• contraception masculine
  • contraception homme
  • contraception masculine hormonale – contraception homme femme

    La contraception masculine – contraception homme

    Loin d’être des pionniers, les gentlemens utilisant la contraception dite “masculine” se basent sur une technique vieille de 40 ans. Aujourd’hui, ils ne sont pas forcément militants et ont tous la même préoccupation : prendre en charge leur contraception, en l’occurence que de la déléguer à leur partenaire. nEncore trop peu accessible et de ce fait trop peu représentée, la contraception masculine répond toutefois à une demande croissante. Quand une femme rencontre des difficultés avec les solutions de contraception classiques, beaucoup de paires hétérosexuels se trouvent dans une impasse contraceptive. “Si on ne veut plus avoir recours à la pilule ou au stérilet, ne reste plus beaucoup de solutions : soit préservatif, soit abstinence… ou sinon, contraception masculine”, explique Karine, 42 ans, dont le compagnon est sous contraceptif. nnDans l’Hexagone, ils sont environ 150 à suivre une contraception, sans compter les 0, 8 % de mecs en âge de procréer ayant eu recours à la vasectomie ( contraception faite requérant une manoeuvre simple, sans aucun effet secondaire ). Hormonales ou thermiques, les méthodes de contraception masculine sont encadrées par des protocoles médicaux et validées par deux médecins la prescrivant depuis 40 ans : les docteurs Soufir, à , et Mieusset, à Toulouse. nnPartager les responsabilitésnnParmi la dizaine de mecs que nous avons interviewés, tous ont fait cette démarche après avoir pris conscience de la charge mentale contraceptive portée par leurs partenaires, actuelles ou passées. “Ce n’est pas un acte féministe, mais un acte d’interaction des responsabilités”, assure Robin, 33 ans, qui a porté le slip contraceptif avant d’arrêter pour réaliser un enfant. Grégoire, 47 ans et vasectomisé depuis un an, a voulu “soulager [sa] épouse, qui prenait des hormones depuis de multiples années”. nnEn France, la méthode calorifique a le vent en poupe. elle est sûre et sans danger ni action secondaire. Elle consiste à remonter les testicules à l’origine de la verge, pour augmenter leur température et ainsi stopper de manière naturelle la production de spermatozoïdes. Deux outils permettent de maintenir les testicules au chaud : le slip contraceptif ( aussi nommé “slip troué”, ou “boulocho” ) et l’anneau pénien “Androswitch”. Tous deux doivent être portés sur une base quotidienne quinze heures journalier, comme un sous-vêtement, pendant maximum quatre ans, aucun essai médical n’ayant été pratiqué en plus de cette durée. nn_DSC8036. jpgn ‘ L’anneau pénien ‘ Androswitch ‘, suivant la méthode de contraception thermique, entre les mains de son créateur Maxime Labrit © Maxime Labrit ‘ nDes ateliers de couture et d’essayage de slipsnnInventé dès la décennie 80 par le Docteur Mieusset, le slip contraceptif a d’abord été porté par des militants de l’association Ardecom ( Association pour le moteur de recherche et le développement de la contraception masculine ), créée en 1979 depuis groupes de paroles de jeunes proches du MLAC ( mouvement de libération de l’avortement et de la contraception ). nnAujourd’hui, les slips contraceptifs peuvent être fournis par le Docteur Mieusset, sous suivi de santé. Mais certains choisissent de les produire eux-mêmes, sous leur propre responsabilité. David, 45 ans a pris part à un atelier de fabrication de slip, organisé par le collectif breton Thomas Boulou. Encourageant l’autogestion contraceptive, le collectif a en ligne des conseils de couture et plusieurs guides vidéos pour réaliser son saine slip, selon trois exemplaires au choix : classique, jock-strap ou brassière. “Porter le slip, c’est aussi un imaginaire érotique et harmonieux à repenser”, note David. Il poursuit : “En essayant des slips entre , on n’était pas en train de se la mesurer ou de savoir qui pisse le plus haut. C’était un moment précieux qui déplaçait les codes, en plus de la cooptation virile”. nnn“Des impressions nouvelles, mais pas désagréables”nnLaurent, 31 ans, a préféré porter l’Androswitch, un anneau commercialisé en ligne ( 37€ ) depuis mai 2019 avec la société Thoreme et basé sur la méthode calorifique. “Il suffit de l’intégrer dans sa routine. Au début, ça donne des sensations toutes nouvelles, mais pas désagréables ou inconfortables. Imaginez que vous n’ayiez jamais porté de sous-vêtements, et que vous décidez d’en porter un, c’est le même ressenti”. “C’est une piste génialissime pour faire de la contraception avec le respect de notre corps des personnes, poursuit Laurent. Même