• contraception masculine
  • contraception homme
  • contraception masculine hormonale – contraception definitive chez lhomme

    La contraception masculine – contraception homme

    Une méthode contraceptive doit présenter parfaitement quatre critères : infaillible, réversible, acceptable, faible coût. nnLes trois majeures techniques contraceptives masculines utilisées sont : nnle préservatif masculin ;nle coitus interruptus ;nla vasectomie ( à prendre en compte comme irréversible ). nLe préservatif masculin est l’unique méthode contraceptive permettant la prévention des infections sexuellement transmissibles ( IST ). nnLe coitus interruptus est la méthode contraceptive masculine la plus simple mais la moins infaillible. nnLa vasectomie est la méthode contraceptive masculine la plus efficace ( IP = 0, 1 % ). elle est cependant irréversible. Elle se doit d’être exercée dans le respect de la loi du 4 juillet 2001 qui prévoit un délai de 4 mois de réflexion, sur une personne : nnmajeure ;nexprimant une volonté libre, motivée et délibérée ;nayant reçu une information distincte et complète ( dossier de renseignements rédigé ) ;nayant signé un consentement affiche. nAvant l’intervention chirurgicale, le patient peut réaliser une cryoconservation du sperme ( CECOS ), et après l’intervention le patient doit utiliser une autre méthode contraceptive pendant 12 semaines. Elle ne pourra être interrompue qu’après la réalisation d’un spermogramme montrant une absence de spermatozoïdes. nnI – POUR COMPRENDREnLa contraception masculine contient des moyens contraceptifs et la stérilisation. nnLa définition de la contraception est : « méthode permettant d’obtenir une fécondité nulle ». La stérilisation est un terme plus général signifiant : « méthode détruisant les micro-organismes ». Ainsi, existe la stérilisation à visée contraceptive. La stérilisation féminine ou masculine est un acte chirurgical, réalisé par expert en organisme de santé public ou privé ( hôpital ou clinique ). C’est une méthode contraceptive qui se distingue fortement des autres techniques existantes car son objectif est d’interdire de manière faite la procréation. Il correspond de la prendre en compte comme irréfragable. nnLa spermatogenèse a lieu dans les testicules à partir des spermatogonies ( cellules souches ) qui se transforment ensuite en spermatocytes I qui vont endurer la mitose réductionnelle de la méiose pour conférer les spermatocytes II. Ces spermatocytes II vont donner les spermatides après avoir subi la mitose équationnelle. Les spermatides, qui sont en réalité des spermatozoïdes immatures, vont supporter une phase de repos, appelée spermiogenèse, pour donner naissance aux spermatozoïdes. À la sortie du testicule, les spermatozoïdes, bien que morphologiquement différenciés, sont donc immatures et tout bonnement non fertiles et vont le devenir lors du passage dans l’épididyme ( qui se rapporte au canal épididymaire, long tube pelotonné sur lui-même ). Les spermatozoïdes passent ensuite dans le canal déférent jusque dans la prostate. nnA. MESURE D’EFFICACITÉnUne méthode contraceptive touche à éviter la fécondation d’un ovule par un spermatozoïde. Elle doit présenter quatre critères inévitables : nnefficace ;nréversible ;nacceptable ;nfaible coût. nL’efficacité d’une méthode contraceptive est évaluée par l’indice de Pearl ( IP ) calculé par la option suivante : IP ( % ) = [ ( volume de grossesses non planifiées/nombre de mois d’utilisation d’une méthode contraceptive ) × 1 200]/100. nPlus l’IP est faible et plus la méthode contraceptive est efficiente. Cependant, il s’agit de l’efficacité de théorie d’une méthode contraceptive puisque l’IP est toujours calculé en condition d’usage idéale. nnB. MOYENS CONTRACEPTIFSnLe préservatif. nLe rapport interrompu, ou retrait ou coitus interruptus. nLe traitement hormonal. nLes substances spermicides. nLa stérilisation par vasectomie. nII – LE PRÉSERVATIF MASCULINnLe préservatif masculin couvre le pénis d’une fine membrane afin de prévenir la mise en place de sperme dans le vagin. Les préservatifs en latex sont les plus efficaces. Le polyuréthane peut être utilisé en cas d’allergie. nnIl s’agit de la méthode contraceptive masculine la plus utilisée. le critère de Pearl du préservatif masculin est de 2 % mais le taux d’échec en condition d’usage réelle peut aller jusqu’à 15 % ( OMS 2005 ). La transmission d’une information complète sur l’utilisation correcte et les différentes fonctions du préservatif coté masculin assiste son efficacité. nnLe préservatif masculin est l’unique méthode contraceptive permettant la prévention des infections sexuellement transmissibles ( IST ) ( tableau 1. 1 ). nnTableau 1. 1 Préservatif masculin. nEfficacité Fonction de l’utilisation correcte ( IP = 2 % ) nRéversibilité RéversiblenAcceptabilité Fonction de l’information du patientnCoût FaiblenFonctions Contraception, prévention des ISTnPrécautions : examiner la date de péremption, éviter les objets tranchants lors des manipulations ( bagues… ). nPour la prévention des IST : éviter le contact avec le pénis avant la mise en place du préservatif. En cas de fonctionnement médiocre, rupture ( remarquable ) : la partenaire doit savoir le risque de grossesse si besoin. en ce qui concerne l’accident d’exposition aux opérateurs infectieux : le couple doit se présenter rapidement aux urgences où une procédure est institutionnelle 24h/24 h. Un traitement préventif VIH est réalisable jusqu’à 72 heures. nIII – LE COITUS INTERRUPTUS ( RETRAIT ) nLe coitus interruptus consiste à retirer le pénis du vagin avant l’éjaculation. Les atouts de cette méthode contraceptive sont sa aisance, son coût inexistant et l’absence de contre-indication. nnL’indice de Pearl du coitus interruptus est de 4 % mais le taux d’échec en condition d’usage réelle peut aller jusqu’à 27 % ( OMS 2005 ). Les échecs sont expliqués par la présence de quelques spermatozoïdes dans la fraction initiale de l’éjaculation, et la facilité des hommes à faire vérifier leur éjaculation ( tableau 1. 2 ). nnTableau 1. 2 Coitus interruptus. nEfficacité Fonction de l’utilisation correcte ( IP = 4 % ) nRéversibilité RéversiblenAcceptabilité Difficulté de réalisationnCoût InexistantnFonctions Contraception uniquementnIV – TRAITEMENT HORMONALnIl est possible en administrant de la testostérone associée à de la progestérone d’entraîner une infertilité masculine. L’efficacité est bonne, mais les impressions secondaires et la tolérance sur la longue durée rendent cette méthode inutilisable en pratique. Ce moyen n’est donc pas utilisé. nnV – SUBSTANCES SPERMICIDESnIl n’a pas été inventé actuellement de substance spermicide intra-urétrale. Les produits spermicides sont donc intravaginaux ( cf. contraception ). nnVI – LA VASECTOMIEnA – PRINCIPESnLa vasectomie est une méthode de stérilisation masculine. Il s’agit d’une intervention chirurgicale qui consiste à ligaturer, sectionner et/ou coaguler les canaux déférents au niveau scrotal pour empêcher les spermatozoïdes de se mélanger au liquide spermatique ( fig. 1. 