• contraception masculine
  • slip contraceptif
  • contraceptif masculin – interrupteur contraception homme

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Contraception masculine : un test clinique stoppé à cause d’effets secondaires trop lourdsnnDes chercheurs allemands proposent éprouvé avec succès une méthode d’injection contraceptive chez des mecs. Mais certains volontaires ont dû prématurément stopper l’essai clinique. En cause, les impressions secondaires provoqués par cette contraception. nnPilule jouant sur le taux de testostérone, ultrasons capables de réduire le nombre de spermatozoïdes, gel injectable dans le pénis pour bloquer le passage du sperme… Depuis trente ans, les spécialistes tentent de fabriquer une contraception adaptée aux hommes, et obtiennent des résultats plus ou moins probants. L’une des techniques les plus avancées dans cette recherche, chaussées par des chercheurs de l’Université de Munich et financées notamment par l’Organisation internationale de la santé, a obtenu des résultats spectaculaires dans une étude publiée le 27 octobre 2016. l’astuce contraceptive en question s’est montrée efficace dans 96 % des cas lors d’un essai clinique de période II ! Toutefois, elle présente un frein majeur : elle occasionne des méfaits vraiment pas négligeables, qui offrent forcé 20 volontaires à arrêter prématurément l’essai clinique… nnDe les éruptions cutanées aux problèmes de l’humeurnTestée sur 320 âgés de 18 à 45 ans et en couple avec une femme tout bonnement non ménopausée, cette méthode contraceptive a pour finalité de des injections dans les fesses toutes les 8 semaines. Deux injections hormonales sont réalisées à chaque fois. L’une a de la norethistérone, progestérone qui permet de bloquer la réalisation de spermatozoïdes contrôlée par l’hypophyse ( une zone du cerveau ). L’autre injection renferme de la testostérone, afin de rééquilibrer le degré de cette hormone, en chute à cause de la première injection. Les premières semaines du test, les chercheurs se sont assurés que cette méthode entraînait bien une chute du nombre de spermatozoïdes chez les volontaires ( jusqu’à atteindre un palier minimal d’1 million par millilitre ). Puis ils ont demandé aux et à leur partenaire de n’avoir recours qu’à cette forme de contraception pendant une année. nnPour 274 volontaires, le niveau minimal a été franchi au bout de 24 semaines, ont constaté les chercheurs grâce à des échantillons de sperme obtenues à intervalles constants. Et la méthode contraceptive s’est révélée efficiente, puisque ‘ seules ‘ 4 grossesses se sont déclarées. Un taux d’efficacité analogue aux pilules contraceptives pour les femmes actuellement sur le marché. Cependant, pas moins de 1 491 événements indésirables offrent été rapportés par les volontaires ! ‘ Près de 39 % se sont avérés être sans rapport avec les injections ‘, tempèrent les chercheurs dans un communiqué. En tête des effets indésirables rapportés, l’on trouve les éruptions cutanées, présente chez 45 % des personnes. Un intérêt accru pour le porno a été constaté chez 38 % d’entre eux. Un quart des volontaires offrent éprouvé des douleurs au site d’injection, seize % à la hauteur du corps. Plus inquiétant, selon les chercheurs, un volontaire sur 5 a présenté des problèmes de la disposition mentale, 17 % des problèmes affectifs. pour terminer, après l’arrêt des injections, à peu près 5 % des mecs n’avaient pas récupéré une gravité ‘ normale ‘ de spermatozoïdes ( égale ou plus supérieur que 15 millions par millilitre ). Les effets secondaires, surtout ceux liés aux problèmes de l’humeur, proposent poussé 20 volontaires à remplacer l’étude en cours de route et les chercheurs offrent cessé de recruter de nouveaux participants dès 2011. Pourtant, à la fin de l’essai, plus de 80% des personnes ont déclaré être disposés à continuer la prise de cette méthode contraceptive. nnCompte tenu du taux élevé d’effets indésirables, la contraception masculine n’est pas pour demain. Peut-être pour 2018, comme l’espèrent des chercheurs américains qui testeront bientôt chez l’homme un gel injectable dans le pénis. Ou en 2021, comme l’espèrent des chercheurs de l’université de Wolverhampton ( Royaume-Uni ) qui agissent sur un spray nasal immobilisant les spermatozoïdes, afin qu’ils n’atteignent pas l’ovule. Toutefois, même si ces techniques de contraception aboutissent, encore faut-il que les gentlemens l’acceptent et s’en emparent. Pour l’instant, les barrières à la contraception masculine ne sont pas que physiologiques, mais aussi psychologiques, soulignait Jacques Young, endocrinologue à l’Inserm dans un précédent article de Sciences et Avenir.