• contraception masculine
  • slip contraceptif
  • contraceptif masculin – préservatif bulle dair

    La contraception masculine – contraception masculine

    Contraception masculinennLa contraception permet de réduire la probabilité d’une grossesse, ou de l’éviter. La contraception peut concerner l’homme et la femme. nnChez l’homme, la contraception consiste principalement à éviter la rencontre entre les spermatozoïdes et l’ovocyte. Depuis peu, une pilule pour la gent masculine est à l’étude. C’est peut-être la contraception du futur ! nnContraception : une affaire de couplenLa contraception concerne à la fois l’homme et la femme. Le plus souvent, c’est la femme qui prend la responsabilité du moyen de contraception, comme avec la pilule contraceptive ou le stérilet. Mais de plus en plus de mecs prennent conscience du poids de cette responsabilité, et tolèrent de la partager avec leur conjointe. nnContraception masculine : une option aux modes de contraception fémininenCertaines femmes ne peuvent utiliser aucun moyen de contraception : elles réfutent le stérilet ou l’implant, n’ont pas envie les contraceptifs hormonaux oraux ou autres, ou souffrent de trop d’effets secondaires. dès lors, la contraception masculine est une option avantageuse pour le couple. nnÉviter la fécondation avec la contraception masculinenIl existe différents variété de contraception masculine, plus ou moins énergiques et plus ou moins employés. nnPréservatifnLe principal moyen de contraception masculine est le préservatif masculin. Il empêche le passage des spermatozoïdes dans le vagin et ensuite dans les trompes de Fallope, où se trouve l’ovocyte ( ovule ). Il ne peut donc pas y avoir fécondation. nnSelon la HAS, si plus de 110 millions de préservatifs sont vendus ou distribués tous les ans en France, le volume d’utilisateurs et le but de l’usage ( contraception ou prévention des IST ) sont difficilement à calculer. nnBon à savoir : après un avis favorable de la Haute autorité de santé ( HAS ) et compte tenu de la fréquence et de la gravité des pathologies concernées, certains préservatifs masculins ( préservatifs des marques Eden et Sortez couverts ! ) sont remboursés à hauteur de 60 % par l’Assurance Maladie sur prescription d’un médecin ou d’une sage-femme ( arrêtés du 21 novembre 2018 et du 14 février 2019 ). nnVasectomienUne méthode plus radicale est la vasectomie : cette intervention chirurgicale, autorisée en France depuis 2001, consiste à couper les conduits qui permettent aux spermatozoïdes d’être éjaculés. elle se trouve être irréfragable dans vingt pour cent de cas et son efficacité, si elle n’est pas de 100 %, s’en approche. nnPilule pour hommenUne pilule pour homme existe depuis quelques temps. À base d’hormones ( testostérone ) et de désogestrel ( substance chimique ), elle empêche la maturation des spermatozoïdes, les rendant impropres à la fécondation. Cette pilule est efficace au bout de 3 mois ( efficacité de 100 % ) et faut à nouveau attendre 3 mois après l’arrêt du traitement pour recouvrer une fertilité normale. Cette méthode reste parfois encore peu utilisée et, comme pour la pilule féminine, existe de nombreux sensations secondaires comme l’acné, la prise de poids, des problèmes de l’humeur ou bien encore une diminution de la libido. nnDans le même ordre d’idée, des injections intramusculaires d’hormones ( testostérone et progestérone ) subsistent mais leurs impressions secondaires ( problèmes de l’humeur et exacerbation de la libido notamment ) freinent leur utilisation. nnContraception thermiquenCette technique se résume à augmenter la température de 2 à 3 degrés celsius au niveau des testicules ( avec l’aide d’un dessous chauffant à porter à peu près 15 heures journalier ), afin de limiter la production de spermatozoïdes. Cette méthode paraît être infaillible après environ 3 mois et elle a l’intérêt d’être réversible en 6 à 9 mois. nnEn revanche, son emploi est restreinte à 4 ans car existe un risque de stérilité au-delà. Seul l’hôpital Paule de Viguier de Toulouse propose cette méthode. nnGel injectablenQuant aux techniques encore à l’étude ( aux États-Unis ), signalons un gel injectable destiné