• contraception masculine
  • slip contraceptif
  • contraceptif masculin injection – vaséctomie

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Les trois techniques très en vogue actuellement de contraception masculinennEn dehors des solutions naturelles, le coït interrompu et «l’abstinence» ainsi que le préservatif, existe trois méthodes très en vogue actuellement de contraception à la disposition des mecs. La contraception masculine thermique ( CMT ), la contraception hormonale masculine ( CHM ) et la vasectomie. Vous ne les avez connaissance pas réellement ? Normal, les médecins ne les prescrivent pas, les réseaux n’en parlent pas et les s’en désintéressent ! n nLa contraception masculine calorifique ( CMT ) nLa chaleur testiculaire est de 2 à 4° C en dessous de la bouillonnement corporelle, c’est cette différence de température qui permet une spermatogenèse moyenne. La spermatogenèse est le process de génération des spermatozoïdes, qui a lieu dans les canaux séminifères des testicules. nnLa méthode de contraception calorifique masculine se résume à élever la bouillonnement des testicules de presque 2° C, ce qui provoque un action inhibiteur sur la réalisation de spermatozoïdes. L’élévation de la bouillonnement est obtenue en déplaçant les testicules du scrotum dans la poche inguinale superficielle. nnLes testicules sont maintenus dans cette position par le port d’un sous-vêtement particulier qui est constitué de 95% en coton et 5 % d’élastomère. Ce dessous se doit d’être porté une quinzaine d’heures par 24h. nnL’efficacité contraceptive est effective au bout de deux à quatre mois de port du sous-vêtement. L’utilisation de ce sous-vêtement particulier n’entraîne ni douleur, ni inconfort, ni lésions cutanées. nnLa CMT est réversible. La fécondité peut être rétablie en six à neuf mois. La durée maximum de la CMT est de 4 ans afin que la réversibilité soit possible. nnL’efficacité de cette méthode a été évaluée auprès de 51 couples, elle a autant d’efficacité qu’une contraception hormonale féminine. nnLa contraception hormonale masculine ( CHM ) nnLa contraception hormonale est directement associée à la pilule prescrite aux femmes et rarement aux hommes. Pourtant depuis les premiers tentatives en 1972 bien des progrès offrent été faits. Ces premiers tentatives consistaient en injections hebdomadaires de testostérone pour faire descendre la concentration considérée normale de spermatozoïde de 20 millions et plus à moins de 3 centaines de milliers. nnL’idée était comme pour la pilule féminine de freiner la participation des organes génitaux et donc de bloquer la sécrétion des gonadotrophines, hormones du cerveau agissant sur la production de spermatozoïdes ou les ovocytes. nnL’injection de testostérone agit sur les gonadotrophines signalant qu’il n’y a plus besoin d’activer les testicules d’où une section de la testostérone est produite. Il s’agit d’un effet contradictoire, puisqu’on injecte une hormone pour arrêter sa sécrétion et stopper ainsi la spermatogénèse. nnLa méthode demande une injection car la testostérone et la progestérone sont dégradables par le foie quand absorbés par direction orale. nnDeux solutions proposent été développées, testostérone, et testostérone avec progestatif. nnL’OMS a été l’instance le plus actif dans ce domaine de recherche. Selon ses conseils la durée d’utilisation de cette contraception est limitée à 10 huit mois. nnLa CHM est recommandée pour des hommes de vingt cinq a quarante cinq ans n’ayant pas certains antécédents ( cardiovasculaires, hépatiques, cancers, d’obésité, psychiatriques, etc ) ou ne consommant pas de tabac une injection d’énanthate de testostérone ( ET ) de 200 mg en intramusculaire une fois par semaine. nnPour être efficace il faut qu’entre un et trois mois de traitement, la concentration de spermatozoïdes soit inferieure à 1 million/ml. Si ce résultat n’est pas obtenu dans ces délais la contraception ne sera pas poursuivie. nnLes améliorations sont possibles avec ajout d’un progestatif ou avec un autre androgène, l’undéconoate de testostérone qui demanderait qu’une injection toutes les 10 semaines. nnLes contraceptifs hormonaux masculins