• contraception masculine
  • contraception homme
  • contraceptif masculin – pilule contraceptive homme efficacité

    La contraception masculine – contraception homme

    Oui, la contraception pour homme existe au-delà du préservatif… et voici pourquoi vous l’ignoreznLa contraception pour homme, ce n’est pas que le préservatif. de nombreuses alternatives subsistent, ont été validées, sont légales… mais si peu renommées. nnOn parle beaucoup plus de la contraception comme d’un sujet qui concerne uniquement les individus dotées d’un utérus, j’ai l’impression. nnDepuis que je suis adolescente, c’est toujours sur moi que porte la responsabilité, pour la raison simple et terriblement vraiment pas négociable que les conséquences en cas d’échec de contraception seront autant pour ma pomme. nnCe qui ne veut pas dire que mes partenaires ne s’y sont pas emballés ou ne se sont pas sentis touchés. Mais peu de solutions s’offraient à eux. nnDu moins, nous le croyions. Sauf qu’il s’avère qu’il existe différentes solutions de contraception pour les hommes, surtout méconnues. nnLa contraception masculine, c’est… le préservatif ? nSur le site Choisir ma contraception, cependant officiel, les deux seules techniques de contraception pour énergiques qui sont mentionnées sont la vasectomie ( stérilisation pour les hommes ) et le préservatif masculin, alors que ce même site recense pas moins de 13 solutions de contraception effeminées différentes. nnEst de plus cité le retrait, méthode dite « naturelle » mais qui présente un taux d’échec élevé, de 22%, donc je ne la répertorierai pas dans le listing ci-dessous. nnLe site public recense 13 méthodes de contraception effeminées contre seulement 3 méthodes masculines. nnAlors certes, le préservatif, on entend parler partout et tout le temps, et de toute manière qui le voudrait puisqu’il permet de se protéger tout bonnement non pas seulement d’une grossesse non exigée, mais également des Maladies Sexuellement Transmissibles. nMais de la même manière que la pilule a tendance à occulter les autres solutions de contraception, le préservatif sert d’arbre qui cache la forêt. nnnToute allégorie phallique est fortuitennCe qui peut aussi créer un cercle vicieux : les autres solutions de contraception masculine sont peu renommées car peu de gars les utilisent… parce qu’ils ne les connaissent pas. Ah. Bah c’est con un peu, vraiment pas ? nnAllez, voici un tour d’horizon de ce qui existe et de ce qui est en cours d’expérimentation en matière de contraception masculine. nnLes solutions de contraception masculine disponibles en FrancenDisponibles, comme « que l’on peut prescrire et/ou s’offrir », parfaitement. Et pour une fois, ce qui suit va sans aucun doute vous surprendre. Car n’a pas été inventé que le préservatif et la stérilisation auxquels ces messieurs peuvent recourir pour leur contraception. nnnnEn tout, en France, on recense en réalité 4 méthodes, listées ci-contre. nnLe préservatif, la méthode la plus connuenCelui-là, il n’y a plus vraiment besoin de le présenter. pour rappel, s’agit donc d’une sécurité sous forme de gaine en latex — ou polyuréthane pour les allergies au latex — qui s’enfile sur le pénis avant toute pénétration. nnEt pas uniquement vaginale, puisque le préservatif masculin ( aussi nommé « préservatif externe » ) est à l’heure courante la protection la plus efficiente contre les Maladies Sexuellement Transmissibles ( avec le préservatif effeminé, aussi nommé « préservatif interne » ). nnnnLa vasectomie, la méthode la plus définitivenIl s’agit d’une méthode de contraception dite « définitive » car elle a pour objectif de une stérilisation. elle se trouve être dans certains cas réversible, comme le précise le site Choisir ma contraception, mais pas systématiquement, bien a contrario comme l’explique ce document du Ministère de la Santé : nn« L’intervention se doit d’être juger comme irréfragable. La reperméabilisation des canaux déférents est un acte chirurgical sophisitiqué qui ne permet pas d’obtenir la restauration de la fécondité dans la majorité des cas. »nnEn pratique, l’opération ( courte et sous anesthésie régionale ) concerne à bloquer les canaux déférents, qui permettent d’acheminer les spermatozoïdes jusqu’au liquide séminal ( le sperme ). nnnnUn schéma sauvage apparaît ! nnLa contraception masculine hormonale, prêt en France mais peu accessiblenComme l’explique un communiqué du Planning Familial de de l’année 2013 : nn« La contraception hormonale masculine reste très confidentielle. nnSeulement deux médecins hospitaliers, la prescrivent en France, malgré un protocole validé par l’OMS et expérimenté sur 1500 depuis quasiment 30 ans. nnLa quasi-totalité des médecins pensent que cette contraception masculine est encore du secteur de l’expérimentation et qu’elle ne peut être diffusée ou prescrite. »nnDans les faits, elle consiste en une injection hebdomadaire d’hormones ( pour simplifier, un mixe de progestatif et de testostérone ) et est efficiente