• contraception masculine
  • contraception homme
  • contraceptif masculin naturel – contraception homme definitive

    La contraception masculine – contraception masculine

    Les trois solutions modernes de contraception masculinennEn dehors des méthodes naturelles, le coït interrompu et «l’abstinence» ainsi que le préservatif, il existe trois méthodes très en vogue actuellement de contraception à la disposition des mecs. La contraception masculine calorifique ( CMT ), la contraception hormonale masculine ( CHM ) et la vasectomie. Vous ne les connaissez pas véritablement ? Normal, les professionnels de la santé ne les prescrivent pas, les réseaux n’en parlent pas et les associations s’en désintéressent ! n nLa contraception masculine calorifique ( CMT ) nLa température testiculaire est de 2 à 4° C en dessous de la chaleur corporelle, c’est cette différence de bouillonnement qui permet une spermatogenèse moyenne. La spermatogenèse est le processus de fabrication des spermatozoïdes, qui a lieu dans les canaux séminifères des testicules. nnLa méthode de contraception calorifique masculine se résume à élever la bouillonnement des testicules d’environ 2° C, ce qui engendre un effet inhibiteur sur la création de spermatozoïdes. L’élévation de la chaleur est produite en déplaçant les testicules du scrotum dans la poche inguinale superficielle. nnLes testicules sont maintenus dans cette position par le port d’un dessous spécialisé qui est composé de 95% de coton et 5 % d’élastomère. Ce sous-vêtement se doit d’être porté une quinzaine d’heures par jour. nnL’efficacité contraceptive est effective au bout de deux à quatre mois de port du dessous. L’utilisation de ce dessous particulier n’entraîne et même affliction, ni inconfort, et même cicatrices cutanées. nnLa CMT est réversible. La fécondité peut être rétablie en six à neuf mois. La durée maximum de la CMT est de quatre ans afin que la réversibilité soit possible. nnL’efficacité de cette méthode a été évaluée auprès de 51 paires, elle a autant d’efficacité qu’une contraception hormonale féminine. nnLa contraception hormonale masculine ( CHM ) nnLa contraception hormonale est en ligne associée à la pilule prescrite aux femmes et pas souvent aux hommes. Pourtant depuis les premiers essais en 1972 bien des progrès offrent été faits. Ces premiers essais consistaient en injections chaque semaine de testostérone pour faire descendre la concentration envisager normale de spermatozoïde de 20 millions et plus à moins de 3 centaines de milliers. nnL’idée était comme pour la pilule féminine de freiner l’activité des organes génitaux et de ce fait de bloquer la sécrétion des gonadotrophines, hormones du cerveau agissant sur la production de spermatozoïdes ou les ovocytes. nnL’injection de testostérone se comporte sur les gonadotrophines signalant qu’il n’y a plus besoin d’activer les testicules d’où une section de la testostérone est produite. Il s’agit d’un action contradictoire, puisqu’on injecte une hormone pour stopper sa sécrétion et arrêter ainsi la spermatogénèse. nnLa méthode demande une injection car la testostérone et la progestérone sont dégradables par le foie quand absorbés par route orale. nnDeux techniques proposent été développées, testostérone, et testostérone avec progestatif. nnL’OMS a été le groupe le plus actif dans ce secteur de recherche. Selon ses conseils la durée de confidentialité de cette contraception est limitée à dix 8 mois. nnLa CHM est conseillée pour des mecs de vingt cinq a quarante cinq ans n’ayant pas certains antécédents ( cardiovasculaires, hépatiques, cancers, d’obésité, psychiatriques, etc ) ou ne consommant pas de tabac une injection d’énanthate de testostérone ( ET ) de 200 mg en intramusculaire une fois hebdomadairement. nnPour être infaillible faut qu’entre un et trois mois de traitement, la concentration de spermatozoïdes soit inferieure à 1 million/ml. Si ce résultat n’est pas obtenu dans ces délais la contraception ne sera pas poursuivie. nnLes améliorations sont envisageables avec ajout d’un progestatif ou avec un autre androgène, l’undéconoate de testostérone qui demanderait qu’une injection toutes les 10 semaines. nnLes contraceptifs hormonaux masculins semblent avoir moins d’effets secondaires que n’avaient les contraceptifs féminins au moment de leur sortie et pourtant ils restent confidentiels. Ils peuvent être : apparition d’acné, augmentation de l’agressivité et libido abusive, prise de poids, modifications de la formule sanguine ( hématocrite supérieur ), hypertension, dépression, asthénie, aphtose, prostatite aiguë, pneumonie, syndrome de etienne. Ils sont arrivés chez 25 des 157 à qui avait été développé une contraception hormonale. nnIls sont toujours réversibles dans une durée de trois ou 4 mois après l’arrêt du traitement. nnLa prescription médical est restreinte car contrairement aux femmes dont la santé sexuelle et reproductrice est regardée de près par une seule spécialité médicale, la gynécologie, les hommes ne se font suivre qu’en cas de problèmes de santé par différentes spécificités médicales. J C Soufir ( endocrinologie, Cochin ), à l’origine diabétologue, un des peu communs prescripteurs et défenseur de la méthode hormonale de contraception, remarque la facilité d’accès à l’information pour cette méthode. nnLa vasectomienLa vasectomie est une méthode définitive de contraception masculine. C’est une manoeuvre bénigne qui consiste à ligaturer les canaux déférents pour empêcher les spermatozoïdes de se mixer au liquide spermatique. Ces deux minces canaux servent à conduire les spermatozoïdes – produits par les testicules – dans l’urètre. nLa rencontre d’un spermatozoïde et d’un ovule peut entraîner la survenue d’une grossesse. En l’absence de spermatozoïde dans le fluide séminal, la fécondation n’est plus possible. nL’opération est rapide et banale et généralement réalisée sous anesthésie régionale. nLa vasectomie est efficiente à quasiment 100% et irréversible. Mais arrive parfois que les corps médicaux soient appelés à ré-intervenir. Cette ré-intervention peut être douloureuse, elle est techniquement plus difficile et coûte un peu chère et ne réussit pas toujours. nLa conservation du sperme dans une banque du sperme avant l’intervention est envisageable. nL’efficacité de l’opération est quasi absolue. Mais dans 2 cas sur 1000, des spermatozoïdes restent existants dans le sperme plusieurs mois après l’opération. c’est la raison pour laquelle il faut réaliser un spermogramme de contrôle. Le médecin recommande 15 à 20 éjaculations avant la première l’étude de spermenLa vasectomie n’est pas une castration : les hormones responsables de la virilité ne sont pas impactées par l’opération. La vasectomie ne modifie et même le désir sexuel, ni la fréquence ni la durée des érections. nLa vasectomie est extrêmement peu accomplie en France, alors qu’en Scandinavie, aux USA et en Australie, c’est une opération largement populaire. 30 000 Belges et 500 000 Européens ont choisi la vasectomie comme moyen de contraception.