1 ). La vasectomie est une intervention à visée contraceptive normalement définitive. nnIl n’existe pas à l’heure courante de solution d’occlusion temporaire des canaux déférents. nnDifférentes variantes chirurgicales proposent été décrites mais le plus souvent l’intervention est réalisée sous anesthésie locale, parfois sous anesthésie générale. On pratique une courte incision de chaque côté à la matière haute du scrotum. Le canal déférent est saisi par une pince. Il est sectionné et en règle générale on en excise quelques millimètres. Puis le canal est obturé par un fil ou une coagulation des deux côtés. On peut compléter le geste en interposant des tissus entre les deux extrémités. enfin, les deux incisions seront refermées. nnMalgré la véracité de techniques microchirurgicales de reperméabilisation, la vasectomie est proposée au patient comme irréfragable. nnUne cryoconservation du sperme ( dans un centre d’étude et de conservation des œufs et du sperme humains [CECOS] ) peut être proposée au patient avant de réaliser le geste chirurgical. nnB – COMPLICATIONS POSTOPÉRATOIRESnMalgré la rapidité et la aisance de l’intervention, certaines complications postopératoires peuvent arriver : nnhématome : 1–2 %ninfection : 0–2, 5 %ndouleur chronique : 3–6 %népididymite congestive : 0–2 %nretard de cicatrisation : 0–2 %natrophie testiculaire : rarengranulome : 1–4 %nC – MESURES ASSOCIÉESnLa stérilisation après vasectomie n’est pas instantanée puisque quelques spermatozoïdes peuvent persister dans les vésicules séminales. Il est donc nécessaire que soit maintenue une autre méthode contraceptive 12 semaines après l’intervention ( bien l’expliquer au patient ). Elle ne sera interrompue qu’après la réalisation d’un spermogramme montrant l’absence de spermatozoïdes. La vasectomie ne modifie pas le volume de liquide spermatique envoyé au moment de l’éjaculation. nnD – EFFICACITÉnIl s’agit de la méthode contraceptive la plus fiable ( tableau 1. 3 ). le critère de Pearl de la vasectomie est de 0, 1 % et le taux d’échec en condition d’usage réelle de 0, 15 % ( OMS 2005 ). Les majeures causes d’échec sont : nnrapports sexy tout bonnement non protégés avant stérilisation du eliquide spermatiquennon-section d’un déférent la chirurgienreperméabilisation spontanée du déférentnTableau 1. 3 Vasectomie. nEfficacité Excellente ( IP = 0, 1 % ) nRéversibilité IrréversiblenAcceptabilité Excellente ( après choix du patient ) nCoût FaiblenFonctions Stérilisation contraceptive nE – INDICATIONSnLa vasectomie est recommandée pour des couples désirant une contraception permanente et vraiment pas réversible. nnF – ASPECT ÉTHIQUEnDepuis la loi du 4 juillet 2001 ( art. L. 2123-1 Code de la santé publique ), la vasectomie peut être pratiquée sur une personne : nnmajeure ;nexprimant une volonté libre, motivée et délibérée ( si personne handicapée sous tutelle ou curatelle, oui, mais avec des conditions ) ;nayant reçu une information limpide et complète sur les conséquences du moyen, et les risques encourus. nL’acte ne peut être pratiqué que dans un établissement de soins. nnAu cours de la première consultation, le médecin doit remettre au patient un dossier d’information affiche et l’informer sur : nnl’ensemble des méthodes contraceptives disponibles ;nl’irréversibilité théorique de la vasectomie ;nla d’effectuer une cryoconservation du sperme ( CECOS ) avant la vasectomie ;nle risque d’échec et de complication postopératoire de la vasectomie ;nla nécessité d’utiliser une autre méthode contraceptive pendant 12 semaines après la vasectomie ;nl’absence de modification de l’érection ou de l’éjaculation après la vasectomie. nUn délai de réflexion de 4 mois se doit d’être respecté entre les deux consultations préopératoires avant la réalisation de la vasectomie. nnConsentement pour vasectomie [2]nJe soussigné, _____________, demande à connaître une vasectomie, c’est-à-dire une stérilisation à visée contraceptive de mon plein gré, sans connaître aucune pression ni avoir été poussé d’une quelconque façon. Je sais qu’il existe d’autres techniques de contraception temporaire. Je suis entièrement conscient que l’opération me rendra incapable d’avoir des enfants. Je sais qu’il y a un certain risque postopératoire et que l’opération peut ne pas être un succès de première volonté. Je sais que je peux revenir sur ma décision jusqu’au dernier moment avant l’opération. J’ai eu toute latitude pour poser des interrogations auxquelles on a répondu à mon complète satisfaction. nFait à : nLe : nSignature : nnLors de la 2e consultation, le patient devra remettre un consentement note. nnEn accord avec la personne, la présence de témoin ( infirmière ) peut être utile. nnLe médecin peut refuser, mais doit alors en renseigner le patient dès la première visite. S’il s’agit d’un majeur incapable, l’acte ne peut être pratiqué que s’il existe une contre-indication indispensable à toute autre méthode contraceptive ou une impossibilité avérée de les mettre en place.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Conversation avec le Dr Sab Ventura, possesseur d’une subvention de l’ICMnSab Ventura a obtenu son doctorat en pharmacologie de l’Université Monash ( Melbourne, Australie ) en 1992 et a occupé des postes de recherche au Royal Melbourne Hospital, à l’Université de Melbourne, à l’University of Melbourne, au University College London ( Royaume-Uni ) et à la Monash University. Il a été nommé maître de conférences ( enseignement et recherche ) à l’Université Monash en 2004 et occupe toujours ce poste au sein du graphisme de biologie de la découverte de médicaments du Monash Institute of Pharmaceutical Sciences du campus Parkville de l’Université Monash. Dre Ventura marque aux étudiants de premier cycle en pharmacie et en sciences pharmaceutiques et dirige le Laboratoire de recherche en pharmacologie de la duplication masculine. Il est coauteur de 79 publications évaluées par des pairs et ses études portent sur la physiologie et la pharmacologie des organes reproducteurs masculins en vue d’identifier de dernieres nouvelles cibles thérapeutiques pour la contraception masculine. nnQuel est votre lien avec la contraception ? nAu cours de mes études scientifiques de doctorat au milieu des années 1990, j’ai identifié les dispositifs autonomes par lesquels les spermatozoïdes sont transportés de leur site de stockage dans l’épididyme cauda à la base de l’urètre avant l’éjaculation. J’ai toujours pensé que si ce déplacement de sperme pouvait être inhibé lors de l’éjaculation, aucun spermatozoïde ne serait dans l’éjaculat. Ceci produirait la contraception masculine par un mécanisme tout bonnement non hormonal. Cependant, ce n’est que récemment que nous avons pu concrétiser cette hypothèse à l’aide de notre modèle de souris génétiquement modifiée à double élimination. nnEn quoi le secteur a-t-il changé depuis le moment où vous avez commencé à y bosser jusqu’à aujourd’hui ? nIl y a toujours eu des groupes de recherche dans le monde entier qui offrent essayé de construire des contraceptifs masculins, mais ils semblent avoir pris de l’ampleur avec les réseaux et le grand public. néanmoins, elle reste un secteur de la santé de recherche médicale peu financé par les ferments de financement et l’industrie pharmaceutique. La volonté des hommes d’accepter un contraceptif coté masculin a autant augmenté dans la jeune génération. nnSelon vous, quels sont les plus grands défis qui affectent la contraception en général et la contraception masculine surtout ? nLe plus grand challenge auquel est confrontée la planification de famille est l’absence d’un contraceptif coté