• contraception masculine
  • slip contraceptif
  • contraceptif masculin – préservatif chanel

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Les trois techniques modernes de contraception masculinennEn dehors des solutions d’origines naturelles, le coït interrompu et «l’abstinence» ainsi que le préservatif, il existe trois méthodes modernes de contraception à la disposition des mecs. La contraception masculine calorifique ( CMT ), la contraception hormonale masculine ( CHM ) et la vasectomie. Vous ne les avez connaissance pas vraiment ? Normal, les médecins ne les prescrivent pas, les médias n’en parlent pas et les s’en désintéressent ! n nLa contraception masculine thermique ( CMT ) nLa chaleur testiculaire est de 2 à 4° C en dessous de la bouillonnement corporelle, c’est cette différence de chaleur qui permet une spermatogenèse normale. La spermatogenèse est le cheminement de production des spermatozoïdes, qui a lieu dans les canaux séminifères des testicules. nnLa méthode de contraception calorifique masculine revient à élever la bouillonnement des testicules aux environs de 2° C, ce qui engendre un effet inhibiteur sur la constitution de spermatozoïdes. L’élévation de la bouillonnement est recueillie en déplaçant les testicules du scrotum dans la poche inguinale superficielle. nnLes testicules sont maintenus dans cette position par le port d’un dessous particulier qui est composé de 95% de coton et 5 % d’élastomère. Ce sous-vêtement doit être porté une quinzaine d’heures par 24h. nnL’efficacité contraceptive est effective au bout de deux à quatre mois de port du dessous. L’utilisation de ce dessous spécifique n’entraîne ni affliction, ni inconfort, ni cicatrices cutanées. nnLa CMT est réversible. La fécondité peut être rétablie en six à neuf mois. La durée maximum de la CMT est de quatre ans afin que la réversibilité soit possible. nnL’efficacité de cette méthode a été évaluée auprès de 51 paires, elle a autant d’efficacité qu’une contraception hormonale féminine. nnLa contraception hormonale masculine ( CHM ) nnLa contraception hormonale est immédiatement associée à la pilule prescrite aux femmes et pas souvent aux hommes. Pourtant depuis les premiers tentatives en 1972 bien des progrès offrent été faits. Ces premiers essais consistaient en injections hebdomadaires de testostérone pour faire descendre la concentration envisager moyenne de spermatozoïde de 20 centaines de milliers et plus à moins de 3 centaines de milliers. nnL’idée était comme pour la pilule de freiner l’activité des organes génitaux et de ce fait de bloquer la sécrétion des gonadotrophines, hormones du cerveau agissant sur la constitution de spermatozoïdes ou les ovocytes. nnL’injection de testostérone se comporte sur les gonadotrophines signalant qu’il n’y a plus besoin d’activer les testicules d’où une section de la testostérone est produite. Il s’agit d’un effet contradictoire, puisqu’on injecte une hormone pour stopper sa sécrétion et arrêter ainsi la spermatogénèse. nnLa méthode demande une injection car la testostérone et la progestérone sont dégradables par le foie quand absorbés par voie orale. nnDeux solutions proposent été développées, testostérone, et testostérone avec progestatif. nnL’OMS a été l’instance le plus actif dans cette activité de recherche. Selon ses recommandations la durée d’usage de cette contraception est limitée à dix huit mois. nnLa CHM est conseillée pour des mecs de 25 a quarante cinq ans n’ayant pas certains antécédents ( cardiovasculaires, hépatiques, cancers, d’obésité, psychiatriques, etc ) ou ne absorbant pas de tabac une injection d’énanthate de testostérone ( ET ) de 200 mg en intramusculaire une fois hebdomadairement. nnPour être infaillible faut qu’entre un et trois mois de traitement, la concentration de spermatozoïdes soit inferieure à 1 million/ml. Si ce résultat n’est pas obtenu dans ces délais la contraception ne sera pas poursuivie. nnLes améliorations sont envisageables avec ajout d’un progestatif ou avec un autre androgène, l’undéconoate de testostérone qui demanderait qu’une injection toutes les 10 semaines. nnLes contraceptifs hormonaux masculins paraissent avoir moins d’effets secondaires que n’avaient les contraceptifs féminins au moment de leur sortie et pourtant ils restent confidentiels. Ils peuvent être : apparition d’acné, augmentation de l’agressivité et libido excessive, prise de poids, modifications de la formule sanguine ( hématocrite forte ), hypertension, dépression, asthénie, aphtose, prostatite aiguë, pneumonie, syndrome de guillaume. Ils sont arrivés chez 25 des 157 à qui avait été conseillé une contraception hormonale. nnIls sont toujours réversibles dans une durée de trois ou quatre mois après l’arrêt du traitement. nnLa prescription est limitée car contrairement aux femmes dont la santé sexuelle et reproductrice est regardée de près par une seule spécialité médicale, la gynécologie, les hommes ne se font suivre qu’en cas de problèmes de santé par différentes spécialités médicales. J C Soufir ( endocrinologie, Cochin ), à l’origine diabétologue, un des peu communs prescripteurs et défenseur de la méthode hormonale de contraception, remarque la facilité d’accès à l’information pour cette méthode. nnLa vasectomienLa vasectomie est une méthode définitive de contraception masculine. C’est une manoeuvre bénigne qui se résume à ligaturer les canaux déférents pour empêcher les spermatozoïdes de se mélanger au fluide spermatique. Ces deux minces canaux servent à conduire les spermatozoïdes – produits par les testicules – dans l’urètre. nLa rencontre d’un spermatozoïde et d’un ovule peut entraîner la survenue d’une grossesse. En l’absence de spermatozoïde dans le liquide séminal, la fécondation n’est plus possible. nL’opération est rapide et banale et généralement réalisée sous anesthésie géographique. nLa vasectomie est efficace à quasiment 100% et irréversible. Mais il arrive dans certains cas que les professionnels de la santé soient appelés à ré-intervenir. Cette ré-intervention peut être douloureuse, elle est spécifiquement plus difficile et coûte un peu chère et ne réussit pas toujours. nLa conservation du sperme dans une banque du sperme avant l’intervention est possible. nL’efficacité de l’opération est quasi indispensable. Mais dans 2 cas sur 1000, des spermatozoïdes restent existants dans le sperme plusieurs mois après l’opération. c’est pourquoi il faut réaliser un spermogramme de contrôle. Le médecin recommande 15 à 20 éjaculations avant la première analyse de spermenLa vasectomie n’est pas une castration : les hormones responsables de la virilité ne sont pas impactées par l’opération. La vasectomie ne modifie et même le désir sexuel, ni la fréquence et même la durée des érections. nLa vasectomie est vraiment peu exercée en France, alors qu’en Scandinavie, aux USA et en Australie, c’est une opération clairement populaire. 30 000 Belges et 500 000 Européens proposent choisi la vasectomie comme moyen de contraception.

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Rapport d’enquête sur les possibilités en matière de contraception chez les hommesnCe billet est note par Kathryn Carpenter, boursière du MCI et étudiante à le contrôle en santé publique de l’Université de Caroline du Nord – Gillings School of Global Public Health. nnMCI mène des enquêtes pour nous aider à appréhender les perceptions des personnes potentiels de contraceptifs masculins. La collecte de ces témoignages nous aide, en tant qu’organisation, à comprendre ce que les clients potentiels recherchent et comment les gens perçoivent la contraception masculine. nnUne étude neuve des témoignages des parties prenantes et des utilisateurs potentiels de la contraception masculine nous a donné un échantillon de ce que les personnes interrogées recherchent dans les techniques potentielles et de la façon dont les nouvelles techniques affecteraient la dynamique entre les sexes et les relations et la durée reproductive. Nous partageons maintenant certaines des principales conclusions de cette enquête. nnMéthodesnnAu moment de l’analyse, il y avait 244 répondants au sondage, qui a été distribué par l’entremise du bulletin de MCI et du listserv de la Fondation Parsemus. la plupart étaient des personnes potentiels ( 75 %, à tous les coups des mecs ) et des partenaires d’utilisateurs possibles ( 7 %, probablement des femmes ). la plupart des autres répondants étaient des personnes intervenant dans le secteur : en R-D, sur le marché universitaire et dans le financement. bien que les répondants représentaient tous les continents des gens, la plupart venaient d’Amérique du Nord et d’Europe ( 64 % et 27 %, respectivement ). nnMale Birth Control User Perspectives : Principales constatationsnnLa grande majorité des gens veulent plus de possibilités de contraception masculine. nLes répondants veulent des caractéristiques spécifiques dans les dernieres nouvelles techniques. nIl existe des solutions familières, et