• contraception masculine
  • slip contraceptif
  • contraceptif masculin – préservatif chocolat

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Un contraceptif coté masculin pour terminer efficiente ! nnAprès des années d’échecs et de promesses non tenues, le premier contraceptif coté masculin hormonal s’avère à proximité. Un institut de recherche australien vient de prouver l’efficacité de son produit en situation réelle sur 55 paires suivis plus d’un an. Si demain ce traitement est commercialisé, seriez-vous prêt à l’adopter ? nnSommairenUne pilule efficiente à 100 % ? nDerniers contrôles avant lancement ? nQuelle sera l’importance de ce nouveau contraceptif ? nAlors qu’en décembre 2002, deux grands laboratoires Schering Plough et Organon se lançaient dans la course à la pilule pour , la surprise vient finalement fin 2003 d’un institut de recherche australien. nnUne pilule efficace à 100 % ? nDes scientifiques australiens de l’Institut de Recherche Anzac proposent annoncé avoir mis au point un contraceptif coté masculin infaillible et réversible. Depuis des années, l’élaboration d’une pilule pour homme se heurte à deux problèmes principaux : nn Les spécificités reproductrices de l’homme : Alors qu’une femme produit un ovule par mois et cesse d’être fertile à la ménopause, l’homme fabrique 30 centaines de milliers de spermatozoïdes journalier et reste ‘ vert ‘ toute son existence ;n La dualité du fonctionnement reproducteur coté masculin : Dans les testicules sont formés les spermatozoïdes mais également la testostérone, hormone masculine responsable des caractéristiques viriles : pilosité, morphologie, etc. nContraceptif masculinnPour stopper la formation des spermatozoïdes sans pour autant féminiser les patients, les chercheurs australiens ont mis au point une ingénieuse combinaison. Un implant qui doit être changé tous les 4 mois, contenant l’hormone sexuelle masculine, la testostérone et une injection trimestrielle de progestérone DMPA, hormone utilisée dans la pilule pour femme. Le traitement empêche le mental de dynamiser la création de sperme. Moins contraignant qu’une pilule journalière ( dont la mise au point reste hypothétique ), ce processus devait ensuite être vérifié sur un volume suffisant de cobayes. nnDerniers contrôles avant lancement ? n55 paires australiens ont reçu ce traitement tous les trois ou 4 mois afin de arreter la constitution de spermatozoïde pendant plus d’une année. Durant ces 12 mois, chaque couple ne devait utiliser que ce dispositif comme moyen contraceptif. De précédentes analyses avaient pu l’arrêt de la réalisation de sperme, mais s’agit de la première aptitude en situation réelle. Résultat : aucune grossesse n’a été enregistrée et ce processus s’est avéré réversible. Quelques mois après l’arrêt du traitement, tout rentrait dans l’ordre. nn ‘ Cela est la première phase à proximité de un produit final fabriquées avec de la testostérone et de la progestérone qui pourra aisément être administré par le médecin généraliste tous les trois ou quatre mois, sans dégrader la santé sexuelle ‘ déclare le professeur Handelsman, directeur des documentations. Très surexcité, il qualifie l’étude de capitale car c’est selon lui, la première pouvant rapidement désobstruer sur une fabrication industrielle. ‘ En tant que chercheurs, nous avons fait autant que possible. C’est désormais au tour des compagnies de fabriquer un objet acceptable et pratique. Nous avons prouvé qu’un tel développement est possible ‘ déclare le Pr. Handelsman. nnPlaynUnmutenRemaining Time -2 : 02nFullscreennQuelle sera l’importance de ce nouveau contraceptif ? nCes retombées apparaissent très encourageants, néanmoins les effets de ce nouveau processus devront être jugés sur la longue durée et sur un plus grand nombre de gars. Une trop grande quantité de testostérone peut avoir des conséquences fâcheuses sur le développement de cancers hormono-dépendants. De précédentes études avaient du revoir leurs ambitions à la diminution grâce à certains sensations secondaires ( baisse du bon cholestérol ) 2. Pour sur les différentes analyses sur le développement d’une pilule contraceptive pour homme, reportez-vous aux autres contenus en fin d’article. nnAu-delà de la prouesse scientifique, on est actuellement en droit de se demander quelle place cela pourrait-il avoir dans la contraception d’un couple. On peut croire que plus y a de solutions disponibles, plus le couple a de chances de trouver la méthode qui lui correspond le mieux. ‘ S’il n’a pas été inventé de solution miracle pour la vie, cette méthode peut être utilisée quand la femme ne peut pas ( ou ne veut pas ) utiliser de contraceptif ou lorsqu’elle veut preférer