masculin sûr, efficace et pratique, ce qui veut dire qu’environ cinquante pour cent de la population n’a pas d’option viable pour la contraception. En matière de contraception masculine, les plus grands défis sont les suivants : survivre les effets secondaires hormonaux qui sont souvent intolérables ; arrêter les 1 000 spermatozoïdes par seconde qui sont produits et les quelque 100 millions de spermatozoïdes dans un éjaculat comparativement à un seul ovule chaque mois chez les femmes ; rendre le process facilement réversible ; ne pas nuire et à la multiplication du sperme dans le but les prochains enfants ne soient pas affectés ; produire un article qui puisse traverser la barrière hémato-testique ; rendre l’utilisation de contraception aussi facile et peu envahissant que possible ; et différents enjeux sociaux et culturels. nnCes challenges et ces possibilités ont-ils évolué avec le temps ? Si oui, comment ? nLes interrogations sociales paraissent avoir évolué le plus récemment. de nos jours, les hommes paraissent beaucoup plus disposés qu’auparavant à utiliser la contraception et à assumer la responsabilité de la planification familiale. C’est ce qui ressort des multiples publications en sciences sociales sur le sujet. De même, la littérature en sciences sociales montre de plus que les femmes sont beaucoup plus disposées qu’auparavant à choisir leurs partenaires pour jouer une place dans la planification de famille et la contraception. nnQuels sont vos espoirs pour l’avenir proche et proche de la contraception masculine ? nJ’espère que dans un près avenir, de nombreuses dernieres nouvelles stratégies vraiment pas hormonales de contraception masculine feront l’objet de recherches dans le cadre préclinique. Dans un futur pas trop proche, j’espère qu’un contraceptif masculin sûr, efficiente, facilement réversible et pratique à administrer sera mis sur le marché. Cela permettra à la population générale de décider s’il existe effectivement une voie viable pour un tel produit. Une perspective positive à l’égard de la contraception masculine librement disponible peut alors conduire à la mise sur le marché d’autres contraceptifs masculins de manière qu’un jour sans doute même les hommes auront le choix entre différentes options de contraception masculine. nnQue faudra-t-il pour qu’ils deviennent réalité ? nArgent : plus il y a d’argent prêt pour soutenir le moteur de recherche sur les contraceptifs masculins, plus cette recherche progressera rapidement. Cela arrivera avec certitude un jour, ce n’est qu’une question de temps. Par exemple, à l’heure courante, mon projet de recherche est financé pour presser un chercheur à temps plein et deux étudiants qualifié en recherche. Cependant, si une compagnie pharmaceutique voulait terriblement construire un contraceptif coté masculin, elle peut avoir 50 personnes intervenant sur le projet. nnExiste-t-il des obstacles pour les empêcher de se concrétiser ? nParmi les autres obstacles, il est possible de citer les problèmes de financement et les obstacles médicaux mentionnés précédemment, l’un des principaux étant la réticence des générations plus âgées à accepter que la contraception masculine soit effectivement une option viable pour la planification familiale. nnVeuillez partager toute anecdote tirée de votre compétence de travail dans le domaine. nMalgré l’absence de soutien de la part des organismes de financement et du pha

    La contraception masculine – contraception homme

    Motilité du sperme – Mécanismes de la contraception masculinenLe système reproductif humain est un ensemble complexe de éléments interdépendants, dont beaucoup sont nécessaires à une fertilité soutenue. En interrompant ne serait-ce qu’un seul de ces processus indispensables, nous pouvons trouver de nouvelles méthodes de concevoir des contraceptifs non hormonaux excitants pour les gentlemens. L’une des principales particularités du sperme est sa capacité de nager dans le tractus génital. Cette capacité, ou mobilité des spermatozoïdes, est l’une des cibles les plus excitantes de la contraception masculine. nnMort dans l’eau – Arrêter la motilité des spermatozoïdesnLa motilité des spermatozoïdes est la capacité des spermatozoïdes à nager dans l’appareil reproducteur effeminé afin de féconder un ovule. La bite du sperme, le flagelle, est ce qui donne la motilité du sperme. Propulsé par l’ATP, la tige propulse les spermatozoïdes vers sa cible en les fouettant d’avant en arrière. nnLa motilité des spermatozoïdes, comme vue par les queues vertes des spermatozoïdes. Les flagelles se déplacent à la façon d’un fouet, propulsant la tête du spermatozoïde, vue en rouge bordeaux, à proximité de l’ovule. nLa motilité des spermatozoïdes, telle que vue par les queues vertes des spermatozoïdes. Les flagelles se déplacent à la manière d’un fouet, propulsant la tête du spermatozoïde, vue en rouge, à proximité de l’ovule. Photo de Gilberto Santa Rosa, distribué sous licence CC-BY 2. 0. nCependant, les spermatozoïdes ne se déplacent pas en une seule ligne dextre. La motilité des spermatozoïdes peut être classée de différentes façons, telles que les mouvements droits, les zigzags, les vibrations, ou simplement non mobiles. Ces différentes formes de mobilité déplacent les spermatozoïdes de différentes façons. L’exposition à divers signaux modifie le mécanisme de guidage, ce qui finit par guider les spermatozoïdes à proximité de l’ovule. nnUne fois que les spermatozoïdes approchent de l’ovule, ils subissent un processus nommé capacitation. Ce process est déclenché par la présence de calcium et induit une période d’hyperactivation dans le sperme. Les flagelles se déplacent avec une courbure et une taille d’onde riches, propulsant les spermatozoïdes à proximité de l’ovule. Cette phase commence aussi à déstabiliser la membrane acrosomique, qui est cruciale pour la fécondation. nnTout médicament qui bloque la motilité des spermatozoïdes pourrait apporter un réel changement dans le monde de la contraception. Ces médicaments avoir un délai d’apparition très court et n’avoir besoin d’être pris que peu de temps avant le coït. par ailleurs, car les spermatozoïdes démontrent leur mobilité dans le tractus génital effeminé, les femmes être en mesure d’employer ce contraceptif aussi bien, offrant une véritable équité dans le paysage contraceptif. nnIl existe de nombreuses cibles bien connues de la motilité des spermatozoïdes qui être utilisées pour le développement de contraceptifs masculins. Certains sont actuellement en cours de développement, notamment Eppin, The ion channel CatSper et Na/K ATPase. MCI a financé des travaux dans ce secteur avec Patricia Cuasnicu en Argentine. nnIl y a plus d’une façon de contracepter. nLa réplication est une machine grande et compliquée, avec de nombreuses méthodes d’ajouter un frein temporaire sur le cheminement. L’arrêt de la motilité des spermatozoïdes est l’un des moyens de fabriquer la prochaine génération de contraceptifs masculins. D’autres projets axés sur la prévention de la spermatogenèse, le déplacement et la fécondation des spermatozoïdes sont tous activement poursuivis. nnEnsemble, nous espérons que ces entreprises scientifiques créeront de nombreuses formes de contraception masculine avec des types de produits variés qui répondent aux besoins d’un plus grand volume d’utilisateurs.

