• contraception masculine
  • slip contraceptif
  • contraceptif masculin – préservatif customisé

    La contraception masculine – contraception masculine

    Oui, la contraception pour homme existe au-delà du préservatif… et voilà pourquoi vous l’ignoreznLa contraception pour la gent masculine, ce n’est pas que le préservatif. de multiples alternatives subsistent, ont été validées, sont légales… mais si peu connues. nnOn parle beaucoup plus de la contraception comme d’un sujet qui concerne uniquement les individus pourvues d’un utérus, j’ai l’impression. nnDepuis que je suis adolescente, c’est toujours sur moi que porte la responsabilité, pour la raison simple et terriblement tout bonnement non négociable que les problèmes en cas d’échec de contraception seront aussi pour ma pomme. nnCe qui ne veut pas dire que mes partenaires ne s’y sont pas intéressés ou ne se sont pas sentis visés. Mais peu de solutions s’offraient à eux. nnDu moins, nous le croyions. Sauf qu’il s’avère qu’il existe différentes méthodes de contraception pour les hommes, plutôt méconnues. nnLa contraception masculine, c’est… le préservatif ? nSur le site Choisir ma contraception, pourtant officiel, les deux seules techniques de contraception pour hommes énergiques qui sont mentionnées sont la vasectomie ( stérilisation pour les gentlemens ) et le préservatif masculin, tandis que ce même site recense 13 méthodes de contraception effeminées différentes. nnEst également cité la mise à disposition, méthode dite « naturelle » mais qui présente un taux d’échec élevé, de 22%, donc je ne la répertorierai pas dans la liste plus bas. nnLe site public recense 13 méthodes de contraception féminines contre seulement 3 techniques masculines. nnAlors certes, le préservatif, on définit parler partout et tout le temps, et les agences de location le savent puisqu’il permet de se préserver tout bonnement non pas seulement d’une grossesse non souhaitée, et par dessus le marché des Maladies Sexuellement Transmissibles. nMais de la même manière que la pilule tend à occulter les autres méthodes de contraception, le préservatif fait office d’arbre qui cache la forêt. nnnToute allégorie phallique est fortuitennCe qui peut aussi produire un cercle vicieux : les autres méthodes de contraception masculine sont peu connues car peu d’hommes les utilisent… parce qu’ils ne les connaissent pas. Ah. Bah c’est con un peu, non ? nnAllez, voici un tour d’horizon de ce qui existe et de ce qui est en cours d’expérimentation en matière de contraception masculine. nnLes techniques de contraception masculine disponibles en FrancenDisponibles, comme « qu’il est envisageable de se faire prescrire et/ou procurer », parfaitement. Et pour une fois, ce qui suit va sans aucun doute vous surprendre. Car il n’existe pas que le préservatif et la stérilisation auxquels ces messieurs peuvent faire appel pour leur contraception. nnnnEn tout, en France, on recense en réalité 4 méthodes, listées ci-contre. nnLe préservatif, la méthode la plus connuenCelui-là, n’y a plus réellement besoin de le présenter. pour rappel, s’agit donc d’une sécurité sous forme de gaine en latex — ou polyuréthane pour les allergies au latex — qui s’enfile sur le pénis avant toute pénétration. nnEt pas uniquement vaginale, puisque le préservatif coté masculin ( aussi appelé « préservatif extérieur » ) est à l’heure présente la sécurité la plus infaillible contre les Maladies Sexuellement Transmissibles ( avec le préservatif féminin, aussi nommé « préservatif interne » ). nnnnLa vasectomie, la méthode la plus définitivenIl s’agit d’une méthode de contraception dite « faite » car elle a pour objectif de une stérilisation. elle est parfois réversible, comme le précise le site Choisir ma contraception, mais pas systématiquement, bien au contraire comme l’explique ce document du Ministère de la Santé : nn« L’intervention doit être vue comme irréversible. La reperméabilisation des canaux déférents est un acte chirurgical sophisitiqué qui ne permet pas de profiter de la restauration de la fécondité la plus part du temps. »nnEn pratique, l’opération ( courte et sous anesthésie régionale ) touche à bloquer les canaux déférents, qui permettent d’acheminer les spermatozoïdes jusqu’au liquide séminal ( le sperme ). nnnnUn schéma sauvage apparaît ! nnLa contraception masculine hormonale, prêt en France mais peu accessiblenComme l’explique un renseigné du Planning Familial de 2013 : nn« La contraception hormonale masculine reste très confidentielle. nnSeulement deux médecins hospitaliers, la prescrivent en France, malgré un protocole validé par l’OMS et expérimenté sur 1500 depuis quasiment 30 ans. nnLa quasi-totalité des médecins pensent que cette contraception masculine est encore du domaine de la santé de l’expérimentation et qu’elle ne peut être diffusée ou prescrite. »nnDans les faits, elle a pour but de une injection hebdomadaire d’hormones ( pour assouplir, un mixe de progestatif et de testostérone ) et est infaillible au bout de 1 à 3 mois après le début du traitement en raison du fonctionnement hormonal masculin. nnLe Dr. Soufir, médecin à l’hôpital Cochin de paris ( et l’un des deux médecins hospitaliers qui prescrivent cette contraception, l’autre étant le Dr. Mieusset de l’hôpital Paule de