l’allaitement sans prendre d’hormones ou d’autres contraceptifs ‘ peut-on parcourir sur le site de l’institut de recherche. Cette méthode peut aussi être assimilée à une vasectomie réversible. Autre avantage, une fois l’injection trimestrielle réalisée, vous êtes tranquilles pour trois mois tout en conjurant de craindre d’oublier un jour une pilule… nnSupportant seules depuis 30 ans le risque de grossesse, les femmes vont-elles voir d’un bon oeil l’arrivée de ce nouveau procédé ? Selon une enquête internationale 3 portant sur une ‘ pilule masculine ‘, seules 2 % des 2 000 femmes interrogées déclaraient qu’elles ne feraient pas confiance en terme de contraception à leur partenaire et une large majorité estimaient qu’une telle nouveauté serait une bonne idée. nnPar ailleurs, les gentlemens seraient-ils emballés par un tel dispositif ? Une étude 4 internationale conduite à Edimbourg, Hong-Kong, Shangai et Cape Town, estimait qu’une majorité de gars était prêt à franchir le pas ( entre 43 et 84 % selon la ville ). Aux usa, 66 % déclaraient vouloir l’essayer 5 en cas de mise sur le marché. Mais ces retombées concernent des pays où la gent masculine intervient déjà sur sa fertilité grâce à la vasectomie. Relativement courante dans les pays anglo-saxons, cette pratique confidentielle reste en France assimilée à une ‘ intervention mutilante ‘. Comment réagiraient les Français à l’arrivée sur le marché d’un contraceptif à leur intention ? Donner votre avis sur nos forums ! nnRappelons enfin que comme les contraceptifs féminins, ce nouveau produit ne protégera pas contre les infections sexuellement transmissibles. La seule protection infaillible reste le préservatif, alors sortez couverts ! n

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Conversation avec le Dr Sab Ventura, titulaire d’une subvention de l’ICMnSab Ventura a obtenu son doctorat en pharmacologie de l’Université Monash ( Melbourne, Australie ) en 1992 et a occupé des postes de recherche au Royal Melbourne Hospital, à l’Université de Melbourne, à l’University of Melbourne, au University College London ( Royaume-Uni ) et à la Monash University. Il a été nommé maître de conférences ( enseignement et recherche ) à l’Université Monash en 2004 et occupe toujours ce poste au sein du graphisme de biologie de la découverte de médicaments du Monash Institute of Pharmaceutical Sciences du campus Parkville de l’Université Monash. Dre Ventura enseigne aux étudiants de premier cycle en pharmacie et en sciences pharmaceutiques et dirige le Laboratoire de recherche en pharmacologie de la réplication masculine. Il est coauteur de 79 publications évaluées par des pairs et ses études portent sur la physiologie et la pharmacologie des organes reproducteurs masculins en vue de déterminer de toutes nouvelles cibles thérapeutiques pour la contraception masculine. nnQuel est votre lien avec la contraception ? nAu cours de mes analyses de doctorat au milieu des années 1990, j’ai identifié les mécanismes autonomes par lesquels les spermatozoïdes sont transportés de leur site d’accumulation dans l’épididyme cauda à l’origine de l’urètre avant l’éjaculation. J’ai toujours songé que si ce transport de sperme pouvait être inhibé lors de l’éjaculation, aucun spermatozoïde ne serait dans l’éjaculat. Ceci produirait la contraception masculine par un mécanisme vraiment pas hormonal. Cependant, ce n’est que récemment que nous avons pu valider cette hypothèse en se servant de notre modèle de souris génétiquement modifiée à double élimination. nnEn quoi le secteur a-t-il changé depuis le moment où vous avez commencé à y travailler jusqu’à aujourd’hui ? nIl y a toujours eu des groupes de recherche dans le monde entier qui ont essayé de fabriquer des contraceptifs masculins, mais ils paraissent avoir pris de l’ampleur avec les médias et le grand public. néanmoins, elle reste un secteur de recherche médicale peu financé par les ferments de financement et la manufacture de produit industiel pharmaceutique. La volonté des hommes d’accepter un contraceptif masculin a également augmenté dans la jeune génération. nnSelon vous, quels sont les plus grands défis qui affectent la contraception en général et la contraception masculine surtout ? nLe plus grand challenge auquel est confrontée la planification de famille est l’absence d’un contraceptif masculin sûr, efficiente et pratique, ce qui montre qu’environ 50 % de la population n’a pas d’option viable pour la contraception. En termes de contraception masculine, les plus grands défis sont les suivants : survivre les sensations secondaires hormonaux qui sont souvent intolérables ; arrêter les 1 000 spermatozoïdes par deuxième qui sont produits et les quelque 