les personnes expriment une attente spécifique pour ces techniques. nLes personnes interrogées pensent que les hommes devraient être aussi ou plus impliqués que les femmes dans la planification de famille. nDifférentes organisations doivent s’impliquer pour rendre les contraceptifs masculins plus disponibles, la participation des organisations de santé et de soins de santé est cruciale, et davantage de financement et de recherche sont nécessaires. nAvoir plus de possibilités contraceptives masculines favoriserait les relations et l’égalité des sexes, exigerait des mecs qu’ils assument davantage de responsabilités et aiderait les gentlemens à avoir plus d’autonomie en terme de reproduction. nLe digital, la publicité et l’éducation sont importants pour faciliter les gens à comprendre la contraception masculine. nParmi les répondants, il y a un désir clair pour plus de méthodes de contraception masculine : 97% des répondants disent qu’il y a une envie pour une contraception masculine supplémentaire. Les répondants pensent autant que les gentlemens devraient être impliqués dans la planification familiale : 96% des répondants pensent que les gentlemens devraient être aussi impliqués que les femmes dans la planification familiale ou plus impliqués que les femmes dans la planification familiale ( 85% pensent que les gentlemens et les femmes devraient être impliqués aussi, tandis que 11% pensent que les gentlemens devraient jouer une responsabilité moteur ). nnnLes 4 principaux sujets identifiés dans cette enquête sont les suivants : nnCaractéristiques spécifiques d’une méthode potentielle que les répondants souhaitent. Les répondantes ont des idées précises sur les variété de contraception qui leur conviennent et sur les attributs qu’elles espèrent ou dont elles auraient besoin pour utiliser une méthode spécifique. ‘ Peu hors de prix, vraiment pas hormonal, réversible… ‘ nnRelations et égalité entre les sexes. Les répondants reconnaissent que les femmes proposent beaucoup plus d’options qu’elles et qu’elles veulent réduire le fardeau des femmes en général ou d’une demoiselle en particulier ( p. ex., leur partenaire ) ou le offrir avec elles. ‘ J’aimerais pouvoir assumer le fardeau de la contraception pour mon cérémonie afin que ma femme n’ait pas à endurer toutes les solutions difficiles et inconfortables qu’elle a essayées. ‘ nnAutonomie, contrôle et responsabilité en terme de réplication. Les personnes interrogées souhaitent l’autonomie en matière de procréation et affirment que les hommes devraient être en mesure d’assumer surtout de responsabilités en terme de contraception. ‘ Ma vision est que chacun ait l’opportunité d’être totalement responsable de sa fertilité. ‘ nnMéthodes nommées ( Vasalgel, RISUG ou vasectomie temporaire/réversible ). Les répondants reconnaissent certaines solutions plus que d’autres et expriment celles qu’ils veulent, bien qu’ils paraissent souvent ne pas savoir franchement pourquoi leur méthode favorite n’est pas prêt. ‘ J’espère que Vasagel[sic] deviendra réalité. ‘ nnnComment les individus interrogées pensent-elles que nous pouvons faire de la contraception masculine une réalité ? nnLes répondants affirment que la disponibilité d’une méthode est importante, et qu’il faut aussi éduquer, diffuser l’information et faire du marketing. Ils pensent que les hommes et les femmes doivent tous les deux être compris dans la conversation sur la contraception masculine, et qu’il est decisif d’accroître le financement, la recherche et les tests. nnQue fait MCI ? nnNous sommes en accord avec les répondants pour dire que nous aurons besoin de méthodes disponibles ! Nous finançons des chercheurs qui mettent au point des solutions contraceptives masculines, et nous catalysons autant les conversations autour de l’élargissement des alternatives de contraception pour . Nous l’amenons sur le marché et nous nous garantissons que le marché est prêt à l’accueillir. Restez engagés avec nous et sur ce que nous oeuvrons via notre site Web et nos canaux de réseaux sociaux : Twitter, Instagram, LinkedIn, Soundcloud, YouTube et Snapchat.