• contraception masculine
  • contraception homme
  • contraceptif masculin injection – contraception homme slip chauffant

    La contraception masculine – contraception masculine

    Contraception masculine : un essai clinique stoppé à cause d’effets secondaires trop lourdsnnDes chercheurs allemands proposent testé avec succès une méthode d’injection contraceptive chez des mecs. Mais certains volontaires ont dû prématurément arreter l’essai clinique. En cause, les effets secondaires provoqués par cette contraception. nnPilule s’amusant sur le taux de testostérone, ultrasons efficace de réduire le volume de spermatozoïdes, givre injectable dans le pénis pour bloquer le passage du sperme… Depuis trente ans, les spécialistes tentent de fabriquer une contraception adaptée aux hommes, et obtiennent des retombées plus ou moins probants. L’une des techniques les plus avancées dans ce besoin, portées par des chercheurs de l’Université de Munich et financées notamment par l’Organisation mondiale de la santé, a obtenu des retombées spectaculaires dans une étude publiée le 27 octobre 2016. l’astuce contraceptive en question s’est montrée efficace dans 96 % des cas lors d’un essai clinique de phase II ! Toutefois, elle présente un frein majeur : elle occasionne des méfaits non négligeables, qui ont forcé 20 volontaires à arrêter prématurément l’essai clinique… nnDe l’acné aux problèmes de l’humeurnTestée sur 320 hommes âgés de 18 à 45 ans et en couple avec une femme non ménopausée, cette méthode contraceptive a pour vocation de des injections dans les fessiers toutes les 8 semaines. Deux injections hormonales sont effectuées à chaque fois. L’une contient de la norethistérone, progestérone qui a pour effet de bloquer la création de spermatozoïdes examinée par l’hypophyse ( une zone du cerveau ). L’autre injection renferme de la testostérone, afin de rééquilibrer le niveau de cette hormone, en chute à cause de la première injection. Les premières semaines du test, les chercheurs se sont garantis que cette méthode entraînait bien une chute du volume de spermatozoïdes chez les volontaires ( jusqu’à atteindre un palier minimal d’1 million par millilitre ). Puis ils ont demandé aux hommes et à leur partenaire de n’avoir recours qu’à cette forme de contraception un an. nnPour 274 volontaires, le seuil minimal a été franchi au bout de 24 semaines, offrent constaté les chercheurs grâce à des échantillons de sperme acquis à intervalles constants. Et la méthode contraceptive s’est révélée infaillible, puisque ‘ seules ‘ 4 grossesses se sont avouées. Un taux d’efficacité comparable aux pilules contraceptives pour les femmes actuellement sur le marché. Cependant, 1 491 événements indésirables offrent été rapportés par les volontaires ! ‘ Près de 39 % se sont avérés être sans rapport avec les injections ‘, tempèrent les chercheurs dans un communiqué. En tête des méfaits rapportés, l’on trouve l’acné, présente chez 45 % des joueurs. Un intérêt accru pour le porno a été constaté chez 38 % d’entre eux. Un quart des volontaires proposent perçu des douleurs au site d’injection, drone caméra hd % à la hauteur des muscles. Plus préoccupant, selon les chercheurs, un volontaire sur 5 a présenté des troubles de l’humeur, 17 % des problèmes affectifs. conclure, après l’arrêt des injections, en moyenne 5 % des hommes n’avaient pas récupéré une densité ‘ moyenne ‘ de spermatozoïdes ( égale ou plus importante que 15 millions par millilitre ). Les effets secondaires, surtout ceux liés aux troubles de l’humeur, offrent poussé 20 volontaires à abandonner l’étude en cours de route et les chercheurs proposent cessé de embaucher de nouveaux joueurs dès 2011. Pourtant, à la fin de l’essai, plus de 75% des personnes offrent déclaré être disposés à continuer la prise de cette méthode contraceptive. nnCompte tenu du taux élevé d’effets indésirables, la contraception masculine n’est pas pour demain. Peut-être pour 2018, comme l’espèrent des chercheurs américains qui testeront bientôt chez l’homme un givre injectable dans le pénis. Ou en 2021, comme l’espèrent des chercheurs de l’université de Wolverhampton ( Royaume-Uni ) qui travaillent sur un spray nasal immobilisant les spermatozoïdes, afin qu’ils n’atteignent pas l’ovule. Toutefois, quand bien même ces techniques de contraception aboutissent, encore faut-il que les hommes l’acceptent et s’en emparent. Pour l’instant, les barrières à la contraception masculine ne sont pas que physiologiques, mais aussi psychologiques, soulignait Jacques Young, endocrinologue à l’Inserm dans un précédent article de Sciences et Avenir.

