• contraception masculine
  • slip contraceptif
  • contraceptif masculin – vasectomie cest quoi

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Un contraceptif coté masculin pour terminer efficace ! nnAprès des années d’échecs et de promesses non habits, le premier contraceptif masculin hormonal semble à tout proche de toi. Un centre de recherche australien vient de prouver l’efficacité de son produit en situation réelle sur 55 couples suivis pendant plus d’une année. Si demain ce traitement est commercialisé, seriez-vous prêt à l’adopter ? nnSommairenUne pilule infaillible à 100 % ? nDerniers tests avant déclanchement ? nQuelle sera la place de ce nouveau contraceptif ? nAlors qu’en décembre 2002, deux grands laboratoires Schering Plough et Organon se lançaient dans la course à la pilule pour hommes, la surprise vient finalement fin 2003 d’un institut de recherche australien. nnUne pilule efficace à 100 % ? nDes scientifiques australiens de l’Institut de Recherche Anzac offrent annoncé avoir mis au point un contraceptif coté masculin efficace et réversible. Depuis des années, la mise au point d’une pilule pour homme se heurte à deux problèmes principaux : nn Les spécificités reproductrices de la personne : Alors qu’une femme produit un ovule chaque mois et cesse d’être fertile à la pré-ménopause, l’homme conçoit 30 millions de spermatozoïdes par 24h et reste ‘ vert ‘ toute sa vie ;n La dualité du dispositif reproducteur masculin : Dans les testicules sont formés les spermatozoïdes et par dessus le marché la testostérone, hormone masculine responsable des spécificités viriles : pilosité, musculature, etc. nContraceptif masculinnPour arreter la formation des spermatozoïdes sans pour autant féminiser les personnes, les chercheurs australiens proposent mis au point une ingénieuse combinaison. Un implant qui doit être changé tous les 4 mois, comportant l’hormone sexuelle masculine, la testostérone et une injection trimestrielle de progestérone DMPA, hormone utilisée dans la pilule pour femme. Le traitement empêche le mental de solliciter la production de sperme. Moins contraignant qu’une pilule journalière ( dont la mise au point reste hypothétique ), ce procédé devait ensuite être essayé sur un nombre suffisant de cobayes. nnDerniers tests avant lancement ? n55 couples australiens proposent reçu ce traitement tous les trois ou 4 mois afin de arreter la réalisation de spermatozoïde pendant plus d’1 année. Durant ces 12 mois, chaque couple ne devait utiliser que ce dispositif comme moyen contraceptif. De précédentes études avaient pu l’arrêt de la création de sperme, mais s’agit de la première compétence en situation réelle. Résultat : aucune grossesse n’a été enregistrée et ce dispositif s’est avéré réversible. Quelques mois après l’arrêt du traitement, tout rentrait dans l’ordre. nn ‘ Cela est la première étape à proximité de un objet terminal comportant de la testostérone et de la progestérone qui pourra facilement être administré par le médecin tous les trois ou 4 mois, sans dégrader la santé sexuelle ‘ déclare le professeur Handelsman, directeur des recherches. Très enthousiaste, qualifie l’étude de capitale car c’est selon lui, la première pouvant rapidement débloquer sur une conception industrielle. ‘ En tant que chercheurs, nous avons fait autant que possible. C’est maintenant au tour des compagnies de fabriquer un objet acceptable et pratique. Nous avons prouvé qu’un tel développement est possible ‘ déclare le Pr. Handelsman. nnPlaynUnmutenRemaining Time -2 : 02nFullscreennQuelle sera l’importance de ce nouveau contraceptif ? nCes retombées apparaissent très encourageants, néanmoins les impressions de ce nouveau dispositif devront être jugés sur la longue durée et sur un plus grand nombre d’hommes. Une trop grande quantité de testostérone pourrait avoir des problèmes fâcheuses sur le développement de cancers hormono-dépendants. De précédentes études avaient du revoir leurs ambitions à la baisse du fait de certains sensations secondaires ( diminution du bon cholestérol ) 2. Pour en savoir plus sur les différentes analyses sur le développement d’une pilule contraceptive pour la gent masculine, reportez-vous aux autres textes en fin d’article. nnAu-delà de la performance scientifique, on est actuellement en droit de se demander quelle place un tel traitement pourrait-il avoir au sein de la contraception d’un couple. On peut se mettre en tête que plus il y a de méthodes disponibles, plus le couple a de probabilités de trouver la méthode qui lui convient le mieux. ‘ S’il n’a pas été créé de solution miracle pour la vie, cette méthode peut être utilisée quand la femme ne peut pas ( ou ne veut pas ) utiliser de contraceptif ou lorsqu’elle veut preférer l’allaitement sans prendre d’hormones ou d’autres contraceptifs ‘ peut-on parcourir sur le site de l’institut de recherche. Cette méthode peut aussi être assimilée à une vasectomie réversible. Autre avantage, une fois l’injection trimestrielle réalisée, vous êtes tranquilles pour trois mois tout en conjurant de craindre d’oublier un jour une pilule… nnSupportant seules depuis 30 ans le risque de grossesse, les femmes vont-elles voir d’un bon oeil l’arrivée de ce nouveau procédé ? Selon une enquête internationale 3 portant sur une ‘ pilule masculine ‘, seules 2 % des 2 000 femmes interrogées déclaraient qu’elles ne feraient pas confiance en matière de contraception à leur partenaire et une très large majorité estimaient qu’une telle nouveauté est une bonne idée. nnPar ailleurs, les hommes seraient-ils emballés par un tel processus ? Une étude 4 internationale conduite à Edimbourg, Hong-Kong, Shangai et Cape Town, estimait qu’une majorité d’hommes était prêt à franchir le pas ( entre 43 et 84 % selon la ville ). Aux etats-unis, 66 % déclaraient vouloir l’essayer 5 en cas de mise sur le marché. Mais ces résultats concernent des pays où la gent masculine intervient déjà sur sa fertilité grâce à la vasectomie. Relativement fréquente dans les pays anglo-saxons, cette pratique confidentielle reste en France assimilée à une ‘ intervention mutilante ‘. Comment réagiraient les Français à l’arrivée sur le marché d’un contraceptif à leur intention ? Donner votre avis sur nos cercles d’entraides ! nnRappelons pour terminer que comme les contraceptifs féminins, ce nouveau produit ne protégera pas contre les infections sexuellement transmissibles. La seule protection efficace reste le préservatif, alors sortez couverts ! n