    La contraception masculine – contraception homme

    Conseil consultatif jeunesse de l’ICMnIntroduction de la directrice générale de l’Initiative contraceptive masculine Heather Vahdat : nnDepuis que j’ai rejoint l’Initiative contraceptive masculine ( ICM ) en 2018, l’un de mes rêves était d’établir un Conseil consultatif de la jeunesse ( CCJ ). C’est lorsque j’ai découvert YTH, un organisme que j’ai maintenant le bonheur d’appeler mes proches collègues, que l’idée a germé pour la première fois. J’ai en direct été impressionné par l’engagement délibéré et tourné à proximité de l’extérieur du YTH envers les jeunes. Il m’est survenu en tête que l’inclusion des possibilités des jeunes dans le moteur de recherche, les programmes et les vues en matière de santé sexuelle et génésique devrait être une technique parfaite pour tous les organismes. Dans le cas du MCI, je crois qu’il s’agit d’une pratique essentielle étant donné que les jeunes hommes d’aujourd’hui et leurs partenaires seront les premiers bénéficiaires des méthodes contraceptives masculines tout bonnement non hormonales, réversibles et en cours de développement. nnBien que je considérais l’établissement d’un BEA comme la priorité pour MCI, je ne m’attendais avec certitude pas à ce qu’il se concrétise si rapidement. Cet accomplissement repose fermement entre les mains de Kathryn Carpenter, notre première boursière d’été de l’Université de Caroline du Nord à la Chapel Hill’s Gillings School of Public Health. Kathryn a en ligne adopté l’idée d’un YAB et a été la puissance motrice pour en faire une réalité. Le croisement des chemins avec Tyrone et Connie semblait être la garantie de l’Univers que le moment était parvenu et nous voici donc, fiers de présenter le YAB du MCI au monde entier ! Le billet d’introduction du blogue de Kathryn est fourni ci-contre. nnPar Kathryn Carpenter, MCI Advocacy Strategist et présidente du conseil consultatif jeunessennEn août, l’Initiative contraceptive masculine ( ICM ) a tenu sa première réunion du Conseil consultatif des jeunes avec les trois premiers membres : Connie Dean, Tyrone Fields et Kathryn Carpenter. nnMCI intensifie ses efforts pour améliorer la sensibilisation et le plaidoyer en faveur de toutes nouvelles méthodes de contraception masculine vraiment pas hormonale. Le Conseil consultatif de la jeunesse offre l’occasion d’étendre notre portée aux populations plus jeunes, y compris celles des campus collégiaux. Comme toute méthode masculine potentielle est à 10-15 ans, il est très important d’engager le dialogue avec les jeunes maintenant, de donner l’information et de recueillir des témoignages pour éclairer les efforts de développement de produits. Le Conseil consultatif de la jeunesse offre l’occasion d’engager les jeunes dans des exercices de plaidoyer et de transmission des connaissances sur la contraception masculine par le biais de leurs réseaux, afin d’être sur que ceux qui bénéficieront des nouvelles méthodes contraceptives masculines sont les plus prêts à les accepter quand ils arrivent sur le marché. nnL’inclusion des jeunes dans les organismes qui les servent est vraiment pas seulement importante à première vue, mais elle se trouve étre par ailleur établie sur des données probantes. elle est décrite comme un ‘ droit ‘ et une ‘ priorité ‘, et peut inclure à la fois des sensations directs sur les jeunes et des effets directs sur les institutions au service des jeunes ( Villa-Torres

