• contraception masculine
  • contraception homme
  • contraception masculine thermique – contraception masculine injection

    La contraception masculine – contraception masculine

    Loin d’être des pionniers, les gentlemens utilisant la contraception dite “masculine” s’appuient sur une mode vieille de 40 ans. Aujourd’hui, ils ne sont pas forcément militants et ont tous la même préoccupation : prendre en charge leur contraception, surtout que de la déléguer à leur partenaire. nEncore trop peu accessible et de ce fait trop peu présentée, la contraception masculine répond pourtant à une demande grandissante. Quand une femme rencontre certaines difficultés avec les solutions de contraception classiques, beaucoup de couples hétérosexuels se retrouvent dans une impasse contraceptive. “Si on ne veut plus avoir recours à la pilule ou au stérilet, il ne reste plus beaucoup de solutions : soit préservatif, soit abstinence… ou sinon, contraception masculine”, explique Karine, 42 ans, dont le compagnon est sous contraceptif. nnDans l’Hexagone, ils sont en moyenne 150 à suivre une contraception, sans compter les 0, 8 % de gars en genre de procréer ayant eu recours à la vasectomie ( contraception faite nécessitant une manoeuvre simple, sans aucun effet secondaire ). Hormonales ou thermiques, les solutions de contraception masculine sont encadrées par des conventions médicaux et validées par deux médecins la prescrivant depuis 40 ans : les toubibs Soufir, à , et Mieusset, à Toulouse. nnPartager les responsabilitésnnParmi la dizaine de gars que nous avons interviewés, tous ont fait cette étape après avoir pris conscience de la charge mentale contraceptive portée par leurs partenaires, actuelles ou passées. “Ce n’est pas un acte féministe, mais un acte de partage des responsabilités”, assure Robin, 33 ans, qui a porté le slip contraceptif avant d’arrêter pour concevoir un enfant. Grégoire, 47 ans et vasectomisé depuis une année, a voulu “soulager [sa] conjointe, qui prenait des hormones depuis de multiples années”. nnEn France, la méthode thermique est très teandance. elle est certaine et sans danger ni action secondaire. Elle se résume à remonter les testicules à la base de la verge, pour augmenter leur température et ainsi stopper de manière naturelle la production de spermatozoïdes. Deux outils aident à maintenir les testicules au chaud : le slip contraceptif ( aussi nommé “slip troué”, ou “boulocho” ) et l’anneau pénien “Androswitch”. Tous deux doivent être portés de manière journalière quinze heures par 24h, comme un sous-vêtement, maximum 4 ans, aucun essai médical n’ayant été réalisé au-delà de cette durée. nn_DSC8036. jpgn ‘ L’anneau pénien ‘ Androswitch ‘, selon la méthode de contraception thermique, entre les mains de son créateur Maxime Labrit © Maxime Labrit ‘ nDes ateliers de couture et d’essayage de slipsnnInventé dès les années 1980 par le Docteur Mieusset, le slip contraceptif a d’abord été porté par des militants de l’association Ardecom ( Association pour la recherche géolocalisée et le développement de la contraception masculine ), mise en place en 1979 depuis groupes de paroles de jeunes hommes proches du MLAC ( mouvement de libération de l’avortement et de la contraception ). nnAujourd’hui, les slips contraceptifs peuvent être fournis par le Docteur Mieusset, sous suivi de santé. Mais certains choisissent de les fabriquer eux-mêmes, sous leur nettoyée responsabilité. David, 46 ans a vécu un atelier de fabrication de slip, organisé par le collectif breton Thomas Boulou. Encourageant l’autogestion contraceptive, le collectif a mis en ligne des conseils de confection et plusieurs tutoriels vidéos pour réaliser son propre slip, suivant trois modèles au choix : classique, jock-strap ou soutien-gorge. “Porter le slip, c’est aussi un imaginaire érotique et équilibré à repenser”, note David. Il poursuit : “En essayant des slips entre , on n’était pas en train de se la mesurer ou de savoir qui pisse le précédemment. C’était un moment précieux qui déplaçait les codes, en plus de la cooptation virile”. nnn“Des sensations dernieres nouvelles, mais pas désagréables”nnLaurent, 31 ans, a favori porter l’Androswitch, un anneau commercialisé en ligne ( 37€ ) depuis mai 2019 avec la société Thoreme et basé sur la méthode thermique. “Il suffit de l’intégrer dans sa routine. Au début, ça donne des impressions toutes nouvelles, mais pas désagréables ou inconfortables. Imaginez que vous n’ayiez jamais porté de sous-vêtements, et que vous décidez d’en porter un, c’est le même ressenti”. “C’est une piste génialissime pour faire de la contraception avec le respect du corps des personnes, poursuit Laurent. Même avec très peu de moyens, n’importe qui peut utiliser un recours contraceptif ‘. nnQuelques hommes utilisent aussi une contraception hormonale au protocole validé par l’OMS : une injection hebdomadaire intramusculaire d’un dérivé de la testostérone. La testostérone étant endomagée par le foie, elle ne peut pas être prise en pilule. “C’est assez contraignant. Une infirmier doit passer chez moi toutes les semaines pour me faire l’injection, nous explique Thomas, 29 ans, qui a commencé le traitement en janvier. Le produit étant utilisé comme dopant, ne passe pas non plus l’avion. ” Comme son équivalent féminin, la contraception hormonale masculine peut avoir des effets secondaires : irritabilité, hausse de la libido et de la