paraissent avoir moins d’effets secondaires que n’avaient les contraceptifs féminins au moment de leur sortie et pourtant ils restent confidentiels. Ils peuvent être : apparition d’acné, augmentation de l’agressivité et libido excessive, prise de poids, modifications de la option sanguine ( hématocrite élevée ), hypertension, dépression, asthénie, aphtose, prostatite aiguë, pneumonie, syndrome de françois. Ils sont arrivés chez vingt cinq des 157 hommes à qui avait été inventé une contraception hormonale. nnIls sont toujours réversibles dans une durée de trois ou 4 mois après l’arrêt du traitement. nnLa prescription est limitée car contrairement aux femmes dont la santé sexuelle et reproductrice est surveillée par une seule spécialité médicale, la gynécologie, les gentlemens ne se font suivre qu’en cas de problèmes de santé par différentes spécialités médicales. J C Soufir ( endocrinologie, Cochin ), à la base diabétologue, un des peu communs prescripteurs et défenseur de la méthode hormonale de contraception, remarque la facilité d’accès à l’information pour cette méthode. nnLa vasectomienLa vasectomie est une méthode définitive de contraception masculine. C’est une manoeuvre bénigne qui consiste à ligaturer les canaux déférents pour empêcher les spermatozoïdes de se mixer au liquide spermatique. Ces deux minces canaux servent à conduire les spermatozoïdes – produits par les testicules – dans l’urètre. nLa rencontre d’un spermatozoïde et d’un ovule peut entraîner la survenue d’une grossesse. En l’absence de spermatozoïde dans le liquide séminal, la fécondation n’est plus possible. nL’opération est rapide et banale et en règle générale réalisée sous anesthésie locale. nLa vasectomie est infaillible à presque 100% et irréversible. Mais arrive dans certains cas que les corps médicaux soient nommés à ré-intervenir. Cette ré-intervention peut être douloureuse, elle est techniquement plus dur et coûte un peu chère et ne réussit pas toujours. nLa conservation du sperme dans une banque du sperme avant l’intervention est envisageable. nL’efficacité de l’opération est quasi indeniable. Mais dans 2 cas sur 1000, des spermatozoïdes restent existants dans le sperme plusieurs mois après l’opération. c’est pourquoi faut réaliser un spermogramme de contrôle. Le médecin recommande 15 à 20 éjaculations avant la première l’étude de spermenLa vasectomie n’est pas une castration : les hormones responsables de la virilité ne sont pas impactées par l’opération. La vasectomie ne modifie et même l’envie sexuel, et même la fréquence ni la durée des érections. nLa vasectomie est véritablement peu menée en France, alors qu’en Scandinavie, aux USA et en Australie, c’est une manoeuvre grandement populaire. 30 000 Belges et 500 000 Européens ont choisi la vasectomie comme moyen de contraception.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Conversation avec le Dr Sab Ventura, détenteur d’une subvention de l’ICMnSab Ventura a obtenu son doctorat en pharmacologie de l’Université Monash ( Melbourne, Australie ) en 1992 et a occupé des postes de recherche au Royal Melbourne Hospital, à l’Université de Melbourne, à l’University of Melbourne, au University College London ( Royaume-Uni ) et à la Monash University. Il a été nommé maître de conférences ( enseignement et recherche ) à l’Université Monash en 2004 et occupe toujours ce poste au sein du graphisme de biologie de la découverte de médicaments du Monash Institute of Pharmaceutical Sciences du campus Parkville de l’Université Monash. Dre Ventura enseigne aux élèves de premier cycle en pharmacie et en sciences pharmaceutiques et dirige le Laboratoire de recherche en pharmacologie de la duplication masculine. Il est coauteur de 79 publications évaluées par des pairs et ses études portent sur la physiologie et la pharmacologie des organes reproducteurs masculins en vue de distinguer de nouvelles cibles thérapeutiques pour la contraception masculine. nnQuel est votre lien avec la contraception ? nAu cours de mes études de doctorat au milieu des années 1990, j’ai identifié les dispositifs autonomes par lesquels les spermatozoïdes sont transportés de leur site d’accumulation