Viguier à Toulouse ) revient sur la contraception hormonale masculine dans une vidéo où évoque les pour, les contre, l’organisation et les freins à cette méthode contraceptive. nnnnPour le Dr. Soufir, ce type de contraception ne présente pas de troubles du comportement sexuel, ou d’effets secondaires aussi importants qu’au début de la contraception féminine. nnIl existe en revanche des méfaits : « une petite proportion de gars dans les tentatives de l’OMS qui offrent eu des sensations qu’on considéraient comme indésirables », note le Dr. Soufir : nn« Soit de les éruptions cutanées, soit la peau qui devenait plus grasse, soit de petites modifications à la hauteur sanguin. […]nnLe seul point faible qui a obligé quelques équipes à arrêter le traitement, c’est le développement de évènements d’hypersexualité, c’est-à-dire que le besoin sexuel devenait trop important chez certains . »nnLe médecin propose aussi des indications quant au manque de généralisation de ce type de contraception. Pour lui, le soucis n’est pas tant médical que social. nnLa contraception féminine s’est codée à cause de l’impératif que représente un échec de contraception ( et à l’époque les avortements illégaux, dangereux pour la santé ). Impératif vraiment pas présent chez les hommes. nnLe Dr. Soufir, dénote aussi un « manque d’intérêt » des sociétés pharmaceutiques pour ces méthodes de contraception, pour des raisons qui restent « à déterminer ». nnLa contraception masculine thermique, trop peu accessiblenCette méthode non-hormonale revient à dégrader la spermatogénèse ( c’est-à-dire la constitution de spermatozoïdes ) avec la chaleur. nnLa technique, somme toute assez simple, consiste donc à porter un slip qui remonte les testicules pour qu’ils soient de plus à la chaleur du corps ( 37°C ). nnLa technique se résume à porter un « slip chauffant » en pleine journée. nnPorté uniquement en pleine journée ( 15h par jour ), ce « slip chauffant » fait action ( une fois encore à cause du « cycle » naturel masculin ) au bout d’1 à 3 mois. nCette méthode de contraception est prescrite uniquement à l’hôpital Paule de Viguier de Toulouse. nnLes méthodes de contraception masculine à l’étude dans le mondenToutes les techniques citées plus bas sont donc officielles, autorisées ET disponibles en France, mais sont encore rares et peu proposées ou connues. nnCette question de la contraception masculine a fait l’objet d’un documentaire sur Arte Radio, intitulé Les Bijoux de famille, dans lequel le journaliste Benoît Bories est signe à la première personne autant qu’il documente le sujet ( et c’est très chouette ).

    La contraception masculine – contraception masculine

    Conseil consultatif jeunesse de l’ICMnIntroduction de la directrice générale de l’Initiative contraceptive masculine Heather Vahdat : nnDepuis que j’ai rejoint l’Initiative contraceptive masculine ( ICM ) en 2018, l’un de mes souhaits était d’établir un Conseil consultatif de la jeunesse ( CCJ ). C’est tandis j’ai découvert YTH, un organisme que j’ai aujourd’hui le plaisir d’appeler mes proches collègues, que l’idée a germé pour la première fois. J’ai en direct été impressionné par l’engagement délibéré et tourné vers l’extérieur du YTH envers les jeunes. Il m’est apparu à l’esprit que l’inclusion des perspectives des jeunes dans la recherche géolocalisée, les programmes et les vues en terme de santé sexuelle et génésique devrait être une mode parfaite pour tous les ferments. Dans le cas du MCI, je crois qu’il s’agit d’une pratique essentielle étant donné que les jeunes hommes d’aujourd’hui et leurs partenaires seront les premiers bénéficiaires des techniques contraceptives masculines tout bonnement non hormonales, réversibles et en cours de développement. nnBien que je considérais l’établissement d’un BEA comme la priorité pour MCI, je ne m’attendais à coup sûr pas à ce qu’il se concrétise si rapidement. Cet accomplissement repose fermement entre les mains de Kathryn Carpenter, notre première boursière d’été de l’Université de Caroline du Nord à la Chapel Hill’s Gillings School of Public Health. Kathryn a sans attente adopté l’idée d’un YAB et a été la force motrice pour en faire une réalité. Le croisement des chemins avec Tyrone et Connie semblait être la confirmation de l’Univers que le moment était parvenu et nous voici donc, fiers de présenter le YAB du MCI au monde entier ! Le billet d’introduction du blogue de Kathryn est proposé plus bas. nnPar Kathryn Carpenter, MCI Advocacy Strategist et présidente du conseil consultatif jeunessennEn août, l’Initiative contraceptive masculine ( ICM ) a tenu sa première réunion du Conseil consultatif des jeunes avec les trois premiers membres : Connie Dean, Tyrone Fields et Kathryn Carpenter. nnMCI intensifie ses efforts pour accroître la sensibilisation et le plaidoyer en faveur de dernieres nouvelles méthodes de contraception masculine non hormonale. Le Conseil consultatif de la jeunesse offre l’occasion d’étendre notre portée aux populations plus jeunes, y compris celles des campus collégiaux. Comme toute méthode masculine éventuelle est à 10-15 ans, est primordial d’engager le dialogue avec les jeunes maintenant, de offrir l’information et de recueillir des points de vue pour éclairer les efforts de développement