• contraception masculine
  • contraception homme
  • contraception masculine slip – contraception homme 2019

    La contraception masculine – contraception masculine

    Contraception masculinennLa contraception permet de réduire la probabilité d’une grossesse, ou de l’éviter. La contraception peut concerner l’homme et la femme. nnChez l’homme, la contraception consiste essentiellement à éviter la rencontre entre les spermatozoïdes et l’ovocyte. Depuis peu, une pilule pour homme est à l’étude. C’est sans doute la contraception du futur ! nnContraception : une affaire de couplenLa contraception concerne à la fois l’homme et la femme. Le plus souvent, c’est la femme qui prend la responsabilité du moyen de contraception, comme avec la pilule contraceptive ou le stérilet. Mais de plus en plus d’hommes prennent conscience du poids de cette responsabilité, et tolèrent de la offrir avec leur conjointe. nnContraception masculine : une alternative aux modes de contraception fémininenCertaines femmes ne peuvent utiliser aucun moyen de contraception : elles rejettent le stérilet ou l’implant, ne supportent pas les contraceptifs hormonaux oraux ou autres, ou souffrent de trop d’effets secondaires. dès lors, la contraception masculine est une solution réellement intéressante pour le couple. nnÉviter la fécondation avec la contraception masculinenIl existe divers variété de contraception masculine, assez énergiques et plus ou moins utilisés. nnPréservatifnLe principal moyen de contraception masculine est le préservatif coté masculin. Il empêche le passage des spermatozoïdes dans le vagin puis dans les trompes de Fallope, où se trouve l’ovocyte ( ovule ). Il ne peut donc pas y avoir fécondation. nnSelon la HAS, si plus de 110 centaines de milliers de préservatifs sont proposés ou distribués tous les ans en France, le nombre d’utilisateurs et la finalité de l’utilisation ( contraception ou prévention des IST ) sont difficilement calculables. nnBon à savoir : après un avis favorable de la Haute autorité de santé ( HAS ) et compte tenu de la fréquence et de la gravité des pathologies concernées, certains préservatifs masculins ( préservatifs des marques Eden et Sortez couverts ! ) sont remboursés à hauteur de 60 % par l’Assurance Maladie sur prescription médical d’un médecin ou d’une sage-femme ( arrêtés du 21 novembre 2018 et du 14 février 2019 ). nnVasectomienUne méthode plus radicale est la vasectomie : cette intervention chirurgicale, autorisée en France depuis 2001, revient à arreter les conduits qui permettent aux spermatozoïdes d’être éjaculés. elle est irréfragable dans 20 % de cas et son efficacité, si elle n’est pas de 100 %, s’en approche. nnPilule pour hommenUne pilule pour homme existe depuis quelques temps. À base d’hormones ( testostérone ) et de désogestrel ( substance chimique ), elle empêche la maturation des spermatozoïdes, les rendant impropres à la fécondation. Cette pilule est efficiente au bout de 3 mois ( efficacité de 100 % ) et faut à nouveau attendre 3 mois après l’arrêt du traitement pour recouvrer une fertilité normale. Cette méthode reste toutefois encore peu utilisée et, comme pour la pilule féminine, il existe de beaucoup de effets secondaires comme l’acné, la prise de poids, des problèmes de l’humeur ou encore une diminution de la libido. nnDans le même ordre d’idée, des injections intramusculaires d’hormones ( testostérone et progestérone ) demeurent mais leurs sensations secondaires ( problèmes de l’humeur et exacerbation de la libido notamment ) freinent leur utilisation. nnContraception thermiquenCette technique revient à augmenter la température de 2 à 3 degrés celsius à la hauteur des testicules ( en se servant d’un dessous chauffant à porter environ 15 heures par jour ), afin de limiter la constitution de spermatozoïdes. Cette méthode paraît être efficace après à peu près 3 mois et elle a l’intérêt d’être réversible en 6 à 9 mois. nnEn revanche, son emploi est restreinte à 4 ans car il existe un risque de stérilité au-delà. Seul l’hôpital Paule de Viguier de Toulouse propose cette méthode. nnGel injectablenQuant aux techniques encore à l’étude ( aux États-Unis ), signalons un givre injectable destiné à bloquer la circulation des spermatozoïdes dans le canal déférent. Cette contraception réversible ( et tout bonnement non hormonale ) a été testée avec succès sur des singes. Les résultats des contrôles grandeur nature sur l’homme ne sont pas attendus avant 2020. nnAussi dans la rubrique : nnChoisir sa contraceptionnSommairenn Qu’est-ce que la contraception ? n Quel moyen de contraception choisir ? n Quelle est la sécurité des moyens de contraception ? n Quels sont les risques de la contraception ? n Contraception : prix et remboursementsn Qui consulter pour sa contraception ? nQu’est-ce que la contraception ? nLoi NeuwirthnOestrogènesnProgestéronenContraception masculinenContraception fémininenContragestionnQuel moyen de contraception choisir ? nMéthodes contraceptives : laquelle choisir ? nLes moyens de contraceptionnQuelle contraception après un accouchement ? nQuelle est la fiabilité des moyens de contraception ? nIndice de Pearl : la sécurité de la contraceptionnQuels sont les risques de la contraception ? nComment se faire une idée de les risques dus à la contraception ? nContraception : prix et remboursementsnContraception : prix des contraceptifsnContraception tout bonnement non remboursée : l’assurance peut s’en chargernQui voir pour sa contraception ? nLe planning familialnLe gynécologue