puissance . nn“Les hommes ont peur”nnSi les gentlemens peuvent être sous contraceptif, cela “reste encore trop souvent une affaire de femmes”, certifie Erwan, 40 ans et très actif à Ardecom. les femmes sont principalement présentes dans les réunions d’actualités sur la contraception masculine. “Comme si la sexualité était reliée aux , et la procréation aux femmes, regrette Franck, 40 ans et vasectomisé. Aux , on parle de Viagra, aux femmes on parle de pilule”. nnPour beaucoup de mecs, “agir sur leur fertilité peut être vécu comme une atteinte à leurs capacités sexuelles”, analyse Alain Giami, directeur de recherche émérite à l’INSERM et co-auteur de Droits de l’Homme et sexualité – Vers la notion de droits sexuels ? ( Editions des archives modernes, mars 2019 ). Robin, 33 ans, confirme : “Quand je parle de mon slip contraceptif autour de moi, j’ai le sentiment que les gentlemens proposent peur”. Pourtant, la contraception masculine “pourrait permettre aux de reprendre le contrôle sur leur corps et de faire valoir leurs droits hot et reproductifs”, s’enthousiasme Alain Giami. Un choix libérateur. nnn ‘ en faisant une contraception, j’ai perçu une sensation d’accomplissement et de confiance partagée dans mon couple, une nouvelle possibilité dans une sexualité sans procréation ‘, nous confie Maxime, créateur de l’Andro-switch. En dehors de l’intimité de son couple, Maxime a aussi discerné “un méchant sentiment de retraite et d’isolement”, face à des pouvoirs publics et à un corps médical inertes. Quant à Grégoire, avant de recourir à la vasectomie, il n’a pu faire la rencontre aucun homme ayant déjà fait cette démarche. nnEn attendant des changements institutionnels, les médecins Soufir et Mieusset continuent influencer. En janvier 2019, ils proposent dispensé une formation pour 26 médecins sur la contraception masculine. La seconde séance n’a pas pu se faire, faute de subventions pour défrayer le milieu médical. Quant au slip contraceptif du pofessionnel Mieusset, est en cours d’industrialisation, en vue d’essais cliniques à l’échelle européenne, pour qu’il soit reconnu comme un dispositif de santé, acheté en pharmacie. Inutile de gacher espoir, nous garantit Erwan. “Comme pour la légalisation de l’IVG, c’est en utilisant ces méthodes, malgré l’insuffisance de l’accompagnement médical, qu’on arrivera à faire pression sur les institutions”.

    La contraception masculine – contraception homme

    Contraceptif coté masculin : Où est-il ? Où est-il ? nLa conversation autour de la contraception masculine a été qu’elle sera disponible ‘ bientôt ‘. De nombreux articles ( tels que celui-ci, cela et ceci ) remontant au début des années proposent affirmé qu’une pilule pour hommes est en cours de préparation. Si l’on en croit le calendrier promis, nous devrions tous pouvoir déjà acquérir et utiliser des contraceptifs masculins. Pourquoi on ne peut pas ? nnMCI a récemment mené une enquête auprès d’utilisateurs potentiels de contraceptifs masculins, et l’une des majeures conclusions de l’enquête est que tous les sexes veulent sérieusement plus de possibilités de contraception pour hommes. Le but de cet article est de présenter des informations sur la façon dont un médicament est mis sur le marché et pourquoi les contraceptifs masculins sont encore en développement. nnI. LE PROCESSUSnnLe process de mise au point d’un médicament est une épreuve longue, fastidieuse et cher qui tente de répondre aux questions suivantes : nnComment un contraceptif pourrait-il être efficiente ? nQuelle pilule/dispositif/dispositif/approche peut fonctionner comme contraceptif ? nEst-ce que cela fonctionne dans les tentatives sur les animaux ? nPourrait-il s’agir d’une véritable pilule, d’une injection ou d’un implant… ? nEst-il sûr, efficace, faisable et fiable ? nEst-il efficace chez l’homme, avec un minimum d’effets nocifs ? nLe process de développement de la contraception masculine peut varier et n’est pas souvent linéaire, mais ce qui suit est une route représentative pour certaines possibilités contraceptives masculines. nnII. DÉVELOPPEMENT DE MÉDICAMENTSnnL’Aha ! MomentnnnUn chercheur dans un laboratoire trouve une fonctionnalité ou un défaut cellulaire : une composante de la reproduction qui, lorsqu’elle manque, s’avère rendre les hommes infertiles. Nous appellerons ça la ‘ cible ‘. nnChronologie : C’est toujours le cas avec plusieurs méthodes potentielles différentes sur lesquelles divers chercheurs agissent. nnMais est-ce que ça marche ? nnnLe chercheur teste un animal ( souvent une souris ) dont le système reproducteur présente des particularités semblables à celles de l’homme. Ils veulent savoir si leur cible peut être changée d’une façon pour rendre l’animal infertile, parce que si cela fonctionne chez l’animal, cela pourrait vouloir dire que cela fonctionnera chez les hommes. Ils pourraient aussi tester des échantillons de sperme relationel à ce stade. nnChronologie : Des mois à plusieurs années. nnCoût : Des centaines de centaines. nnMéthodes à ce stade : il y a beaucoup d’exploration dans divers laboratoires à ce stade, et de beaucoup de chercheurs explorent les solutions qu’ils proposent trouvées. nnCible FaisabiliténnnLe chercheur commence à mettre au point le contraceptif qu’un femme prendra à l’avenir. Dans ce process, ils essaient de trouver un recours de modifier, de contrôler et de déclencher l’infertilité avec l’aide de leur