dans l’épididyme cauda à la base de l’urètre avant l’éjaculation. J’ai toujours songé que si ce transport de sperme pouvait être inhibé lors de l’éjaculation, aucun spermatozoïde ne serait présent dans l’éjaculat. Ceci produirait la contraception masculine par un mécanisme non hormonal. Cependant, ce n’est que récemment que nous avons pu valider cette hypothèse avec l’aide de notre modèle de souris génétiquement modifiée à double réduction. nnEn quoi le secteur a-t-il changé à partir du moment où vous avez commencé à y bosser jusqu’à aujourd’hui ? nIl y a toujours eu des groupes de recherche dans le monde entier qui ont essayé de fabriquer des contraceptifs masculins, mais ils paraissent avoir pris de l’ampleur avec les réseaux et le grand public. cependant, elle reste un domaine de la santé de recherche médicale peu financé par les ferments de financement et l’industrie pharmaceutique. La volonté des mecs d’accepter un contraceptif coté masculin a de plus augmenté dans la jeune génération. nnSelon vous, quels sont les plus grands défis qui affectent la contraception en général et la contraception masculine notamment ? nLe plus grand défi auquel est confrontée la planification familiale est l’absence d’un contraceptif masculin sûr, efficace et pratique, ce qui veut dire qu’environ cinquante pour cent de la population n’a pas d’option viable pour la contraception. En termes de contraception masculine, les plus grands défis sont les suivants : survivre les effets secondaires hormonaux qui sont souvent intolérables ; arrêter les 1 000 spermatozoïdes par 2nd qui sont produits et les quelque 100 centaines de milliers de spermatozoïdes dans un éjaculat en comparaison à un seul ovule chaque mois chez les femmes ; rendre le process facilement réversible ; ne pas nuire au développement du sperme dans le but les prochains enfants ne soient pas affectés ; produire un produit qui puisse traverser la barrière hémato-testique ; rendre l’usage de contraception aussi facile et peu envahissant que possible ; et différents missions sociaux et culturels. nnCes défis et ces possibilités ont-ils évolué avec le temps ? Si oui, comment ? nLes questions sociales paraissent avoir évolué le plus récemment. de nos jours, les hommes paraissent beaucoup plus disposés qu’auparavant à utiliser la contraception et à assumer la responsabilité de la planification familiale. C’est ce qui ressort des multiples publications en sciences sociales sur le sujet. De même, la littérature en sciences sociales montre également que les femmes sont beaucoup plus disposées qu’auparavant à choisir leurs partenaires pour jouer une fonction dans la planification de famille et la contraception. nnQuels sont vos espoirs pour l’avenir près et lointain de la contraception masculine ? nJ’espère que dans un proche avenir, de multiples toutes nouvelles stratégies vraiment pas hormonales de contraception masculine feront l’objet de études dans le cadre préclinique. Dans un avenir pas trop lointain, j’espère qu’un contraceptif masculin sûr, infaillible, facilement réversible et pratique à administrer sera mis sur le marché. Cela permettra à la population générale de choisir s’il existe effectivement un marché viable pour un tel produit. Une perspective positive à l’égard de la contraception masculine de manière libre disponible peut alors conduire à la mise sur le marché d’autres contraceptifs masculins de sorte qu’un jour peut-être même les hommes auront le choix entre différentes alternatives de contraception masculine. nnQue faudra-t-il pour qu’ils deviennent réalité ? nArgent : plus il y a d’argent disponible pour soutenir la recherche géolocalisée sur les contraceptifs masculins, plus ce besoin progressera rapidement. Cela arrivera avec certitude un jour, ce n’est qu’une question de temps. Par exemple, à l’heure existante, mon projet de recherche est financé pour presser un chercheur à temps plein et deux élèves diplômés en recherche. Cependant, si une compagnie pharmaceutique voulait sérieusement réaliser un contraceptif masculin, elle peut avoir 50 personnes intervenant sur le projet. nnExiste-t-il des obstacles pour les empêcher de se concrétiser ? nParmi les autres obstacles, il est possible de citer les problèmes de financement et les obstacles médicaux mentionnés avant cela, l’un des principaux étant la réticence des générations plus âgées à accepter que la contraception masculine soit effectivement une option viable pour la planification de famille. nnVeuillez offrir toute anecdote tirée de votre aptitude de travail dans le secteur. nMalgré le manque de soutien de la part des ferments de financement et du pha

