• contraception masculine
  • contraception homme
  • contraception masculine thermique – contraception homme enceinte

    La contraception masculine – contraception homme

    Loin d’être des pionniers, les hommes utilisant la contraception dite “masculine” s’appuient sur une technique vieille de 40 ans. Aujourd’hui, ils ne sont pas forcément militants et ont tous la même préoccupation : prendre en charge leur contraception, surtout que de la déléguer à leur partenaire. nEncore trop peu accessible et de ce fait trop peu représentée, la contraception masculine répond cependant à une demande croissante. Quand une femme rencontre des difficultés avec les techniques de contraception classiques, beaucoup de couples hétérosexuels se retrouvent dans une impasse contraceptive. “Si on ne veut plus avoir recours à la pilule ou au stérilet, il ne reste plus beaucoup de solutions : soit préservatif, soit abstinence… ou sinon, contraception masculine”, explique Karine, 42 ans, dont le compagnon est sous contraceptif. nnDans l’Hexagone, ils sont à peu près 150 à suivre une contraception, sans compter les 0, 8 % d’hommes en âge de procréer ayant eu recours à la vasectomie ( contraception définitive demandant une démarche simple, sans aucun effet secondaire ). Hormonales ou thermiques, les techniques de contraception masculine sont encadrées par des conventions médicaux et validées par deux médecins la prescrivant depuis 40 ans : les toubibs Soufir, à , et Mieusset, à Toulouse. nnPartager les responsabilitésnnParmi la dizaine d’hommes que nous avons interviewés, tous proposent fait cette démarche après avoir pris conscience de la charge mentale contraceptive portée par leurs partenaires, actuelles ou passées. “Ce n’est pas un acte féministe, mais un acte d’interaction des responsabilités”, assure Robin, 33 ans, qui a porté le slip contraceptif avant d’arrêter pour concevoir un enfant. Grégoire, 47 ans et vasectomisé depuis une année, a voulu “soulager [sa] épouse, qui prenait des hormones depuis de nombreuses années”. nnEn France, la méthode thermique est à la mode. elle se trouve être sûre et sans danger ni effet secondaire. Elle consiste à remonter les testicules à l’origine de la verge, pour augmenter leur température et ainsi stopper naturellement la fabrication de spermatozoïdes. Deux outils aident à maintenir les testicules au chaud : le slip contraceptif ( aussi nommé “slip troué”, ou “boulocho” ) et l’anneau pénien “Androswitch”. Tous deux doivent être portés sur une base quotidienne quinze heures par 24h, comme un sous-vêtement, pendant maximum 4 ans, aucun essai médical n’ayant été réalisé outre cette durée. nn_DSC8036. jpgn ‘ L’anneau pénien ‘ Androswitch ‘, en fonction de la méthode de contraception thermique, entre les mains de son créateur Maxime Labrit © Maxime Labrit ‘ nDes ateliers de couture et d’essayage de slipsnnInventé dès les années 1980 par le Docteur Mieusset, le slip contraceptif a d’abord été porté par des militants de l’association Ardecom ( Association pour la recherche géolocalisée et le développement de la contraception masculine ), mise en place en 1979 à partir de groupes de paroles de jeunes proches du MLAC ( mouvement de libération de l’avortement et de la contraception ). nnAujourd’hui, les slips contraceptifs peuvent être fournis par le Docteur Mieusset, sous suivi médical. Mais certains choisissent de les fabriquer eux-mêmes, sous leur saine responsabilité. David, 45 ans a pris part à un atelier de réalisation de slip, organisé par le collectif breton Thomas Boulou. Encourageant l’autogestion contraceptive, le collectif a sur notre site web internet des conseils de confection et plusieurs guides vidéos pour réaliser son saine slip, suivant trois exemplaires au choix : classique, jock-strap ou balconnet. “Porter le slip, c’est aussi un imaginaire érotique et parfait à repenser”, note David. Il poursuit : “En essayant des slips entre hommes, on n’était pas en train de se la mesurer ou de savoir qui pisse le plus haut. C’était un moment précieux qui déplaçait les codes, au-delà de la cooptation virile”. nnn“Des sensations toutes nouvelles, mais pas désagréables”nnLaurent, 31 ans, a préféré porter l’Androswitch, un anneau commercialisé en ligne ( 37€ ) depuis mai 2019 via la société Thoreme et basé sur la méthode calorifique. “Il suffit de l’intégrer dans sa routine. Au début, ça donne des sensations toutes nouvelles, mais pas désagréables ou inconfortables. Imaginez que vous n’ayiez jamais porté de sous-vêtements, et que vous décidez d’en porter un, c’est le même ressenti”. “C’est une piste génialissime pour faire de la contraception dans le respect de notre corps des personnes, poursuit Laurent. Même avec très peu de moyens, n’importe qui peut utiliser un recours contraceptif ‘. nnQuelques hommes emploient aussi une contraception hormonale au protocole validé par l’OMS : une injection hebdomadaire intramusculaire d’un dérivé de la testostérone. La testostérone étant endomagée par le foie, elle ne peut pas être prise en pilule. “C’est assez contraignant. Une infirmière doit passer chez moi toutes les semaines pour me faire l’injection, nous explique Thomas, 29 ans, qui a commencé le traitement en janvier. Le produit étant utilisé comme dopant, ne passe pas non plus l’avion. ” Comme son équivalent effeminé, la contraception hormonale masculine peut avoir des sensations secondaires : irritabilité, hausse de la libido et de la force . nn“Les proposent peur”nnSi les gentlemens peuvent être sous contraceptif, cela “reste encore trop souvent une affaire de femmes”, certifie Erwan, 40 ans et très actif à Ardecom. les femmes sont majoritairement présentes dans les réunions de références sur la contraception masculine. “Comme si la sexualité était liée aux , et la procréation aux femmes, regrette Franck, 40 ans et vasectomisé. Aux , on parle de Viagra, aux femmes on parle de pilule”. nnPour beaucoup d’hommes, “agir sur leur fertilité peut être vécu comme une atteinte à leurs possibilités sexuelles”, analyse Alain Giami, directeur de recherche émérite à l’INSERM et co-auteur de Droits de l’Homme et sexualité – Vers la notion de droits sexuels ? ( Editions des archives actuelles, mars 2019 ). Robin, 33 ans, confirme : “Quand je parle de mon slip contraceptif autour de moi, j’ai le sentiment que les gentlemens proposent peur”. Pourtant, la contraception masculine “pourrait permettre aux hommes de reprendre le contrôle sur leur corps et de faire valoir leurs droits porno et reproductifs”, s’enthousiasme Alain Giami. Un choix libérateur. nnn ‘ en applicant une contraception, j’ai ressenti un sentiment d’accomplissement et de confiance partagée au sein de mon couple, une nouvelle liberté dans une sexualité sans procréation ‘, nous confie Maxime, créateur de l’Andro-switch. En dehors de l’intimité de son couple, Maxime a aussi éprouvé “un violent sentiment de retraite et d’isolement”, face à des pouvoirs publics et à un corps médical inertes. Quant à Grégoire, avant de recourir à la vasectomie, il n’a pu faire la rencontre aucun femme ayant déjà fait cette manoeuvre. nnEn attendant des changements institutionnels, les toubibs Soufir et Mieusset continuent intervenir. En janvier 2019, ils ont dispensé une formation pour 26 médecins sur la contraception masculine. La deuxième séance n’a pas pu se faire, faute de subventions pour défrayer le milieu médical. Quant au slip contraceptif du pofessionnel Mieusset, est en cours d’industrialisation, en vue d’essais cliniques à l’échelle européenne, pour qu’il soit reconnu comme un dispositif médical, acheté en pharmacie. Inutile d’alterer espoir, nous garantit Erwan. “Comme pour la légalisation de l’IVG, c’est en utilisant ces méthodes, malgré l’insuffisance de l’accompagnement de santé, qu’on arrivera à faire pression sur les institutions”.