de produits. Le Conseil consultatif de la jeunesse offre l’occasion d’engager les jeunes dans des exercices de plaidoyer et de transmission des connaissances sur la contraception masculine par le biais de leurs réseaux, afin de s’assurer que ceux qui bénéficieront des nouvelles solutions contraceptives masculines sont les plus prêts à les accepter quand ils arrivent sur le marché. nnL’inclusion des jeunes dans les ferments qui les servent est tout bonnement non seulement cruciale à première vue, mais elle se trouve étre par ailleur établie sur des données probantes. elle se trouve être décrite comme un ‘ droit ‘ et une ‘ priorité ‘, et peut inclure à la fois des impressions directs sur les jeunes et des sensations directs sur les institutions au service des jeunes ( Villa-Torres

    La contraception masculine – contraception masculine

    Quel est le rapport entre la contraception et Kevin Bacon ? nComment l’augmentation des options contraceptives masculines peut changer le monde, et nous rappelle Kevin Bacon. nnCherchez-vous à avoir un vrai impact mondial sur la santé, l’environnement, l’équité entre les sexes, l’éducation ou tout autre enjeu auquel nous sommes actuellement confrontés en tant que communauté internationale ? Dans l’affirmative, l’amélioration de la contraception en général et l’accroissement des options contraceptives masculines surtout constituent un recours efficace d’obtenir cet mission. nn…….. nnAprès avoir validé plus d’une décennie à bosser dans le domaine de la contraception et de la santé génésique, je peux dire, sans exagération, que je pense que la contraception peut jouer une fonction dans la résolution de presque tous les problèmes. Je plaisante souvent à ce sujet d’une façon ‘ 6 degrés de contraception ‘, pariant que je peux relier la contraception à tout autre soucis mondial en moins de six étapes à la Kevin Bacon loisir ( véritablement, je peux à coup sûr le faire en trois mais je suis fan de me donner une certaine marge de manœuvre ). Le truc, c’est que je crois VRAIMENT que c’est vrai. nnC’est pour cette raison que je suis perplexe à l’idée qu’à l’ère de la philanthropie moderne, avec des philosophies axées sur le talent stratégique, l’investissement d’impact et l’altruisme efficace, on ne se canalise pas davantage sur le soutien en investigation et au développement en matière de contraception. C’est sans doute parce que certains pensent qu’il existe déjà suffisamment de techniques contraceptives disponibles, ce qui serait facile à imaginer à première vue ; cependant, même la moindre fouille permettra de appréhender que bon nombre des techniques existantes pour les femmes sont entachées d’effets secondaires qui rendent souvent leur utilisation compliqué. de même, il y a les méthodes contraceptives masculines – vous savez, les deux – donc, il y a à coup sûr place à l’amélioration. nnAlors pourquoi a-t-il été si difficile d’avoir le soutien nécessaire à la contraception en général et à la contraception masculine notamment ? Comment pouvons-nous articuler visiblement le besoin et l’impact immédiat que l’amélioration des options contraceptives peut avoir, et l’énorme opportunité d’impact que l’amélioration de l’adoption et de l’observance des contraceptifs peut avoir sur d’une multitude de autres problèmes mondiaux ? nnLes objectifs du développement durable ( ODD ) nnLa première phase pour comprendre des problèmes de grande largeur consiste à élaborer une base et une stratégie communes pour relever les challenges qui se posent. C’est exactement ce que les Objectifs du Millénaire pour le développement ( OMD ) visent à faire. Créés dans le cadre de la Déclaration du Millénaire des Nations Unies réalisée par en 2000, les OMD consistaient en huit domaines cibles qui formaient ‘… un plan approuvé par tous les pays du monde et toutes les principales institutions de développement des personnes ‘ pour répondre aux besoins les plus critiques des populations les plus pauvres du monde d’ici 2015. malgré que nous ayons fait des progrès à proximité de la réalisation des OMD, certains secteurs proposent mieux réussi que certains et y a encore du travail à faire. Ainsi, dans la perspective de 2030, les Objectifs de développement durable ( ODD ) proposent été introduits ; un raffinement et une expansion des ODM qui inclut neuf objectifs supplémentaires avec une plus grande concentration sur les stratégies environnementales également ‘… un exemplaire partagé de paix et de prospérité pour les populations et le monde, désormais et à l’avenir ‘. nnnFigure 2 : Les objectifs de développement durablenSource : Objectifs des Nations Unies en terme de développement durablenL’investissement dans la R