au bout de 1 à 3 mois après le début du traitement à cause du fonctionnement hormonal coté masculin. nnLe Dr. Soufir, médecin à l’hôpital Cochin de paris ( et l’un des deux médecins hospitaliers qui prescrivent cette contraception, l’autre étant le Dr. Mieusset de l’hôpital Paule de Viguier à Toulouse ) revient sur la contraception hormonale masculine dans une vidéo où il évoque les pour, les contre, l’organisation et les freins à cette méthode contraceptive. nnnnPour le Dr. Soufir, ce type de contraception ne présente pas de problèmes du agissement sexuel, ou d’effets secondaires aussi importants qu’au début de la contraception . nnIl existe cependant des méfaits : « une petite proportion d’hommes dans les essais de l’OMS qui proposent eu des sensations qu’on considéraient comme indésirables », note le Dr. Soufir : nn« Soit de l’acné, soit la peau qui était plus grasse, soit de petites modifications à la hauteur sanguin. […]nnLe seul inconvénient qui a obligé quelques équipes à stopper le traitement, c’est le développement de pratiques d’hypersexualité, c’est-à-dire que l’envie sexuel devenait trop important chez certains hommes. »nnLe médecin propose aussi des indications quant au manque de généralisation de ce type de contraception. Pour lui, le problème n’est pas tant médical que social. nnLa contraception féminine s’est codée à cause de l’impératif que représente un échec de contraception ( et à l’époque les avortements illégaux, dangereux pour la santé ). Impératif non chez les hommes. nnLe Dr. Soufir, dénote aussi un « manque d’utilité » des entreprises pharmaceutiques pour ces méthodes de contraception, pour des raisons qui restent « à déterminer ». nnLa contraception masculine thermique, trop peu accessiblenCette méthode non-hormonale se résume à dénaturer la spermatogénèse ( c’est-à-dire la création de spermatozoïdes ) avec la chaleur. nnLa technique, somme toute assez simple, consiste donc à porter un slip qui remonte les testicules pour qu’ils soient autant à la température du corps ( 37°C ). nnLa technique consiste à porter un « slip chauffant » en pleine journée. nnPorté uniquement en pleine journée ( 15h par 24h ), ce « slip chauffant » fait action ( une fois encore à cause du « cycle » naturel coté masculin ) au bout d’1 à 3 mois. nCette méthode de contraception est prescrite uniquement à l’hôpital Paule de Viguier de Toulouse. nnLes méthodes de contraception masculine à l’étude dans le mondenToutes les techniques citées dans les paragraphes suivants sont donc officielles, autorisées ET disponibles en France, mais sont encore rares et peu proposées ou connues. nnCette question de la contraception masculine a fait l’objet d’un documentaire sur Arte Radio, intitulé Les Bijoux de famille, dans lequel le journaliste Benoît Bories témoigne à la première personne autant qu’il documente le sujet ( et c’est très chouette ).

    La contraception masculine – contraception homme

    Entretien avec Ed Gillis, titulaire d’une subvention de l’ITMnEd Gillis est le PDG de Revolution Contraceptives. La société travaille actuellement sur Vasalgel, un dispositif en cours de développement comme contraceptif non hormonal à longue durée d’action, destiné à être réversible. Il est un chef d’entrepriise et un cadre supérieur qui a fait ses arguments dans la collecte de fonds à un stade précoce et intermédiaire, les tentatives cliniques OUS, le moteur de recherche interne et le développement et la fabrication clinique de produits dans des sociétés en période initiale. nnQuel est votre lien avec la contraception ? nJe suis PDG de Revolution Contraceptives, LLC. Nous élaborons Vasalgel qui se présente comme étant une forme sûre, crédible et plus réversible de contraception masculine et une solution à la vasectomie. nnEn quoi le secteur a-t-il changé à partir du moment où vous avez commencé à y travailler jusqu’à aujourd’hui ? nJe suis à la Révolution depuis un peu plus de deux ans, de manière que le domaine de la santé n’a pas évolué inévitablement lors de cette période. Il est clair en ce qui me concerne qu’il y a un intérêt et une demande soutenus et croissants pour d’autant plus d’alternatives contraceptives masculines. Cela est dû en grande partie au plaidoyer de l’Initiative contraceptive masculine. nnSelon vous, quels sont les plus grands défis qui affectent la contraception en général et la contraception masculine notamment ? nLes challenges d’un bloc vaso-déférentiel, que nous demeurons en train de développer, sont partagés par de multiples autres sociétés développant des appareils médicaux implantables. Il s’agit du temps, de l’entrainement et des éléments cliniques nécessaires pour construire le produit en toute sécurité et avoir l’approbation obligatoire. Obtenir le financement nécessaire pour compléter ce développement représente un défi pour notre solution. nnCes défis et ces possibilités ont-ils évolué au fil du temps ? Si oui, comment ? nLes challenges à relever pour finir le développement