    La contraception masculine – contraception masculine

    Contraceptif coté masculin : Où est-il ? Où est-il ? nLa conversation autour de la contraception masculine a été qu’elle sera disponible ‘ bientôt ‘. De nombreux articles ( comme par exemple celui-ci, ceci et ceci ) remontant au début des années proposent annoncé qu’une pilule pour hommes est en cours de préparation. Si l’on en croit le calendrier promis, nous devrions tous pouvoir déjà s’offrir et utiliser des contraceptifs masculins. Pourquoi on ne peut pas ? nnMCI a récemment mené une enquête auprès d’utilisateurs potentiels de contraceptifs masculins, et l’une des majeures conclusions de l’enquête est que tous les sexes veulent véritablement plus de possibilités de contraception pour hommes. Le but de ce billet est de communiquer des informations sur la façon dont un médicament est mis sur le marché et pourquoi les contraceptifs masculins sont encore en développement. nnI. LE PROCESSUSnnLe cheminement de mise au point d’un médicament est une épreuve longue, fastidieuse et onéreuse qui tente d’apporter une réponse aux interrogations ci-après : nnComment un contraceptif pourrait-il être efficiente ? nQuelle pilule/dispositif/dispositif/approche pourrait marcher comme contraceptif ? nEst-ce que cela marche dans les essais sur les animaux ? nPourrait-il s’agir d’une véritable pilule, d’une injection ou d’un implant… ? nEst-il sûr, efficiente, faisable et crédible ? nEst-il infaillible chez l’homme, avec un minimum d’effets dangeureux ? nLe cheminement de développement de la contraception masculine peut varier et n’est pas souvent linéaire, mais ce qui suit est une route représentative pour certaines options contraceptives masculines. nnII. DÉVELOPPEMENT DE MÉDICAMENTSnnL’Aha ! MomentnnnUn chercheur dans un laboratoire trouve une fonction ou un défaut cellulaire : une composante de la réplication qui, lorsqu’elle manque, semble rendre les hommes infertiles. Nous appellerons ça la ‘ cible ‘. nnChronologie : C’est toujours le cas avec plusieurs solutions potentielles différentes sur lesquelles divers chercheurs travaillent. nnMais est-ce que ça marche ? nnnLe chercheur teste un animal ( souvent une souris ) dont le système reproducteur présente des modalités similaires à celles de la personne. Ils veulent savoir si leur cible peut être changée d’une façon pour rendre l’animal infertile, parce que si cela fonctionne chez l’animal, cela peut vouloir dire que cela fonctionnera chez les hommes. Ils aussi tester des échantillons de sperme humain à ce stade. nnChronologie : Des mois à longtemps. nnCoût : Des dizaines de milliers. nnMéthodes à ce stade : il existe beaucoup d’exploration dans divers laboratoires à ce stade, et de nombreux chercheurs explorent les alternatives qu’ils offrent trouvées. nnCible FaisabiliténnnLe chercheur commence à fabriquer le contraceptif qu’un homme prendra à l’avenir. Dans ce process, ils essaient de trouver un recours de modifier, de faire vérifier et de déclencher l’infertilité en se servant de leur cible, d’une manière qui peut être transmise à une personne. Le médicament peut-il être absorbé par l’organisme ? Comment pourrait-il être donné…. sous forme de pilule ? Un coup de feu ? Un patch de la peau ? nnChronologie : Plusieurs années. nnCoût : Des centaines de dizaines de milliers. nnMéthodes à ce stade : la majorité des choses ! Certains que le MCI finance : Catsper et SLO3. Ces deux facteurs influent sur la motilité des spermatozoïdes. nnEn sommes-nous sûrs ? nnnDe nombreux tentatives sont accomplis sur des animaux et dans des systèmes qui peuvent être la duplication humaine afin d’être sur que le médicament marche correctement et qu’il est sûr et viable en tant que contraceptif. nnChronologie : Plusieurs années. nnCoût : Des centaines de centaines. nnMéthodes à ce stade : HIPK4, que MCI finance. Cela affecte la production de sperme. nnEst-il sécurité ? nnnLe chercheur peaufine véritablement le médicament pour être sur qu’il est danger. Ils choisissent aussi la bonne forme posologique, comme une pilule, un vaccin ou un implant, et s’assurent que la posologie, la durée d’action et l’efficacité sont exactes. S’il y a d’autres particularités importantes du médicament, comme la réversibilité, qui peuvent aussi être testées en ce lieu. En fin de compte, les chercheurs s’assurent que le médicament est respectant la législation rigoureuses de la FDA américaine pour approbation. nnChronologie : Plusieurs années. nnCoût : Des centaines de centaines à des millions. nnMéthodes à ce stade : Eppin ( motilité du sperme ) Echo-VR/Adam ( bloque les canaux déférents ), VasDeBlock ( bloque les canaux déférents ), Vasalgel ( bloque les canaux déférents ). nnIII. ESSAIS CLINIQUESnnÇa marche ! Mais…. est-ce que ça marche chez les personnes réels ? nnSi les phases ci-dessus démontrent que le médicament est sûr, efficace et qu’il possède une posologie et une forme posologique fiables, le chercheur présente une demande de drogue nouvelle de recherche, ce qui lui permet de passer aux études sur des hommes. Parce qu’ils peuvent faire beaucoup de sous avec un médicament qui peut être vendu après, les investisseurs et les compagnies pharmaceutiques aiment parfois venir et investir quelque part dans le processus plus bas. nnEssai clinique de phase InnC’est la première fois qu’un chercheur teste son médicament sur de vrais humains. À ce stade, ils veulent voir si le contraceptif a des impressions secondaires à différentes doses et comment il est manipulé par l’instance. bon volume de des médicaments vont de l’avant depuis cette étape. nnChronologie : Mois à 2 ans. nnCoût : 2-5 millions. nnMéthodes à ce stade : Bambang Prajogo ( résultat sur la motilité ou la fécondation des spermatozoïdes ) est vérifié dans l’équivalent de cette phase en indonésie, mais il ne sera pas disponible aux etats-unis avant d’avoir suivi le processus américain, H 11-beta-mntdc, DMAU. nnEssai clinique de phase II