    La contraception masculine – contraception masculine

    La femme moyenne passe la principale partie de sa vie reproductive à essayer d’éviter les grossesses non désirées. Par exemple, si une famille veut deux enfants, la mère passera à peu près 5 ans soit enceinte, soit en essayant de devenir enceinte, soit en postpartum. Pendant les quelque 35 années restantes de réplication potentielle, la mère souhaite éviter une grossesse. Toutefois, les grossesses tout bonnement non désirées sont habituelles, car une enquête menée en 2011 a divulguer que quarante cinq % des 6, 1 centaines de milliers de grossesses aux États-Unis étaient non désirées. la plus part de ces grossesses tout bonnement non désirées, soit quarante deux %, se sont soldées par un avortement. L’impact économe des grossesses tout bonnement non planifiées est important, le montant total publiques consacrées aux grossesses tout bonnement non désirées aux États-Unis étant estimé à 21 milliards de dollars en 2010. La façon la plus courante d’éviter une grossesse, tout en aujourd’hui une vie sexuelle réactive, est d’employer la contraception. la majorité des contraceptifs disponibles sont destinés aux femmes, y compris les dispositifs intra-utérins ( DIU ) ou bobines, les spermicides et la pilule contraceptive orale combinée, communément appelée ‘ pilule ‘. nnLes appareils intra-utérins ( DIU ) sont insérés dans l’utérus où ils préviennent la grossesse par deux méthodes. Les DIU hormonaux libèrent de petites quantités d’hormones qui se passent régionalement pour faire de l’utérus un cadre fatal aux spermatozoïdes. Le cuivre contenu dans les DIU en cuivre procède comme un spermicide qui endommage les spermatozoïdes qui pénètrent dans l’utérus. Source. nLes appareils intra-utérins ( DIU ) sont insérés dans l’utérus où ils préviennent la grossesse par deux solutions. Les DIU hormonaux libèrent de petites quantités d’hormones qui agissent localement pour faire de l’utérus un environnement fatal aux spermatozoïdes. Le cuivre contenu dans les DIU en cuivre se conduit comme un spermicide qui endommage les spermatozoïdes qui pénètrent dans l’utérus. Source. nLes , en revanche, n’ont que deux options : le condom et la vasectomie. Les préservatifs sont une forme moderne de contraception car ils protègent autant contre les MST. Cependant, y a un taux de grossesse de 18% par an avec l’utilisation emblématique du préservatif. La vasectomie est une forme de stérilisation et de contraception beaucoup plus permanente qui consiste à arreter le canal déférent, le tube par lequel les spermatozoïdes passent du stockage à l’éjaculation. bien que considérées comme permanentes, les vasectomies peuvent être inversées, mais ce n’est que rarement loin d’être un échec. nnIl est clair qu’un contraceptif masculin est nécessaire, mais pourquoi n’a-t-on pas répondu à ce besoin ? Cinq conditions doivent être remplies pour qu’une méthode contraceptive masculine soit efficiente : 1 ) elle se doit d’être au minimum aussi efficiente que la pilule, 2 ) réversible dans un temps acceptable, 3 ) avoir très peu d’effets secondaires, 4 ) n’avoir aucun action sur la enfant future et 5 ) être à bon prix. aussi, existe un certain nombre d’obstacles à la mise au point d’un contraceptif coté masculin, notamment : 1 ) la barrière des contrôles sanguins, 2 ) le volume de spermatozoïdes produits par l’homme moyen et 3 ) le fait que la constitution de spermatozoïdes est continue plutôt que mensuelle comme chez les femmes. Malgré ces obstacles, une multitude de contraceptifs masculins possibles sont en cours de développement. nnContraceptifs hormonauxnnIl existe trois catégories de contraception : hormonale, et tout bonnement non hormonale. Les contraceptifs hormonaux sont ceux qui agissent sur le système endocrinien pour prévenir la grossesse, deux exemples de contraception hormonale sont la pilule et le DIU hormonal. Chez les hommes, une boucle de rétroaction endocrinienne négative, impliquant la testostérone ( et d’autres androgènes ) et les gonadotrophines, supprime la spermatogenèse. L’injection d’androgènes et d’autres conseillers anti-gonadotropes supprime les gonadotrophines et de ce fait la spermatogenèse, mais engendre de plus de nombreuses impressions secondaires, dont une diminution de la libido, des sautes d’humeur, une prise de poids et des taux anormaux de glucose. de plus, les sensations des contraceptifs hormonaux ne sont pas constants chez les gentlemens et sont spécialement influencés par l’origine ethnique. L’administration de testostérone est un contraceptif plus efficiente chez les hommes de l’asie de l’Est que chez les gentlemens de espèce claire, % des hommes de l’asie de l’Est cessent de se fournir du sperme tout en accueillant la testostérone, en comparaison au prix unique de 60 à 80 % des hommes blancs. Deux mécanismes hypothétiques à la base de cet effet ethnique sont les variations dans la microstructure des testicules et le métabolisme de la testostérone. nnUn contraceptif hormonal coté masculin potentiel est la 7 alpha-méthyl-nortestostérone ( MENT ), un stéroïde synthétique qui ressemble à la testostérone. MENT®, actuellement en cours de développement par le Population Council, est administré sous forme d’implant sous-cutané efficace 12 mois. Huit des 12 hommes ayant reçu la dose la plus élevée n’ont produit aucun spermatozoïde lors de la période d’essai de 12 mois. malheureusement, des impressions secondaires communs au traitement à la testostérone offrent de plus été observés. Comme les hormones sont complexes et vont avoir de nombreux rôles dans l’organisme, les contraceptifs physiques et vraiment pas hormonaux peuvent être une meilleure option. Ces traitements sont moins susceptibles d’avoir ces sensations secondaires inattendus et indésirables, car leurs cibles sont plus spécifiques et leurs métiers biologiques plus généraux sont moins nombreux. nnContrôle des naissancesnnLes contraceptifs physiques font exactement ce que leur nom suggère et soit 1 ) limitent physiquement les frais de déplacement des spermatozoïdes ou 2 ) endommagent les spermatozoïdes le transport. Un contraceptif effeminé bien reconnu est le diaphragme, un dôme en silicone souple ou en latex qui recouvre le col de l’utérus et empêche l’entrée du sperme. Deux techniques de contraception physique masculine sont en cours de développement. Le premier est Vasalgel™, sur lequel un essai chez le lapin a été publié le mois dernier ( mars 2016 ) et commencera probablement des tentatives chez l’être humain dans les semaines à venir cette année. Vasalgel™ est un polymère d’hydrogel injecté dans le canal déférent, où il durcit et crée une barrière au passage du sperme. nnVasalgel™ est un polymère d’hydrogel injecté dans le canal déférent. Après l’injection, le vasalgel forme une barrière à l’intérieur du canal déférent que les spermatozoïdes ne peuvent pas traverser. Image fournie par