• contraception masculine
  • slip contraceptif
  • contraceptif masculin injection – éviter une grossesse non désirée

    La contraception masculine – contraception masculine

    Loin d’être des pionniers, les gentlemens utilisant la contraception dite “masculine” se basent sur une pratique vieille de 40 ans. Aujourd’hui, ils ne sont pas toujours militants et ont tous la même préoccupation : prendre en charge leur contraception, plutôt que de la déléguer à leur partenaire. nEncore trop peu accessible et donc trop peu représentée, la contraception masculine répond cependant à une demande grandissante. Quand une femme rencontre des difficultés avec les techniques de contraception classiques, beaucoup de couples hétérosexuels se trouvent dans une impasse contraceptive. “Si on ne veut plus avoir recours à la pilule ou au stérilet, ne reste plus beaucoup de solutions : soit préservatif, soit abstinence… ou sinon, contraception masculine”, explique Karine, 42 ans, dont le compagnon est sous contraceptif. nnDans l’Hexagone, ils sont à peu près 150 à suivre une contraception, sans compter les 0, 8 % de mecs en secteur de procréer ayant eu recours à la vasectomie ( contraception définitive requérant une manoeuvre simple, sans aucun action secondaire ). Hormonales ou calorifiques, les solutions de contraception masculine sont encadrées par des protocoles médicaux et validées par deux médecins la prescrivant depuis 40 ans : les docteurs Soufir, à paris, et Mieusset, à Toulouse. nnPartager les responsabilitésnnParmi la dizaine de mecs que nous avons interviewés, tous proposent fait cette étape après avoir pris conscience de la charge mentale contraceptive portée par leurs partenaires, actuelles ou passées. “Ce n’est pas un acte féministe, mais un acte d’échange des responsabilités”, assure Robin, 33 ans, qui a porté le slip contraceptif avant d’arrêter pour concevoir un enfant. Grégoire, 47 ans et vasectomisé depuis un an, a voulu “soulager [sa] épouse, qui prenait des hormones depuis de nombreuses années”. nnEn France, la méthode thermique a le vent en poupe. elle se trouve être certaine et sans danger ni effet secondaire. Elle se résume à remonter les testicules à la base de la verge, pour augmenter leur température et ainsi arrêter de manière naturelle la constitution de spermatozoïdes. Deux outils permettent de maintenir les testicules au chaud : le slip contraceptif ( aussi nommé “slip troué”, ou “boulocho” ) et l’anneau pénien “Androswitch”. Tous deux doivent être portés sur une base quotidienne quinze heures par jour, comme un sous-vêtement, maximum 4 ans, aucun essai médical n’ayant été réalisé en plus de cette durée. nn_DSC8036. jpgn ‘ L’anneau pénien ‘ Androswitch ‘, en fonction de la méthode de contraception thermique, entre les mains de son créateur Maxime Labrit © Maxime Labrit ‘ nDes ateliers de couture et d’essayage de slipsnnInventé dès les années 1980 par le Docteur Mieusset, le slip contraceptif a d’abord été porté par des militants de l’association Ardecom ( Association pour le moteur de recherche interne et le développement de la contraception masculine ), développée en 1979 à partir de groupes de paroles de jeunes proches du MLAC ( mouvement de libération de l’avortement et de la contraception ). nnAujourd’hui, les slips contraceptifs peuvent être fournis par le Docteur Mieusset, sous suivi de santé. Mais certains choisissent de les fabriquer eux-mêmes, sous leur propre responsabilité. David, 46 ans a vécu un atelier de confection de slip, organisé par le collectif breton Thomas Boulou. Encourageant l’autogestion contraceptive, le collectif a mis en ligne des conseils de confection et plusieurs tutoriels vidéos pour réaliser son nettoyée slip, en fonction de trois modèles au choix : classique, jock-strap ou balconnet. “Porter le slip, c’est aussi un imaginaire érotique et harmonieux à repenser”, note David. Il poursuit : “En essayant des slips entre , on n’était pas en train de se la mesurer ou de savoir qui pisse le plus haut. C’était un moment précieux qui déplaçait les codes, en plus de la cooptation virile”. nnn“Des sensations dernieres nouvelles, mais pas désagréables”nnLaurent, 31 ans, a préféré porter l’Androswitch, un anneau commercialisé en ligne ( 37€ ) depuis mai 2019 grâce à la société Thoreme et basé sur la méthode calorifique. “Il suffit de l’intégrer dans sa routine. Au début, ça donne des impressions toutes nouvelles, mais pas désagréables ou inconfortables. Imaginez que vous n’ayiez jamais porté de sous-vêtements, et que vous décidez d’en porter un, c’est le même ressenti”. “C’est une piste génialissime pour faire de la contraception dans le respect de notre corps des personnes, poursuit Laurent. Même avec très peu de moyens, n’importe qui peut utiliser un moyen contraceptif ‘. nnQuelques emploient aussi une contraception hormonale au protocole validé par l’OMS : une injection hebdomadaire intramusculaire d’un dérivé de la testostérone. La testostérone étant endomagée par le foie, elle ne peut pas être prise en pilule. “C’est assez contraignant. Une infirmier doit passer chez moi toutes les semaines pour me faire l’injection, nous explique Thomas, 29 ans, qui a commencé le traitement en janvier. Le produit étant considéré comme dopant, ne passe pas vraiment pas plus l’avion. ” Comme son équivalent effeminé, la contraception hormonale masculine peut avoir des sensations secondaires : irritabilité, hausse de la libido et de la force physique. nn“Les hommes ont peur”nnSi les hommes peuvent être sous contraceptif, cela “reste encore trop souvent une affaire de femmes”, certifie Erwan, 40 ans et très actif à Ardecom. les dames sont principalement présentes dans les réunions de références sur la contraception masculine. “Comme si la sexualité était liée aux hommes, et la procréation aux femmes, regrette Franck, 40 ans et vasectomisé. Aux , on parle de Viagra, aux femmes