avec très peu de moyens, n’importe qui peut utiliser un choix contraceptif ‘. nnQuelques emploient aussi une contraception hormonale au protocole validé par l’OMS : une injection hebdomadaire intramusculaire d’un dérivé de la testostérone. La testostérone étant détruite par le foie, elle ne peut pas être prise en pilule. “C’est assez contraignant. Une infirmière doit passer chez moi toutes les semaines pour me faire l’injection, nous explique Thomas, 29 ans, qui a commencé le traitement en janvier. Le produit étant considéré comme dopant, ne passe pas tout bonnement non plus l’avion. ” Comme son équivalent féminin, la contraception hormonale masculine peut avoir des effets secondaires : irritabilité, hausse de la libido et de la puissance . nn“Les hommes proposent peur”nnSi les hommes peuvent être sous contraceptif, cela “reste encore trop souvent une affaire de femmes”, certifie Erwan, 40 ans et très actif à Ardecom. les femmes sont principalement présentes dans les réunions de conseils sur la contraception masculine. “Comme si la sexualité était reliée aux , et la procréation aux femmes, regrette Franck, 40 ans et vasectomisé. Aux , on parle de Viagra, aux femmes on parle de pilule”. nnPour beaucoup de gars, “agir sur leur fertilité peut être vécu comme une atteinte à leurs possibilités sexuelles”, analyse Alain Giami, directeur de recherche émérite à l’INSERM et co-auteur de Droits de l’Homme et sexualité – Vers la notion de droits sexuels ? ( Editions des archives actuelles, mars 2019 ). Robin, 33 ans, confirme : “Quand je parle de mon slip contraceptif autour de moi, j’ai le sentiment que les hommes ont peur”. Pourtant, la contraception masculine “pourrait permettre aux de reprendre le contrôle sur leur corps et de faire valoir leurs droits sexuels et reproductifs”, s’enthousiasme Alain Giami. Un choix libérateur. nnn ‘ en suivant une contraception, j’ai éprouvé un sentiment d’accomplissement et de confiance partagée au sein de mon couple, une nouvelle possibilité dans une sexualité sans procréation ‘, nous confie Maxime, créateur de l’Andro-switch. En dehors de l’intimité de son couple, Maxime a aussi éprouvé “un violent sentiment de retraite et d’isolement”, face à des pouvoirs publics et à un corps de santé inertes. Quant à Grégoire, avant d’avoir recours à la vasectomie, il n’a pu rencontrer aucun femme ayant déjà fait cette opération. nnEn attendant des changements institutionnels, les médecins Soufir et Mieusset continuent d’agir. En janvier 2019, ils offrent dispensé une formation pour 26 médecins sur la contraception masculine. La seconde séance n’a pas pu se faire, faute de subventions pour défrayer les corps médicaux. Quant au slip contraceptif du pofessionnel Mieusset, il est en cours d’industrialisation, en vue d’essais cliniques à l’échelle européenne, pour qu’il soit avoué comme un dispositif de santé, vendu en pharmacie. Inutile d’alterer espoir, nous garantit Erwan. “Comme pour la légalisation de l’IVG, c’est en utilisant ces méthodes, malgré l’insuffisance de l’accompagnement de santé, qu’on arrivera à faire pression sur les institutions”.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Entretien avec Ed Gillis, détenteur d’une subvention de l’ITMnEd Gillis est le PDG de Revolution Contraceptives. La société travaille actuellement sur Vasalgel, un dispositif en cours de développement comme contraceptif non hormonal à longue durée d’action, destiné à être réversible. Il est un entrepreneur et un cadre supérieur qui a fait ses éléments dans la collecte de fonds à un niveau précoce et intermédiaire, les tentatives cliniques OUS, le moteur de recherche et le développement et la fabrication clinique de produits dans des entreprises en période initiale. nnQuel est votre lien avec la contraception ? nJe suis PDG de Revolution Contraceptives, LLC. Nous développons Vasalgel qui se présente comme étant une forme certaine, fiable et plus réversible de contraception masculine et une option à la vasectomie. nnEn quoi le domaine a-t-il changé à partir du moment où vous avez commencé à y bosser jusqu’à aujourd’hui ? nJe suis à la Révolution depuis un petit peu plus de deux ans, de manière que le secteur n’a pas évolué à 100% lors de cette période. Il est clair en ce qui me concerne qu’il y a un intérêt et une demande soutenus et croissants pour encore plus d’alternatives contraceptives masculines. Cela est dû en grande partie au plaidoyer de l’Initiative contraceptive masculine. nnSelon vous, quels sont les plus grands défis qui affectent la contraception en général et la contraception masculine notamment ? nLes challenges d’un bloc vaso-déférentiel, que