• contraception masculine
  • slip contraceptif
  • contraceptif masculin – vasectomie definitif ou pas

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Un contraceptif coté masculin enfin efficace ! nnAprès des années d’échecs et de promesses tout bonnement non habits, le premier contraceptif coté masculin hormonal semble à portée de main. Un institut de recherche australien vient de prouver l’efficacité de son produit en situation réelle sur 55 paires suivis pendant plus d’1 année. Si demain ce traitement est commercialisé, seriez-vous prêt à l’adopter ? nnSommairenUne pilule infaillible à 100 % ? nDerniers contrôles avant déclanchement ? nQuelle sera la place de ce nouveau contraceptif ? nAlors qu’en décembre 2002, deux grands laboratoires Schering Plough et Organon se lançaient dans la course à la pilule pour hommes, la surprise vient finalement fin 2003 d’un institut de recherche australien. nnUne pilule efficace à 100 % ? nDes scientifiques australiens de l’Institut de Recherche Anzac proposent présenté avoir mis au point un contraceptif masculin efficace et réversible. Depuis des années, la mise au point d’une pilule pour homme se heurte à deux problèmes majeurs : nn Les particularités reproductrices de l’homme : Alors qu’une femme produit un ovule par mois et cesse d’être fertile à la ménopause, l’homme conçoit 30 centaines de milliers de spermatozoïdes par jour et reste ‘ de couleur verte ‘ toute sa vie ;n La dualité du fonctionnement reproducteur masculin : Dans les testicules sont formés les spermatozoïdes mais aussi la testostérone, hormone masculine responsable des caractéristiques viriles : pilosité, morphologie, etc. nContraceptif masculinnPour arreter la formation des spermatozoïdes sans pour autant féminiser les patients, les chercheurs australiens offrent mis au point une ingénieuse combinaison. Un implant qui se doit d’être évolué tous les 4 mois, fabriquées avec l’hormone sexuelle masculine, la testostérone et une injection trimestrielle de progestérone DMPA, hormone utilisée dans la pilule pour femme. Le traitement empêche notre esprit de dynamiser la création de sperme. Moins contraignant qu’une pilule de tous les jours ( dont l’élaboration reste hypothétique ), ce processus devait ensuite être vérifié sur un nombre suffisant de cobayes. nnDerniers contrôles avant lancement ? n55 paires australiens proposent reçu ce traitement tous les trois ou 4 mois afin de arreter la création de spermatozoïde pendant plus d’une année. Durant ces 12 mois, chaque couple ne devait utiliser que ce processus comme moyen contraceptif. De précédentes études avaient pu l’arrêt de la fabrication de sperme, mais il s’agit de la première expérience en situation réelle. Résultat : aucune grossesse n’a été enregistrée et ce procédé s’est avéré réversible. Quelques mois après l’arrêt du traitement, tout rentrait dans l’ordre. nn ‘ Cela est la première étape vers un article final comportant de la testostérone et de la progestérone qui pourra aisément être administré par le médecin tous les trois ou quatre mois, sans altérer la santé sexuelle ‘ déclare le professeur Handelsman, directeur des analyses. Très enthousiaste, qualifie l’étude de capitale car c’est selon lui, la première pouvant rapidement désobstruer sur une conception industrielle. ‘ En tant que chercheurs, nous avons fait autant que possible. C’est désormais au tour des compagnies de mettre au point un produit acceptable et pratique. Nous avons prouvé qu’un tel développement est envisageable ‘ déclare le Pr. Handelsman. nnPlaynUnmutenRemaining Time -2 : 02nFullscreennQuelle sera l’importance de ce nouveau contraceptif ? nCes retombées apparaissent très encourageants, néanmoins les sensations de ce nouveau dispositif devront être jugés sur la longue durée et sur un plus grand volume de gars. Une trop grande quantité de testostérone pourrait avoir des problèmes fâcheuses sur le développement de cancers hormono-dépendants. De précédentes recherches avaient du revoir leurs ambitions à la diminution au moyen de certains sensations secondaires ( baisse du bon cholestérol ) 2. Pour sur les différentes études scientifiques sur le développement d’une pilule contraceptive pour la gent masculine, reportez-vous aux autres articles en fin d’article. nnAu-delà de la prouesse scientifique, on est actuellement en droit de se demander quelle place un tel traitement pourrait-il avoir dans la contraception d’un couple. On peut penser que plus il y a de solutions disponibles, plus le couple a de probabilités de trouver la méthode qui lui convient le mieux. ‘ S’il n’existe pas de solution magique pour la vie, cette méthode peut être utilisée quand la femme ne peut pas ( ou ne veut pas ) utiliser de contraceptif ou lorsqu’elle veut privilégier l’allaitement sans prendre d’hormones ou d’autres contraceptifs ‘ peut-on parcourir sur le site de l’institut de recherche. Cette méthode peut aussi