100 centaines de milliers de spermatozoïdes dans un éjaculat en comparaison à un seul ovule tous les mois chez les femmes ; rendre le processus facilement réversible ; ne pas nuire au développement du sperme dans le but les futurs enfants ne soient pas affectés ; produire un objet qui puisse traverser la barrière hémato-testique ; rendre l’utilisation de contraception aussi facile et peu envahissant que possible ; et éventuels missions sociaux et culturels. nnCes challenges et ces possibilités ont-ils évolué avec le temps ? Si oui, comment ? nLes interrogations sociales semblent avoir évolué le plus récemment. actuellement, les hommes paraissent beaucoup plus disposés qu’auparavant à utiliser la contraception et à assumer la responsabilité de la planification de famille. C’est ce qui ressort des nombreuses publications en sciences sociales sur le sujet. De même, la littérature en sciences sociales montre autant que les femmes sont beaucoup plus disposées qu’auparavant à faire confiance à leurs partenaires pour jouer une place dans la planification familiale et la contraception. nnQuels sont vos espoirs pour la postérité proche et lointain de la contraception masculine ? nJ’espère que dans un près futur, de nombreuses dernieres nouvelles stratégies non hormonales de contraception masculine feront l’objet de recherches dans le cadre préclinique. Dans un futur pas trop lointain, j’espère qu’un contraceptif masculin sûr, infaillible, facilement réversible et pratique à administrer sera mis sur le marché. Cela permettra à la population générale de choisir s’il existe effectivement une fibre viable pour un tel produit. Une perspective positive à l’égard de la contraception masculine de manière libre disponible peut alors conduire à la mise sur le marché d’autres contraceptifs masculins de manière qu’un jour peut-être même les gentlemens auront le choix entre diverses alternatives de contraception masculine. nnQue faudra-t-il pour qu’ils deviennent réalité ? nArgent : plus il y a d’argent disponible pour soutenir la recherche sur les contraceptifs masculins, plus ce besoin progressera rapidement. Cela arrivera certainement un jour, ce n’est qu’une question de temps. Par exemple, à l’heure existante, mon projet de recherche est financé pour presser un chercheur à temps plein et deux étudiants diplômés en recherche. Cependant, si une compagnie pharmaceutique voulait sérieusement réaliser un contraceptif masculin, elle peut avoir 50 personnes opérant sur le projet. nnExiste-t-il des obstacles pour les empêcher de se concrétiser ? nParmi les autres obstacles, il est possible de citer les problèmes de financement et les obstacles médicaux mentionnés avant cela, l’un des principaux étant la réticence des générations plus âgées à accepter que la contraception masculine soit effectivement une option viable pour la planification de famille. nnVeuillez partager toute anecdote tirée de votre expérience de travail dans le secteur. nMalgré l’absence de soutien de la part des organismes de financement et du pha

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Transport du sperme – Mécanismes de la contraception masculinenLe système reproductif humain est un ensemble complexe de éléments interdépendants, dont beaucoup sont nécessaires à une fertilité soutenue. En interrompant ne serait-ce qu’un seul de ces cheminement nécessaires, nous pouvons trouver de dernieres nouvelles méthodes de produire des contraceptifs non hormonaux excitants pour les gentlemens. L’un des principes harmonieux est le transport des spermatozoïdes, ou comment les spermatozoïdes se déplacent dans le tractus génital coté masculin. nnArrêter le déplacement de sperme – Une vieille idée nouvellenAprès la création des spermatozoïdes dans les testicules, mais avant qu’ils ne démontrent leur motilité et fécondent un ovule, ils doivent être expulsés par le corps dans un cheminement nommé éjaculation. Lors de l’éjaculation, les spermatozoïdes sont déplacés de l’épididyme en direction du canal déférent. De là, ils se déplacent dans l’urètre, et ensuite dans les pays sauvage. Empêcher le sperme d’être transporté hors de l’équipement reproducteur n’est pas une idée nouvelle. En fait, c’est l’origine de l’une des seules formes anciennes de contraception masculine – la vasectomie. nnle déplacement du sperme comme moyen de prévention de la fécondationnLes canaux déférents sont scellés pour empêcher le transport des spermatozoïdes de l’épididyme à d’autres stades du tractus génital. Photo de K. D. Schroeder, distribuée sous licence CC BY-SA 3. 