nous restons en train de créer, sont partagés par de multiples autres sociétés développant des appareils médicaux implantables. Il s’agit du temps, de l’effort et des preuves cliniques nécessaires pour fabriquer le produit pour de faux et obtenir l’approbation réglementaire. Obtenir le financement nécessaire pour compléter ce développement représente un challenge pour notre solution. nnCes défis et ces possibilités ont-ils évolué avec le temps ? Si oui, comment ? nLes défis à relever pour finir le développement et avoir l’approbation n’ont tres peu évolué , mais la capacité de bénéficier de le financement nécessaire est devenue de plus en plus difficile. nnQuels sont vos espoirs pour l’avenir proche et proche de la contraception masculine ? nJ’espère qu’un seul produit pourra compléter le cheminement de développement et d’approbation. Cela montrera la garantie et aidera à ouvrir la route à d’autres approches qui deviendront disponibles. nnQue faudra-t-il pour qu’ils deviennent réalité ? nLes loueurs de fonds, les défenseurs et les concepteurs de produits qui croient en la nécessité et la promesse d’une nouvelle alternative contraceptive masculine. nnVeuillez partager toute anecdote tirée de votre expérience de travail dans le secteur. nD’après mon expérience personnelle, il y a des militantes qui croient passionnément à la nécessité de trouver de meilleures solutions de rechange à la contraception masculine. Les médecins que j’ai rencontrés et que j’ai rencontrés vis-à-vis de notre approche de bloc de vas deferens, c’est que les soins offerts aux patients et aux paires qu’ils traitent, qu’ils sont vraiment emballés par de meilleures options, mais qu’ils s’efforcent de s’assurer que les nouvelles approches sont sécuritaires et que les risques et les atouts sont visiblement et précisément communiqués à leurs personnes. nnVeuillez nous faire part de tout commentaire ou de toute considération supplémentaire qui, selon vous, est bénéfique pour le grand public en ce qui concerne la contraception masculine et votre travail. nDe toutes nouvelles approches contraceptives masculines non hormonales et réversibles sont un moyen important de permettre aux paires de mieux faire vérifier leur duplication. Cela peut réduire le volume de meufs qui endurent les effets secondaires associés aux approches hormonales, tandis que les gentlemens et les femmes partagent la responsabilité de la duplication et réduisent le volume de grossesses non désirées.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Quel est le rapport entre la contraception et Kevin Bacon ? nComment l’augmentation des options contraceptives masculines peut changer le monde, et nous rappelle Kevin Bacon. nnCherchez-vous à avoir un réel impact mondial sur la santé, l’environnement, l’équité entre les sexes, l’éducation ou tout autre enjeu auquel nous sommes actuellement confrontés comme communauté mondiale ? Dans l’affirmative, l’amélioration de la contraception en général et la multiplication des alternatives contraceptives masculines surtout s’avèrent être un moyen infaillible d’obtenir cet mission. nn…….. nnAprès avoir passé plus d’une décennie à bosser dans le domaine de la contraception et de la santé génésique, je peux dire, sans exagération, que je pense que la contraception peut jouer une place dans la résolution de presque tous les problèmes. Je plaisante souvent à ce sujet d’une façon ‘ 6 degrés de contraception ‘, pariant que je peux raccorder la contraception à quelconque problème mondial en moins de six étapes à la Kevin Bacon loisir ( véritablement, je peux sans l’ombre d’un doute le faire en trois mais je suis fan de me donner une certaine marge de manipulation ). Le truc, c’est que je crois VRAIMENT que c’est vrai. nnC’est pour cela que je suis perplexe à l’idée qu’à l’ère de la philanthropie moderne, avec des philosophies axées sur le génie stratégique, l’investissement d’impact et l’altruisme efficiente, on ne se canalise pas d’autant plus sur le soutien à la recherche et au développement en matière de contraception. C’est sans doute car certains pensent qu’il existe déjà suffisamment de solutions contraceptives disponibles, ce qui est facile à imaginer à première vue ; cependant, même la moindre fouille permettra de comprendre que bon nombre des techniques anciennes pour les femmes sont entachées d’effets secondaires qui rendent souvent leur utilisation dur. de même, y a les solutions contraceptives masculines – vous savez, les deux – donc, il y a avec certitude place à l’amélioration. nnAlors pourquoi a-t-il été si compliqué de bénéficier de le soutien nécessaire à la contraception en général