on parle de pilule”. nnPour beaucoup d’hommes, “agir sur leur fertilité peut être vécu comme une atteinte à leurs possibilités sexuelles”, observe Alain Giami, directeur de recherche émérite à l’INSERM et co-auteur de Droits de l’Homme et sexualité – Vers la notion de droits sexuels ? ( Editions des archives modernes, mars 2019 ). Robin, 33 ans, confirme : “Quand je parle de mon slip contraceptif autour de moi, j’ai le sentiment que les hommes ont peur”. Pourtant, la contraception masculine “pourrait permettre aux de reprendre le contrôle sur leur corps et de faire valoir leurs droits hot et reproductifs”, s’enthousiasme Alain Giami. Un choix libérateur. nnn ‘ en faisant une contraception, j’ai discerné un sentiment d’accomplissement et de confiance partagée au sein de mon couple, une nouvelle possibilité dans une sexualité sans procréation ‘, nous confie Maxime, créateur de l’Andro-switch. En dehors de l’intimité de son couple, Maxime a aussi perçu “un méchant sentiment de retraite et d’isolement”, face à des pouvoirs publics et à un corps de santé inertes. Quant à Grégoire, avant d’avoir recours à la vasectomie, n’a pu rencontrer aucun homme ayant déjà fait cette démarche. nnEn attendant des changements institutionnels, les toubibs Soufir et Mieusset continuent d’agir. En janvier 2019, ils proposent dispensé une formation pour 26 médecins sur la contraception masculine. La deuxième séance n’a pas pu , faute de subventions pour défrayer les médecins. Quant au slip contraceptif du pofessionnel Mieusset, est en cours d’industrialisation, en vue d’essais cliniques à l’échelle européenne, pour qu’il soit reconnu comme un dispositif médical, acheté en pharmacie. Inutile d’alterer espoir, nous garantit Erwan. “Comme pour la légalisation de l’IVG, c’est en utilisant ces techniques, malgré l’insuffisance de l’accompagnement médical, qu’on arrivera à faire pression sur les institutions”.

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Conseil consultatif jeunesse de l’ICMnIntroduction de la directrice générale de l’Initiative contraceptive masculine Heather Vahdat : nnDepuis que j’ai rejoint l’Initiative contraceptive masculine ( ICM ) en 2018, l’un de mes envies était d’établir un Conseil consultatif de la jeunesse ( CCJ ). C’est tandis j’ai trouvé YTH, un organisme que j’ai à présent le bonheur d’appeler mes proches collègues, que l’idée a germé pour la première fois. J’ai en direct été impressionné par l’engagement délibéré et tourné à proximité de l’extérieur du YTH envers les jeunes. Il m’est survenu à l’esprit que l’inclusion des perspectives des jeunes dans le moteur de recherche, les programmes et les vues en terme de santé sexuelle et génésique devrait être une technique parfaite pour tous les ferments. Dans le cas du MCI, je crois qu’il s’agit d’une pratique essentielle étant donné que les jeunes d’aujourd’hui et leurs partenaires seront les premiers bénéficiaires des solutions contraceptives masculines vraiment pas hormonales, réversibles et en cours de développement. nnBien que je considérais l’établissement d’un BEA comme une priorité pour MCI, je ne m’attendais avec certitude pas à ce qu’il se concrétise si rapidement. Cet accomplissement repose fermement entre les mains de Kathryn Carpenter, notre première boursière d’été de l’Université de Caroline du Nord à la Chapel Hill’s Gillings School of Public Health. Kathryn a sans attente accueilli l’idée d’un YAB et a été la force motrice pour en faire une réalité. Le croisement des chemins avec Tyrone et Connie semblait être la confirmation de l’Univers que le moment était apparu et nous voilà donc, fiers de présenter le YAB du MCI au monde entier ! Le billet d’introduction du blogue de Kathryn est fourni ci-dessous. nnPar Kathryn Carpenter, MCI Advocacy Strategist et présidente du conseil consultatif jeunessennEn août, l’Initiative contraceptive masculine ( ICM ) a tenu sa première réunion du Conseil consultatif des jeunes avec les trois premiers membres : Connie Dean, Tyrone Fields et Kathryn Carpenter. nnMCI intensifie ses exercices pour augmenter la sensibilisation et le plaidoyer en faveur de toutes nouvelles techniques de contraception masculine tout bonnement non hormonale. Le Conseil consultatif de la jeunesse offre l’occasion d’étendre notre portée aux populations plus jeunes, y compris celles des campus collégiaux. Comme toute méthode masculine éventuelle est à 10-15 ans, il est primordial d’engager le dialogue avec les jeunes dès maintenant, de offrir l’information et de recueillir des témoignages pour éclairer les efforts de développement de produits. Le Conseil consultatif de la jeunesse offre l’occasion d’engager les jeunes dans des exercices de plaidoyer et de propagation des connaissances sur la contraception masculine via leurs réseaux, afin de s’assurer que ceux qui bénéficieront des dernieres nouvelles techniques contraceptives masculines sont les plus prêts à les accepter quand ils arrivent sur le marché. nnL’inclusion des jeunes dans les ferments qui les servent est vraiment pas seulement cruciale à première vue, mais elle se trouve étre egalement établie sur des données probantes. elle est décrite comme un ‘ droit ‘ et une ‘ priorité ‘, et peut inclure à la fois des sensations directs sur les jeunes et des sensations directs sur les institutions au service des jeunes ( Villa-Torres

    La contraception masculine – contraception masculine