    La contraception masculine – slip contraceptif

    parler de contraception avec votre partenaire : Quelles sont les options ? nCe billet de site web invité est de Jack Burke, un défenseur en ligne de la santé mentale, physique et sexuelle des mecs. Il croit que le sentier en direction du vrai bien-être commence et se termine par des soins personnels. nnTout le monde sait que la clé d’une relation réussie est la communication. Parler ouvertement et honnêtement à votre partenaire de vos opinions et de vos préférences sur tous les sujets est la meilleure façon de réaliser une liaison serré et solide. C’est spécialement vrai quand il s’agit de sexe, mais la conversation est plus importante que les postures et préférences préférées. Une partie de la conversation qui est si souvent négligée est celle sur la contraception ; quelles sont les solutions les plus agréables, efficaces et préférées ? Trop souvent, on présume que l’homme portera simplement un condom ou que la femme prendra la pilule contraceptive. Quelles sont les alternatives véritables et quels sont les avantages et les inconvénients de chacune ? nnPréservatifsnnLes préservatifs offrent toujours été la forme de contraception la plus courante chez les gentlemens. Cela est dû au fait qu’ils sont grandement disponibles et, pour la plupart, rentables. Le manque actuel d’options diverses dans le secteur de la contraception masculine a forcé les préservatifs à être perçus comme le choix ‘ à faire ‘. Avec le temps, cette attitude a amené les gentlemens à imaginer que les préservatifs sont aussi bons que la contraception masculine ne peut l’être, ce qui est évidemment faux. nnLes sociétés de préservatifs afficheront souvent un taux de réussite de 98 %, mais si l’on tient compte de l’utilisation abusive et d’autres erreurs, le taux moyen tombe à 150 %. Si vous et votre partenaire choisissez d’utiliser des préservatifs, assurez-vous de les utiliser convenablement pour éviter les grossesses tout bonnement non désirées et les MST. nnLes préservatifs internes ( aussi appelés préservatifs des femmes ) sont également une option, mais ils proposent un taux de succès inférieur à celui des préservatifs masculins. Elles demandent aussi souvent un ajustement, une lubrification supplémentaire et dans certains cas une réinsertion, ce qui peut interrompre les rapports graveleux pour vous et votre partenaire. nnN’importe où entre 1% et 6% des Américains souffrent d’une allergie au latex, qui pour une femme peut faire l’attachement avec un préservatif vraiment génant, mais aussi créer des problèmes de santé. Une sensibilité au latex peut ne se manifester qu’après des expositions répétées, alors soyez attentif à toute irritation que vous pourriez ressentir après avoir employé des condoms. malgré que les préservatifs soient une pratique familière pour les rapports sexy protégés, est capital de parler ouvertement non seulement des atouts, mais aussi des risques qui accompagnent leur utilisation en tant que couple. nnContraception oralennLes pilules contraceptives pour femmes font souvent la manchette en 2019, étant injustement politisées d’un côté ou de l’autre. Parce qu’on en parle beaucoup, on peut sans problème supposer que la majorité des femmes prennent actuellement ‘ la pilule ‘, mais ce n’est pas du tout le cas. Selon le Guttermacher Institute, seulement 25, 9 % des femmes emploient la contraception orale, tandis qu’une autre enquête récente a divulguer que 70 % des femmes ont déclaré avoir cessé de prendre la pilule ou avoir envisagé de l’arrêter au cours des trois dernières années. nnAu dire de tous, la pilule est infaillible à presque 100 %, lorsqu’elle est utilisée convenablement, mais