0. nDans une vasectomie, les canaux déférents sont coupés et attachés, ou scellés pour empêcher les spermatozoïdes de sortir de notre corps. C’est un cheminement simple et infaillible. , l’inversion de la vasectomie n’est pas assez fiable pour être envisager comme une méthode tout bonnement non permanente. nnCependant, de nombreux groupes agissent sur la vasectomie réversible, ou ce que nous appelons les dispositifs occlusifs. Ces dispositifs marchent comme une vasectomie, mais au lieu de couper le canal déférent, on insère un givre pour bloquer le flux de spermatozoïdes tout en permettant le mouvement du eliquide. Les appareils occlusifs Vas-occlusive sont destinés à être facilement inversés à la discrétion de l’utilisateur. Certains produits comme Echo-VR et Vasalgel proposent de le faire soit par dégradation naturelle du givre, soit par une simple procédure de restauration. nnLes appareils vas-occlusifs peuvent entraîner une nouvelle prise en charge sur une longue durée de la fertilité chez les gentlemens – une prise en charge réversible. Ces appareils pourraient agir pendant des années et ne nécessiteraient aucun entretien ou prise de pilules de la part de le bénéficiaire. nnIl existe aussi des approches pharmacologiques pour prévenir le transport du sperme. MCI a financé Sab Ventura de l’Université Monash en Australie pour développer son programme, qui empêche le déplacement du sperme en bloquant les contractions des groupes de muscles lisses. nnIl y a plus d’une façon de contracepter. nLa duplication est une machine grande et compliquée, avec de nombreuses méthodes d’ajouter un frein temporaire sur le processus. La prévention du transport du sperme est l’un des moyens de produire la prochaine génération de contraceptifs masculins. D’autres projets axés sur la prévention de la spermatogenèse, la motilité des spermatozoïdes et la fécondation sont tous activement poursuivis. nnEnsemble, nous espérons que ces entreprises spécialistes créeront de multiples formes de contraception masculine avec des profils de produits variés qui répondent aux besoins d’un plus grand volume d’utilisateurs.

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Une pilule contraceptive masculine a passé les premiers tests hommes. Cette percée révolutionnaire dans le domaine de la contraception présente des choix différents pour les gentlemens, ce qui fait progresser considérablement le domaine de la santé de la contraception. Cependant, peut-être encore des années avant que la pilule ne soit effectivement mise sur le marché. nnL’une de nombreuses raisons de ce retard est que les chercheurs proposent dû compter sur le financement d’organismes de bienfaisance et d’universités : les sociétés pharmaceutiques n’ont pas encore vu la de transformer cette expérience en un médicament grandement employé et rentable. Cela est dû en partie à la croyance grandement populaire que les gentlemens ne sont pas responsables de la contraception et ne sont donc pas emballés à l’utiliser. Toutefois, les datas empiriques recueillies dans le cadre de nos propres études suggèrent le tout autre. nnChanger les perceptionsnChez CitizenMe, nous voulions explorer la thématique de la contraception masculine de façon à connaître les attitudes anciennes et comment les hommes et les femmes réagiraient aux nouveaux produits, s’ils étaient disponibles. Nous avons mené deux enquêtes multinationales auprès de femmes et de gars sur notre plateforme pour savoir ce qu’ils pensaient de cette nouvelle pilule en cours d’élaboration. nnnn nnAudience : Global, Hommes, 16-65 ans ( n=1000 ) nnIl est intéressant de souligner que seulement 20 % des hommes proposent carrément éloigné l’idée d’essayer la pilule contraceptive masculine. Les raisons pour celles qui n’étaient pas aussi sûres allaient du plaisir d’avoir plus de conseils sur le sujet à l’idée que ce n’est pas assez ‘ masculin ‘. Cependant, 59% des hommes étaient d’accord pour dire que les gentlemens et les femmes devraient être autant responsables de la contraception. nnnnAudience : Global, Filles, 16-65 ans ( n=999 ) nnDe même, seulement 20 % des femmes offrent indiqué qu’elles ne seraient pas disposées à utiliser la pilule contraceptive masculine comme méthode de contraception. De même, la principale raison de l’hésitation était le désir d’en savoir plus à ce sujet. Il est avantageux de noter qu’il y a aussi un pourcentage significatif de femmes ( 25% ) qui ne feraient pas confiance à l’homme pour prendre cette pilule. nnNécessité de modifier les normes sexospécifiquesnLa disparité entre le nombre et les genres d’options contraceptives féminines et masculines a un résultat beaucoup plus important sur les femmes : nnElle oblige les femmes à assumer la plupart des charges financières et sanitaires liées à la contraception ( visites chez le médecin, achat