    parler de contraception avec votre partenaire : Quelles sont les possibilités ? nCe billet de site invité est de Jack Burke, un défenseur en ligne de la santé mentale, physique et sexuelle des mecs. Il croit que le sentier vers le vrai bien-être commence et se termine par des soins personnels. nnTout le monde sait que la clé d’une relation réussie est la communication. Parler ouvertement et honnêtement à votre partenaire de vos opinions et de vos préférences sur tous les sujets est la meilleure façon de réaliser une liaison serré et durable. C’est particulièrement vrai lorsqu’il s’agit de sexe, mais la conversation est plus conséquente que les postures et préférences favorites. Une partie de la conversation qui est si souvent négligée est celle sur la contraception ; quelles sont les méthodes les plus confortables, énergiques et favorites ? Trop souvent, on présume que l’homme vêtira simplement un condom ou que la femme prendra la pilule contraceptive. Quelles sont les options véritables et quels sont les avantages et les problème technique de chacune ? nnPréservatifsnnLes préservatifs proposent toujours été la forme de contraception la plus courante chez les gentlemens. Cela est dû au fait qu’ils sont grandement disponibles et, pour la plupart, rentables. Le manque actuel de possibilités différentes dans le secteur de la contraception masculine a forcé les préservatifs à être perçus comme le choix ‘ à faire ‘. Avec le temps, cette attitude a amené les gentlemens à croire que les préservatifs sont aussi bons que la contraception masculine ne peut l’être, ce qui est évidemment faux. nnLes sociétés de préservatifs afficheront beaucoup un taux de réussite de 98 %, mais si l’on tient compte de l’utilisation abusive et d’autres erreurs, le taux moyen tombe à 115 %. Si vous et votre partenaire choisissez d’employer des préservatifs, assurez-vous de les utiliser convenablement pour éviter les grossesses vraiment pas désirées et les MST. nnLes préservatifs internes ( aussi appelés préservatifs des femmes ) sont de plus une option, mais ils proposent un taux de succès inférieur à celui des préservatifs masculins. Elles demandent aussi souvent un ajustement, une lubrification supplémentaire et dans certains cas une réinsertion, ce qui peut interrompre les rapports sexy pour vous et votre partenaire. nnN’importe où entre 1% et 6% des Américains souffrent d’une allergie au latex, qui pour une femme pourrait faire l’attachement avec un préservatif extrêmement désagréable, et même déclencher des problèmes de santé. Une émotion au latex peut ne se manifester qu’après des expositions répétées, alors soyez attentif à toute irritation que vous pourriez ressentir après avoir exploité des condoms. malgré que les préservatifs soient une mode familière pour les rapports hot protégés, il est important de parler ouvertement tout bonnement non seulement des avantages, et par dessus le marché des risques qui accompagnent leur utilisation en tant que couple. nnContraception oralennLes pilules contraceptives pour femmes font souvent la manchette en 2019, étant injustement politisées d’un côté ou de l’autre. Parce qu’on en parle beaucoup, on peut sans problème supposer que la majorité des femmes prennent actuellement ‘ la pilule ‘, mais ce n’est pas du tout le cas. Selon le Guttermacher Institute, seulement 25, 9 % des femmes emploient la contraception orale, tandis qu’une autre enquête neuve a divulguer que cet âge % des femmes offrent déclaré avoir cessé de prendre la pilule ou avoir envisagé de l’arrêter lors des trois dernières années. nnAu dire de tous, la pilule est infaillible à presque 100 %, lorsqu’elle est utilisée convenablement, mais cela ne veut pas dire que les femmes doivent se tracasser pour que leurs ordonnances soient exécutées en valent sérieusement la peine. Certaines marques favorites de contraception orale ne sont pas couvertes par certains plans minceur . Et même lorsqu’elles sont disponibles, les pilules contraceptives ont leurs effets secondaires communs ; il est par conséquent important que les femmes trouvent celle qui leur correspond le mieux. nnActuellement, il n’y a pas de possibilités contraceptives orales pour les hommes, ce que nous trouvons inacceptable. malgré que le moteur de recherche soit en cours depuis un moment déjà, il a fallu lutter pour que toute solution viable soit mise en marché. avant que cette option soit disponible dans le commerce, assurez-vous que la femme avec qui vous êtes est à votre aise avec la contraception et qu’elle est au commun de tout action secondaire possible. nnChirurgiennQuand on y pense, est assez choquant de constater que l’une des formes les plus habituelles de contraception, aussi bien pour les hommes que pour les femmes, est la chirurgie. La demande d’une méthode contraceptive crédible est si forte que nous restons prêts à faire modifier notre corps chirurgicalement pour l’obtenir. Cela ne devrait pas être le cas, et cependant la ligature des trompes est la deuxième forme de contraception féminine la plus populaire aux États-Unis. La vasectomie, même si elle est envisager comme une intervention beaucoup plus certaine, plus rapide et moins invasive, est beaucoup moins classique. Pourtant, plus de 500 000 hommes chaque année choisissent encore de se faire opérer. nnBien qu’une vasectomie soit considérée comme une intervention chirurgicale mineure, elle n’est pas sans danger. Des études antérieures proposent établi une relation statistique entre les patients ayant subi une vasectomie et les gentlemens qui développent un cancer de la prostate ultérieurement dans leur vie. par ailleurs, bien qu’une vasectomie n’affecte pas physiquement votre libido, les effets psychologiques envisageables de l’opération peuvent parfois apporter une dysfonction érectile. Même après une vasectomie, la stérilisation permanente n’est pas garantie, ce qui est sûrement problématique. nnToute intervention chirurgicale est une décision qui ne doit pas être prise à la légère. Vous et votre partenaire devriez en discuter longtemps ( et avec un professionnel ) pour vous assurer que vous faites ce qui est le mieux pour vous deux. nnL’avenir de la contraceptionnnComme vous pouvez le constater, aucune de ces possibilités n’est parfaite ; elles ont toutes leurs atouts et leurs problème technique. Un jour viendra où nous pourrons nous vanter d’avoir un contraceptif sûr, vraiment pas hormonal et réversible pour les gentlemens, qui nous permettra d’élargir cette conversation en plus de ce que nous savons actuellement. Augmenter le nombre de techniques contraceptives à l’avenir donnera aux couples un plus grand panel d’options et vous permettra, à vous et à votre partenaire, de prendre la décision la plus intelligente et la plus sûre pour votre bien etre et votre relation. nnContraceptionContraceptionMâle Contraception