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Rapport d’enquête sur les possibilités en terme de contraception chez les hommesnCe billet est rédigé par Kathryn Carpenter, boursière du MCI et étudiante à le contrôle en santé publique de l’Université de Caroline du Nord – Gillings School of Global Public Health. nnMCI mène des enquêtes pour nous aider à comprendre les perceptions des utilisateurs potentiels de contraceptifs masculins. La collecte de ces points de vue nous aide, en tant qu’organisation, à comprendre ce que les consommateurs possibles recherchent et comment les gens perçoivent la contraception masculine. nnUne étude récente des témoignages des parties prenantes et des utilisateurs possibles de la contraception masculine nous a donné un aperçu de ce que les personnes interrogées recherchent dans les méthodes potentielles et de la façon dont les nouvelles techniques affecteraient la mobile entre les sexes et les relations et la durée reproductive. Nous partageons maintenant quelques-unes des principales conclusions de cette enquête. nnMéthodesnnAu moment de l’analyse, y avait 244 répondants au sondage, qui a été distribué par l’entremise du bulletin de MCI et du listserv de la Fondation Parsemus. bon volume de étaient des utilisateurs possibles ( 75 %, à tous les coups des mecs ) et des partenaires d’utilisateurs potentiels ( 7 %, sans l’ombre d’un doute des femmes ). la plupart des autres répondants étaient des gens travaillant dans le secteur : en R-D, dans la sphère universitaire et dans le financement. malgré que les répondants représentaient tous les continents du monde, la plupart venaient d’Amérique du Nord et d’Europe ( 64 % et 27 %, respectivement ). nnMale Birth Control User Perspectives : Principales constatationsnnLa grande majorité des personnes veulent plus de possibilités de contraception masculine. nLes répondants veulent des modalités spécifiques dans les dernieres nouvelles méthodes. nIl existe des techniques familières, et les personnes expriment une attente spécifique pour ces solutions. nLes personnes interrogées pensent que les hommes devraient être aussi ou plus impliqués que les femmes dans la planification familiale. nDifférentes organisations doivent s’impliquer pour rendre les contraceptifs masculins plus disponibles, la participation des organisations de santé et de soins de santé est cruciale, et surtout de financement et de recherche sont nécessaires. nAvoir plus d’options contraceptives masculines favoriserait les relations et l’égalité des sexes, exigerait des mecs qu’ils assument surtout de responsabilités et aiderait les hommes à avoir plus d’autonomie en matière de reproduction. nLe marketing, la publicité et l’éducation sont importants pour faciliter les gens à comprendre la contraception masculine. nParmi les répondants, y a un désir clair pour plus de méthodes de contraception masculine : 97% des répondants disent qu’il y a un besoin pour une contraception masculine supplémentaire. Les répondants pensent aussi que les gentlemens devraient être impliqués dans la planification de famille : 96% des répondants pensent que les gentlemens devraient être aussi impliqués que les femmes dans la planification familiale ou plus impliqués que les femmes dans la planification familiale ( 85% pensent que les gentlemens et les femmes devraient être impliqués autant, tandis que 11% pensent que les gentlemens devraient jouer une fonction moteur ). nnnLes 4 principaux thèmes identifiés dans cette enquête sont les suivants : nnCaractéristiques spécifiques d’une méthode potentielle que les répondants veulent. Les répondantes proposent des idées précises sur les variété de contraception qui leur conviennent et sur les atouts qu’elles espèrent ou dont elles auraient besoin pour utiliser une méthode spécifique. ‘ Peu onéreux, vraiment pas hormonal, réversible… ‘ nnRelations et égalité entre les sexes. Les répondants reconnaissent que les femmes ont beaucoup plus de possibilités qu’elles et qu’elles veulent réduire le fardeau des femmes en général ou d’une dame notamment ( p. ex., leur partenaire ) ou le partager avec elles. ‘ J’aimerais pouvoir assumer le fardeau de la contraception pour mon mariage afin que ma femme n’ait pas à supporter toutes les méthodes douloureuses et inconfortables qu’elle a essayées. ‘ nnAutonomie, contrôle et responsabilité en matière de réplication. Les personnes interrogées veulent la durée en matière de procréation et affirment que les gentlemens devraient être en mesure d’assumer surtout de responsabilités en matière de contraception. ‘ Ma vision est que chacun ait la possibilité d’être entièrement responsable de sa fertilité. ‘ nnMéthodes nommées ( Vasalgel, RISUG ou vasectomie temporaire/réversible ). Les répondants reconnaissent certaines techniques plus que certains et expriment celles qu’ils veulent, bien qu’ils paraissent souvent ne pas savoir clairement pourquoi leur méthode préférée n’est pas prêt. ‘ J’espère que Vasagel[sic] deviendra réalité. ‘ nnnComment les individus interrogées pensent-elles que nous pouvons faire de la contraception masculine une réalité ? nnLes répondants affirment que la disponibilité d’une méthode est cruciale, et qu’il faut aussi éduquation, diffuser l’information et faire du marketing. Ils pensent que les gentlemens et les femmes doivent tous les deux être inclus dans la conversation sur la contraception masculine, et qu’il est capital d’accroître le financement, la recherche géolocalisée et les contrôles. nnQue fait MCI ? nnNous sommes d’accord avec les répondants pour dire que nous avons besoin de solutions disponibles ! Nous finançons des chercheurs qui mettent au point des méthodes contraceptives masculines, et nous catalysons aussi les conversations autour de l’élargissement des options de contraception pour hommes. Nous l’amenons sur le marché et nous nous promettons que le marché est prêt à l’accueillir. Restez embauchés avec nous et sur ce que nous oeuvrons avec notre site Web et nos canaux de médias sociaux : Twitter, Instagram, LinkedIn, Soundcloud, YouTube et Snapchat.

