• contraception masculine
  • slip contraceptif
  • contraceptif masculin injection – préservatif fun

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Loin d’être des pionniers, les gentlemens utilisant la contraception dite “masculine” se basent sur une technique vieille de 40 ans. Aujourd’hui, ils ne sont pas toujours militants et ont tous la même préoccupation : prendre en charge leur contraception, en l’occurence que de la déléguer à leur partenaire. nEncore trop peu accessible et de ce fait trop peu présentée, la contraception masculine répond pourtant à une demande grandissante. Quand une femme rencontre des difficultés avec les techniques de contraception classiques, beaucoup de paires hétérosexuels se retrouvent dans une impasse contraceptive. “Si on ne veut plus avoir recours à la pilule ou au stérilet, ne reste plus beaucoup de solutions : soit préservatif, soit abstinence… ou sinon, contraception masculine”, explique Karine, quarante deux ans, dont le compagnon est sous contraceptif. nnDans l’Hexagone, ils sont environ 150 à suivre une contraception, sans compter les 0, 8 % de gars en âge de procréer ayant eu recours à la vasectomie ( contraception faite demandant une démarche simple, sans aucun effet secondaire ). Hormonales ou thermiques, les solutions de contraception masculine sont encadrées par des conventions médicaux et validées par deux médecins la prescrivant depuis 40 ans : les médecins Soufir, à , et Mieusset, à Toulouse. nnPartager les responsabilitésnnParmi la dizaine de mecs que nous avons interviewés, tous proposent fait cette étape après avoir pris conscience de la charge mentale contraceptive portée par leurs partenaires, actuelles ou passées. “Ce n’est pas un acte féministe, mais un acte d’interaction des responsabilités”, garantit Robin, 33 ans, qui a porté le slip contraceptif avant d’arrêter pour réaliser un enfant. Grégoire, 47 ans et vasectomisé depuis un an, a voulu “soulager [sa] femme, qui prenait des hormones depuis de multiples années”. nnEn France, la méthode calorifique est très teandance. elle se trouve être certaine et sans danger ni action secondaire. Elle consiste à remonter les testicules à l’origine de la verge, pour augmenter leur bouillonnement et ainsi stopper naturellement la création de spermatozoïdes. Deux outils aident à maintenir les testicules au chaud : le slip contraceptif ( aussi appelé “slip troué”, ou “boulocho” ) et l’anneau pénien “Androswitch”. Tous deux doivent être portés sur une base quotidienne quinze heures par 24h, comme un sous-vêtement, maximum 4 ans, aucun essai de santé n’ayant été réalisé en plus de cette durée. nn_DSC8036. jpgn ‘ L’anneau pénien ‘ Androswitch ‘, en fonction de la méthode de contraception calorifique, entre les mains de son créateur Maxime Labrit © Maxime Labrit ‘ nDes ateliers de couture et d’essayage de slipsnnInventé dès la décennie 80 par le Docteur Mieusset, le slip contraceptif a d’abord été porté par des militants de l’association Ardecom ( Association pour la recherche géolocalisée et le développement de la contraception masculine ), créée en 1979 à partir de groupes de paroles de jeunes hommes proches du MLAC ( mouvement de libération de l’avortement et de la contraception ). nnAujourd’hui, les slips contraceptifs peuvent être fournis par le Docteur Mieusset, sous suivi médical. Mais certains choisissent de les fabriquer eux-mêmes, sous leur propre responsabilité. David, 45 ans a participé à un atelier de confection de slip, organisé par le collectif breton Thomas Boulou. Encourageant l’autogestion contraceptive, le collectif a en ligne des conseils de confection et plusieurs didacticiels vidéos pour réaliser son saine slip, en fonction de trois exemplaires au choix : classique, jock-strap ou brassière. “Porter le slip, c’est aussi un imaginaire érotique et équilibré à repenser”, note David. Il poursuit : “En essayant des slips entre hommes, on n’était pas en train de se la mesurer ou de savoir qui pisse le plus haut. C’était un moment précieux qui déplaçait les codes, au-delà de la cooptation virile”. nnn“Des sensations dernieres nouvelles, mais pas désagréables”nnLaurent, 31 ans, a favori porter l’Androswitch, un anneau commercialisé en ligne ( 37€ ) depuis mai 2019 avec la société Thoreme et basé sur la méthode thermique. “Il suffit de l’intégrer dans sa routine. Au début, ça donne des sensations nouvelles, mais pas désagréables ou inconfortables. Imaginez que vous n’ayiez jamais porté de sous-vêtements, et