    La contraception masculine – slip contraceptif

    La recherche a montré que les gentlemens embauchés dans des relations amoureuses sont très intéressés à ‘ posséder ‘ la contraception. Mais d’options, le récapitulatif des solutions efficaces est assez restreinte à l’heure actuelle : abstinence, condoms et vasectomie ( y a aussi la méthode du rythme ou la mise à disposition, mais je oublie que vous voulez tabler sur l’une ou l’autre de ces techniques ). Compte tenu de cette liste d’attente, il y a certainement de l’importance pour une sorte de pilule. Pourtant, après un demi-siècle et des millions de dollars de recherche, n’y a toujours pas de pilule pour les gentlemens. nnAlors, quel est le soucis ? nnNous savons comment interférer avec la fabrication de sperme – les complément hormonaux masculins diront à la testostérone naturelle du corps ( fabriquée par le testicule ) de s’éteindre, arrêtant la constitution de sperme. Basé sur cette idée, les pilules proposent été formulées comme contraceptifs hormonaux, et ont fonctionné… mais pas parfaitement. Dans les analyses, la plupart des mecs n’ont aucune numération de spermatozoïdes après avoir pris la pilule, mais pas tous les hommes. Et, dans le monde des contraceptifs masculins, avec des choix comme la vasectomie, c’est un jeu à tolérance zéro. L’éjaculat se doit d’être exempt de sperme. nnIl y a aussi une litanie de préoccupations en ce qui concerne les sensations secondaires des pilules hormonales pour . Dans les tentatives cliniques, les gentlemens ont reconnu des sensations comme les éruptions cutanées, le gain de poids, la sautes d’humeur, la perte de libido, la dysfonction érectile et l’affaiblissement. Avoir des impressions secondaires porno significatifs d’une pilule qui concerne à soulager l’inquiétude du sexe défait un peu le but, vous ne trouvez pas ? Dans une perspective à plus long terme, y a-t-il d’autres problèmes qui surviennent avec le temps ? malgré que nous sachions que la pilule contraceptive féminine a été associée à des taux plus élevés de maladies cardiaques et de cancer du sein et du col de l’utérus chez les femmes, peu ou pas de études ont été menées aujoud’hui sur les problèmes qui pourraient surgir avec l’utilisation sur une longue période de pilules contraceptives masculines. nnMalgré tout cela, l’intérêt pour une pilule contraceptive masculine reste vif – et les efforts des chercheurs révèlent un certain espoir. Un essai clinique récent d’une pilule hormonale pour hommes a totalement arrêté les niveaux de testostérone et a été assez bien toléré. Comme la fabrication de sperme n’a pas été étudiée, nous ne sommes toujours pas sûrs qu’elle fonctionnera, mais elle est prometteuse. nnUne pilule pour la gent masculine n’est à tous les coups pas pour tous les hommes, mais pourrait être une solution intelligente pour beaucoup d’entre nous.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Entretien avec la Dre Patricia Cuasnicu, détenteur d’une subvention de l’ICMnPatricia S. Cuasnicu est chercheuse scientifique principale au Conseil national de études ( CONICET ) de l’Instituto de Biologia y Medicina Experimental ( IBYME-CONICET ) à Buenos Aires. MCI a accordé à la Dre Cuasnicu une subvention de amorçage de 150 000 $ en 2018 pour l’aider à poursuivre son métier. nnQuel est votre lien avec la contraception ? nJ’ai commencé mon aptitude post-doctorale au Cornell Medical Center, New York Hospital, sous la direction du Dr. J. Michael Bedford, où j’ai commencé à travailler comme boursier NIH. Le Dr Bedford s’étant sérieusement intéressé à l’étude de l’utilisation potentielle des protéines épididymaires pour le développement de la contraception masculine, nous avons présenté un plan de recherche post-doctorale visant à analyser le potentiel contraceptif du CRISP1 purifié, une protéine épididymique reconnue par notre laboratoire en 1976 et le premier membre de la famille CRISP ( Cysteine Rich Secretory Protein ). nnDe retour en Argentine en 1986, j’ai continué à bosser dans le secteur de la contraception masculine. En fait, en raison de mon implication sur le terrain, j’ai été invitée en 1989 à faire partie du Groupe de travail sur les méthodes contraceptives masculines de l’Organisation mondiale de la santé ( OMS ) créé par J. M. Bedford et collègues en 1974. J’ai travaillé comme consultant de l’OMS pendant 15 ans, participant vraiment pas seulement à l’évaluation de nombreux projets du dans le monde, et par dessus le marché à des présentations dans de beaucoup de pays à forte population comme la Thaïlande, l’Indonésie, l’Inde, la Chine, le Zimbabwe, etc. nnLes client potentiel avec les populations de ces pays et mon travail actif à l’OMS m’ont complètement convaincu de la nécessité de l’implication des hommes dans la planification familiale et, en conséquence, de la nécessité de nouvelles possibilités masculines. Alors que je faisais partie du comité de l’OMS, j’ai été conviée à faire partie du comité technique et consultatif ( TAC ) du CONRAD ( Contraception Research and Development ) qui avait pour objectif de construire des techniques contraceptives masculines et féminines et, là encore, j’ai travaillé avec cette largement plus de 12 ans. nnJe travaille sur le terrain depuis près de 35 ans et je suis complètement convaincue que le développement d’un plus grand volume d’options contraceptives est essentiel pour éviter le volume élevé de femmes et de