    La contraception masculine – contraception masculine

    Empathie et dressage : Une réponse à un refrain communnConnie Dean, personnage du conseil consultatif des jeunes de MCI, s’est assise avec son partenaire masculin, Riley, pour discuter de la contraception masculine, de l’inégalité du fardeau contraceptif et des mesures à prendre. nnChaque fois que je mentionne pour la première fois mon travail avec MCI ou même la notion de contraception masculine à mes amies, je me retrouve avec la même phrase : ‘ Oh, les hommes n’acceptent pas ça, je n’ai pas confiance ‘. J’ai compris – nous sommes des étudiantes avec la vie devant nous, alors cette peur de la grossesse est une question d’instinct de survie. Que ce soit l’expérience ou les normes sociales intériorisées qui évoquent cette peur et le rejet spontané qui en découle, les stastitiques révèlent que les gentlemens prendraient la contraception si elle était disponible, et en fait ils la veulent. Maintenant, les statistiques sont une chose, mais dans ma quête pour calmer les inquiétudes de mes amis, j’ai cherché à humaniser ce côté de l’argument : Je me suis assis avec mon partenaire ( masculin ), Riley, pour en discuter. nnAyant grandi avec deux sœurs et sa mère, les règles et le corps féminin n’avaient jamais été aussi tabous pour Riley. Cependant, a souligné que les conversations ouvertes que lui et moi avons au sujet de la contraception étaient sa première exposition vis-à-vis. Il admet qu’il n’était ‘ pas au courant, lorsque[il] est arrivé à l’université pour la première fois… de la manière dont le fardeau de la contraception est quasiment complètement imposé aux femmes ‘. Riley a annoncé que même si ce n’est pas ainsi qu’il devrait être, ‘ la préoccupation directe est au premier plan dans l’esprit d’une dame… c’est pleinement injuste ‘. nnAlors, que peut-on faire exactement pour changer le positionnement des hommes ? Pour Riley, ‘ cela paraît être un manque total d’éducation… les hommes n’ont pas besoin d’y penser ‘, et que l’éducation dès le plus jeune âge est sans doute le meilleur moyen d’y remédier. ‘ Je pense qu’on peut l’enseigner aux femmes, mais pour un truc de longue haleine, nous pouvons espérer qu’il se perpétuera dans une culture au lieu d’enseigner aux après qu’ils aient fait des erreurs, vraiment pas ? ‘ bien que l’étude de cas de Riley me tranquillise sur le fait que les gentlemens d’âge universitaire peuvent changer d’avis sur le fardeau inégal de la contraception, est naïf de se mettre en tête que ce est une solution magique universelle. léducation du chien : s’avère que c’est là que nous avons convenu que des progrès pouvaient être réalisés. nnUne fois l’éducation identifiée, Riley avait un point intrigant : ‘ Je pense qu’une autre chose est d’encourager l’empathie… l’empathie est demandée à 100 % pour que les hommes comprennent la signification de la ‘ présence ‘ sans plus tarder ou de la d’une grossesse ‘. Peut-être qu’en tant que femmes, discuter ouvertement certaines difficultés qui accompagnent la contraception enlèverait une section du stigmate qui entoure actuellement la grossesse et encouragerait une plus grande sympathie chez les hommes ? nnC’est vrai, donc l’empathie et l’éducation paraissent aller de pair, et sont des solutions à plus long terme. Mais qu’est-ce qu’il pensait être la chose la plus efficace en manque terme pour lui-même et pour les autres hommes ? ‘ 1000 % d’une relation immersive avec une femme. Par exemple, le fait d’être là pendant que vous souhaitiez faire de grandes douleurs et d’écouter ce que vous deviez surmonter pour trouver[quelle méthode contraceptive] vous convenait le mieux, et la stigmatisation de la femme dans votre vie, tout l’absence de soutien des hommes autour de vous, même des pères et des frères… Je ne savais pas que ça se passait avec mes sœurs ! Cela ne nous vient pas à l’esprit…. ce n’est pas le job de maman, des sœurs et de la petite connaissance de faire ça. Il s’agit sans doute de concevoir un espace pour que les pères et les mères puissent enseigner à leurs fils. ‘ Je sais qu’il a raison. Nos parents et nos partenaires sont nos principaux éducateurs, et ce process éducatif doit donc être un effort conscient parmi nous tous. nnLe fait d’être accueillie dans ma saine sphère féminine a non fermé les yeux de Riley : ‘ être dans une relation hétérosexuelle en tant qu’homme est aussi cette invitation à vivre la tchat avec la femme dans votre vie. Quand on a le regard de l’intérieur, c’est un point de conversation commun. Les conversations que j’écoute, c’est la chose la plus éducative ; voir l’expérience partagée. ‘ Qui aurait cru l’influence de l’aération de tous les jours ? ! Accueillir les gentlemens dans nos vies dans ces conversations intimes peut être inconfortable au début, mais avec la bonne volonté et la garantie de respecter la perspective de croissance réelle s’avère possible. nnLe dialogue non fermé, l’éducation et l’empathie s’offrent comme des éléments clés pour un changement positif de la responsabilité contraceptive dans la population masculine. Je comprends l’inquiétude et le doute qui accompagnent le fardeau de la procréation chez les femmes, mais je suis sérieusement optimiste à l’idée que ces inquiétudes s’apaiseront au fil des ans et que nous progresserons de plus en plus à proximité de l’égalité en terme de contraception.