cela ne veut pas dire que les femmes doivent se tracasser pour que leurs ordonnances soient exécutées en valent réellement la peine. Certaines marques favorites de contraception orale ne sont pas couvertes par certains programmes alimentaires d’assurance. Et même lorsqu’elles sont disponibles, les pilules contraceptives proposent leurs sensations secondaires communs ; est par conséquent important que les femmes trouvent celle qui leur convient le mieux. nnActuellement, il n’y a pas d’options contraceptives orales pour les hommes, ce que nous trouvons inacceptable. malgré que la recherche interne soit en cours depuis un moment déjà, a fallu agir pour que toute solution viable soit mise en marché. jusqu’à ce que cette option soit disponible dans le commerce, assurez-vous que la femme avec qui vous êtes est à l’aise avec la contraception et qu’elle est au courant de tout action secondaire possible. nnChirurgiennQuand on y pense, est assez choquant de constater que l’une des formes les plus habituelles de contraception, aussi bien pour les gentlemens que pour les femmes, est la chirurgie. La demande d’une méthode contraceptive crédible est si forte que nous demeurons prêts à faire modifier notre corps chirurgicalement pour l’obtenir. Cela ne devrait pas être le cas, et cependant la ligature des trompes est la deuxième forme de contraception la plus connue aux États-Unis. La vasectomie, même si elle est envisager comme une intervention beaucoup plus sûre, plus rapide et moins invasive, est beaucoup moins moderne. Pourtant, plus de 500 000 hommes annuellement choisissent encore de opérer. nnBien qu’une vasectomie soit vue comme une intervention chirurgicale mineure, elle n’est pas sans risque. Des études antérieures offrent établi une relation statistique entre les personnes ayant subi une vasectomie et les hommes qui développent un cancer de la prostate dans les semaines à venir dans leur vie. de plus, bien qu’une vasectomie n’affecte pas physiquement votre libido, les impressions psychologiques possibles de l’opération peuvent parfois déclencher une dysfonction érectile. Même après une vasectomie, la stérilisation permanente n’est pas garantie, ce qui est avec certitude problématique. nnToute intervention chirurgicale est une décision qui ne doit pas être prise à la légère. Vous et votre partenaire devriez en discuter amplement ( et avec un professionnel ) pour vous assurer que vous faites ce qui est le mieux pour vous deux. nnL’avenir de la contraceptionnnComme vous pouvez le remarquer, aucune de ces alternatives n’est parfaite ; elles offrent toutes leurs avantages et leurs problème technique. Un jour viendra où nous pourrons nous vanter d’avoir un contraceptif sûr, non hormonal et réversible pour les hommes, qui nous permettra d’élargir cette conversation outre ce que nous savons actuellement. Augmenter le nombre de techniques contraceptives à l’avenir offrira aux couples un plus grand panel d’options et vous permettra, à vous et à votre partenaire, de prendre la décision la plus pertinente et la plus sûre pour votre bien etre et votre relation. nnContraceptionContraceptionMâle Contraception

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Aujourd’hui, les femmes hommes sont équipés d’une grande variété de techniques contraceptives, y compris les pilules quotidiennes, les implants, les DIU et autres. Cependant, n’existe toujours pas de méthode contraceptive équivalente pour les hommes, qui se sont toujours limités au retrait, aux préservatifs et à la stérilisation, ce qui impose le fardeau de la prévention de la grossesse aux femmes. nnUne étude neuve, coparrainée par les Nations Unies et publiée dans le Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism, visait à changer cette situation en testant l’innocuité et l’efficacité d’un nouveau contraceptif pour . Il s’agissait d’une étude clinique de période II touchant à 320 hommes en bonne santé. On a injecté aux hommes une combinaison de testostérone et de noréthistérone – un dérivé d’une hormone que l’on trouve dans de multiples pilules contraceptives – dans l’espoir que la testostérone supplémentaire enverrait un signal au cerveau pour