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Conversation avec le Dr Sab Ventura, détenteur d’une subvention de l’ICMnSab Ventura a obtenu son doctorat en pharmacologie de l’Université Monash ( Melbourne, Australie ) en 1992 et a occupé des postes de recherche au Royal Melbourne Hospital, à l’Université de Melbourne, à l’University of Melbourne, au University College London ( Royaume-Uni ) et à la Monash University. Il a été nommé maître de conférences ( enseignement et recherche ) à l’Université Monash en 2004 et occupe toujours ce poste au sein du graphisme de biologie de la découverte de médicaments du Monash Institute of Pharmaceutical Sciences du campus Parkville de l’Université Monash. Dre Ventura marque aux étudiants de premier cycle en pharmacie et en sciences pharmaceutiques et dirige le Laboratoire de recherche en pharmacologie de la duplication masculine. Il est coauteur de 79 publications évaluées par des pairs et ses études portent sur la physiologie et la pharmacologie des organes reproducteurs masculins en vue de distinguer de toutes nouvelles cibles thérapeutiques pour la contraception masculine. nnQuel est votre lien avec la contraception ? nAu cours de mes analyses de doctorat au milieu des années 1990, j’ai identifié les dispositifs autonomes par lesquels les spermatozoïdes sont transportés de leur site de stockage dans l’épididyme cauda à la base de l’urètre avant l’éjaculation. J’ai toujours songé que si ce transport de sperme pouvait être inhibé lors de l’éjaculation, aucun spermatozoïde ne serait présent dans l’éjaculat. Ceci produirait la contraception masculine par un mécanisme vraiment pas hormonal. Cependant, ce n’est que récemment que nous avons pu valider cette hypothèse à l’aide de notre modèle de souris génétiquement changée à double consumation. nnEn quoi le secteur a-t-il évolué à partir du moment où vous avez commencé à y travailler jusqu’à aujourd’hui ? nIl y a toujours eu des groupes de recherche dans le monde entier qui proposent essayé de construire des contraceptifs masculins, mais ils semblent avoir pris de l’ampleur avec les réseaux et le grand public. néanmoins, elle reste un secteur de recherche médicale peu financé par les organismes de financement et l’industrie pharmaceutique. La volonté des mecs d’accepter un contraceptif coté masculin a aussi augmenté dans la jeune génération. nnSelon vous, quels sont les plus grands challenges qui affectent la contraception en général et la contraception masculine en particulier ? nLe plus grand challenge auquel est confrontée la planification familiale est l’absence d’un contraceptif coté masculin sûr, efficiente et pratique, ce qui veut dire qu’environ cinquante pour cent de la population n’a pas d’option viable pour la contraception. En termes de contraception masculine, les plus grands défis sont les suivants : surmonter les impressions secondaires hormonaux qui sont souvent intolérables ; arrêter les 1 000 spermatozoïdes par 2nd qui sont produits et les quelque 100 millions de spermatozoïdes dans un éjaculat comparativement à un seul ovule mensuellement chez les femmes ; rendre le processus facilement réversible ; ne pas nuire et à la multiplication du sperme afin que les prochains enfants ne soient pas affectés ; fabriquer un objet qui puisse traverser la barrière hémato-testique ; rendre l’utilisation de contraception aussi facile et peu envahissant que possible ; et différents enjeux sociaux et culturels. nnCes challenges et ces possibilités ont-ils évolué avec le temps ? Si oui, comment ? nLes interrogations sociales paraissent avoir évolué le plus récemment. de nos jours, les hommes semblent beaucoup plus disposés qu’auparavant à utiliser la contraception et à assumer la responsabilité de la planification de famille. C’est ce qui ressort des nombreuses publications en sciences sociales sur le sujet. De même, la littérature en sciences sociales montre aussi que les femmes sont beaucoup plus disposées qu’auparavant à choisir leurs partenaires pour jouer une responsabilité dans la planification familiale et la contraception. nnQuels sont