et avoir l’approbation n’ont tres peu évolué sur le long terme, mais la capacité d’obtenir le financement nécessaire est devenue de plus en plus difficile. nnQuels sont vos espoirs pour l’avenir proche et lointain de la contraception masculine ? nJ’espère qu’un seul produit pourra compléter le process de développement et d’approbation. Cela montrera la garantie et aidera à ouvrir la direction à d’autres approches qui deviendront disponibles. nnQue faudra-t-il pour qu’ils deviennent réalité ? nLes loueurs de fonds, les défenseurs et les fabricants de produits qui croient en la nécessité et la promesse d’une nouvelle solution contraceptive masculine. nnVeuillez offrir toute anecdote tirée de votre expérience de travail dans le domaine. nD’après mon expérience personnelle, il y a des militantes qui croient passionnément à la nécessité de trouver de meilleures solutions de rechange à la contraception masculine. Les médecins que j’ai rencontrés et que j’ai rencontrés vis-à-vis de notre approche de bloc de vas deferens, c’est que les soins donnés aux patients et aux couples qu’ils traitent, qu’ils sont véritablement emballés par de meilleures possibilités, mais qu’ils s’efforcent d’être sur que les toutes nouvelles approches sont sécuritaires et que les risques et les possibilités sont clairement et précisément communiqués à leurs patients. nnVeuillez nous faire part de tout commentaire ou de toute considération supplémentaire qui, selon vous, serait pour le grand public en ce qui concerne la contraception masculine et votre travail. nDe nouvelles approches contraceptives masculines tout bonnement non hormonales et réversibles sont un recours important de permettre aux couples de mieux faire examiner leur reproduction. Cela peut réduire le nombre de femmes qui éprouvent les sensations secondaires associés aux approches hormonales, tandis que les hommes et les femmes partagent la responsabilité de la reproduction et réduisent le nombre de grossesses vraiment pas désirées.

    La contraception masculine – contraception homme

    Quel est le rapport entre la contraception et Kevin Bacon ? nComment l’augmentation des alternatives contraceptives masculines peut changer le monde, et nous rappelle Kevin Bacon. nnCherchez-vous à avoir un vrai impact mondial sur la santé, l’environnement, l’équité entre les sexes, l’éducation ou tout autre enjeu auquel nous sommes actuellement confrontés comme communauté mondiale ? Dans l’affirmative, l’amélioration de la contraception en général et l’augmentation des options contraceptives masculines notamment constituent un moyen efficace d’obtenir cet but. nn…….. nnAprès avoir validé plus d’une décennie à bosser dans le domaine de la contraception et de la santé génésique, je peux dire, sans exagération, que je pense que la contraception peut jouer une place dans la résolution de presque tous les problèmes. Je plaisante souvent à ce propos d’une manière ‘ 6 degrés de contraception ‘, pariant que je peux lier la contraception à tout autre problème mondial en moins de six phases à la Kevin Bacon loisir ( sérieusement, je peux sans l’ombre d’un doute le faire en trois mais je suis fan de me donner une certaine marge de manœuvre ). Le truc, c’est que je crois VRAIMENT que c’est vrai. nnC’est pour cela que je suis perplexe à l’idée qu’à l’ère de la philanthropie moderne, avec des philosophies axées sur le don stratégique, l’investissement d’impact et l’altruisme efficiente, on ne se focalise pas davantage sur le soutien en quête et au développement en terme de contraception. C’est peut-être parce que certains pensent qu’il existe déjà suffisamment de techniques contraceptives disponibles, ce qui est facile à imaginer à première vue ; cependant, même la moindre fouille permettra de comprendre que beaucoup des techniques existantes pour les femmes sont entachées d’effets secondaires qui rendent souvent leur utilisation compliqué. ensuite, il y a les méthodes contraceptives masculines – vous savez, les deux – donc, il y a sans aucun doute place à l’amélioration. nnAlors pourquoi a-t-il été si difficile d’avoir le soutien nécessaire à la contraception en général et à la contraception masculine en particulier ? Comment pouvons-nous articuler clairement le besoin et l’impact immédiat que l’amélioration des options contraceptives peut avoir, et l’énorme opportunité d’impact que l’amélioration de l’adoption et de l’observance des contraceptifs peut avoir sur de beaucoup de autres problèmes mondiaux ? nnLes objectifs du développement solide ( ODD ) nnLa première étape de manière à connaître des problèmes de grande largeur consiste à envisager une nomenclature et une stratégie communes pour relever les défis qui se posent. C’est exactement ce que les Objectifs du Millénaire pour le développement ( OMD ) visent à faire. Créés dans le cadre de la Déclaration du Millénaire des Nations Unies signée en 2000, les OMD consistaient en 8 secteurs cibles qui formaient ‘… un plan approuvé par