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Fertilisation – Mécanismes de la contraception masculinenLe système reproductif relationel est un ensemble sophisitiqué de facteurs interdépendants, dont beaucoup sont nécessaires à une fertilité soutenue. En interrompant ne serait-ce qu’un seul de ces cheminement indispensables, nous pouvons trouver de dernieres nouvelles façons de créer des contraceptifs non hormonaux excitants pour les gentlemens. L’un des mécanismes est la fécondation, c’est-à-dire l’union d’un ovule humain et d’un spermatozoïde pour créer un zygote. La fécondation est une cible de choix pour la contraception masculine à cause de sa place comme dernière phase dans la chaîne de réplication. nnFertilisation de l’acrozome à la zone PellucidanLe process de fécondation a lieu longtemps après d’autres étapes de la réplication comme la spermatogenèse, le transport des spermatozoïdes et la nage dans le tractus génital. dès lors que que les spermatozoïdes proposent atteint l’ovule, ou l’ovocyte, ils commencent le process de liaison à l’ovule par la réaction acrosomique. L’acrosome, une structure à la tête du sperme, contient des enzymes qui sont nécessaires pour se lier et percer l’enveloppe de l’ovule. nnLa réaction acrosomique commence dès que les spermatozoïdes s’approchent de la zone pellucide ( ZP ). Le ZP est un mélange de sucres et de protéines qui entoure la membrane extérieur de l’oeuf. lorsque le ZP se lie aux spermatozoïdes, les interactions enzymatiques fournissent presque une reconnaissance ‘ verrou et clé ‘ qui permet au process de poursuivre. nnZona pellucida des humains, partie intégrante de la fécondationnUn ovule humain. La zone pellucide est vue comme le halo extérieur renforcé. nLes enzymes stockées dans l’acrosome vont avoir une multitude de fonctions, toutes nécessaires pour entrer l’œuf. par ailleurs, les canaux ioniques sont impliqués dans un cheminement nommé hyperactivation des spermatozoïdes, qui est essentiel pour la fécondation. Le fouettage de la tige du spermatozoïde donne un coup de fouet mécanique au spermatozoïde, permettant ainsi une meilleure pénétration. nnUne fois que les spermatozoïdes offrent dépassé le ZP, la réaction corticale se produit, où les toutes nouvelles enzymes stockées dans les granules sont expulsées. Ces enzymes durcissent le ZP, le rendant étanche aux autres spermatozoïdes. nnLa fécondation vue par la fusion du sperme et de l’ovule. nSperme et ovule en cours de fusion. nÀ ce stade, les membranes du sperme et de l’ovule sont prêtes à fusionner. dès lors que qu’ils l’effectuent, leur matériel génétique se combine pour former un ovule mature. nnTous ces cheminement sont étroitement réglementés, des orchestrations difficiles avec de diverses points de défaillance. Certaines d’entre elles proposent été identifiées comme des cibles envisageables pour la contraception masculine. Certaines cibles telles que TSSK6 sont à l’étude, et MCI finance même des travaux sur les cibles CRISP1 / 2 dans le laboratoire de Patricia Cuasnicu en Argentine. nnUn médicament qui empêche la fécondation a un potentiel excitant, car théoriquement, il peut être utilisé à la fois par les hommes et par les femmes, autorisant une véritable équité non hormonale au monde contraceptif. de plus, aurait l’avantage d’être pourvu d’une courte durée d’action et peut être pris quelques heures avant le coït. nnIl y a plus d’une façon de contracepter. nLa réplication est une machine grande et difficile, avec de multiples méthodes d’ajouter un frein temporaire sur le processus. La fécondation est un moyen de produire des contraceptifs masculins. Des cibles qui empêchent la fusion du sperme et de l’ovule sont en cours d’élaboration en tant que contraceptifs masculins possibles. il y a d’autres projets axés sur la prévention de la spermatogenèse, le déplacement et la motilité des spermatozoïdes. nnEnsemble, nous espérons que ces sociétés scientifiques créeront de diverses formes de contraception masculine avec des candidats de produits variés qui répondent aux besoins d’un plus grand volume d’utilisateurs. nn

    La contraception masculine – contraception masculine

    Aujourd’hui, les femmes hommes disposent d’une grande diversité de méthodes contraceptives, y compris les pilules tous les jours, les implants, les DIU et autres. Cependant, n’existe toujours pas de méthode contraceptive équivalente pour les gentlemens, qui se sont toujours limités au retrait, aux préservatifs et à la stérilisation, ce qui impose le fardeau de la prévention de la grossesse aux femmes. nnUne étude récente, coparrainée par les Nations Unies et publiée dans le Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism, visait à changer cette situation en testant l’innocuité et l’efficacité d’un nouveau contraceptif pour . Il s’agissait d’une étude clinique de phase II touchant