à bloquer la circulation des spermatozoïdes dans le canal déférent. Cette contraception réversible ( et vraiment pas hormonale ) a été testée avec succès sur des singes. Les retombées des contrôles grandeur nature sur l’homme ne sont pas attendus avant 2020. nnAussi dans la catégorie : nnChoisir sa contraceptionnSommairenn Qu’est-ce que la contraception ? n Quel moyen de contraception choisir ? n Quelle est la sécurité des moyens de contraception ? n Quels sont les risques de la contraception ? n Contraception : prix et remboursementsn Qui lire pour sa contraception ? nQu’est-ce que la contraception ? nLoi NeuwirthnOestrogènesnProgestéronenContraception masculinenContraception fémininenContragestionnQuel moyen de contraception choisir ? nMéthodes contraceptives : laquelle choisir ? nLes moyens de contraceptionnQuelle contraception après un accouchement ? nQuelle est la fiabilité des moyens de contraception ? nIndice de Pearl : la sécurité de la contraceptionnQuels sont les risques de la contraception ? nComment se faire une idée de les risques dus à la contraception ? nContraception : prix et remboursementsnContraception : prix des contraceptifsnContraception tout bonnement non remboursée : la mutuelle peut s’en chargernQui voir pour sa contraception ? nLe planning familialnLe gynécologue

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Conversation avec le Dr Sab Ventura, détenteur d’une subvention de l’ICMnSab Ventura a obtenu son doctorat en pharmacologie de l’Université Monash ( Melbourne, Australie ) en 1992 et a occupé des postes de recherche au Royal Melbourne Hospital, à l’Université de Melbourne, à l’University of Melbourne, au University College London ( Royaume-Uni ) et à la Monash University. Il a été nommé maître de conférences ( enseignement et recherche ) à l’Université Monash en 2004 et occupe toujours ce poste au sein du graphisme de biologie de la découverte de médicaments du Monash Institute of Pharmaceutical Sciences du campus Parkville de l’Université Monash. Dre Ventura marque aux étudiants de premier cycle en pharmacie et en sciences pharmaceutiques et dirige le Laboratoire de recherche en pharmacologie de la reproduction masculine. Il est coauteur de 79 publications évaluées par des pairs et ses études portent sur la physiologie et la pharmacologie des organes reproducteurs masculins en vue de déterminer de nouvelles cibles thérapeutiques pour la contraception masculine. nnQuel est votre lien avec la contraception ? nAu cours de mes analyses de doctorat au milieu des années 1990, j’ai identifié les dispositifs autonomes par lesquels les spermatozoïdes sont transportés de leur site de stockage dans l’épididyme cauda à l’origine de l’urètre avant l’éjaculation. J’ai toujours pensé que si ce déplacement de sperme pouvait être inhibé lors de l’éjaculation, aucun spermatozoïde ne serait dans l’éjaculat. Ceci produirait la contraception masculine par un mécanisme tout bonnement non hormonal. Cependant, ce n’est que récemment que nous avons pu valider cette hypothèse en se servant de notre modèle de souris génétiquement changée à double consumation. nnEn quoi le secteur a-t-il évolué depuis le moment où vous avez commencé à y travailler jusqu’à aujourd’hui ? nIl y a toujours eu des groupes de recherche dans le monde entier qui proposent essayé de construire des contraceptifs masculins, mais ils paraissent avoir pris de l’ampleur avec les médias et le grand public. cependant, elle reste un secteur de la santé de recherche médicale peu financé par les ferments de financement et la conception industirelle pharmaceutique. La volonté des mecs d’accepter un contraceptif coté masculin a aussi augmenté dans la jeune génération. nnSelon vous, quels sont les plus grands challenges qui affectent la contraception en général et la contraception masculine en particulier ? nLe plus grand défi auquel est confrontée la planification familiale est l’absence d’un contraceptif coté masculin sûr, efficiente et pratique, ce qui signifie qu’environ 50 % de la population n’a pas d’option viable pour la contraception. En matière de contraception masculine, les plus grands challenges sont les