et à la contraception masculine en particulier ? Comment pouvons-nous articuler visiblement le besoin et l’impact immédiat que l’amélioration des possibilités contraceptives peut avoir, et l’énorme occasion d’impact que l’amélioration de l’adoption et de l’observance des contraceptifs peut avoir sur de nombreux autres problèmes mondiaux ? nnLes objectifs du développement durable ( ODD ) nnLa première étape dans le but de comprendre des problèmes de grande ampleur revient à envisager une nomenclature et une stratégie communes pour relever les défis qui se posent. C’est exactement ce que les Objectifs du Millénaire pour le développement ( OMD ) visent à faire. Créés dans le cadre de la Déclaration du Millénaire des Nations Unies signée en , les OMD consistaient en huit domaines cibles qui formaient ‘… un plan approuvé par tous les pays du monde et toutes les majeures institutions de développement du monde ‘ pour répondre aux besoins les plus critiques des populations les plus pauvres des personnes d’ici 2015. bien que nous ayons fait des progrès à proximité de la réalisation des OMD, certains domaines ont mieux que certains et y a encore du travail à faire. Ainsi, dans la perspective de 2030, les Objectifs de développement durable ( ODD ) proposent été introduits ; un raffinement et une expansion des ODM qui comporte neuf objectifs complémentaires avec une plus grande concentration sur les stratégies environnementales également ‘… un exemplaire partagé de paix et de prospérité pour les populations et la planète, désormais et à l’avenir ‘. nnnFigure 2 : Les objectifs de développement durablenSource : Objectifs des Nations Unies en matière de développement durablenL’investissement dans la R

    La contraception masculine – contraception masculine

    La femme moyenne passe la majeure partie de sa vie reproductive à tenter d’éviter les grossesses vraiment pas désirées. Par exemple, si une famille veut deux enfants, la mère passera environ 5 ans soit enceinte, soit en essayant de devenir enceinte, soit en postpartum. Pendant les quelque 35 années restantes de duplication éventuelle, la mère souhaite éviter une grossesse. Toutefois, les grossesses tout bonnement non désirées sont habituelles, car une enquête faite en 2011 a révélé que quarante cinq % des 6, 1 millions de grossesses aux États-Unis étaient non désirées. la majorité de ces grossesses non désirées, soit 42 %, se sont soldées par un avortement. L’impact économique des grossesses non planifiées est decisif, le montant total publiques consacrées aux grossesses tout bonnement non désirées aux États-Unis étant estimé à 21 milliards de dollars en 2010. La façon la plus courante d’éviter une grossesse, tout en aujourd’hui une vie sexuelle réactive, est d’utiliser la contraception. la plus part des contraceptifs disponibles sont destinés aux femmes, y compris les dispositifs intra-utérins ( DIU ) ou bobines, les spermicides et la pilule contraceptive orale combinée, souvent appelée ‘ pilule ‘. nnLes appareils intra-utérins ( DIU ) sont insérés dans l’utérus où ils préviennent la grossesse par deux techniques. Les DIU hormonaux libèrent de petites quantités d’hormones qui se passent régionalement pour faire de l’utérus un environnement fatal aux spermatozoïdes. Le cuivre contenu dans les DIU en cuivre se conduit comme un spermicide qui endommage les spermatozoïdes qui pénètrent dans l’utérus. Source. nLes dispositifs intra-utérins ( DIU ) sont insérés dans l’utérus où ils préviennent la grossesse par deux méthodes. Les DIU hormonaux libèrent de petites quantités d’hormones qui se passent régionalement pour faire de l’utérus un environnement fatal aux spermatozoïdes. Le cuivre contenu dans les DIU en cuivre procède comme un spermicide qui endommage les spermatozoïdes qui pénètrent dans l’utérus. Source. nLes , en revanche, n’ont que deux alternatives : le condom et la vasectomie. Les préservatifs sont une forme moderne de contraception car ils aussi contre les MST. Cependant, il y a un taux de grossesse de 18% tous les ans avec l’utilisation emblématique du préservatif. La vasectomie est une forme de stérilisation et de contraception beaucoup plus permanente qui consiste à arreter le canal déférent, le tube par lequel les spermatozoïdes passent du stockage à l’éjaculation. bien que considérées comme permanentes, les vasectomies peuvent être inversées, mais ce n’est que rarement loin d’être un échec. nnIl est clair qu’un contraceptif masculin est primordial, mais pourquoi n’a-t-on pas répondu à ce besoin ? Cinq conditions doivent être remplies pour qu’une méthode contraceptive masculine soit efficace : 1 ) elle doit