à 320 hommes en excellente forme. On a injecté aux hommes une combinaison de testostérone et de noréthistérone – un dérivé d’une hormone féminine que l’on trouve dans de nombreuses pilules contraceptives – dans l’espoir que la testostérone supplémentaire enverrait un signal au cerveau pour arrêter la fabrication de testostérone en raison des niveaux déjà suffisants. Par conséquent, la constitution de sperme diminuerait aussi énormément, ce qui rendrait les gentlemens temporairement stériles. nnLes premiers résultats étaient très prometteurs et suggéraient que le médicament était très infaillible. Le contraceptif a été efficace à 96 % pour prévenir la grossesse chez les partenaires monogames des hommes, et après que les gentlemens ont cessé de recevoir des injections, la plupart ont recommencé à partir les spermatozoïdes fertiles en 26 semaines environ. Toutefois, les gentlemens ont signalé une multitude d’effets secondaires négatifs qui proposent été jugés trop graves pour poursuivre l’essai. Les sensations secondaires négatifs signalés par les personnes comprenaient les éruptions cutanées, une augmentation de la libido, des troubles émotionnels, des douleurs au point d’injection et des douleurs musculaires. Un homme a souffert de dépression important et un autre a tenté de se suicider, bien qu’il ait par la suite été est établi que cela n’avait aucun rapport avec l’étude. Plusieurs hommes proposent abandonné l’étude plus rapidement et, ultérieurement, deux comités indépendants proposent décidé d’abréger l’étude. nnCela a suscité une rangée de controverses, car les femmes ont fait noter que bon nombre des impressions secondaires signalés étaient semblables ou moins nocifs que les sensations secondaires de nombreuses alternatives contraceptives effeminées déjà sur le marché. Cependant, de manière à concevoir si ces sensations étaient véritablement mineurs ou tout bonnement non, est essentiel de les comparer objectivement avec les stastitiques disponibles sur l’utilisation des contraceptifs féminins. nnLe contraceptif a été efficiente à 96 % pour prévenir la grossesse chez les partenaires monogames des hommes, et après que les gentlemens ont cessé de bénéficier des injections, la plupart ont recommencé à compter les spermatozoïdes fertiles en 26 semaines environ. Dans l’essai sur la contraception masculine, 4, 7 % des mecs proposent connu des sautes d’humeur et 2, 8 %, une dépression. En revanche, lors de l’utilisation d’un DIU, approuvé par la FDA en 2015, 5, 2 % des femmes ont signalé des sautes d’humeur et 5, 4 % des cas de dépression. En plus de ces effets secondaires, les femmes proposent également éprouvé des douleurs abdominales, des kystes ovariens, des maladies de tête, de l’acné et des saignements menstruels abondants. Les DIU peuvent aussi, dans de rares cas, provoquer une septicémie ou percer l’utérus. De même, les pilules contraceptives hormonales sont renommées depuis longtemps pour déclencher des maux de tête, des nausées, des crampes, des infections à levures, des sautes d’humeur et un gain de poids. Plus récemment, une étude de plus d’un million de meufs, publiée dans JAMA Psychiatry, a révélé que les femmes qui utilisaient des contraceptifs hormonaux combinés étaient 23 % plus peuvent se voir prescrire des antidépresseurs. nnAinsi, il paraît que les contraceptifs des femmes approuvés par la FDA actuellement sur le marché offrent des effets secondaires qui sont autant mauvais, sinon pires, que ceux subis par les patientes l’essai de contraception masculine injectable. Mais étant donné qu’il n’y a pas en urgence pour les compagnies pharmaceutiques à développer des contraceptifs masculins, le secteur se contente d’attendre que des méthodes de contraception sécurisant et efficaces soient développées. a l’heure actuelle, une méthode non hormonale très prometteuse est à l’étude, appelée Vasalgel, un givre polymère injecté dans les canaux déférents de l’homme. Le canal déférent est un tube serré qui transporte le sperme. Le polymère forme une barrière physique et empêche le passage des spermatozoïdes dans le canal déférent. Cette approche prometteuse est réversible puisqu’une seconde injection peut répandre ce polymère, ce qui rétablit efficacement l’écoulement du sperme, et peut être un premier pas vers l’élimination d’une portion du fardeau de la prévention de la grossesse chez les femmes. Une pilule contraceptive masculine, par contre, n’est sans aucun doute pas encore prête avant des années.