    La contraception masculine – contraception masculine

    Transport du sperme – Mécanismes de la contraception masculinenLe système reproductif relationel est un ensemble complexe de facteurs interdépendants, dont beaucoup sont nécessaires à une fertilité soutenue. En interrompant ne serait-ce qu’un seul de ces process obligatoires, nous pouvons trouver de toutes nouvelles façons de produire des contraceptifs tout bonnement non hormonaux excitants pour les hommes. L’un des mécanismes est le déplacement des spermatozoïdes, ou comment les spermatozoïdes se déplacent dans le tractus génital coté masculin. nnArrêter le déplacement de sperme – Une vieille idée nouvellenAprès la fabrication des spermatozoïdes dans les testicules, mais avant qu’ils ne démontrent leur motilité et fécondent un ovule, ils doivent être expulsés par le corps dans un process appelé éjaculation. Lors de l’éjaculation, les spermatozoïdes sont déplacés de l’épididyme vers le canal déférent. De là, ils se déplacent dans l’urètre, puis dans les pays sauvage. Empêcher le sperme d’être transporté hors de l’appareil reproducteur n’est pas une idée nouvelle. En fait, c’est l’origine de l’une des seules formes existantes de contraception masculine – la vasectomie. nnle transport du sperme comme moyen de prévention de la fécondationnLes canaux déférents sont scellés pour empêcher le déplacement des spermatozoïdes de l’épididyme à d’autres stades du tractus génital. Photo de K. D. Schroeder, distribuée sous licence CC BY-SA 3. 0. nDans une vasectomie, les canaux déférents sont coupés et attachés, ou scellés pour empêcher les spermatozoïdes de sortir du corps. C’est un processus simple et efficace. malheureusement, l’inversion de la vasectomie n’est pas assez fiable pour être vue comme une méthode vraiment pas permanente. nnCependant, d’une multitude de groupes agissent sur la vasectomie réversible, ou ce que nous appelons les dispositifs occlusifs. Ces appareils marchent comme une vasectomie, mais au lieu de stopper le canal déférent, on insère un gel pour bloquer le flux de spermatozoïdes tout en permettant le mouvement du eliquide. Les dispositifs occlusifs Vas-occlusive sont destinés à être facilement inversés à la furtivité de l’utilisateur. Certains produits comme Echo-VR et Vasalgel proposent de le faire soit par dégradation naturelle du gel, soit par une simple procédure de restauration. nnLes appareils vas-occlusifs peuvent entraîner une nouvelle prise en charge sur une longue durée de la fertilité chez les gentlemens – une prise en charge réversible. Ces appareils pourraient agir des années et ne nécessiteraient aucun entretien ou prise de pilules de la part de l’utilisateur. nnIl existe également des approches pharmacologiques pour prévenir le déplacement du sperme. MCI a financé Sab Ventura de l’Université Monash en Australie pour créer son programme, qui empêche le transport du sperme en bloquant les contractions des groupes de muscles lisses. nnIl y a plus d’une façon de contracepter. nLa reproduction est un appareil grande et difficile, avec de nombreuses méthodes de mettre un frein temporaire sur le processus. La prévention du déplacement du sperme est l’un des moyens de produire la prochaine génération de contraceptifs masculins. D’autres projets axés sur la prévention de la spermatogenèse, la motilité des spermatozoïdes et la fécondation sont tous activement poursuivis. nnEnsemble, nous espérons que ces sociétés spécialistes créeront de multiples formes de contraception masculine avec des types de produits variés qui répondent aux besoins d’un plus grand volume d’utilisateurs.