être assimilée à une vasectomie réversible. Autre avantage, une fois l’injection trimestrielle réalisée, vous êtes tranquilles pour trois mois tout en conjurant de craindre d’oublier un jour une pilule… nnSupportant seules depuis 30 ans le risque de grossesse, les femmes vont-elles voir d’un bon oeil l’arrivée de ce nouveau dispositif ? Selon une enquête mondiale 3 portant sur une ‘ pilule masculine ‘, seules 2 % des 2 000 femmes interrogées déclaraient qu’elles ne feraient pas confiance en terme de contraception à leur partenaire et une très large majorité estimaient qu’une telle nouveauté est une bonne idée. nnPar ailleurs, les gentlemens seraient-ils emballés par un tel processus ? Une étude 4 mondiale conduite à Edimbourg, Hong-Kong, Shangai et Cape Town, estimait qu’une majorité de mecs était prêt à franchir le pas ( entre 43 et 84 % selon la ville ). Aux etats-unis, 66 % déclaraient vouloir l’essayer 5 en cas de mise sur le marché. Mais ces résultats concernent des pays où la gent masculine intervient déjà sur sa fertilité à l’aide de la vasectomie. Relativement répandue dans les pays anglophones, cette pratique confidentielle reste en France assimilée à une ‘ intervention mutilante ‘. Comment réagiraient les Français à l’arrivée sur le marché d’un contraceptif à leur volonté ? Donner votre avis sur nos cercles d’entraides ! nnRappelons pour terminer que comme les contraceptifs des femmes, ce nouveau produit ne protégera pas contre les infections sexuellement transmissibles. La seule protection efficiente reste le préservatif, alors sortez couverts ! n

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Rapport d’enquête sur les perspectives en matière de contraception chez les hommesnCe billet est affiche par Kathryn Carpenter, boursière du MCI et étudiante à le contrôle en santé publique de l’Université de Caroline du Nord – Gillings School of Global Public Health. nnMCI mène des enquêtes pour nous aider à comprendre les perceptions des utilisateurs potentiels de contraceptifs masculins. La collecte de ces points de vue nous aide, en tant qu’organisation, à appréhender ce que les testeurs potentiels recherchent et comment les gens perçoivent la contraception masculine. nnUne étude récente des témoignages des parties prenantes et des usagers potentiels de la contraception masculine nous a donné un aperçu de ce que les personnes interrogées recherchent dans les méthodes potentielles et de la manière dont les dernieres nouvelles méthodes affecteraient la dynamique entre les sexes et les relations et la durée reproductive. Nous partageons maintenant certaines des principales conclusions de cette enquête. nnMéthodesnnAu moment de l’étude, y avait 244 répondants au sondage, qui a été distribué par l’entremise du bulletin de MCI et du listserv de la Fondation Parsemus. bon volume de étaient des usagers possibles ( 75 %, sans l’ombre d’un doute des hommes ) et des partenaires d’utilisateurs potentiels ( 7 %, sans aucun doute des femmes ). la plupart des autres répondants étaient des gens opérant dans le secteur : en R-D, dans la sphère universitaire et dans le financement. malgré que les répondants représentaient tous les continents du monde, la plupart venaient d’Amérique du Nord et d’Europe ( 64 % et 27 %, respectivement ). nnMale Birth Control User Perspectives : Principales constatationsnnLa grande majorité des gens veulent plus d’options de contraception masculine. nLes répondants veulent des caractéristiques spécifiques dans les dernieres nouvelles techniques. nIl existe des méthodes familières, et les gens expriment une attente spécialisé pour ces méthodes. nLes personnes interrogées pensent que les hommes devraient être aussi ou plus impliqués que les femmes dans la planification familiale. nDifférentes organisations doivent s’impliquer pour rendre les contraceptifs masculins plus disponibles, la participation des organisations de santé et de soins de santé est cruciale, et d’autant plus de financement et de recherche sont nécessaires. nAvoir plus d’options contraceptives masculines favoriserait les relations et l’égalité des sexes, exigerait des mecs qu’ils assument surtout de responsabilités et aiderait les gentlemens à avoir plus d’autonomie en terme de duplication. nLe digital, la publicité et l’éducation sont importants pour aider les gens à appréhender la contraception masculine. nParmi les répondants, il y a un désir clair pour plus de méthodes de contraception masculine : 97% des répondants disent qu’il y a une envie pour une contraception masculine supplémentaire. Les répondants pensent de plus que les hommes devraient être impliqués dans la planification familiale : 96% des répondants pensent que les gentlemens devraient être aussi impliqués que les femmes dans la planification familiale ou plus impliqués que les femmes dans la planification familiale ( 85% pensent que les hommes et les femmes devraient être