www. parsemusfoundation. orgnVasalgel™ est un polymère d’hydrogel injecté dans le canal déférent. Après l’injection, le vasalgel forme une barrière à l’intérieur du canal déférent que les spermatozoïdes ne peuvent pas traverser. Image fournie par www. parsemusfoundation. orgnL’administration de vasalgel à 12 lapins mâles n’a entraîné aucune génération de sperme observable au cours de la période de suivi de 12 mois. Bien qu’actuellement présenté comme méthode de stérilisation, on s’attend à ce que l’écoulement des spermatozoïdes soit rétabli en rinçant le canal déférent avec une solution de bicarbonate de sodium. nnUne méthode analogue est l’inhibition réversible du sperme sous guidage ( RISUG® ), l’injection d’un polymère synthétique nommé anhydride styrénique maléique ( SMA ) dans le canal déférent. plutôt que d’interdire le passage des spermatozoïdes, la SMA enduit la surface du canal déférent, formant un environnement acide indésirable qui rompt les têtes des spermatozoïdes. Comme pour Vasalgel, ce traitement peut être inversé en rinçant le canal déférent avec une solution de bicarbonate de sodium. Vasalgel et RISUG en sont tous deux au stade de l’essai, le premier aux États-Unis et le deuxième principalement en Inde. nnContraceptifs tout bonnement non hormonauxnnLes contraceptifs non hormonaux perturbent ou préviennent la grossesse sans l’utilisation d’hormones, comme tels, ils incluent les contraceptifs physiques. Le DIU en cuivre est un contraceptif tout bonnement non hormonal couramment exploité par les femmes, car le cuivre agit comme un spermicide qui endommage les spermatozoïdes dans l’utérus mettant en cause leur mobilité. Chez les gentlemens, les contraceptifs vraiment pas hormonaux bloqueraient la utilisation et/ou le développement du sperme, rendant l’homme temporairement infertile. Dans un article de site précédent, j’ai déclaré que les protéines impliquées dans le développement du sperme, notamment dans l’épididyme, peuvent être de bons élèves pour les contraceptifs masculins. Comme bon nombre de ces protéines ne sont exprimées que dans les testicules et le sperme, l’inhibition de leur fabrication devrait avoir peu d’effets secondaires. nnLes cibles prometteuses pour la contraception masculine actuellement en développement comportent les protéines nécessaires et à la multiplication et à la maturation des spermatozoïdes, la motilité et les interactions sperme-œuf. Il a été démontré que toutes ces protéines sont nécessaires à la fonction et à la fertilité du sperme chez l’homme. Une cible particulièrement prometteuse est l’inhibiteur de protéase épididymique protéique ( EPPIN ). Eppin se lie à la protide semenogelin ; cette interaction est essentiel pour la motilité et la fertilité des spermatozoïdes humains. Eppin Pharma Inc. met au point un petit composé organique qui se lie à Eppin et prévient le détermination de l’Eppin-séménogéline. Cibler Eppin s’est avéré à la fois efficace et réversible en macaques. Les contraceptifs interrompent la motilité des spermatozoïdes de mammifères peuvent être décrits en deux étapes. le premier travail à réaliser entraine le mouvement des spermatozoïdes après l’éjaculation et à travers l’appareil reproducteur féminin, ce qui requiert des enzymes glycolytiques, dont beaucoup sont spécifiques aux spermatozoïdes, y compris les cellules germinales GADPH spécifiques. Avant la fécondation des spermatozoïdes de l’ovule deviennent hyperactifs, afin de entrer dans l’ovule. Cette hyperactivité implique l’afflux d’ions calcium dans la biroute du spermatozoïde, un process dépendant de la protide CatSper. Ces deux protéines de la motilité des spermatozoïdes occasionnent de l’intérêt également cibles contraceptives, mais et même l’une ni l’autre n’est aussi avancée dans son développement qu’Eppin. Les protéines du sperme montrent un grand potentiel également cibles contraceptives, mais le volume de protéines présentes dans le sperme n’est pas négligeable et des travaux supplémentaires sont nécessaires pour comprendre leur constitution en protéines. nnLa longue liste de contraceptifs masculins possibles contient nécessairement de multiples possibilités qui ne sont pas mentionnées dans ce billet de site web ( pour une liste plus longue, voir cette Wikipedia sur les contraceptifs masculins, et le New Male Contraception Information Project ). Avec le grand volume de contraceptifs potentiels, dont certains en sont aux derniers stades de développement, la contraception masculine s’avère vraiment pas seulement possible, et par dessus le marché imminente. Cela dit, la route à proximité de la création d’un produit viable ne sera pas facile. Comme nous l’avons déjà dit, un contraceptif coté masculin se doit d’être spécialisé, réversible et efficace, avoir peu d’effets secondaires et sauter à travers beaucoup d’obstacles avant d’être mis sur le marché et accepté par les clients. par ailleurs, à mon avis, l’un des plus grands obstacles au développement d’un contraceptif masculin utilisable est l’absence d’une ‘ meilleure option ‘ concise. Il n’y a pas de précurseur évident dans la course à proximité de un contraceptif masculin, et les chercheurs travaillent sur un large éventail de contraceptifs potentiels. pour finir, l’innovation et l’incitation existent pour réaliser un contraceptif masculin, mais cela ne suggère pas que la voie à suivre est libre d’obstaclesd.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Entretien avec la Dre Patricia Cuasnicu, possesseur d’une subvention de l’ICMnPatricia S. Cuasnicu est chercheuse scientifique principale au Conseil national de recherches ( CONICET ) de l’Instituto de Biologia y Medicina Experimental ( IBYME-CONICET ) à Buenos Aires. MCI a accordé à la Dre Cuasnicu une subvention de déclenchement de 150 000 $ en 2018 pour l’aider à continuer son travail. nnQuel est votre lien avec la contraception ? nJ’ai commencé mon compétence post-doctorale au Cornell Medical Center, New York Hospital, sous la direction du Dr. J. Michael Bedford, où j’ai commencé à bosser comme boursier NIH. Le Dr Bedford s’étant vraiment intéressé à l’analyse de l’utilisation éventuelle des protéines épididymaires pour le développement de la contraception masculine, nous avons présenté un plan de recherche post-doctorale visant à réfléchir le potentiel contraceptif du CRISP1 purifié, une protéine épididymique reconnue par notre laboratoire en 1976 et le premier membre de la famille CRISP ( Cysteine Rich Secretory Protein ). nnDe retour en Argentine en 1986, j’ai continué à bosser dans le secteur de la contraception masculine. En fait, en raison de mon implication sur le terrain, j’ai été conviée en 1989 à faire partie du Groupe de travail sur les solutions contraceptives masculines de l’Organisation mondiale de la santé ( OMS ) fondé par J. M. Bedford et collègues en 1974. J’ai travaillé comme consultant de l’OMS 15 ans, participant tout bonnement non seulement à l’estimation de nombreux