tous les pays des gens et toutes les principales institutions de développement du monde ‘ pour répondre aux besoins les plus critiques des populations les plus pauvres du monde d’ici 2015. malgré que nous ayons fait des progrès vers la réalisation des OMD, certains secteurs offrent mieux que certains et il y a encore du travail à faire. Ainsi, dans la perspective de 2030, les Objectifs de développement solide ( ODD ) proposent été introduits ; un raffinement et une expansion des ODM qui inclut neuf objectifs supplémentaires avec une plus grande concentration sur les approches environnementales comme ‘… un modèle partagé de paix et de prospérité pour les peuples et le monde, à présent et à l’avenir ‘. nnnFigure 2 : Les objectifs de développement durablenSource : Objectifs des Nations Unies en matière de développement durablenL’investissement dans la R

    La contraception masculine – contraception homme

    Une pilule contraceptive masculine a passé avec succès la première série d’essais cliniques, ce qui donne de l’espoir pour des alternatives de contraception moins permanentes pour les gentlemens – et potentiellement uniformiser les règles du loisir lorsqu’il s’agit de prévention des grossesses. nnAux États-Unis, à peu près 40 % des grossesses ne sont pas planifiées. Cela se justifie en partie par le fait que la société impose injustement que les femmes sont les premières responsables de la prévention de la grossesse et de la planification de famille. Historiquement, les possibilités de contraception pour les hommes n’ont pas toujours été optimales : nnAbstinence ( impossible ) nPréservatifs ( pas qualitatifs à 100 pour cent ) nLa méthode du retrait ( inefficace ) nVasectomie ( potentiellement permanente et un peu effrayante pour beaucoup de gars ) nLa pilule contraceptive masculine peut une option plus souple pour les gentlemens tout en renforçant deux faits importants : les hommes et les femmes sont tous deux responsables de la contraception et les hommes pourraient jouer une responsabilité plus actif et plus satisfaisant dans leur santé reproductive. nnComment marche la pilule contraceptive pour hommes ? nDimethandrolone undecanoate ( DMAU ) est une pilule à prise unique de tous les jours qui supprime plusieurs types d’hormones mâles – l’hormone folliculostimulante ( FSH ) et l’hormone lutéinisante ( LH ) – pour diminuer simultanément la fabrication de testostérone et de sperme sans apporter de symptômes de faible testostérone ( faible-T ). nnLes données d’une étude publiée dans The Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism suggèrent que le DMAU, la contraception orale actuellement évaluée, a le potentiel pour y parvenir. Quatre-vingt-deux hommes âgés de 18 à 50 ans offrent reçu au hasard un placebo ou une des trois doses de la pilule pendant 28 jours. Ceux qui proposent pris la dose la plus importante ( 400 mg ) avaient des taux plus petits de testostérone, de FSH et de LH. Cependant, l’étude n’a pas mesuré le nombre de spermatozoïdes. nnContraceptifs oraux masculinsnLes effets sur une longue durée d’une pilule contraceptive masculine sont encore à l’étude. nCertains joueurs ( y compris certains sur le placebo ) offrent signalé des impressions secondaires légers, tels que : nnAcnénMaux de têtenDysfonction érectile légèrenDiminution de la libidonFatiguenGain de poids de 5 lb ou moinsn Les prochaines étapes de l’étude du DMAU seront de mesurer s’il supprime extrêmement la production de spermatozoïdes. Les données initiales indiquent que c’est possible. Cependant, le corps a besoin de 90 jours pour réaliser du sperme, et des essais plus longs sont nécessaires pour si la fabrication de sperme peut être arrêtée totalement. nnDe plus, nous devrons découvrir ses effets sur une longue durée sur le corps. Par exemple, nous ne savons pas encore si le DMAU peut apporter des problèmes de dépression ou augmenter le risque de caillots sanguins comme la pilule contraceptive , ou s’il peut endommager le foie, les reins ou d’autres organes qui aident à décomposer le médicament. nnPourquoi ne pas éprouver une vasectomie ? nL’efficacité de la vasectomie est identique à celle du dispositif intra-utérin féminin ( DIU ) avec un taux d’échec inférieur à 1 %. L’intervention peut être réversible sous les soins d’un chirurgien formé par la fraternité. Toutefois, l’inversion n’est pas garantie. nnMoins de 15 ans après l’intervention chirurgicale, le taux de réussite de l’inversion se trouve en général entre 95 et 98 pour cent. Cependant, après 15 ans, le taux de réussite chute à 60 ou 70 p. 100. Et le taux d’obtention d’une grossesse après une inversion est beaucoup plus faible, soit 40 à cinquante pour cent. nnEn tant que expert dans l’infertilité masculine et urologue, je vois souvent des mecs dans la vingtaine qui ne veulent pas d’enfants . Lorsqu’ils requièrent une vasectomie, tout ce que nous pouvons faire est de leur conseiller de prendre en compte la permanence de la décision. À la postérité, le