    La contraception masculine – contraception homme

    Entretien avec Ed Gillis, possesseur d’une subvention de l’ITMnEd Gillis est le PDG de Revolution Contraceptives. La société travaille actuellement sur Vasalgel, un dispositif en cours de développement comme contraceptif vraiment pas hormonal à longue durée d’action, destiné à être réversible. Il est un entrepreneur et un cadre supérieur qui a fait ses arguments dans la collecte de fonds à un niveau précoce et intermédiaire, les essais cliniques OUS, la recherche et le développement et la conception clinique de produits dans des entreprises en période initiale. nnQuel est votre lien avec la contraception ? nJe suis PDG de Revolution Contraceptives, LLC. Nous élaborons Vasalgel qui se veut une forme certaine, fiable et plus réversible de contraception masculine et une alternative à la vasectomie. nnEn quoi le secteur a-t-il évolué à partir du moment où vous avez commencé à y bosser jusqu’à aujourd’hui ? nJe suis à la Révolution depuis un peu plus de deux ans, de sorte que le domaine n’a pas changé inévitablement au cours de cette période. Il est clair dans ma vie qu’il y a un intérêt et une demande soutenus et croissants pour surtout d’alternatives contraceptives masculines. Cela est dû en grande partie au plaidoyer de l’Initiative contraceptive masculine. nnSelon vous, quels sont les plus grands challenges qui affectent la contraception en général et la contraception masculine en particulier ? nLes défis d’un bloc vaso-déférentiel, que nous sommes en train de réaliser, sont partagés par de multiples autres sociétés développant des dispositifs médicaux implantables. Il s’agit du temps, de l’effort et des éléments cliniques nécessaires pour fabriquer le produit de manière sécurisée et recevoir l’approbation réglementaire. Obtenir le financement nécessaire pour compléter ce développement représente un défi pour notre solution. nnCes challenges et ces possibilités ont-ils évolué avec le temps ? Si oui, comment ? nLes challenges à relever pour terminer le développement et recevoir l’approbation n’ont tres peu évolué , mais la capacité d’avoir le financement nécessaire est devenue de plus en plus dur. nnQuels sont vos espoirs pour l’avenir proche et lointain de la contraception masculine ? nJ’espère qu’un seul produit pourra réussir le cheminement de développement et d’approbation. Cela présentera la garantie et assistera à ouvrir la voie à d’autres approches qui deviendront disponibles. nnQue faudra-t-il pour qu’ils deviennent réalité ? nLes bailleurs de fonds, les défenseurs et les concepteurs de produits qui croient en la nécessité et la promesse d’une nouvelle alternative contraceptive masculine. nnVeuillez offrir toute anecdote tirée de votre expérience de travail dans le domaine. nD’après mon aptitude personnelle, il y a des militantes qui croient passionnément à la nécessité de trouver de meilleures solutions de rechange à la contraception masculine. Les médecins que j’ai rencontrés et que j’ai rencontrés vis-à-vis de notre approche de bloc de vas deferens, c’est que les soins offerts aux patients et aux couples qu’ils traitent, qu’ils sont sérieusement emballés par de meilleures options, mais qu’ils s’efforcent de s’assurer que les nouvelles approches sont sécuritaires et que les risques et les avantages sont franchement et précisément communiqués à leurs patients. nnVeuillez nous faire part de tout commentaire ou de toute considération supplémentaire qui, selon vous, est pour le grand public en ce qui concerne la contraception masculine et votre travail. nDe nouvelles approches contraceptives masculines tout bonnement non hormonales et réversibles sont un moyen important de permettre aux couples de mieux faire vérifier leur réplication. Cela peut réduire le volume de meufs qui éprouvent les impressions secondaires associés aux approches hormonales, tandis que les gentlemens et les femmes partagent la responsabilité de la réplication et réduisent le nombre de grossesses vraiment pas désirées.