décès d’enfants dans le monde entier. en outre, alors qu’une méthode peut éviter la grossesse de la femme utilisant ce contraceptif, une méthode masculine peut empêcher la grossesse de toutes les femmes interagissant avec l’homme utilisant la méthode contraceptive, ce qui a donc un impact plus important que les solutions féminines. nnEn quoi le secteur a-t-il changé depuis le moment où vous avez commencé à y bosser jusqu’à aujourd’hui ? nCe que j’ai vu pendant toutes ces années, c’est une parfaite la baisse de l’intérêt pour le développement de la contraception masculine de la part des organisations ainsi que des entreprises/industries. Je crois que ce manque d’utilité est dû aux multiples difficultés rencontrées dans le développement de la contraception masculine liées à la fois a ) aux caractéristiques intrinsèques de la physiologie masculine ( c’est-à-dire comment acquérir une bonne méthode sans interférer avec la libido masculine ou sans générer trop d’effets secondaires tolérés par les femmes mais pas les hommes ) et b ) aux multiples années d’investissement financier sans acquérir une méthode sur le marché libre. En ce sens, MCI devient un tout nouvel espoir important après tant d’années de manque de soutien dans ce domaine. nnSelon vous, quels sont les plus grands challenges qui affectent la contraception en général et la contraception masculine surtout ? nÀ mon avis, l’un des plus grands challenges de la contraception en général est l’éducation, c’est-à-dire l’information des femmes et des hommes sur les différentes options contraceptives déjà disponibles, surtout les jeunes dans les écoles. nnEn ce qui concerne la contraception masculine en particulier, je pense que l’un des défis est de profiter de une méthode qui n’interfère pas avec la libido masculine, qui ne produit pas d’effets secondaires dessinés comme un rétrécissement testiculaire ou une chute du espace de l’éjaculat, et qui ne produit aucun effet secondaire plus général ( par exemple, acné, augmentation du cholestérol et du mal de tête ) que de nombreux hommes ont peu tolérés. nnJe pense que la plupart des sensations secondaires d’une méthode contraceptive sont tolérés par les femmes parce que sans elle, elles tomber enceintes, ce qui est clairement une conséquence pire dans l’équilibre final. Cependant, dans le cas des hommes, qui sont plutôt à l’abri des conséquences directes de la grossesse, les effets secondaires deviennent un soucis plus important à faire face à. C’est pour cela qu’elles ont plus d’exigences que les femmes à cet égard. nnCes défis et ces possibilités ont-ils évolué au fil du temps ? Si oui, comment ? nJe pense que la société a beaucoup évolué lors des 20 années passées dans le monde entier. Les emplois et les ateliers qui étaient autrefois réservés aux femmes ou aux hommes sont à présent partagés par les deux. La contraception ne sera pas différente à cet égard, surtout à cause d’un grand changement dans les droits des femmes. nnQuels sont vos espoirs pour l’avenir proche et lointain de la contraception masculine ? nJe suis certaine que dans un avenir proche, les méthodes masculines deviendront complètement acceptables par l’ensemble de la société et que nous devons simplement plus de possibilités aux hommes pour leur permettre de s’engager activement dans la planification de famille. J’envisage de plus des techniques ‘ unisexes ‘ qui peuvent être utilisées par les hommes et les femmes sur la base d’un blocage particulier de la fonction des spermatozoïdes dans le tractus génital coté masculin ou effeminé. en outre, nous pouvons prendre en compte une méthode contraceptive péricoïdale qui peut être utilisée juste avant les rapports hot. enfin, et idéalement, nous pourrions penser à une méthode contraceptive qui préviendrait à la fois la fertilité et les infections infectieuses. nnQue faudra-t-il pour qu’ils deviennent réalité ? nComme on le sait déjà, nous aurons besoin de plus de financement dans le secteur de la contraception masculine pour amener plus de chercheurs impliqués dans le domaine et pour augmenter les probabilités de bénéficier de une méthode masculine bonne, crédible, acceptable et abordable. Cependant, même lorsque nous réussissons à développer de nouvelles solutions masculines, nous avons encore besoin de plus d’éducation sexuelle pour expliquer aux gens, notamment aux jeunes, la nécessité d’utiliser des solutions contraceptives, ainsi que la manière de les utiliser. Avoir une nouvelle méthode est une condition nécessaire, mais cela ne suffit pas : nous aurons besoin d’une société qui comprend la nécessité d’employer la contraception, y compris les méthodes déjà disponibles. nnExiste-t-il des obstacles pour les empêcher de se concrétiser ? nJe pense que l’un des grands obstacles qui les empêchent de se concrétiser est le manque de sensibilisation des personnes au rôle clé de la contraception pour la santé humaine et, bien sûr, l’absence d’engagement des gouvernements partout sur la planète, ce qui se reflète finalement dans le faible financement public dans ce domaine. La contraception n’est pas aussi rentable que le Viagra ou les médicaments anticancéreux, et pour cette raison, les sociétés et les industries ne sont pas aussi intéressées à investir dans de nouvelles solutions contraceptives. L’engagement et le financement sont donc les principaux obstacles. nnVeuillez donner toute anecdote tirée de votre aptitude de travail dans le domaine. nEn 2005, j’ai été invitée par l’American Society of Andrology ( ASA ) à donner une conférence à Séoul, en Corée, sur les femmes et la technique dans les pays en développement, tandis qu’une chercheuse américaine allait donner une conférence sur les femmes dans les pays développés. Il m’a fallu beaucoup de temps pour préparer ce discours de 25 minutes. J’ai lu beaucoup d’articles et j’ai pris conscience de beaucoup de problèmes comme le plafond de