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Une pilule contraceptive masculine a passé les premiers contrôles hommes. Cette percée révolutionnaire dans le domaine de la contraception présente des choix divers pour les gentlemens, ce qui fait s’améliorer vraiment le domaine de la contraception. Cependant, peut-être encore des années avant que la pilule ne soit effectivement mise sur le marché. nnL’une de multiples raisons de ce retard est que les chercheurs ont dû tabler sur le financement d’organismes de bienfaisance et d’universités : les sociétés pharmaceutiques n’ont pas encore vu la possibilité de transformer cette expérience en un médicament grandement employé et rentable. Cela est dû en partie à la croyance grandement répandue que les hommes ne sont pas responsables de la contraception et ne sont donc pas emballés à l’utiliser. Toutefois, les informations empiriques recueillies dans le cadre de nos propres études montrent le différent. nnChanger les perceptionsnChez CitizenMe, nous voulions explorer le thème de la contraception masculine en vue de repérer les attitudes anciennes et comment les hommes et les femmes réagiraient aux nouveaux produits, s’ils étaient disponibles. Nous avons mené deux enquêtes multinationales auprès de femmes et de mecs sur notre plateforme pour savoir ce qu’ils pensaient de cette nouvelle pilule en cours d’élaboration. nnnn nnAudience : Global, Hommes, 16-65 ans ( n=1000 ) nnIl est intéressant de préciser que seulement 20 % des hommes offrent carrément écarté l’idée d’essayer la pilule contraceptive masculine. Les raisons pour celles qui n’étaient pas aussi sûres allaient du désir d’avoir plus d’actualités sur le sujet à l’idée que ce n’est pas assez ‘ coté masculin ‘. Cependant, 59% des mecs étaient d’accord pour dire que les gentlemens et les femmes devraient être également responsables de la contraception. nnnnAudience : Global, Filles, 16-65 ans ( n=999 ) nnDe même, seulement vingt pour cent des femmes proposent indiqué qu’elles ne seraient pas disposées à utiliser la pilule contraceptive masculine comme méthode de contraception. De même, la principale raison de l’hésitation était le désir d’en savoir plus à ce propos. Il est intéressant de noter qu’il y a aussi un pourcentage significatif de filles ( un quart ) qui ne feraient pas confiance à l’homme pour prendre cette pilule. nnNécessité de modifier les normes sexospécifiquesnLa disparité entre le nombre et les variété de possibilités contraceptives effeminées et masculines a un impact beaucoup plus important sur les femmes : nnElle oblige les femmes à assumer la plupart des charges financières et sanitaires liées à la contraception ( visites chez le médecin, achat de la pilule, prescriptions, etc. ). nElle exige des femmes qu’elles assument la responsabilité de la contraception en général et le tension supplémentaire que cela entraîne. Cela réduit l’autorité des mecs en matière de duplication, ce qui améliore la responsabilité des femmes. nParce que les alternatives des femmes en matière de contraception sont effectuées comme une forme d’autonomisation des femmes et d’égalité sociale, les injustices de la situation existante demeurent souvent cachées. Une véritable égalité sociale montre que les femmes et les hommes s’orientent en direction du partage des responsabilités en terme de contraception. Nous croyons que cela pourrait se faire de deux façons : nnDévelopper de nouvelles alternatives contraceptives masculines. C’est ce qu’il y a actuellement, mais les compagnies pharmaceutiques doivent penser qu’il y a un marché pour cela. Ils sont incontournables pour présenter le financement nécessaire à la mise à disposition de ces pièces et pour rajouter de la crédibilité aux campagnes de sensibilisation et d’acceptation. nPour que ces pièces soient vendus et utilisés, il faut aussi qu’il y ait un changement simultané des croyances sur les métiers assumés par les hommes et les femmes. l’étape n° 1 pour faire de la contraception une véritable responsabilité partagée revient à se demander ce que les gentlemens et les femmes des divers pays pensent de cette perspective. Ce n’est qu’en incluant extrêmement les croyances des gens que les mentalités peuvent débuter à changer. nEngager différentes croyances pour une voie potentielnNotre plateforme de recherche anonyme et éthique permet aux gens du monde entier d’exprimer leurs idées sans porter de jugement, ce qui permet une compréhension nuancée des attitudes et des réactions sur différents sujets. nnDans cette étude, nous avons reçu des réponses de l’Inde, des Philippines, du Royaume-Uni, de l’Inde, du Brésil, du Vietnam, des États-Unis, de l’Espagne, , de l’Italie et des Pays-Bas, révélant comment les attitudes envers la pilule changent selon chaque pays. Par exemple, bien que les hommes hindis âgés de 18 à 24 ans aient indiqué que le principal outil vecteur dissuasif pour essayer la pilule masculine était l’absence d’information à ce sujet, ils offrent de plus indiqué que la religion était un problème. Alors qu’au Brésil, les gentlemens du même groupe d’âge sont plus préoccupés par le fait que la contraception est la responsabilité des femmes et pensent que prendre la pilule ne est donc pas assez ‘ coté masculin ‘. nnCes partenariats nous indiquent que les femmes et les hommes paraissent convenir que la responsabilité de la contraception consiste en les deux. Bien qu’il existe différents obstacles culturels et comportementaux à la prise de la pilule dans chaque pays, un problème universel a été identifié : le manque d’information à son sujet. Pour que les contraceptifs masculins soient adoptés, il est important de disposer d’informations précises permettant de dissiper les craintes potentielles. Si cela peut être fait efficacement, y a à coup sûr un large marché potentiel pour les contraceptifs masculins.