être au minimum aussi infaillible que la pilule, 2 ) réversible dans un temps acceptable, 3 ) avoir très peu d’effets secondaires, 4 ) n’avoir aucun action sur la enfant future et 5 ) être pas chère. aussi, existe plusieurs d’obstacles à l’élaboration d’un contraceptif coté masculin, notamment : 1 ) la barrière des tests sanguins, 2 ) le nombre de spermatozoïdes produits par l’homme moyen et 3 ) le fait que la création de spermatozoïdes est continue plutôt que mensuelle comme chez les femmes. Malgré ces obstacles, de nombreux contraceptifs masculins possibles sont en cours de développement. nnContraceptifs hormonauxnnIl existe trois catégories de contraception : hormonale, et vraiment pas hormonale. Les contraceptifs hormonaux sont ceux qui agissent sur le système endocrinien pour prévenir la grossesse, deux exemples de contraception hormonale féminine sont la pilule et le DIU hormonal. Chez les gentlemens, une boucle de rétroaction endocrinienne négative, impliquant la testostérone ( et d’autres androgènes ) et les gonadotrophines, supprime la spermatogenèse. L’injection d’androgènes et d’autres conseillers anti-gonadotropes supprime les gonadotrophines et par conséquent la spermatogenèse, mais provoque aussi de nombreuses effets secondaires, dont une la baisse de la libido, des sautes d’humeur, une prise de poids et des taux anormaux de glucose. de plus, les sensations des contraceptifs hormonaux ne sont pas constants chez les gentlemens et sont particulièrement influencés par l’origine ethnique. L’administration de testostérone est un contraceptif plus efficace chez les gentlemens de asiatique de l’Est que chez les gentlemens de espèce blanche, 90 % des hommes de l’asie de l’Est cessent de fabriquer du sperme tout en accueillant la testostérone, en comparaison à un prix de 60 à 80 % des hommes blancs. Deux mécanismes hypothétiques à la base de cet action ethnique sont les différences dans la microstructure des testicules et le métabolisme de la testostérone. nnUn contraceptif hormonal coté masculin potentiel est la 7 alpha-méthyl-nortestostérone ( MENT ), un stéroïde synthétique qui ressemble à la testostérone. MENT®, actuellement en cours de développement par le Population Council, est administré sous forme d’implant sous-cutané efficiente 12 mois. Huit des 12 hommes ayant reçu la dose la plus supérieur n’ont produit aucun spermatozoïde lors de la période d’essai de 12 mois. malheureusement, des sensations secondaires communs au traitement à la testostérone proposent de plus été observés. Comme les hormones sont complexes et jouent d’une multitude de rôles dans le groupe, les contraceptifs physiques et non hormonaux peuvent être une meilleure option. Ces soins sont moins susceptibles d’avoir ces effets secondaires inattendus et indésirables, car leurs cibles sont plus spécifiques et leurs rôles biologiques plus généraux sont moins nombreux. nnContrôle physique des naissancesnnLes contraceptifs physiques font exactement ce que leur nom suggère et soit 1 ) limitent physiquement la distance du déplacement des spermatozoïdes ou 2 ) endommagent les spermatozoïdes le déplacement. Un contraceptif effeminé bien reconnu est le diaphragme, un dôme en matière silicone souple ou en latex qui recouvre l’encolure de l’utérus et empêche l’entrée du sperme. Deux techniques de contraception masculine sont en cours de développement. Le premier est Vasalgel™, sur lequel un essai réussi chez le lapin a été proposé le mois dernier ( mars 2016 ) et commencera probablement des tentatives chez l’être humain ultérieurement actuellement. Vasalgel™ est un polymère d’hydrogel injecté dans le canal déférent, où durcit et crée une barrière au passage du sperme. nnVasalgel™ est un polymère d’hydrogel injecté dans le canal déférent. Après l’injection, le vasalgel forme une barrière à l’intérieur du canal déférent que les spermatozoïdes ne peuvent pas traverser. Image fournie par www. parsemusfoundation. orgnVasalgel™ est un polymère d’hydrogel injecté dans le canal déférent. Après l’injection, le vasalgel forme une barrière à l’intérieur du canal déférent que les spermatozoïdes ne peuvent pas traverser. Image fournie par www. parsemusfoundation. orgnL’administration de vasalgel à 12 lapins mâles n’a entraîné aucune fabrication de sperme observable au cours de la période de suivi de 12 mois. Bien qu’actuellement présenté comme méthode de stérilisation, on s’attend à ce que l’écoulement des spermatozoïdes soit en rinçant le canal déférent avec une solution de bicarbonate de soude de sodium. nnUne méthode physique semblable est l’inhibition réversible du sperme sous guidage ( RISUG® ), l’injection