    La contraception masculine – slip contraceptif

    présentez contraception avec votre partenaire : Quelles sont les options ? nCe billet de site web invité est de Jack Burke, un défenseur en ligne de la santé mentale, et sexuelle des mecs. Il croit que le sentier en direction du vrai bien-être commence et se termine par des soins personnels. nnTout le monde sait que la clé d’une relation réussie est la communication. Parler ouvertement et honnêtement à votre partenaire de vos opinions et de vos préférences sur tous les discussions est la meilleure manière de créer un lien étroit et solide. C’est particulièrement vrai quand il s’agit de sexe, mais la conversation est plus importante que les positions et préférences favorites. Une partie de la conversation qui est si souvent négligée est celle sur la contraception ; quelles sont les solutions les plus confortables, efficaces et favorites ? Trop souvent, on présume que l’homme vêtira simplement un condom ou que la femme prendra la pilule contraceptive. Quelles sont les possibilités réelles et quels sont les atouts et les contraintes de chacune ? nnPréservatifsnnLes préservatifs offrent toujours été la forme de contraception la plus courante chez les hommes. Cela est dû au fait qu’ils sont largement disponibles et, pour la plupart, rentables. Le manque actuel d’options diverses dans le secteur de la contraception masculine a forcé les préservatifs à être perçus comme le choix ‘ à faire ‘. Avec le temps, cette attitude a amené les gentlemens à penser que les préservatifs sont aussi bons que la contraception masculine ne peut l’être, ce qui est évidemment faux. nnLes sociétés de préservatifs afficheront beaucoup un taux de réussite de 98 %, mais si l’on tient compte de l’utilisation abusive et d’autres erreurs, le taux moyen tombe à 110 %. Si vous et votre partenaire choisissez d’employer des préservatifs, assurez-vous de les utiliser correctement pour éviter les grossesses vraiment pas désirées et les MST. nnLes préservatifs internes ( également appelés préservatifs des femmes ) sont aussi une option, mais ils proposent un taux de succès inférieur à celui des préservatifs masculins. Elles nécessitent aussi souvent un ajustement, une lubrification supplémentaire et dans certains cas une réinsertion, ce qui peut interrompre les rapports graveleux pour vous et votre partenaire. nnN’importe où entre 1% et 6% des Américains souffrent d’une allergie au latex, qui pour une femme pourrait faire l’attachement avec un préservatif extrêmement génant, et même créer des problèmes de santé. Une sensibilité au latex peut ne se exprimer qu’après des expositions répétées, alors soyez attentif à toute irritation que vous pourriez ressentir après avoir exploité des condoms. bien que les préservatifs soient une technique familière pour les rapports sexuels protégés, il est important de parler ouvertement vraiment pas seulement des avantages, mais aussi des risques qui accompagnent leur utilisation également couple. nnContraception oralennLes pilules contraceptives pour dames font souvent la manchette en 2019, étant injustement politisées d’un côté ou de l’autre. Parce qu’on en parle beaucoup, on peut facilement supposer que la majorité des femmes prennent actuellement ‘ la pilule ‘, mais ce n’est pas du tout le cas. Selon le Guttermacher Institute, seulement vingt cinq, neuf % des femmes utilisent la contraception orale, tandis qu’une autre enquête neuve a divulguer que cet âge % des femmes proposent déclaré avoir cessé de prendre la pilule ou avoir envisagé de l’arrêter au cours des trois recentes années. nnAu dire de tous, la pilule est efficiente à quasiment 100 %, lorsqu’elle est utilisée convenablement, mais cela ne veut pas dire que les femmes doivent se tracasser pour que leurs ordonnances soient exécutées en valent sérieusement la peine. Certaines marques favorites de contraception orale ne sont pas couvertes par certains programmes alimentaires d’assurance. Et même lorsqu’elles sont disponibles, les pilules contraceptives proposent leurs effets secondaires communs ; il est donc important que les femmes trouvent celle qui leur correspond le mieux. nnActuellement, n’y a pas de possibilités contraceptives orales pour les hommes, ce que nous trouvons inacceptable. bien que la recherche géolocalisée soit en cours depuis un certain temps déjà, a fallu lutter pour que toute solution viable soit mise en marché. jusqu’à ce que cette option soit disponible dans le commerce, assurez-vous que la femme avec qui vous êtes est à l’aise avec la contraception et qu’elle est au courant de tout effet secondaire possible. nnChirurgiennQuand on y pense, est assez choquant de remarquer que l’une des formes les plus courantes de contraception, autant pour les gentlemens que pour les femmes, est la chirurgie. La demande d’une méthode contraceptive fiable est si forte que nous sommes prêts à faire modifier notre corps chirurgicalement pour l’obtenir. Cela ne devrait pas être le cas, et pourtant la ligature des trompes est la seconde forme de contraception féminine la plus populaire aux États-Unis. La vasectomie, bien qu’elle soit juger comme une intervention beaucoup plus certaine, plus rapide et moins invasive, est beaucoup moins moderne. Pourtant, plus de 500 000 hommes par an choisissent encore de se faire opérer. nnBien qu’une vasectomie soit vue comme une intervention chirurgicale mineure, elle n’est pas sans danger. Des études scientifiques antérieures offrent tenu une liaison statistique entre les patients ayant subi une vasectomie et les hommes qui développent un cancer de la prostate dans les semaines à venir dans leur vie. de plus, bien qu’une vasectomie n’affecte pas physiquement votre libido, les impressions psychologiques possibles de l’opération peuvent parfois causer une dysfonction érectile. Même après une vasectomie, la stérilisation permanente n’est pas garantie, ce qui est sûrement problématique. nnToute intervention chirurgicale est une décision qui ne doit pas être prise à la légère. Vous et votre partenaire devriez en discuter amplement ( et avec un professionnel ) pour vous assurer que vous faites ce qui est le mieux pour vous deux. nnL’avenir de la contraceptionnnComme vous pouvez le remarquer, aucune de ces possibilités n’est parfaite ; elles offrent toutes leurs possibilités et leurs inconvénients. Un jour viendra où nous pourrons nous vanter d’avoir un contraceptif sûr, tout bonnement non hormonal et réversible pour les gentlemens, qui nous permettra d’élargir cette conversation outre ce que nous savons actuellement. Augmenter le volume de méthodes contraceptives à l’avenir donnera aux couples un plus grand panel d’options et vous permettra, à vous et à votre partenaire, de prendre la décision la plus pertinente et la plus sûre pour votre bien etre et votre relation. nnContraceptionContraceptionMâle Contraception

