit par dégradation naturelle du gel, soit par une simple procédure de restauration. nnLes dispositifs vas-occlusifs peuvent entraîner une nouvelle prise en charge à long terme de la fertilité chez les hommes – une prise en charge réversible. Ces dispositifs agir des années et ne nécessiteraient aucun entretien ou prise de pilules de la part de l’utilisateur. nnIl existe autant des approches pharmacologiques pour prévenir le déplacement du sperme. MCI a financé Sab Ventura de l’Université Monash en Australie pour réaliser son programme, qui empêche le déplacement du sperme en empêchant les contractions des groupes musculaires lisses. nnIl y a plus d’une façon de contracepter. nLa duplication est une machine grande et compliquée, avec de multiples façons d’ajouter un frein temporaire sur le cheminement. La prévention du transport du sperme est l’un des moyens de fabriquer la prochaine génération de contraceptifs masculins. D’autres projets axés sur la prévention de la spermatogenèse, la motilité des spermatozoïdes et la fécondation sont tous activement poursuivis. nnEnsemble, nous espérons que ces entreprises scientifiques créeront de multiples formes de contraception masculine avec des profils de produits variés qui répondent aux besoins d’un plus grand nombre d’utilisateurs.

    La contraception masculine – contraception masculine

    La femme moyenne passe la primordiale partie de son existence reproductive à tenter d’éviter les grossesses vraiment pas désirées. Par exemple, si une famille veut deux enfants, la mère passera en moyenne 5 ans soit enceinte, soit en essayant de devenir enceinte, soit en postpartum. Pendant les quelque 35 années restantes de reproduction potentielle, la mère souhaite éviter une grossesse. Toutefois, les grossesses vraiment pas désirées sont habituelles, car une enquête réalisée en 2011 a divulguer que 45 % des 6, 1 millions de grossesses aux États-Unis étaient vraiment pas désirées. en grande majorité de ces grossesses tout bonnement non désirées, soit quarante deux %, se sont soldées par un avortement. L’impact économique des grossesses vraiment pas planifiées est capital, le montant total publiques consacrées aux grossesses vraiment pas désirées aux États-Unis étant estimé à 21 milliards de dollars en 2010. La façon la plus courante d’éviter une grossesse, tout en désormais une vie sexuelle réactive, est d’employer la contraception. la majorité des contraceptifs disponibles sont destinés aux femmes, y compris les dispositifs intra-utérins ( DIU ) ou bobines, les spermicides et la pilule contraceptive orale combinée, fréquement appelée ‘ pilule ‘. nnLes dispositifs intra-utérins ( DIU ) sont insérés dans l’utérus où ils préviennent la grossesse par deux solutions. Les DIU hormonaux libèrent de petites quantités d’hormones qui se passent localement pour faire de l’utérus un cadre fatal aux spermatozoïdes. Le cuivre contenu dans les DIU en cuivre procède comme un spermicide qui endommage les spermatozoïdes qui pénètrent dans l’utérus. Source. nLes dispositifs intra-utérins ( DIU ) sont insérés dans l’utérus où ils préviennent la grossesse par deux techniques. Les DIU hormonaux libèrent de petites quantités d’hormones qui opèrent localement pour faire de l’utérus un cadre fatal aux spermatozoïdes. Le cuivre contenu dans les DIU en cuivre agit comme un spermicide qui endommage les spermatozoïdes qui pénètrent dans l’utérus. Source. nLes , par contre, n’ont que deux alternatives : le condom et la vasectomie. Les préservatifs sont une forme populaire de contraception car ils autant contre les MST. Cependant, il y a un taux de grossesse de 18% chaque année avec l’utilisation typique du préservatif. La vasectomie est une forme de stérilisation et de contraception beaucoup plus permanente qui se résume à arreter le canal déférent, le tube par lequel les spermatozoïdes passent du stockage à l’éjaculation. bien que considérées comme permanentes, les vasectomies peuvent être inversées, mais ce n’est que rarement une réussite. nnIl est clair qu’un contraceptif masculin est primordial, mais pourquoi n’a-t-on pas répondu à ce besoin ? Cinq conditions doivent être remplies pour qu’une méthode contraceptive masculine soit infaillible : 1 ) elle se doit d’être au minimum aussi infaillible que la pilule, 2 ) réversible dans un temps acceptable, 3 ) avoir très peu d’effets secondaires, 4 ) n’avoir aucun action sur la progéniture future et 5 ) être à bon prix. deuxièmement, il existe une multitude d’obstacles à l’élaboration d’un contraceptif coté masculin, notamment : 1 ) la barrière des tests sanguins, 2 ) le nombre de spermatozoïdes produits par l’homme moyen et 3 ) le fait que la réalisation de spermatozoïdes est continue surtout que mensuelle comme chez les femmes. Malgré ces obstacles, un grand nombre de contraceptifs masculins potentiels sont en cours de développement. nnContraceptifs hormonauxnnIl existe trois catégories de contraception : hormonale, physique et tout bonnement non hormonale. Les contraceptifs hormonaux sont ceux qui agissent sur le système endocrinien pour prévenir la grossesse, deux exemples de contraception hormonale féminine sont la pilule et le DIU hormonal. Chez les hommes, une boucle de rétroaction endocrinienne négative, impliquant la testostérone ( et d’autres androgènes ) et les gonadotrophines, supprime la spermatogenèse. L’injection d’androgènes et d’autres conseillers anti-gonadotropes supprime les gonadotrophines et par conséquent la spermatogenèse, mais attise de plus de diverses effets secondaires, dont une diminution de la libido, des sautes d’humeur, une prise de poids et des taux anormaux de glucose. par ailleurs, les sensations des contraceptifs hormonaux ne sont pas constants chez les gentlemens et sont spécialement influencés par l’origine ethnique. L’administration de testostérone est un contraceptif plus infaillible chez les gentlemens de asiatique de l’Est que chez les gentlemens de espèce claire, 90 % des mecs de asiatique de l’Est cessent de produire du sperme tout en accueillant la testostérone, comparativement pour 60 à 80 % des hommes de couleur blanche. Deux mécanismes hypothétiques à l’origine de cet action ethnique sont les variations dans la microstructure des testicules et le métabolisme de la testostérone. nnUn contraceptif hormonal coté masculin potentiel est la 7 alpha-méthyl-nortestostérone ( MENT ), un stéroïde synthétique qui ressemble à la testostérone. MENT®, actuellement en cours de développement par le Population Council, est administré sous forme d’implant sous-cutané infaillible pendant 12 mois. Huit des 12 ayant reçu la dose la plus importante n’ont produit aucun spermatozoïde au cours de la période d’essai de 12 mois. malheureusement, des impressions secondaires communs au traitement à la testostérone ont de plus été observés. Comme les hormones sont complexes et vont avoir de beaucoup de métiers dans l’organisme, les contraceptifs physiques et non hormonaux peuvent être une meilleure option. Ces traitements sont moins susceptibles d’avoir ces impressions secondaires inattendus et indésirables, car leurs cibles sont plus spécifiques et leurs métiers biologiques plus généraux sont moins nombreux. nnContrôle physique des naissancesnnLes contraceptifs physiques font exactement ce que leur nom suggère et soit 1 ) limitent physiquement les de déplacement des spermatozoïdes ou 2 ) endommagent les spermatozoïdes le transport. Un contraceptif physique féminin bien reconnu est le diaphragme, un dôme en silicone souple ou en latex qui recouvre l’encolure de l’utérus et empêche l’entrée du sperme. Deux techniques de contraception physique masculine sont en cours de développement. Le premier est Vasalgel™, sur lequel un test chez le lièvre a été mis en ligne le mois dernier ( mars 2016 ) et commencera probablement des tentatives chez l’être humain ultérieurement en ce moment. Vasalgel™ est un polymère d’hydrogel injecté dans le canal déférent, où durcit et crée une barrière au passage du sperme. nnVasalgel™ est un polymère d’hydrogel injecté dans le canal déférent. Après l’injection, le vasalgel forme une barrière à l’intérieur du canal déférent que les spermatozoïdes ne peuvent pas traverser. Image fournie par www. parsemusfoundation. orgnVasalgel™ est un polymère d’hydrogel injecté dans le canal déférent. Après l’injection, le vasalgel forme une barrière à l’intérieur du canal déférent que les spermatozoïdes ne peuvent pas traverser. Image fournie par www. parsemusfoundation. orgnL’administration de vasalgel à 12 lapins mâles n’a entraîné aucune génération de sperme observable