stopper la création de testostérone en raison des type déjà suffisants. Par conséquent, la réalisation de sperme diminuerait aussi vraiment, ce qui rendrait les hommes temporairement stériles. nnLes premiers résultats étaient très prometteurs et suggéraient que le médicament était très efficace. Le contraceptif a été efficace à 96 % pour prévenir la grossesse chez les partenaires monogames des hommes, et après que les hommes offrent cessé de bénéficier des injections, la plupart proposent recommencé à compter les spermatozoïdes fertiles en 26 semaines en moyenne. Toutefois, les gentlemens ont signalé plusieurs d’effets secondaires négatifs qui proposent été jugés trop pour poursuivre l’essai. Les impressions secondaires négatifs signalés par les personnes comprenaient l’acné, une hausse de la libido, des problèmes émotionnels, des douleurs au point d’injection et des douleurs sur les tissus musculaires. Un homme a souffert de dépression important et un autre a tenté de se suicider, bien qu’il ait ensuite été déterminé que cela n’avait aucun rapport avec l’étude. Plusieurs hommes ont abandonné l’étude plus rapidement et, après, deux comités indépendants offrent décidé d’abréger l’étude. nnCela a suscité une rangée de controverses, car les femmes proposent fait remarquer que bon nombre des impressions secondaires signalés étaient semblables ou moins nocifs que les impressions secondaires de multiples options contraceptives effeminées déjà sur le marché. Cependant, dans le but de comprendre si ces impressions étaient sérieusement mineurs ou vraiment pas, est important de les comparer objectivement avec les données disponibles sur l’utilisation des contraceptifs des femmes. nnLe contraceptif a été efficace à 96 % pour prévenir la grossesse chez les partenaires monogames des hommes, et après que les gentlemens ont cessé de profiter des injections, la plupart ont recommencé à compter les spermatozoïdes fertiles en 26 semaines en moyenne. Dans l’essai sur la contraception masculine, 4, 7 % des mecs proposent connu des sautes d’humeur et 2, 8 %, une dépression. En revanche, lors de l’utilisation d’un DIU, approuvé par la FDA : présentation, 5, 2 % des femmes proposent signalé des sautes d’humeur et 5, 4 % des cas de dépression. En plus de ces impressions secondaires, les femmes offrent aussi éprouvé des douleurs abdominales, des kystes ovariens, des maladies de tête, de l’acné et des saignements menstruels abondants. Les DIU peuvent aussi, dans de peu communs cas, provoquer une septicémie ou percer l’utérus. De même, les pilules contraceptives hormonales sont renommées depuis longtemps pour apporter des maladies de tête, des nausées, des crampes, des infections à levures, des sautes d’humeur et un gain de poids. Plus récemment, une étude de plus d’un million de femmes, publiée dans JAMA Psychiatry, a révélé que les femmes qui utilisaient des contraceptifs hormonaux lecteurs étaient 23 % plus susceptibles de se voir prescrire des antidépresseurs. nnAinsi, s’avère que les contraceptifs des femmes approuvés par la FDA actuellement sur le marché offrent des effets secondaires qui sont tout autant , sinon pires, que ceux subis par les patientes l’essai de contraception masculine injectable. Mais étant donné qu’il n’y a pas d’urgence pour les compagnies pharmaceutiques à développer des contraceptifs masculins, le secteur se contente d’attendre que des techniques de contraception sûres et énergiques soient développées. a l’heure actuelle, une méthode vraiment pas hormonale très prometteuse est à l’étude, appelée Vasalgel, un givre polymère injecté dans les canaux déférents de l’homme. Le canal déférent est un tube serré qui transporte le sperme. Le polymère forme une barrière et empêche le passage des spermatozoïdes dans le canal déférent. Cette approche prometteuse est réversible puisqu’une seconde injection peut répandre ce polymère, ce qui rétablit efficacement l’écoulement du sperme, et peut être un premier pas vers l’élimination d’une portion du fardeau de la prévention de la grossesse chez les femmes. Une pilule contraceptive masculine, en revanche, n’est à tous les coups pas encore prête avant des décennies.