    La contraception masculine – contraception masculine

    La femme moyenne passe la principale partie de son existence reproductive à essayer d’éviter les grossesses vraiment pas désirées. Par exemple, si une famille veut deux enfants, la mère passera en moyenne 5 ans soit enceinte, soit en essayant de devenir enceinte, soit en postpartum. Pendant les quelque 35 années restantes de réplication éventuelle, la mère souhaite éviter une grossesse. Toutefois, les grossesses non désirées sont habituelles, car une enquête réalisée en 2011 a révélé que 45 % des 6, 1 millions de grossesses aux États-Unis étaient vraiment pas désirées. en grande majorité de ces grossesses non désirées, soit 42 %, se sont soldées par un avortement. L’impact économique des grossesses tout bonnement non planifiées est essentiel, le montant total publiques consacrées aux grossesses non désirées aux États-Unis étant estimé à 21 000 000 000 de dollars en 2010. La manière la plus courante d’éviter une grossesse, tout en maintenant une vie sexuelle réactive, est d’employer la contraception. la plus part des contraceptifs disponibles sont destinés aux femmes, y compris les appareils intra-utérins ( DIU ) ou bobines, les spermicides et la pilule contraceptive orale combinée, fréquement appelée ‘ pilule ‘. nnLes dispositifs intra-utérins ( DIU ) sont insérés dans l’utérus où ils préviennent la grossesse par deux solutions. Les DIU hormonaux libèrent de petites quantités d’hormones qui opèrent régionalement pour faire de l’utérus un environnement fatal aux spermatozoïdes. Le cuivre contenu dans les DIU en cuivre se conduit comme un spermicide qui endommage les spermatozoïdes qui pénètrent dans l’utérus. Source. nLes dispositifs intra-utérins ( DIU ) sont insérés dans l’utérus où ils préviennent la grossesse par deux techniques. Les DIU hormonaux libèrent de petites quantités d’hormones qui se passent régionalement pour faire de l’utérus un cadre fatal aux spermatozoïdes. Le cuivre contenu dans les DIU en cuivre se comporte comme un spermicide qui endommage les spermatozoïdes qui pénètrent dans l’utérus. Source. nLes , en revanche, n’ont que deux possibilités : le condom et la vasectomie. Les préservatifs sont une forme moderne de contraception car ils également contre les MST. Cependant, il y a un taux de grossesse de 18% par an avec l’utilisation typique du préservatif. La vasectomie est une forme de stérilisation et de contraception beaucoup plus permanente qui se résume à couper le canal déférent, le tube par lequel les spermatozoïdes passent du stockage à l’éjaculation. malgré que considérées comme permanentes, les vasectomies peuvent être inversées, mais ce n’est que rarement loin d’être un échec. nnIl est clair qu’un contraceptif coté masculin est utile, mais pourquoi n’a-t-on pas répondu à ce besoin ? Cinq conditions doivent être remplies pour qu’une méthode contraceptive masculine soit efficace : 1 ) elle se doit d’être au moins aussi efficiente que la pilule, 2 ) réversible dans un temps acceptable, 3 ) avoir très peu d’effets secondaires, 4 ) n’avoir aucun action sur la progéniture future et 5 ) être peu coûteuse. aussi, existe plusieurs d’obstacles à l’élaboration d’un contraceptif masculin, notamment : 1 ) la barrière des tests sanguins, 2 ) le volume de spermatozoïdes produits par l’homme moyen et 3 ) le fait que la création de spermatozoïdes est continue en l’occurence que mensuelle comme chez les femmes. Malgré ces obstacles, de nombreux contraceptifs masculins potentiels sont en cours de développement. nnContraceptifs hormonauxnnIl existe trois catégories de contraception : hormonale, et non hormonale. Les contraceptifs hormonaux sont ceux qui se passent sur le système endocrinien pour prévenir la grossesse, deux exemples de contraception hormonale féminine sont la pilule et le DIU hormonal. Chez les hommes, une boucle de rétroaction endocrinienne négative, impliquant la testostérone ( et d’autres androgènes ) et les gonadotrophines, supprime la spermatogenèse. L’injection d’androgènes et d’autres conseillers anti-gonadotropes supprime les gonadotrophines et de ce fait la spermatogenèse, mais engendre également de multiples impressions secondaires, dont une la baisse de la libido, des sautes d’humeur, une prise de poids et des taux anormaux de glucose. par ailleurs, les sensations des contraceptifs hormonaux ne sont pas constants chez les hommes et sont particulièrement influencés par l’origine ethnique. L’administration de testostérone est un contraceptif plus efficace chez les hommes de asiatique de l’Est que chez les gentlemens de race blanche, % des hommes de asiatique de l’Est cessent de se fournir du sperme tout en accueillant la testostérone, en comparaison à un prix de 60 à 80 % des hommes blancs. Deux mécanismes hypothétiques à la base de cet action ethnique sont les variations dans la microstructure des testicules et le métabolisme de la testostérone. nnUn contraceptif hormonal masculin potentiel est la 7 alpha-méthyl-nortestostérone ( MENT ), un stéroïde synthétique qui ressemble à la testostérone. MENT®, actuellement en cours de développement par le Population Council, est administré sous forme d’implant sous-cutané efficiente pendant 12 mois. Huit des 12 hommes ayant reçu la dose la plus forte n’ont produit aucun spermatozoïde lors de la période d’essai de 12 mois. malheureusement, des impressions secondaires communs au traitement à la testostérone ont également été observés. Comme les hormones sont complexes et jouent de beaucoup de rôles dans l’organisme, les contraceptifs physiques et tout bonnement non hormonaux peuvent être une meilleure option. Ces soins sont moins susceptibles d’avoir ces sensations secondaires inattendus et indésirables, car leurs cibles sont plus spécifiques et leurs métiers biologiques plus généraux sont moins