    La contraception masculine – contraception homme

    Motilité du sperme – Mécanismes de la contraception masculinenLe système reproductif relationel est un ensemble complexe de éléments interdépendants, dont beaucoup sont nécessaires à une fertilité soutenue. En interrompant ne serait-ce qu’un seul de ces process indispensables, nous pouvons trouver de toutes nouvelles méthodes de produire des contraceptifs vraiment pas hormonaux excitants pour les gentlemens. L’une des principales spécificités du sperme est sa capacité de nager dans le tractus génital. Cette capacité, ou mobilité des spermatozoïdes, est l’une des cibles les plus excitantes de la contraception masculine. nnMort dans flotte – Arrêter la motilité des spermatozoïdesnLa motilité des spermatozoïdes est la capacité des spermatozoïdes à nager dans l’équipement reproducteur féminin afin de féconder un ovule. La bite du sperme, le flagelle, est ce qui donne la motilité du sperme. Propulsé par l’ATP, la bite propulse les spermatozoïdes à proximité de sa cible en les fouettant d’avant en arrière. nnLa motilité des spermatozoïdes, comme vue par les queues vertes des spermatozoïdes. Les flagelles se déplacent à la manière d’un fouet, propulsant la tête du spermatozoïde, vue en de couleur rouge, à proximité de l’ovule. nLa motilité des spermatozoïdes, telle que vue par les queues vertes des spermatozoïdes. Les flagelles se déplacent à la façon d’un fouet, propulsant la tête du spermatozoïde, vue en rougeâtre, à proximité de l’ovule. Photo de Gilberto Santa Rosa, distribué sous licence CC-BY 2. 0. nCependant, les spermatozoïdes ne se déplacent pas en une seule ligne droite. La motilité des spermatozoïdes peut être classée de différentes manières, telles que les mouvements droits, les zigzags, les vibrations, ou simplement vraiment pas mobiles. Ces différentes formes de mobilité déplacent les spermatozoïdes de différentes manières. L’exposition à différents signaux modifie le mécanisme de guidage, ce qui finit par guider les spermatozoïdes vers l’ovule. nnUne fois que les spermatozoïdes approchent de l’ovule, ils essuient un processus appelé capacitation. Ce process est déclenché par la présence de calcium et induit une période d’hyperactivation dans le sperme. Les flagelles se déplacent avec une courbure et une dimension d’onde riches, propulsant les spermatozoïdes à proximité de l’ovule. Cette étape commence autant à déstabiliser la membrane acrosomique, qui est cruciale pour la fécondation. nnTout médicament qui bloque la motilité des spermatozoïdes pourrait apporter un réel changement dans les pays de la contraception. Ces médicaments avoir un délai d’apparition très court et n’avoir besoin d’être pris que peu de temps avant le coït. de plus, parce que les spermatozoïdes démontrent leur mobilité dans le tractus génital féminin, les femmes être en mesure d’employer ce contraceptif aussi bien, offrant une véritable équité dans le paysage contraceptif. nnIl existe de nombreuses cibles bien renommées de la motilité des spermatozoïdes qui pourraient être utilisées pour le développement de contraceptifs masculins. Certains sont actuellement en cours de développement, notamment Eppin, The ion channel CatSper et Na/K ATPase. MCI a financé des travaux dans ce secteur avec Patricia Cuasnicu en Argentine. nnIl y a plus d’une manière de contracepter. nLa duplication est une machine grande et difficile, avec de multiples méthodes d’ajouter un frein temporaire sur le cheminement. L’arrêt de la motilité des spermatozoïdes est l’un des moyens de fabriquer la prochaine génération de contraceptifs masculins. D’autres projets axés sur la prévention de la spermatogenèse, le déplacement et la fécondation des spermatozoïdes sont tous activement poursuivis. nnEnsemble, nous espérons que ces sociétés scientifiques créeront de multiples formes de contraception masculine avec des types de produits variés qui répondent aux besoins d’un plus grand nombre d’utilisateurs.