vos espoirs pour l’avenir près et proche de la contraception masculine ? nJ’espère que dans un près avenir, de nombreuses dernieres nouvelles stratégies non hormonales de contraception masculine feront l’objet de recherches dans le cadre préclinique. Dans un avenir pas trop lointain, j’espère qu’un contraceptif coté masculin sûr, infaillible, facilement réversible et pratique à administrer sera mis sur le marché. Cela permettra à la population générale de choisir s’il existe effectivement une voie viable pour un tel produit. Une perspective positive à l’égard de la contraception masculine de manière libre disponible peut alors conduire à la mise sur le marché d’autres contraceptifs masculins de sorte qu’un jour sans doute même les hommes auront le choix entre différentes alternatives de contraception masculine. nnQue faudra-t-il pour qu’ils deviennent réalité ? nArgent : plus y a d’argent disponible pour soutenir le moteur de recherche interne sur les contraceptifs masculins, plus cette recherche progressera rapidement. Cela arrivera sûrement un jour, ce n’est qu’une question de temps. Par exemple, à l’heure présente, mon projet de recherche est financé pour presser un chercheur à temps plein et deux étudiants qualifié en recherche. Cependant, si une compagnie pharmaceutique voulait terriblement développer un contraceptif coté masculin, elle pourrait avoir 50 personnes travaillant sur le projet. nnExiste-t-il des obstacles pour les empêcher de se concrétiser ? nParmi les autres obstacles, il est possible de citer les problèmes de financement et les obstacles médicaux mentionnés précédemment, l’un des principaux étant la réticence des générations plus âgées à accepter que la contraception masculine soit effectivement une option viable pour la planification de famille. nnVeuillez partager toute anecdote tirée de votre aptitude de travail dans le secteur. nMalgré l’absence de soutien de la part des organismes de financement et du pha

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Conversation avec le Dr Wei Yan, possesseur d’une subvention de l’ITMnLe Dr Wei Yan est professeur à l’Université du Nevada, à la Reno Foundation et directeur des laboratoires de génomique unicellulaire et d’édition du génome à l’Université du Nevada, Reno School of Medicine. Son laboratoire travaille sur la génétique et l’épigénétique de la gamétogenèse et la contribution épigénétique des gamètes à la fécondation, et à la multiplication embryonnaire précoce et à la santé à l’âge adulte. Le Dr Yan a proposé plus de 130 articles de recherche et épisodes de livres évalués par des pairs, avec plus de 6 800 citations ( du mois d’avril 2019 ). Il est récipiendaire du Prix du jeune chercheur de la Society for the Study of Reproduction ( SSR ) en 2009, du Prix du jeune andrologue de l’American Society of Andrology ( ASA ) en 2012, du Prix du super héros des soins de santé du Nevada en recherche et procédé en 2013, du Prix du chercheur époustouflant Reno de l’Université du Nevada en 2017 et du Prix de recherche SSR 2018. En mai 2016, le Dr Yan a été nommé professeur à l’Université du Nevada et à la Fondation Reno, la plus haute différence que l’Université à ses professeurs. En novembre 2017, le Dr Yan a été élu Fellow de l’American Association for the Advancement of Science ( AAAS ). Le Dr Yan est corédacteur en chef de Biology of Reproduction, le journal officiel de la SSR. Pour plus d’informations, veuillez prendre rendez vous avec le site Web du laboratoire de Yan : www. weiyanlab. comnn nnQuel est votre lien avec la contraception ? nNos études essentielles sur la stabilisation de la spermiogenèse ont divulguer que les perturbations fonctionnelles de la spermiogenèse tardive ( c. -à-d. après le début de l’allongement des spermatides ) entraînent souvent la réalisation de spermatozoïdes déformés et/ou non fonctionnels et par conséquent une infertilité masculine sans causer de rétrécissement des testicules. Par conséquent, viser les gènes ou les produits de gènes spécifiques de spermiogenèse tardive représente sûrement une stratégie parfaite pour le développement de contraceptifs vraiment pas hormonaux masculins. Partant de cette idée, nous nous sommes lancés dans une étude de fabriqué qui perturbent les dernières phases de la spermiogenèse. Nous avons trouvé que la spermatodéformine 1 ( SD1 ), un composé naturel purifié à partir d’une