DMAU peut être une option contraceptive infaillible qui permettrait plus de flexibilité et réduirait l’infertilité potentielle ultérieurement dans la vie. nnAméliorer la santé des jeunes hommesnLes jeunes hommes ne consultent pas les professionnels de la santé aussi souvent qu’ils le devraient peut-être. Pour les femmes, le recours aux soins de santé intervient parfois parce que pouvoir arriver à des méthodes contraceptives fiables est limité si elles ne le font pas. Mais, de plus en plus, y a une tendance à ne pas lier les visites chez le médecin à pouvoir arriver à la contraception. nnCela peut être bénéfique pour leur santé globale de plusieurs méthodes. Ils auront l’occasion de jouer une fonction plus actif dans leurs soins en posant des questions et en étant plus proactifs. deuxièmement, les médecins peuvent s’occuper des soins de prévention et des préoccupations que les hommes ne soulèvent pas avant d’être en état de crise, comme l’hypertension artérielle, la dysfonction érectile, la diminution de libido et d’autres problèmes courants qui peuvent être évités ou gérés. nnLe lancement commercial de ( pilule anticonceptionnelle pour hommes ) peut prendre une décennie ou plus, mais est agréable de voir la recherche interne continuer de dernieres nouvelles possibilités de traitement qui favorisent une responsabilité partagée en terme de contraception ‘. nnTolulope Bakare, M. D. nSi le DMAU fonctionne comme un contraceptif féminin, les hommes peuvent arrêter de le prendre et reprendre la réalisation de sperme quand ils sont prêts à devenir pères. Le but ultime est de réaliser une version injectable du médicament dans le but les personnes n’aient pas à se rappeler de prendre une pilule journalière. nnÀ la postérité, les adolescents pourront sans doute aussi prendre du DMAU. la majorité des parents mettent déjà leurs femmes adolescentes sous pilule pour prévenir les grossesses et aider à régulariser les règles sporadiques ou abondantes. Cependant, sera toujours important d’utiliser des préservatifs pour prévenir les infections sexuellement transmissibles. nnLe déclanchement commercial du DMAU pourrait prendre une décennie ou plus. Pendant ce temps, est appréciable de voir la recherche poursuivre de nouvelles possibilités de traitement qui avantagent la responsabilité partagée en terme de contraception. Il se peut que les femmes n’aient plus à assumer l’entière responsabilité des formes de contraception réversibles et très efficaces. Le fait que cette pilule soit à l’étude offre des possibilités aux patients dans diverses circonstances, et le changement d’état d’esprit est motivant. nnTenez-vous au commun des dernieres nouvelles sur les soins de santé. Abonnez-vous à notre site dès à présent.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Entretien avec la Dre Patricia Cuasnicu, possesseur d’une subvention de l’ICMnPatricia S. Cuasnicu est chercheuse scientifique principale au Conseil national de études ( CONICET ) de l’Instituto de Biologia y Medicina Experimental ( IBYME-CONICET ) à Buenos Aires. MCI a accordé à la Dre Cuasnicu une subvention de amorçage de 150 000 $ en 2018 pour l’aider à poursuivre son métier. nnQuel est votre lien avec la contraception ? nJ’ai commencé mon expérience post-doctorale au Cornell Medical Center, New York Hospital, sous la direction du Dr. J. Michael Bedford, où j’ai commencé à bosser comme boursier NIH. Le Dr Bedford s’étant sérieusement intéressé à l’étude de l’utilisation potentielle des protéines épididymaires pour le développement de la contraception masculine, nous avons présenté un plan de recherche post-doctorale visant à analyser le potentiel contraceptif du CRISP1 purifié, une protéine épididymique identifiée par notre laboratoire en 1976 et le premier membre de la famille CRISP ( Cysteine Rich Secretory Protein ). nnDe retour en Argentine en 1986, j’ai continué à travailler dans le domaine de la contraception masculine. En fait, à cause de mon implication sur le terrain, j’ai été conviée en 1989 à faire partie du Groupe de travail sur les méthodes contraceptives masculines de l’Organisation mondiale de la santé ( OMS ) créé par J. M. Bedford et collègues en 1974. J’ai travaillé comme consultant de l’OMS 15 ans, participant non seulement à l’estimation de beaucoup de projets du dans le monde, mais aussi à des présentations dans de beaucoup de pays à forte population comme la Thaïlande, l’Indonésie, l’Inde, la Chine, le Zimbabwe, etc. nnLes client potentiel avec les colonies de ces pays et mon travail actif à l’OMS m’ont pleinement convaincu de la nécessité de l’implication des hommes dans la planification familiale et, en conséquence, de la nécessité de dernieres nouvelles alternatives masculines. Alors que je faisais partie du comité de l’OMS, j’ai été conviée à faire partie du comité technique et consultatif ( TAC ) du CONRAD ( Contraception Research and Development ) qui avait pour but de construire des solutions contraceptives masculines et