suivants : surmonter les effets secondaires hormonaux qui sont souvent intolérables ; arrêter les 1 000 spermatozoïdes par seconde qui sont produits et les quelque 100 millions de spermatozoïdes dans un éjaculat comparativement à un seul ovule tous les mois chez les femmes ; rendre le processus facilement réversible ; ne pas nuire et à la multiplication du sperme afin que les futurs enfants ne soient pas affectés ; produire un produit qui puisse traverser la barrière hémato-testique ; rendre l’utilisation de contraception aussi facile et peu envahissant que possible ; et différents enjeux sociaux et culturels. nnCes défis et ces possibilités ont-ils évolué au fil du temps ? Si oui, comment ? nLes questions sociales semblent avoir évolué le plus récemment. de nos jours, les gentlemens paraissent beaucoup plus disposés qu’auparavant à utiliser la contraception et à assumer la responsabilité de la planification familiale. C’est ce qui ressort des multiples publications en sciences sociales sur le sujet. De même, la littérature en sciences sociales montre également que les femmes sont beaucoup plus disposées qu’auparavant à faire confiance à leurs partenaires pour jouer une importance dans la planification familiale et la contraception. nnQuels sont vos espoirs pour la postérité près et proche de la contraception masculine ? nJ’espère que dans un près avenir, de multiples dernieres nouvelles stratégies tout bonnement non hormonales de contraception masculine feront l’objet de recherches dans le cadre préclinique. Dans un avenir pas trop lointain, j’espère qu’un contraceptif coté masculin sûr, efficiente, facilement réversible et pratique à administrer sera mis sur le marché. Cela permettra à la population générale de décider s’il existe effectivement un marché viable pour un tel produit. Une perspective positive à l’égard de la contraception masculine de manière libre prêt peut alors conduire à la mise sur le marché d’autres contraceptifs masculins de sorte qu’un jour sans doute même les hommes auront le choix entre différentes possibilités de contraception masculine. nnQue faudra-t-il pour qu’ils deviennent réalité ? nArgent : plus il y a d’argent prêt pour soutenir la recherche géolocalisée sur les contraceptifs masculins, plus cette recherche progressera rapidement. Cela arrivera sans aucun doute un jour, ce n’est qu’une question de temps. Par exemple, à l’heure actuelle, mon projet de recherche est financé pour appuyer un chercheur à temps plein et deux élèves qualifié en recherche. Cependant, si une compagnie pharmaceutique voulait terriblement construire un contraceptif masculin, elle pourrait avoir 50 personnes intervenant sur le projet. nnExiste-t-il des obstacles pour les empêcher de se concrétiser ? nParmi les autres obstacles, nous pouvons citer les problèmes de financement et les obstacles médicaux mentionnés précédemment, l’un des principaux étant la réticence des générations plus âgées à accepter que la contraception masculine soit effectivement une option viable pour la planification de famille. nnVeuillez partager toute anecdote tirée de votre aptitude de travail dans le secteur. nMalgré le manque de soutien de la part des ferments de financement et du pha

    La contraception masculine – contraception masculine

    Conversation avec le Dr Wei Yan, possesseur d’une subvention de l’ITMnLe Dr Wei Yan est professeur à l’Université du Nevada, à la Reno Foundation et directeur des laboratoires de génomique unicellulaire et d’édition du génome à l’Université du Nevada, Reno School of Medicine. Son laboratoire travaille sur la génétique et l’épigénétique de la gamétogenèse et la contribution épigénétique des gamètes à la fécondation, et à la multiplication embryonnaire précoce et à la santé à l’âge adulte. Le Dr Yan a mis en ligne plus de 130 articles de recherche et chapitres de livres évalués par des pairs, avec plus de 6 800 citations ( de l’année d’avril 2019 ). Il est récipiendaire du Prix du jeune chercheur de la Society for the Study of Reproduction ( SSR ) en 2009, du Prix du jeune andrologue de l’American Society of Andrology ( ASA ) en deux mille douze, du Prix du héros des soins de