    La contraception masculine – contraception homme

    La femme moyenne passe la principale partie de son existence reproductive à essayer d’éviter les grossesses vraiment pas désirées. Par exemple, si une famille veut deux enfants, la mère passera environ 5 ans soit enceinte, soit en essayant de devenir enceinte, soit en postpartum. Pendant les quelque 35 années restantes de reproduction éventuelle, la mère souhaite éviter une grossesse. Toutefois, les grossesses non désirées sont habituelles, car une enquête menée en 2011 a divulguer que quarante cinq % des 6, 1 centaines de milliers de grossesses aux États-Unis étaient non désirées. une grande partie de ces grossesses tout bonnement non désirées, soit quarante deux %, se sont soldées par un avortement. L’impact économique des grossesses tout bonnement non planifiées est important, le montant total des dépenses publiques consacrées aux grossesses tout bonnement non désirées aux États-Unis étant estimé à 21 milliards de dollars en 2010. La façon la plus courante d’éviter une grossesse, tout en dorénavant une vie sexuelle active, est d’utiliser la contraception. une grande partie des contraceptifs disponibles sont destinés aux femmes, y compris les appareils intra-utérins ( DIU ) ou bobines, les spermicides et la pilule contraceptive orale combinée, souvent appelée ‘ pilule ‘. nnLes appareils intra-utérins ( DIU ) sont insérés dans l’utérus où ils préviennent la grossesse par deux méthodes. Les DIU hormonaux libèrent de petites quantités d’hormones qui agissent régionalement pour faire de l’utérus un lieu fatal aux spermatozoïdes. Le cuivre contenu dans les DIU en cuivre se comporte comme un spermicide qui endommage les spermatozoïdes qui pénètrent dans l’utérus. Source. nLes dispositifs intra-utérins ( DIU ) sont insérés dans l’utérus où ils préviennent la grossesse par deux solutions. Les DIU hormonaux libèrent de petites quantités d’hormones qui agissent localement pour faire de l’utérus un environnement fatal aux spermatozoïdes. Le cuivre contenu dans les DIU en cuivre agit comme un spermicide qui endommage les spermatozoïdes qui pénètrent dans l’utérus. Source. nLes , en revanche, n’ont que deux alternatives : le condom et la vasectomie. Les préservatifs sont une forme populaire de contraception car ils autant contre les MST. Cependant, y a un taux de grossesse de 18% annuellement avec l’utilisation emblématique du préservatif. La vasectomie est une forme de stérilisation et de contraception beaucoup plus permanente qui se résume à couper le canal déférent, le tube par lequel les spermatozoïdes passent du stockage à l’éjaculation. malgré que considérées comme permanentes, les vasectomies peuvent être inversées, mais ce n’est que rarement loin d’être un échec. nnIl est clair qu’un contraceptif coté masculin est important, mais pourquoi n’a-t-on pas répondu à ce besoin ? Cinq conditions doivent être remplies pour qu’une méthode contraceptive masculine soit efficiente : 1 ) elle se doit d’être au minimum aussi infaillible que la pilule, 2 ) réversible dans un délai acceptable, 3 ) avoir très peu d’effets secondaires, 4 ) n’avoir aucun action sur la progéniture future et 5 ) être intéressante. deuxièmement, existe une multitude d’obstacles à la mise au point d’un contraceptif coté masculin, notamment : 1 ) la barrière des tests sanguins, 2 ) le volume de spermatozoïdes produits par l’homme moyen et 3 ) le fait que la réalisation de spermatozoïdes est continue surtout que mensuelle comme chez les femmes. Malgré ces obstacles, beaucoup de contraceptifs masculins possibles sont en cours de développement. nnContraceptifs hormonauxnnIl existe trois catégories de contraception : hormonale, physique et tout bonnement non hormonale. Les contraceptifs hormonaux sont ceux qui opèrent sur le système endocrinien pour prévenir la grossesse, deux exemples de contraception hormonale sont la pilule et le DIU hormonal. Chez les hommes, une boucle de rétroaction endocrinienne négative, impliquant la testostérone ( et d’autres androgènes ) et les gonadotrophines, supprime la spermatogenèse. L’injection d’androgènes et d’autres agents anti-gonadotropes supprime les gonadotrophines et en conséquence la spermatogenèse, mais éveille aussi de diverses effets secondaires, dont une l’abaissement de la libido, des sautes d’humeur, une prise de poids et des taux anormaux de glucose. de plus, les impressions des contraceptifs hormonaux ne sont pas constants chez les hommes et sont spécialement influencés par l’origine ethnique. L’administration de testostérone est un contraceptif plus efficace chez les gentlemens de l’asie de l’Est que chez les hommes de espèce claire, 90 % des hommes de l’asie de l’Est cessent de générer du sperme tout en accueillant la testostérone, comparativement pour 60 à 80 % des hommes blancs. Deux mécanismes hypothétiques à la base de cet effet ethnique sont les différences dans la microstructure des testicules et le métabolisme de la testostérone. nnUn contraceptif hormonal coté masculin potentiel est la 7 alpha-méthyl-nortestostérone ( MENT ), un stéroïde synthétique qui ressemble à la testostérone. MENT®, actuellement en cours de développement par le Population Council, est administré sous forme d’implant sous-cutané infaillible 12 mois. Huit des 12 ayant reçu la dose la plus forte n’ont produit aucun spermatozoïde lors de la période d’essai de 12 mois. , des sensations secondaires communs au traitement à la testostérone proposent également été observés. Comme les hormones sont complexes et jouent de beaucoup de métiers dans l’organisme, les contraceptifs physiques et non hormonaux peuvent être une meilleure option. Ces soins sont moins susceptibles d’avoir ces sensations secondaires inattendus et indésirables, car leurs cibles sont plus spécifiques et leurs rôles biologiques plus généraux sont moins nombreux. nnContrôle physique des naissancesnnLes contraceptifs physiques font exactement ce que leur nom suggère et soit 1 ) limitent physiquement les de déplacement des spermatozoïdes ou 2 ) endommagent les spermatozoïdes le déplacement. Un contraceptif