d’un polymère synthétique appelé anhydride styrénique maléique ( SMA ) dans le canal déférent. plutôt que de prévenir le passage des spermatozoïdes, la SMA enduit la paroi du canal déférent, élaborant un lieu acide indésirable qui rompt les têtes des spermatozoïdes. Comme pour Vasalgel, ce traitement peut être inversé en rinçant le canal déférent avec une solution de bicarbonate de sodium. Vasalgel et RISUG en sont tous deux au stade de l’essai, le premier aux États-Unis et le second surtout en Inde. nnContraceptifs non hormonauxnnLes contraceptifs tout bonnement non hormonaux perturbent ou préviennent la grossesse sans l’utilisation d’hormones, comme tels, ils incluent les contraceptifs physiques. Le DIU en cuivre est un contraceptif non hormonal généralement exploité par les femmes, car le cuivre agit comme un spermicide qui endommage les spermatozoïdes dans l’utérus mettant en cause leur mobilité. Chez les gentlemens, les contraceptifs vraiment pas hormonaux bloqueraient la fonction et/ou le développement du sperme, rendant l’homme temporairement infertile. Dans un article de site précédent, j’ai déclaré que les protéines impliquées dans le développement du sperme, notamment dans l’épididyme, peuvent être de bons candidats pour les contraceptifs masculins. Comme bon nombre de ces protéines ne sont exprimées que dans les testicules et le sperme, l’inhibition de leur production devrait avoir peu d’effets secondaires. nnLes cibles prometteuses pour la contraception masculine actuellement en développement comprennent les protéines nécessaires et à la multiplication et à la maturation des spermatozoïdes, la motilité et les interactions sperme-œuf. Il a été prouvé que toutes ces protéines sont nécessaires à la fonction et à la fertilité du sperme chez l’homme. Une cible particulièrement prometteuse est l’inhibiteur de protéase épididymique protéique ( EPPIN ). Eppin se lie à la protéine semenogelin ; cette interaction est essentiel pour la motilité et la fertilité des spermatozoïdes humains. Eppin Pharma Inc. met au point un petit composé organique qui se lie à Eppin et protège de la fixation de l’Eppin-séménogéline. Cibler Eppin s’est avéré à la fois infaillible et réversible en macaques. Les contraceptifs interrompent la motilité des spermatozoïdes de mammifères peuvent être décrits en deux étapes. le première corvée entraine le mouvement des spermatozoïdes après l’éjaculation et à travers l’appareil reproducteur féminin, ce qui requiert des enzymes glycolytiques, dont beaucoup sont spécifiques aux spermatozoïdes, y compris les cellules germinales GADPH spécifiques. Avant la fécondation des spermatozoïdes de l’ovule deviennent hyperactifs, afin de pénétrer dans l’ovule. Cette hyperactivité entraine l’afflux d’ions calcium dans la biroute du spermatozoïde, un processus dépendant de la protide CatSper. Ces deux protéines de la motilité des spermatozoïdes suscitent de l’intérêt en tant que cibles contraceptives, mais et même l’une et même l’autre n’est aussi avancée dans son développement qu’Eppin. Les protéines du sperme exposent un grand potentiel également cibles contraceptives, mais le volume en terme de protéines présentes dans le sperme n’est pas négligeable et des travaux supplémentaires sont nécessaires en vue de de concevoir leur composition en protéines. nnLa longue liste de contraceptifs masculins potentiels inclut forcément de nombreuses possibilités qui ne sont pas mentionnées dans cet article de blog ( pour une liste plus longue, voir cette Wikipedia sur les contraceptifs masculins, et le New Male Contraception Information Project ). Avec le grand volume de contraceptifs possibles, dont certains en sont aux derniers stades de développement, la contraception masculine semble tout bonnement non seulement possible, mais aussi sans plus tarder. Cela dit, la route vers la production d’un produit viable ne sera pas facile. Comme nous l’avons déjà dit, un contraceptif masculin doit être spécialisé, réversible et infaillible, avoir peu d’effets secondaires et sauter à travers beaucoup d’obstacles avant d’être mis sur le marché et accepté par les consommateurs. par ailleurs, à mon avis, l’un des plus grands obstacles et à la multiplication d’un contraceptif masculin utilisable est l’absence d’une ‘ meilleure option ‘ distincte. Il n’y a pas de précurseur évident dans la course à proximité de un contraceptif coté masculin, et les chercheurs agissent sur un large éventail de contraceptifs possibles. en bref, la technologie et l’incitation existent pour réaliser un contraceptif coté masculin, mais cela ne veut dire pas que la voie à suivre est libre d’obstaclesd.