que vous décidez d’en porter un, c’est le même ressenti”. “C’est une piste génialissime pour faire de la contraception dans le respect du corps des personnes, poursuit Laurent. Même avec très peu de moyens, n’importe qui peut utiliser un moyen contraceptif ‘. nnQuelques hommes utilisent aussi une contraception hormonale au protocole validé par l’OMS : une injection hebdomadaire intramusculaire d’un dérivé de la testostérone. La testostérone étant détruite par le foie, elle ne peut pas être prise en pilule. “C’est assez contraignant. Une infirmier doit passer chez moi toutes les semaines pour me faire l’injection, nous explique Thomas, 29 ans, qui a commencé le traitement en janvier. Le produit étant apprécié comme dopant, ne passe pas tout bonnement non plus l’avion. ” Comme son équivalent féminin, la contraception hormonale masculine peut avoir des impressions secondaires : irritabilité, hausse de la libido et de la force . nn“Les offrent peur”nnSi les gentlemens peuvent être sous contraceptif, cela “reste encore trop souvent une affaire de femmes”, certifie Erwan, 40 ans et très actif à Ardecom. les dames sont principalement présentes dans les réunions d’actualités sur la contraception masculine. “Comme si la sexualité était liée aux hommes, et la procréation aux femmes, regrette Franck, 40 ans et vasectomisé. Aux , on parle de Viagra, aux femmes on parle de pilule”. nnPour beaucoup de mecs, “agir sur leur fertilité peut être vécu comme une atteinte à leurs capacités sexuelles”, examine Alain Giami, directeur de recherche émérite à l’INSERM et co-auteur de Droits de l’Homme et sexualité – Vers la notion de droits sexuels ? ( Editions des archives modernes, mars 2019 ). Robin, 33 ans, confirme : “Quand je parle de mon slip contraceptif autour de moi, j’ai le sentiment que les gentlemens proposent peur”. Pourtant, la contraception masculine “pourrait permettre aux hommes de reprendre le contrôle sur leur corps et de faire valoir leurs droits sexuels et reproductifs”, s’enthousiasme Alain Giami. Un choix libérateur. nnn ‘ en suivant une contraception, j’ai éprouvé une sensation d’accomplissement et de confiance partagée au sein de mon couple, une nouvelle liberté dans une sexualité sans procréation ‘, nous confie Maxime, créateur de l’Andro-switch. En dehors de l’intimité de son couple, Maxime a aussi discerné “un méchant sentiment de retraite et d’isolement”, face à des pouvoirs publics et à un corps médical inertes. Quant à Grégoire, avant de recourir à la vasectomie, n’a pu faire la rencontre aucun femme ayant déjà fait cette manoeuvre. nnEn attendant des changements institutionnels, les docteurs Soufir et Mieusset continuent influencer. En janvier 2019, ils proposent dispensé une formation pour 26 médecins sur la contraception masculine. La deuxième session n’a pas pu se faire, faute de subventions pour défrayer les professionnels de la santé. Quant au slip contraceptif du pofessionnel Mieusset, il est en cours d’industrialisation, en vue d’essais cliniques à l’échelle européenne, pour qu’il soit avoué comme un dispositif médical, vendu en pharmacie. Inutile de gacher espoir, nous garantit Erwan. “Comme pour la légalisation de l’IVG, c’est en utilisant ces techniques, malgré l’insuffisance de l’accompagnement de santé, qu’on arrivera à faire pression sur les institutions”.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Conversation avec le Dr Sab Ventura, titulaire d’une subvention de l’ICMnSab Ventura a obtenu son doctorat en pharmacologie de l’Université Monash ( Melbourne, Australie ) en 1992 et a occupé des postes de recherche au Royal Melbourne Hospital, à l’Université de Melbourne, à l’University of Melbourne, au University College London ( Royaume-Uni ) et à la Monash University. Il a été nommé maître de conférences ( enseignement et recherche ) à l’Université Monash en 2004 et occupe toujours ce poste au sein du thème de biologie de la découverte de médicaments du Monash Institute of Pharmaceutical Sciences du campus Parkville de l’Université Monash. Dre Ventura marque aux étudiants de premier cycle en pharmacie et en sciences pharmaceutiques et dirige le Laboratoire de recherche en pharmacologie de la réplication masculine. Il est coauteur de 79 publications évaluées par des pairs et ses études portent sur la physiologie et la pharmacologie des organes reproducteurs masculins en vue de distinguer de nouvelles cibles thérapeutiques pour la contraception masculine. nnQuel est votre lien avec la