    La contraception masculine – contraception masculine

    présentez contraception avec votre partenaire : Quelles sont les alternatives ? nCe billet de blog invité est de Jack Burke, un défenseur en ligne de la santé mentale, et sexuelle des hommes. Il croit que le chemin en direction du vrai bien-être commence et se termine par des soins personnels. nnTout le monde sait que la clé d’une relation réussie est la communication. Parler ouvertement et honnêtement à votre partenaire de vos opinions et de vos préférences sur tous les sujets est la meilleure façon de concevoir une relation serré et durable. C’est particulièrement vrai quand il s’agit de porno, mais la conversation est plus importante que les postures et préférences préférées. Une partie de la conversation qui est si souvent négligée est celle sur la contraception ; quelles sont les techniques les plus agréables, efficaces et favorites ? Trop souvent, on présume que l’homme portera simplement un condom ou que la femme prendra la pilule contraceptive. Quelles sont les alternatives véritables et quels sont les possibilités et les inconvénients de chacune ? nnPréservatifsnnLes préservatifs ont toujours été la forme de contraception la plus courante chez les hommes. Cela est dû au fait qu’ils sont grandement disponibles et, pour la plupart, rentables. Le manque actuel de possibilités diverses dans le domaine de la contraception masculine a forcé les préservatifs à être saisis comme le choix ‘ à faire ‘. Avec le temps, cette attitude a amené les gentlemens à imaginer que les préservatifs sont aussi bons que la contraception masculine ne peut l’être, ce qui est évidemment faux. nnLes sociétés de préservatifs afficheront fréquemment un taux de réussite de 98 %, mais si l’on tient compte de l’utilisation abusive et d’autres erreurs, le taux moyen tombe à 150 %. Si vous et votre partenaire choisissez d’employer des préservatifs, assurez-vous de les utiliser convenablement pour éviter les grossesses non désirées et les MST. nnLes préservatifs internes ( de plus nommés préservatifs féminins ) sont autant une option, mais ils ont un taux de succès inférieur à celui des préservatifs masculins. Elles demandent aussi souvent un ajustement, une lubrification supplémentaire et dans certains cas une réinsertion, ce qui peut interrompre les rapports porno pour vous et votre partenaire. nnN’importe où entre 1% et 6% des Américains souffrent d’une allergie au latex, qui pour une femme peut faire la passion avec un préservatif véritablement désagréable, et même causer des problèmes de santé. Une sensibilité au latex peut ne se exprimer qu’après des expositions répétées, alors soyez attentif à toute irritation que vous pourriez ressentir après avoir employé des condoms. malgré que les préservatifs soient une mode familière pour les rapports graveleux protégés, est capital de parler ouvertement vraiment pas seulement des avantages, mais aussi des risques qui accompagnent leur utilisation également couple. nnContraception oralennLes pilules contraceptives pour dames font souvent la manchette en 2019, étant injustement politisées d’un côté ou de l’autre. Parce qu’on en parle beaucoup, on peut sans problème supposer que la majorité des femmes prennent actuellement ‘ la pilule ‘, mais ce n’est pas du tout le cas. Selon le Guttermacher Institute, seulement 25, neuf % des femmes utilisent la contraception orale, tandis qu’une autre enquête récente a divulguer que cet âge % des femmes offrent déclaré avoir cessé de prendre la pilule ou avoir envisagé de l’arrêter lors des trois dernières années. nnAu dire de tous, la pilule est efficace à quasiment 100 %, lorsqu’elle est utilisée correctement, mais cela ne veut pas dire que les femmes doivent se tracasser pour que leurs ordonnances soient exécutées en valent véritablement la peine. Certaines marques préférées de contraception orale ne sont pas couvertes par certains programmes alimentaires d’assurance. Et même lorsqu’elles sont disponibles, les pilules contraceptives proposent leurs effets secondaires communs ; est donc important que les femmes trouvent celle qui leur s’adapte le mieux. nnActuellement, n’y a pas d’options contraceptives orales pour les gentlemens, ce que nous trouvons inacceptable. malgré que le moteur de recherche soit en cours depuis un certain temps déjà, a fallu agir pour que toute solution viable soit mise en marché. jusqu’à ce que cette option soit prêt dans le commerce, assurez-vous que la femme avec qui vous êtes est à l’aise avec la contraception et qu’elle est au commun de tout action secondaire possible. nnChirurgiennQuand on y pense, il est assez choquant de remarquer que l’une des formes les plus habituelles de contraception, tant pour les hommes que pour les femmes, est la chirurgie. La demande d’une méthode contraceptive fiable est si forte que nous restons prêts à faire modifier notre corps chirurgicalement pour l’obtenir. Cela ne devrait pas être le cas, et pourtant la ligature des trompes est la deuxième forme de contraception féminine la plus célèbre aux États-Unis. La vasectomie, même si elle est considérée comme une intervention beaucoup plus certaine, plus rapide et moins invasive, est beaucoup moins moderne. Pourtant, plus de 500 000 chaque année choisissent encore de opérer. nnBien qu’une vasectomie soit vue comme une intervention chirurgicale mineure, elle n’est pas sans risque. Des études antérieures offrent tenu une liaison statistique entre les personnes ayant subi une vasectomie et les hommes qui développent un cancer de la prostate ultérieurement dans leur vie. par ailleurs, bien qu’une vasectomie n’affecte pas physiquement votre libido, les effets psychologiques possibles de l’opération peuvent parfois créer une dysfonction érectile. Même après une vasectomie, la stérilisation permanente n’est pas garantie, ce qui est certainement problématique. nnToute intervention chirurgicale est une décision qui ne doit pas être prise à la légère. Vous et votre partenaire devriez en discuter amplement ( et avec un professionnel ) pour vous assurer que vous réalisez ce qui est le mieux pour vous deux. nnL’avenir de la contraceptionnnComme vous pouvez le constater, aucune de ces possibilités n’est parfaite ; elles ont toutes leurs avantages et leurs inconvénients. Un jour viendra où nous pourrons nous vanter d’avoir un contraceptif sûr, tout bonnement non hormonal et réversible pour les gentlemens, qui nous permettra d’élargir cette conversation au-delà de ce que nous savons actuellement. Augmenter le volume de méthodes contraceptives à l’avenir apportera aux paires un plus grand éventail d’options et vous permettra, à vous et à votre partenaire, de prendre la décision la plus pertinente et la plus certaine pour votre santé et votre relation. nnContraceptionContraceptionMâle Contraception

    La contraception masculine – contraception homme