cible, d’une manière qui peut être transmise à une personne. Le médicament peut-il être absorbé par l’instance ? Comment pourrait-il être remis…. sous forme de pilule ? Un coup de feu ? Un patch de la peau ? nnChronologie : Plusieurs années. nnCoût : Des dizaines de milliers. nnMéthodes à ce stade : la majorité des choses ! Certains que le MCI finance : Catsper et SLO3. Ces deux facteurs influent sur la motilité des spermatozoïdes. nnEn sommes-nous sûrs ? nnnDe nombreux tentatives sont faits sur des animaux et dans des systèmes qui représentent la réplication des humains pour être certain que le médicament marche convenablement et qu’il est sûr et viable également contraceptif. nnChronologie : Plusieurs années. nnCoût : Des centaines de centaines. nnMéthodes à ce stade : HIPK4, que MCI finance. Cela affecte la réalisation de sperme. nnEst-il danger ? nnnLe chercheur peaufine encore plus le médicament afin de s’assurer qu’il est sécuritaire. Ils choisissent autant la bonne forme posologique, comme une pilule, un vaccin ou un implant, et s’assurent que la posologie, la durée d’action et l’efficacité sont exactes. S’il y a d’autres spécificités importantes du médicament, comme la réversibilité, qui peuvent aussi être testées maintenant. En fin de compte, les chercheurs s’assurent que le médicament est conforme aux normes rigoureuses de la FDA américaine pour approbation. nnChronologie : Plusieurs années. nnCoût : Des dizaines de milliers à des centaines de milliers. nnMéthodes à ce stade : Eppin ( motilité du sperme ) Echo-VR/Adam ( bloque les canaux déférents ), VasDeBlock ( bloque les canaux déférents ), Vasalgel ( bloque les canaux déférents ). nnIII. ESSAIS CLINIQUESnnÇa marche ! Mais…. est-ce que ça marche chez les personnes réels ? nnSi les phases ci-dessus démontrent que le médicament est sûr, infaillible et qu’il possède une posologie et une forme posologique qualitatifs, le chercheur présente une demande de drogue nouvelle de recherche, ce qui lui permet de passer aux analyses sur des hommes. Parce qu’ils peuvent faire beaucoup de sous avec un médicament qui peut être acheté ultérieurement, les investisseurs et les compagnies pharmaceutiques aiment parfois et investir quelque part dans le processus ci-dessous. nnEssai clinique de phase InnC’est la première fois qu’un chercheur teste son médicament sur de vrais humains. À ce stade, ils veulent voir si le contraceptif a des effets secondaires à différentes doses et comment il est manipulé par le groupe. la plupart des médicaments vont de l’avant à partir de cette étape. nnChronologie : Mois à 2 ans. nnCoût : 2-5 centaines de milliers. nnMéthodes à ce stade : Bambang Prajogo ( impact sur la motilité ou la fécondation des spermatozoïdes ) est testé dans l’équivalent de cette étape en indonésie, mais ne sera pas disponible aux states avant d’avoir suivi le processus américain, H 11-beta-mntdc, DMAU. nnEssai clinique de période II

    La contraception masculine – contraception masculine

    Quel est le rapport entre la contraception et Kevin Bacon ? nComment l’augmentation des alternatives contraceptives masculines peut changer le monde, et nous rappelle Kevin Bacon. nnCherchez-vous à avoir un vrai résultat mondial sur la santé, l’environnement, l’équité entre les sexes, l’éducation ou tout autre enjeu auquel nous sommes actuellement confrontés comme communauté mondiale ? Dans l’affirmative, l’amélioration de la contraception en général et l’accroissement des possibilités contraceptives masculines notamment constituent un recours efficace d’obtenir cet mission. nn…….. nnAprès avoir obtenu plus d’une décennie à travailler dans le domaine de la contraception et de la santé génésique, je peux dire, sans exagération, que je pense que la contraception peut jouer un rôle dans la résolution de presque tous les problèmes. Je plaisante souvent à ce sujet d’une manière ‘ 6 degrés de contraception ‘, pariant que je peux raccorder la contraception à tout autre problème mondial en moins de six phases à la Kevin Bacon jeu ( sérieusement, je peux à coup sûr le faire en trois mais je suis fan de me donner une certaine marge de manipulation ). Le truc, c’est que je crois VRAIMENT que c’est vrai. nnC’est pour cela que je suis perplexe à l’idée qu’à l’ère de la philanthropie moderne, avec des philosophies axées sur le talent stratégique, l’investissement d’impact et l’altruisme efficace, on ne se canalise pas encore plus sur le soutien à la recherche et et à la multiplication en terme de contraception. C’est peut-être car certains pensent qu’il existe déjà suffisamment de méthodes contraceptives disponibles, ce qui serait facile à imaginer à première vue ; cependant, même la moindre fouille permettra de comprendre que bon nombre des techniques existantes pour les femmes sont entachées d’effets secondaires qui rendent souvent leur utilisation compliqué. de même, il y a les techniques contraceptives masculines – vous savez, les deux – donc, y a sûrement place à l’amélioration. nnAlors pourquoi a-t-il été si dur de profiter de le soutien nécessaire à la contraception en général et à la contraception masculine surtout ? Comment pouvons-nous articuler visiblement le besoin et l’impact immédiat que l’amélioration des possibilités contraceptives peut avoir, et l’importante opportunité d’impact que l’amélioration de l’adoption et de l’observance des contraceptifs peut avoir sur de beaucoup