santé du Nevada en recherche et technique en 2013, du Prix du chercheur époustouflant Reno de l’Université du Nevada en 2017 et du Prix de recherche SSR 2018. En mai 2016, le Dr Yan a été nommé professeur à l’Université du Nevada et à la Fondation Reno, la plus haute différence que l’Université à ses professeurs. En novembre 2017, le Dr Yan a été élu Fellow de l’American Association for the Advancement of Science ( AAAS ). Le Dr Yan est corédacteur en chef de Biology of Reproduction, le journal officiel de la SSR. Pour plus d’informations, veuillez consulter le site Web du laboratoire de Yan : www. weiyanlab. comnn nnQuel est votre lien avec la contraception ? nNos recherches fondamentales sur la stabilisation de la spermiogenèse offrent divulguer que les perturbations fonctionnelles de la spermiogenèse tardive ( c. -à-d. après le début de l’allongement des spermatides ) entraînent souvent la fabrication de spermatozoïdes déformés et/ou vraiment pas fonctionnels et de ce fait une infertilité masculine sans apporter de rétrécissement des testicules. Par conséquent, targetter les gènes ou les produits de gènes spécifiques de spermiogenèse tardive représente probablement une stratégie parfaite pour le développement de contraceptifs vraiment pas hormonaux masculins. Partant de cette idée, nous nous sommes lancés dans une recherche de fabriqué qui perturbent les dernières étapes de la spermiogenèse. Nous avons trouvé que la spermatodéformine 1 ( SD1 ), un constitué naturel purifié à partir d’une herbe chinoise, cible les dernières étapes de la spermiogenèse, entraînant la déformation du sperme et l’infertilité masculine de manière réversible. nn nnEn quoi le secteur a-t-il changé à partir du moment où vous avez commencé à y bosser jusqu’à aujourd’hui ? nPas grand-chose. Les enquêteurs proposent prétendu énormément de fois que les pilules pour hommes seraient sur le marché dans quelques années, mais le fait est que nous n’avons aucun constitué qui a même obtenu le statut de drogue nouvelle de recherche ( IND ). Cela a généré des sensations ‘ le garçon qui pleure le loup ‘, ce qui n’est vraiment pas bon pour l’ensemble du domaine ! nn nnSelon vous, quels sont les plus grands challenges qui affectent la contraception en général et la contraception masculine notamment ? nIl y a longtemps que nous n’avons pas revu nos stratégies de développement de la contraception masculine. La connaissance de la régulation de la spermatogenèse est nécessaire ; toute tentative ou approche établie sur une compréhension superficielle ou partielle du développement du sperme est vouée à l’échec. nn nnCes défis et ces possibilités ont-ils évolué au fil du temps ? Si oui, comment ? nOui. La santé génésique est de plus en plus acceptée par le public. Les personnes proposent commencé à apprécier la valeur de la planification de famille et les sensations de la qualité des gamètes ( spermatozoïdes et ovocytes ) sur la santé globale à long terme des enfants. Cependant, les études scientifiques sur ces sujets sont très limitées. Il est temps d’insister sur l’importance de la santé génésique, en mettant l’accent sur le contrôle de la fertilité ( c. -à-d. le traitement de l’infertilité et le développement de la contraception ). nn nnQuels sont vos espoirs pour l’avenir proche et proche de la contraception masculine ? nLe développement de la contraception devrait être la priorité de recherche. Dans un près futur, un ou deux des fabriqué phares les plus prometteurs devraient disposer d’un soutien pour recevoir le statut IND de la Federal Drug Administration ( FDA ). A long terme, le financement du développement de la contraception devrait être augmenté et les approches ne devraient pas être limitées aux seuls exemplaires connus de développement de médicaments. sachez que de nombreux médicaments qui sauvent des vies ont été découverts par accident et que leurs mécanismes d’action sont restés inconnus des années. nn nnQue faudra-t-il pour qu’ils deviennent réalité ? nDes progrès dans le développement de la contraception masculine sont réellement nécessaires, et les promesses ou affirmations vides doivent être évitées pour l’essentiel. Le