de la pilule, prescriptions, etc. ). nElle exige des femmes qu’elles assument la responsabilité de la contraception en général et le stress supplémentaire que cela entraîne. Cela réduit l’autorité des mecs en matière de réplication, ce qui améliore la responsabilité des femmes. nParce que les options des femmes en matière de contraception sont effectuées comme une forme d’autonomisation des femmes et d’égalité sociale, les injustices de la situation actuelle demeurent souvent cachées. Une véritable égalité sociale suggère que les femmes et les gentlemens s’orientent vers le distribuer des responsabilités en terme de contraception. Nous croyons que cela pourrait se faire de deux façons : nnDévelopper de nouvelles possibilités contraceptives masculines. C’est ce qu’il y a actuellement, mais les compagnies pharmaceutiques doivent imaginer qu’il y a une voie pour cela. Ils sont essentiels pour communiquer le financement nécessaire à la mise à disposition de ces pièces et pour ajouter de la crédibilité aux campagnes de sensibilisation et d’acceptation. nPour que ces articles soient mis en vente et utilisés, il faut aussi qu’il y ait un changement simultané des croyances sur les métiers assumés par les gentlemens et les femmes. l’étape numéro 1 pour faire de la contraception une véritable responsabilité partagée revient à se demander ce que les gentlemens et les femmes des différents pays pensent de cette perspective. Ce n’est qu’en incluant véritablement les croyances des personnes que les mentalités peuvent commencer à changer. nEngager différentes cultures pour démontrer une voie potentielnNotre plateforme de recherche anonyme et éthique permet aux personnes du dans le monde d’exprimer leurs idées sans porter de jugement, ce qui permet une compréhension nuancée des attitudes et des réactions sur différents discussions. nnDans cette étude, nous avons reçu des réponses de l’Inde, des Philippines, du Royaume-Uni, de l’Inde, du Brésil, du Vietnam, des États-Unis, de l’Espagne, de la france, de l’Italie et des Pays-Bas, révélant comment les attitudes envers la pilule varient selon chaque pays. Par exemple, bien que les hommes hindous âgés de 18 à 24 ans aient indiqué que le principal facteur dissuasif pour essayer la pilule masculine était l’absence de renseignements à ce sujet, ils ont de plus indiqué que la religion était un soucis. Alors qu’au Brésil, les gentlemens du même groupe d’âge sont plus préoccupés par le fait que la contraception est la responsabilité des femmes et pensent que prendre la pilule ne est donc pas assez ‘ masculin ‘. nnCes négoces nous indiquent que les femmes et les gentlemens semblent plaire que la responsabilité de la contraception consiste en les deux. Bien qu’il existe différents obstacles culturels et comportementaux à la prise de la pilule dans chaque pays, un problème universel a été identifié : l’absence d’information à son sujet. Pour que les contraceptifs masculins soient adoptés, il est important de disposer de conseils faciles à comprendre permettant de dissiper les craintes potentielles. Si cela peut être effectué efficacement, il y a certainement un grand marché potentiel pour les contraceptifs masculins.

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Qu’est-ce que la prostate ? nQu’est-ce que la prostate ? nLa prostate fait partie du système reproducteur masculin. La prostate est une glande de la surface d’une noix située entre la vessie masculine et le pénis. La prostate est juste devant le rectum. L’urètre traverse le centre de la prostate, de la vessie au pénis. nnLa prostate sécrète un fluide qui nourrit et protège le sperme. Le liquide laiteux produit par la prostate – le liquide prostatique – représente environ 30 % du eliquide total éjaculé ( le reste étant du sperme et du liquide provenant des vésicules séminales ). nnLe liquide prostatique protège les spermatozoïdes en les aidant à vivre plus longtemps et à être plus mobiles. Il a une multitude d’ingrédients, y compris des enzymes, du zinc et de l’acide citrique. L’une des enzymes du liquide prostatique est l’antigène particulier de la prostate ( PSA ). Après l’éjaculation, le PSA rend le sperme plus renforcé, aidant les spermatozoïdes à le traverser plus facilement, accuentant leurs chances de féconder un ovule avec succès. nnPendant l’éjaculation, la prostate comprime le fluide prostatique dans l’urètre et est expulsée avec le sperme comme partie du sperme. C’est un élément clé de la duplication masculine. il existe de nombreuses possibilités d’interrompre le cheminement de développement du eliquide prostatique et de voyage qui peuvent être optimisées pour le contrôle des naissances et la contraception masculine.