effeminées et, là encore, j’ai travaillé avec cette agence largement plus de 12 ans. nnJe travaille sur le terrain depuis près de 35 ans et je suis totalement convaincue que le développement d’un plus grand nombre d’options contraceptives est crucial pour éviter le nombre cher de filles et de décès d’enfants dans le monde entier. d’un autre côté, alors qu’une méthode féminine peut éviter la grossesse de la femme utilisant ce contraceptif, une méthode masculine peut empêcher la grossesse de toutes les femmes interagissant avec l’homme utilisant la méthode contraceptive, ce qui a donc un effet plus important que les solutions effeminées. nnEn quoi le domaine a-t-il évolué à partir du moment où vous avez commencé à y travailler jusqu’à aujourd’hui ? nCe que j’ai vu pendant toutes ces années, c’est une nette diminution de l’intérêt pour le développement de la contraception masculine de la part des organisations ainsi que des entreprises/industries. Je crois que ce manque d’utilité est dû aux nombreuses difficultés rencontrées dans le développement de la contraception masculine liées à la fois a ) aux caractéristiques inhérentes de la physiologie masculine ( c’est-à-dire comment obtenir une bonne méthode sans interférer avec la libido masculine ou sans générer trop d’effets secondaires tolérés par les femmes mais pas les hommes ) et b ) aux nombreuses années d’investissement financier sans obtenir une méthode en vente libre. En ce sens, MCI devient un tout nouvel espoir important après tant d’années de manque de soutien dans cette activité. nnSelon vous, quels sont les plus grands challenges qui affectent la contraception en général et la contraception masculine en particulier ? nÀ mon avis, l’un des plus grands défis de la contraception en général est l’éducation, c’est-à-dire l’information des femmes et des hommes sur les différentes alternatives contraceptives déjà disponibles, en particulier les jeunes dans les écoles. nnEn ce qui concerne la contraception masculine notamment, je pense que l’un des challenges est d’avoir une méthode qui n’interfère pas avec la libido masculine, qui ne produit pas d’effets secondaires visibles comme un rétrécissement testiculaire ou une chute du espace de l’éjaculat, et qui ne produit aucun action secondaire plus général ( par exemple, acné, augmentation du cholestérol et du mal de tête ) que de beaucoup de ont peu tolérés. nnJe pense que la plupart des effets secondaires d’une méthode contraceptive sont tolérés par les femmes car sans elle, elles tomber enceintes, ce qui est clairement une conséquence pire dans l’équilibre final. Cependant, dans le cas des hommes, qui sont relativement à l’abri des conséquences directes de la grossesse, les sensations secondaires deviennent un soucis plus important à combattre. C’est pour cela qu’elles proposent plus d’exigences que les femmes à cet égard. nnCes défis et ces possibilités ont-ils évolué avec le temps ? Si oui, comment ? nJe pense que la société a beaucoup évolué lors des 20 années passées dans les pays entier. Les emplois et les ateliers qui étaient autrefois réservés aux femmes ou aux hommes sont maintenant partagés par les deux. La contraception ne sera pas différente à cet égard, surtout en raison d’un grand changement dans les droits des femmes. nnQuels sont vos espoirs pour la postérité près et proche de la contraception masculine ? nJe suis certaine que dans un futur près, les solutions masculines deviendront complètement acceptables par l’ensemble de la compagnie et que nous devons simplement plus de possibilités aux hommes pour leur permettre de s’engager activement dans la planification familiale. J’envisage aussi des méthodes ‘ unisexes ‘ qui peuvent être utilisées par les hommes et les femmes sur la base d’un blocage particulier de la fonctionnalité des spermatozoïdes dans le tractus génital coté masculin ou effeminé. d’un autre côté, nous pouvons penser à une méthode contraceptive péricoïdale qui s’utilise juste avant les rapports sexuels. enfin, et parfaitement, nous pourrions penser à une méthode contraceptive qui préviendrait à la fois la fertilité et les maladies infectieuses. nnQue faudra-t-il pour qu’ils deviennent réalité ? nComme on le sait déjà, nous avons besoin de plus de financement dans le secteur de la contraception masculine pour amener plus de chercheurs impliqués dans le domaine et pour augmenter les chances de bénéficier de une méthode masculine bonne, fiable, acceptable et raisonnable. Cependant, même tandis nous réussissons à développer de nouvelles techniques masculines, nous avons encore besoin de plus d’éducation sexuelle pour expliquer aux personnes, surtout aux jeunes, la nécessité d’employer des méthodes contraceptives, ainsi que la façon de les utiliser. Avoir une nouvelle méthode est une condition nécessaire, mais cela ne suffit pas : nous avons besoin d’une société qui comprend la nécessité d’employer la contraception, y compris les techniques déjà disponibles. nnExiste-t-il