    La contraception masculine – contraception homme

    Transport du sperme – Mécanismes de la contraception masculinenLe système reproductif relationel est un ensemble complexe de facteurs interdépendants, dont beaucoup sont nécessaires à une fertilité soutenue. En interrompant ne serait-ce qu’un seul de ces cheminement nécessaires, nous pouvons trouver de toutes nouvelles façons de concevoir des contraceptifs tout bonnement non hormonaux excitants pour les hommes. L’un des mécanismes est le déplacement des spermatozoïdes, ou comment les spermatozoïdes se déplacent dans le tractus génital coté masculin. nnArrêter le déplacement de sperme – Une vieille idée nouvellenAprès la création des spermatozoïdes dans les testicules, mais avant qu’ils ne démontrent leur motilité et fécondent un ovule, ils doivent être expulsés par le corps dans un cheminement nommé éjaculation. Lors de l’éjaculation, les spermatozoïdes sont déplacés de l’épididyme en direction du canal déférent. De là, ils se déplacent dans l’urètre, puis sur la planète non domestique. Empêcher le sperme d’être transporté hors de l’appareil reproducteur n’est pas une idée nouvelle. En fait, c’est la base de l’une des seules formes anciennes de contraception masculine – la vasectomie. nnle transport du sperme comme moyen de prévention de la fécondationnLes canaux déférents sont scellés pour empêcher le déplacement des spermatozoïdes de l’épididyme à d’autres stades du tractus génital. Photo de K. D. Schroeder, distribuée sous licence CC BY-SA 3. 0. nDans une vasectomie, les canaux déférents sont coupés et attachés, ou scellés pour empêcher les spermatozoïdes de sortir de notre corps. C’est un cheminement simple et efficiente. , l’inversion de la vasectomie n’est pas assez fiable pour être juger comme une méthode non permanente. nnCependant, de nombreux groupes agissent sur la vasectomie réversible, ou ce que nous appelons les appareils occlusifs. Ces dispositifs fonctionnent comme une vasectomie, mais au lieu de arreter le canal déférent, on insère un givre pour bloquer le flux de spermatozoïdes tout en permettant le mouvement du eliquide. Les appareils occlusifs Vas-occlusive sont destinés à être facilement inversés à la furtivité de le bénéficiaire. Certains produits comme Echo-VR et Vasalgel proposent de le faire soit par dégradation naturelle du givre, soit par une simple procédure de restauration. nnLes dispositifs vas-occlusifs peuvent entraîner une nouvelle prise en charge sur une longue période de la fertilité chez les gentlemens – une prise en charge réversible. Ces appareils agir pendant des années et ne nécessiteraient aucun entretien ou prise de pilules de la part de le bénéficiaire. nnIl existe également des approches pharmacologiques pour prévenir le transport du sperme. MCI a financé Sab Ventura de l’Université Monash en Australie pour développer son programme, qui empêche le déplacement du sperme en empêchant les contractions des groupes de muscles lisses. nnIl y a plus d’une manière de contracepter. nLa duplication est une machine grande et difficile, avec de nombreuses méthodes d’ajouter un frein temporaire sur le processus. La prévention du déplacement du sperme est l’un des moyens de produire la prochaine génération de contraceptifs masculins. D’autres projets axés sur la prévention de la spermatogenèse, la motilité des spermatozoïdes et la fécondation sont tous activement poursuivis. nnEnsemble, nous espérons que ces entreprises scientifiques créeront de diverses formes de contraception masculine avec des candidats de produits variés qui répondent aux besoins d’un plus grand nombre d’utilisateurs.

    La contraception masculine – contraception homme

    La recherche a montré que les gentlemens embauchés dans des relations sentimentales sont très intéressés à ‘ etre propriétaire de ‘ la contraception. Mais d’options, le récapitulatif des solutions énergiques est assez restreinte à l’heure présente : abstinence, condoms et vasectomie ( il y a aussi la méthode du rythme ou le retrait, mais je occulte que vous voudriez compter sur l’une ou l’autre de ces techniques ). Compte tenu de cette liste d’attente, il y a certainement de la place pour une forme de pilule. Pourtant, après un demi-siècle et des millions de dollars de recherche, il n’y a toujours pas de pilule pour les hommes. nnAlors, quel est le soucis ? nnNous savons comment interférer avec la réalisation de sperme – les suppléments hormonaux masculins diront à la testostérone naturelle de l’organisme ( fabriquée par le testicule ) de s’éteindre, arrêtant la création de sperme. Basé sur cette idée, les pilules ont été formulées comme contraceptifs hormonaux, et offrent fonctionné… mais pas parfaitement. Dans les études, la plupart des mecs n’ont aucune numération de spermatozoïdes après avoir pris la pilule, mais pas tous les gentlemens. Et, dans le monde des contraceptifs masculins, avec des choix comme la vasectomie, c’est un loisir à compréhension zéro. L’éjaculat se doit d’être exempt de sperme. nnIl y a aussi une litanie de préoccupations concernant les effets secondaires des pilules hormonales pour . Dans les tentatives cliniques, les hommes proposent reconnu des impressions comme les éruptions cutanées, le gain de poids, la sautes d’humeur, la perte de libido, la dysfonction érectile et la fatigue. Avoir des sensations secondaires graveleux apparents d’une pilule qui concerne à soulager l’inquiétude du sexe défait un peu le but, vous ne trouvez pas ? Dans une perspective à plus long terme, y a-t-il d’autres problèmes qui surviennent sur le long terme ? malgré que nous sachions que la pilule contraceptive féminine a été associée à des taux plus élevés de maladies cardiaques et de cancer du sein et de l’encolure de l’utérus chez les femmes, peu ou pas de études proposent été menées à ce jour sur les problèmes qui pourraient surgir avec l’utilisation sur une longue durée de pilules contraceptives masculines. nnMalgré tout cela, l’intérêt pour une pilule contraceptive masculine reste vif – et les efforts des chercheurs dévoilent un certain espoir. Un essai clinique récent d’une pilule hormonale pour a complètement arrêté les type de testostérone et a été assez bien toléré. Comme la fabrication de sperme n’a pas été étudiée, nous ne sommes toujours pas sûrs qu’elle fonctionnera, mais elle est prometteuse. nnUne pilule pour homme n’est à tous les coups pas pour tous les gentlemens, mais peut être une solution pertinente pour beaucoup d’entre nous.