    La contraception masculine – contraception masculine

    La contraception masculine au-delà des préservatifs et de la vasectomie : il est grand tempsnDans ce blogue, la directrice générale de MCI, Heather Vahdat, donner ses réflexions sur le besoin de contraception masculine et sur la façon dont le terrain peut accélérer l’introduction de nouvelles solutions masculines. nAu cours de la dernière décennie, j’ai travaillé dans le domaine de la géolocalisation et du développement sur les contraceptifs des femmes et j’ai eu l’occasion d’échanger régulièrement sur les solutions masculines. Les conversations offrent souvent été brèves en raison d’un manque d’appétit pour le financement de ces travaux et de la perception que les hommes n’utiliseront pas la contraception. Beaucoup supposent aussi que quand bien même les gentlemens sont prêts à utiliser la contraception, leurs partenaires ne leur feront pas confiance pour le faire efficacement. Malgré le peu ou l’absence de soutien financier, quelques défenseurs infatigables proposent eu tendance à l’étincelle de garantie qu’offraient les méthodes masculines. Leurs exercices pour maintenir vivante la tchat sur la contraception masculine offrent continué à faire avancer le domaine de la santé lentement mais sûrement. nnEn 2017, alors que je faisais partie d’une équipe de recherche sur la création centrée sur l’homme pour identifier de toutes nouvelles approches de la contraception féminine, la question ‘ Et les hommes ? Ce qui est vraiment avantageux, c’est que cette question émanait de filles et d’hommes de tous âges et de tous statuts relationnels dans les milieux urbains et ruraux du Kenya et de l’Inde, sociétés dans lesquelles le fardeau de la contraception a toujours été imposé à la femme. nnUne introduction rapide : Au-delà des condoms et de la vasectomienAyant récemment fait la transition dans le domaine de la contraception masculine, j’ai eu la chance de me familiariser rapidement avec le secteur de la santé grâce à une série d’événements qui se sont déroulés à un moment inattendu. En plus d’en apprendre surtout sur les activités soutenues directement par MCI, j’ai eu le bonheur d’assister à une réunion annuelle de scientifiques travaillant sur des cibles contraceptives masculines à un niveau très précoce. Peu de temps après, MCI a lancé notre premier appel d’offres visant spécifiquement les produits à un niveau plus avancé, surtout les dispositifs axés sur l’occlusion vasculaire réversible ( comme la vasectomie, seulement moins invasive et réversible ). Ces expositions précoces, associées à une communauté réceptive et solidaire, m’ont permis de me faire rapidement une idée du temps qu’il faudra pour que les nouveaux contraceptifs masculins arrivent sur le marché. nnAlors que je m’impliquais à l’élaboration d’une stratégie pour les challenges en manque terme de MCI, j’ai tenu compte de tout ce que j’ai admis au cours de mes premières semaines comme directeur général de MCI. J’ai créé un calendrier approximatif de développement de produits qui incluait toutes les méthodes masculines que j’ai apprises et j’ai essayé de déterminer les opportunités où MCI peut fournir le soutien le plus efficace. durant ce processus, un thème clair a commencé à émerger, un graphisme qui articule le challenge important du développement de tout nouveau produit tout en reflétant aussi, quelque peu inversement, un sentiment général que j’entends souvent dès que je dis aux gens que le but de MCI est le développement de nouveaux contraceptifs masculins : ‘ Il était temps ‘. nnAccélérer le processusnLe tracé des techniques contraceptives masculines vraiment pas hormonales en cours de développement sur toute la durée de développement du produit révèle sans attente un pipeline déséquilibré. la plus part des produits possibles en sont à la période initiale de découverte avec seulement une poignée de produits, à 100% des appareils occlusifs de vas occlusifs, qui approchent des études scientifiques précliniques permettant l’exécution de la DNR. Le calendrier de développement est complété par la rareté des produits qui déclarent en être à diverses phases des essais cliniques. Cependant, ces tentatives sont menés dans des pays qui ne sont pas gérés par des ferments de réglementation stricts ( ARS ). Cela signifie que la capacité d’employer les informations de ces essais pour appuyer les efforts d’enregistrement internationaux peut se révéler dur. nnCompte tenu de ces défis, la première phase de la multiplication du volume de contraceptifs masculins disponibles consiste à faire s’améliorer plus rapidement les produits au stade précoce : ‘ Il s’agit d’entrainer le temps ‘. nnS’assurer d’une direction clairenEn plus de faire avancer les premières alternatives, j’ai aussi réfléchi à la manière dont nous pourrions faire avancer les choses à partir de l’autre bout du pipeline. Comment pouvons-nous nous préparer aux activités en aval pour nous assurer que les exercices accélérés de développement de produits ne se heurtent pas à un mur au stade préclinique ou clinique ? Étant donné qu’il n’existe que peu ou pas de anciens en matière de navigation dans le cheminement de réglementation des méthodes contraceptives