physique effeminé bien reconnu est le diaphragme, un dôme en silicone souple ou en latex qui recouvre le col de l’utérus et empêche l’entrée du sperme. Deux techniques de contraception physique masculine sont en cours de développement. Le premier est Vasalgel™, sur lequel un test réussi chez le lapin a été proposé le mois dernier ( mars 2016 ) et commencera à coup sûr des essais chez l’être humain ultérieurement en ce moment. Vasalgel™ est un polymère d’hydrogel injecté dans le canal déférent, où il durcit et crée une barrière au passage du sperme. nnVasalgel™ est un polymère d’hydrogel injecté dans le canal déférent. Après l’injection, le vasalgel forme une barrière à l’intérieur du canal déférent que les spermatozoïdes ne peuvent pas traverser. Image fournie par www. parsemusfoundation. orgnVasalgel™ est un polymère d’hydrogel injecté dans le canal déférent. Après l’injection, le vasalgel forme une barrière à l’intérieur du canal déférent que les spermatozoïdes ne peuvent pas traverser. Image fournie par www. parsemusfoundation. orgnL’administration de vasalgel à 12 lapins mâles n’a entraîné aucune génération de sperme observable lors de la période de suivi de 12 mois. Bien qu’actuellement annoncé comme méthode de stérilisation, on s’attend à ce que l’écoulement des spermatozoïdes soit rétabli en rinçant le canal déférent avec une solution de bicarbonate de sodium. nnUne méthode physique similaire est l’inhibition réversible du sperme sous guidage ( RISUG® ), l’injection d’un polymère synthétique appelé anhydride styrénique maléique ( SMA ) dans le canal déférent. au lieu de d’interdire le passage des spermatozoïdes, la SMA enduit la paroi du canal déférent, façonnant un lieu acide secondaire qui rompt les têtes des spermatozoïdes. Comme pour Vasalgel, ce traitement peut être inversé en rinçant le canal déférent avec une solution de bicarbonate de sodium. Vasalgel et RISUG en sont tous deux au stade de l’essai, le premier aux États-Unis et le second surtout en Inde. nnContraceptifs vraiment pas hormonauxnnLes contraceptifs tout bonnement non hormonaux perturbent ou préviennent la grossesse sans l’utilisation d’hormones, comme tels, ils incluent les contraceptifs physiques. Le DIU en cuivre est un contraceptif non hormonal couramment exploité par les femmes, car le cuivre intervient comme un spermicide qui endommage les spermatozoïdes dans l’utérus mettant en cause leur mobilité. Chez les hommes, les contraceptifs tout bonnement non hormonaux bloqueraient la utilisation et/ou le développement du sperme, rendant l’homme temporairement infertile. Dans un article de site précédent, j’ai déclaré que les protéines impliquées dans le développement du sperme, surtout dans l’épididyme, peuvent être de bons élèves pour les contraceptifs masculins. Comme beaucoup de ces protéines ne sont exprimées que dans les testicules et le sperme, l’inhibition de leur génération devrait avoir peu d’effets secondaires. nnLes cibles prometteuses pour la contraception masculine actuellement en développement comprennent les protéines nécessaires au développement et à la maturation des spermatozoïdes, la motilité et les interactions sperme-œuf. Il a été prouvé que toutes ces protéines sont nécessaires à la utilisation et à la fertilité du sperme chez l’homme. Une cible particulièrement prometteuse est l’inhibiteur de protéase épididymique protéique ( EPPIN ). Eppin se lie à la protide semenogelin ; cette interaction est nécessaire pour la motilité et la fertilité des spermatozoïdes hommes. Eppin Pharma Inc. met au point un petit composé organique qui se lie à Eppin et prévient la fixation de l’Eppin-séménogéline. Cibler Eppin s’est avéré à la fois infaillible et réversible en macaques. Les contraceptifs interrompent la motilité des spermatozoïdes de mammifères peuvent être décrits en deux étapes. le premier pas entraine le mouvement des spermatozoïdes après l’éjaculation et à travers l’équipement reproducteur féminin, ce qui nécessite des enzymes glycolytiques, dont beaucoup sont spécifiques aux spermatozoïdes, y compris les cellules germinales GADPH spécifiques. Avant la fécondation des spermatozoïdes de l’ovule deviennent hyperactifs, afin de pénétrer dans l’ovule. Cette hyperactivité entraine l’afflux d’ions calcium dans la biroute du spermatozoïde, un processus dépendant de la protéine CatSper. Ces deux protéines de la motilité des spermatozoïdes provoquent de l’intérêt également cibles contraceptives, mais ni l’une et même l’autre n’est aussi avancée dans son développement qu’Eppin. Les protéines du sperme présentent un large potentiel comme cibles contraceptives, mais le nombre en terme de protéines présentes dans le sperme n’est pas négligeable et des travaux supplémentaires sont nécessaires en vue de repérer leur composition en protéines. nnLa longue liste de contraceptifs masculins potentiels inclut nécessairement de nombreuses possibilités qui ne sont pas mentionnées dans ce billet de site ( pour plus longue, voir cette Wikipedia sur les contraceptifs masculins, et le New Male Contraception Information Project ). Avec le grand nombre de contraceptifs potentiels, dont certains en sont aux derniers stades de développement, la contraception masculine s’avère tout bonnement non seulement possible, et par dessus le marché imminente. Cela dit, la route vers la réalisation d’un produit viable ne sera pas facile. Comme nous l’avons déjà dit, un contraceptif masculin se doit d’être spécialisé, réversible et efficace, avoir peu d’effets secondaires et sauter à travers beaucoup d’obstacles avant d’être mis sur le marché et accepté par les utilisateurs. par ailleurs, à mon avis, l’un des plus grands obstacles au développement d’un contraceptif masculin utilisable est l’absence d’une ‘ meilleure option ‘ claire. Il n’y a pas de précurseur évident dans la course vers un contraceptif coté masculin, et les chercheurs travaillent sur un très large éventail de contraceptifs potentiels. en bref, l’innovation et l’incitation demeurent pour réaliser un contraceptif masculin, mais cela ne signifie pas que la route à suivre est libre d’obstaclesd.