herbe chinoise, cible les dernières phases de la spermiogenèse, pouvant entrainer la déformation du sperme et l’infertilité masculine de façon réversible. nn nnEn quoi le domaine a-t-il changé à partir du moment où vous avez commencé à y bosser jusqu’à aujourd’hui ? nPas grand-chose. Les enquêteurs ont prétendu énormément de fois que les pilules pour pourraient être sur le marché dans quelques années, mais le fait est que nous n’avons aucun constitué qui a même obtenu le statut de drogue nouvelle de recherche ( IND ). Cela a généré des sensations ‘ le garçon qui pleure le loup ‘, ce qui n’est vraiment pas bon pour l’ensemble du domaine ! nn nnSelon vous, quels sont les plus grands défis qui affectent la contraception en général et la contraception masculine surtout ? nIl y a longtemps que nous n’avons pas revu nos stratégies de développement de la contraception masculine. La connaissance de la normalisation de la spermatogenèse est essentielle ; toute tentative ou approche basée sur une compréhension superficielle ou partielle du développement du sperme est vouée à l’échec. nn nnCes défis et ces possibilités ont-ils évolué avec le temps ? Si oui, comment ? nOui. La santé génésique est de plus en plus acceptée par le public. Les gens proposent commencé à apprécier la valeur de la planification familiale et les impressions de la qualité des gamètes ( spermatozoïdes et ovocytes ) sur la santé globale sur une longue période des enfants. Cependant, les études scientifiques sur ces discussions sont très limitées. Il est temps d’insister sur l’importance de la santé génésique, en mettant l’accent sur le contrôle de la fertilité ( c. -à-d. le traitement de l’infertilité et le développement de la contraception ). nn nnQuels sont vos espoirs pour l’avenir proche et lointain de la contraception masculine ? nLe développement de la contraception devrait être la priorité de recherche. Dans un proche futur, un ou deux des assemblé phares les plus prometteurs devraient bénéficier d’un soutien pour obtenir le statut IND de la Federal Drug Administration ( FDA ). A long terme, le financement du développement de la contraception devrait être augmenté et les approches ne devraient pas être limitées aux seuls modèles identifiés de développement de médicaments. n’oubliez pas que d’une multitude de médicaments qui sauvent des vies ont été découverts par accident et que leurs dispositifs d’action sont restés inconnus pendant des années. nn nnQue faudra-t-il pour qu’ils deviennent réalité ? nDes progrès dans le développement de la contraception masculine sont véritablement nécessaires, et les promesses ou allégations vides doivent être évitées pour l’essentiel. Le plaidoyer est important et à l’aide des efforts du gouvernement ( par exemple, la Direction de la contraception du NICHD ) et du domaine privé ( par exemple, MCI ), les objectifs à court et sur une longue durée semblent en cours d’élaboration. Bien sûr, un brillant futur dans ce secteur dépend du travail acharné et de la persévérance de toutes les parties concernées. nn nnExiste-t-il des obstacles pour les empêcher de se concrétiser ? nLes obstacles sont nombreux : manque de financement, connaissances limitées sur la spermatogenèse et la biologie du sperme, manque d’appréciation de l’impact plus large de la qualité du sperme sur la santé de la enfant, défauts inhérents au système actuel d’examen et de sélection des subventions, pour ne baptiser que ceux-là. nn

    La contraception masculine – contraception masculine

    Une pilule contraceptive masculine a passé avec succès la première série d’essais cliniques, ce qui donne de l’espoir pour des alternatives de contraception moins permanentes pour les hommes – et potentiellement formaliser les règles du loisir quand il s’agit de prévention des grossesses. nnAux États-Unis, à peu près 40 % des grossesses ne sont pas planifiées. Cela s’explique en partie par le fait que la société impose injustement que les femmes sont les premières responsables de la prévention de la grossesse et de la planification familiale. Historiquement, les options de contraception pour les gentlemens n’ont pas toujours été optimales : nnAbstinence ( ) nPréservatifs ( pas fiables à 100 pour cent ) nLa méthode du retrait ( pas efficace ) nVasectomie ( potentiellement permanente et un peu effrayante pour beaucoup d’hommes ) nLa pilule contraceptive