de autres problèmes mondiaux ? nnLes objectifs du développement solide ( ODD ) nnLa première phase de manière à repérer des problèmes de grande largeur consiste à envisager une nomenclature et une stratégie communes pour relever les défis qui se posent. C’est exactement ce que les Objectifs du Millénaire pour le développement ( OMD ) visent à faire. Créés dans le cadre de la Déclaration du Millénaire des Nations Unies réalisée par en , les OMD consistaient en huit secteurs cibles qui formaient ‘… un plan approuvé par tous les pays des gens et toutes les majeures institutions de développement des personnes ‘ pour répondre aux besoins les plus critiques des populations les plus pauvres des personnes d’ici 2015. bien que nous ayons fait des progrès à proximité de la réalisation des OMD, certains secteurs ont mieux que certains et il y a encore du travail à faire. Ainsi, dans la perspective de 2030, les Objectifs de développement solide ( ODD ) offrent été introduits ; un raffinement et une expansion des ODM qui comporte neuf objectifs complémentaires avec une plus grande concentration sur les approches environnementales en tant que ‘… un modèle partagé de paix et de prospérité pour les populations et le monde, désormais et à l’avenir ‘. nnnFigure 2 : Les objectifs de développement durablenSource : Objectifs des Nations Unies en matière de développement durablenL’investissement dans la R

    La contraception masculine – contraception homme

    Une pilule contraceptive masculine a passé les premiers contrôles humains. Cette percée révolutionnaire dans le domaine de la contraception présente des choix différents pour les gentlemens, ce qui fait progresser énormément le secteur de la santé de la contraception. Cependant, sans doute encore des années avant que la pilule ne soit effectivement mise sur le marché. nnL’une de nombreuses raisons de ce retard est que les chercheurs ont dû tabler sur le financement d’organismes de bienfaisance et d’universités : les sociétés pharmaceutiques n’ont pas encore vu la de modifier cette compétence en un médicament grandement utilisé et rentable. Cela est dû en partie à la croyance largement répandue que les gentlemens ne sont pas responsables de la contraception et ne sont donc pas intéressés à l’utiliser. Toutefois, les stastitiques empiriques recueillies dans le cadre de nos propres études prouvent le tout autre. nnChanger les perceptionsnChez CitizenMe, nous voulions explorer le thème de la contraception masculine en vue de de concevoir les attitudes anciennes et comment les gentlemens et les femmes réagiraient aux nouveaux produits, s’ils étaient disponibles. Nous avons mené deux enquêtes multinationales auprès de femmes et de gars sur notre plateforme pour savoir ce qu’ils pensaient de cette nouvelle pilule en cours d’élaboration. nnnn nnAudience : Global, Hommes, 16-65 ans ( n=1000 ) nnIl est intéressant de préciser que seulement vingt pour cent des mecs offrent carrément écarté l’idée d’essayer la pilule contraceptive masculine. Les raisons pour celles qui n’étaient pas aussi sûres allaient du plaisir d’avoir plus d’actualités sur le sujet à l’idée que ce n’est pas assez ‘ coté masculin ‘. Cependant, 59% des mecs étaient de votre avis pour dire que les gentlemens et les femmes devraient être de plus responsables de la contraception. nnnnAudience : Global, Filles, 16-65 ans ( n=999 ) nnDe même, seulement vingt pour cent des femmes ont indiqué qu’elles ne seraient pas disposées à utiliser la pilule contraceptive masculine comme méthode de contraception. De même, la principale raison de l’hésitation était l’envie d’en savoir plus à ce propos. Il est avantageux de préciser qu’il y a aussi un pourcentage significatif de meufs ( un quart ) qui ne feraient pas confiance à l’homme pour prendre cette pilule. nnNécessité de modifier les normes sexospécifiquesnLa disparité entre la quantité et les genres d’options contraceptives féminines et masculines a un résultat beaucoup plus important sur les femmes : nnElle oblige les femmes à assumer la plupart des charges financières et sanitaires liées à la contraception ( visites chez le médecin, achat de la pilule, prescriptions, etc. ). nElle exige des femmes qu’elles assument la responsabilité de la contraception en général et le stress supplémentaire que cela entraîne. Cela réduit l’autorité des mecs en matière de reproduction, ce qui renforce la responsabilité des femmes. nParce que les possibilités des femmes en matière de contraception sont effectuées comme une forme d’autonomisation des femmes et d’égalité sociale, les injustices de la situation présente restent souvent cachées. Une véritable égalité sociale signifie que les femmes et les hommes s’orientent vers le donner des responsabilités en terme de contraception. Nous croyons que cela peut se faire de deux façons : nnDévelopper de toutes nouvelles possibilités contraceptives masculines. C’est ce qu’il y a actuellement, mais les compagnies pharmaceutiques doivent penser qu’il y a un marché pour cela. Ils sont essentiels pour présenter le financement nécessaire à la mise à disposition de ces pièces et pour ajouter de la crédibilité aux campagnes de sensibilisation et d’acceptation. nPour que ces articles soient mis en vente et employés, faut aussi qu’il y ait un changement simultané des croyances sur les métiers assumés par les hommes et les femmes. la première action pour faire