    La contraception masculine – contraception homme

    Qu’est-ce que la prostate ? nQu’est-ce que la prostate ? nLa prostate fait partie du système reproducteur masculin. La prostate est une glande de la superficie d’une noix située entre la vessie masculine et le pénis. La prostate est juste devant le rectum. L’urètre traverse le centre de la prostate, de la vessie au pénis. nnLa prostate sécrète un liquide qui nourrit et protège le sperme. Le liquide laiteux produit par la prostate – le fluide prostatique – représente environ 30 % du eliquide total éjaculé ( le restant étant du sperme et du eliquide émanant des vésicules séminales ). nnLe fluide prostatique protège les spermatozoïdes en les aidant à vivre plus longtemps et à être d’avantage mobiles. Il contient plusieurs d’ingrédients, y compris des enzymes, du zinc et de l’acide citrique. L’une des enzymes du liquide prostatique est l’antigène particulier de la prostate ( PSA ). Après l’éjaculation, le PSA rend le sperme plus épais, aidant les spermatozoïdes à le traverser plus aisément, augmentant leurs probabilités de féconder un ovule avec succès. nnPendant l’éjaculation, la prostate comprime le liquide prostatique dans l’urètre et est expulsée avec le sperme comme partie du sperme. C’est un élément clé de la duplication masculine. il existe de nombreuses possibilités d’interrompre le process de développement du eliquide prostatique et de voyage qui peuvent être optimisées pour le contrôle des naissances et la contraception masculine.

    La contraception masculine – contraception masculine

    L’appareil reproducteur masculinnQu’est-ce que le système reproducteur masculin ? nPour produire de nouvelles possibilités contraceptives masculines, nous devons comprendre le système reproducteur coté masculin. Les mâles humains offrent des organes reproducteurs ( aussi nommés organes génitaux ) qui sont à la fois à l’intérieur et à l’extérieur du bassin. Au total, les organes génitaux masculins comportent quatre parties qui forment le système reproducteur coté masculin. Ce sont les 4 composants clés du dispositif reproductif masculin : nnles testicules, nle système de conduits, constitué de l’épididyme et du canal déférent, nles glandes accessoires, qui comportent les vésicules séminales et la prostate, net le pénis. nLes organes génitaux masculins, aussi appelés organes sexy, agissent ensemble comme système reproducteur pour produire et libérer du sperme comportant du sperme. Le sperme dans le sperme peut féconder un ovule ou un ovule pour se fournir un bébé ( nommé conception ). nnLa contraception ou contraception est une méthode utilisée pour prévenir la conception lorsqu’une personne ou un couple veut être sexuellement actif mais n’est pas prêt à fonder une famille. La contraception hormonale est basée sur l’interruption du cycle menstruel. Parce que les spermatozoïdes sont produits en continu, il n’y a pas de cycle reproductif masculin comparable à interrompre. nnHistoriquement, les solutions contraceptives masculines étaient axées sur une partie du fonctionnement reproductif masculin, à savoir l’arrêt complet de la production de sperme. actuellement, les chercheurs se concentrent sur la fonction du sperme plutôt que sur l’arrêt de la réalisation de spermatozoïdes. Des exemples de changements fonctionnels dans le système reproducteur coté masculin comprennent la prévention de la swim des spermatozoïdes et la prévention de la fécondation d’un ovule par les spermatozoïdes. nnEn savoir plus sur les méthodes contraceptives masculines dans le pipeline de R

    La contraception masculine – contraception homme

    3 méthodes de commencer une conversation sur la contraception masculinenIl peut s’avérer compliqué d’entamer une conversation sur la contraception. Mais lorsque la conversation prend du retard, nous serons heureux de vous aider en vous proposant trois bonnes façons d’aborder un sujet qui ne manquera pas d’animer la discussion. nn1 – Mettez l’embarras de côté. nnIl n’y a pas besoin d’être embarrassé. La contraception est un sujet normal sur la planète d’aujourd’hui. Près de 98 % des femmes sexuellement actives proposent pris une forme quelconque de contraception, et plus de 60 % de toutes les femmes utilisent actuellement la contraception. Les conversations sur le contrôle des naissances dissipent les mythes et encouragent les autres à se renseigner sur