    La contraception masculine – contraception masculine

    La contraception masculine au-delà des préservatifs et de la vasectomie : il est grand tempsnDans ce blogue, la directrice générale de MCI, Heather Vahdat, donner ses réflexions sur le besoin de contraception masculine et sur la manière dont le terrain peut accélérer l’introduction de toutes nouvelles solutions masculines. nAu cours de la dernière décennie, j’ai travaillé dans le secteur de la recherche géolocalisée et du développement sur les contraceptifs féminins et j’ai eu l’occasion d’échanger souvent sur les méthodes masculines. Les conversations ont souvent été brèves à cause d’un manque d’appétit pour le financement de ces travaux et de la perception que les gentlemens n’utiliseront pas la contraception. Beaucoup supposent aussi que quand bien même les gentlemens sont prêts à utiliser la contraception, leurs partenaires ne leur feront pas confiance pour le faire efficacement. Malgré le peu ou l’absence de soutien financier, quelques défenseurs infatigables proposent eu tendance à l’étincelle de promesse qu’offraient les méthodes masculines. Leurs exercices pour maintenir vivante la discussion sur la contraception masculine proposent continué à faire avancer le secteur de la santé lentement mais sûrement. nnEn 2017, alors que je faisais partie d’une équipe de recherche sur la création centrée sur l’homme pour identifier de toutes nouvelles approches de la contraception , la question ‘ Et les hommes ? Ce qui est vraiment avantageux, c’est que cette question émanait de femmes et de gars de tous âges et de tous statuts relationnels dans les milieux urbains et ruraux du Kenya et de l’Inde, sociétés a l’intérieur desquelles le fardeau de la contraception a toujours été imposé à la femme. nnUne introduction rapide : Au-delà des condoms et de la vasectomienAyant récemment fait la transition dans le secteur de la contraception masculine, j’ai eu l’opportunité de me familiariser rapidement avec le secteur de la santé grâce à une série d’événements qui se sont déroulés à un moment inattendu. En plus d’en apprendre surtout sur les activités soutenues directement par MCI, j’ai eu le plaisir d’assister à une réunion annuelle de spécialistes travaillant sur des cibles contraceptives masculines à un niveau très précoce. Peu de temps après, MCI a lancé notre premier appel d’offres visant particulièrement les produits à un stade plus avancé, principalement les appareils axés sur l’occlusion vasculaire réversible ( comme la vasectomie, seulement moins invasive et réversible ). Ces expositions précoces, associées à une communauté réceptive et solidaire, m’ont permis de me faire rapidement une idée du temps qu’il faudra pour que les nouveaux contraceptifs masculins arrivent sur le marché. nnAlors que je travaillais à l’élaboration d’une stratégie pour les activités à court terme de MCI, j’ai tenu compte de tout ce que j’ai admis au cours de mes premières semaines comme directeur général de MCI. J’ai créé un calendrier approximatif de développement de produits qui incluait toutes les méthodes masculines que j’ai apprises et j’ai essayé d’identifier les opportunités où MCI pourrait transmettre le soutien le plus efficace. tout au long de ce processus, un thème clair a commencé à émerger, un thème qui articule le challenge fondamental du développement de tout nouveau produit tout en reflétant aussi, quelque peu inversement, un sentiment général que j’entends souvent lorsque je dis aux gens que le but de MCI est le développement de nouveaux contraceptifs masculins : ‘ Il était temps ‘. nnAccélérer le processusnLe tracé des techniques contraceptives masculines non hormonales en cours de développement sur toute la durée de développement du produit révèle sans attente un pipeline déséquilibré. la majorité des produits potentiels en sont à la période initiale de découverte avec seulement une poignée de produits, seulement des dispositifs occlusifs de vas occlusifs, qui approchent des analyses précliniques permettant le déploiement de la DNR. Le calendrier de développement est complété par la rareté des produits qui déclarent en être