des obstacles pour les empêcher de se concrétiser ? nJe pense que l’un des grands obstacles qui les empêchent de se concrétiser est l’absence de sensibilisation des gens au rôle clé de la contraception pour la santé humaine et, bien sûr, le manque d’engagement des gouvernements partout dans les pays, ce qui se reflète en quelque sorte dans le faible financement public dans ce secteur. La contraception n’est pas aussi rentable que le Viagra ou les médicaments anticancéreux, et pour cette raison, les entreprises et les industries ne sont pas aussi intéressées à investir dans de toutes nouvelles solutions contraceptives. L’engagement et le financement sont donc les principaux obstacles. nnVeuillez donner toute anecdote tirée de votre expérience de travail dans le secteur. nEn 2005, j’ai été conviée par l’American Society of Andrology ( ASA ) à donner une conférence à Séoul, en Corée, sur les femmes et la méthode dans les pays en développement, tandis qu’une chercheuse américaine allait donner une conférence sur les femmes dans les pays développés. Il m’a fallu beaucoup de temps pour préparer ce discours de vingt cinq minutes. J’ai lu beaucoup d’articles et j’ai pris conscience de beaucoup de problèmes comme le plafond de vitrage pour les femmes, la canalisation qui fuit ( toutes les femmes qui abandonnent et quittent leur carrière ), la pyramide ( beaucoup de filles pour les emplois communs à l’origine de la pyramide et seulement quelques pour les meilleurs emplois dans le haut ), etc. nnDe plus, j’ai aussi pris conscience de nombreux aspects de moi-même auxquels je n’avais jamais prêté attention précédemment. Par exemple, que j’avais fait un post-doc des NIH aux USA en 1984, accompagné de mon mari, quelque chose de complètement inhabituel dans notre pays où les femmes accompagnaient les hommes. Aussi, que j’étais devenue l’une des peu communs femmes du comité de l’OMS, que j’avais parcouru le monde en faisant mes petits enfants avec mon époux, une autre chose inhabituelle pour les femmes, et enfin, que j’avais travaillé toutes ces années dans un secteur de la santé très particulier comme la contraception masculine. Je n’avais jamais réalisé que j’avais lutté pour les droits des femmes dans chacune de ces actions et décisions et que mon travail en contraception masculine faisait partie de cette lutte pour les droits des femmes. nnAussi, depuis que j’ai commencé à travailler dans le secteur de la contraception masculine il y a 35 ans, j’ai pratiqué à quel point les gens sont emballés par ce secteur de la santé. Il est très courant que dès que je commence à parler de mon travail dans une réunion sociale, les personnes se rassemblent autour de moi et commencent à poser beaucoup de questions et à faire des avis. Bien sûr, je reçois toujours beaucoup de soutien pour mon travail de la part de femmes qui sont prêtes à avoir une méthode masculine aujourd’hui ou même dans quelques années pour éviter que leurs filles utilisent des solutions contraceptives pendant plus de 30 ans comme c’est le cas actuellement. Les sont très curieux au sujet du champ mais expriment visiblement leurs craintes au sujet des impressions secondaires et de la de gacher de ou de la virilité. Quoi qu’il en soit, j’ai trouvé que la contraception masculine est un sujet fascinant pour tout le monde et en discuter a toujours été une compétence merveilleuse mais également un succès social. nn

    La contraception masculine – contraception homme

    Qu’est-ce que le Vas Deferens ? nQu’est-ce que le canal déférent ? nLe canal déférent fait partie du fonctionnement reproducteur masculin. Le canal déférent se compose de deux canaux dont le but est de déplacer le sperme éjaculatoire hors de l’épididyme. Les canaux déférents gauche et droit relient chaque côté de l’épididyme aux canaux éjaculateurs du corps coté masculin. Chaque canal déférent est alimenté par une artère qui dérive de l’artère vésiculaire supérieure. nnChaque canal déférent est un tube d’environ un pied ( 12 pouces ) de taille et protégé par une masse musculaire lisse. Cette muscle se contracte de façon réflexive l’éjaculation dans un process appelé péristaltisme pendant l’orgasme. C’est le processus qui permet aux spermatozoïdes de s’écouler à travers le canal déférent et d’atteindre l’urètre. Sur son sentier, le sperme recueille les sécrétions de la prostate, des glandes bulbo-urétrales et des vésicules séminales. nnUne incision permanente est exercée dans chaque canal déférent lors d’une vasectomie, une méthode de contraception masculine. Une méthode moderne de contraception masculine et de contrôle des naissances dans le développement de la recherche implique aujourd’hui l’injection de matériel dans le canal déférent pour obstruer l’écoulement du sperme. Les chercheurs agissent à faire en sorte que cette nouvelle méthode de vasectomie soit sécuritaire et réversible. nnPour sur les vasectomies réversibles et autres appareils contraceptifs masculins occlusifs, cliquez ici.