vitrage pour les femmes, la canalisation qui fait défaut ( toutes les femmes qui laissent tomber et quittent leur carrière ), la pyramide ( beaucoup de femmes pour les emplois communs à la base de la pyramide et seulement quelques pour les meilleurs emplois dans le haut ), etc. nnDe plus, j’ai aussi pris conscience de nombreux aspects de moi-même auxquels je n’avais jamais prêté attention auparavant. Par exemple, que j’avais fait un post-doc des NIH aux USA en 1984, accompagné de mon mari, quelque chose de complètement inhabituel à l’intérieur de notre pays où les femmes accompagnaient les gentlemens. Aussi, que j’étais devenue l’une des peu communs femmes du comité de l’OMS, que j’avais silloné le monde en faisant mes petits enfants avec mon mari, une autre chose inhabituelle pour les femmes, et enfin, que j’avais travaillé toutes ces années dans un domaine très spécial comme la contraception masculine. Je n’avais jamais réalisé que j’avais lutté pour les droits des femmes dans chacune de ces actions et décisions et que mon travail en contraception masculine faisait partie de cette bataille pour les droits des femmes. nnAussi, depuis que j’ai commencé à bosser dans le domaine de la contraception masculine il y a 35 ans, j’ai pratiqué à quel point les gens sont emballés par ce domaine. Il est très courant que quand je commence à parler de mon travail dans une réunion sociale, les gens se rassemblent autour de moi et commencent à poser beaucoup de questions et à faire des remarques. Bien sûr, je reçois toujours beaucoup de soutien pour mon travail de la part de meufs qui sont prêtes à avoir une méthode masculine maintenant ou même dans quelques années pour éviter que leurs demoiselles utilisent des techniques contraceptives pendant plus de 30 ans comme c’est le cas actuellement. Les sont très curieux vis-à-vis du champ mais expriment franchement leurs craintes au sujet des effets secondaires et de la possibilité d’alterer de ou de la virilité. Quoi qu’il en soit, j’ai trouvé que la contraception masculine est un sujet fascinant pour tout le monde et en discuter a toujours été une compétence prodigieuse mais aussi un succès social. nn

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Au cours des années passées, beaucoup d’entre nous proposent vu des manchettes faisant référence au développement de médicaments contraceptifs pour hommes. Il paraît que depuis trop longtemps, les femmes portent seules le fardeau de la prévention de la grossesse, malgré le fait que l’accouchement nécessite deux parties pour avoir lieu. de plus, puisque les gentlemens sont fertiles à 100 % du temps, alors que les femmes ne le sont qu’environ le quart du temps de leur cycle menstruel, il s’avère un peu exagéré d’attribuer la responsabilité uniquement aux femmes, aux paires qui espèrent reporter leurs enfants. nnNatural Womanhood, Fertility Awareness Based Methods, Natural Family Planning, NFP, FABM, FAM, FAM, contrôle des naissances, effets secondaires, santé des femmes, santé reproductive, sensibilisation à la fertilité, santé masculine, contrôle des naissances, contraceptifs hormonaux, contraception hormonale, contraception masculine, contrôle des naissances, statut du contrôle des naissances coté masculin, efficacité du contrôle des naissances, givre, contraceptifs oraux masculins, pilule, contrôle des naissances, effets secondaires de la pilule, sensations secondaires sur une longue durée des pilules, santé, contrôle des naissances égalitairenIl s’avère que l’histoire du contrôle des naissances comprend des tentatives pour trouver un contraceptif masculin. Un médecin qui prescrivait avec enthousiasme des contraceptifs hormonaux aux femmes dans les années 1960 a exploré la question après avoir été insatisfaite de voir les effets secondaires de la contraception que les femmes éprouvaient. Ce qu’elle a trouvé et documenté dans son bouqin The Bitter Pill de 1985, c’est que les contraceptifs oraux masculins avaient aussi des impressions secondaires désagréables. La seule différence est que la découverte de ces impressions secondaires a stoppé la mise au point de médicaments pour les hommes, alors que les médicaments pour les femmes continuent d’être largement prescrits. nnLa professeure Janet E. Smith l’explique dans son exposé très diffusé de 1994 sur la contraception : Pourquoi pas ? Commentant la façon dont le Dr Grant a constaté que la tentative de contraception masculine était au point mort, Smith explique : ‘ il y a une raison à cela. Dans le groupe d’étude des mâles, un mâle a eu un léger rétrécissement de ses testicules. Ainsi, tous les tests sur la pilule contraceptive masculine ont été arrêtés, car c’est intolérable. Dans le groupe d’étude féminin, trois femmes sont mortes. ‘ Jeanette Flood a exposé celle ci année à l’occasion de la Journée mondiale de la femme : ‘ Au cours des deux premières années d’un timbre contraceptif pour les femmes, au moins six femmes sont mortes, sans doute plus. Pourquoi est-ce acceptable ? ‘ C’est une bonne question. nnUne histoire malheureusenPlus nous en apprenons sur l’histoire de la mise en marché des contraceptifs hormonaux féminins, plus nous entendons parler d’effets secondaires chez les femmes qui sont brossées sous le tapis. Le n° de mai 2019 de Scientific American décrit les premiers essais de recherche qui offrent mené à la première pilule contraceptive sur le marché. Comme Madeleine Coyne l’a détaillée à Natural Womanhood plus rapidement cette année : nnDans le premier essai à grande échelle, approuvé par la FDA, de contraception hormonale, 265 femmes portoricaines à faible revenu ont été recrutées… et 22% des femmes ont abandonné l’expérience après avoir subi des impressions secondaires indésirables. Comme l’écrit Virginia Sole-Smith dans Scientific American, ‘ Le directeur de santé de l’étude a fait valoir que la pilule ‘ provoquait trop de réactions secondaires