    La femme moyenne passe la majeure partie de son existence reproductive à tenter d’éviter les grossesses non désirées. Par exemple, si une famille veut deux enfants, la mère passera environ 5 ans soit enceinte, soit en essayant de devenir enceinte, soit en postpartum. Pendant les quelque 35 années restantes de duplication potentielle, la mère souhaite éviter une grossesse. Toutefois, les grossesses vraiment pas désirées sont courantes, car une enquête menée en 2011 a révélé que 45 % des 6, 1 centaines de milliers de grossesses aux États-Unis étaient non désirées. la plus part de ces grossesses tout bonnement non désirées, soit 42 %, se sont soldées par un avortement. L’impact économe des grossesses tout bonnement non planifiées est decisif, le montant total publiques consacrées aux grossesses non désirées aux États-Unis étant estimé à 21 000 000 000 de dollars en 2010. La manière la plus courante d’éviter une grossesse, tout en dorénavant une vie sexuelle réactive, est d’utiliser la contraception. la majorité des contraceptifs disponibles sont destinés aux femmes, y compris les dispositifs intra-utérins ( DIU ) ou bobines, les spermicides et la pilule contraceptive orale combinée, souvent appelée ‘ pilule ‘. nnLes dispositifs intra-utérins ( DIU ) sont insérés dans l’utérus où ils préviennent la grossesse par deux méthodes. Les DIU hormonaux libèrent de petites quantités d’hormones qui opèrent régionalement pour faire de l’utérus un lieu fatal aux spermatozoïdes. Le cuivre contenu dans les DIU en cuivre procède comme un spermicide qui endommage les spermatozoïdes qui pénètrent dans l’utérus. Source. nLes dispositifs intra-utérins ( DIU ) sont insérés dans l’utérus où ils préviennent la grossesse par deux solutions. Les DIU hormonaux libèrent de petites quantités d’hormones qui se passent régionalement pour faire de l’utérus un lieu fatal aux spermatozoïdes. Le cuivre contenu dans les DIU en cuivre se comporte comme un spermicide qui endommage les spermatozoïdes qui pénètrent dans l’utérus. Source. nLes , en revanche, n’ont que deux possibilités : le condom et la vasectomie. Les préservatifs sont une forme classique de contraception car ils protègent de plus contre les MST. Cependant, y a un taux de grossesse de 18% chaque année avec l’utilisation emblématique du préservatif. La vasectomie est une forme de stérilisation et de contraception beaucoup plus permanente qui consiste à stopper le canal déférent, le tube par lequel les spermatozoïdes passent du stockage à l’éjaculation. bien que considérées comme permanentes, les vasectomies peuvent être inversées, mais ce n’est que rarement loin d’être un échec. nnIl est clair qu’un contraceptif coté masculin est important, mais pourquoi n’a-t-on pas répondu à ce besoin ? Cinq conditions doivent être remplies pour qu’une méthode contraceptive masculine soit efficace : 1 ) elle doit être au moins aussi efficace que la pilule, 2 ) réversible dans un délai acceptable, 3 ) avoir très peu d’effets secondaires, 4 ) n’avoir aucun effet sur la enfant future et 5 ) être peu coûteuse. aussi, il existe plusieurs d’obstacles à la mise au point d’un contraceptif masculin, notamment : 1 ) la barrière des contrôles sanguins, 2 ) le volume de spermatozoïdes produits par l’homme moyen et 3 ) le fait que la production de spermatozoïdes est continue plutôt que mensuelle comme chez les femmes. Malgré ces obstacles, beaucoup de contraceptifs masculins possibles sont en cours de développement. nnContraceptifs hormonauxnnIl existe trois catégories de contraception : hormonale, physique et vraiment pas hormonale. Les contraceptifs hormonaux sont ceux qui se passent sur le système endocrinien pour prévenir la grossesse, deux exemples de contraception hormonale féminine sont la pilule et le DIU hormonal. Chez les hommes, une boucle de rétroaction endocrinienne négative, impliquant la testostérone ( et d’autres androgènes ) et les gonadotrophines, supprime la spermatogenèse. L’injection d’androgènes et d’autres opérateurs anti-gonadotropes supprime les gonadotrophines et par conséquent la spermatogenèse, mais attise autant de multiples effets secondaires, dont une l’abaissement de la libido, des sautes d’humeur, une prise de poids et des taux anormaux de glucose. de plus, les effets des contraceptifs hormonaux ne sont pas constants chez les hommes et sont spécialement influencés par l’origine ethnique. L’administration de testostérone est un contraceptif plus efficace chez les hommes de asiatique de l’Est que chez les hommes de race blanche, 90 % des mecs de asiatique de l’Est cessent de réaliser du sperme tout en accueillant la testostérone, en comparaison à prix exclusif de 60 à 80 % des hommes blancs. Deux mécanismes hypothétiques à l’origine de cet action ethnique sont les différences dans la microstructure des testicules et le métabolisme de la testostérone. nnUn contraceptif hormonal masculin potentiel est la 7 alpha-méthyl-nortestostérone ( MENT ), un stéroïde synthétique qui ressemble à la testostérone. MENT®, actuellement en cours de développement par le Population Council, est administré sous forme d’implant sous-cutané efficiente pendant 12 mois. Huit des 12 ayant reçu la dose la plus importante n’ont produit aucun spermatozoïde lors de la période d’essai de 12 mois. , des sensations secondaires communs au traitement à la testostérone offrent également été observés. Comme les hormones sont complexes et jouent d’une multitude de rôles dans le groupe, les contraceptifs physiques et vraiment pas hormonaux peuvent être une meilleure option. Ces traitements sont moins susceptibles d’avoir ces sensations secondaires inattendus et indésirables, car leurs cibles sont plus spécifiques et leurs rôles biologiques plus généraux sont moins nombreux. nnContrôle physique des naissancesnnLes contraceptifs physiques font exactement ce que leur nom suggère et soit 1 ) limitent physiquement le déplacement des spermatozoïdes ou 2 ) endommagent les spermatozoïdes pendant le déplacement. Un contraceptif physique féminin bien connu est le diaphragme, un dôme en matière silicone souple ou en latex qui recouvre le col de l’utérus et empêche l’entrée du sperme. Deux techniques de contraception physique masculine sont en cours de développement. Le premier est Vasalgel™, sur lequel un essai réussi chez le lièvre a été mis en ligne le mois dernier ( mars 2016 ) et commencera à tous les coups des tentatives chez l’humain plus tard cette année. Vasalgel™ est un polymère d’hydrogel injecté dans le canal déférent, où il durcit et a créé une barrière physique au passage du sperme. nnVasalgel™ est un polymère d’hydrogel injecté dans le canal déférent. Après l’injection, le vasalgel forme une barrière à l’intérieur du canal déférent que les spermatozoïdes ne peuvent pas traverser. Image fournie par www. parsemusfoundation. orgnVasalgel™ est un polymère d’hydrogel injecté dans le canal déférent. Après l’injection, le vasalgel forme une barrière à l’intérieur du canal déférent que les spermatozoïdes ne peuvent pas traverser. Image fournie par www. parsemusfoundation. orgnL’administration de vasalgel à 12 lapins mâles n’a entraîné aucune fabrication de sperme observable au cours de la période de suivi de 12 mois. Bien qu’actuellement annoncé comme méthode de stérilisation, on s’attend à ce que l’écoulement des spermatozoïdes soit rétabli en rinçant le canal déférent avec une solution de bicarbonate de sodium. nnUne méthode analogue est l’inhibition réversible du sperme sous guidage ( RISUG® ), l’injection d’un polymère synthétique appelé anhydride styrénique maléique ( SMA ) dans le canal déférent. plutôt que d’interdire le passage des spermatozoïdes, la SMA enduit la paroi du canal déférent, formant un lieu acide défavorable qui rompt les têtes des spermatozoïdes. Comme pour Vasalgel, ce traitement peut être inversé en rinçant le canal déférent avec une solution de bicarbonate de sodium. Vasalgel et RISUG en sont tous deux au stade de l’essai, le premier aux États-Unis et le deuxième principalement en Inde. nnContraceptifs vraiment pas hormonauxnnLes contraceptifs vraiment pas hormonaux perturbent ou préviennent la