    La contraception masculine – contraception homme

    Aujourd’hui, les femmes hommes sont équipés d’une grande diversité de méthodes contraceptives, y compris les pilules tous les jours, les implants, les DIU et autres. Cependant, il n’existe toujours pas de méthode contraceptive équivalente pour les hommes, qui se sont toujours limités au retrait, aux préservatifs et à la stérilisation, ce qui impose le fardeau de la prévention de la grossesse aux femmes. nnUne étude récente, coparrainée par les Nations Unies et publiée dans le Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism, visait à changer cette situation en testant l’innocuité et l’efficacité d’un nouveau contraceptif pour hommes. Il s’agissait d’une étude clinique de période II portant sur 320 hommes en excellente forme. On a injecté aux hommes une combinaison de testostérone et de noréthistérone – un dérivé d’une hormone féminine que l’on trouve dans de nombreuses pilules contraceptives – dans l’espoir que la testostérone supplémentaire enverrait un signal au cerveau pour stopper la fabrication de testostérone à cause des niveaux déjà suffisants. Par conséquent, la constitution de sperme diminuerait aussi extrêmement, ce qui rendrait les gentlemens temporairement stériles. nnLes premiers résultats étaient très prometteurs et suggéraient que le médicament était très efficace. Le contraceptif a été infaillible à 96 % pour prévenir la grossesse chez les partenaires monogames des hommes, et après que les gentlemens ont cessé de profiter des injections, la plupart ont recommencé à partir les spermatozoïdes fertiles en 26 semaines environ. Toutefois, les gentlemens ont signalé plusieurs d’effets secondaires négatifs qui offrent été jugés trop graves pour continuer l’essai. Les effets secondaires négatifs signalés par les participants comprenaient l’acné, une augmentation de la libido, des problèmes émotionnels, des douleurs au point d’injection et des douleurs musculaires. Un femme a souffert de dépression important et un autre a tenté de se suicider, bien qu’il ait par la suite été est établi que cela n’avait aucun rapport avec l’étude. Plusieurs hommes proposent abandonné l’étude plus rapidement et, ultérieurement, deux comités indépendants ont décidé d’abréger l’étude. nnCela a suscité une rangée de controverses, car les femmes offrent fait préciser que beaucoup des sensations secondaires signalés étaient semblables ou moins dangeureux que les effets secondaires de nombreuses options contraceptives effeminées déjà sur le marché. Cependant, de manière à connaître si ces sensations étaient vraiment mineurs ou tout bonnement non, est essentiel de les comparer objectivement avec les informations disponibles sur l’utilisation des contraceptifs féminins. nnLe contraceptif a été efficace à 96 % pour prévenir la grossesse chez les partenaires monogames des mecs, et après que les hommes proposent cessé de recevoir des injections, la plupart offrent recommencé à compter les spermatozoïdes fertiles en 26 semaines en moyenne. Dans l’essai sur la contraception masculine, 4, 7 % des mecs proposent reconnu des sautes d’humeur et 2, 8 %, une dépression. En revanche, lors de l’utilisation d’un DIU, approuvé par la FDA en 2015, 5, 2 % des femmes ont signalé des sautes d’humeur et 5, 4 % des cas de dépression. En plus de ces effets secondaires, les femmes proposent également éprouvé des douleurs abdominales, des kystes ovariens, des maux de tête, de l’acné et des saignements menstruels abondants. Les DIU peuvent aussi, dans de peu communs cas, entraîner une septicémie ou percer l’utérus. De même, les pilules contraceptives hormonales sont renommées depuis longtemps pour déclencher des maladies de tête, des nausées, des crampes, des infections à levures, des sautes d’humeur et un gain de poids. Plus récemment, une étude de plus d’un million de femmes, publiée dans JAMA Psychiatry, a révélé que les femmes qui utilisaient des contraceptifs hormonaux combinés étaient 23 % plus susceptibles de se voir prescrire des antidépresseurs. nnAinsi, semble que les contraceptifs féminins approuvés par la FDA actuellement sur le marché proposent des impressions secondaires qui sont tout aussi , sinon pires, que ceux subis par les patientes pendant l’essai de contraception masculine injectable. Mais étant donné qu’il n’y a pas d’urgence pour les compagnies pharmaceutiques à développer des contraceptifs masculins, le secteur se contente d’attendre que des techniques de contraception sûres et énergiques soient développées. actuellement, une méthode vraiment pas hormonale très prometteuse est à l’étude, appelée Vasalgel, un gel polymère injecté dans les canaux déférents de la personne. Le canal déférent est un tube étroit qui transfère le sperme. Le polymère forme une barrière physique et empêche le passage des spermatozoïdes dans le canal déférent. Cette approche prometteuse est réversible puisqu’une seconde injection peut dissoudre ce polymère, ce qui rétablit efficacement l’écoulement du sperme, et peut être un premier pas vers l’élimination d’une fraction du fardeau de la prévention de la grossesse chez les femmes. Une pilule contraceptive masculine, en revanche, n’est à coup sûr pas encore prête avant des décennies.