au cours de la période de suivi de 12 mois. Bien qu’actuellement présenté comme méthode de stérilisation, on s’attend à ce que l’écoulement des spermatozoïdes soit en rinçant le canal déférent avec une solution de bicarbonate de soude de sodium. nnUne méthode physique similaire est l’inhibition réversible du sperme sous guidage ( RISUG® ), l’injection d’un polymère synthétique nommé anhydride styrénique maléique ( SMA ) dans le canal déférent. plutôt que d’empêcher le passage des spermatozoïdes, la SMA enduit la paroi du canal déférent, formant un environnement acide secondaire qui rompt les têtes des spermatozoïdes. Comme pour Vasalgel, ce traitement peut être inversé en rinçant le canal déférent avec une solution de bicarbonate de soude de sodium. Vasalgel et RISUG en sont tous deux au stade de l’essai, le premier aux États-Unis et le deuxième surtout en Inde. nnContraceptifs vraiment pas hormonauxnnLes contraceptifs vraiment pas hormonaux perturbent ou préviennent la grossesse sans l’utilisation d’hormones, comme tels, ils incluent les contraceptifs physiques. Le DIU en cuivre est un contraceptif non hormonal souvent utilisé par les femmes, car le cuivre agit comme un spermicide qui endommage les spermatozoïdes dans l’utérus en empêchant leur mobilité. Chez les gentlemens, les contraceptifs non hormonaux bloqueraient la fonction et/ou le développement du sperme, rendant l’homme temporairement infertile. Dans un produit de site web précédent, j’ai déclaré que les protéines impliquées dans le développement du sperme, en particulier dans l’épididyme, peuvent être de bons élèves pour les contraceptifs masculins. Comme bon nombre de ces protéines ne sont exprimées que dans les testicules et le sperme, l’inhibition de leur production devrait avoir peu d’effets secondaires. nnLes cibles prometteuses pour la contraception masculine actuellement en développement comportent les protéines nécessaires au développement et à la maturation des spermatozoïdes, la motilité et les interactions sperme-œuf. Il a été prouvé que toutes ces protéines sont nécessaires à la fonction et à la fertilité du sperme chez l’homme. Une cible particulièrement prometteuse est l’inhibiteur de protéase épididymique protéique ( EPPIN ). Eppin se lie à la protéine semenogelin ; cette interaction est nécessaire pour la motilité et la fertilité des spermatozoïdes hommes. Eppin Pharma Inc. met au point un petit composé organique qui se lie à Eppin et prévient le détermination de l’Eppin-séménogéline. Cibler Eppin s’est avéré à la fois efficiente et réversible en macaques. Les contraceptifs interrompent la motilité des spermatozoïdes de mammifères peuvent être décrits en deux phases. le première corvée implique le mouvement des spermatozoïdes après l’éjaculation et à travers l’appareil reproducteur effeminé, ce qui requiert des enzymes glycolytiques, dont beaucoup sont spécifiques aux spermatozoïdes, y compris les cellules germinales GADPH spécifiques. Avant la fécondation des spermatozoïdes de l’ovule deviennent hyperactifs, afin de pénétrer dans l’ovule. Cette hyperactivité implique l’afflux d’ions calcium dans la biroute du spermatozoïde, un cheminement dépendant de la protide CatSper. Ces deux protéines de la motilité des spermatozoïdes causent de l’intérêt comme cibles contraceptives, mais ni l’une ni l’autre n’est aussi avancée dans son développement qu’Eppin. Les protéines du sperme affichent un large potentiel également cibles contraceptives, mais le nombre en terme de protéines présentes dans le sperme n’est pas négligeable et des travaux complémentaires sont nécessaires de manière à repérer leur constitution en protéines. nnLa longue liste de contraceptifs masculins potentiels comprend nécessairement de nombreuses possibilités qui ne sont pas mentionnées dans ce billet de blog ( pour une liste plus longue, voir cette Wikipedia sur les contraceptifs masculins, et le New Male Contraception Information Project ). Avec le grand volume de contraceptifs potentiels, dont certains en sont aux derniers stades de développement, la contraception masculine paraît tout bonnement non seulement possible, et par dessus le marché imminente. Cela dit, la route à proximité de la réalisation d’un produit viable ne sera pas facile. Comme nous l’avons déjà dit, un contraceptif