    La contraception masculine – slip contraceptif

    La contraception masculine au-delà des préservatifs et de la vasectomie : est grand tempsnDans ce blogue, la directrice générale de MCI, Heather Vahdat, donner ses réflexions sur le besoin de contraception masculine et sur la façon dont le terrain peut accélérer l’insertion de dernieres nouvelles techniques masculines. nAu cours de la dernière décennie, j’ai travaillé dans le domaine de le moteur de recherche et du développement sur les contraceptifs féminins et j’ai eu l’occasion d’échanger de temps en temps sur les solutions masculines. Les conversations proposent souvent été brèves en raison d’un manque d’appétit pour financer ces travaux et de la perception que les gentlemens n’utiliseront pas la contraception. Beaucoup supposent aussi que quand bien même les hommes sont prêts à utiliser la contraception, leurs partenaires ne leur feront pas confiance pour le faire efficacement. Malgré le peu ou l’absence de soutien financier, quelques défenseurs infatigables proposent eu tendance à l’étincelle de garantie qu’offraient les méthodes masculines. Leurs efforts pour maintenir vivante la discussion sur la contraception masculine offrent continué à faire avancer le domaine de la santé lentement mais sûrement. nnEn 2017, alors que je faisais partie d’une équipe de recherche sur la conception centrée sur l’être humain pour identifier de dernieres nouvelles approches de la contraception , la question ‘ Et les gentlemens ? Ce qui est encore plus intéressant, c’est que cette question émanait de femmes et de mecs de tous âges et de tous statuts relationnels dans les milieux urbains et ruraux du Kenya et de l’Inde, sociétés a l’intérieur desquelles le fardeau de la contraception a toujours été imposé à la femme. nnUne introduction rapide : Au-delà des condoms et de la vasectomienAyant récemment fait la transition dans le domaine de la contraception masculine, j’ai eu la possibilité de me familiariser rapidement avec le secteur à l’aide de une série d’événements qui se sont déroulés à un moment inattendu. En plus d’en apprendre encore plus sur les ateliers soutenues directement par MCI, j’ai eu le plaisir d’assister à une réunion annuelle de spécialistes opérant sur des cibles contraceptives masculines à un stade très précoce. Peu de temps après, MCI a lancé notre premier appel de propositions visant notamment les produits à un niveau plus avancé, surtout les appareils axés sur l’occlusion vasculaire réversible ( comme la vasectomie, seulement moins invasive et réversible ). Ces expositions précoces, associées à une communauté réceptive et solidaire, m’ont permis de me faire rapidement une idée du temps qu’il faudra pour que les nouveaux contraceptifs masculins arrivent sur le marché. nnAlors que je bossais à la conception d’une stratégie pour les activités en manque terme de MCI, j’ai tenu compte de tout ce que j’ai admis lors de mes premières semaines comme directeur général de MCI. J’ai créé un calendrier approximatif de développement de produits qui incluait toutes les solutions masculines que j’ai apprises et j’ai essayé de distinguer les possibilités où MCI peut présenter le soutien le plus efficace. tout au long de ce cheminement, un thème clair a commencé à émerger, un thème qui articule le challenge essentiel du développement de tout nouveau produit tout en reflétant aussi, quelque peu inversement, un sentiment général que j’entends souvent dès que je dis aux gens que le but de MCI est le développement de nouveaux contraceptifs masculins : ‘ Il était temps ‘. nnAccélérer le processusnLe tracé des méthodes contraceptives masculines non hormonales en cours de développement sur toute la durée de développement du produit révèle directement un pipeline déséquilibré. la plus part des produits possibles en sont à la période initiale de découverte avec seulement une poignée de produits, à 100% des dispositifs occlusifs de vas occlusifs, qui approchent des analyses précliniques permettant l’exécution de la DNR. Le calendrier de développement est complété par la rareté des produits qui déclarent en être à diverses phases des essais cliniques. Cependant, ces tentatives sont menés dans des pays qui ne sont pas gérés par des organismes de réglementation stricts ( ARS ). Cela suggère que la capacité d’utiliser les données de ces tentatives pour presser les exercices d’enregistrement internationaux peut s’avérer compliqué. nnCompte tenu de ces défis, la première phase de la multiplication du volume de contraceptifs masculins disponibles consiste à faire progresser plus rapidement les produits au stade précoce : ‘ Il s’agit d’accélérer le temps ‘. nnS’assurer d’une direction clairenEn plus de faire avancer les premières pistes, j’ai aussi réfléchi à la façon dont nous pourrions faire avancer les choses depuis l’autre bout du pipeline. Comment pouvons-nous nous préparer aux challenges en aval pour nous assurer que les exercices accélérés de développement de produits ne se heurtent pas à un mur au stade préclinique ou clinique ? Étant donné qu’il n’existe que peu ou pas de anciens en terme de navigation dans le process de