grossesse sans l’utilisation d’hormones, comme tels, ils incluent les contraceptifs physiques. Le DIU en cuivre est un contraceptif vraiment pas hormonal couramment utilisé par les femmes, car le cuivre se conduit comme un spermicide qui endommage les spermatozoïdes dans l’utérus mettant en cause leur mobilité. Chez les gentlemens, les contraceptifs vraiment pas hormonaux bloqueraient la utilisation et/ou le développement du sperme, rendant l’homme temporairement infertile. Dans un article de site web précédent, j’ai déclaré que les protéines impliquées dans le développement du sperme, notamment dans l’épididyme, peuvent être de bons élèves pour les contraceptifs masculins. Comme beaucoup de ces protéines ne sont exprimées que dans les testicules et le sperme, l’inhibition de leur génération devrait avoir peu d’effets secondaires. nnLes cibles prometteuses pour la contraception masculine actuellement en développement comprennent les protéines nécessaires au développement et à la maturation des spermatozoïdes, la motilité et les interactions sperme-œuf. Il a été prouvé que toutes ces protéines sont nécessaires à la fonction et à la fertilité du sperme chez l’homme. Une cible particulièrement prometteuse est l’inhibiteur de protéase épididymique protéique ( EPPIN ). Eppin se lie à la protide semenogelin ; cette interaction est nécessaire pour la motilité et la fertilité des spermatozoïdes humains. Eppin Pharma Inc. met au point un petit composé organique qui se lie à Eppin et protège de le détermination de l’Eppin-séménogéline. Cibler Eppin s’est avéré à la fois infaillible et réversible en macaques. Les contraceptifs interrompent la motilité des spermatozoïdes de mammifères peuvent être décrits en deux étapes. le premier pas implique le mouvement des spermatozoïdes après l’éjaculation et à travers l’équipement reproducteur effeminé, ce qui requiert des enzymes glycolytiques, dont beaucoup sont spécifiques aux spermatozoïdes, y compris les cellules germinales GADPH spécifiques. Avant la fécondation des spermatozoïdes de l’ovule deviennent hyperactifs, afin de entrer dans l’ovule. Cette hyperactivité implique l’afflux d’ions calcium dans la bite du spermatozoïde, un cheminement dépendant de la protide CatSper. Ces deux protéines de la motilité des spermatozoïdes provoquent de l’intérêt comme cibles contraceptives, mais ni l’une et même l’autre n’est aussi avancée dans son développement qu’Eppin. Les protéines du sperme exposent un grand potentiel également cibles contraceptives, mais le nombre de protéines présentes dans le sperme n’est pas négligeable et des travaux complémentaires sont nécessaires en vue de comprendre leur composition en protéines. nnLa longue liste de contraceptifs masculins possibles comprend nécessairement de multiples possibilités qui ne sont pas mentionnées dans cet article de blog ( pour une liste plus longue, voir cette Wikipedia sur les contraceptifs masculins, et le New Male Contraception Information Project ). Avec le grand nombre de contraceptifs potentiels, dont certains en sont aux derniers stades de développement, la contraception masculine s’avère non seulement possible, mais également imminente. Cela dit, la route à proximité de la fabrication d’un produit viable ne sera pas facile. Comme nous l’avons déjà dit, un contraceptif coté masculin doit être spécifique, réversible et efficiente, avoir peu d’effets secondaires et sauter à travers beaucoup d’obstacles avant d’être mis sur le marché et accepté par les clients. de plus, à mon avis, l’un des plus grands obstacles au développement d’un contraceptif coté masculin utilisable est l’absence d’une ‘ meilleure option ‘ limpide. Il n’y a pas de précurseur évident dans la course vers un contraceptif coté masculin, et les chercheurs agissent sur un large panel de contraceptifs potentiels. en définitif, l’innovation et l’incitation subsistent pour réaliser un contraceptif masculin, mais cela ne sous-entend pas que la route à suivre est libre d’obstaclesd.

    La contraception masculine – contraception homme

    Qu’est-ce que ‘ La pilule du mâle ‘ ? nVous savez déjà à quoi ressemble ‘ La pilule ‘, mais qu’en est-il de ‘ La pilule masculine ? ‘ nLorsque nous entendons ‘ La pilule ‘, une image de brûlure nous vient sans aucun doute en tête. Le disque rond en matière plastique à coquille qui contient les contraceptifs hormonaux féminins. C’est un symbole omniprésent d’indépendance, d’habilitation et de capacité de faire une préférence. L’imagerie de ‘ La pilule ‘ est si énormément enracinée qu’il est difficile d’imaginer un autre type de contraceptif, notamment celui créé pour l’autre moitié de la population – ‘ La pilule masculine ‘. nnLes contraceptifs oraux quotidiens pour femmes sont créés pour interrompre son cycle naturel, qui requiert une dose de tous les jours. ‘ La pilule est couramment une combinaison d’œstrogènes et de progestatifs qui, ensemble, éliminent l’ovulation et préviennent la grossesse. Des tentatives cliniques hormonaux sont en cours pour les hommes, mais à l’heure présente, on met à l’essai une formulation de givre qui serait frottée sur les épaules une fois par jour. Cela n’évoque pas complètement l’imagerie de ‘ La pilule du mâle ‘. Nous sommes bloqués avec les mêmes méthodes contraceptives depuis si longtemps que nous ne savons pas comment sortir du moule et tenter de dernieres nouvelles idées. nnAlors à quoi ressemblerait ‘ La pilule masculine ‘ ? nnnNous ne le savons pas encore – c’est ce qu’il y a de beau là-dedans. Les contraceptifs peuvent être ce que vous voulez qu’ils soient, pour les gentlemens comme pour les femmes. La création centrée sur l’être humain ( DCH ) est une manière de produire de toutes nouvelles solutions aux problèmes . Le DCH est une philosophie selon laquelle les personnes imaginent un produit terminal, puis permettent à la méthode de bosser dans ce but. Cela écarte de mettre sur le marché quelque chose qui pourrait ne pas être acceptable pour les personnes. Les événements de DCH axés sur la contraception offrent donné lieu à des ‘ luneshots ‘ pour savoir à quoi ressemblerait le contraceptif féminin parfait. nnQu’est-ce que tu veux de ‘ La pilule du mâle ‘ ? Vous voulez quelque chose qui se comporte sur demande, seulement quand vous en avez besoin ? Ou préférez-vous avoir quelque chose qui intervient longtemps, qui peut perdurer 5, 10, ou 20 ans sans entretien ? Que diriez-vous d’une solution non hormonale qui n’est pas accompagnée du même bagage que par ? Ces choses n’ont pas besoin d’être des pilules tous les jours, où vous êtes redevable à un horaire rigoureux, et une seule dose oubliée sous-entend le risque de grossesse. Le ciel est la limite, et nous aimerions entendre ce que vous pensez que ‘ La pilule du mâle ‘ pourrait être. nnIl est temps d’élargir notre sur la contraception. nNous ne savons pas encore à quoi ressemblera ‘ The Male Pill ‘. Elle a besoin d’une nouvelle identité. Une qui est distincte et qui oriente vers qu’une seule forme de contraception ne répondra pas aux besoins de tous les usagers. les femmes changent de méthode contraceptive plusieurs fois lors de leur vie, et nous savons qu’une seule forme de contraception masculine ne sera pas parfaite pour tous. nn ‘ La pilule du mâle ‘ peut prendre plusieurs formes, et c’est le moment pour tout le monde de rêver en grand. La recherche n’en est qu’à ses débuts et peut être changée suivant les critères de conception que vous aurez établis. Quelle serait votre version idéale de ‘ The Male Pill ‘ ?