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Au cours des années passées, bon nombre d’entre nous proposent vu des manchettes faisant référence et à la multiplication de médicaments contraceptifs pour hommes. Il semble que depuis trop longtemps, les femmes portent seules le fardeau de la prévention de la grossesse, malgré le fait que l’accouchement exige deux parties pour avoir lieu. par ailleurs, puisque les gentlemens sont fertiles à 100 % du temps, tandis que les femmes ne le sont qu’environ le quart du temps de leur cycle menstruel, il semble un peu exagéré d’attribuer la responsabilité uniquement aux femmes, aux paires qui espèrent reporter leurs enfants. nnNatural Womanhood, Fertility Awareness Based Methods, Natural Family Planning, NFP, FABM, FAM, FAM, contrôle des naissances, impressions secondaires, santé des femmes, santé reproductive, sensibilisation à la fertilité, santé masculine, contrôle des naissances, contraceptifs hormonaux, contraception hormonale, contraception masculine, contrôle des naissances, statut du contrôle des naissances masculin, efficacité du contrôle des naissances, givre, contraceptifs oraux masculins, pilule, contrôle des naissances, impressions secondaires de la pilule, impressions secondaires sur une longue durée des pilules, santé, contrôle des naissances égalitairenIl s’avère que l’histoire du contrôle des naissances contient des tentatives pour trouver un contraceptif masculin. Un médecin qui prescrivait avec enthousiasme des contraceptifs hormonaux aux femmes dans les années 1960 a exploré la question après avoir été insatisfaite de voir les sensations secondaires de la contraception que les femmes éprouvaient. Ce qu’elle a trouvé et documenté dans son bouqin The Bitter Pill de 1985, c’est que les contraceptifs oraux masculins avaient aussi des impressions secondaires désagréables. La seule différence est que la découverte de ces sensations secondaires a stoppé l’élaboration de médicaments pour les gentlemens, tandis que les médicaments pour les femmes continuent d’être largement prescrits. nnLa professeure Janet E. Smith l’explique dans son exposé très diffusé de 1994 sur la contraception : Pourquoi pas ? Commentant la manière dont le Dr Grant a constaté que la tentative de contraception masculine était au point mort, Smith explique : ‘ il existe une raison à cela. Dans le groupe d’étude des mâles, un mâle a eu un léger rétrécissement de ses testicules. Ainsi, tous les contrôles sur la pilule contraceptive masculine proposent été arrêtés, car c’est intolérable. Dans le groupe d’étude féminin, trois femmes sont mortes. ‘ Jeanette Flood a exposé cette dernière année à l’occasion de la Journée internationale de la femme : ‘ Au cours des deux premières années d’un timbre contraceptif pour les femmes, au minimum six femmes sont mortes, sans doute plus. Pourquoi est-ce acceptable ? ‘ C’est une bonne question. nnUne histoire malheureusenPlus nous en apprenons sur l’histoire de la mise en marché des contraceptifs hormonaux féminins, plus nous entendons parler d’effets secondaires chez les femmes qui sont brossées sous le tapis. Le numéro de mai 2019 de Scientific American décrit les premiers tentatives de recherche qui offrent mené à la première pilule contraceptive sur le marché. Comme Madeleine Coyne l’a expliqué à Natural Womanhood plus vite cette saison : nnDans le premier essai à grande échelle, approuvé par la FDA, de contraception hormonale, 265 femmes portoricaines à faible revenu offrent été recrutées… et 22% des femmes proposent abandonné l’expérience après avoir subi des sensations secondaires indésirables. Comme l’écrit Virginia Sole-Smith dans Scientific American, ‘ Le directeur médical de l’étude a fait valoir que la pilule ‘ provoquait trop de réactions secondaires pour être en général acceptable ‘. néanmoins, a été mis sur le marché. ‘ nnC’est ainsi que le contrôle des naissances a été essayé sur des femmes pauvres d’un autre pays sans leur consentement, leurs sensations secondaires flagrants ayant été balayés. malgré que la pilule soit célébrée comme une percée libératrice pour les femmes, Sole-Smith poursuit en expliquant : ‘ Mais la libération avait un prix. Vers la fin des années 1960, des patients de tous les États-Unis offrent signalé les mêmes symptômes que ceux documentés l’essai portoricain. Malgré de nombreuses reformulations lors des années qui offrent suivi, les sensations secondaires demeurent un problème pour de nombreuses femmes sur la pilule ; les risques de cancer du sein, de caillots sanguins et d’accident vasculaire cérébral peuvent également être plus élevés. ‘ nnLa recherche continue de la contraception masculinenEntre-temps, les discussions sur la conception d’une méthode contraceptive masculine se poursuivent. bien que la contraception masculine n’ait pas encore