projets du cherche, mais également à des présentations dans d’une multitude de pays à forte population comme la Thaïlande, l’Indonésie, l’Inde, la Chine, le Zimbabwe, etc. nnLes contacts avec les populations de ces pays et mon travail actif à l’OMS m’ont entièrement convaincu de la nécessité de l’assiduité des hommes dans la planification familiale et, de ce fait, de la nécessité de dernieres nouvelles possibilités masculines. Alors que je faisais partie du comité de l’OMS, j’ai été invitée à faire partie du comité technique et consultatif ( TAC ) du CONRAD ( Contraception Research and Development ) qui avait pour objectif de construire des techniques contraceptives masculines et féminines et, là encore, j’ai travaillé avec cette bien plus de 12 ans. nnJe travaille sur le terrain depuis près de 35 ans et je suis totalement convaincue que le développement d’un plus grand nombre d’options contraceptives est important pour éviter le volume cher de femmes et de décès d’enfants sur la planète entier. par ailleurs, alors qu’une méthode féminine peut éviter la grossesse de la femme utilisant ce contraceptif, une méthode masculine peut empêcher la grossesse de toutes les femmes interagissant avec l’homme utilisant la méthode contraceptive, ce qui a donc un résultat plus important que les techniques féminines. nnEn quoi le secteur a-t-il changé à partir du moment où vous avez commencé à y travailler jusqu’à aujourd’hui ? nCe que j’ai vu pendant toutes ces années, c’est une parfaite l’abaissement de l’intérêt pour le développement de la contraception masculine de la part des organisations ainsi que des entreprises/industries. Je crois que ce manque d’utilité est dû aux nombreuses difficultés rencontrées dans le développement de la contraception masculine liées à la fois a ) aux caractéristiques inhérentes de la physiologie masculine ( c’est-à-dire comment avoir une bonne méthode sans interférer avec la libido masculine ou sans générer trop d’effets secondaires tolérés par les femmes mais pas les hommes ) et b ) aux multiples années d’investissement financier sans avoir une méthode sur le marché libre. En ce sens, MCI devient un tout nouvel espoir important après tant d’années de manque de soutien dans ce domaine. nnSelon vous, quels sont les plus grands défis qui affectent la contraception en général et la contraception masculine en particulier ? nÀ mon avis, l’un des plus grands challenges de la contraception en général est l’éducation, c’est-à-dire l’information des femmes et des mecs sur les différentes possibilités contraceptives déjà disponibles, notamment les jeunes dans les écoles. nnEn ce qui concerne la contraception masculine notamment, je pense que l’un des défis est d’obtenir une méthode qui n’interfère pas avec la libido masculine, qui ne produit pas d’effets secondaires visibles comme un rétrécissement testiculaire ou une diminution du espace de l’éjaculat, et qui ne produit aucun effet secondaire plus général ( par exemple, acné, augmentation du cholestérol et du mal de tête ) que d’une multitude de offrent peu tolérés. nnJe pense que la plupart des effets secondaires d’une méthode contraceptive féminine sont tolérés par les femmes car sans elle, elles tomber enceintes, ce qui est clairement une conséquence pire dans la stabilité final. Cependant, dans le cas des mecs, qui sont relativement à l’abri des problèmes directes de la grossesse, les effets secondaires deviennent un soucis plus important à faire face à. C’est pour cela qu’elles offrent plus d’exigences que les femmes à cet égard. nnCes challenges et ces possibilités ont-ils évolué avec le temps ? Si oui, comment ? nJe pense que la société a beaucoup évolué au cours des 20 dernières années sur la planète entier. Les emplois et les activités qui étaient autrefois réservés aux femmes ou aux sont à présent partagés par les deux. La contraception ne sera pas différente à cet égard, surtout à cause d’un grand changement dans les droits des femmes. nnQuels sont vos espoirs pour la postérité près et proche de la contraception masculine ? nJe suis certaine que dans un futur près, les techniques masculines deviendront complètement acceptables par l’ensemble de la compagnie et que nous devons simplement offrir plus de possibilités aux hommes pour leur permettre de s’engager activement dans la planification familiale. J’envisage aussi des méthodes ‘ unisexes ‘ qui peuvent être utilisées par les gentlemens et les femmes sur la base d’un blocage spécialisé de la fonction des spermatozoïdes dans le tractus génital masculin ou effeminé. en outre, nous pouvons penser à une méthode contraceptive péricoïdale qui s’utilise juste avant les rapports hot. conclure, et idéalement, nous pourrions penser à une méthode contraceptive qui préviendrait à la fois la fertilité et les contaminations infectieuses. nnQue faudra-t-il pour qu’ils deviennent réalité ? nComme on le sait déjà, nous aurons besoin de plus de financement dans le secteur de la contraception masculine pour amener plus de chercheurs impliqués dans le secteur et pour augmenter les chances de bénéficier de une méthode masculine bonne, crédible, acceptable et accessible. Cependant, même lorsque nous réussissons à développer de nouvelles méthodes masculines, nous avons encore besoin de plus d’éducation sexuelle pour expliquer aux gens, surtout aux jeunes, la nécessité d’utiliser des méthodes contraceptives, ainsi que la manière de les utiliser. Avoir une nouvelle méthode est une condition nécessaire, mais cela ne suffit pas : nous avons besoin d’une société qui inclut la nécessité d’utiliser la contraception, y compris les techniques déjà disponibles. nnExiste-t-il des obstacles pour les empêcher de se concrétiser ? nJe pense que l’un des grands obstacles qui les empêchent de se concrétiser est le manque de sensibilisation des personnes au rôle clé de la contraception pour la santé des humains et, bien sûr, le manque d’engagement des gouvernements partout sur la planète, ce qui se reflète finalement dans le faible financement public dans ce secteur. La contraception n’est pas aussi rentable que le Viagra ou les médicaments anticancéreux, et pour cette raison, les sociétés et les industries ne sont pas aussi intéressées à investir dans de dernieres nouvelles méthodes contraceptives. L’engagement et le financement sont donc les principaux obstacles. nnVeuillez partager toute anecdote tirée de votre aptitude de travail dans le domaine. nEn 2005, j’ai été conviée par l’American Society of Andrology ( ASA ) à donner une conférence à Séoul, en Corée, sur les femmes et la technique dans les pays en développement, tandis qu’une chercheuse américaine allait donner une conférence sur les femmes dans les pays développés. Il m’a fallu beaucoup de temps pour préparer ce discours de vingt cinq minutes. J’ai lu beaucoup d’articles et j’ai pris conscience de beaucoup de problèmes comme le plafond de vitrage pour les femmes, la