nombreux. nnContrôle physique des naissancesnnLes contraceptifs physiques font exactement ce que leur nom suggère et soit 1 ) limitent physiquement le déplacement des spermatozoïdes ou 2 ) endommagent les spermatozoïdes pendant le déplacement. Un contraceptif féminin bien reconnu est le diaphragme, un dôme en matière silicone souple ou en latex qui recouvre le col de l’utérus et empêche l’entrée du sperme. Deux techniques de contraception masculine sont en cours de développement. Le premier est Vasalgel™, sur lequel un test chez le lièvre a été mis en ligne le mois dernier ( mars 2016 ) et commencera sans l’ombre d’un doute des essais chez l’être humain dans les semaines à venir actuellement. Vasalgel™ est un polymère d’hydrogel injecté dans le canal déférent, où durcit et crée une barrière au passage du sperme. nnVasalgel™ est un polymère d’hydrogel injecté dans le canal déférent. Après l’injection, le vasalgel forme une barrière à l’intérieur du canal déférent que les spermatozoïdes ne peuvent pas traverser. Image fournie par www. parsemusfoundation. orgnVasalgel™ est un polymère d’hydrogel injecté dans le canal déférent. Après l’injection, le vasalgel forme une barrière à l’intérieur du canal déférent que les spermatozoïdes ne peuvent pas traverser. Image fournie par www. parsemusfoundation. orgnL’administration de vasalgel à 12 lapins mâles n’a entraîné aucune production de sperme observable lors de la période de suivi de 12 mois. Bien qu’actuellement présenté comme méthode de stérilisation, on s’attend à ce que l’écoulement des spermatozoïdes soit rétabli en rinçant le canal déférent avec une solution de bicarbonate de sodium. nnUne méthode semblable est l’inhibition réversible du sperme sous guidage ( RISUG® ), l’injection d’un polymère synthétique nommé anhydride styrénique maléique ( SMA ) dans le canal déférent. plutôt que d’empêcher le passage des spermatozoïdes, la SMA enduit la paroi du canal déférent, formant un lieu acide défavorable qui rompt les têtes des spermatozoïdes. Comme pour Vasalgel, ce traitement peut être inversé en rinçant le canal déférent avec une solution de bicarbonate de sodium. Vasalgel et RISUG en sont tous deux au stade de l’essai, le premier aux États-Unis et le second surtout en Inde. nnContraceptifs vraiment pas hormonauxnnLes contraceptifs vraiment pas hormonaux perturbent ou préviennent la grossesse sans l’utilisation d’hormones, comme tels, ils incluent les contraceptifs physiques. Le DIU en cuivre est un contraceptif non hormonal souvent employé par les femmes, car le cuivre procède comme un spermicide qui endommage les spermatozoïdes dans l’utérus en empêchant leur mobilité. Chez les hommes, les contraceptifs non hormonaux bloqueraient la fonction et/ou le développement du sperme, rendant l’homme temporairement infertile. Dans un produit de blog précédent, j’ai déclaré que les protéines impliquées dans le développement du sperme, surtout dans l’épididyme, peuvent être de bons élèves pour les contraceptifs masculins. Comme beaucoup de ces protéines ne sont exprimées que dans les testicules et le sperme, l’inhibition de leur génération devrait avoir peu d’effets secondaires. nnLes cibles prometteuses pour la contraception masculine actuellement en développement comportent les protéines nécessaires et à la multiplication et à la maturation des spermatozoïdes, la motilité et les interactions sperme-œuf. Il a été prouvé que toutes ces protéines sont nécessaires à la fonction et à la fertilité du sperme chez l’homme. Une cible particulièrement prometteuse est l’inhibiteur de protéase épididymique protéique ( EPPIN ). Eppin se lie à la protide semenogelin ; cette interaction est utile pour la motilité et la fertilité des spermatozoïdes humains. Eppin Pharma Inc. met au point un petit composé organique qui se lie à Eppin et prévient le détermination de l’Eppin-séménogéline. Cibler Eppin s’est avéré à la fois infaillible et réversible en macaques. Les contraceptifs interrompent la motilité des spermatozoïdes de mammifères peuvent être décrits en deux phases. la première chose à faire implique le mouvement des spermatozoïdes après l’éjaculation et à travers l’équipement reproducteur effeminé, ce qui exige des enzymes glycolytiques, dont beaucoup sont spécifiques aux spermatozoïdes, y compris les cellules germinales GADPH spécifiques. Avant la fécondation des spermatozoïdes de l’ovule deviennent hyperactifs, afin de pénétrer dans l’ovule. Cette hyperactivité implique l’afflux d’ions calcium dans la biroute du spermatozoïde, un processus dépendant de la protide CatSper. Ces deux protéines de la motilité des spermatozoïdes engendrent de l’intérêt comme cibles contraceptives, mais et même l’une ni l’autre n’est aussi avancée dans son développement qu’Eppin. Les protéines du sperme montrent un large potentiel en tant que cibles contraceptives, mais le volume en terme de protéines présentes dans le sperme n’est pas négligeable et des travaux supplémentaires sont nécessaires en vue de comprendre leur constitution en protéines. nnLa longue liste de contraceptifs masculins potentiels comprend obligatoirement de nombreuses possibilités qui ne sont pas mentionnées dans cet article de blog ( pour une liste plus longue, voir cette Wikipedia sur les contraceptifs masculins, et le New Male Contraception Information Project ). Avec le grand volume de contraceptifs potentiels, dont certains en sont aux derniers stades de développement, la contraception masculine paraît tout bonnement non seulement possible, mais aussi imminente. Cela dit, la route vers la réalisation d’un produit viable ne sera pas facile. Comme nous l’avons déjà dit, un contraceptif coté masculin doit être particulier, réversible et infaillible, avoir peu d’effets secondaires et sauter à travers beaucoup d’obstacles avant d’être mis sur le marché et accepté par les consommateurs. par ailleurs, à mon avis, l’un des plus grands obstacles au développement d’un contraceptif masculin utilisable est l’absence d’une ‘ meilleure option ‘ distincte. Il n’y a pas de précurseur évident dans la course à proximité de un contraceptif masculin, et les chercheurs agissent sur un très large éventail de contraceptifs possibles. en bref, l’innovation et l’incitation demeurent pour créer un contraceptif masculin, mais cela ne signifie pas que la voie à suivre est libre d’obstaclesd.