à diverses phases des essais cliniques. Cependant, ces tentatives sont menés dans des pays qui ne sont pas gérés par des ferments de réglementation stricts ( ARS ). Cela suggère que la capacité d’employer les données de ces tentatives pour presser les exercices d’enregistrement internationaux pourrait s’avérer dur. nnCompte tenu de ces challenges, la première étape de l’augmentation du volume de contraceptifs masculins disponibles consiste à faire s’améliorer plus rapidement les produits au stade précoce : ‘ Il s’agit de forcer le temps ‘. nnS’assurer d’une route clairenEn plus de faire avancer les premières alternatives, j’ai également réfléchi à la manière dont nous pourrions faire avancer les choses depuis l’autre bout du pipeline. Comment pouvons-nous nous préparer aux challenges en aval pour nous assurer que les efforts accélérés de développement de produits ne se heurtent pas à un mur au stade préclinique ou clinique ? Étant donné qu’il n’existe que peu ou pas de précédents en matière de navigation dans le cheminement de réglementation des solutions contraceptives masculines, nous devons commencer maintenant à tenir des discussions avec un très large éventail d’intervenants pour nous assurer que les phases à franchir pour recevoir l’approbation réglementaire sont claires. Cela garantira que le temps et l’efficacité sont gérés aux DEUX extrémités du spectre du développement, ce qui permettra de maximiser le cheminement : ‘ il faut comprimer efficacement le temps ‘. nnCommuniquer une réaliténNous pouvons créer des méthodes contraceptives masculines jusqu’au retour des vaches , mais à moins que les vaches n’utilisent ces techniques, nous devons autant travailler parallèlement pour analyser et définir le marché et les personnes possibles. C’est délicat de définir une fibre qui n’a pas été inventé encore. En fait, n’existe même pas de marché grandement analogue pour la contraception masculine ( c. -à-d. que le marché de la contraception masculine n’est probablement pas analogue à celui de la contraception ). Les solutions masculines, surtout les techniques non hormonales, sont susceptibles d’avoir des dispositifs d’action très différents des solutions féminines. Plus particulièrement, les méthodes masculines vraiment pas hormonales sont susceptibles d’avoir moins d’effets secondaires, ou parfaitement aucun, parmi ceux que l’on observe souvent avec la contraception . nnLe concept même de techniques contraceptives masculines, au-delà des préservatifs et de la vasectomie, est encore si étranger qu’il est intangible pour de beaucoup de . Ainsi, un aspect critique de la réalisation d’une étude de marché ne consiste pas seulement à définir les caractéristiques potentielles du marché et des utilisateurs des méthodes masculines, et par dessus le marché à amener les gentlemens et les femmes à installer un monde où il existe plusieurs méthodes contraceptives masculines. Ce cheminement de régulation est spécialement critique étant donné que les utilisateurs prévus de plusieurs des contraceptifs masculins en développement sont actuellement des nourrissons ! En normalisant la conversation avec les ados et les hommes d’aujourd’hui, le concept de contraception masculine sera moins étranger d’ici à ce que les produits actuellement en développement et les premiers personnes atteignent un point d’intersection : ‘ Il est temps de parler de l’augmentation des possibilités contraceptives pour les hommes comme une réalité. nnIl est TOUT tempsnNous nous trouvons à un point où pratiquement tous les aspects de la discussion sur l’augmentation du nombre de contraceptifs masculins disponibles pour les gentlemens et leurs partenaires sont liés à une certaine forme de reconnaissance du temps. malgré que le concept de temps change selon l’aspect tchaté, la réponse à de nombreuses interrogations sur le ‘ comment ‘ et le ‘ pourquoi ‘ de la multiplication des méthodes contraceptives masculines est cohérente. Cependant, nulle part ailleurs la réponse n’est plus forte qu’en solution à la question fondamentale : ‘ Pourquoi devrions-nous investir dans le développement de méthodes contraceptives masculines ? ‘