    La contraception masculine – contraception homme

    Au cours des recentes années, beaucoup d’entre nous ont vu des manchettes faisant référence et à la multiplication de médicaments contraceptifs pour hommes. Il paraît que depuis trop longtemps, les femmes portent seules le fardeau de la prévention de la grossesse, malgré le fait que l’accouchement requiert deux parties pour avoir lieu. par ailleurs, puisque les gentlemens sont fertiles à 100 % du temps, tandis que les femmes ne le sont qu’environ le quart du temps de leur cycle menstruel, semble un peu exagéré d’attribuer la responsabilité uniquement aux femmes, aux paires qui espèrent reporter leurs enfants. nnNatural Womanhood, Fertility Awareness Based Methods, Natural Family Planning, NFP, FABM, FAM, FAM, contrôle des naissances, effets secondaires, santé des femmes, santé reproductive, sensibilisation à la fertilité, santé masculine, contrôle des naissances, contraceptifs hormonaux, contraception hormonale, contraception masculine, contrôle des naissances, statut du contrôle des naissances coté masculin, efficacité du contrôle des naissances, gel, contraceptifs oraux masculins, pilule, contrôle des naissances, effets secondaires de la pilule, sensations secondaires sur une longue durée des pilules, santé, contrôle des naissances égalitairenIl s’avère que l’histoire du contrôle des naissances contient des tentatives pour trouver un contraceptif masculin. Un médecin qui prescrivait avec enthousiasme des contraceptifs hormonaux aux femmes dans les années 1960 a exploré la question après avoir été insatisfaite de voir les effets secondaires de la contraception que les femmes éprouvaient. Ce qu’elle a découvert et documenté dans son livre The Bitter Pill de 1985, c’est que les contraceptifs oraux masculins avaient aussi des effets secondaires désagréables. La seule différence est que la découverte de ces impressions secondaires a stoppé l’élaboration de médicaments pour les gentlemens, alors que les médicaments pour les femmes continuent d’être clairement prescrits. nnLa professeure Janet E. Smith l’explique dans son exposé très diffusé de 1994 sur la contraception : Pourquoi pas ? Commentant la manière dont le Dr Grant a constaté que la tentative de contraception masculine était au point mort, Smith explique : ‘ il y a une raison à cela. Dans le groupe d’étude des mâles, un mâle a eu un léger rétrécissement de ses testicules. Ainsi, tous les tests sur la pilule contraceptive masculine offrent été arrêtés, car c’est intolérable. Dans le groupe d’étude féminin, trois femmes sont mortes. ‘ Jeanette Flood a exposé cette dernière année à l’occasion de la Journée mondiale de la femme : ‘ Au cours des deux premières années d’un timbre contraceptif pour les femmes, au minimum six femmes sont mortes, peut-être plus. Pourquoi est-ce acceptable ? ‘ C’est une bonne question. nnUne histoire malheureusenPlus nous en apprenons sur l’histoire de la mise en marché des contraceptifs hormonaux des femmes, plus nous entendons parler d’effets secondaires chez les femmes qui sont brossées sous le tapis. Le numéro de mai 2019 de Scientific American décrit les premiers essais de recherche qui ont mené à la première pilule contraceptive sur le marché. Comme Madeleine Coyne l’a expliqué à Natural Womanhood plus tôt cette saison : nnDans le premier essai à grande échelle, approuvé par la FDA, de contraception hormonale, 265 femmes portoricaines à faible revenu proposent été recrutées… et 22% des femmes proposent abandonné l’expérience après avoir subi des impressions secondaires indésirables. Comme l’écrit Virginia Sole-Smith dans Scientific American, ‘ Le directeur de santé de l’étude a fait valoir que la pilule ‘ provoquait trop de monologues secondaires pour être en général acceptable ‘. néanmoins, il a été mis sur le marché. ‘ nnC’est ainsi que le contrôle des naissances a été testé sur des femmes pauvres d’un autre pays sans leur consentement, leurs sensations secondaires flagrants ayant été balayés. malgré que la pilule soit célébrée comme une percée libératrice pour les femmes, Sole-Smith poursuit en expliquant : ‘ Mais la libération avait un prix. Vers la fin des années 1960, des personnes de tous les États-Unis offrent signalé les mêmes symptômes que ceux documentés l’essai portoricain. Malgré de multiples reformulations lors des décennies qui proposent suivi, les effets secondaires demeurent un soucis pour de nombreuses femmes sur la pilule ; les risques de cancer du sein, de caillots sanguins et de probléme vasculaire mental peuvent de plus être d’avantage élevés. ‘ nnLa recherche continue de la contraception masculinenEntre-temps, les discussions sur la création d’une méthode contraceptive masculine se poursuivent. bien que la contraception masculine n’ait pas encore fait son apparition sur le marché, elle est à l’étude depuis un laps de temps et, à quelques mois d’intervalle, un produit sur ses progrès naissants apparaît dans les fils de nouvelles. nnFin 2018, les chercheurs ont donné le coup d’envoi d’un essai pour un gel topique contraceptif coté masculin. Le givre est simple : combine progestatif et testostérone pour réduire le nombre de spermatozoïdes. ‘ lorsque le progestatif est employé seul chez les hommes, explique-t-on dans les rapports, rétréci le nombre de spermatozoïdes et fait baisser le taux de testostérone, ce qui peut entraîner des effets secondaires indésirables comme l’acné, la prise de poids et une diminution de la libido. Donc l’ajout de testostérone est destiné à contrecarrer ces effets tout en laissant un volume de spermatozoïdes effroyablement bas. ‘ il s’agit de plus d’une décennie, et le procès lui-même ne devrait pas être terminé avant 2022. Une version masculine de la pilule qui fonctionne selon le même base est de plus en cours d’élaboration. nnCependant, malgré la simplicité et la prétendue sécurité de ce gel, des études proposent montré que les hommes sont réticents à l’utiliser. Selon un produit paru dans The Wire, ‘ Le sentiment le plus commun peut être l’apathie – un sentiment de complaisance car ce sont les femmes qui dirigent l’exposition contraceptive. ‘ nn ‘ Jonathan Eig, l’auteur de The Birth of the Pill, a déclaré : ‘ Il n’y a pas réellement d’adhésion quand il s’agit de gars qui prennent la responsabilité de la contraception. ‘ La pilule connaît un tel succès financier qu’il n’y a peu d’incitation pour les chercheurs à réfléchir de nouvelles formes de contraception pour les hommes tout bonnement non plus. ‘ nnDe plus, selon Christina Chung-Lun Wang, chercheuse à Los