de la contraception une véritable responsabilité partagée consiste à se demander ce que les gentlemens et les femmes des divers pays pensent de cette perspective. Ce n’est qu’en incluant réellement les croyances des gens que les mentalités peuvent débuter à changer. nEngager différentes cultures pour démontrer une fibre potentielnNotre plateforme de recherche anonyme et éthique permet aux gens du monde entier d’exprimer leurs idées sans porter de jugement, ce qui permet une compréhension nuancée des attitudes et des attitudes sur divers sujets. nnDans cette étude, nous avons reçu des réponses de l’Inde, des Philippines, du Royaume-Uni, de l’Inde, du Brésil, du Vietnam, des États-Unis, de l’Espagne, , de l’Italie et des Pays-Bas, révélant comment les attitudes envers la pilule changent selon chaque pays. Par exemple, bien que les hommes indiens âgés de 18 à 24 ans aient indiqué que le principal outil vecteur dissuasif pour essayer la pilule masculine était le manque de renseignements à ce sujet, ils proposent aussi indiqué que la religion était un problème. Alors qu’au Brésil, les gentlemens du même groupe d’âge sont plus préoccupés par le fait que la contraception est la responsabilité des femmes et pensent que prendre la pilule ne serait donc pas assez ‘ masculin ‘. nnCes partenariats nous indiquent que les femmes et les gentlemens semblent correspondre que la responsabilité de la contraception repose sur les deux. Bien qu’il existe différents obstacles culturels et comportementaux à la prise de la pilule dans chaque pays, un problème universel a été identifié : l’absence d’information à son sujet. Pour que les contraceptifs masculins soient adoptés, il est essentiel de disposer de références claires permettant de dissiper les craintes potentielles. Si cela peut être réalisé efficacement, y a à coup sûr un large marché potentiel pour les contraceptifs masculins.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Qu’est-ce que la prostate ? nQu’est-ce que la prostate ? nLa prostate fait partie du système reproducteur masculin. La prostate est une glande de la dimension d’une noix localisée entre la vessie masculine et le pénis. La prostate est juste devant le rectum. L’urètre traverse le centre de la prostate, de la vessie au pénis. nnLa prostate sécrète un liquide qui nourrit et protège le sperme. Le liquide laiteux produit par la prostate – le fluide prostatique – représente à peu près 30 % du eliquide total éjaculé ( le reste étant du sperme et du liquide provenant des vésicules séminales ). nnLe fluide prostatique protège les spermatozoïdes en les aidant à vivre plus longtemps et à être plus mobiles. Il a plusieurs d’ingrédients, y compris des enzymes, du zinc et de l’acide citrique. L’une des enzymes du eliquide prostatique est l’antigène spécialisé de la prostate ( PSA ). Après l’éjaculation, le PSA rend le sperme plus renforcé, aidant les spermatozoïdes à le traverser plus facilement, augmentant leurs chances de féconder un ovule avec succès. nnPendant l’éjaculation, la prostate comprime le liquide prostatique dans l’urètre et est expulsée avec le sperme comme partie du sperme. C’est un élément clé de la duplication masculine. il existe de multiples possibilités d’interrompre le processus de développement du eliquide prostatique et de qui peuvent être optimisées pour le contrôle des naissances et la contraception masculine.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Au cours des dernières années, bon nombre d’entre nous ont vu des manchettes faisant référence et à la multiplication de médicaments contraceptifs pour . Il paraît que depuis trop longtemps, les femmes portent seules le fardeau de la prévention de la grossesse, malgré le fait que l’accouchement requiert deux parties pour avoir lieu. de plus, puisque les hommes sont fertiles à 100 % du temps, tandis que les femmes ne le sont qu’environ le quart du temps de leur cycle menstruel, il s’avère un peu exagéré d’attribuer la responsabilité uniquement aux femmes, aux couples qui espèrent reporter leurs enfants. nnNatural Womanhood, Fertility Awareness Based Methods, Natural Family Planning, NFP, FABM, FAM, FAM, contrôle des naissances, impressions secondaires, santé des femmes, santé reproductive, sensibilisation à la fertilité, santé masculine, contrôle des naissances, contraceptifs hormonaux, contraception hormonale, contraception masculine, contrôle des naissances, statut du contrôle des naissances coté masculin, efficacité du contrôle des naissances, givre, contraceptifs oraux masculins, pilule, contrôle des naissances, impressions secondaires de la pilule, impressions secondaires à long terme des pilules, santé, contrôle des naissances égalitairenIl s’avère que l’histoire du contrôle des naissances inclut des tentatives pour trouver un contraceptif masculin. Un médecin qui prescrivait avec enthousiasme des contraceptifs hormonaux aux femmes dans les années 1960 a exploré la question après avoir été insatisfaite de voir les impressions secondaires de la contraception que les femmes éprouvaient. Ce qu’elle a trouvé et documenté dans son bouqin The Bitter Pill de 1985, c’est que les contraceptifs oraux masculins avaient aussi des impressions secondaires désagréables. La seule différence est que la découverte de ces sensations secondaires a stoppé l’élaboration de médicaments pour les hommes, alors que les médicaments pour les femmes continuent