canalisation qui fait défaut ( toutes les femmes qui abandonnent et quittent leur carrière ), la pyramide ( beaucoup de femmes pour les emplois communs à l’origine de la pyramide et seulement quelques hommes pour les meilleurs emplois dans le haut ), etc. nnDe plus, j’ai aussi pris conscience de nombreux aspects de moi-même auxquels je n’avais jamais prêté attention précédemment. Par exemple, que j’avais fait un post-doc des NIH aux USA en 1984, accompagné de mon époux, quelque chose de pleinement inhabituel dans notre pays où les femmes accompagnaient les gentlemens. Aussi, que j’étais devenue l’une des rares femmes du comité de l’OMS, que j’avais parcouru le monde en faisant mes petits enfants avec mon époux, une autre chose inhabituelle pour les femmes, et pour finir, que j’avais travaillé toutes ces années dans un secteur de la santé très particulier comme la contraception masculine. Je n’avais jamais réalisé que j’avais lutté pour les droits des femmes dans chacune de ces actions et décisions et que mon travail en contraception masculine faisait partie de cette bataille pour les droits des femmes. nnAussi, depuis que j’ai commencé à travailler dans le domaine de la contraception masculine y a 35 ans, j’ai réalisé à quel point les personnes sont intéressés par ce domaine. Il est très courant que tandis je commence à parler de mon travail dans une réunion sociale, les gens se regroupent autour de moi et commencent à poser beaucoup de interrogations et à réaliser des remarques. Bien sûr, je reçois toujours beaucoup de soutien pour mon travail de la part de meufs qui sont prêtes à avoir une méthode masculine désormais ou même dans quelques temps de cela pour éviter que leurs filles utilisent des méthodes contraceptives pendant plus de 30 ans comme c’est le cas actuellement. Les hommes sont très curieux vis-à-vis du champ mais expriment franchement leurs craintes au sujet des effets secondaires et de la possibilité d’alterer de ou de la virilité. Quoi qu’il en soit, j’ai trouvé que la contraception masculine est un sujet fascinant pour tout le monde et en discuter a toujours été une expérience prodigieuse et même un succès social. nn

    La contraception masculine – contraception homme

    Qu’est-ce que le Vas Deferens ? nQu’est-ce que le canal déférent ? nLe canal déférent fait partie du fonctionnement reproducteur coté masculin. Le canal déférent se compose de deux canaux dont le but est de déplacer le sperme éjaculatoire hors de l’épididyme. Les canaux déférents gauche et droit relient chaque côté de l’épididyme aux canaux éjaculateurs du corps coté masculin. Chaque canal déférent est alimenté par une artère qui dérive de l’artère vésiculaire supérieure. nnChaque canal déférent est un tube d’environ un pied ( 12 pouces ) de taille et protégé par une muscle lisse. Cette masse musculaire se contracte de manière réflexive pendant l’éjaculation dans un process appelé péristaltisme l’orgasme. C’est le processus qui permet aux spermatozoïdes de s’écouler à travers le canal déférent et d’atteindre l’urètre. Sur son chemin, le sperme recueille les sécrétions de la prostate, des glandes bulbo-urétrales et des vésicules séminales. nnUne incision permanente est réalisée dans chaque canal déférent lors d’une vasectomie, une méthode de contraception masculine. Une méthode moderne de contraception masculine et de contrôle des naissances dans le développement de le moteur de recherche entraine aujourd’hui l’injection de matériel dans le canal déférent pour obstruer l’écoulement du sperme. Les chercheurs travaillent à faire en sorte que cette nouvelle méthode de vasectomie soit danger et réversible. nnPour en savoir plus sur les vasectomies réversibles et autres dispositifs contraceptifs masculins occlusifs, cliquez ici.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Pourquoi avons-nous besoin de contraceptifs pour maintenant ? nC’est l’heure de la contraception masculine. nLes options de contraception actuellement disponibles pour les gentlemens sont insuffisantes parce qu’il n’a pas été créé d’option de contraception sur une longue période pour les hommes. La vasectomie est perçue comme une méthode irréfragable, et le taux de grossesse réelle du condom est de 13 % – un chiffre véritablement cher si vous recherchez une méthode contraceptive à sécurité intégrée. nnDe meilleures alternatives contraceptives pour les hommes procureront l’équité à la planification familiale, car d’autant plus d’hommes partagent la responsabilité de la fécondité. Chaque nouvelle méthode contraceptive féminine créée a entraîné une augmentation de l’utilisation des contraceptifs, une diminution des grossesses non désirées et une amélioration de la santé des enfants dans le monde entier. Nous nous attendons à ce qu’il en soit de même pour les développements futurs de la nouvelle contraception masculine. nnIl est primordial que nous fassions un effort pour la contraception masculine aujourd’hui. nIl y a 60 millions de grossesses non désirées tous les ans dans le monde. Il n’y a pas eu d’innovation importante dans le secteur de la contraception, surtout les méthodes non hormonales, depuis des années. nnLa réduction des grossesses vraiment pas désirées peut aider à briser le cycle de la pauvreté. Les chercheurs s’attendent également à économiser aux contribuables plus de 5 milliards de dollars par année en médicaux en manque terme. On s’attend à ce que les économies de dépenses à long terme soient beaucoup plus importantes, simplement en s’assurant que les besoins de planification familiale sont satisfaits pour tous. nnMale Contraceptive Initiative ( MCI ) finance de toutes nouvelles recherches sur les techniques contraceptives masculines. Nous faisons avancer les alternatives de contraception masculines afin que les hommes et les femmes puissent avoir plus de possibilités – ensemble. nnEnvisagez de faire une capacité à MCI. Nous avons montré comment nous pouvons faire de la contraception masculine une réalité : faites partie de la solution avec nous. nnInitiative contraceptive masculinenNous faisons progresser notre mission grâce en investigation, aux médias et à l’éducation. Nous : nnAccorder des subventions pour des analyses novatrices et prometteuses dans ce domaine, nRéseauter avec les chercheurs et établir des liens avec eux pour faire s’améliorer le secteur, nEffectuer des analyses sur les impacts potentiels des contraceptifs masculins, nles attitudes de l’enquête à l’égard de la contraception masculine et l’acceptabilité de celle-cinPlaider en faveur d’une politique et d’un financement adéquats pour les contraceptifs masculins. nVous désirez ? nn

    La contraception masculine – contraception homme