plaidoyer est fondamental et grâce aux efforts du gouvernement ( par exemple, la Direction de la contraception du NICHD ) et du secteur privé ( par exemple, MCI ), les objectifs en panne et sur une longue durée paraissent en cours d’élaboration. Bien sûr, un brillant avenir dans ce domaine dépend du travail acharné et de la persévérance de toutes les parties concernées. nn nnExiste-t-il des obstacles pour les empêcher de se concrétiser ? nLes obstacles sont nombreux : manque de financement, connaissances limitées sur la spermatogenèse et la biologie du sperme, manque d’appréciation de l’impact plus très large de la qualité du sperme sur la santé de la progéniture, défauts inhérents au système moderne d’examen et de sélection des subventions, pour ne renommer que ceux-là. nn

    La contraception masculine – contraception masculine

    Une pilule contraceptive masculine a passé les premiers contrôles humains. Cette percée révolutionnaire dans le domaine de la contraception présente des choix différents pour les gentlemens, ce qui fait progresser extrêmement le domaine de la contraception. Cependant, peut-être encore des années avant que la pilule ne soit effectivement mise sur le marché. nnL’une de nombreuses raisons de ce retard est que les chercheurs proposent dû tabler sur le financement d’organismes de bienfaisance et d’universités : les sociétés pharmaceutiques n’ont pas encore vu la de modifier cette compétence en un médicament largement exploité et rentable. Cela est dû en partie à la croyance clairement répandue que les gentlemens ne sont pas responsables de la contraception et ne sont donc pas intéressés à l’utiliser. Toutefois, les datas empiriques recueillies dans le cadre de nos propres recherches suggèrent le tout autre. nnChanger les perceptionsnChez CitizenMe, nous voulions explorer le thème de la contraception masculine en vue de comprendre les attitudes anciennes et comment les gentlemens et les femmes réagiraient aux nouveaux produits, s’ils étaient disponibles. Nous avons mené deux enquêtes multinationales auprès de femmes et de gars sur notre plateforme pour savoir ce qu’ils pensaient de cette nouvelle pilule en cours d’élaboration. nnnn nnAudience : Global, Hommes, 16-65 ans ( n=1000 ) nnIl est avantageux de préciser que seulement vingt pour cent des mecs offrent carrément écarté l’idée d’essayer la pilule contraceptive masculine. Les raisons pour celles qui n’étaient pas aussi sécurisant allaient du désir d’avoir plus d’informations sur le sujet à l’idée que ce n’est pas assez ‘ masculin ‘. Cependant, 59% des mecs étaient en accord pour dire que les gentlemens et les femmes devraient être de plus responsables de la contraception. nnnnAudience : Global, Filles, 16-65 ans ( n=999 ) nnDe même, seulement 20 % des femmes offrent indiqué qu’elles ne pourraient être pas disposées à utiliser la pilule contraceptive masculine comme méthode de contraception. De même, la principale raison de l’hésitation était le besoin d’en savoir plus à ce propos. Il est intéressant de souligner qu’il y a aussi un pourcentage significatif de femmes ( 25% ) qui ne feraient pas confiance à l’homme pour prendre cette pilule. nnNécessité de modifier les normes sexospécifiquesnLa disparité entre la quantité et les variété d’options contraceptives effeminées et masculines a un effet beaucoup plus important sur les femmes : nnElle oblige les femmes à assumer la plupart des charges financières et sanitaires liées à la contraception ( visites chez le médecin, achat de la pilule, prescriptions, etc. ). nElle exige des femmes qu’elles assument la responsabilité de la contraception en général et le anxiété supplémentaire que cela entraîne. Cela réduit l’autorité des hommes en matière de duplication, ce qui améliore la responsabilité des femmes. nParce que les possibilités des femmes en terme de contraception sont effectuées comme une forme d’autonomisation des femmes et d’égalité sociale, les injustices de la situation courante demeurent souvent cachées. Une véritable égalité sociale suggère que les femmes et les gentlemens s’orientent en direction du distribuer des responsabilités en terme de contraception. Nous