    La contraception masculine – contraception homme

    Qu’est-ce que la prostate ? nQu’est-ce que la prostate ? nLa prostate fait partie du dispositif reproducteur masculin. La prostate est une glande de la taille d’une noix située entre la vessie masculine et le pénis. La prostate est juste devant le rectum. L’urètre traverse le centre de la prostate, de la vessie au pénis. nnLa prostate sécrète un liquide qui nourrit et protège le sperme. Le fluide laiteux produit par la prostate – le liquide prostatique – représente à peu près 30 % du eliquide total éjaculé ( le reste étant du sperme et du eliquide provenant des vésicules séminales ). nnLe fluide prostatique les spermatozoïdes en les aidant à vivre plus longtemps et à être d’avantage mobiles. Il contient un certain nombre d’ingrédients, y compris des enzymes, du zinc et de l’acide citrique. L’une des enzymes du liquide prostatique est l’antigène spécifique de la prostate ( PSA ). Après l’éjaculation, le PSA rend le sperme plus renforcé, aidant les spermatozoïdes à le traverser plus aisément, accuentant leurs probabilités de féconder un ovule avec succès. nnPendant l’éjaculation, la prostate comprime le fluide prostatique dans l’urètre et est expulsée avec le sperme comme partie du sperme. C’est un élément clé de la duplication masculine. il existe de multiples possibilités d’interrompre le process de développement du liquide prostatique et de qui peuvent être optimisées pour le contrôle des naissances et la contraception masculine.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Au cours des recentes années, beaucoup d’entre nous ont vu des manchettes faisant référence et à la multiplication de médicaments contraceptifs pour hommes. Il semble que depuis trop longtemps, les femmes portent seules le fardeau de la prévention de la grossesse, malgré le fait que l’accouchement demande deux parties pour avoir lieu. par ailleurs, puisque les hommes sont fertiles à 100 % du temps, alors que les femmes ne le sont qu’environ le quart du temps de leur cycle menstruel, paraît un peu exagéré d’attribuer la responsabilité uniquement aux femmes, aux paires qui espèrent reporter leurs enfants. nnNatural Womanhood, Fertility Awareness Based Methods, Natural Family Planning, NFP, FABM, FAM, FAM, contrôle des naissances, sensations secondaires, santé des femmes, santé reproductive, sensibilisation à la fertilité, santé masculine, contrôle des naissances, contraceptifs hormonaux, contraception hormonale, contraception masculine, contrôle des naissances, statut du contrôle des naissances coté masculin, efficacité du contrôle des naissances, givre, contraceptifs oraux masculins, pilule, contrôle des naissances, impressions secondaires de la pilule, sensations secondaires sur une longue durée des pilules, santé, contrôle des naissances égalitairenIl s’avère que l’histoire du contrôle des naissances contient des tentatives pour trouver un contraceptif coté masculin. Un médecin qui prescrivait avec enthousiasme des contraceptifs hormonaux aux femmes dans les années 1960 a exploré la question après avoir été insatisfaite de voir les sensations secondaires de la contraception que les femmes éprouvaient. Ce qu’elle a trouvé et documenté dans son bouqin The Bitter Pill de 1985, c’est que les contraceptifs oraux masculins avaient aussi des sensations secondaires désagréables. La seule différence est que la découverte de ces effets secondaires a stoppé l’élaboration de médicaments pour les gentlemens, alors que les médicaments pour les femmes continuent d’être grandement prescrits. nnLa professeure Janet E. Smith l’explique dans son exposé très diffusé de 1994 sur la contraception : Pourquoi pas ? Commentant la façon dont le Dr Grant a constaté que la tentative de contraception masculine était au point mort, Smith explique : ‘ il y a une raison à cela. Dans le groupe d’étude des mâles, un mâle a eu un léger rétrécissement de ses testicules. Ainsi, tous les contrôles sur la pilule contraceptive masculine proposent été arrêtés, car c’est intolérable. Dans le groupe d’étude féminin, trois femmes sont mortes. ‘ Jeanette Flood a exposé celle ci année à l’occasion de la Journée mondiale de la femme : ‘ Au cours des deux premières années d’un timbre contraceptif pour les femmes, au minimum six femmes sont mortes, peut-être plus. Pourquoi est-ce acceptable ? ‘ C’est une bonne question. nnUne histoire malheureusenPlus nous en apprenons sur l’histoire de la mise en marché des contraceptifs hormonaux des femmes, plus nous entendons parler d’effets secondaires chez les femmes qui sont brossées sous le tapis. Le n° de mai 2019 de Scientific American décrit les premiers essais de recherche qui proposent mené à la première pilule contraceptive sur le marché. Comme Madeleine Coyne l’a détaillée à Natural Womanhood plus vite actuellement : nnDans le premier essai à grande échelle, approuvé par la FDA, de contraception hormonale, 265 femmes portoricaines à faible revenu ont été recrutées… et 22% des femmes offrent abandonné l’expérience après avoir subi des effets secondaires indésirables. Comme l’écrit Virginia Sole-Smith dans Scientific American, ‘ Le directeur de santé de l’étude a fait valoir que la pilule ‘ provoquait trop de commentaires secondaires pour être en général acceptable ‘. cependant, il a été mis sur le marché. ‘ nnC’est ainsi que le contrôle des naissances a été vérifié sur des femmes pauvres d’un autre pays sans leur consentement, leurs impressions secondaires flagrants ayant été balayés. malgré que la pilule soit célébrée comme une percée libératrice pour les femmes, Sole-Smith