Angeles Biomed et l’une des principales chercheuses sur le givre, ‘ la fabrication industirelle pharmaceutique n’a aucun intérêt à financer de nouvelles solutions de contraception qui ciblent les hommes ‘. nnLes chercheurs s’inquiètent des sensations secondaires de la contraception chez les hommes qui sont révélés par les stastitiques sur l’innocuité, notant des taux de cholestérol plus élevés chez les participantes à l’essai de contraception orale, et des dangers pour les hommes plus âgés qui veulent utiliser la pilule. nnLa solution est juste devant nousnIl se trouve qu’il existe une méthode contraceptive qui inclut la participation des mecs. En fait, pour être infaillible, elle demande la participation mutuelle des femmes et des mecs. Cette méthode n’exige pas de médicaments hormonaux qui suppriment leur fertilité ou générent des sensations secondaires pour les deux parties. tout cela et bien d’autres choses encore sont envisageables avec les solutions modernes de planification familiale naturelle connues sous le nom de solutions fondées sur la connaissance de la fécondité ( FABM ). nnCes techniques naturelles de contraception offrent non seulement prouvé leur efficacité comparable à celle des contraceptifs pharmaceutiques, mais elles n’ont aucun action secondaire sur la contraception et ne affichent aucun risque pour le système reproducteur de la femme. Pour les femmes qui essaient de réduire les douleurs menstruelles ou d’autres symptômes menstruels, ils permettent aux femmes d’identifier naturellement les déséquilibres hormonaux et de les traiter avec l’utilisation d’un professionnel médical. Rien ne pourrait être plus favorable à la santé des femmes. nnComme le note Jeannette Flood, c’est la forme la plus équitable de planification familiale pour les gentlemens et les femmes : nnNous devrions insister sur le ‘ respect de la reproduction ‘ des femmes au même titre que celui dont jouissent les hommes depuis longtemps. Le respect qui dit : ‘ Tout comme je ne risquerais pas de rétrécir ou d’avoir des impressions secondaires désagréables, et d’autant plus de risquer des blessures physiques ou la mort pour moi-même, bien sûr, je n’ai pas l’intention de que ma femme, ma fille, ma sœur ou une autre femme risque ou subisse des blessures physiques ‘. Un tel respect reconnaîtrait que le bonheur et la facilité ne l’emportent pas sur le bien-être des femmes. Un respect égal en terme de reproduction ferait partir les contraceptifs chimiques aussi bien pour les femmes que pour les hommes. nnEspérons que nous pourrons traiter les contraceptifs hormonaux des femmes avec le même scepticisme que les contraceptifs masculins. J’espère également qu’au lieu d’exposer les femmes et les hommes à toute une collection de options artificiels visant à prévenir les grossesses, les hommes et les femmes pourront mieux aimer et appréhender les processus naturels de notre corps et stimuler les sexes à travailler ensemble à la planification de famille, surtout qu’au détriment de la santé des autres.

    La contraception masculine – contraception masculine

    10 Faits sur les gentlemens et la vasectomienLa vasectomie et les condoms sont les seules options actuelles de contraception masculine. nLa forme la plus connue de contraception masculine à action prolongée est la vasectomie. , les vasectomies ne sont pas considérées comme réellement réversibles. Les chercheurs agissent actuellement sur des appareils d’occlusion vasculaire qui seront réellement réversibles à l’avenir. par ailleurs, d’autres alternatives contraceptives masculines sont en cours d’élaboration. nnEn attendant, voilà 10 faits sur la forme la plus fiable de contraception masculine qui existe aujourd’hui. nn nn10. Les vasectomies sont souvent très sécurisant et les complications sont peu communs. nn9. Les qui subissent une vasectomie disent qu’ils se sentent plus libres lorsqu’ils proposent des relations sexuelles avec leur partenaire parce qu’ils n’ont pas à craindre une grossesse vraiment pas planifiée. nn8. La vasectomie est une simple procédure ambulatoire. nn7. Environ un demi-million d’hommes se font opérer chaque année aux États-Unis – Ils sont d’autant plus populaires à l’époque de la folie de mars, où les hommes peuvent se entretenir en regardant le tournoi de la NCAA. nn6. La vasectomie n’affecte pas la réalisation de sperme. Au lieu de cela, empêche le déplacement des spermatozoïdes d’être mélangés à d’autres humides séminaux. Les hommes qui offrent des vasectomies offrent encore des orgasmes normaux ! nnnn5. Il est envisageable d’inverser une vasectomie si un homme change d’avis plus tard et décide d’avoir des enfants. Cependant, le taux de réussite de l’inversion peut changer entre 40 et 90 %. Les chercheurs travaillent sur des appareils occlusifs qui opèrent comme une vasectomie, mais qui sont vraiment réversibles. En fin de compte, seulement 3 à 5 % des hommes requièrent une inversion. nn4. La vasectomie n’affecte pas la utilisation sexuelle, la libido ou la vie sexuelle de la personne. nn3. L’intervention et le rétablissement sont couramment indolores, et les hommes traversent souvent des effets secondaires minimes, s’il y a lieu. nn2. Les vasectomies sont efficaces à la majorité pour prévenir les grossesses tout bonnement non désirées. nn1. Chaque année, des mecs et des femmes du cherche célèbrent la Journée internationale de la vasectomie. nn nnL’Initiative contraceptive masculine offre de toutes nouvelles options aux . nAlors qu’à l’heure courante, les hommes offrent peu d’options contraceptives, l’Initiative contraceptive masculine finance le moteur de recherche interne sur les alternatives masculines réversibles, non hormonales et à action prolongée. En fin de compte, nous recherchons un menu de possibilités qui répond aux besoins des hommes et des femmes. Joignez-vous à nous.