d’être grandement prescrits. nnLa professeure Janet E. Smith l’explique dans son exposé très diffusé de 1994 sur la contraception : Pourquoi pas ? Commentant la façon dont le Dr Grant a constaté que la tentative de contraception masculine était au point mort, Smith explique : ‘ il existe une raison à cela. Dans le groupe d’étude des mâles, un mâle a eu un fin rétrécissement de ses testicules. Ainsi, tous les tests sur la pilule contraceptive masculine ont été arrêtés, car c’est intolérable. Dans le groupe d’étude féminin, trois femmes sont mortes. ‘ Jeanette Flood a exposé celle ci année à l’occasion de la Journée internationale de la femme : ‘ Au cours des deux premières années d’un timbre contraceptif pour les femmes, au moins six femmes sont mortes, sans doute plus. Pourquoi est-ce acceptable ? ‘ C’est une bonne question. nnUne histoire malheureusenPlus nous en apprenons sur l’histoire de la mise en marché des contraceptifs hormonaux féminins, plus nous entendons parler d’effets secondaires chez les femmes qui sont brossées sous le tapis. Le numéro de mai 2019 de Scientific American décrit les premiers tentatives de recherche qui offrent mené à la première pilule contraceptive sur le marché. Comme Madeleine Coyne l’a documenté à Natural Womanhood plus tôt actuellement : nnDans le premier essai à grande échelle, approuvé par la FDA, de contraception hormonale, 265 femmes portoricaines à faible revenu ont été recrutées… et 22% des femmes offrent abandonné l’expérience après avoir subi des sensations secondaires indésirables. Comme l’écrit Virginia Sole-Smith dans Scientific American, ‘ Le directeur médical de l’étude a fait valoir que la pilule ‘ provoquait trop de critiques secondaires pour être en règle générale acceptable ‘. néanmoins, a été mis sur le marché. ‘ nnC’est ainsi que le contrôle des naissances a été experimenté sur des femmes pauvres d’un autre pays sans leur consentement, leurs effets secondaires flagrants ayant été balayés. malgré que la pilule soit célébrée comme une percée libératrice pour les femmes, Sole-Smith poursuit en expliquant : ‘ Mais la libération avait un prix. Vers la fin des années 1960, des patients de tous les États-Unis ont signalé les mêmes symptômes que ceux documentés l’essai portoricain. Malgré de multiples reformulations au cours des décennies qui offrent suivi, les sensations secondaires demeurent un problème pour de nombreuses femmes sur la pilule ; les risques de cancer du sein, de caillots sanguins et de probléme vasculaire cérébral peuvent autant être d’avantage élevés. ‘ nnLa recherche continue de la contraception masculinenEntre-temps, les discussions sur la conception d’une méthode contraceptive masculine se poursuivent. malgré que la contraception masculine n’ait pas encore fait son apparition sur le marché, elle est à l’étude depuis un laps de temps et, à quelques mois d’intervalle, un produit sur ses progrès naissants paraît dans les fils de nouvelles. nnFin 2018, les chercheurs proposent donné le coup d’envoi d’un essai pour un givre topique contraceptif coté masculin. Le givre est simple : combine progestatif et testostérone pour réduire le volume de spermatozoïdes. ‘ lorsque le progestatif est exploité seul chez les hommes, explique-t-on dans les rapports, il diminue le volume de spermatozoïdes et fait tomber le taux de testostérone, ce qui peut entraîner des sensations secondaires indésirables comme l’acné, la prise de poids et une baisse de la libido. Donc l’ajout de testostérone est consacré à contrecarrer ces effets tout en faisant un volume de spermatozoïdes incroyablement bas. ‘ il s’agit de plus d’une décennie, et le procès lui-même ne devrait pas être accompli avant 2022. Une version masculine de la pilule qui fonctionne selon le même principe est de plus en cours d’élaboration. nnCependant, malgré la facilité et la prétendue sécurité de ce givre, des analyses offrent montré que les gentlemens sont réticents à l’utiliser. Selon un article semblé dans The Wire, ‘ Le sentiment le plus commun peut être l’apathie – une sensation de complaisance car ce sont les femmes qui dirigent l’exposition contraceptive. ‘ nn ‘ Jonathan Eig, l’auteur de The Birth of the Pill, a déclaré : ‘ Il n’y a pas sérieusement d’adhésion lorsqu’il s’agit de mecs qui prennent la responsabilité de la contraception. ‘ La pilule connaît un tel succès financier qu’il n’y a peu d’incitation pour les chercheurs à réfléchir de toutes nouvelles formes de contraception pour les hommes non plus. ‘ nnDe plus, selon Christina Chung-Lun Wang, chercheuse à Los Angeles Biomed et l’une des principales chercheuses sur le givre, ‘ la conception industirelle pharmaceutique n’a aucun intérêt à financer de toutes nouvelles techniques de contraception qui ciblent les hommes ‘. nnLes chercheurs s’inquiètent des impressions secondaires de la contraception chez les hommes qui sont révélés par les données sur l’innocuité, notant des taux de cholestérol plus élevés chez les participantes à l’essai de contraception orale, et des dangers pour les gentlemens plus âgés qui veulent utiliser la pilule. nnLa solution est juste devant nousnIl se trouve qu’il existe une méthode contraceptive qui comporte la participation des hommes. En fait, pour être efficiente, elle appelle à la participation mutuelle des femmes et des mecs. Cette méthode n’exige pas de médicaments hormonaux qui suppriment leur fertilité ou