contraception ? nAu cours de mes études scientifiques de doctorat au milieu des années 1990, j’ai identifié les mécanismes autonomes par lesquels les spermatozoïdes sont transportés de leur site de stockage dans l’épididyme cauda à l’origine de l’urètre avant l’éjaculation. J’ai toujours songé que si ce déplacement de sperme pouvait être inhibé lors de l’éjaculation, aucun spermatozoïde ne est présent dans l’éjaculat. Ceci produirait la contraception masculine par un mécanisme tout bonnement non hormonal. Cependant, ce n’est que récemment que nous avons pu confirmer cette hypothèse avec l’aide de notre modèle de souris génétiquement changée à double suppression. nnEn quoi le secteur a-t-il changé depuis le moment où vous avez commencé à y bosser jusqu’à aujourd’hui ? nIl y a toujours eu des groupes de recherche dans les pays entier qui ont essayé de construire des contraceptifs masculins, mais ils semblent avoir pris de la grandeur avec les réseaux et le grand public. néanmoins, elle reste un secteur de recherche médicale peu financé par les ferments de financement et l’industrie pharmaceutique. La volonté des hommes d’accepter un contraceptif masculin a de plus augmenté dans la jeune génération. nnSelon vous, quels sont les plus grands défis qui affectent la contraception en général et la contraception masculine en particulier ? nLe plus grand défi auquel est confrontée la planification de famille est l’absence d’un contraceptif masculin sûr, efficiente et pratique, ce qui suggère qu’environ cinquante pour cent de la population n’a pas d’option viable pour la contraception. En termes de contraception masculine, les plus grands challenges sont les suivants : surmonter les effets secondaires hormonaux qui sont souvent intolérables ; arrêter les 1 000 spermatozoïdes par deuxième qui sont produits et les quelque 100 centaines de milliers de spermatozoïdes dans un éjaculat en comparaison à un seul ovule tous les mois chez les femmes ; rendre le cheminement facilement réversible ; ne pas nuire au développement du sperme afin que les prochains enfants ne soient pas affectés ; produire un article qui puisse traverser la barrière hémato-testique ; rendre l’usage de contraception aussi facile et peu envahissant que possible ; et divers missions sociaux et culturels. nnCes défis et ces possibilités ont-ils évolué avec le temps ? Si oui, comment ? nLes questions sociales paraissent avoir évolué le plus récemment. de nos jours, les gentlemens paraissent beaucoup plus disposés qu’auparavant à utiliser la contraception et à assumer la responsabilité de la planification familiale. C’est ce qui ressort des multiples publications en sciences sociales sur le sujet. De même, la littérature en sciences sociales montre aussi que les femmes sont beaucoup plus disposées qu’auparavant à choisir leurs partenaires pour jouer un rôle dans la planification de famille et la contraception. nnQuels sont vos espoirs pour la postérité près et proche de la contraception masculine ? nJ’espère que dans un près futur, de nombreuses dernieres nouvelles stratégies non hormonales de contraception masculine feront l’objet de études dans le cadre préclinique. Dans un avenir pas trop proche, j’espère qu’un contraceptif masculin sûr, infaillible, facilement réversible et pratique à administrer sera mis sur le marché. Cela permettra à la population générale de décider s’il existe effectivement une fibre viable pour un tel produit. Une perspective positive à l’égard de la contraception masculine librement disponible peut alors conduire à la mise sur le marché d’autres contraceptifs masculins de manière qu’un jour sans doute même les gentlemens auront le choix entre diverses alternatives de contraception masculine. nnQue faudra-t-il pour qu’ils deviennent réalité ? nArgent : plus y a de sous disponible pour soutenir la recherche sur les contraceptifs masculins, plus cette recherche progressera rapidement. Cela arrivera avec certitude un jour, ce n’est qu’une question de temps. Par exemple, à l’heure existante, mon projet de recherche est financé pour appuyer un chercheur à temps plein et deux étudiants diplômés en recherche. Cependant, si une compagnie pharmaceutique voulait sérieusement construire un contraceptif coté masculin, elle peut avoir 50 personnes travaillant sur le projet. nnExiste-t-il des obstacles pour les empêcher de se concrétiser ? nParmi les autres obstacles, nous pouvons citer les problèmes de financement et les obstacles médicaux mentionnés précédemment, l’un des principaux étant la réticence des générations plus âgées à accepter que la contraception masculine soit effectivement une option viable pour la planification de famille. nnVeuillez donner toute anecdote tirée de votre aptitude de travail dans le secteur. nMalgré l’absence de soutien de la part des organismes de financement et du pha