poursuit en expliquant : ‘ Mais la libération avait un prix. Vers la fin des années 1960, des patients de tous les États-Unis ont signalé les mêmes symptômes que ceux documentés pendant l’essai portoricain. Malgré de multiples reformulations au cours des années qui offrent suivi, les effets secondaires demeurent un problème pour de multiples femmes sur la pilule ; les risques de cancer du sein, de caillots sanguins et de probléme vasculaire mental peuvent de plus être d’avantage élevés. ‘ nnLa recherche continue de la contraception masculinenEntre-temps, les discussions sur la conception d’une méthode contraceptive masculine se poursuivent. malgré que la contraception masculine n’ait pas encore fait son apparition sur le marché, elle est à l’étude depuis un moment et, à quelques mois d’intervalle, un produit sur ses progrès naissants semble dans les fils de toutes nouvelles. nnFin 2018, les chercheurs proposent donné le coup d’envoi d’un essai pour un gel topique contraceptif coté masculin. Le givre est simple : il combine progestatif et testostérone pour réduire le nombre de spermatozoïdes. ‘ lorsque le progestatif est utilisé seul chez les hommes, explique-t-on dans les rapports, il rétréci le nombre de spermatozoïdes et fait tomber le taux de testostérone, ce qui peut entraîner des impressions secondaires indésirables comme les éruptions cutanées, la prise de poids et une diminution de la libido. Donc l’ajout de testostérone est consacré à contrecarrer ces sensations tout en faisant un volume de spermatozoïdes incroyablement bas. ‘ il s’agit de plus d’une décennie, et le procès lui-même ne devrait pas être terminé avant 2022. Une version masculine de la pilule qui marche selon le même idée est de plus en cours d’élaboration. nnCependant, malgré la simplicité et la prétendue sécurité de ce givre, des analyses proposent montré que les hommes sont réticents à l’utiliser. Selon un article semblé dans The Wire, ‘ Le sentiment le plus répandu pourrait être l’apathie – un sentiment de complaisance car ce sont les femmes qui dirigent l’exposition contraceptive. ‘ nn ‘ Jonathan Eig, l’auteur de The Birth of the Pill, a déclaré : ‘ Il n’y a pas véritablement d’adhésion lorsqu’il s’agit de mecs qui prennent la responsabilité de la contraception. ‘ La pilule connaît un tel succès financier qu’il n’y a pas beaucoup d’incitation pour les chercheurs à analyser de dernieres nouvelles formes de contraception pour les gentlemens non plus. ‘ nnDe plus, selon Christina Chung-Lun Wang, chercheuse à Los Angeles Biomed et l’une des principales chercheuses sur le givre, ‘ la fabrication industirelle pharmaceutique n’a aucun intérêt à financer de dernieres nouvelles techniques de contraception qui ciblent les gentlemens ‘. nnLes chercheurs s’inquiètent des sensations secondaires de la contraception chez les hommes qui sont révélés par les stastitiques sur l’innocuité, notant des taux de cholestérol plus élevés chez les participantes à l’essai de contraception orale, et des risques pour les hommes plus âgés qui veulent utiliser la pilule. nnLa solution est juste devant nousnIl se trouve qu’il existe une méthode contraceptive qui comporte la participation des mecs. En fait, pour être efficiente, elle exige la participation mutuelle des femmes et des mecs. Cette méthode n’exige pas de médicaments hormonaux qui suppriment leur fertilité ou générent des sensations secondaires pour les deux parties. tout cela et beaucoup d’autres choses encore sont possibles avec les solutions modernes de planification de famille naturelle connues sous le nom de méthodes fondées sur la connaissance de la fécondité ( FABM ). nnCes méthodes naturelles de contraception offrent tout bonnement non seulement prouvé leur efficacité équivalente à celle des contraceptifs pharmaceutiques, mais elles n’ont aucun action secondaire sur la contraception et ne présentent aucun risque pour le système reproducteur de la femme. Pour les femmes qui essaient de réduire les douleurs menstruelles ou d’autres symptômes menstruels, ils permettent aux femmes de distinguer de manière naturelle les déséquilibres hormonaux et de les traiter en utilisant d’un professionnel médical. Rien ne pourrait être d’avantage favorable à la santé des femmes. nnComme le accentue Jeannette Flood, c’est la forme la plus équitable de planification de famille pour les hommes et les femmes : nnNous devrions insister sur le ‘ respect de la duplication ‘ des femmes au même titre que celui dont bénéficient les hommes depuis longtemps. Le respect qui dit : ‘ Tout comme je ne risquerais pas de rétrécir ou d’avoir des sensations secondaires désagréables, et surtout de courir le risque des blessures physiques ou la mort pour moi-même, évidemment, je ne vois pas la nécessité de que ma femme, ma fille, ma sœur ou une autre femme risque ou subisse des blessures physiques ‘. Un tel respect reconnaîtrait que le bonheur et la commodité ne l’emportent pas sur le confort des femmes. Un respect égal en matière de réplication ferait s’effacer les contraceptifs chimiques aussi bien pour les femmes que pour les hommes. nnEspérons que nous pourrons traiter les contraceptifs hormonaux des femmes avec le même scepticisme que les contraceptifs masculins. J’espère de plus qu’au lieu d’exposer les femmes et les hommes à toute une gamme de options chimiques visant à prévenir les grossesses, les gentlemens et les femmes pourront mieux apprécier et appréhender les processus naturels de notre corps et encourager les sexes à bosser ensemble à la planification familiale, plutôt qu’au détriment de la santé des autres.