    La contraception masculine – contraception homme

    La contraception masculine au-delà des préservatifs et de la vasectomie : est grand tempsnDans ce blogue, la directrice générale de MCI, Heather Vahdat, partage ses réflexions sur le besoin de contraception masculine et sur la manière dont le terrain peut accélérer l’insertion de dernieres nouvelles méthodes masculines. nAu cours de la dernière décennie, j’ai travaillé dans le secteur de la recherche interne et du développement sur les contraceptifs féminins et j’ai eu l’occasion d’échanger de temps en temps sur les solutions masculines. Les conversations proposent souvent été brèves en raison d’un manque d’appétit pour le financement de ces travaux et de la perception que les hommes n’utiliseront pas la contraception. Beaucoup supposent aussi que quand bien même les hommes sont prêts à utiliser la contraception, leurs partenaires ne leur feront pas confiance pour le faire efficacement. Malgré le peu ou l’absence de soutien financier, quelques défenseurs infatigables offrent eu tendance à l’étincelle de promesse qu’offraient les techniques masculines. Leurs exercices pour maintenir vivante la tchat sur la contraception masculine proposent continué à faire avancer le secteur lentement mais sûrement. nnEn 2017, tandis que je faisais partie d’une équipe de recherche sur la conception centrée sur l’homme pour identifier de dernieres nouvelles approches de la contraception féminine, la question ‘ Et les hommes ? Ce qui est véritablement intéressant, c’est que cette question émanait de meufs et d’hommes de tous âges et de tous statuts relationnels dans les milieux urbains et ruraux du Kenya et de l’Inde, sociétés dans lesquelles le fardeau de la contraception a toujours été imposé à la femme. nnUne introduction rapide : Au-delà des condoms et de la vasectomienAyant récemment fait la transition dans le domaine de la contraception masculine, j’ai eu la possibilité de me familiariser rapidement avec le domaine à l’aide de une série d’événements qui se sont déroulés à un moment inattendu. En plus d’en apprendre davantage sur les activités soutenues directement par MCI, j’ai eu le plaisir d’assister à une réunion annuelle de spécialistes travaillant sur des cibles contraceptives masculines à un niveau très précoce. Peu de temps après, MCI a lancé notre premier appel de propositions ciblant notamment les produits à un stade plus avancé, en général les appareils axés sur l’occlusion vasculaire réversible ( comme la vasectomie, seulement moins invasive et réversible ). Ces expositions précoces, associées à une communauté réceptive et solidaire, m’ont permis de me faire rapidement une idée du temps qu’il faudra pour que les nouveaux contraceptifs masculins arrivent sur le marché. nnAlors que je m’impliquais à la conception d’une stratégie pour les challenges en panne terme de MCI, j’ai tenu compte de tout ce que j’ai admis au cours de mes premières semaines comme directeur général de MCI. J’ai créé un calendrier approximatif de développement de produits qui incluait toutes les solutions masculines que j’ai apprises et j’ai essayé de distinguer les opportunités où MCI peut fournir le soutien le plus efficace. tout au long de ce process, un thème clair a commencé à émerger, un graphisme qui articule le challenge important du développement de tout nouveau produit tout en reflétant aussi, quelque peu inversement, une sensation général que j’entends souvent lorsque je dis aux gens que le but de MCI est le développement de nouveaux contraceptifs masculins : ‘ Il était temps ‘. nnAccélérer le processusnLe tracé des méthodes contraceptives masculines non hormonales en cours de développement sur toute la durée de développement du produit révèle très vite un pipeline déséquilibré. en grande majorité des produits potentiels en sont à la phase initiale de découverte avec seulement une poignée de produits, exclusivement des dispositifs occlusifs de vas occlusifs, qui approchent des études scientifiques précliniques permettant le déploiement de la DNR. Le calendrier de développement est complété par la rareté des produits qui déclarent en être à différentes phases des essais cliniques. Cependant, ces essais sont menés dans des pays qui ne sont pas gérés par des organismes de réglementation stricts ( ARS ). Cela suggère que la capacité d’utiliser les données de ces tentatives pour appuyer les exercices d’enregistrement internationaux peut se révéler difficile. nnCompte tenu de ces challenges, la première étape de l’augmentation du nombre de contraceptifs masculins disponibles consiste à faire progresser plus rapidement les produits au stade précoce : ‘ Il s’agit de favoriser le temps ‘. nnS’assurer d’une route clairenEn plus de faire avancer les premières pistes, j’ai également réfléchi à la façon dont nous pourrions faire avancer les choses à partir de l’autre bout du pipeline. Comment pouvons-nous nous préparer aux activités en aval pour nous assurer que les efforts accélérés de développement de produits ne se heurtent pas à un mur au stade préclinique ou clinique ? Étant donné qu’il n’existe que peu ou pas de précédents en terme de navigation dans le processus de réglementation des solutions contraceptives masculines, nous devons débuter dès maintenant à tenir des discussions avec un large éventail d’intervenants pour nous assurer que les étapes à franchir pour acquérir l’approbation obligatoire sont faciles à comprendre. Cela pourra garantir que le temps et l’efficacité sont gérés aux DEUX extrémités du spectre du développement, ce qui permettra de provoquer le process : ‘ il s’agit de comprimer efficacement le temps ‘. nnCommuniquer une réaliténNous pouvons construire des méthodes contraceptives masculines jusqu’au retour des vaches , mais à moins que les vaches n’utilisent ces méthodes, nous devons aussi bosser en parallèle pour réfléchir et déterminer le marché et les personnes possibles. C’est délicat lorsqu’il s’agit de déterminer une fibre qui n’a pas été inventé encore. En fait, il n’existe même pas de marché grandement analogue pour la contraception masculine ( c. -à-d. que le marché de la contraception masculine n’est sans l’ombre d’un doute pas analogue à celui de la contraception féminine ). Les méthodes masculines, notamment les méthodes tout bonnement non hormonales, sont susceptibles d’avoir des mécanismes d’action très différents des techniques effeminées. Plus spécialement, les méthodes masculines tout bonnement non hormonales sont susceptibles d’avoir moins d’effets secondaires, ou parfaitement aucun, parmi ceux que l’on examine souvent avec la contraception . nnLe concept même de solutions contraceptives masculines, au-delà des préservatifs et de la vasectomie, est encore si étranger qu’il est intangible pour de nombreux . Ainsi, un aspect critique de la création d’une étude de marché ne consiste pas seulement à réaliser les spécificités potentielles du marché et des utilisateurs des méthodes masculines, mais aussi à amener les gentlemens et les femmes à installer un monde où existe plusieurs techniques contraceptives masculines. Ce processus de normalisation est spécialement critique étant donné que les utilisateurs prévus de plusieurs des contraceptifs masculins en développement sont actuellement des nourrissons ! En normalisant la conversation avec les adolescents et les hommes d’aujourd’hui, le concept de contraception masculine sera moins étranger d’ici à ce que les produits actuellement en développement et les premiers personnes atteignent un point d’intersection : ‘ Il est temps de parler de l’accroissement des possibilités contraceptives pour les gentlemens comme une réalité. nnIl est TOUT tempsnNous nous trouvons à un point où quasiment tous les critères de la discussion sur l’augmentation du volume de contraceptifs masculins disponibles pour les hommes et leurs partenaires sont liés à une certaine forme de reconnaissance du temps. bien que le concept de temps varie en fonction de l’aspect tchaté, la solution à de nombreuses interrogations sur le ‘ comment ‘ et le ‘ pourquoi ‘ de la multiplication des solutions contraceptives masculines est cohérente. Cependant, nulle part ailleurs la réponse n’est plus perfomante qu’en solution à la question fondamentale : ‘ Pourquoi devrions-nous investir dans le développement de techniques contraceptives masculines ? ‘

    La contraception masculine – contraception homme

    L’an dernier, le contraceptif masculin injecté a fait l’objet d’essais très réussis qui offrent révélé qu’il était efficiente à 96 % pour prévenir la grossesse parmi les 320 femmes qui l’ont utilisé sur une période d’une année. C’est en vérité plus efficiente que les contraceptifs courants comme les préservatifs des femmes, les diaphragmes et les capuchons. nnL’essai clinique de ce contraceptif masculin a été interrompu parce que 20 des mecs offrent trouvé les effets secondaires de l’injection insupportables. Cependant, comme beaucoup de meufs l’ont souligné, ces sensations secondaires sont les mêmes que ceux que les femmes doivent supporter lorsqu’elles prennent des contraceptifs oraux comme la pilule. nnL’arrêt prématuré de cet essai et prometteur pour ces raisons nous amène à nous interroger sur le rôle des préjugés sexistes dans le contrôle des naissances : pourquoi les femmes ont-elles dû faire face à des sensations secondaires potentiellement débilitants des décennies sans autre recherche pour les ? La affliction masculine est-elle prise plus au sérieux que la affliction féminine ? de multiples personnes proposent autant fait valoir que les femmes assument injustement le fardeau de la contraception et que la réaction secondaire à la d’une contraception masculine en est la preuve. nnLes élèves à la littérature britanique voudront sans doute se demander si les représentations de la douleur dans la littérature comme étant ‘ irrationnelle ‘ offrent contribué aux idées sexuées de la souffrance et de la douleur dans la société en général. Les élèves en médecine et en sciences biomédicales pouvaient regarder les résultats des tentatives de contraception sur des femmes depuis les années 1960. Pour les élèves intéressés par l’HSPS, l’archéologie et l’anthropologie, ou l’histoire, il peut être obligatoire de faire une lecture plus très large des biais de la recherche géolocalisée scientifique et des méthodes dont les découvertes scientifiques ont souvent contribué à légitimer des constructions sociales.