    La contraception masculine – contraception masculine

    présentez contraception avec votre partenaire : Quelles sont les possibilités ? nCe billet de site web invité est de Jack Burke, un défenseur en ligne de la santé mentale, physique et sexuelle des hommes. Il croit que le chemin vers le vrai bien-être commence et se termine par des soins personnels. nnTout le monde sait que la clé d’une relation réussie est la communication. Parler ouvertement et honnêtement à votre partenaire de vos opinions et de vos préférences sur tous les sujets est la meilleure façon de créer un lien étroit et durable. C’est spécialement vrai lorsqu’il s’agit de porno, mais la conversation est plus importante que les positions et préférences préférées. Une partie de la conversation qui est si souvent négligée est celle sur la contraception ; quelles sont les techniques les plus agréables, énergiques et favorites ? Trop souvent, on présume que l’homme portera simplement un condom ou que la femme prendra la pilule contraceptive. Quelles sont les options réelles et quels sont les possibilités et les inconvénients de chacune ? nnPréservatifsnnLes préservatifs proposent toujours été la forme de contraception la plus courante chez les gentlemens. Cela est dû au fait qu’ils sont largement disponibles et, pour la plupart, rentables. Le manque actuel de possibilités diverses dans le secteur de la contraception masculine a forcé les préservatifs à être perçus comme le choix ‘ à faire ‘. Avec le temps, cette attitude a amené les hommes à croire que les préservatifs sont aussi bons que la contraception masculine ne peut l’être, ce qui est évidemment faux. nnLes sociétés de préservatifs afficheront de temps en temps un taux de réussite de 98 %, mais si l’on tient compte de l’utilisation abusive et d’autres erreurs, le taux moyen tombe à 150 %. Si vous et votre partenaire choisissez d’employer des préservatifs, assurez-vous de les utiliser correctement pour éviter les grossesses tout bonnement non désirées et les MST. nnLes préservatifs internes ( autant nommés préservatifs féminins ) sont de plus une option, mais ils offrent un taux de succès inférieur à celui des préservatifs masculins. Elles demandent aussi souvent un ajustement, une lubrification supplémentaire et dans certains cas une réinsertion, ce qui peut interrompre les rapports graveleux pour vous et votre partenaire. nnN’importe où entre 1% et 6% des Américains souffrent d’une allergie au latex, qui pour une femme peut faire l’attachement avec un préservatif véritablement génant, mais aussi apporter des problèmes de santé. Une émotion au latex peut ne se manifester qu’après des expositions répétées, alors soyez attentif à toute irritation que vous pourriez ressentir après avoir utilisé des condoms. malgré que les préservatifs soient une technique familière pour les rapports porno protégés, est important de parler ouvertement non seulement des possibilités, et par dessus le marché des risques qui accompagnent leur utilisation en tant que couple. nnContraception oralennLes pilules contraceptives pour dames font souvent la manchette en 2019, étant injustement politisées d’un côté ou de l’autre. Parce qu’on en parle beaucoup, on peut facilement supposer que la majorité des femmes prennent actuellement ‘ la pilule ‘, mais ce n’est pas du tout le cas. Selon le Guttermacher Institute, seulement vingt cinq, neuf % des femmes emploient la contraception orale, tandis qu’une autre enquête récente a révélé que 70 % des femmes offrent déclaré avoir cessé de prendre la pilule ou avoir envisagé de l’arrêter lors des trois dernières années. nnAu dire de tous, la pilule est efficace à presque 100 %, lorsqu’elle est utilisée correctement, mais cela ne veut pas dire que les femmes doivent se tracasser pour que leurs ordonnances soient exécutées en valent réellement la peine. Certaines marques préférées de contraception orale ne sont pas couvertes par certains programmes alimentaires . Et même lorsqu’elles sont disponibles, les pilules contraceptives proposent leurs effets secondaires communs ; il est par conséquent important que les femmes trouvent celle