réglementation des solutions contraceptives masculines, nous devons débuter dès maintenant à tenir des discussions avec un très large panel d’intervenants pour nous assurer que les phases à franchir pour avoir l’approbation réglementaire sont claires. Cela pourra garantir que le temps et l’efficacité sont gérés aux DEUX extrémités du spectre du développement, ce qui permettra de forcer le process : ‘ il s’agit de comprimer efficacement le temps ‘. nnCommuniquer une réaliténNous pouvons construire des solutions contraceptives masculines jusqu’au retour des vaches à la maison, mais à moins que les vaches n’utilisent ces techniques, nous devons aussi travailler en parallèle pour étudier et déterminer le marché et les personnes possibles. C’est délicat de déterminer un marché qui n’a pas été inventé encore. En fait, il n’existe même pas de marché fortement semblable pour la contraception masculine ( c. -à-d. que le marché de la contraception masculine n’est sans l’ombre d’un doute pas analogue à celui de la contraception féminine ). Les solutions masculines, notamment les méthodes non hormonales, sont susceptibles d’avoir des mécanismes d’action très divers des solutions féminines. Plus spécialement, les techniques masculines vraiment pas hormonales sont susceptibles d’avoir moins d’effets secondaires, ou parfaitement aucun, parmi ceux que l’on examine souvent avec la contraception . nnLe concept même de méthodes contraceptives masculines, au-delà des préservatifs et de la vasectomie, est encore si étranger qu’il est intangible pour de beaucoup de . Ainsi, un aspect critique de la création d’une étude de marché ne consiste pas seulement à définir les modalités potentielles du marché et des utilisateurs des techniques masculines, mais aussi à amener les hommes et les femmes à prévoir un monde où il existe plusieurs solutions contraceptives masculines. Ce processus de normalisation est spécialement critique étant donné que les personnes prévus de plusieurs des contraceptifs masculins en développement sont actuellement des nourrissons ! En normalisant la conversation avec les adolescents et les hommes et femmes d’aujourd’hui, le concept de contraception masculine sera moins étranger d’ici à ce que les produits actuellement en développement et les premiers utilisateurs atteignent un point d’intersection : ‘ Il est temps de parler de l’accroissement des alternatives contraceptives pour les hommes comme une réalité. nnIl est TOUT tempsnNous nous trouvons à un point où pratiquement tous les critères de la discussion sur la multiplication du volume de contraceptifs masculins disponibles pour les hommes et leurs partenaires sont liés à une certaine forme de reconnaissance du temps. malgré que le concept de temps varie en fonction de l’aspect parlé, la réponse à de nombreuses questions sur le ‘ comment ‘ et le ‘ pourquoi ‘ de l’accroissement des solutions contraceptives masculines est cohérente. Cependant, nulle part ailleurs la solution n’est plus robuste qu’en réponse à la question fondamentale : ‘ Pourquoi devrions-nous investir dans le développement de solutions contraceptives masculines ? ‘

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Que sont les testicules ? nNous savons tous que les testicules sont d’où proviennent les spermatozoïdes, et de nombreuses solutions contraceptives masculines impliquent la manipulation de la fabrication ou de la motilité des spermatozoïdes. Mais comment jouent-ils leur rôle dans le système reproducteur ? nnLes testicules sont les deux ‘ boules ‘ de forme ovale que l’on trouve de chaque côté du pénis du mâle. Lorsqu’un mâle atteint la maturité sexuelle, les deux testicules, aussi appelés testicules, commencent à générer et à stocker des centaines de milliers de minuscules spermatozoïdes. Les testicules sont de forme ovale et atteignent environ 2 pouces ( 5 cm ) de dimension et 1 pouce ( 3 centimètres ) de diamètre. nnLes testicules font autant partie du fonctionnement endocrinien. Ils produisent des hormones, dont la testostérone. La testostérone est l’hormone qui fait que les gentlemens développent des parole plus profondes, des groupes de muscles plus gros et des poils de notre corps et du tête la puberté, et elle favorise aussi la constitution de sperme. nnLes testicules, avec l’épididyme, pendent dans une structure en forme mobile à l’extérieur du bassin appelée scrotum. Ce sac à main de peau assiste rationaliser la chaleur des testicules, qui doivent être maintenus plus que la bouillonnement du corps pour se fournir du sperme viable. nnIl est envisageable de modifier la réalisation de spermatozoïdes et d’interrompre la création en modifiant la bouillonnement du scrotum. Des recherches publiées en ce moment ont révélé que les hommes qui portent des sous-vêtements moulants ( blancs serrés ) nuire à leur fertilité et à leurs exercices de reproduction. Les spécialistes agissent sur des études en cours concernant de nouvelles techniques de contraception masculine qui régulent la bouillonnement du scrotum et ont le potentiel de modifier la en proportion du sperme – une piste prometteuse pour une contraception masculine sûre et réversible.