    La contraception masculine – contraception homme

    Que sont les testicules ? nNous savons tous que les testicules sont d’où proviennent les spermatozoïdes, et de multiples techniques contraceptives masculines impliquent la manipulation de la conception ou de la motilité des spermatozoïdes. Mais comment jouent-ils leur rôle dans le système reproducteur ? nnLes testicules sont les deux ‘ boules ‘ de forme ovale que l’on trouve de chaque côté du pénis du mâle. Lorsqu’un mâle atteint la maturité sexuelle, les deux testicules, aussi appelés testicules, commencent à générer et à stocker des centaines de milliers de minuscules spermatozoïdes. Les testicules sont de forme ovale et atteignent en moyenne 2 pouces ( 5 cm ) de dimension et 1 pouce ( 3 cm ) de diamètre. nnLes testicules font autant partie du dispositif endocrinien. Ils produisent des hormones, dont la testostérone. La testostérone est l’hormone qui fait que les gentlemens développent des parole plus profondes, des groupes de muscles plus gros et des poils de notre corps et du visage pendant la puberté, et elle rééquilibre de plus la création de sperme. nnLes testicules, avec l’épididyme, pendent dans une structure en forme mobile à l’extérieur du bassin appelée scrotum. Ce sac à main de peau assiste normaliser la température des testicules, qui doivent être maintenus plus frais que la chaleur du corps pour se fournir du sperme viable. nnIl est possible de modifier la création de spermatozoïdes et d’interrompre la création en modifiant la bouillonnement du scrotum. Des recherches publiées en ce moment ont révélé que les hommes qui portent des sous-vêtements moulants ( de couleur blanche serrés ) pourraient nuire à leur fertilité et à leurs efforts de reproduction. Les scientifiques agissent sur des études en cours concernant de dernieres nouvelles solutions de contraception masculine qui régulent la chaleur du scrotum et ont le potentiel de modifier la fonction du sperme – une piste prometteuse pour une contraception masculine certaine et réversible.

    La contraception masculine – contraception homme

    Le passé récent et la postérité prochen ‘ Où vous voyez-vous dans cinq ans ? ‘ nCette question est souvent posée lors des entretiens d’embauche, et c’est un bon moyen d’évaluer l’investissement futur d’une personne. Il a été dit à maintes reprises que le contrôle des naissances chez l’homme était à 5 ans au cours des 20 années passées. malheureusement, ce n’est pas très loin du bonheur. Une combinaison de facteurs, y compris une absence d’intérêt de la part des principaux collaborateurs pharmaceutiques, des informations erronées sur l’acceptabilité des contraceptifs masculins et une absence de financement de la recherche interne a créé un scénario dans lequel il existe de nombreuses voies grandement ouvertes pour concevoir des contraceptifs masculins, mais personne pour les suivre. il y a une absence évident d’investissement dans la contraception masculine, malgré les possibilités connus et évidents. nnPrenons, par exemple, un article récent du Journal of the American Medical Association, JAMA. L’article note la réticence des constructeurs de médicaments à plonger leurs pieds dans le monde de la contraception masculine. Leur réticence s’explique en grande partie par le fait que les méthodes contraceptives effeminées énergiques et bon marché sont omniprésentes sur le marché. Avec une base aussi crédible, ils ne considèrent pas les nouveaux contraceptifs comme des blockbusters possibles. nnDe plus, est compliqué d’ajouter sur le marché des contraceptifs pour . nnnLa ‘ vallée de la mort ‘ est une phase risquée de la mise au point d’un médicament où d’une multitude de médicaments échouent avant même d’être soumis