masculines, nous devons débuter dès maintenant à tenir des discussions avec un très large panel d’intervenants pour nous assurer que les étapes à franchir pour avoir l’approbation réglementaire sont claires. Cela pourra garantir que le temps et l’efficacité sont gérés aux DEUX extrémités du spectre du développement, ce qui permettra de provoquer le cheminement : ‘ il s’agit de comprimer efficacement le temps ‘. nnCommuniquer une réaliténNous pouvons créer des techniques contraceptives masculines jusqu’au retour des vaches à la maison, mais à moins que les vaches n’utilisent ces solutions, nous devons de plus travailler en parallèle pour analyser et déterminer le marché et les personnes potentiels. C’est délicat de définir une voie qui n’existe pas encore. En fait, il n’existe même pas de marché grandement équivalente pour la contraception masculine ( c. -à-d. que le marché de la contraception masculine n’est sans l’ombre d’un doute pas analogue à celui de la contraception ). Les techniques masculines, surtout les techniques vraiment pas hormonales, sont susceptibles d’avoir des dispositifs d’action très divers des méthodes féminines. Plus spécialement, les techniques masculines vraiment pas hormonales sont susceptibles d’avoir moins d’effets secondaires, ou parfaitement aucun, parmi ceux que l’on analyse souvent avec la contraception féminine. nnLe concept même de techniques contraceptives masculines, au-delà des préservatifs et de la vasectomie, est encore si étranger qu’il est intangible pour d’une multitude de hommes. Ainsi, un aspect critique de la création d’une étude de marché ne consiste pas seulement à déterminer les caractéristiques potentielles du marché et des personnes des méthodes masculines, mais aussi à amener les hommes et les femmes à installer un monde où il existe plusieurs méthodes contraceptives masculines. Ce cheminement de régulation est particulièrement critique étant donné que les usagers prévus de plusieurs des contraceptifs masculins en développement sont actuellement des nourrissons ! En normalisant la conversation avec les adolescents et les adultes d’aujourd’hui, le concept de contraception masculine sera moins étranger d’ici à ce que les produits actuellement en développement et les premiers personnes atteignent un point d’intersection : ‘ Il est temps de parler de l’accroissement des alternatives contraceptives pour les gentlemens comme une réalité. nnIl est TOUT tempsnNous nous trouvons à un point où quasiment tous les aspects de la discussion sur l’accroissement du nombre de contraceptifs masculins disponibles pour les gentlemens et leurs partenaires sont liés à une certaine forme de reconnaissance du temps. malgré que le concept de temps change selon l’aspect causé, la réponse à de multiples interrogations sur le ‘ comment ‘ et le ‘ pourquoi ‘ de l’augmentation des solutions contraceptives masculines est cohérente. Cependant, nulle part ailleurs la réponse n’est plus robuste qu’en réponse à la question fondamentale : ‘ Pourquoi devrions-nous investir dans le développement de solutions contraceptives masculines ? ‘

    La contraception masculine – contraception masculine

    L’an dernier, le contraceptif coté masculin injecté a fait l’objet d’essais très réussis qui offrent divulguer qu’il était infaillible à 96 % pour prévenir la grossesse parmi les 320 femmes qui l’ont exploité sur une période d’une année. C’est en réalité plus efficiente que les contraceptifs répandu comme les préservatifs féminins, les diaphragmes et les capuchons. nnL’essai clinique de ce contraceptif coté masculin a été interrompu car 20 des mecs ont trouvé les impressions secondaires de l’injection insupportables. Cependant, comme beaucoup de meufs l’ont souligné, ces sensations secondaires sont les mêmes que ceux que les femmes doivent éprouver lorsqu’elles prennent des contraceptifs oraux comme la pilule. nnL’arrêt prématuré de cet essai réussi et prometteur pour ces raisons nous amène à nous interroger sur le rôle des préjugés sexistes dans le contrôle des naissances : pourquoi les femmes ont-elles dû faire face à des impressions secondaires potentiellement débilitants des années sans autre recherche pour les atténuer ? La douleur masculine est-elle prise plus au sérieux que la affliction féminine ? de nombreuses personnes proposent autant fait valoir que les femmes assument injustement le fardeau de la contraception et que la réaction défavorable à la d’une contraception masculine en est la preuve. nnLes candidats à la littérature anglaise voudront peut-être se demander si les représentations de la souffrance féminine dans la littérature comme étant ‘ irrationnelle ‘ proposent contribué aux idées sexuées de la affliction et de la souffrance dans la société en général. Les candidats en médecine et en sciences biomédicales pouvaient expertiser les résultats des tentatives de contraception sur des femmes depuis les années 1960. Pour les élèves intéressés par l’HSPS, l’archéologie et l’anthropologie, ou l’histoire, il peut être obligatoire de faire une lecture plus large des biais de la géolocalisation scientifique et des façons dont les découvertes scientifiques ont souvent contribué à légitimer des constructions sociales.