    Un bilan de la situation courante en terme de contraceptifs masculinsnLes contraceptifs masculins sûrs et efficaces continuent d’échapper au grand public, mais aussi avec plusieurs dernieres nouvelles alternatives en cours de recherche, il peut s’écouler de nombreuses années avant que les hommes aient accès à la contraception dans le confort du cabinet de leur médecin. Entre-temps, le milieu médical et les scientifiques agissent d’arrache-pied pour donner aux hommes les moyens de prendre en charge leur santé sexuelle et leurs contraceptifs. nn ‘ Le concept de contraception hormonale masculine n’est ni plus complexe et même plus risqué que la contraception pour les femmes. Idéalement, un garçon et une femme se sentiraient aussi investis dans la prévention d’une grossesse non planifiée, mais ce n’est pas ainsi que cela marche. les dames sont beaucoup plus motivées à utiliser la contraception car les problèmes des grossesses sont beaucoup plus importantes pour elles ‘, dit Lauren Streicher, MD, professeure clinicienne agrégée d’obstétrique et de gynécologie à l’École de médecine Feinberg de la Northwestern University. Pour diverses raisons, la recherche sur le contrôle des naissances chez les hommes avance à un rythme différent et avec un secours différente de celle des études chez les femmes, mais cela ne veut pas dire que les spécialistes ne sont pas encore embauchés dans cette cause. nnRecherches récentesnL’effort le plus récent et le plus médiatisé pour construire le contrôle des naissances chez les hommes a été un essai clinique de recherche en octobre 2016. L’essai a vérifié l’efficacité d’un contraceptif hormonal injectable pour hommes chez 320 personnes en bonne santé âgés de 18 à 45 ans dont le nombre de spermatozoïdes était normal. La recherche a montré des retombées encourageants en réduisant le volume de spermatozoïdes et en prévenant les grossesses chez toutes les participantes sauf 4, et 75 % d’entre elles proposent indiqué qu’elles pourraient être disposées à utiliser la méthode contraceptive après la fin de l’essai. ( On a signalé ensuite que trois des quatre grossesses offrent eu lieu au stade de l’induction de l’étude avant que l’agent contraceptif ne soit totalement efficace ). nnMalgré les divers commentaires prometteurs, l’essai lui-même a été interrompu par un comité indépendant d’examen de l’innocuité affilié à l’Organisation internationale de la santé qui a est établi que les risques – notamment les cas signalés d’infertilité, l’incapacité de revenir à un taux normal de sperme et la mort dans un établissement – étaient supérieurs à ceux de le moteur de recherche interne. Et s’il est vrai que 20 hommes ont abandonné l’étude en raison d’effets secondaires typiques de la contraception féminine ( libido, douleurs sur les tissus musculaires, acné, migraines, dépression et sautes d’humeur ), ces sensations secondaires et ces abandons n’ont eu qu’une conséquence minimale sur la décision du comité de sécurité. Les abandons sont complètement normaux dans les analyses cliniques. Le comité de sécurité s’inquiétait surtout du grand volume de gars ( 63 sur 65 ) d’un site d’étude qui proposent signalé de nouveaux symptômes de dépression. nnLa fin abrupte de ce procès peut sembler décourageante, mais les scientifiques sont toujours en faveur des possibilités masculines. L’équipe à la base du contraceptif hormonal injectable réexaminera sa recherche – une nouvelle fois, pour ajuster et l’optimisation ne sont pas inhabituels pour les essais cliniques de phase II – tandis que d’autres groupes explorent différentes possibilités. nnUne de ces possibilités à l’horizon se prénomme Vasalgel et est un hydrogel qui est injecté dans le canal déférent. ( Le canal déférent est le tube du système reproducteur masculin qui transporte le sperme et c’est ce qui est coupé une vasectomie. ) Le givre est injecté lors d’une intervention rapide en consultation extérieur dans le cabinet d’un médecin et créerait une barrière de givre semi-perméable qui bloquerait le sperme tout en n’ayant aucun effet sur la utilisation sexuelle. Les impressions secondaires sont minimes. nnRISUG ( Reversible Inhibition of Sperm Under Guidance ) est un contraceptif analogue à Vasalgel et est plus près du marché. RISUG est étroitement surveillé par la FDA et fait actuellement l’objet d’essais cliniques avancés qui ne sont accessibles qu’aux hommes locaux en Inde, tandis que l’équipe derrière Vasalgel se prépare pour ses premières études cliniques. Comme Vasalgel, RISUG est un composé injectable qui bloque le sperme du canal déférent. Il est infaillible quasiment sans attente et peut être inversé avec un antidote injectable. ( Les scientifiques de Vasalgel testent le’rinçage’ du gel surtout qu’un antidote. ) RISUG fait l’objet d’un contrôle depuis 15 ans et les rapports indiquent qu’il est très infaillible. nnProtection pour l’instantnIl pourrait s’écouler des années avant que l’une ou l’autre de ces possibilités n’arrive sur le marché et dans le cabinet de votre médecin et jusque-là, il reste deux options principales pour les hommes : les condoms et les vasectomies. Les préservatifs sont recommandés à tous les gentlemens sexuellement actifs, notamment ceux dont le mode de vie peut les exposer à un risque accru de maladies sexuellement transmissibles. La vasectomie est plus largement acceptée chez les hommes de 50 ans et plus, avec près de 500 000 hommes qui se font ‘ arreter ‘ chaque année aux États-Unis. contrairement à la croyance populaire, la vasectomie n’affecte pas la fonction sexuelle de l’homme et peut prendre jusqu’à trois mois pour être efficace. Il n’est cependant pas sans inconvénients. nn ‘ L’inversion de la vasectomie est très coûteuse et ne marche pas toujours, alors il est capital de prévoir cette option comme une dernière ‘, dit Nelson Bennett, MD, urologue au Northwestern Medical Group. ‘ Parce qu’il est difficile de l’inverser, les vasectomies sont souvent considérées par les couples qui ont fini d’avoir des enfants. ‘ nnLa solution intermédiaire – les gentlemens qui offrent des relations hétérosexuelles engagées à long terme qui, avec leur partenaire, ne désirent plus utiliser de préservatifs mais qui n’en sont pas au stade de la vie pour connaître une vasectomie – est par conséquent exactement celle qui peut bénéficier des options contraceptives masculines dans le développement. Le besoin est réel. nnEt bien que la Dre Streicher ne s’attende pas à ce que le nombre d’options de contraception pour les hommes change de sitôt, elle conseille les femmes sur les changements potentiels au mandat en matière de contraception de la Loi sur les soins abordables et sur la manière dont les plans minceur d’assurance couvrent le coût du contraceptif. nnUne relation solide et une communication ouverte avec votre médecin peuvent aider les gentlemens et les femmes à maintenir leur santé sexuelle et à utiliser les solutions contraceptives à leur disposition. Bien qu’il n’y ait pas pas d’option pour les hommes à égalité avec la pilule, les bagues ou les DIU, les hommes peuvent quand même être des participants actifs et responsables tandis l’objectif est la contraception.