    La contraception masculine – contraception homme

    Pourquoi avons-nous besoin de contraceptifs pour aujourd’hui ? nC’est l’heure de la contraception masculine. nLes options de contraception actuellement disponibles pour les hommes sont non suffisantes parce qu’il n’a pas été créé d’option de contraception sur une longue durée pour les gentlemens. La vasectomie est perçue comme une méthode irréfragable, et le taux de grossesse réelle du condom est de 13 % – un chiffre sérieusement élevé si vous recherchez une méthode contraceptive à sécurité intégrée. nnDe meilleures options contraceptives pour les gentlemens procureront l’équité à la planification de famille, car surtout de mecs partagent la responsabilité de la fécondité. Chaque nouvelle méthode contraceptive créée a entraîné une hausse de l’utilisation des contraceptifs, une chute des grossesses vraiment pas désirées et une bonification de la santé des enfants dans le monde entier. Nous nous attendons à ce qu’il en soit de même pour les développements prochains de la nouvelle contraception masculine. nnIl est très important que nous fassions un effort pour la contraception masculine aujourd’hui. nIl y a quatre-vingts millions de grossesses tout bonnement non désirées tous les ans sur la planète. Il n’y a pas eu d’innovation importante dans le domaine de la contraception, notamment les techniques vraiment pas hormonales, depuis des décennies. nnLa réduction des grossesses tout bonnement non désirées peut aider à briser le cycle de la pauvreté. Les chercheurs s’attendent autant à économiser aux contribuables plus de 5 milliards de dollars par année en frais médicaux en manque terme. On s’attend à ce que les économies de coûts sur une longue période soient beaucoup plus importantes, simplement en s’assurant que les besoins de planification de famille sont contents pour tous. nnMale Contraceptive Initiative ( MCI ) finance de nouvelles études sur les méthodes contraceptives masculines. Nous faisons avancer les possibilités de contraception masculines dans le but les hommes et les femmes puissent avoir plus de possibilités – ensemble. nnEnvisagez de faire un don à MCI. Nous avons montré comment nous pouvons faire de la contraception masculine une réalité : assurez partie de la solution avec nous. nnInitiative contraceptive masculinenNous faisons progresser notre tâche grâce à la recherche, aux médias et à l’éducation. Nous : nnAccorder des subventions pour des recherches novatrices et prometteuses dans cette activité, nRéseauter avec les chercheurs et constituer des liens avec eux pour faire progresser le secteur, nEffectuer des documentations sur les impacts potentiels des contraceptifs masculins, nles attitudes de l’enquête à l’égard de la contraception masculine et l’acceptabilité de celle-cinPlaider en faveur d’une politique et d’un financement adéquats pour les contraceptifs masculins. nVous voulez ? nn

    La contraception masculine – contraception homme

    Mise en marché des contraceptifs pour hommesnLe contrôle des naissances pour les gentlemens n’existe pas encore. nEn particulier, il n’a pas été inventé de méthode contraceptive réversible à action prolongée pour les hommes. Les seules options pour les hommes sont les vasectomies et les préservatifs, qui ne permettent pas aux et à leurs partenaires de choisir entre les options qui conviennent à leur style de vie. nnNotre tâche est d’ajouter sur le marché des contraceptifs pour . Plus précisément, il s’agit de solutions réversibles, non hormonales, qui opèrent lors du développement futur du sperme. Ce piquant écarte les sensations secondaires évitables et permet une méthode contraceptive qui marche beaucoup plus rapidement. nnAlors, comment pouvons-nous mettre sur le marché des contraceptifs pour ? la première action se résume à les faire s’améliorer suffisamment dans le développement clinique. nnGénéralement, les sources de financement semblent plus faciles à trouver quand la recherche interne arrive aux tentatives cliniques chez l’être humain. Vous savez donc qu’il y a trois phases de ces tentatives cliniques chez l’humain avant qu’un médicament ne soit admissible à une demande de la FDA. Après cela, peut être mis en marché. Même dans ce cas, seulement 