qui leur correspond le mieux. nnActuellement, il n’y a pas d’options contraceptives orales pour les hommes, ce que nous trouvons inacceptable. bien que la recherche interne soit en cours depuis un moment déjà, il a fallu lutter pour que toute solution viable soit mise en marché. jusqu’à ce que cette option soit prêt dans le commerce, assurez-vous que la femme avec qui vous êtes est à votre aise avec la contraception et qu’elle est au courant de tout effet secondaire possible. nnChirurgiennQuand on y pense, est assez choquant de remarquer que l’une des formes les plus habituelles de contraception, tant pour les hommes que pour les femmes, est la chirurgie. La demande d’une méthode contraceptive fiable est si forte que nous demeurons prêts à faire modifier notre corps chirurgicalement pour l’obtenir. Cela ne devrait pas être le cas, et toutefois la ligature des trompes est la deuxième forme de contraception féminine la plus célèbre aux États-Unis. La vasectomie, même si elle est considérée comme une intervention beaucoup plus sûre, plus rapide et moins invasive, est beaucoup moins populaire. Pourtant, plus de 500 000 chaque année choisissent encore de opérer. nnBien qu’une vasectomie soit juger comme une intervention chirurgicale mineure, elle n’est pas sans danger. Des études antérieures offrent tenu une relation statistique entre les patients ayant subi une vasectomie et les gentlemens qui développent un cancer de la prostate ultérieurement dans leur vie. de plus, bien qu’une vasectomie n’affecte pas physiquement votre libido, les sensations psychologiques envisageables de l’opération peuvent parfois causer une dysfonction érectile. Même après une vasectomie, la stérilisation permanente n’est pas garantie, ce qui est avec certitude problématique. nnToute intervention chirurgicale est une décision qui ne doit pas être prise à la légère. Vous et votre partenaire devriez en discuter longuement ( et avec un professionnel ) pour vous assurer que vous faites ce qui est le mieux pour vous deux. nnL’avenir de la contraceptionnnComme vous pouvez le constater, aucune de ces possibilités n’est parfaite ; elles offrent toutes leurs atouts et leurs inconvénients. Un jour viendra où nous pourrons nous vanter d’avoir un contraceptif sûr, tout bonnement non hormonal et réversible pour les hommes, qui nous permettra d’élargir cette conversation outre ce que nous savons actuellement. Augmenter le volume de solutions contraceptives à l’avenir offrira aux paires un plus grand panel d’options et vous permettra, à vous et à votre partenaire, de prendre la décision la plus pertinente et la plus sûre pour votre santé et votre relation. nnContraceptionContraceptionMâle Contraception

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Aujourd’hui, les femmes hommes et femmes sont équipés d’une grande diversité de solutions contraceptives, y compris les pilules quotidiennes, les implants, les DIU et autres. Cependant, n’existe toujours pas de méthode contraceptive équivalente pour les hommes, qui se sont toujours limités au retrait, aux préservatifs et à la stérilisation, ce qui impose le fardeau de la prévention de la grossesse aux femmes. nnUne étude neuve, coparrainée par les Nations Unies et publiée dans le Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism, visait à changer cette situation en testant l’innocuité et l’efficacité d’un nouveau contraceptif pour . Il s’agissait d’une étude clinique de phase II portant sur 320 en excellente forme. On a injecté aux hommes une combinaison de testostérone et de noréthistérone – un dérivé d’une hormone que l’on trouve dans de multiples pilules contraceptives – dans l’espoir que la testostérone supplémentaire enverrait un signal au cerveau pour arrêter la constitution de testostérone en raison des type déjà suffisants. Par conséquent, la création de sperme diminuerait aussi énormément, ce qui rendrait les gentlemens temporairement stériles. nnLes premiers retombées étaient très prometteurs et suggéraient que le médicament était très infaillible. Le contraceptif a été efficiente à 96 % pour prévenir la grossesse chez les partenaires monogames des hommes, et après que les gentlemens ont cessé de bénéficier des injections, la plupart offrent recommencé à compter les spermatozoïdes fertiles en 26 semaines environ. Toutefois, les gentlemens ont signalé plusieurs d’effets secondaires négatifs qui ont été jugés trop pour poursuivre l’essai. Les sensations secondaires négatifs signalés par les