masculine peut offrir une option plus souple pour les hommes tout en renforçant deux faits importants : les hommes et les femmes sont tous deux responsables de la contraception et les hommes jouer une responsabilité plus actif et plus satisfaisant dans leur santé reproductive. nnComment fonctionne la pilule contraceptive pour hommes ? nDimethandrolone undecanoate ( DMAU ) est une pilule à prise unique de tous les jours qui supprime deux types d’hormones mâles – l’hormone folliculostimulante ( FSH ) et l’hormone lutéinisante ( LH ) – pour diminuer simultanément la constitution de testostérone et de sperme sans déclencher de symptômes de faible testostérone ( faible-T ). nnLes données d’une étude publiée dans The Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism prouvent que le DMAU, la contraception orale actuellement évaluée, a le potentiel pour y parvenir. Quatre-vingt-deux âgés de 18 à 50 ans ont reçu au hasard un placebo ou une des trois doses de la pilule pendant 28 jours. Ceux qui proposent pris la dose la plus forte ( 400 mg ) avaient des taux plus faibles de testostérone, de FSH et de LH. Cependant, l’étude n’a pas mesuré le volume de spermatozoïdes. nnContraceptifs oraux masculinsnLes sensations sur une longue durée d’une pilule contraceptive masculine sont encore à l’étude. nCertains personnes ( y compris certains sur le placebo ) proposent signalé des sensations secondaires légers, comme par exemple : nnAcnénMaux de têtenDysfonction érectile légèrenDiminution de la libidonFatiguenGain de poids de 5 lb ou moinsn Les prochaines phases de l’étude du DMAU seront de mesurer s’il supprime vraiment la réalisation de spermatozoïdes. Les données initiales montrent que c’est possible. Cependant, le corps nécessite jours pour fabriquer du sperme, et des tentatives plus longs sont nécessaires pour si la réalisation de sperme peut être arrêtée entièrement. nnDe plus, nous devrons découvrir ses sensations sur une longue période sur le corps. Par exemple, nous ne savons pas encore si le DMAU peut apporter des problèmes de dépression ou augmenter le risque de caillots sanguins comme la pilule contraceptive , ou s’il peut endommager le foie, les reins ou d’autres organes qui aident à décomposer le médicament. nnPourquoi ne pas encaisser une vasectomie ? nL’efficacité de la vasectomie est comparable à celle du dispositif intra-utérin féminin ( DIU ) avec un taux d’échec inférieur à 1 %. L’intervention peut être réversible sous les soins d’un chirurgien formé par la fraternité. Toutefois, l’inversion n’est pas garantie. nnMoins de 15 ans après l’intervention chirurgicale, le taux de réussite de l’inversion se trouve souvent entre 95 et 98 pour cent. Cependant, après 15 ans, le taux de réussite chute à 60 ou 70 p. 100. Et le taux d’obtention d’une grossesse après une inversion est beaucoup plus faible, soit 40 à 50 %. nnEn tant que spécialisé dans l’infertilité masculine et urologue, je vois souvent des hommes dans la vingtaine qui ne veulent pas d’enfants en ce moment. Lorsqu’ils demandent une vasectomie, tout ce que nous pouvons faire est de leur conseiller de prendre en compte la permanence de la décision. À la postérité, le DMAU pourrait être une option contraceptive infaillible qui permettrait plus de flexibilité et réduirait l’infertilité éventuelle dans les semaines à venir dans la vie. nnAméliorer la santé des jeunes hommesnLes jeunes femmes ne consultent pas les corps médicaux aussi souvent qu’ils le devraient peut-être. Pour les femmes, le recours aux soins de santé se produit parfois parce que l’accès à des solutions contraceptives qualitatifs est limité si elles ne l’effectuent pas. Mais, de plus en plus, y a une tendance à ne pas lier les visites chez le médecin à pouvoir arriver à la contraception. nnCela peut être pour leur santé globale de plusieurs méthodes. Ils auront l’occasion de jouer un rôle plus actif dans leurs soins en posant des questions et en étant plus proactifs. deuxièmement, les professionnels de la santé peuvent réaliser des soins de prévention et des préoccupations que les gentlemens ne soulèvent pas avant d’être en état de crise, comme l’hypertension artérielle, la dysfonction érectile, la baisse de libido et d’autres problèmes courants qui peuvent être évités ou gérés. nnLe démarrage commercial de ( pilule anticonceptionnelle pour hommes ) pourrait prendre une décennie ou plus, mais