fait son apparition sur le marché, elle est à l’étude depuis un moment et, à quelques mois d’intervalle, un article sur ses progrès naissants paraît dans les fils de toutes nouvelles. nnFin 2018, les chercheurs proposent donné le coup d’envoi d’un essai pour un givre topique contraceptif coté masculin. Le gel est simple : il combine progestatif et testostérone pour réduire le nombre de spermatozoïdes. ‘ au moment où progestatif est exploité seul chez les hommes, explique-t-on dans les rapports, rétréci le volume de spermatozoïdes et fait tomber le taux de testostérone, ce qui peut entraîner des impressions secondaires indésirables comme l’acné, la prise de poids et une baisse de la libido. Donc l’ajout de testostérone est consacré à contrecarrer ces sensations tout en faisant un volume de spermatozoïdes incroyablement bas. ‘ il s’agit de plus d’une décennie, et le procès lui-même ne devrait pas être achevé avant 2022. Une version masculine de la pilule qui marche selon le même idée est autant en cours d’élaboration. nnCependant, malgré la facilité et la prétendue sécurité de ce gel, des études proposent montré que les hommes sont réticents à l’utiliser. Selon un article paru dans The Wire, ‘ Le sentiment le plus répandu pourrait être l’apathie – un sentiment de complaisance car ce sont les femmes qui dirigent l’exposition contraceptive. ‘ nn ‘ Jonathan Eig, l’auteur de The Birth of the Pill, a déclaré : ‘ Il n’y a pas réellement d’adhésion lorsqu’il s’agit d’hommes qui prennent la responsabilité de la contraception. ‘ La pilule connaît un tel succès financier qu’il n’y a tres peu d’incitation pour les chercheurs à étudier de nouvelles formes de contraception pour les hommes non plus. ‘ nnDe plus, selon Christina Chung-Lun Wang, chercheuse à Los Angeles Biomed et l’une des majeures chercheuses sur le givre, ‘ la conception industirelle pharmaceutique n’a aucun intérêt à financer de nouvelles méthodes de contraception qui ciblent les gentlemens ‘. nnLes chercheurs s’inquiètent des effets secondaires de la contraception chez les hommes qui sont révélés par les données sur l’innocuité, notant des taux de cholestérol plus élevés chez les participantes à l’essai de contraception orale, et des dangers pour les hommes plus âgés qui veulent utiliser la pilule. nnLa solution est juste devant nousnIl se trouve qu’il existe une méthode contraceptive qui inclut la participation des mecs. En fait, pour être efficace, elle demande la participation mutuelle des femmes et des hommes. Cette méthode n’exige pas de médicaments hormonaux qui suppriment leur fertilité ou générent des impressions secondaires pour les deux parties. toute cette transformation et bien d’autres choses encore sont envisageables avec les méthodes modernes de planification de famille naturelle connues sous le nom de techniques fondées sur la connaissance de la fécondité ( FABM ). nnCes solutions d’origines naturelles de contraception offrent non seulement prouvé leur efficacité analogue à celle des contraceptifs pharmaceutiques, mais elles n’ont aucun action secondaire sur la contraception et ne affichent aucun risque pour le système reproducteur de la femme. Pour les femmes qui essaient de réduire les douleurs menstruelles ou d’autres symptômes menstruels, ils permettent aux femmes de déterminer de manière naturelle les déséquilibres hormonaux et de les traiter avec l’aide d’un professionnel de santé. Rien ne peut être plus favorable à la santé des femmes. nnComme le accentue Jeannette Flood, c’est la forme la plus équitable de planification de famille pour les hommes et les femmes : nnNous devrions insister sur le ‘ respect de la réplication ‘ des femmes de la même manière que celui dont bénéficient les hommes depuis longtemps. Le respect qui dit : ‘ Tout comme je ne risquerais pas de rétrécir ou d’avoir des impressions secondaires désagréables, et surtout de risquer des blessures physiques ou la mort pour moi-même, évidemment, je ne vois pas la nécessité de que ma femme, ma fille, ma sœur ou une autre femme risque ou subisse des blessures physiques ‘. Un tel respect reconnaîtrait que le bonheur et la commodité ne l’emportent pas sur le confort des femmes. Un respect égal en matière de réplication ferait s’effacer les contraceptifs chimiques aussi bien pour les femmes que pour les hommes. nnEspérons que nous pourrons traiter les contraceptifs hormonaux féminins avec le même scepticisme que les contraceptifs masculins. J’espère autant qu’au lieu d’exposer les femmes et les hommes à toute une collection de formules artificiels visant à prévenir les grossesses, les hommes et les femmes pourront mieux aimer et appréhender les processus d’origine naturelle de notre corps et stimuler les sexes à bosser ensemble à la planification de famille, plutôt qu’au détriment de la santé des autres.