10 % des médicaments, environ, passent de la période I à la vente. Mais les compagnies pharmaceutiques et les investisseurs sont prêts à intervenir dans la période I. C’est parce qu’ils s’attendent à faire beaucoup plus que dix fois leur investissement en cas de succès. Par conséquent, est financièrement bonne pour eux de vous aider. nnMais avant qu’un médicament comme un contraceptif n’atteigne la phase I d’un essai clinique chez l’humain, il demeure encore du travail à faire. Et ce travail est plus risqué. En fait, c’est énormément risqué, cette période s’appelle -nnLa ‘ vallée de la mort ‘. nCette phase de ‘ vallée de la mort ‘ implique beaucoup de travaux précliniques. Après avoir découvert une molécule candidate, vous effectuez un process nommé criblage à haut débit. Il s’agit d’un process de dépistage à grand volume afin d’être certain que vous vous retrouvez avec un médicament qui est très sélectif. C’est-à-dire que le médicament ne fait que ce que vous souhaitez qu’il fasse. nnDans cette période, vous avez aussi d’autres parties. Vous testez la toxicité, vous vous assurez que votre médicament est absorbable par l’organisme et vous vous assurez qu’il dure assez longtemps et qu’il est suffisamment puissant pour être pratique. Si l’un d’entre eux ne marche pas, vous devez soit faire marche arrière, soit remplacer. Les investisseurs et les grandes sociétés pharmaceutiques sont restés en dehors de cette ‘ vallée de la mort ‘ pour la recherche interne sur la contraception masculine. c’est la raison pour laquelle nous nous sommes concentrés sur ce secteur. nnCe qu’il y a de bien dans cette étape de la ‘ vallée de la mort ‘, c’est que, selon l’état d’avancement de la géolocalisation, il ne coûte que quelques millions de dollars pour passer à l’étape suivante. Comparez cela aux coûts plus élevés que les compagnies pharmaceutiques et les investisseurs doivent assumer lorsque les tentatives cliniques chez l’humain commencent. Ces ‘ centaines de milliers ‘ ne comptent pas le coût de l’addition de tous les échecs. nnC’est onéreux, et est par conséquent important de prendre de bonnes décisions sur ce qu’il faut financer. Nous maximisons nos chances de succès en demandant aux meilleurs experts dans le monde d’examiner nos offres de recherche sur la contraception masculine. nnComment financer tout cela ? nNous finançons ce travail à l’aide de des donateurs très généreux qui reconnaissent l’importance et l’impact de la mise sur le marché d’un nouveau contraceptif masculin. Les préoccupations d’un donateur peuvent porter sur le bien-être relationel, les perspectives d’éducation, l’équité entre les sexes ou même les interrogations liées à la population. de toute manière, l’ajout d’une nouvelle méthode contraceptive masculine a un impact important. Plus la recherche interne est obligatoire, plus il y a de probabilités pour qu’un contraceptif coté masculin arrive sur le marché plus vite. nnAlors, à quoi ressemblent ces probabilités ? nImaginez qu’à chaque fois que nous obtenons un contraceptif masculin prometteur après la ‘ vallée de la mort ‘ et les tentatives cliniques hommes, nous obtenons une puce. Par souci de aisance, nous dirons que chaque puce donne 10 % de probabilités de profiter de un contraceptif coté masculin sur le marché. Vous pouvez imaginer cette puce comme celle que vous verriez dans un loisir Plinko dans The Price Is Right. C’est celle où vous testez de faire tomber la puce de manière aléatoire dans le bon emplacement. Nous ne pouvons pas assurer que notre puce sera gagnante, mais chaque puce a une certaine chance. Si nous pouvons transmettre suffisamment de candidats à des tentatives cliniques de phase I sur des hommes, nous augmentons les chances qu’au moins un de ces contraceptifs masculins soit mis sur le marché. nnEntre-temps, nous continuerons de travailler pour susciter l’attention des équipes de recherche sur la contraception et nous comptons sur de généreux donateurs pour recevoir leur appui. Dans la mesure où nous pouvons financer et identifier les recherches prometteuses avec succès, plus le monde aura de probabilités de profiter de le contrôle des naissances pour les gentlemens, qu’il s’agisse d’une nouvelle naissance ou d’une naissance prématurée.