il est agréable de voir la recherche géolocalisée continuer de toutes nouvelles possibilités de traitement qui favorisent une responsabilité partagée en matière de contraception ‘. nnTolulope Bakare, M. D. nSi le DMAU fonctionne comme un contraceptif féminin, les hommes peuvent arrêter de le prendre et reprendre la constitution de sperme quand ils sont prêts à devenir pères. Le but ultime est de produire une version injectable du médicament dans le but les patients n’aient pas à se rappeler de prendre une pilule quotidienne. nnÀ l’avenir, les adolescents pourront sans doute aussi prendre du DMAU. la majorité des parents mettent déjà leurs filles adolescentes sous pilule pour prévenir les grossesses et aider à régulariser les règles sporadiques ou abondantes. Cependant, sera toujours important d’utiliser des préservatifs pour prévenir les infections sexuellement transmissibles. nnLe démarrage commercial du DMAU peut prendre une décennie ou plus. Pendant ce temps, il est agréable de voir la recherche poursuivre de toutes nouvelles alternatives de traitement qui avantagent la responsabilité partagée en matière de contraception. Il se peut que les femmes n’aient plus à assumer l’entière responsabilité des formes de contraception réversibles et très efficaces. Le fait que cette pilule soit à l’étude offre des alternatives aux patients dans diverses occasions, et le changement d’état d’esprit est encourageant. nnTenez-vous au courant des dernieres nouvelles sur les soins de santé. Abonnez-vous à notre blog dès aujourd’hui.

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Spermatogenèse – Mécanismes de la contraception masculinenLe système reproductif relationel est un ensemble complexe de éléments interdépendants, dont beaucoup sont nécessaires à une fertilité soutenue. En interrompant ne serait-ce qu’un seul de ces processus obligatoires, nous pouvons trouver de nouvelles façons de produire des contraceptifs tout bonnement non hormonaux excitants pour les gentlemens. L’un des mécanismes est la fabrication de spermatozoïdes, ou spermatogenèse. nnPas de spermatogenèse, pas de spermatocytes, pas de spermatozoïdes, pas de spermatozoïdes. nLa spermatogenèse est la fabrication de spermatozoïdes matures depuis cellules germinales. Les cellules germinales précoces, appelées spermatogonies, résident à la périphérie des tubules séminifères du testicule. Cette population a à la fois des cellules souches et des spermatogonies de différenciation, qui subissent une série de divisions mitotiques pour amplifier le nombre de cellules. Les cellules germinales entrent alors dans la méiose, la deuxième période de la spermatogenèse, et sont appelées spermatocytes. Pendant la méiose, la recombinaison génétique intervient et les spermatocytes subissent deux divisions qui divisent par deux le volume de chromosomes existants dans chaque cellule. nnspermatogenèse de la cellule germinale au spermenLe processus de spermatogenèse, qui commence avec une cellule souche spermatagonale et se termine avec plusieurs spermatozoïdes complètement formés. Photo adaptée d’OpenStax College distribuée sous licence CC-BY 3. 0. nPendant la spermiogenèse, phase finale de la spermatogenèse, les cellules germinales haploïdes ( spermatides ) éprouvent d’importants changements et ressemblent davantage à ce que nous appelons le sperme traditionnel, avec des queues et autres structures comme l’acrosome. nnEnfin, les spermatozoïdes tout bonnement non mobiles sont transportés vers l’épididyme. Les spermatozoïdes subissent un processus de maturation leur transit dans l’épididyme. En conséquence, ils acquièrent la capacité de mobilité à proximité de l’avant et deviennent qualifié de fécondation. nnUne façon d’influencer la spermatogenèse est de manipuler les type d’hormones. Des essais cliniques sont en cours sur la conception de contraceptifs hormonaux masculins, mais existe de diverses approches vraiment pas hormonales pour stopper la spermatogenèse ou interférer avec la maturation épididymique. nnUn médicament qui arrête la spermatogenèse aurait des particularités avantageuses, y compris un temps d’apparition potentiel de 2 à 3 mois. C’est parce qu’il faut un laps de temps pour que les spermatozoïdes se développent et se préparent à l’action, mais également après avoir cessé la spermatogenèse, tous les spermatozoïdes dans le pipeline resteraient