créent des sensations secondaires pour les deux parties. toute cette transformation et bien d’autres choses encore sont possibles avec les techniques très en vogue actuellement de planification familiale naturelle connues sous l’appelation de méthodes fondées sur la connaissance de la fécondité ( FABM ). nnCes méthodes naturelles de contraception offrent vraiment pas seulement prouvé leur efficacité analogue à celle des contraceptifs pharmaceutiques, mais elles n’ont aucun action secondaire sur la contraception et ne exposent aucun risque pour le système reproducteur de la femme. Pour les femmes qui essaient de réduire les douleurs menstruelles ou d’autres symptômes menstruels, ils permettent aux femmes de déterminer naturellement les déséquilibres hormonaux et de les traiter en s’aidant d’un professionnel médical. Rien ne peut être d’avantage favorable à la santé des femmes. nnComme le note Jeannette Flood, c’est la forme la plus équitable de planification familiale pour les hommes et les femmes : nnNous devrions insister sur le ‘ respect de la réplication ‘ des femmes de la même manière que celui dont bénéficient les gentlemens depuis longtemps. Le respect qui dit : ‘ Tout comme je ne risquerais pas de rétrécir ou d’avoir des effets secondaires désagréables, et encore moins de courir le risque des blessures physiques ou la mort pour moi-même, évidemment, je n’ai pas l’intention de que ma femme, ma fille, ma sœur ou une autre femme risque ou subisse des blessures physiques ‘. Un tel respect reconnaîtrait que le plaisir et la commodité ne l’emportent pas sur le bien-être des femmes. Un respect égal en terme de reproduction ferait disparaître les contraceptifs chimiques aussi bien pour les femmes que pour les hommes. nnEspérons que nous pourrons traiter les contraceptifs hormonaux féminins avec le même scepticisme que les contraceptifs masculins. J’espère autant qu’au lieu d’exposer les femmes et les hommes à toute une ligne de options chimiques visant à prévenir les grossesses, les hommes et les femmes pourront mieux apprécier et appréhender les processus d’origine naturelle de notre corps et encourager les sexes à travailler ensemble à la planification de famille, en l’occurence qu’au détriment de la santé des autres.

    La contraception masculine – contraception homme

    Pourquoi avons-nous besoin de contraceptifs pour à présent ? nC’est l’heure de la contraception masculine. nLes options de contraception actuellement disponibles pour les hommes sont insuffisantes parce qu’il n’a pas été créé d’option de contraception sur une longue période pour les hommes. La vasectomie est perçue comme une méthode irréfragable, et le taux de grossesse réelle du condom est de 13 % – un chiffre réellement cher si vous recherchez une méthode contraceptive à sécurité intégrée. nnDe meilleures possibilités contraceptives pour les hommes apporteront l’équité à la planification de famille, car d’autant plus de mecs partagent la responsabilité de la fécondité. Chaque nouvelle méthode contraceptive développée a entraîné une hausse de l’utilisation des contraceptifs, une diminution des grossesses vraiment pas désirées et une amélioration de la santé des enfants sur la planète entier. Nous nous attendons à ce qu’il en soit de même pour les développements futurs de la nouvelle contraception masculine. nnIl est impératif que nous fassions un effort pour la contraception masculine aujourd’hui. nIl y a soixante millions de grossesses tout bonnement non désirées tous les ans dans les pays. Il n’y a pas eu d’innovation significative dans le domaine de la contraception, en particulier les solutions non hormonales, depuis des années. nnLa réduction des grossesses tout bonnement non désirées peut aider à briser le cycle de la pauvreté. Les chercheurs s’attendent autant à économiser aux contribuables plus de 5 milliards de dollars par année en frais médicaux à court terme. On s’attend à ce que les économies de coûts sur une longue période soient beaucoup plus importantes, simplement en s’assurant que les besoins de planification de famille sont contents pour tous. nnMale Contraceptive Initiative ( MCI ) finance de dernieres nouvelles recherches sur les solutions contraceptives masculines. Nous faisons avancer les possibilités de contraception masculines dans le but les hommes et les femmes puissent avoir plus de possibilités – ensemble. nnEnvisagez de faire un pouvoir à MCI. Nous avons montré comment nous pouvons faire de la contraception masculine une réalité : faites partie de la solution avec nous. nnInitiative contraceptive masculinenNous faisons s’améliorer notre mission grâce en quête, aux réseaux et à l’éducation. Nous : nnAccorder des subventions pour des recherches novatrices et prometteuses dans ce secteur, nRéseauter avec les chercheurs et établir des liens avec eux pour faire progresser le secteur de la santé, nEffectuer des recherches sur les impacts possibles des contraceptifs masculins, nles attitudes de l’enquête à l’égard de la contraception masculine et l’acceptabilité de celle-cinPlaider en faveur d’une politique et d’un financement adéquats pour les contraceptifs masculins. nVous désirez en savoir plus ? nn

    La contraception masculine – contraception homme