à des tentatives cliniques. il est peu probable que les constructeurs de médicaments poussent les élèves dans cette ‘ vallée ‘ à moins qu’ils ne puissent être raisonnablement certains de retirer leur argent. nnLorsque l’on associe ces préoccupations à la perception du public selon laquelle les gentlemens ne sont pas disposés à prendre des contraceptifs, une tendance à la réticence mal informée se fabrique. Aujourd’hui, cette réticence persiste malgré le fait qu’une étude neuve d’Ipsos oriente vers que 88 % des Américains estiment que les gentlemens et les femmes ont une responsabilité égale en terme de contraception et que 65 % des mecs pourraient être prêts à utiliser une méthode hormonale de contraception, si elle existait. nnEt la désinformation ne se termine pas aux fabricants de médicaments. Le grand public a entendu parler de la recherche géolocalisée sur le contrôle des naissances chez les hommes, et cela ne s’est pas bien passé. La nouvelle de l’annulation d’une étude a fait la une des journaux, et l’histoire sexuée de la contraception a incité de nombreux membres du public à passer rapidement à l’offensive. Des organisations comme la nôtre demeurent pour mettre en avant les contraceptifs masculins et offrir la vérité sur l’acceptabilité, mais ces idées fausses peuvent être omniprésentes. nnEt que faisons-nous pour résoudre au manque d’incitation ? nNous guidons les gens sur des chemins ouverts. Plus précisément, nous essayons de combler le fossé qui sépare la ‘ vallée de la mort ‘ en finançant le moteur de recherche interne au stade précoce. Le premier candidat-médicament peut attirer l’attention des constructeurs de médicaments, qui sont aujourd’hui incités à essayer la contraception masculine. Nous menons autant nos propres études de marché pour savoir quelles qualités de contraceptifs masculins sont nécessaires pour compléter. Ces connaissances sont publiées et éclairent nos décisions de financement. Ces données de marketing servent de plus à illustrer le désir d’options contraceptives masculines. nnAlors, où nous voyons-nous dans cinq ans ? nnnNous nous imaginons mettre fin à ce dicton de longue date – que le contrôle des naissances chez l’homme est dans 5 ans. Nous diversifions les variété de recherche qui sont financés. Et notre conseil d’experts s’assure que la recherche interne que nous finançons a les meilleures chances de compléter. Nous insistons de plus pour que les options prospectives soient incluses dans la couverture des soins de santé, prenant garde à à ce que le contrôle des naissances et la contraception masculine dans leur ensemble restent une section de la conversation nationale. Les choses sont plus près qu’elles ne l’ont jamais été, et maintenant une organisation comme MCI existe pour aider à combler cet écart terminal. nnHeureusement, ce n’est pas la fin de notre travail. Grâce à nos enquêtes de digital et d’acceptabilité, nous savons que les besoins des mecs en terme de contraception sont aussi différents que les hommes eux-mêmes. Même dans cinq, 10 ou vingt ans, nous poursuivrons nos exercices. Notre travail se résume à nous assurer que de dernieres nouvelles possibilités sont toujours à l’étude. Éventuellement, ces options répondront aux besoins du plus grand volume d’utilisateurs possible. nnC’est une longue partie à jouer. nEt cela nous oblige à faire le point sur la situation dans son ensemble. Il est compliqué de appréhender pourquoi une zone aussi séduisant dans le secteur de l’élaboration de médicaments a suscité si peu d’intérêt. En évaluant de diverses avenues, nous avons la meilleure chance de servir le public. Nous avons la meilleure chance de faire du contrôle des naissances une conversation à laquelle tout le monde contribue.