croyons que cela pourrait de deux méthodes : nnDévelopper de dernieres nouvelles alternatives contraceptives masculines. C’est ce qui se fait actuellement, mais les compagnies pharmaceutiques doivent penser qu’il y a un marché pour cela. Ils sont primordiaux pour communiquer le financement nécessaire à la mise à disposition de ces produits et pour ajouter de la crédibilité aux campagnes de sensibilisation et d’acceptation. nPour que ces produits soient mis en vente et utilisés, il faut aussi qu’il y ait un changement simultané des croyances sur les rôles assumés par les gentlemens et les femmes. l’étape numéro 1 pour faire de la contraception une véritable responsabilité partagée se résume à se demander ce que les hommes et les femmes des divers pays pensent de cette perspective. Ce n’est qu’en comprenant véritablement les croyances des gens que les mentalités peuvent commencer à changer. nEngager différentes croyances pour une voie potentielnNotre plateforme de recherche anonyme et éthique permet aux gens du dans le monde d’exprimer leurs idées sans porter de jugement, ce qui permet une compréhension nuancée des attitudes et des agissemements sur divers discussions. nnDans cette étude, nous avons reçu des réponses de l’Inde, des Philippines, du Royaume-Uni, de l’Inde, du Brésil, du Vietnam, des États-Unis, de l’Espagne, , de l’Italie et des Pays-Bas, révélant comment les attitudes envers la pilule changent selon chaque pays. Par exemple, bien que les hommes hindis âgés de 18 à 24 ans aient indiqué que le principal outil vecteur dissuasif pour tenter la pilule masculine était le manque d’information à ce propos, ils ont aussi indiqué que la religion était un soucis. Alors qu’au Brésil, les hommes du même groupe d’âge sont plus préoccupés par le fait que la contraception est la responsabilité des femmes et pensent que prendre la pilule ne serait donc pas assez ‘ masculin ‘. nnCes négoces nous montrent que les femmes et les gentlemens semblent correspondre que la responsabilité de la contraception repose sur les deux. Bien qu’il existe différents obstacles culturels et comportementaux à la prise de la pilule dans chaque pays, un soucis universel a été identifié : l’absence d’information à son sujet. Pour que les contraceptifs masculins soient adoptés, il est important de disposer d’informations claires permettant de dissiper les craintes potentielles. Si cela peut être effectué efficacement, il y a à coup sûr un large marché potentiel pour les contraceptifs masculins.

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Spermatogenèse – Mécanismes de la contraception masculinenLe système reproductif humain est un ensemble complexe de éléments interdépendants, dont beaucoup sont nécessaires à une fertilité soutenue. En interrompant ne serait-ce qu’un seul de ces cheminement obligatoires, nous pouvons trouver de nouvelles méthodes de créer des contraceptifs vraiment pas hormonaux excitants pour les hommes. L’un des principes harmonieux est la fabrication de spermatozoïdes, ou spermatogenèse. nnPas de spermatogenèse, pas de spermatocytes, pas de spermatozoïdes, pas de spermatozoïdes. nLa spermatogenèse est la création de spermatozoïdes matures depuis cellules germinales. Les cellules germinales précoces, appelées spermatogonies, résident à la périphérie des tubules séminifères du testicule. Cette population a à la fois des cellules souches et des spermatogonies de différenciation, qui subissent une série de divisions mitotiques pour amplifier le volume de cellules. Les cellules germinales entrent alors dans la méiose, la deuxième phase de la spermatogenèse, et sont appelées spermatocytes. Pendant la méiose, la recombinaison génétique se produit et les spermatocytes endurent deux divisions qui divisent par deux le volume de chromosomes présents dans chaque cellule. nnspermatogenèse de la cellule germinale au spermenLe process de spermatogenèse, qui commence avec une cellule souche spermatagonale et se termine avec plusieurs spermatozoïdes complètement formés. Photo adaptée d’OpenStax College distribuée sous licence CC-BY 3. 