pour être souvent acceptable ‘. néanmoins, il a été mis sur le marché. ‘ nnC’est ainsi que le contrôle des naissances a été éprouvé sur des femmes pauvres d’un autre pays sans leur consentement, leurs effets secondaires flagrants ayant été balayés. bien que la pilule soit célébrée comme une percée libératrice pour les femmes, Sole-Smith poursuit en expliquant : ‘ Mais la libération avait un prix. Vers la fin des années 1960, des patients de tous les États-Unis offrent signalé les mêmes symptômes que ceux documentés pendant l’essai portoricain. Malgré de nombreuses reformulations au cours des années qui offrent suivi, les impressions secondaires demeurent un soucis pour de multiples femmes sur la pilule ; les risques de cancer du sein, de caillots sanguins et de probléme vasculaire mental peuvent également être d’avantage élevés. ‘ nnLa recherche continue de la contraception masculinenEntre-temps, les discussions sur la fabrication d’une méthode contraceptive masculine se poursuivent. malgré que la contraception masculine n’ait pas encore fait son apparition sur le marché, elle est à l’étude depuis un laps de temps et, à quelques mois d’intervalle, un produit sur ses progrès naissants paraît dans les fils de nouvelles. nnFin 2018, les chercheurs offrent donné le coup d’envoi d’un essai pour un givre topique contraceptif masculin. Le gel est simple : allie progestatif et testostérone pour réduire le volume de spermatozoïdes. ‘ lorsque le progestatif est exploité seul chez les gentlemens, explique-t-on dans les rapports, rétréci le volume de spermatozoïdes et fait décroître le taux de testostérone, ce qui peut entraîner des impressions secondaires indésirables comme l’acné, la prise de poids et une baisse de la libido. Donc l’ajout de testostérone est consacré à contrecarrer ces sensations tout en laissant un nombre de spermatozoïdes énormément bas. ‘ il s’agit de plus d’une décennie, et le procès lui-même ne devrait pas être achevé avant 2022. Une version masculine de la pilule qui fonctionne selon le même base est également en cours d’élaboration. nnCependant, malgré la simplicité et la prétendue sécurité de ce gel, des études scientifiques ont montré que les hommes sont réticents à l’utiliser. Selon un article paru dans The Wire, ‘ Le sentiment le plus répandu pourrait être l’apathie – un sentiment de complaisance parce que ce sont les femmes qui dirigent l’exposition contraceptive. ‘ nn ‘ Jonathan Eig, l’auteur de The Birth of the Pill, a déclaré : ‘ Il n’y a pas vraiment d’adhésion lorsqu’il s’agit d’hommes qui prennent la responsabilité de la contraception. ‘ La pilule connaît un tel succès financier qu’il n’y a peu d’incitation pour les chercheurs à analyser de nouvelles formes de contraception pour les hommes non plus. ‘ nnDe plus, selon Christina Chung-Lun Wang, chercheuse à Los Angeles Biomed et l’une des principales chercheuses sur le givre, ‘ l’industrie pharmaceutique n’a aucun intérêt à financer de dernieres nouvelles techniques de contraception qui ciblent les hommes ‘. nnLes chercheurs s’inquiètent des sensations secondaires de la contraception chez les hommes qui sont révélés par les informations sur l’innocuité, notant des taux de cholestérol plus élevés chez les participantes à l’essai de contraception orale, et des dangers pour les hommes plus âgés qui veulent utiliser la pilule. nnLa solution est juste devant nousnIl se trouve qu’il existe une méthode contraceptive qui inclut la participation des hommes. En fait, pour être efficace, elle demande la participation mutuelle des femmes et des mecs. Cette méthode n’exige pas de médicaments hormonaux qui suppriment leur fertilité ou générent des impressions secondaires pour les deux parties. tout cela et bien d’autres choses encore sont possibles avec les méthodes très en vogue actuellement de planification de famille naturelle connues sous le nom de techniques fondées sur la connaissance de la fécondité ( FABM ). nnCes solutions d’origines naturelles de contraception offrent tout bonnement non seulement prouvé leur efficacité comparable à celle des contraceptifs pharmaceutiques, mais elles n’ont aucun effet secondaire sur la contraception et ne montrent aucun risque pour le système reproducteur de la femme. Pour les femmes qui essaient de réduire les douleurs menstruelles ou d’autres symptômes menstruels, ils permettent aux femmes de distinguer naturellement les déséquilibres hormonaux et de les traiter en s’aidant d’un professionnel de santé. Rien ne peut être d’avantage favorable à la santé des femmes. nnComme le souligne Jeannette Flood, c’est la forme la plus équitable de planification de famille pour les gentlemens et les femmes : nnNous devrions insister sur le ‘ respect de la reproduction ‘ des femmes de la même manière que celui dont bénéficient les hommes depuis longtemps. Le respect qui dit : ‘ Tout comme je ne risquerais pas de rétrécir ou d’avoir des impressions secondaires désagréables, et surtout de courir le risque des blessures physiques ou la mort pour moi-même, bien sûr, je ne vois pas la nécessité de que ma femme, ma fille, ma sœur ou une autre femme risque ou subisse des blessures physiques ‘. Un tel respect reconnaîtrait que le contentement et la commodité ne l’emportent pas sur le confort des femmes. Un respect égal en matière de duplication ferait partir les contraceptifs artificiels aussi bien pour les femmes que pour les hommes. nnEspérons que nous pourrons traiter les contraceptifs hormonaux des femmes avec le même scepticisme que les contraceptifs masculins. J’espère de plus qu’au lieu d’exposer les femmes et les hommes à toute une ligne de options chimiques visant à prévenir les grossesses, les hommes et les femmes pourront mieux aimer et comprendre les process naturels de notre corps et stimuler les sexes à bosser ensemble à la planification familiale, surtout qu’au détriment de la santé des autres.