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Être un bon père – et un homme bonnChacun a une idée différente de la famille. Certaines définitions de la famille n’incluent pas les enfants. Pour beaucoup d’entre eux, oui, mais souvent le moment n’est en toute simplicité pas totalement le bon. Les analyses minutieuses qui entrent dans la décision d’avoir des enfants sont compliquées, même pour ceux qui les désirent grandement. Et la vision de famille, être un bon père – ou un bon femme – devrait être le but idéal. Cependant, à ce stade, les gentlemens doivent faire preuve de inventivité dans la façon dont ils participent avec leurs partenaires à la phase pré-papa. nnLes contraceptifs masculins se limitent à des options en panne terme comme les condoms dont le taux d’échec est inacceptable, ou à des alternatives permanentes comme la vasectomie. C’est compliqué d’être un garçon bon et de participer de façon significative à la planification, et c’est avant même d’en arriver à être un bon père. Male Contraceptive Initiative est une organisation pro-famille qui soutient les gentlemens et les femmes ayant la capacité de prendre si et quand avoir une famille. nnEt personnellement, la vision de ma famille comporte au moins un enfant. nnMon fils Théodore est né en novembre. nnC’est un petit chunkster en bonne santé, que j’aime voir grandir et changer tous les jours. Je comprends que certains pourraient trouver ironique le fait que ma famille, qui travaille pour de nouvelles alternatives contraceptives, ait récemment accueilli un fils sur la planète. Cependant, la tâche de MCI n’est pas simplement de réduire le volume de naissances dans les pays, mais de s’assurer que les gens proposent les outils nécessaires pour faire leurs propres choix autour d’une famille. nnEt je soutiens mes amis dont la vision d’une famille n’inclut pas les petits. Je veux qu’ils puissent avoir les outils dont ils ont besoin pour réaliser leur unité familiale parfaite – peu importe la forme. nnLes taux de grossesses non désirées sont très élevés – plus de 50 % aux États-Unis seulement. Et les gentlemens n’ont en toute simplicité pas le choix de prendre part à cette conversation de manière équitable. En développant de toutes nouvelles options masculines, nous augmentons la capacité des mecs à être de bons partenaires. Puis, selon leurs conditions et celles de leur famille – de bons pères s’ils le veulent. nnÊtre un bon père, c’est enseigner autant que j’apprends. nNous sommes encore loin des techniques masculines sur le marché. En fait, mon fils sera à coup sûr l’un des premiers hommes à pouvoir utiliser de toutes nouvelles alternatives. nnAinsi, ses opinions et celles de ses pairs seront importantes dans la conception de produits pour hommes. Les jeunes d’aujourd’hui sont les personnes de la contraception masculine future et le monde avance rapidement. Leurs perceptions de ce que cela montre d’être participatif et de ce à quoi ressemblent les possibilités équitables de contraception peuvent être différentes de ce qui existe aujourd’hui. nnJ’espère donc que mon fils aura plus d’options que moi. J’espère que le monde de la contraception sera optimisé. Que de nouveaux variété d’hommes et de filles permettront aux familles de choisir de leur propre avenir. Et que j’apprends à mon fils à être un garçon bon, m’apprendra à être un bon père.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Que sont les testicules ? nNous savons tous que les testicules sont d’où proviennent les spermatozoïdes, et de multiples méthodes contraceptives masculines impliquent la manipulation de la création ou de la motilité des spermatozoïdes. Mais comment jouent-ils leur rôle dans le système reproducteur ? nnLes testicules sont les deux ‘ boules ‘ de forme ovale situées de chaque côté du pénis du mâle. Lorsqu’un mâle atteint la maturité sexuelle, les deux testicules, aussi appelés testicules, commencent à se fournir et à stocker des millions de minuscules spermatozoïdes. Les testicules sont de forme ovale et atteignent à peu près 2 pouces ( 5 cm ) de dimension et 1 pouce ( 3 centimètres ) de diamètre. nnLes testicules font autant partie du système endocrinien. Ils produisent des hormones, dont la testostérone. La testostérone est l’hormone qui fait que les gentlemens développent des parole plus profondes, des muscles plus gros et des poils de notre corps et du tête la puberté, et elle rééquilibre autant la fabrication de sperme. nnLes testicules, avec l’épididyme, pendent dans une structure en forme mobile à l’extérieur du bassin appelée scrotum. Ce sac à main de peau soutient réguler la température des testicules, qui doivent être maintenus plus que la chaleur du corps pour fabriquer du sperme viable. nnIl est envisageable de modifier la réalisation de spermatozoïdes et d’interrompre la création en modifiant la chaleur du scrotum. Des recherches publiées cette saison ont divulguer que les hommes qui portent des sous-vêtements moulants ( de couleur blanche serrés ) nuire à leur fertilité et à leurs efforts de duplication. Les spécialistes travaillent sur des études en cours concernant de nouvelles méthodes de contraception masculine qui régulent la bouillonnement du scrotum et ont le potentiel de modifier la fonction du sperme – une piste prometteuse pour une contraception masculine sûre et réversible.