    La contraception masculine – contraception masculine

    3 méthodes de débuter une conversation sur la contraception masculinenIl peut être compliqué d’entamer une conversation sur la contraception. Mais dès que la conversation prend du retard, nous serons contents de vous aider en vous offrant trois splendides façons d’aborder un sujet qui ne manquera pas d’animer la discussion. nn1 – Mettez l’embarras de côté. nnIl n’y a pas besoin d’être embarrassé. La contraception est un sujet normal dans les pays d’aujourd’hui. Près de 98 % des femmes sexuellement actives offrent pris une forme quelconque de contraception, et plus de 60 % de toutes les femmes utilisent actuellement la contraception. Les conversations sur le contrôle des naissances dissipent les mythes et encouragent les autres à se renseigner sur les atouts de la planification familiale. nn2 – Économiser l’argent des contribuablesnIl y a d’énormes atouts financiers à la contraception pour nous tous, contribuables ET pour la personne qui utilise la contraception. Pour chaque dollar investi dans la planification familiale, les contribuables économisent près de 4 fois plus en bout de ligne. nnEt pour chaque femme qui utilise la contraception, une famille économise encore plus. Considérez si nous avions des options de contraception masculine – nous pourrions doubler notre résultat. Plus de la moitié des mecs interrogés utiliseraient une nouvelle méthode contraceptive potentielle, et les femmes proposent déclaré en très grande majorité qu’elles feraient confiance à leur partenaire pour s’occuper de la contraception. nn3 – C’est important pour VOUS. nLes raisons d’appuyer la contraception masculine sont aussi différentes que les individus qui l’effectuent. Certains l’interpètent comme plate-forme pour l’égalité des sexes. D’autres y voient un recours de faire progresser la planification de famille et la géolocalisation scientifique. Nous connaissons des gens qui veulent que les alternatives contraceptives masculines aient un effet sur le changement climatique. Et évidemment, beaucoup d’hommes veulent s’impliquer dans la conversation sur la réplication. nnPeu importe votre raison, le fait d’entamer une conversation sur l’importance de la contraception masculine assiste transmettre le mot et à bâtir un futur prometteur.

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Pourquoi la contraception masculine : Dr John AmorynLa population internationale déborde sept 000 000 000 d’habitants, accroit de 60 millions annuellement et atteindra à tous les coups 9 à 10 milliards en 2050 ( 1 ). La croissance démographique est l’une des majeures causes de la dégradation de l’environnement et de la souffrance des humains due à la pauvreté et à la faim ( 2 ). Une grande partie de cette croissance démographique est involontaire. En 2008, 41 % de toutes les grossesses dans les pays n’étaient pas planifiées et vingt pour cent de toutes les grossesses se sont terminées par un avortement, entraînant 47 000 décès maternels dus à des avortements non médicalisés ( 3, 4 ). Aux États-Unis, le taux de grossesses tout bonnement non désirées est de 48 % et 18 % de toutes les grossesses se terminent par un avortement, ce qui représente 1, 1 million d’avortements annuellement ( 3 ). nnCe taux cher de grossesses tout bonnement non désirées est dû à une utilisation et/ou un accès inadéquats aux solutions de contraception. L’accès à la contraception réduit énormément la croissance démographique et les taux d’avortement, ce qui se traduit par des améliorations positives de la santé néonatale et maternelle ( 5 ). a part l’atténuation de la croissance démographique mondiale, solliciter la contraception moderne et à de meilleurs soins de hôpital dans le monde entier permet d’éviter 1, 7 million de décès néonatals et 251 000 décès maternels chaque année ( 5 ). Par conséquent, il y a un grand besoin d’un meilleur accès aux contraceptifs existants, d’une meilleure éducation en terme de contraception et d’un plus grand volume d’options contraceptives, tant aux États-Unis que dans les pays. nnAux États-Unis, 30 % de toute la contraception actuellement pratiquée est commandée par un homme, 20 % de tous les couples utilisant des préservatifs et 10 % des paires ayant recours à la vasectomie ( 6 ). Ces deux techniques de contraception masculine exposent des inconvénients importants. Les préservatifs, tout en avoir une certaine sécurité contre les infections sexuellement transmissibles, offrent une efficacité contraceptive marginale ( 7 ), et la vasectomie, qui est cher et difficile à inverser efficacement, est juger comme une méthode de contraception masculine irréfragable à plus juste titre ( 8 ). Un contraceptif masculin réversible serait bien accueilli par une grande majorité de gars ( neuf, 10 ) et aurait un atout marqué pour réduire le taux de grossesses non désirées, la croissance non voulue de la population et leurs sensations. nn———–nnLe Dr John Amory est professeur de médecine à l’Université de Washington, où ses études portent sur le développement de nouvelles formes de contraception masculine. La Dre Amory siège également au conseil consultatif de l’Initiative sur la contraception masculine.