encore. nnMCI a financé des projets dans ce secteur, tels que Gunda Georg à l’Université du Minnesota et son métier sur TSSK1/2. D’autres projets dans des institutions du monde entier se concentrent sur différentes approches pour perturber temporairement la spermatogenèse ou la maturation épididymique afin de prévenir la réalisation de spermatozoïdes fonctionnels. nnIl y a plus d’une manière de contracepter. nLa duplication est un appareil grande et compliquée, avec de multiples façons d’ajouter un frein temporaire sur le process. La prévention de la spermatogenèse est l’un des moyens de produire la prochaine génération de contraceptifs masculins. D’autres projets axés sur la prévention du transport, de la motilité et de la fécondation des spermatozoïdes sont en cours de réalisation. nnEnsemble, nous espérons que ces sociétés spécialistes créeront de multiples formes de contraception masculine avec des candidats de produits variés qui répondent aux besoins d’un plus grand nombre d’utilisateurs. nn

    La contraception masculine – contraception masculine

    L’appareil reproducteur masculinnQu’est-ce que le système reproducteur masculin ? nPour produire de nouvelles possibilités contraceptives masculines, nous devons comprendre le système reproducteur coté masculin. Les mâles humains ont des organes reproducteurs ( aussi nommés organes génitaux ) qui sont à la fois à l’intérieur et à l’extérieur du bassin. Au total, les organes génitaux masculins comportent 4 parties qui constituent le système reproducteur masculin. Ce sont les 4 éléments clés du dispositif reproductif coté masculin : nnles testicules, nle système de conduits, constitué de l’épididyme et du canal déférent, nles glandes objets accesoires, qui comprennent les vésicules séminales et la prostate, net le pénis. nLes organes génitaux masculins, aussi appelés organes graveleux, agissent ensemble comme système reproducteur pour se fournir et libérer du sperme comportant du sperme. Le sperme dans le sperme peut féconder un ovule ou un ovule pour produire un bébé ( appelé conception ). nnLa contraception ou contraception est une méthode utilisée pour prévenir l’élaboration lorsqu’une personne ou un couple veut être sexuellement actif mais n’est pas prêt à fonder une famille. La contraception hormonale est basée sur l’interruption du cycle menstruel. Parce que les spermatozoïdes sont produits en permanence, il n’y a pas de cycle reproductif masculin similaire à interrompre. nnHistoriquement, les solutions contraceptives masculines étaient axées sur une section du fonctionnement reproductif coté masculin, à savoir l’arrêt complet de la production de sperme. actuellement, les chercheurs se concentrent sur la en proportion du sperme plutôt que sur l’arrêt de la constitution de spermatozoïdes. Des exemples de changements fonctionnels dans le système reproducteur masculin comportent la prévention de la natation des spermatozoïdes et la prévention de la fécondation d’un ovule par les spermatozoïdes. nnEn savoir plus sur les techniques contraceptives masculines dans le pipeline de R

    La contraception masculine – slip contraceptif

    10 Faits sur les hommes et la vasectomienLa vasectomie et les condoms sont les seules options actuelles de contraception masculine. nLa forme la plus connue de contraception masculine à action prolongée est la vasectomie. malheureusement, les vasectomies ne sont pas considérées comme réellement réversibles. Les chercheurs travaillent actuellement sur des dispositifs d’occlusion vasculaire qui seront extrêmement réversibles dans le futur. d’un autre côté, d’autres options contraceptives masculines sont en cours d’élaboration. nnEn attendant, voici 10 faits sur la forme la plus fiable de contraception masculine qui existe aujourd’hui. nn nn10. Les vasectomies sont généralement très sûres et les complications sont rares. nn9. Les qui endurent une vasectomie disent qu’ils sont plus libres lorsqu’ils proposent des relations sexuelles avec leur partenaire parce qu’ils n’ont pas à craindre une grossesse non planifiée. nn8. La vasectomie est une simple procédure ambulatoire. nn7. Environ un demi-million de gars se font opérer tous les ans aux États-Unis – Ils sont d’autant plus courants à l’époque de la folie de mars, où les hommes peuvent se entretenir en regardant le tournoi de la NCAA. nn6. La vasectomie n’affecte pas la constitution