    Mise en marché des contraceptifs pour hommesnLe contrôle des naissances pour les gentlemens n’a pas été inventé encore. nEn spécifique, il n’a pas été créé de méthode contraceptive réversible à action prolongée pour les hommes. Les seules alternatives pour les hommes sont les vasectomies et les préservatifs, qui ne permettent pas aux et à leurs partenaires de choisir entre les alternatives qui conviennent à leur mode de vie. nnNotre mission est de mettre sur le marché des contraceptifs pour . Plus précisément, s’agit de méthodes réversibles, vraiment pas hormonales, qui agissent lors du développement futur du sperme. Ce piquant évite les impressions secondaires évitables et permet une méthode contraceptive qui fonctionne beaucoup plus rapidement. nnAlors, comment pouvons-nous mettre sur le marché des contraceptifs pour hommes ? le premier travail à réaliser revient à les faire progresser suffisamment dans le développement clinique. nnGénéralement, les sources de financement paraissent plus faciles à trouver quand la recherche géolocalisée arrive aux tentatives cliniques chez l’être humain. Vous savez donc qu’il y a trois phases de ces tentatives cliniques chez l’humain avant qu’un médicament ne soit admissible à une demande de la FDA. Après cela, il peut être mis en marché. Même dans ce cas, seulement 10 % des médicaments, environ, passent de la phase I à la distribution. Mais les compagnies pharmaceutiques et les investisseurs sont prêts à intervenir dans la phase I. C’est parce qu’ils s’attendent à faire beaucoup plus que 10 fois leur investissement en cas de succès. Par conséquent, il est financièrement bonne pour eux de vous aider. nnMais avant qu’un médicament comme un contraceptif n’atteigne la période I d’un essai clinique chez l’humain, il reste encore du travail à faire. Et ce travail est plus risqué. En fait, c’est énormément risqué, cette période se prénomme -nnLa ‘ vallée de la mort ‘. nCette période de ‘ vallée de la mort ‘ implique beaucoup de travaux précliniques. Après avoir découvert une molécule candidate, vous effectuez un processus appelé criblage à haut débit. Il s’agit d’un cheminement de dépistage à grand espace pour être certain que vous vous retrouvez avec un médicament qui est très sélectif. C’est-à-dire que le médicament ne fait que ce que vous souhaitez qu’il fasse. nnDans cette période, vous avez aussi d’autres parties. Vous testez la toxicité, vous vous assurez que votre médicament est absorbable par l’organisme et vous vous assurez qu’il dure assez longtemps et qu’il est suffisamment puissant pour être pratique. Si l’un d’entre eux ne fonctionne pas, vous devez soit faire marche arrière, soit abandonner. Les investisseurs et les grandes sociétés pharmaceutiques sont restés en dehors de cette ‘ vallée de la mort ‘ pour la recherche sur la contraception masculine. c’est la raison pour laquelle nous nous sommes concentrés sur ce secteur. nnCe qu’il y a de bien dans cette phase de la ‘ vallée de la mort ‘, c’est que, selon l’état d’avancement de le moteur de recherche, ne coûte que quelques millions de dollars pour passer à l’étape suivante. Comparez cela aux dépenses plus élevés que les compagnies pharmaceutiques et les investisseurs doivent assumer lorsque les essais cliniques chez l’être humain commencent. Ces ‘ millions ‘ ne comptent pas le coût de l’addition de tous les échecs. nnC’est coûteux, et il est par conséquent important de prendre de merveilleuses décisions sur ce qu’il faut financer. Nous maximisons nos chances de succès en demandant aux meilleurs experts sur la planète d’examiner nos propositions de recherche sur la contraception masculine. nnComment financer tout cela ? nNous finançons ce travail à l’aide de des donateurs très généreux qui reconnaissent l’importance et l’impact de la mise sur le marché d’un nouveau contraceptif coté masculin. Les préoccupations d’un donateur peuvent porter sur le confort relationel, les possibilités d’éducation, l’équité entre les sexes ou même les questions liées à la population. dans tous les cas, l’ajout d’une nouvelle méthode contraceptive masculine a un effet important. Plus la recherche interne est obligatoire, plus y a de probabilités pour qu’un contraceptif coté masculin arrive sur le marché plus rapidement. nnAlors, à quoi ressemblent ces probabilités ? nImaginez qu’à chaque fois que nous obtenons un contraceptif coté masculin prometteur après la ‘ vallée de la mort ‘ et les tentatives cliniques hommes, nous obtenons une puce. Par souci de aisance, nous dirons que chaque puce donne 10 % de probabilités de disposer de un contraceptif masculin sur le marché. Vous pouvez imaginer cette puce comme celle que vous verriez dans un jeu Plinko dans The Price Is Right. C’est celle où vous testez de faire tomber la puce de façon aléatoire dans le bon emplacement. Nous ne pouvons pas assurer que notre puce sera gagnante, mais chaque puce a une certaine chance. Si nous pouvons transmettre suffisamment de élèves à des tentatives cliniques de période I sur des hommes, nous augmentons les chances qu’au moins un de ces contraceptifs masculins soit mis sur le marché. nnEntre-temps, nous continuerons de travailler pour susciter l’attention des équipes de recherche sur la contraception et nous comptons sur de généreux donateurs pour avoir leur appui. Dans la mesure où nous pouvons financer et identifier les études prometteuses avec succès, plus le monde aura de probabilités de disposer de le contrôle des naissances pour les gentlemens, qu’il s’agisse d’une nouvelle naissance ou d’une naissance prématurée.