coté masculin doit être spécialisé, réversible et efficiente, avoir peu d’effets secondaires et sauter à travers beaucoup d’obstacles avant d’être mis sur le marché et accepté par les consommateurs. de plus, à mon avis, l’un des plus grands obstacles au développement d’un contraceptif coté masculin utilisable est l’absence d’une ‘ meilleure option ‘ distincte. Il n’y a pas de précurseur évident dans la course à proximité de un contraceptif masculin, et les chercheurs agissent sur un large panel de contraceptifs possibles. pour finir, la technologie et l’incitation demeurent pour réaliser un contraceptif masculin, mais cela ne montre pas que la direction à suivre est libre d’obstaclesd.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Qu’est-ce que la prostate ? nQu’est-ce que la prostate ? nLa prostate fait partie du dispositif reproducteur coté masculin. La prostate est une glande de la taille d’une noix se trouvant entre la vessie masculine et le pénis. La prostate est juste devant le rectum. L’urètre traverse le centre de la prostate, de la vessie au pénis. nnLa prostate sécrète un fluide qui nourrit et le sperme. Le fluide laiteux produit par la prostate – le liquide prostatique – représente environ 30 % du liquide total éjaculé ( le reste étant du sperme et du eliquide émanant des vésicules séminales ). nnLe liquide prostatique protège les spermatozoïdes en les aidant à vivre plus longtemps et à être d’avantage mobiles. Il a plusieurs d’ingrédients, y compris des enzymes, du zinc et de l’acide citrique. L’une des enzymes du eliquide prostatique est l’antigène particulier de la prostate ( PSA ). Après l’éjaculation, le PSA rend le sperme plus renforcé, aidant les spermatozoïdes à le traverser plus aisément, accuentant leurs probabilités de féconder un ovule avec succès. nnPendant l’éjaculation, la prostate comprime le liquide prostatique dans l’urètre et est expulsée avec le sperme comme partie du sperme. C’est un élément clé de la reproduction masculine. il existe de multiples possibilités d’interrompre le process de développement du eliquide prostatique et de voyage qui peuvent être optimisées pour le contrôle des naissances et la contraception masculine.

    La contraception masculine – contraception homme

    L’an dernier, le contraceptif coté masculin injecté a fait l’objet d’essais très réussis qui offrent révélé qu’il était efficace à 96 % pour prévenir la grossesse parmi les 320 femmes qui l’ont utilisé sur une période d’1 année. C’est en vérité plus infaillible que les contraceptifs répandu comme les préservatifs des femmes, les diaphragmes et les capuchons. nnL’essai clinique de ce contraceptif coté masculin a été interrompu car 20 des mecs offrent trouvé les sensations secondaires de l’injection insupportables. Cependant, comme beaucoup de meufs l’ont souligné, ces sensations secondaires sont les mêmes que ceux que les femmes doivent endurer lorsqu’elles prennent des contraceptifs oraux comme la pilule. nnL’arrêt prématuré de cet essai et prometteur pour ces raisons nous amène à nous interroger sur le rôle des préjugés sexistes dans le contrôle des naissances : pourquoi les femmes ont-elles dû faire face à des sensations secondaires potentiellement débilitants des années sans autre recherche pour les atténuer ? La affliction masculine est-elle prise plus au sérieux que la affliction ? de multiples personnes proposent de plus fait valoir que les femmes assument injustement le fardeau de la contraception et que la réaction secondaire à la possibilité d’une contraception masculine en est la preuve. nnLes candidats à la littérature britanique voudront sans doute se demander si les représentations de la affliction dans la littérature comme étant ‘ irrationnelle ‘ ont contribué aux idées sexuées de la affliction et de la douleur dans la société en général. Les candidats en médecine et en sciences biomédicales pouvaient examiner les résultats des tentatives de contraception sur des femmes depuis les années 1960. Pour les étudiants emballés par l’HSPS, l’archéologie et l’anthropologie, ou l’histoire, peut être utile de faire une lecture plus large des biais de le moteur de recherche scientifique et des façons dont les découvertes scientifiques offrent souvent contribué à légitimer des constructions sociales.