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Entretien avec la Dre Patricia Cuasnicu, détenteur d’une subvention de l’ICMnPatricia S. Cuasnicu est chercheuse scientifique principale au Conseil national de recherches ( CONICET ) de l’Instituto de Biologia y Medicina Experimental ( IBYME-CONICET ) à Buenos Aires. MCI a accordé à la Dre Cuasnicu une subvention de déclenchement de 150 000 $ en 2018 pour l’aider à continuer son métier. nnQuel est votre lien avec la contraception ? nJ’ai commencé mon compétence post-doctorale au Cornell Medical Center, New York Hospital, sous la direction du Dr. J. Michael Bedford, où j’ai commencé à bosser comme boursier NIH. Le Dr Bedford s’étant véritablement intéressé à l’étude de l’utilisation éventuelle des protéines épididymaires pour le développement de la contraception masculine, nous avons présenté un plan de recherche post-doctorale visant à étudier le potentiel contraceptif du CRISP1 purifié, une protide épididymique reconnue par notre laboratoire en 1976 et le premier membre de la famille CRISP ( Cysteine Rich Secretory Protein ). nnDe retour en Argentine en 1986, j’ai continué à travailler dans le domaine de la contraception masculine. En fait, en raison de mon implication sur le terrain, j’ai été invitée en 1989 à faire partie du Groupe de travail sur les solutions contraceptives masculines de l’Organisation mondiale de la santé ( OMS ) fondé par J. M. Bedford et collègues en 1974. J’ai travaillé comme consultant de l’OMS pendant 15 ans, participant vraiment pas seulement à l’estimation d’une multitude de projets du dans le monde, mais aussi à des présentations dans de beaucoup de pays à forte population comme la Thaïlande, l’Indonésie, l’Inde, la Chine, le Zimbabwe, etc. nnLes prospects avec les populations de ces pays et mon travail actif à l’OMS m’ont entièrement convaincu de la nécessité de l’assiduité des mecs dans la planification de famille et, par conséquent, de la nécessité de toutes nouvelles alternatives masculines. Alors que je faisais partie du comité de l’OMS, j’ai été conviée à faire partie du comité technique et consultatif ( TAC ) du CONRAD ( Contraception Research and Development ) qui avait pour objectif de développer des techniques contraceptives masculines et effeminées et, là encore, j’ai travaillé avec cette largement plus de 12 ans. nnJe travaille sur le terrain depuis près de 35 ans et je suis entièrement convaincue que le développement d’un plus grand nombre de possibilités contraceptives est essentiel pour éviter le volume élevé de meufs et de décès d’enfants dans les pays entier. par ailleurs, alors qu’une méthode féminine peut éviter la grossesse de la femme utilisant ce contraceptif, une méthode masculine peut empêcher la grossesse de toutes les femmes interagissant avec l’homme utilisant la méthode contraceptive, ce qui a donc un effet plus important que les solutions effeminées. nnEn quoi le secteur a-t-il évolué à partir du moment où vous avez commencé à y travailler jusqu’à aujourd’hui ? nCe que j’ai vu toutes ces années, c’est une parfaite l’abaissement de l’intérêt pour le développement de la contraception masculine de la part des organisations ainsi que des entreprises/industries. Je crois que ce manque d’intérêt est dû aux nombreuses difficultés rencontrées dans le développement de la contraception masculine liées à la fois a ) aux propriétés intrinsèques de la physiologie masculine ( c’est-à-dire comment obtenir une bonne méthode sans interférer avec la libido masculine ou sans générer trop d’effets secondaires tolérés par les femmes mais pas les hommes ) et b ) aux multiples années d’investissement financier sans recevoir une méthode en vente libre. En ce sens, MCI devient un nouvel espoir important après tant d’années de manque de soutien dans ce secteur. nnSelon vous, quels sont les plus grands challenges qui affectent la contraception en général et la contraception masculine notamment ? nÀ mon avis, l’un des plus grands challenges de la contraception en général est l’éducation, c’est-à-dire l’information des femmes et des mecs sur les différentes possibilités contraceptives déjà disponibles, notamment les jeunes dans les écoles. nnEn ce qui concerne la contraception masculine surtout, je pense que l’un des défis est d’avoir une méthode qui n’interfère pas avec la libido masculine, qui ne produit pas d’effets secondaires visibles comme un rétrécissement testiculaire ou une la baisse du volume de l’éjaculat, et qui ne produit aucun effet secondaire plus général ( par exemple, acné, augmentation du cholestérol et du mal de tête ) que de nombreux ont peu tolérés. nnJe pense que la plupart des sensations secondaires d’une méthode contraceptive sont tolérés par les femmes car sans elle, elles tomber enceintes, ce qui est franchement une conséquence pire dans l’assise terminal. Cependant, dans le cas des hommes, qui sont relativement à l’abri des problèmes directes de la grossesse, les effets secondaires deviennent un soucis plus important à combattre. C’est pour cela qu’elles offrent plus d’exigences que les femmes à cet égard. nnCes défis et ces possibilités ont-ils évolué avec le temps ? Si oui, comment ? nJe pense que la société a beaucoup changé lors des 20 années passées dans le monde entier. Les emplois et les activités qui étaient autrefois réservés aux femmes ou aux sont désormais partagés par les deux. La contraception ne sera pas différente à cet égard, surtout en raison d’un grand changement dans les droits des femmes. nnQuels sont vos espoirs pour l’avenir près et proche de la contraception masculine ? nJe suis certaine que dans un futur proche, les méthodes masculines deviendront tout à fait acceptables par l’ensemble de la compagnie et que nous devons simplement