les atouts de la planification familiale. nn2 – Économiser l’argent des contribuablesnIl y a d’énormes avantages économiques à la contraception pour nous tous, contribuables ET pour la personne qui utilise la contraception. Pour chaque dollar investi dans la planification familiale, les contribuables économisent près de quatre fois plus en bout de ligne. nnEt pour tout femme qui utilise la contraception, une famille économise véritablement. Considérez si nous avions des alternatives de contraception masculine – nous pourrions doubler notre effet. Plus de la moitié des mecs interrogés utiliseraient une nouvelle méthode contraceptive éventuelle, et les femmes offrent déclaré en très grande majorité qu’elles feraient confiance à leur partenaire pour s’occuper de la contraception. nn3 – C’est important pour VOUS. nLes raisons d’appuyer la contraception masculine sont aussi diverses que les individus qui le font. Certains l’observent comme plate-forme pour l’égalité des sexes. D’autres y voient un moyen de faire s’améliorer la planification de famille et la recherche géolocalisée scientifique. Nous connaissons des gens qui veulent que les options contraceptives masculines aient un effet sur le changement climatique. Et évidemment, beaucoup de mecs veulent s’impliquer dans la conversation sur la reproduction. nnPeu importe votre raison, le fait d’entamer une conversation sur l’importance de la contraception masculine soutient transmettre le mot et à bâtir un futur prometteur.

    La contraception masculine – contraception homme

    Pourquoi la contraception masculine : Dr John AmorynLa population mondiale dépasse sept milliards d’habitants, accroit de 70 millions par an et atteindra à coup sûr 9 à 10 000 000 000 en 2050 ( 1 ). La croissance démographique est l’une des majeures causes de la dégradation de l’environnement et de la souffrance des humains due à la pauvreté et à la faim ( 2 ). Une grande partie de cette croissance démographique est involontaire. En 2008, 41 % de toutes les grossesses dans le monde n’étaient pas planifiées et 20 % de toutes les grossesses se sont terminées par un avortement, pouvant entrainer 47 000 décès maternels dus à des avortements non médicalisés ( 3, 4 ). Aux États-Unis, le taux de grossesses tout bonnement non désirées est de 48 % et 18 % de toutes les grossesses se terminent par un avortement, ce qui représente 1, 1 million d’avortements tous les ans ( 3 ). nnCe taux cher de grossesses tout bonnement non désirées est dû à une utilisation et/ou un accès inadéquats aux méthodes de contraception. L’accès à la contraception réduit extrêmement la croissance démographique et les taux d’avortement, ce qui se traduit par des améliorations positives de la santé néonatale et maternelle ( 5 ). outre l’atténuation de la croissance démographique mondiale, solliciter la contraception moderne et à de meilleurs soins de maternité dans les pays entier permet d’éviter 1, 7 million de décès néonatals et 251 000 décès maternels tous les ans ( 5 ). Par conséquent, il y a un grand besoin d’un meilleur accès aux contraceptifs , d’une meilleure éducation en terme de contraception et d’un plus grand nombre de possibilités contraceptives, tant aux États-Unis que dans les pays. nnAux États-Unis, 30 % de toute la contraception actuellement pratiquée est pilotée par un homme, vingt pour cent de tous les couples utilisant des préservatifs et 10 % des paires ayant recours à la vasectomie ( 6 ). Ces deux solutions de contraception masculine montrent des contraintes importants. Les préservatifs, tout en offrant une certaine protection contre les infections sexuellement transmissibles, proposent une efficacité contraceptive marginale ( 7 ), et la vasectomie, qui est cher et difficile à inverser efficacement, est juger comme une méthode de contraception masculine irréfragable à plus juste titre ( 8 ). Un contraceptif masculin réversible est bien accueilli par une grande majorité d’hommes ( neuf, 10 ) et aurait une aubaine marqué pour réduire le taux de grossesses non désirées, la croissance tout bonnement non souhaitée de la population et leurs effets. nn———–nnLe Dr John Amory est professeur de médecine à l’Université de Washington, où ses études portent sur le développement de nouvelles formes de contraception masculine. La Dre Amory siège de plus au conseil consultatif de l’Initiative sur la contraception masculine.