    La contraception masculine – slip contraceptif

    10 faits sur la contraception masculinen nnLa contraception masculine arrive et va changer le monde. Voici 10 faits que vous n’avez peut-être pas identifiés sur la partie la plus excitante de l’avenir de la contraception. nn nn10. Nous sommes à 10-20 ans d’une nouvelle méthode contraceptive masculine. nn9. Tant les gentlemens que les femmes veulent que les hommes participent à la prise de décisions en matière de planification de famille. nn8. Les plus jeunes sont plus ouverts à une diversité de solutions contraceptives masculines. nn7. il y a des méthodes contraceptives masculines en développement qui sont sécurisant, réversibles, à action prolongée et tout bonnement non hormonales ( Hourra ! Aucun action secondaire ! ). nn6. Les hommes s’intéressent à la fois aux méthodes contraceptives à très long terme et à celles qu’ils peuvent prendre juste avant les rapports graveleux comme le Viagra. nnnn5. il y a des contraceptifs composé de de plantes en développement qui utilisent des médicaments isolés directement des fleurs. nn4. La contraception est une question en commun. nn3. La contraception est un soucis mondial. nn2. La pilule contraceptive ‘ masculine ‘ n’est pas une blague ! Il fait actuellement l’objet d’essais cliniques chez l’homme en attente de l’approbation de la FDA. nn1. la plupart des paires sont emballés par un menu d’options contraceptives sécurisant que les gentlemens et les femmes peuvent utiliser pour répondre à leur look de vie et à leurs besoins de planification de famille. nn nnL’Initiative contraceptive masculine finance le moteur de recherche interne et sert de ressource pour tout ce qui concerne la contraception masculine. Voyez quelques travaux en cours de développement et découvrez ce que pourrait être la postérité de la contraception.

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Pourquoi la contraception masculine : Dr John AmorynLa population mondiale déborde sept 000 000 000 d’habitants, accroit de 70 millions annuellement et atteindra sans l’ombre d’un doute neuf à 10 milliards en 2050 ( 1 ). La croissance démographique est l’une des principales causes de la dégradation de l’environnement et de la douleur humaine due à la pauvreté et à la faim ( 2 ). Une grande partie de cette croissance démographique est involontaire. En 2008, 41 % de toutes les grossesses sur la planète n’étaient pas planifiées et 20 % de toutes les grossesses se sont terminées par un avortement, pouvant entrainer 47 000 décès maternels dus à des avortements vraiment pas médicalisés ( 3, 4 ). Aux États-Unis, le taux de grossesses tout bonnement non désirées est de 48 % et 18 % de toutes les grossesses se terminent par un avortement, ce qui représente 1, 1 million d’avortements annuellement ( 3 ). nnCe taux cher de grossesses vraiment pas désirées est dû à une utilisation et/ou un accès inadéquats aux solutions de contraception. L’accès à la contraception réduit extrêmement la croissance démographique et les taux d’avortement, ce qui se traduit par des améliorations positives de la santé néonatale et maternelle ( 5 ). outre l’atténuation de la croissance démographique internationale, s’adresser à la contraception moderne et à de meilleurs soins de maternité dans le monde entier permet d’éviter 1, 7 million de décès néonatals et 251 000 décès maternels tous les ans ( 5 ). Par conséquent, y a un large besoin d’un meilleur accès aux contraceptifs existants, d’une meilleure éducation en matière de contraception et d’un plus grand nombre d’options contraceptives, tant aux États-Unis que dans le monde. nnAux États-Unis, 30 % de toute la contraception actuellement pratiquée est commandée par un homme, 20 % de tous les paires utilisant des préservatifs et 10 % des couples ayant recours à la vasectomie ( 6 ). Ces deux techniques de contraception masculine présentent des inconvénients importants. Les préservatifs, tout en proposant une certaine protection contre les infections sexuellement transmissibles, offrent une efficacité contraceptive marginale ( 7 ), et la vasectomie, qui est onéreuse et compliqué à inverser efficacement, est vue comme une méthode de contraception masculine irréfragable à plus juste titre ( 8 ). Un contraceptif masculin réversible serait bien accueilli par une grande majorité de gars ( 9, 10 ) et aurait un atout marqué pour réduire le taux de grossesses tout bonnement non désirées, la croissance tout bonnement non exigée de la population et leurs effets. nn———–nnLe Dr John Amory est professeur de médecine à l’Université de Washington, où ses études portent sur le développement de toutes nouvelles formes de contraception masculine. La Dre Amory siège autant au conseil consultatif de l’Initiative sur la contraception masculine.