0. nPendant la spermiogenèse, période finale de la spermatogenèse, les cellules germinales haploïdes ( spermatides ) subissent d’importants changements et ressemblent davantage à ce que nous appelons le sperme classique, avec des queues et autres structures comme l’acrosome. nnEnfin, les spermatozoïdes tout bonnement non mobiles sont transportés vers l’épididyme. Les spermatozoïdes essuient un process de pause leur transit dans l’épididyme. En conséquence, ils acquièrent la capacité de mobilité vers l’avant et deviennent efficace de fécondation. nnUne façon d’influencer la spermatogenèse est de manipuler les niveaux d’hormones. Des essais cliniques sont en cours sur la fabrication de contraceptifs hormonaux masculins, mais il existe de diverses approches non hormonales pour stopper la spermatogenèse ou interférer avec la maturation épididymique. nnUn médicament qui stoppe la spermatogenèse aurait des spécificités intéressantes, y compris un temps d’apparition potentiel de 2 à 3 mois. C’est parce qu’il faut un moment pour que les spermatozoïdes se développent et se préparent à l’action, et même après avoir cessé la spermatogenèse, tous les spermatozoïdes existants dans le pipeline resteraient encore. nnMCI a financé des projets dans ce secteur, comme Gunda Georg à l’Université du Minnesota et son métier sur TSSK1/2. D’autres projets dans des institutions du monde entier se concentrent sur diverses approches pour perturber temporairement la spermatogenèse ou la maturation épididymique afin d’invalider la création de spermatozoïdes fonctionnels. nnIl y a plus d’une façon de contracepter. nLa réplication est une machine grande et difficile, avec de nombreuses méthodes d’ajouter un frein temporaire sur le process. La prévention de la spermatogenèse est l’un des moyens de fabriquer la prochaine génération de contraceptifs masculins. D’autres projets axés sur la prévention du transport, de la motilité et de la fécondation des spermatozoïdes sont en cours de réalisation. nnEnsemble, nous espérons que ces sociétés spécialistes créeront de nombreuses formes de contraception masculine avec des profils de produits variés qui répondent aux besoins d’un plus grand nombre d’utilisateurs. nn

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Que sont les testicules ? nNous savons tous que les testicules sont d’où proviennent les spermatozoïdes, et de nombreuses méthodes contraceptives masculines impliquent la manipulation de la création ou de la motilité des spermatozoïdes. Mais comment jouent-ils leur rôle dans le système reproducteur ? nnLes testicules sont les deux ‘ boules ‘ de forme ovale que l’on trouve de chaque côté du pénis du mâle. Lorsqu’un mâle atteint la maturité sexuelle, les deux testicules, aussi appelés testicules, commencent à produire et à remplir des millions de minuscules spermatozoïdes. Les testicules sont de forme ovale et atteignent à peu près 2 pouces ( 5 centimètres ) de dimension et 1 pouce ( 3 cm ) de diamètre. nnLes testicules font autant partie du dispositif endocrinien. Ils produisent des hormones, dont la testostérone. La testostérone est l’hormone qui fait que les gentlemens développent des parole plus profondes, des groupes musculaires plus gros et des poils du corps et du visage pendant la puberté, et elle booste de plus la fabrication de sperme. nnLes testicules, avec l’épididyme, pendent dans une structure en forme mobile à l’extérieur du bassin appelée scrotum. Ce sac de peau soutient normaliser la température des testicules, qui doivent être maintenus plus frais que la bouillonnement de notre corps pour se fournir du sperme viable. nnIl est envisageable de modifier la fabrication de spermatozoïdes et d’interrompre la création en modifiant la chaleur du scrotum. Des études publiées cette année offrent révélé que les gentlemens qui portent des sous-vêtements moulants ( de couleur blanche serrés ) nuire à leur fertilité et à leurs exercices de reproduction. Les spécialistes travaillent sur des analyses en cours concernant de toutes nouvelles méthodes de contraception masculine qui régulent la chaleur du scrotum et offrent le potentiel de modifier la en proportion du sperme – une piste prometteuse pour une contraception masculine certaine et réversible.