personnes comprenaient les éruptions cutanées, une hausse de la libido, des problèmes émotionnels, des douleurs au point d’injection et des douleurs sur les fibres musculaires. Un homme a souffert de dépression grave et un autre a tenté de se suicider, bien qu’il ait ensuite été est établi que cela n’avait aucun rapport avec l’étude. Plusieurs offrent abandonné l’étude plus rapidement et, plus tard, deux comités indépendants ont décidé d’abréger l’étude. nnCela a suscité une rangée de controverses, car les femmes proposent fait noter que beaucoup des effets secondaires signalés étaient semblables ou moins toxiques que les sensations secondaires de nombreuses alternatives contraceptives féminines déjà sur le marché. Cependant, en vue de repérer si ces impressions étaient vraiment mineurs ou vraiment pas, il est fondamental de les confronter objectivement avec les datas disponibles sur l’utilisation des contraceptifs des femmes. nnLe contraceptif a été efficace à 96 % pour prévenir la grossesse chez les partenaires monogames des hommes, et après que les gentlemens proposent cessé de profiter des injections, la plupart offrent recommencé à partir les spermatozoïdes fertiles en 26 semaines en moyenne. Dans l’essai sur la contraception masculine, 4, 7 % des hommes offrent reconnu des sautes d’humeur et 2, 8 %, une dépression. En revanche, lors de l’utilisation d’un DIU, approuvé par la FDA : présentation, 5, 2 % des femmes ont signalé des sautes d’humeur et 5, 4 % des cas de dépression. En plus de ces impressions secondaires, les femmes proposent de plus éprouvé des douleurs abdominales, des kystes ovariens, des maladies de tête, de l’acné et des saignements menstruels abondants. Les DIU peuvent aussi, dans de rares cas, provoquer une septicémie ou perforer l’utérus. De même, les pilules contraceptives hormonales sont connues depuis longtemps pour déclencher des maladies de tête, des nausées, des crampes, des infections à levures, des sautes d’humeur et un gain de poids. Plus récemment, une étude de plus d’un million de meufs, publiée dans JAMA Psychiatry, a divulguer que les femmes qui utilisaient des contraceptifs hormonaux lecteurs étaient 23 % plus susceptibles de se voir prescrire des antidépresseurs. nnAinsi, s’avère que les contraceptifs des femmes approuvés par la FDA actuellement sur le marché ont des effets secondaires qui sont tout autant , sinon pires, que ceux subis par les patientes pendant l’essai de contraception masculine injectable. Mais étant donné qu’il n’y a pas d’urgence pour les compagnies pharmaceutiques à construire des contraceptifs masculins, le domaine se contente d’attendre que des méthodes de contraception sûres et énergiques soient développées. a l’heure actuelle, une méthode tout bonnement non hormonale très prometteuse est à l’étude, appelée Vasalgel, un givre polymère injecté dans les canaux déférents de l’homme. Le canal déférent est un tube étroit qui ammène le sperme. Le polymère forme une barrière et empêche le passage des spermatozoïdes dans le canal déférent. Cette approche prometteuse est réversible puisqu’une deuxième injection peut dissoudre ce polymère, ce qui rétablit efficacement l’écoulement du sperme, et pourrait être un premier pas à proximité de la suppression d’une fraction du fardeau de la prévention de la grossesse chez les femmes. Une pilule contraceptive masculine, par contre, n’est sûrement pas encore prête avant des années.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Spermatogenèse – Mécanismes de la contraception masculinenLe système reproductif humain est un ensemble complexe de facteurs interdépendants, dont beaucoup sont nécessaires à une fertilité soutenue. En interrompant ne serait-ce qu’un seul de ces cheminement indispensables, nous pouvons trouver de nouvelles façons de produire des contraceptifs non hormonaux excitants pour les gentlemens. L’un des principes harmonieux est la fabrication de spermatozoïdes, ou spermatogenèse. nnPas de spermatogenèse, pas de spermatocytes, pas de spermatozoïdes, pas de spermatozoïdes. nLa spermatogenèse est la fabrication de spermatozoïdes matures depuis cellules germinales. Les cellules germinales précoces, appelées spermatogonies, résident à la périphérie des tubules séminifères du testicule. Cette population a à la fois des cellules souches et des spermatogonies de différenciation, qui éprouvent une série de divisions mitotiques pour amplifier le nombre de cellules. Les cellules germinales entrent alors dans la méiose, la deuxième période de la spermatogenèse, et sont appelées spermatocytes. Pendant la méiose, la recombinaison génétique se produit et les spermatocytes subissent deux divisions qui divisent par deux le nombre de chromosomes existants dans chaque cellule. nnspermatogenèse de la cellule germinale au spermenLe cheminement de spermatogenèse, qui commence avec une cellule souche spermatagonale et se termine avec plusieurs spermatozoïdes complètement formés. Photo adaptée d’OpenStax College distribuée sous licence CC-BY 3. 