    La contraception masculine – contraception homme

    Le passé récent et l’avenir prochen ‘ Où vous voyez-vous dans cinq ans ? ‘ nCette question est souvent posée lors des entretiens d’embauche, et c’est un bon moyen de juger l’investissement futur d’une personne. Il a été dit à maintes reprises que le contrôle des naissances chez l’homme était à 5 ans au cours des 20 dernières années. , ce n’est pas très loin de la sérénité. Une combinaison de éléments, y compris un manque d’utilité de la part des principaux collaborateurs pharmaceutiques, des informations erronées sur l’acceptabilité des contraceptifs masculins et une absence de financement de la recherche a créé un scénario dans lequel existe de multiples voies largement ouvertes pour réaliser des contraceptifs masculins, mais personne pour les suivre. il existe une absence évident d’investissement dans la contraception masculine, malgré les atouts connus et évidents. nnPrenons, par exemple, un article récent du Journal of the American Medical Association, JAMA. L’article souligne la réticence des constructeurs de médicaments à vous immerger leurs pieds sur la planète de la contraception masculine. Leur réticence se justifie en grande partie par le fait que les méthodes contraceptives féminines énergiques et bon marché sont omniprésentes sur le marché. Avec une base aussi crédible, ils ne considèrent pas les nouveaux contraceptifs comme des blockbusters potentiels. nnDe plus, est compliqué d’ajouter sur le marché des contraceptifs pour . nnnLa ‘ vallée de la mort ‘ est une phase risquée de l’élaboration d’un médicament où de nombreux médicaments échouent avant même d’être soumis à des tentatives cliniques. il est peu probable que les constructeurs de médicaments poussent les candidats dans cette ‘ vallée ‘ à moins qu’ils ne puissent être raisonnablement certains de retirer leur argent. nnLorsque l’on associe ces préoccupations à la perception du public selon laquelle les gentlemens ne sont pas disposés à prendre des contraceptifs, une tendance à la réticence mal informée se développe. Aujourd’hui, cette réticence persiste malgré le fait qu’une étude récente d’Ipsos conseille que 88 % des Américains estiment que les gentlemens et les femmes offrent une responsabilité égale en matière de contraception et que 65 % des mecs seraient prêts à utiliser une méthode hormonale de contraception, si elle existait. nnEt la désinformation ne se stoppe pas aux fabricants de médicaments. Le grand public a entendu parler de la recherche sur le contrôle des naissances chez les hommes, et cela ne s’est pas bien passé. La nouvelle de l’annulation d’une étude a fait la une des journaux, et l’histoire sexuée de la contraception a incité de beaucoup de membres du public à passer rapidement à l’offensive. Des organisations comme la nôtre demeurent pour mettre en avant les contraceptifs masculins et partager la vérité sur l’acceptabilité, mais ces idées fausses peuvent être omniprésentes. nnEt que faisons-nous pour résoudre au manque d’incitation ? nNous guidons les personnes sur des chemins ouverts. Plus précisément, nous essayons de combler le fossé qui sépare la ‘ vallée de la mort ‘ en finançant le moteur de recherche au stade précoce. Le premier candidat-médicament réussi peut susciter l’attention des fabricants de médicaments, qui sont à présent incités à tenter la contraception masculine. Nous menons autant nos propres études scientifiques de marché pour savoir quelles qualités de contraceptifs masculins sont nécessaires pour compléter. Ces connaissances sont publiées et éclairent nos décisions de financement. Ces données de digital servent également à illustrer le désir d’options contraceptives masculines. nnAlors, où nous voyons-nous dans cinq ans ? nnnNous nous imaginons mettre fin à ce dicton de longue date – que le contrôle des naissances chez l’homme est dans 5 ans. Nous diversifions les types de recherche qui sont financés. Et notre conseil d’experts s’assure que la recherche que nous finançons a les meilleures chances de compléter. Nous insistons aussi pour que les possibilités prospectives soient incluses dans la couverture des soins de santé, prenant garde à à ce que le contrôle des naissances et la contraception masculine dans leur ensemble demeurent une section de la conversation nationale. Les choses sont plus près qu’elles ne l’ont jamais été, et aujourd’hui une organisation comme MCI existe afin d’accompagner à combler cet écart terminal. nnHeureusement, ce n’est pas la fin de notre activité. Grâce à nos enquêtes de marketing et d’acceptabilité, nous savons que les besoins des mecs en terme de contraception sont aussi éventuels que les hommes eux-mêmes. Même dans cinq, dix ou vingt ans, nous poursuivrons nos exercices. Notre travail revient à nous assurer que de dernieres nouvelles possibilités sont toujours à l’étude. Éventuellement, ces alternatives répondront aux besoins du plus grand nombre d’utilisateurs possible. nnC’est une longue partie . nEt cela nous oblige à faire le point sur la situation dans son ensemble. Il est dur de appréhender pourquoi une zone aussi attirant dans le secteur de l’élaboration de médicaments a suscité si peu d’intérêt. En évaluant de multiples avenues, nous avons la meilleure chance de servir le public. Nous avons la meilleure chance de faire du contrôle des naissances une conversation à laquelle tout le monde contribue.