    La contraception masculine – contraception homme

    Pourquoi avons-nous besoin de contraceptifs pour maintenant ? nC’est l’heure de la contraception masculine. nLes options de contraception actuellement disponibles pour les hommes sont insuffisantes parce qu’il n’existe pas d’option de contraception sur une longue période pour les gentlemens. La vasectomie est perçue comme une méthode irréversible, et le taux de grossesse réelle du condom est de 13 % – un chiffre vraiment cher si vous recherchez une méthode contraceptive à sécurité intégrée. nnDe meilleures alternatives contraceptives pour les gentlemens apporteront l’équité à la planification de famille, car encore plus de mecs partagent la responsabilité de la fécondité. Chaque nouvelle méthode contraceptive féminine développée a entraîné une hausse de l’utilisation des contraceptifs, une chute des grossesses non désirées et une amélioration de la santé des enfants dans les pays entier. Nous nous attendons à ce qu’il en soit de même pour les développements prochains de la nouvelle contraception masculine. nnIl est impératif que nous fassions un effort pour la contraception masculine aujourd’hui. nIl y a soixante millions de grossesses non désirées tous les ans dans les pays. Il n’y a pas eu d’innovation significative dans le secteur de la contraception, en particulier les méthodes non hormonales, depuis des décennies. nnLa réduction des grossesses vraiment pas désirées peut aider à briser le cycle de la pauvreté. Les chercheurs s’attendent aussi à économiser aux contribuables plus de 5 000 000 000 de dollars par année en frais médicaux à court terme. On s’attend à ce que les économies de dépenses sur une longue période soient beaucoup plus importantes, simplement en s’assurant que les besoins de planification familiale sont satisfaits pour tous. nnMale Contraceptive Initiative ( MCI ) finance de dernieres nouvelles recherches sur les solutions contraceptives masculines. Nous faisons avancer les options de contraception masculines dans le but les hommes et les femmes puissent avoir plus d’options – ensemble. nnEnvisagez de faire une capacité à MCI. Nous avons montré comment nous pouvons faire de la contraception masculine une réalité : assurez partie de la solution avec nous. nnInitiative contraceptive masculinenNous faisons progresser notre mission grâce à la recherche, aux médias et à l’éducation. Nous : nnAccorder des subventions pour des analyses novatrices et prometteuses dans cette activité, nRéseauter avec les chercheurs et constituer des liens avec eux pour faire s’améliorer le secteur de la santé, nEffectuer des analyses sur les impacts possibles des contraceptifs masculins, nles attitudes de l’enquête à l’égard de la contraception masculine et l’acceptabilité de celle-cinPlaider en faveur d’une politique et d’un financement adéquats pour les contraceptifs masculins. nVous voulez ? nn

    La contraception masculine – contraception masculine

    À la recherche interne de Katharine McCormicknVous êtes-vous déjà demandé pourquoi la pilule contraceptive existe ? nnNaturellement, il y avait de grands spécialistes derrière la pilule. Des personnes comme John Rock et Gregory Pincus avaient les idées et les compétences scientifiques pour y parvenir. Et il y avait Margaret Sanger qui a rassemblé tout le monde. Sanger était en quelque sorte un porte-parole et un spécialiste du réseautage. nnLes personnes intelligentes ayant de bonnes idées dans le domaine de l’innovation contraceptive ont rarement été en volume insuffisant. Toutefois, ce qui fait défaut, c’est le soutien philanthropique. La mise au point de médicaments coûte assez cher. nnLe développement d’un médicament n’a rien à voir avec les autres inventions. Dans le cas d’un médicament, vous devez prouver que votre idée marche, puis vous travaillez sur ce qu’on nomme un constitué principal. Il s’agit d’une version du médicament qui est plus sélective et qui ne fait que ( ou surtout ) ce que vous souhaitez qu’il fasse. ensuite, vous soumettez le médicament à des tests toxicologiques pour vous assurer qu’il ne fait de mal à personne. nnAprès tous ces tests, dont une très grande majorité sur les rongeurs, et ensuite sur les primates, faut faire des tests sur les hommes. Il comporte trois phases lors desquelles les expérimentateurs affinent le dosage approprié et testent progressivement des échantillons de personnes de plus en plus importants. tout cela se fait dans le cadre d’une réglementation stricte qui exige des personnes hautement qualifiées. Au bas de l’échelle des coûts, s’agit de plusieurs dizaines de centaines de milliers de dollars. nnMaintenant, prenez tout ce coût et toute cette complexité, et stigmatisez-les avec le fait que votre drogue aide les personnes à avoir des relations sexuelles sans avoir d’enfants. C’est la