    La contraception masculine – slip contraceptif

    3 méthodes de débuter une conversation sur la contraception masculinenIl peut s’avérer difficile d’entamer une conversation sur la contraception. Mais quand la conversation prend du retard, nous serons heureux de vous aider en vous présentant trois splendides façons d’aborder un sujet qui ne manquera pas d’animer la discussion. nn1 – Mettez l’embarras de côté. nnIl n’y a pas besoin d’être embarrassé. La contraception est un sujet normal sur la planète d’aujourd’hui. Près de 98 % des femmes sexuellement actives proposent pris une forme quelconque de contraception, et plus de 60 % de toutes les femmes emploient actuellement la contraception. Les conversations sur le contrôle des naissances dissipent les mythes et encouragent les autres à se renseigner sur les avantages de la planification familiale. nn2 – Économiser l’argent des contribuablesnIl y a d’énormes atouts financiers à la contraception pour nous tous, contribuables ET pour la personne qui utilise la contraception. Pour chaque dollar investi dans la planification familiale, les contribuables économisent près de quatre fois plus en bout de ligne. nnEt pour tout femme qui utilise la contraception, une famille économise encore plus. Considérez si nous avions des alternatives de contraception masculine – nous pourrions doubler notre résultat. Plus de la moitié des mecs interrogés utiliseraient une nouvelle méthode contraceptive éventuelle, et les femmes proposent déclaré en très grande majorité qu’elles feraient confiance à leur partenaire pour réaliser de la contraception. nn3 – C’est important pour VOUS. nLes raisons d’appuyer la contraception masculine sont aussi diverses que les personnes qui le font. Certains l’utilisent comme plate-forme pour l’égalité des sexes. D’autres y voient un recours de faire s’améliorer la planification de famille et la géolocalisation scientifique. Nous connaissons des personnes qui veulent que les alternatives contraceptives masculines aient un effet sur le changement climatique. Et évidemment, beaucoup d’hommes veulent s’impliquer dans la conversation sur la duplication. nnPeu importe votre raison, le fait d’entamer une conversation sur l’importance de la contraception masculine aide à faire passer le mot et à bâtir un avenir prometteur.

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Pourquoi la contraception masculine : Dr John AmorynLa population mondiale dépasse sept 000 000 000 d’habitants, accroit de 70 millions tous les ans et atteindra à coup sûr 9 à 10 000 000 000 en 2050 ( 1 ). La croissance démographique est l’une des majeures causes de la dégradation de l’environnement et de la douleur humaine due à la pauvreté et à la faim ( 2 ). Une grande partie de cette croissance démographique est involontaire. En 2008, 41 % de toutes les grossesses dans le monde n’étaient pas planifiées et vingt pour cent de toutes les grossesses se sont terminées par un avortement, pouvant entrainer 47 000 décès maternels dus à des avortements vraiment pas médicalisés ( 3, 4 ). Aux États-Unis, le taux de grossesses non désirées est de 48 % et 18 % de toutes les grossesses se terminent par un avortement, ce qui représente 1, 1 million d’avortements annuellement ( 3 ). nnCe taux cher de grossesses vraiment pas désirées est dû à une utilisation et/ou un accès inadéquats aux solutions de contraception. L’accès à la contraception réduit énormément la croissance démographique et les taux d’avortement, ce qui se traduit par des améliorations positives de la santé néonatale et maternelle ( 5 ). outre l’atténuation de la croissance démographique mondiale, solliciter la contraception moderne et à de meilleurs soins de hôpital sur la planète entier permet d’éviter 1, 7 million de décès néonatals et 251 000 décès maternels chaque année ( 5 ). Par conséquent, il y a un large besoin d’un meilleur accès aux contraceptifs existants, d’une meilleure dressage en terme de contraception et d’un plus grand volume de possibilités contraceptives, tant aux États-Unis que dans les pays. nnAux États-Unis, 30 % de toute la contraception actuellement exercée est dirigée par un garçon, vingt pour cent de tous les couples utilisant des préservatifs et 10 % des couples ayant recours à la vasectomie ( 6 ). Ces deux techniques de contraception masculine exposent des problème technique importants. Les préservatifs, tout en offrant une certaine protection contre les infections sexuellement transmissibles, proposent une efficacité contraceptive marginale ( 7 ), et la vasectomie, qui est onéreuse et difficile à inverser efficacement, est considérée comme une méthode de contraception masculine irréversible à plus juste titre ( 8 ). Un contraceptif coté masculin réversible est bien accueilli par une grande majorité d’hommes ( 9, 10 ) et aurait un gain marqué pour réduire le taux de grossesses non désirées, la croissance vraiment pas désirée de la population et leurs sensations. nn———–nnLe Dr John Amory est professeur de médecine à l’Université de Washington, où ses études portent sur le développement de toutes nouvelles formes de contraception masculine. La Dre Amory siège aussi au conseil consultatif de l’Initiative sur la contraception masculine.