    La contraception masculine – contraception masculine

    10 Faits sur les gentlemens et la vasectomienLa vasectomie et les condoms sont les seules possibilités actuelles de contraception masculine. nLa forme la plus célèbre de contraception masculine à action prolongée est la vasectomie. , les vasectomies ne sont pas considérées comme vraiment réversibles. Les chercheurs travaillent actuellement sur des appareils d’occlusion vasculaire qui seront véritablement réversibles à l’avenir. en outre, d’autres possibilités contraceptives masculines sont en cours d’élaboration. nnEn attendant, voici 10 faits sur la forme la plus crédible de contraception masculine qui existe aujourd’hui. nn nn10. Les vasectomies sont en règle générale très sécurisant et les complications sont rares. nn9. Les qui essuient une vasectomie disent qu’ils se sentent plus libres lorsqu’ils offrent des relations sexuelles avec leur partenaire parce qu’ils n’ont pas à craindre une grossesse non planifiée. nn8. La vasectomie est une simple procédure ambulatoire. nn7. Environ un demi-million de mecs se font opérer chaque année aux États-Unis – Ils sont véritablement courants à l’époque de la folie de mars, où les hommes peuvent se rétablir en regardant le tournoi de la NCAA. nn6. La vasectomie n’affecte pas la production de sperme. Au lieu de cela, empêche le transport des spermatozoïdes d’être mélangés à d’autres humides séminaux. Les hommes qui offrent des vasectomies proposent encore des orgasmes normaux ! nnnn5. Il est envisageable d’inverser une vasectomie si un garçon change d’avis dans les semaines à venir et décide d’avoir des enfants. Cependant, le taux de réussite de l’inversion peut changer entre 40 et %. Les chercheurs agissent sur des dispositifs occlusifs qui opèrent comme une vasectomie, mais qui sont véritablement réversibles. En fin de compte, seulement 3 à 5 % des mecs requièrent une inversion. nn4. La vasectomie n’affecte pas la fonction sexuelle, la libido ou la vie sexuelle de l’homme. nn3. L’intervention et le rétablissement sont habituellement indolores, et les gentlemens traversent en règle générale des effets secondaires minimes, s’il y a lieu. nn2. Les vasectomies sont énergiques à la majorité pour prévenir les grossesses non désirées. nn1. Chaque année, des mecs et des femmes du cherche célèbrent la Journée mondiale de la vasectomie. nn nnL’Initiative contraceptive masculine offre de nouvelles possibilités aux hommes. nAlors qu’à l’heure existante, les hommes ont peu d’options contraceptives, l’Initiative contraceptive masculine finance le moteur de recherche interne sur les options masculines réversibles, tout bonnement non hormonales et à action prolongée. En fin de compte, nous recherchons un menu de possibilités qui répond aux besoins des mecs et des femmes. Joignez-vous à nous.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Pourquoi la contraception masculine : Dr John AmorynLa population mondiale dépasse sept 000 000 000 d’habitants, accroit de 70 millions chaque année et atteindra sans aucun doute 9 à 10 milliards en 2050 ( 1 ). La croissance démographique est l’une des principales causes de la dégradation de l’environnement et de la souffrance des humains due à la pauvreté et à la faim ( 2 ). Une grande partie de cette croissance démographique est involontaire. En 2008, 41 % de toutes les grossesses dans le monde n’étaient pas planifiées et 20 % de toutes les grossesses se sont terminées par un avortement, entraînant 47 000 décès maternels dus à des avortements non médicalisés ( 3, 4 ). Aux États-Unis, le taux de grossesses non désirées est de 48 % et 18 % de toutes les grossesses se terminent par un avortement, ce qui représente 1, 1 million d’avortements annuellement ( 3 ). nnCe taux cher de grossesses non désirées est dû à une utilisation et/ou un accès inadéquats aux techniques de contraception. L’accès à la contraception réduit considérablement la croissance démographique et les taux d’avortement, ce qui se traduit par des améliorations positives de la santé néonatale et maternelle ( 5 ). outre l’atténuation de la croissance démographique mondiale, appeler la contraception moderne et à de meilleurs soins de hôpital dans les pays entier permet d’éviter 1, 7 million de décès néonatals et 251 000 décès maternels tous les ans ( 5 ). Par conséquent, y a un large besoin d’un meilleur accès aux contraceptifs existants, d’une meilleure dressage en terme de contraception et d’un plus grand volume de possibilités contraceptives, tant aux États-Unis que dans le monde. nnAux États-Unis, 30 % de toute la contraception actuellement menée est gérée par un garçon, 20 % de tous les paires utilisant des préservatifs et 10 % des couples ayant recours à la vasectomie ( 6 ). Ces deux méthodes de contraception masculine affichent des contraintes importants. Les préservatifs, tout en offrant une certaine protection contre les infections sexuellement transmissibles, offrent une efficacité contraceptive marginale ( 7 ), et la vasectomie, qui est coûteuse et compliqué à inverser efficacement, est envisager comme une méthode de contraception masculine irréversible à plus juste titre ( 8 ). Un contraceptif masculin réversible est bien accueilli par une grande majorité de gars ( neuf, 10 ) et aurait un avantage marqué pour réduire le taux de grossesses tout bonnement non désirées, la croissance vraiment pas exigée de la population et leurs effets. nn———–nnLe Dr John Amory est professeur de médecine à l’Université de Washington, où ses études portent sur le développement de nouvelles formes de contraception masculine. La Dre Amory siège autant au conseil consultatif de l’Initiative sur la contraception masculine.