offrir plus d’options aux hommes pour leur permettre de s’engager activement dans la planification familiale. J’envisage aussi des solutions ‘ unisexes ‘ qui peuvent être utilisées par les gentlemens et les femmes sur l’origine d’un blocage spécifique de la fonctionnalité des spermatozoïdes dans le tractus génital coté masculin ou effeminé. d’un autre côté, nous pouvons prendre en compte une méthode contraceptive péricoïdale qui peut être utilisée juste avant les rapports sexuels. enfin, et idéalement, nous pourrions prendre en compte une méthode contraceptive qui préviendrait à la fois la fertilité et les contaminations infectieuses. nnQue faudra-t-il pour qu’ils deviennent réalité ? nComme on le sait déjà, nous aurons besoin de plus de financement dans le secteur de la contraception masculine pour amener plus de chercheurs impliqués dans le domaine et pour augmenter les chances d’obtenir une méthode masculine bonne, crédible, acceptable et raisonnable. Cependant, même dès que nous réussissons à développer de toutes nouvelles méthodes masculines, nous avons encore besoin de plus d’éducation sexuelle pour expliquer aux personnes, en particulier aux jeunes, la nécessité d’employer des solutions contraceptives, ainsi que la manière de les utiliser. Avoir une nouvelle méthode est une condition nécessaire, mais cela ne suffit pas : nous avons besoin d’une société qui inclut la nécessité d’utiliser la contraception, y compris les méthodes déjà disponibles. nnExiste-t-il des obstacles pour les empêcher de se concrétiser ? nJe pense que l’un des grands obstacles qui les empêchent de se concrétiser est l’absence de sensibilisation des personnes au rôle clé de la contraception pour la santé des humains et, bien sûr, le manque d’engagement des gouvernements partout dans le monde, ce qui se reflète finalement dans le faible financement public dans ce domaine. La contraception n’est pas aussi rentable que le Viagra ou les médicaments anticancéreux, et pour cela, les sociétés et les industries ne sont pas aussi intéressées à investir dans de dernieres nouvelles solutions contraceptives. L’engagement et le financement sont donc les principaux obstacles. nnVeuillez donner toute anecdote tirée de votre aptitude de travail dans le domaine. nEn 2005, j’ai été invitée par l’American Society of Andrology ( ASA ) à donner une conférence à Séoul, en Corée, sur les femmes et la science dans les pays en développement, tandis qu’une chercheuse américaine allait donner une conférence sur les femmes dans les pays développés. Il m’a fallu beaucoup de temps pour préparer ce discours de 25 minutes. J’ai lu beaucoup d’articles et j’ai pris conscience d’une multitude de problèmes comme le plafond de verre pour les femmes, le tuyau qui fuit ( toutes les femmes qui abandonnent et quittent leur carrière ), la pyramide ( beaucoup de femmes pour les emplois communs à l’origine de la pyramide et seulement quelques pour les meilleurs emplois dans le haut ), etc. nnDe plus, j’ai aussi pris conscience de beaucoup de critères de moi-même auxquels je n’avais jamais prêté attention précédemment. Par exemple, que j’avais fait un post-doc des NIH aux USA en 1984, accompagné de mon mari, quelque chose de entièrement inhabituel au sein de notre pays où les femmes accompagnaient les gentlemens. Aussi, que j’étais devenue l’une des rares femmes du comité de l’OMS, que j’avais parcouru le monde en laissant mes petits enfants avec mon époux, une autre chose inhabituelle pour les femmes, et enfin, que j’avais travaillé toutes ces années dans un secteur très spécial comme la contraception masculine. Je n’avais jamais pratiqué que j’avais lutté pour les droits des femmes dans chacune de ces actions et décisions et que mon travail en contraception masculine faisait partie de cette bataille pour les droits des femmes. nnAussi, depuis que j’ai commencé à travailler dans le secteur de la contraception masculine il y a 35 ans, j’ai réalisé à quel point les gens sont emballés par ce secteur. Il est très commun que lorsque je commence à parler de mon travail dans une réunion sociale, les gens se regroupent autour de moi et commencent à poser beaucoup de interrogations et à faire des commentaires. Bien sûr, je reçois toujours beaucoup de soutien pour mon travail de la part de meufs qui sont prêtes à avoir une méthode masculine dorénavant ou même dans quelques temps de cela pour éviter que leurs demoiselles emploient des méthodes contraceptives plus de 30 ans comme c’est le cas actuellement. Les hommes sont très curieux au sujet du champ mais expriment visiblement leurs craintes vis-à-vis des sensations secondaires et de la possibilité d’écouler de ou de la virilité. Quoi qu’il en soit, j’ai trouvé que la contraception masculine est un sujet fascinant pour tout le monde et en discuter a toujours été une expérience merveilleuse et même un succès social. nn

    La contraception masculine – contraception masculine