barrière que Katharine McCormick a surmontée lorsqu’elle a financé seule la pilule. Katharine McCormick. C’est elle qu’il faut remercier. nnTout en remerciant McCormick pour la pilule, vous pouvez aussi la remercier pour les développements ultérieurs qui ont découlé de la réussite de la pilule. Ces développements sont des approches comme Nexplanon, l’Ortho Evra Patch, Nuva Ring, et Depo-Provera. Si la pilule n’avait pas été financée au moment où elle l’a été, tout le monde devinerait combien de décennies nous aurions attendu pour tout cela. nnnnMcCormick, comme vous pouvez l’imaginer, avait un passé intéressant. Entre 1937 et 1947, elle a hérité de sa mère, puis de son époux, une luxuriance non négligable, plusieurs centaines de milliers de dollars. Elle était de plus intelligente, l’une des premières femmes à recevoir un diplôme en sciences du MIT. le temps que McCormick rencontre Sanger, elle était déjà à l’aise de donner. Elle avait fait un don à la Harvard Medical School et financé un dortoir pour femmes au MIT, permettant ainsi à un plus grand nombre de filles d’accéder à des secteurs spécialistes. McCormick a autant participé activement au mouvement pour le droit de vote des femmes. Elle a occupé plusieurs postes d’officier pour le National American Woman Suffrage et dans les semaines à venir pour la League of Women Voters. nnMcCormick est décédée sept ans après l’approbation de la pilule par la FDA en 1960, après avoir vécu dans les années 90 pour voir son succès. Mais la contraception pour les femmes n’était pas la seule chose à laquelle elle pensait. McCormick a financé les travaux de Gregory Pincus en 1957, s’approchant explicitement pour la contraception masculine. Elle a franchement estimé la valeur des possibilités contraceptives plus efficaces pour les hommes aux côtés des femmes. malheureusement, l’approche hormonale de Pincus a suivi les progestatifs employés, ce qui s’est avéré trop dur à l’époque. Les possibilités de Pincus étaient limitées puisque les approches tout bonnement non hormonales développées aujourd’hui n’avaient pas encore été inventées. nnMcCormick a dans son rêve de permettre aux femmes de faire vérifier leur fertilité. Mais 50 ans après le financement initial de la recherche interne sur la contraception masculine, rien ne s’est passé. Et comme tous ceux qui suivent notre travail au MCI le savent, ce n’est pas par manque de alternatives possibles. nnOù est notre Catherine McCormick d’aujourd’hui ? nnLe suspect le plus probable, Bill Gates, n’est plus là. Il n’a montré aucun intérêt pour la contraception masculine jusqu’à . Mais le listing des super riches s’étend outre Gates, et la liste n’est pas courte. nnIl est clair que la société bénéficierait d’un meilleur contraceptif masculin. Mais quel peut être l’attrait pour quelqu’un qui a connu un grand succès financier ? Ceux qui ont accumulé une grande abondance offrent une diversité inimaginable de choix. L’un d’entre eux prends d’avoir un résultat impressionnant sur le monde qui les entoure. nnÎle Rang Yai, Philippines ( 160 M$ ) nÎle Rang Yai, Philippines ( 160 M$ ) nnIl y a des façons plus satisfaisantes de dépenser une fortune que de collectionner des yachts et des avions à réaction, ou même une île ou deux. Imaginez surtout que vous entriez dans l’histoire comme l’individu qui a changé le statu quo en matière de contraception. Imaginez que vous avez la responsabilité d’aider des 000 000 000 de personnes à mieux prévoir leur famille et leur avenir. Vous allégeriez le fardeau contraceptif unilatéral supporté par les femmes. Simultanément, vous donneriez aux les moyens de mieux assurer leur nettoyée fertilité. nnLes grandes sociétés pharmaceutiques craignent les responsabilités liées à la mise au point de médicaments pour les individus en bonne santé. Ils ne sont pas intéressés. Mais y a des compagnies pharmaceutiques sans but lucratif qui, avec un financement adapté, sont en mesure de faire passer les solutions des chercheurs du laboratoire au marché. Par exemple, Medicines 360 a fait ses preuves non seulement en lançant un nouveau DIU sur le marché, mais aussi en le rendant abordable. nnAvec le bon financement, il y a une voie distincte. nnLa mise au point d’un nouveau contraceptif masculin ferait sans l’ombre d’un doute plus qu’offrir une nouvelle méthode pour les gentlemens. Tout comme la pilule, elle déclencherait sûrement d’autres progrès dans le secteur de la contraception, ce qui mènerait à des alternatives vraiment efficaces. Pensez à un patch mâle ou à une méthode qui écarte toute erreur d’utilisation comme un dispositif implantaire. nnC’est un monde passionnant qu’il faut prévoir – un monde clairement meilleur. Pour l’instant, on ne sait pas qui devra être la prochaine Katharine McCormick. Mais qui que soit cette personne, elle aura un héritage durable.