0. nPendant la spermiogenèse, période finale de la spermatogenèse, les cellules germinales haploïdes ( spermatides ) subissent d’importants changements et ressemblent d’autant plus à ce que nous appelons le sperme classique, avec des queues et autres structures comme l’acrosome. nnEnfin, les spermatozoïdes vraiment pas mobiles sont transportés à proximité de l’épididyme. Les spermatozoïdes endurent un cheminement de repos pendant leur transit dans l’épididyme. En conséquence, ils acquièrent la capacité de mobilité vers l’avant et deviennent compétent de fécondation. nnUne manière d’influencer la spermatogenèse est de manipuler les niveaux d’hormones. Des tentatives cliniques sont en cours sur la conception de contraceptifs hormonaux masculins, mais il existe de nombreuses approches non hormonales pour stopper la spermatogenèse ou interférer avec la maturation épididymique. nnUn médicament qui arrête la spermatogenèse aurait des spécificités intéressantes, y compris un temps d’apparition potentiel de 2 à 3 mois. C’est parce qu’il faut un moment pour que les spermatozoïdes se développent et se préparent à l’action, et même après avoir cessé la spermatogenèse, tous les spermatozoïdes existants dans le pipeline resteraient encore. nnMCI a financé des projets dans cette activité, comme Gunda Georg à l’Université du Minnesota et son travail sur TSSK1/2. D’autres projets dans des institutions du dans le monde se concentrent sur différentes approches pour perturber temporairement la spermatogenèse ou la maturation épididymique afin de prévenir la réalisation de spermatozoïdes fonctionnels. nnIl y a plus d’une manière de contracepter. nLa duplication est un appareil grande et difficile, avec de multiples méthodes de mettre un frein temporaire sur le processus. La prévention de la spermatogenèse est l’un des moyens de fabriquer la prochaine génération de contraceptifs masculins. D’autres projets axés sur la prévention du transport, de la motilité et de la fécondation des spermatozoïdes sont en cours de réalisation. nnEnsemble, nous espérons que ces sociétés scientifiques créeront de multiples formes de contraception masculine avec des profils de produits variés qui répondent aux besoins d’un plus grand nombre d’utilisateurs. nn

    La contraception masculine – contraception masculine

    Qu’est-ce que le Vas Deferens ? nQu’est-ce que le canal déférent ? nLe canal déférent fait partie du dispositif reproducteur masculin. Le canal déférent se compose de deux canaux dont le but est de transporter le sperme éjaculatoire hors de l’épididyme. Les canaux déférents gauche et droit relient chaque côté de l’épididyme aux canaux éjaculateurs de notre corps coté masculin. Chaque canal déférent est alimenté par une artère qui dérive de l’artère vésiculaire supérieure. nnChaque canal déférent est un tube aux alentours de un pied ( 12 pouces ) de dimension et protégé par une muscle lisse. Cette muscle se contracte de manière réflexive l’éjaculation dans un process nommé péristaltisme pendant l’orgasme. C’est le processus qui permet aux spermatozoïdes de s’écouler à travers le canal déférent et d’obtenir l’urètre. Sur son chemin, le sperme recueille les sécrétions de la prostate, des glandes bulbo-urétrales et des vésicules séminales. nnUne incision permanente est réalisée dans chaque canal déférent lors d’une vasectomie, une méthode de contraception masculine. Une méthode moderne de contraception masculine et de contrôle des naissances dans le développement de la géolocalisation implique aujourd’hui l’injection de matériel dans le canal déférent pour obstruer l’écoulement du sperme. Les chercheurs agissent à faire en sorte que cette nouvelle méthode de vasectomie soit sécurité et réversible. nnPour en savoir plus sur les vasectomies réversibles et autres appareils contraceptifs masculins occlusifs, cliquez ici.