de sperme. Au lieu de cela, empêche le déplacement des spermatozoïdes d’être mélangés à d’autres actives séminaux. Les hommes qui proposent des vasectomies proposent encore des orgasmes normaux ! nnnn5. Il est possible d’inverser une vasectomie si un garçon change d’avis plus tard et envisage d’avoir des enfants. Cependant, le taux de réussite de l’inversion peut varier entre 40 et 90 %. Les chercheurs travaillent sur des dispositifs occlusifs qui agissent comme une vasectomie, mais qui sont très réversibles. En fin de compte, seulement 3 à 5 % des hommes demandent une inversion. nn4. La vasectomie n’affecte pas la fonction sexuelle, la libido ou la vie sexuelle de l’homme. nn3. L’intervention et le rétablissement sont couramment indolores, et les gentlemens traversent en général des effets secondaires minimes, s’il y a lieu. nn2. Les vasectomies sont efficaces à la majorité pour prévenir les grossesses tout bonnement non désirées. nn1. Chaque année, des hommes et des femmes du monde entier célèbrent la Journée internationale de la vasectomie. nn nnL’Initiative contraceptive masculine offre de dernieres nouvelles possibilités aux . nAlors qu’à l’heure courante, les gentlemens proposent peu d’options contraceptives, l’Initiative contraceptive masculine finance la recherche interne sur les possibilités masculines réversibles, tout bonnement non hormonales et à action prolongée. En fin de compte, nous recherchons un menu d’options qui répond aux besoins des hommes et des femmes. Joignez-vous à nous.

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Pourquoi la contraception masculine : Dr John AmorynLa population internationale déborde sept 000 000 000 d’habitants, augmente de 60 millions par an et atteindra sûrement 9 à 10 000 000 000 en 2050 ( 1 ). La croissance démographique est l’une des majeures causes de la dégradation de l’environnement et de la souffrance des humains due à la pauvreté et à la faim ( 2 ). Une grande partie de cette croissance démographique est involontaire. En 2008, 41 % de toutes les grossesses dans le monde n’étaient pas planifiées et 20 % de toutes les grossesses se sont terminées par un avortement, entraînant 47 000 décès maternels dus à des avortements non médicalisés ( 3, 4 ). Aux États-Unis, le taux de grossesses non désirées est de 48 % et 18 % de toutes les grossesses se terminent par un avortement, ce qui représente 1, 1 million d’avortements par an ( 3 ). nnCe taux cher de grossesses vraiment pas désirées est dû à une utilisation et/ou un accès inadéquats aux techniques de contraception. L’accès à la contraception réduit extrêmement la croissance démographique et les taux d’avortement, ce qui se traduit par des améliorations positives de la santé néonatale et maternelle ( 5 ). outre l’atténuation de la croissance démographique mondiale, faire appel à la contraception moderne et à de meilleurs soins de clinique sur la planète entier permet d’éviter 1, 7 million de décès néonatals et 251 000 décès maternels tous les ans ( 5 ). Par conséquent, y a un large besoin d’un meilleur accès aux contraceptifs existants, d’une meilleure éducation en terme de contraception et d’un plus grand volume d’options contraceptives, tant aux États-Unis que dans le monde. nnAux États-Unis, 30 % de toute la contraception actuellement réalisée est dirigée par un garçon, 20 % de tous les couples utilisant des préservatifs et 10 % des couples ayant recours à la vasectomie ( 6 ). Ces deux solutions de contraception masculine montrent des contraintes importants. Les préservatifs, tout en offrant une certaine protection contre les infections sexuellement transmissibles, proposent une efficacité contraceptive marginale ( 7 ), et la vasectomie, qui est cher et dur à inverser efficacement, est vue comme une méthode de contraception masculine irréfragable à plus juste titre ( 8 ). Un contraceptif masculin réversible est bien accueilli par une grande majorité d’hommes ( neuf, 10 ) et aurait un atout marqué pour réduire le taux de grossesses vraiment pas désirées, la croissance non souhaitée de la population et leurs sensations. nn———–nnLe Dr John Amory est professeur de médecine à l’Université de Washington, où ses recherches portent sur le développement de dernieres nouvelles formes de contraception masculine. La Dre Amory siège de plus au conseil consultatif de l’Initiative sur la contraception masculine.