    La contraception masculine – contraception masculine

    10 faits sur la contraception masculinen nnLa contraception masculine arrive et va changer le monde. Voici 10 faits que vous n’avez sans doute pas identifiés sur la matière la plus excitante de l’avenir de la contraception. nn nn10. Nous sommes à 10-20 ans d’une nouvelle méthode contraceptive masculine. nn9. Tant les gentlemens que les femmes veulent que les hommes participent à la prise de décisions en terme de planification de famille. nn8. Les plus jeunes sont plus ouverts à une variété de solutions contraceptives masculines. nn7. il existe des techniques contraceptives masculines en développement qui sont sécurisant, réversibles, à action prolongée et non hormonales ( Hourra ! Aucun effet secondaire ! ). nn6. Les s’intéressent à la fois aux méthodes contraceptives à très long terme et à celles qu’ils peuvent prendre juste avant les rapports graveleux comme le Viagra. nnnn5. il y a des contraceptifs composé de de fleurs en développement qui emploient des médicaments isolés directement des plantes. nn4. La contraception est une question en commun. nn3. La contraception est un soucis mondial. nn2. La pilule contraceptive ‘ masculine ‘ n’est pas une blague ! Il fait actuellement l’objet d’essais cliniques chez l’homme en attente de l’approbation de la FDA. nn1. la plupart des paires sont intéressés par un menu d’options contraceptives sûres que les hommes et les femmes peuvent utiliser pour répondre à leur look de vie et à leurs besoins de planification familiale. nn nnL’Initiative contraceptive masculine finance la recherche géolocalisée et est utile pour de ressource pour tout ce qui concerne la contraception masculine. Voyez quelques travaux en cours de développement et découvrez ce que pourrait être la postérité de la contraception.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Pourquoi la contraception masculine : Dr John AmorynLa population mondiale dépasse sept 000 000 000 d’habitants, accroit de 60 millions tous les ans et atteindra sans aucun doute neuf à 10 000 000 000 en 2050 ( 1 ). La croissance démographique est l’une des majeures causes de la dégradation de l’environnement et de la souffrance humaine due à la pauvreté et à la faim ( 2 ). Une grande partie de cette croissance démographique est involontaire. En 2008, 41 % de toutes les grossesses dans les pays n’étaient pas planifiées et 20 % de toutes les grossesses se sont terminées par un avortement, pouvant entrainer 47 000 décès maternels dus à des avortements non médicalisés ( 3, 4 ). Aux États-Unis, le taux de grossesses non désirées est de 48 % et 18 % de toutes les grossesses se terminent par un avortement, ce qui représente 1, 1 million d’avortements tous les ans ( 3 ). nnCe taux cher de grossesses vraiment pas désirées est dû à une utilisation et/ou un accès inadéquats aux techniques de contraception. L’accès à la contraception réduit vraiment la croissance démographique et les taux d’avortement, ce qui se traduit par des améliorations positives de la santé néonatale et maternelle ( 5 ). outre l’atténuation de la croissance démographique internationale, appeler la contraception moderne et à de meilleurs soins de hôpital dans le monde entier permet d’éviter 1, 7 million de décès néonatals et 251 000 décès maternels chaque année ( 5 ). Par conséquent, il y a un large besoin d’un meilleur accès aux contraceptifs existants, d’une meilleure éducation en terme de contraception et d’un plus grand volume d’options contraceptives, tant aux États-Unis que dans le monde. nnAux États-Unis, 30 % de toute la contraception actuellement pratiquée est gérée par un garçon, vingt pour cent de tous les couples utilisant des préservatifs et 10 % des couples ayant recours à la vasectomie ( 6 ). Ces deux solutions de contraception masculine présentent des inconvénients importants. Les préservatifs, tout en offrant une certaine sécurité contre les infections sexuellement transmissibles, ont une efficacité contraceptive marginale ( 7 ), et la vasectomie, qui est coûteuse et difficile à inverser efficacement, est vue comme une méthode de contraception masculine irréversible à plus juste titre ( 8 ). Un contraceptif coté masculin réversible est bien accueilli par une grande majorité d’hommes ( 9, 10 ) et aurait un atout marqué pour réduire le taux de grossesses non désirées, la croissance non exigée de la population et leurs sensations. nn———–nnLe Dr John Amory est professeur de médecine à l’Université de Washington, où ses études portent sur le développement de nouvelles formes de contraception masculine. La Dre Amory siège de plus au conseil consultatif de l’Initiative sur la contraception masculine.