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Qu’est-ce que l’épididyme ? nDans le système reproducteur masculin, l’épididyme et le canal déférent s’avèrent être le système canalaire des organes reproducteurs masculins. Ces conduits se trouvent le long des testicules. L’épididyme est des deux canaux enroulés ( un pour tout testicule ) qui se raccorde au canal déférent. nnL’épididyme comporte trois parties. Près du sommet des testicules se trouve la tête de l’épididyme, qui stocke les spermatozoïdes jusqu’à ce qu’ils soient prêts à mûrir. de même, y a le corps, un long tube torsadé où les spermatozoïdes mûrissent. Cette maturation dure en moyenne une semaine. Le dernier est la tige, qui se connecte au canal déférent, aussi appelé canal déférent ou canal déférent. De là, le sperme est transporté dans le canal éjaculatoire. nnL’épididyme est une partie peu connue et bien documentée du dispositif reproducteur masculin. Des chercheurs du Royaume-Uni proposent remarqué que l’un des sensations secondaires d’un médicament exploité pour traiter des maladies comme la schizophrénie et l’hypertension artérielle est de bloquer l’éjaculation. Ces chercheurs ont trouvé le mécanisme d’action de ce médicament : En fermant les canaux dans l’épididyme et le canal déférent, le passage du sperme est empêché. Le sperme reste alors dans les canaux déférents du canal vasculaire et est de manière naturelle recyclé par le groupe. nn nnCes chercheurs offrent mis au point un contraceptif contraceptif pour appelé la pilule pour draps propres. Pour en savoir plus à ce sujet et sur d’autres solutions contraceptives masculines réversibles tout bonnement non hormonales sûres, cliquez en ce lieu.

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Pourquoi la contraception masculine : Dr John AmorynLa population mondiale dépasse sept 000 000 000 d’habitants, augmente de 60 millions tous les ans et atteindra à coup sûr 9 à 10 milliards en 2050 ( 1 ). La croissance démographique est l’une des majeures causes de la dégradation de l’environnement et de la douleur humaine due à la pauvreté et à la faim ( 2 ). Une grande partie de cette croissance démographique est involontaire. En 2008, 41 % de toutes les grossesses dans le monde n’étaient pas planifiées et vingt pour cent de toutes les grossesses se sont terminées par un avortement, entraînant 47 000 décès maternels dus à des avortements vraiment pas médicalisés ( 3, 4 ). Aux États-Unis, le taux de grossesses non désirées est de 48 % et 18 % de toutes les grossesses se terminent par un avortement, ce qui représente 1, 1 million d’avortements annuellement ( 3 ). nnCe taux élevé de grossesses vraiment pas désirées est dû à une utilisation et/ou un accès inadéquats aux solutions de contraception. L’accès à la contraception réduit vraiment la croissance démographique et les taux d’avortement, ce qui se traduit par des améliorations positives de la santé néonatale et maternelle ( 5 ). a part l’atténuation de la croissance démographique internationale, appeler la contraception moderne et à de meilleurs soins de hôpital dans les pays entier permet d’éviter 1, 7 million de décès néonatals et 251 000 décès maternels tous les ans ( 5 ). Par conséquent, il y a un grand besoin d’un meilleur accès aux contraceptifs , d’une meilleure éducation en terme de contraception et d’un plus grand nombre de possibilités contraceptives, tant aux États-Unis que dans les pays. nnAux États-Unis, 30 % de toute la contraception actuellement pratiquée est commandée par un garçon, vingt pour cent de tous les couples utilisant des préservatifs et 10 % des paires ayant recours à la vasectomie ( 6 ). Ces deux méthodes de contraception masculine montrent des problème technique importants. Les préservatifs, tout en proposant une certaine sécurité contre les infections sexuellement transmissibles, proposent une efficacité contraceptive marginale ( 7 ), et la vasectomie, qui est onéreuse et compliqué à inverser efficacement, est considérée comme une méthode de contraception masculine irréversible à plus juste titre ( 8 ). Un contraceptif masculin réversible est bien accueilli par une grande majorité de gars ( 9, 10 ) et aurait un profit marqué pour réduire le taux de grossesses non désirées, la croissance vraiment pas viser de la population et leurs sensations. nn———–nnLe Dr John Amory est professeur de médecine à l’Université de Washington, où ses recherches portent sur le développement de toutes nouvelles formes de contraception masculine. La Dre Amory siège autant au conseil consultatif de l’Initiative sur la contraception masculine.