    La contraception masculine – contraception masculine

    À la recherche interne de Katharine McCormicknVous êtes-vous déjà demandé pourquoi la pilule contraceptive existe ? nnNaturellement, y avait de grands scientifiques derrière la pilule. Des personnes comme John Rock et Gregory Pincus avaient les idées et les compétences spécialistes pour y parvenir. Et il y avait Margaret Sanger qui a rassemblé tout le monde. Sanger était en quelque sorte un porte-parole et un spécialiste du réseautage. nnLes personnes intelligentes ayant de splendides idées dans le secteur de l’innovation contraceptive ont pas souvent été en volume insuffisant. Toutefois, ce qui manque, c’est le soutien philanthropique. La mise au point de médicaments coûte très cher. nnLe développement d’un médicament n’a rien à voir avec les autres inventions. Dans le cas d’un médicament, vous devez prouver que votre idée marche, et ensuite vous travaillez sur ce qu’on nomme un composé principal. Il s’agit d’une version du médicament qui est plus sélective et qui ne fait que ( ou surtout ) ce que vous souhaitez qu’il fasse. de même, vous soumettez le médicament à des tests toxicologiques pour vous assurer qu’il ne fait de mal à personne. nnAprès tous ces tests, dont une immense majorité sur les rongeurs, et ensuite sur les primates, il faut réaliser des tests sur les humains. Il comprend trois phases au cours desquelles les expérimentateurs affinent le dosage approprié et testent progressivement des échantillons de personnes de plus en plus importants. toute cette transformation se fait dans le cadre d’une réglementation sévère qui exige des personnes hautement qualifiées. Au bas de l’échelle des dépenses, il s’agit de plusieurs dizaines de millions de dollars. nnMaintenant, prenez tout ce coût et toute cette complexité, et stigmatisez-les avec le fait que votre drogue aide les personnes à avoir des relations sexuelles sans avoir d’enfants. C’est la barrière que Katharine McCormick a surmontée lorsqu’elle a financé seule la pilule. Katharine McCormick. C’est elle qu’il faut remercier. nnTout en remerciant McCormick pour la pilule, vous pouvez de plus la remercier pour les développements ultérieurs qui offrent découlé de la réussite de la pilule. Ces développements sont des approches comme Nexplanon, l’Ortho Evra Patch, Nuva Ring, et Depo-Provera. Si la pilule n’avait pas été financée au moment où elle l’a été, tout le monde devinerait combien de années nous aurions attendu pour tout cela. nnnnMcCormick, comme vous pouvez l’imaginer, avait un passé avantageux. Entre 1937 et 1947, elle a récupéré de sa mère, puis de son mari, une richesse non négligable, des centaines de millions de dollars. Elle était également pertinente, l’une des premières femmes à acquérir un diplôme en sciences du MIT. le temps que McCormick rencontre Sanger, elle était déjà à l’aise d’appliquer. Elle avait fait un don à la Harvard Medical School et financé un dortoir pour dames au MIT, permettant ainsi à un plus grand nombre de filles d’accéder à des domaines spécialistes. McCormick a également participé activement au mouvement pour le droit de vote des femmes. Elle a occupé plusieurs postes d’officier pour le National American Woman Suffrage et plus tard pour la League of Women Voters. nnMcCormick est décédée sept ans après l’approbation de la pilule par la FDA en 1960, après avoir vécu dans les années pour voir son succès. Mais la contraception pour les femmes n’était pas l’unique chose à laquelle elle pensait. McCormick a financé les travaux de Gregory Pincus en 1957, s’approchant explicitement pour la contraception masculine. Elle a visiblement estimé la valeur des possibilités contraceptives plus efficaces pour les gentlemens aux côtés des femmes. , l’approche hormonale de Pincus a suivi les progestatifs employés, ce qui s’est avéré trop compliqué à l’époque. Les possibilités de Pincus étaient limitées puisque les approches vraiment pas hormonales développées aujourd’hui n’avaient pas encore été inventées. nnMcCormick a réussi dans son rêve de permettre aux femmes de faire vérifier leur fertilité. Mais 50 ans après le financement initial de la recherche géolocalisée sur la contraception masculine, rien ne s’est passé. Et comme tous ceux qui suivent notre travail au MCI le savent, ce n’est pas par manque de solutions envisageables. nnOù est notre Catherine McCormick d’aujourd’hui ? nnLe suspect le plus probable, Bill Gates, n’est plus là. Il n’a montré aucun intérêt pour la contraception masculine jusqu’à . Mais la liste des super riches s’étend au-delà de Gates, et le récapitulatif n’est pas courte. nnIl est clair que la société bénéficierait d’un meilleur contraceptif coté masculin. Mais quel peut être l’attrait pour quelqu’un qui a connu un large succès financier ? Ceux qui ont accumulé une grande richesse ont une diversité inimaginable de choix. L’un d’entre eux prends d’avoir un résultat colossal sur le monde qui les entoure. nnÎle Rang Yai, Philippines ( 160 M$ ) nÎle Rang Yai, Philippines ( 160 M$ ) nnIl y a des méthodes plus satisfaisantes de dépenser une fortune que de collectionner des yachts et des avions à réaction, ou même une île ou deux. Imaginez plutôt que vous entriez dans l’histoire comme l’individu qui a changé le statu quo en matière de contraception. Imaginez que vous avez la responsabilité d’aider des milliards de personnes à mieux planifier leur famille et leur avenir. Vous allégeriez le fardeau contraceptif unilatéral supporté par les femmes. Simultanément, vous donneriez aux hommes les moyens de mieux assurer leur saine fertilité. nnLes grandes sociétés pharmaceutiques craignent les responsabilités liées à la mise au point de médicaments pour les individus en bonne santé. Ils ne sont pas emballés. Mais y a des compagnies pharmaceutiques sans but lucratif qui, avec un financement adéquat, sont en mesure de transmettre les alternatives des chercheurs du laboratoire au marché. Par exemple, Medicines 360 a fait ses preuves tout bonnement non seulement en lançant un nouveau DIU sur le marché, mais également en le rendant raisonnable. nnAvec le bon financement, il y a une voie limpide. nnLa mise au point d’un nouveau contraceptif masculin ferait sans l’ombre d’un doute plus qu’offrir une nouvelle méthode pour les gentlemens. Tout comme la pilule, elle déclencherait à tous les coups d’autres progrès dans le secteur de la contraception, ce qui mènerait à des possibilités vraiment efficaces. Pensez à un patch mâle ou à une méthode qui réduit toute erreur de confidentialité comme un dispositif implantaire. nnC’est un monde passionnant qu’il faut installer – un monde visiblement meilleur. Pour l’instant, on ne sait pas qui devra être la prochaine Katharine McCormick. Mais qui que soit cet individu, elle aura un héritage durable.