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Le passé récent et la postérité prochen ‘ Où vous voyez-vous dans cinq ans ? ‘ nCette question est souvent posée lors des entretiens d’embauche, et c’est un bon moyen d’évaluer l’investissement futur d’une personne. Il a été dit à beaucoup de reprises que le contrôle des naissances chez l’homme était à 5 ans lors des 20 recentes années. malheureusement, ce n’est pas très loin de la sérénité. Une combinaison de éléments, y compris une absence d’intérêt de la part des principaux collaborateurs pharmaceutiques, des infos erronées sur l’acceptabilité des contraceptifs masculins et une absence de financement de le moteur de recherche interne a créé un scénario dans lequel il existe de nombreuses voies grandement ouvertes pour réaliser des contraceptifs masculins, mais personne pour les suivre. il existe une absence évident d’investissement dans la contraception masculine, malgré les possibilités connus et évidents. nnPrenons, par exemple, un article récent du Journal of the American Medical Association, JAMA. L’article accentue la réticence des fabricants de médicaments à vous immerger leurs pieds dans les pays de la contraception masculine. Leur réticence s’explique en grande partie par le fait que les méthodes contraceptives féminines énergiques et bon marché sont omniprésentes sur le marché. Avec une base aussi crédible, ils ne considèrent pas les nouveaux contraceptifs comme des blockbusters potentiels. nnDe plus, il est difficile de mettre sur le marché des contraceptifs pour hommes. nnnLa ‘ vallée de la mort ‘ est une période risquée de l’élaboration d’un médicament où de beaucoup de médicaments échouent avant même d’être soumis à des essais cliniques. il y a peu de chances que les constructeurs de médicaments poussent les candidats dans cette ‘ vallée ‘ à moins qu’ils ne puissent être raisonnablement certains de retirer leur argent. nnLorsque l’on associe ces préoccupations à la perception du public selon laquelle les gentlemens ne sont pas disposés à prendre des contraceptifs, une tendance à la réticence mal informée se fabrique. Aujourd’hui, cette réticence persiste malgré le fait qu’une étude neuve d’Ipsos conseille que 88 % des Américains estiment que les hommes et les femmes ont une responsabilité égale en matière de contraception et que 65 % des hommes seraient prêts à utiliser une méthode hormonale de contraception, si elle existait. nnEt la désinformation ne s’arrête pas aux constructeurs de médicaments. Le grand public a entendu parler de la recherche interne sur le contrôle des naissances chez les gentlemens, et cela ne s’est pas bien passé. La nouvelle de l’annulation d’une étude a fait la une des journaux, et l’histoire sexuée de la contraception a incité de beaucoup de membres du public à passer rapidement à l’offensive. Des organisations comme la nôtre existent pour mettre en avant les contraceptifs masculins et offrir la vérité sur l’acceptabilité, mais ces idées fausses peuvent être omniprésentes. nnEt que faisons-nous pour remédier au manque d’incitation ? nNous guidons les personnes sur des chemins ouverts. Plus précisément, nous essayons de combler le fossé qui sépare la ‘ vallée de la mort ‘ en finançant la recherche au stade précoce. Le premier candidat-médicament peut susciter l’attention des fabricants de médicaments, qui sont aujourd’hui incités à tenter la contraception masculine. Nous menons autant nos propres analyses de marché pour savoir quelles caractéristiques de contraceptifs masculins sont nécessaires pour compléter. Ces connaissances sont publiées et éclairent nos décisions de financement. Ces données de marketing servent autant à illustrer l’envie d’options contraceptives masculines. nnAlors, où nous voyons-nous dans cinq ans ? nnnNous nous imaginons mettre fin à ce dicton de plusieurs années – que le contrôle des naissances chez l’homme est dans 5 ans. Nous diversifions les variété de recherche qui sont financés. Et notre conseil de conseillers s’assure que la recherche interne que nous finançons a les meilleures chances de réussir. Nous insistons aussi pour que les alternatives prospectives soient incluses dans la couverture des soins de santé, faisaint attention à à ce que le contrôle des naissances et la contraception masculine dans leur ensemble demeurent une partie de la conversation nationale. Les choses sont plus près qu’elles ne l’ont jamais été, et aujourd’hui une organisation comme MCI existe pour faciliter à combler cet écart final. nnHeureusement, ce n’est pas la fin de notre travail succès. Grâce à nos enquêtes de marketing et d’acceptabilité, nous savons que les besoins des mecs en terme de contraception sont aussi divers que les hommes eux-mêmes. Même dans cinq, dix ou vingt ans, nous poursuivrons nos efforts. Notre travail consiste à nous assurer que de nouvelles possibilités sont toujours à l’étude. Éventuellement, ces alternatives répondront aux besoins du plus grand nombre d’utilisateurs possible. nnC’est une longue partie . nEt cela nous oblige à faire le point sur la situation dans son ensemble. Il est difficile de appréhender pourquoi une zone aussi attirant dans le secteur de la mise au point de médicaments a suscité si peu d’utilité. En évaluant de diverses avenues, nous avons la meilleure chance de servir le public. Nous avons la meilleure chance de faire du contrôle des naissances une conversation à laquelle tout le monde participe.