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Les méthodes contraceptives que les gentlemens utilisent directement, ou qui requièrent leur coopération pour être utilisées, y compris les préservatifs, le retrait, le rythme et la stérilisation masculine, ne représentent que 25 % de tous les contraceptifs employés dans le monde. nnL’absence de possibilités contraceptives masculines réversibles signifie que les solutions exclusivement féminines, telles que la stérilisation , les appareils intra-utérins ( DIU ), les pilules, les injectables et les implants, ont continué à dominer le marché mondial. Cependant, une enquête faite auprès de 9342 hommes ( âgés de 18 à 50 ans ) de 9 pays a montré que plus de 55% d’entre eux étaient disposés à utiliser une hypothétique contraception hormonale masculine. nnNous avons récemment parlé avec Christina Wang, MD et Stephanie Page, MD, PhD – toutes deux impliquées dans le développement de deux contraceptifs oraux pour . Wang et Page discutent des retombées des études cliniques les plus récentes, expliquent le fonctionnement des médicaments et soulignent les différentes méthodes d’administration de médicaments de remplacement qu’ils étudient actuellement, comme le givre transdermique et l’injection. nnLaura Lansdowne ( LL ) : Quel a été le principal moteur de ce travail, pourquoi y a-t-il tant d’intérêt à développer un contraceptif hormonal pour les hommes ? nnStephanie Page ( SP ) : Le principal moteur du développement d’un contraceptif coté masculin est le taux époustouflant de grossesses vraiment pas planifiées dans les pays ( en moyenne 40% ). Il s’agit là d’un besoin non comblé en matière de contraception. Les contraceptifs masculins aider à combler ce besoin. Les hommes sont emballés à offrir le fardeau de la contraception avec leurs partenaires féminines, et les techniques masculines sont actuellement en moyenne 17% de la contraception mondiale ( préservatifs vasectomie retrait/rythme ). Mais les hommes ont peu de possibilités contraceptives réversibles, et beaucoup de mecs préfèrent que la fertilité reste une option à l’avenir. Ce travail touche à changer cela et à communiquer aux hommes, et aux paires, de nouveaux choix contraceptifs. nnChristina Wang ( CW ) : Les techniques hormonales sont le pilier de la contraception réversible chez la femme. Nous connaissons bien ces hormones et leurs méfaits éventuels. Il est beaucoup plus facile de commercialiser la contraception hormonale que les composés que nous ne connaissons pas si bien. nnLL : Qu’est-ce que le carbonate de dodécylcarbonate de 11-bêta-méthyl-19-nortestostérone ( 11-bêta-MNTDC ) et quel est son mécanisme d’action ( MOA ) ? nnSP : 11-bêta-MNTDC est un stéroïde construit sur la structure du squelette de la 19-nortestostérone. Il lie à la fois les androgènes ( testostérone ) et les récepteurs de progestérone, ce qui sous-entend qu’il soutient à la fois les androgènes et la progestérone fonctions corporelles. En d’autres matière, imite à la fois la testostérone et la progestérone dans le corps. nnCW : Les androgènes et les progestatifs suppriment les hormones qui régulent les fonctionnalités du testicule : fabrication de l’hormone mâle testostérone et fabrication du sperme. malgré que la production testiculaire de testostérone soit supprimée, la testostérone ou d’autres androgènes comme le DMAU et le 11-bêta-MNT sont des hormones mâles qui maintiendront les fonctions de la testostérone chez l’homme. nn nnLa pilule contraceptive pour hommes réussit les tests de sécurité humainenNOUVELLESnLa pilule contraceptive pour réussit les contrôles de sécurité humainenLIRE PLUS nLL : Pourriez-vous commenter la création de l’essai 11-bêta-MNTDC et les principales conclusions de l’étude ? nnSP : Il s’agit d’une étude examinée par placebo, d’une durée de 28 jours, portant sur des hommes en excellente forme utilisant deux doses différentes de 11-bêta-MNTDC, administrées de manière journalière avec des produits. Les majeures conclusions sont que le stéroïde a été bien toléré sans sensations secondaires indésirables ET qu’il a supprimé la création d’hormones mâles d’une manière équivalente aux contraceptifs hormonaux masculins identifiés, efficaces et ( expérimentaux ). Nous ne nous attendions pas à une suppression de la création de spermatozoïdes, et nous ne l’avons pas mise en valeur vraiment pas plus, car l’étude n’était pas assez longue. Cela prendrait 3-4 mois. nnLL : Vous notez que les personnes à l’étude ne se sont pas plaints de la perte de libido – pourriez-vous nous en dire plus ? nnSP : Nous demandons aux personnes de respecter des ‘ journaux intimes ‘ sexy et de poser des questions sur la libido et la utilisation sexuelle dans ces questionnaires. Il n’y a pas eu de changement significatif de la fonction sexuelle dans les indices des participants à ces questions, mais un plus grand nombre de sujets dans le groupe ayant reçu la plus forte des deux doses ont noté une baisse de la libido en comparaison au placebo. nnCW : Il n’y a eu aucun changement dans la fonction érectile et leur score d’activité sexuelle. nnLL : Des sensations hors cible ont-ils été observés dans l’étude ? nnSP : Nous avons observé un fin gain de poids, une augmentation de l’hématocrite ( globules rouges ) et des changements dans le cholestérol chez les discussions prenant du 11-bêta-MNTDC comparativement au placebo. Ces impressions ne sont pas inattendus chez les gentlemens qui prennent des combinaisons androgènes-progestérone, en particulier par voie orale. nnLL : Vous mentionnez que le 11-bêta-MNTDC, est un ‘ constitué frère ‘ du diméthandrolone undecanoate ( DMAU ), pourriez-vous nous parler du développement du DMAU ? existe-t-il des infos sur les études scientifiques en cours ou terminées que vous pourriez partager avec nous ? nnSP : Le DMAU fait actuellement l’objet d’une étude de 3 mois chez 100 à LA BioMed et à l’Université de Washington. Le but de cette étude plus longue est d’examiner l’impact du DMAU oral quotidien sur la constitution de sperme. Le recrutement continue et nous prévoyons communiquer les retombées lors de la prochaine année. nnLL : Quelles méthodes d’administration de médicaments étudiez-vous actuellement et pourquoi est-il important d’explorer une diversité de formulations différentes ? nnSP : Nous évaluons autant un gel transdermique quotidien ( Nesterone-Tetostérone ) et une injection à action prolongée ( le but étant des injections tous les 3-4 mois ) financés par le NICHD et s’approchant avec Diana Blithe, PhD. nnPourquoi tant de formulations ? Nous savons que l’utilisation de contraceptifs accroit lorsque les gens offrent le choix et que divers préfèrent différentes techniques. En fin de compte, nous souhaitons donner des choix aux , et sérieusement aux couples, tout au long de leur vie. Comme la plupart des femmes, nous prévoyons que les gentlemens peuvent préférer une méthode à un moment donné de leur vie reproductive et une méthode différente à un autre moment. Si nous envisageons un monde où le partage de la charge contraceptive est beaucoup plus important, les hommes et les femmes aimeront d’avoir le choix entre différentes méthodes, ce qui augmentera probablement l’utilisation et réduira le fardeau économe, social et sanitaire de la grossesse vraiment pas planifiée.