    L’appareil reproducteur masculinnQu’est-ce que le système reproducteur masculin ? nPour produire de dernieres nouvelles possibilités contraceptives masculines, nous devons comprendre le système reproducteur coté masculin. Les mâles hommes proposent des organes reproducteurs ( aussi nommés organes génitaux ) qui sont à la fois à l’intérieur et du bassin. Au total, les organes génitaux masculins comprennent 4 parties qui constituent le système reproducteur masculin. Ce sont les 4 composants clés du fonctionnement reproductif masculin : nnles testicules, nle système de conduits, constitué de l’épididyme et du canal déférent, nles glandes accessoires, qui comprennent les vésicules séminales et la prostate, net le pénis. nLes organes génitaux masculins, aussi appelés organes sexy, agissent ensemble comme système reproducteur pour fabriquer et libérer du sperme comportant du sperme. Le sperme dans le sperme peut féconder un ovule ou un ovule pour réaliser un bébé ( nommé fabrication ). nnLa contraception ou contraception est une méthode utilisée pour prévenir la création lorsqu’une personne ou un couple veut être sexuellement actif mais n’est pas prêt à fonder une famille. La contraception hormonale féminine est basée sur l’interruption du cycle menstruel. Parce que les spermatozoïdes sont produits en permanence, il n’y a pas de cycle reproductif masculin comparable à interrompre. nnHistoriquement, les techniques contraceptives masculines étaient axées sur une section du système reproductif masculin, à savoir l’arrêt complet de la fabrication de sperme. actuellement, les chercheurs se concentrent sur la en proportion du sperme surtout que sur l’arrêt de la création de spermatozoïdes. Des exemples de changements fonctionnels dans le système reproducteur coté masculin comprennent la prévention de la swim des spermatozoïdes et la prévention de la fécondation d’un ovule par les spermatozoïdes. nnEn savoir plus sur les méthodes contraceptives masculines dans le pipeline de R

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Qu’est-ce que l’épididyme ? nDans le système reproducteur masculin, l’épididyme et le canal déférent constituent le système canalaire des organes reproducteurs masculins. Ces conduits se trouvent le long des testicules. L’épididyme est des deux tubes enroulés ( un pour tout testicule ) qui se raccorde au canal déférent. nnL’épididyme comporte trois parties. Près du plus haut des testicules se trouve la tête de l’épididyme, qui stocke les spermatozoïdes jusqu’à ce qu’ils soient prêts à mûrir. ensuite, y a le corps, un long tube torsadé où les spermatozoïdes mûrissent. Cette maturation dure à peu près une semaine. Le dernier est la tige, qui se connecte au canal déférent, aussi nommé canal déférent ou canal déférent. De là, le sperme est transporté dans le canal éjaculatoire. nnL’épididyme est une partie peu connue et bien documentée du dispositif reproducteur masculin. Des chercheurs du Royaume-Uni proposent remarqué que l’un des impressions secondaires d’un médicament exploité pour traiter des maladies comme la schizophrénie et l’hypertension artérielle est de bloquer l’éjaculation. Ces chercheurs proposent trouvé le mécanisme d’action de ce médicament : En fermant les canaux dans l’épididyme et le canal déférent, le passage du sperme est empêché. Le sperme reste alors dans les canaux déférents du canal vasculaire et est naturellement recyclé par l’instance. nn nnCes chercheurs proposent mis au point un contraceptif contraceptif pour nommé la pilule pour draps propres. Pour à ce propos et sur d’autres solutions contraceptives masculines réversibles vraiment pas hormonales sûres, cliquez ici.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Pourquoi la contraception masculine : Dr John AmorynLa population mondiale dépasse sept 000 000 000 d’habitants, augmente de soixante millions annuellement et atteindra à tous les coups neuf à 10 000 000 000 en 2050 ( 1 ). La croissance démographique est l’une des majeures causes de la dégradation de l’environnement et de la douleur des humains due à la pauvreté et à la faim ( 2 ). Une grande partie de cette croissance démographique est involontaire. En 2008, 41 % de toutes les grossesses dans le monde n’étaient pas planifiées et 20 % de toutes les grossesses se sont terminées par un avortement, pouvant entrainer 47 000 décès maternels dus à des avortements vraiment pas médicalisés ( 3, 4 ). Aux États-Unis, le taux de grossesses tout bonnement non désirées est de 48 % et 18 % de toutes les grossesses se terminent par un avortement, ce qui représente 1, 1 million d’avortements par an ( 3 ). nnCe taux cher de grossesses tout bonnement non désirées est dû à une utilisation et/ou un accès inadéquats aux techniques de contraception. L’accès à la contraception réduit vraiment la croissance démographique et les taux d’avortement, ce qui se traduit par des améliorations positives de la santé néonatale et maternelle ( 5 ). a part l’atténuation de la croissance démographique internationale, appeler la contraception moderne et à de meilleurs soins de clinique dans le monde entier permet d’éviter 1, 7 million de décès néonatals et 251 000 décès maternels chaque année ( 5 ). Par conséquent, il y a un grand besoin d’un meilleur accès aux contraceptifs existants, d’une meilleure dressage en terme de contraception et d’un plus grand volume de possibilités contraceptives, tant aux États-Unis que dans les pays. nnAux États-Unis, 30 % de toute la contraception actuellement menée est gérée par un garçon, 20 % de tous les couples utilisant des préservatifs et 10 % des paires ayant recours à la vasectomie ( 6 ). Ces deux techniques de contraception masculine exposent des problème technique importants. Les préservatifs, tout en offrant une certaine sécurité contre les infections sexuellement transmissibles, offrent une efficacité contraceptive marginale ( 7 ), et la vasectomie, qui est coûteuse et difficile à inverser efficacement, est envisager comme une méthode de contraception masculine irréfragable à plus juste titre ( 8 ). Un contraceptif masculin réversible serait bien accueilli par une grande majorité de mecs ( 9, 10 ) et aurait un gain marqué pour réduire le taux de grossesses non désirées, la croissance vraiment pas viser de la population et leurs impressions. nn———–nnLe Dr John Amory est professeur de médecine à l’Université de Washington, où ses études portent sur le développement de toutes nouvelles formes de contraception masculine. La Dre Amory siège de plus au conseil consultatif de l’Initiative sur la contraception masculine.