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Un bilan de la situation courante en matière de contraceptifs masculinsnLes contraceptifs masculins sûrs et efficaces continuent d’échapper au grand public, mais aussi avec plusieurs nouvelles options en cours de recherche, il peut s’écouler de nombreuses années avant que les gentlemens aient accès à la contraception dans le confort du cabinet de leur médecin. Entre-temps, les médecins et les spécialistes travaillent d’arrache-pied pour donner aux les moyens de prendre en charge leur santé sexuelle et leurs contraceptifs. nn ‘ Le concept de contraception hormonale masculine n’est et même plus difficile et même plus risqué que la contraception pour les femmes. Idéalement, un homme et une femme se sentiraient également investis dans la prévention d’une grossesse tout bonnement non planifiée, mais ce n’est pas ainsi que cela marche. les femmes sont beaucoup plus motivées à utiliser la contraception car les problèmes des grossesses sont beaucoup plus importantes pour elles ‘, dit Lauren Streicher, MD, professeure clinicienne agrégée d’obstétrique et de gynécologie à l’École de médecine Feinberg de la Northwestern University. Pour diverses raisons, la géolocalisation sur le contrôle des naissances chez les hommes avance à un rythme différent et avec un secours différente de celle des analyses chez les femmes, mais cela ne veut pas dire que les spécialistes ne sont pas encore enrolés dans cette cause. nnRecherches récentesnL’effort le plus récent et le plus médiatisé pour créer le contrôle des naissances chez les hommes a été un essai clinique de recherche en octobre 2016. L’essai a vérifié l’efficacité d’un contraceptif hormonal injectable pour chez 320 personnes en excellente forme âgés de 18 à quarante cinq ans dont le volume de spermatozoïdes était normal. La recherche a montré des résultats encourageants en limitant le volume de spermatozoïdes et en prévenant les grossesses chez toutes les participantes sauf quatre, et 75 % d’entre elles offrent indiqué qu’elles pourraient être disposées à utiliser la méthode contraceptive après la fin de l’essai. ( On a signalé par la suite que trois des 4 grossesses proposent eu lieu au stade de l’induction de l’étude avant que l’agent contraceptif ne soit complètement efficace ). nnMalgré les différents commentaires prometteurs, l’essai lui-même a été interrompu par un comité indépendant d’examen de l’innocuité affilié à l’Organisation internationale de la santé qui a déterminé que les risques – notamment les cas signalés d’infertilité, l’incapacité de revenir à un taux normal de sperme et la mort dans un établissement – étaient supérieurs à ceux de le moteur de recherche interne. Et s’il est vrai que 20 offrent abandonné l’étude en raison d’effets secondaires typiques de la contraception ( libido, douleurs musculaires, acné, migraines, dépression et sautes d’humeur ), ces effets secondaires et ces abandons n’ont eu qu’une incidence minimale sur la décision du comité de sécurité. Les abandons sont tout à fait normaux dans les études scientifiques cliniques. Le comité de sécurité s’inquiétait surtout du grand nombre d’hommes ( 63 sur 65 ) d’un site d’étude qui offrent signalé de nouveaux symptômes de dépression. nnLa fin abrupte de ce procès peut sembler décourageante, mais les spécialistes sont toujours en faveur des options masculines. L’équipe à la base du contraceptif hormonal injectable réexaminera sa recherche – une nouvelle fois, pour ajuster et l’optimisation ne sont pas inhabituels pour les essais cliniques de période II – tandis que d’autres groupes explorent différentes possibilités. nnUne de ces options à l’horizon s’appelle Vasalgel et est un hydrogel qui est injecté dans le canal déférent. ( Le canal déférent est le tube du système reproducteur masculin qui transfère le sperme et c’est ce qui est coupé une vasectomie. ) Le gel est injecté lors d’une intervention rapide en consultation externe dans le cabinet d’un médecin et créerait une barrière de givre semi-perméable qui bloquerait le sperme tout en n’ayant aucun action sur la utilisation sexuelle. Les impressions secondaires sont minimes. nnRISUG ( Reversible Inhibition of Sperm Under Guidance ) est un contraceptif identique à Vasalgel et il est plus près du marché. RISUG est étroitement surveillé par la FDA et fait actuellement l’objet d’essais cliniques avancés qui ne sont accessibles qu’aux locaux en Inde, tandis que l’équipe derrière Vasalgel se prépare pour ses premières études cliniques. Comme Vasalgel, RISUG est un composé injectable qui bloque le sperme du canal déférent. Il est efficace quasiment très vite et peut être inversé avec un antidote injectable. ( Les scientifiques de Vasalgel testent le’rinçage’ du givre surtout qu’un antidote. ) RISUG fait l’objet d’un contrôle depuis 15 ans et les rapports indiquent qu’il est très efficiente. nnProtection pour l’instantnIl pourrait s’écouler des années avant que l’une ou l’autre de ces possibilités n’arrive sur le marché et dans le cabinet de votre médecin et jusque-là, il demeure deux alternatives majeures pour les gentlemens : les condoms et les vasectomies. Les préservatifs sont recommandés à tous les gentlemens sexuellement actifs, surtout ceux dont le mode de vie peut les exposer à un risque accru de maladies sexuellement transmissibles. La vasectomie est plus clairement acceptée chez les hommes de 50 ans et plus, avec près de 500 000 qui se font ‘ stopper ‘ tous les ans aux États-Unis. contrairement à la croyance moderne, la vasectomie n’affecte pas la utilisation sexuelle de l’homme et peut prendre jusqu’à trois mois pour être efficace. Il n’est cependant pas sans contraintes. nn ‘ L’inversion de la vasectomie est très cher et ne marche pas toujours, alors est decisif de prévoir cette option comme une dernière ‘, dit Nelson Bennett, MD, urologue au Northwestern Medical Group. ‘ Parce qu’il est difficile de l’inverser, les vasectomies sont en général considérées par les paires qui offrent fini d’avoir des enfants. ‘ nnLa solution intermédiaire – les hommes qui offrent des relations hétérosexuelles engagées à long terme qui, avec leur partenaire, ne souhaitent plus utiliser de préservatifs mais qui n’en sont pas au stade de la vie pour subir une vasectomie – est par conséquent exactement celle qui peut bénéficier des options contraceptives masculines dans le développement. Le besoin est réel. nnEt bien que la Dre Streicher ne s’attende pas à ce que le nombre d’options de contraception pour les hommes change de sitôt, elle conseille les femmes sur les changements possibles au mandat en terme de contraception de la Loi sur les soins abordables et sur la manière dont les plans minceur couvrent le coût du contraceptif. nnUne relation solide et une communication ouverte avec votre médecin peuvent aider les gentlemens et les femmes à maintenir leur santé sexuelle et à utiliser les techniques contraceptives à leur disposition. Bien qu’il n’y ait pas d’option pour les hommes à égalité avec la pilule, les bagues ou les DIU, les gentlemens peuvent quand même être des personnes actifs et responsables dès que l’objectif est la contraception.