    La contraception masculine – contraception homme

    Pourquoi la contraception masculine : Dr John AmorynLa population internationale déborde sept milliards d’habitants, augmente de 70 millions chaque année et atteindra sûrement neuf à 10 milliards en 2050 ( 1 ). La croissance démographique est l’une des principales causes de la dégradation de l’environnement et de la souffrance humaine due à la pauvreté et à la faim ( 2 ). Une grande partie de cette croissance démographique est involontaire. En 2008, 41 % de toutes les grossesses sur la planète n’étaient pas planifiées et vingt pour cent de toutes les grossesses se sont terminées par un avortement, pouvant entrainer 47 000 décès maternels dus à des avortements vraiment pas médicalisés ( 3, 4 ). Aux États-Unis, le taux de grossesses vraiment pas désirées est de 48 % et 18 % de toutes les grossesses se terminent par un avortement, ce qui représente 1, 1 million d’avortements tous les ans ( 3 ). nnCe taux élevé de grossesses non désirées est dû à une utilisation et/ou un accès inadéquats aux solutions de contraception. L’accès à la contraception réduit énormément la croissance démographique et les taux d’avortement, ce qui se traduit par des améliorations positives de la santé néonatale et maternelle ( 5 ). a part l’atténuation de la croissance démographique internationale, le recours à la contraception moderne et à de meilleurs soins de clinique sur la planète entier permet d’éviter 1, 7 million de décès néonatals et 251 000 décès maternels tous les ans ( 5 ). Par conséquent, il y a un grand besoin d’un meilleur accès aux contraceptifs existants, d’une meilleure dressage en matière de contraception et d’un plus grand nombre de possibilités contraceptives, tant aux États-Unis que sur la planète. nnAux États-Unis, 30 % de toute la contraception actuellement réalisée est dirigée par un homme, 20 % de tous les couples utilisant des préservatifs et 10 % des couples ayant recours à la vasectomie ( 6 ). Ces deux solutions de contraception masculine présentent des inconvénients importants. Les préservatifs, tout en avoir une certaine protection contre les infections sexuellement transmissibles, offrent une efficacité contraceptive marginale ( 7 ), et la vasectomie, qui est cher et compliqué à inverser efficacement, est envisager comme une méthode de contraception masculine irréversible à plus juste titre ( 8 ). Un contraceptif masculin réversible serait bien accueilli par une grande majorité de mecs ( neuf, 10 ) et aurait un avantage marqué pour réduire le taux de grossesses vraiment pas désirées, la croissance tout bonnement non viser de la population et leurs sensations. nn———–nnLe Dr John Amory est professeur de médecine à l’Université de Washington, où ses recherches portent sur le développement de nouvelles formes de contraception masculine. La Dre Amory siège aussi au conseil consultatif de l’Initiative sur la contraception masculine.