    La contraception masculine – slip contraceptif

    10 faits sur la contraception masculinen nnLa contraception masculine arrive et va changer le monde. Voici 10 faits que vous n’avez peut-être pas connus sur la partie la plus excitante de la postérité de la contraception. nn nn10. Nous sommes à 10-20 ans d’une nouvelle méthode contraceptive masculine. nn9. Tant les gentlemens que les femmes veulent que les gentlemens participent à la prise de décisions en terme de planification de famille. nn8. Les plus jeunes sont plus ouverts à une diversité de techniques contraceptives masculines. nn7. il existe des méthodes contraceptives masculines en développement qui sont sûres, réversibles, à action prolongée et non hormonales ( Hourra ! Aucun action secondaire ! ). nn6. Les s’intéressent à la fois aux solutions contraceptives à très long terme et à celles qu’ils peuvent prendre juste avant les rapports graveleux comme le Viagra. nnnn5. il existe des contraceptifs à base de plantes en développement qui emploient des médicaments isolés directement des plantes. nn4. La contraception est une question de couple. nn3. La contraception est un problème mondial. nn2. La pilule contraceptive ‘ masculine ‘ n’est pas une blague ! Il fait actuellement l’objet d’essais cliniques chez l’homme en attente de l’approbation de la FDA. nn1. la plupart des couples sont emballés par un menu de possibilités contraceptives sûres que les gentlemens et les femmes peuvent utiliser pour répondre à leur style de vie et à leurs besoins de planification de famille. nn nnL’Initiative contraceptive masculine finance la géolocalisation et est utile pour de ressource pour tout ce qui concerne la contraception masculine. Voyez quelques travaux en cours de développement et découvrez ce que pourrait être la postérité de la contraception.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Pourquoi la contraception masculine : Dr John AmorynLa population internationale dépasse sept 000 000 000 d’habitants, augmente de 60 millions tous les ans et atteindra probablement neuf à 10 000 000 000 en 2050 ( 1 ). La croissance démographique est l’une des majeures causes de la dégradation de l’environnement et de la douleur des humains due à la pauvreté et à la faim ( 2 ). Une grande partie de cette croissance démographique est involontaire. En 2008, 41 % de toutes les grossesses dans les pays n’étaient pas planifiées et vingt pour cent de toutes les grossesses se sont terminées par un avortement, pouvant entrainer 47 000 décès maternels dus à des avortements vraiment pas médicalisés ( 3, 4 ). Aux États-Unis, le taux de grossesses non désirées est de 48 % et 18 % de toutes les grossesses se terminent par un avortement, ce qui représente 1, 1 million d’avortements par an ( 3 ). nnCe taux élevé de grossesses tout bonnement non désirées est dû à une utilisation et/ou un accès inadéquats aux techniques de contraception. L’accès à la contraception réduit énormément la croissance démographique et les taux d’avortement, ce qui se traduit par des améliorations positives de la santé néonatale et maternelle ( 5 ). a part l’atténuation de la croissance démographique internationale, appeler la contraception moderne et à de meilleurs soins de maternité dans les pays entier permet d’éviter 1, 7 million de décès néonatals et 251 000 décès maternels tous les ans ( 5 ). Par conséquent, y a un grand besoin d’un meilleur accès aux contraceptifs , d’une meilleure éducation en terme de contraception et d’un plus grand volume d’options contraceptives, tant aux États-Unis que dans le monde. nnAux États-Unis, 30 % de toute la contraception actuellement pratiquée est dirigée par un garçon, 20 % de tous les paires utilisant des préservatifs et 10 % des couples ayant recours à la vasectomie ( 6 ). Ces deux solutions de contraception masculine exposent des problème technique importants. Les préservatifs, tout en proposant une certaine sécurité contre les infections sexuellement transmissibles, offrent une efficacité contraceptive marginale ( 7 ), et la vasectomie, qui est coûteuse et dur à inverser efficacement, est considérée comme une méthode de contraception masculine irréfragable à plus juste titre ( 8 ). Un contraceptif coté masculin réversible serait bien accueilli par une grande majorité de mecs ( 9, 10 ) et aurait un privilège marqué pour réduire le taux de grossesses non désirées, la croissance non souhaitée de la population et leurs effets. nn———–nnLe Dr John Amory est professeur de médecine à l’Université de Washington, où ses études portent sur le développement de nouvelles formes de contraception masculine. La Dre Amory siège de plus au conseil consultatif de l’Initiative sur la contraception masculine.