impliqués aussi, alors que 11% pensent que les gentlemens devraient jouer une responsabilité moteur ). nnnLes quatre principaux thèmes identifiés dans cette enquête sont les suivants : nnCaractéristiques spécifiques d’une méthode potentielle que les répondants désirent. Les répondantes proposent des idées précises sur les types de contraception qui leur conviennent et sur les attributs qu’elles espèrent ou dont elles auraient besoin pour utiliser une méthode particulière. ‘ Peu hors de prix, non hormonal, réversible… ‘ nnRelations et égalité entre les sexes. Les répondants reconnaissent que les femmes offrent beaucoup plus d’options qu’elles et qu’elles veulent alléger le fardeau des femmes en général ou d’une dame notamment ( p. ex., leur partenaire ) ou le partager avec elles. ‘ J’aimerais pouvoir assumer le fardeau de la contraception pour mon cérémonie afin que ma femme n’ait pas à endurer toutes les solutions difficiles et inconfortables qu’elle a essayées. ‘ nnAutonomie, contrôle et responsabilité en terme de duplication. Les personnes interrogées veulent l’autonomie en matière de procréation et affirment que les gentlemens devraient être en mesure d’assumer davantage de responsabilités en terme de contraception. ‘ Ma vision est que chacun ait la possibilité d’être pleinement responsable de sa fertilité. ‘ nnMéthodes nommées ( Vasalgel, RISUG ou vasectomie temporaire/réversible ). Les répondants reconnaissent certaines solutions plus que certains et expriment celles qu’ils veulent, bien qu’ils paraissent souvent ne pas savoir visiblement pourquoi leur méthode préférée n’est pas disponible. ‘ J’espère que Vasagel[sic] deviendra réalité. ‘ nnnComment les personnes interrogées pensent-elles que nous pouvons faire de la contraception masculine une réalité ? nnLes répondants affirment que la disponibilité d’une méthode est cruciale, et qu’il faut aussi éduquation, diffuser l’information et faire du digital. Ils pensent que les hommes et les femmes doivent tous les deux être inclus dans la conversation sur la contraception masculine, et qu’il est essentiel d’accroître le financement, la recherche interne et les contrôles. nnQue fait MCI ? nnNous sommes de votre avis avec les répondants pour dire que nous avons besoin de solutions disponibles ! Nous finançons des chercheurs qui mettent au point des solutions contraceptives masculines, et nous catalysons également les conversations autour de l’élargissement des alternatives de contraception pour . Nous l’amenons sur le marché et nous nous promettons que le marché est prêt à l’accueillir. Restez enrolés avec nous et sur ce que nous oeuvrons via notre site internet Web et nos canaux de médias sociaux : Twitter, Instagram, LinkedIn, Soundcloud, YouTube et Snapchat.

    La contraception masculine – contraception masculine

    présentez contraception avec votre partenaire : Quelles sont les options ? nCe billet de site web invité est de Jack Burke, un défenseur en ligne de la santé mentale, et sexuelle des mecs. Il croit que le sentier vers le vrai bien-être commence et se termine par des soins personnels. nnTout le monde sait que la clé d’une relation réussie est la communication. Parler ouvertement et honnêtement à votre partenaire de vos opinions et de vos préférences sur tous les discussions est la meilleure manière de concevoir une liaison étroit et solide. C’est particulièrement vrai lorsqu’il s’agit de porno, mais la conversation est plus importante que les positions et préférences favorites. Une partie de la conversation qui est si souvent négligée est celle sur la contraception ; quelles sont les techniques les plus confortables, efficaces et favorites ? Trop souvent, on présume que l’homme vêtira simplement un condom ou que la femme prendra la pilule contraceptive. Quelles sont les options véritables et quels sont les avantages et les inconvénients de chacune ? nnPréservatifsnnLes préservatifs ont toujours été la forme de contraception la plus courante chez les gentlemens. Cela est dû au fait qu’ils sont grandement disponibles et, pour la plupart, rentables. Le manque moderne de possibilités différentes dans le secteur de la contraception masculine a forcé les préservatifs à être appréhendés comme le choix ‘ à faire ‘. Avec le temps, cette attitude a amené les gentlemens à imaginer que les préservatifs sont aussi bons que la contraception masculine ne peut l’être, ce qui est évidemment faux. nnLes sociétés de préservatifs afficheront beaucoup un taux de réussite de 98 %, mais si l’on tient compte de l’utilisation abusive et d’autres erreurs, le taux moyen tombe à 115 %. Si vous et votre partenaire choisissez d’utiliser des préservatifs, assurez-vous de les utiliser correctement pour éviter les grossesses vraiment pas désirées et les MST. nnLes préservatifs internes ( de plus nommés préservatifs féminins ) sont de plus une option, mais ils ont un taux de succès inférieur à celui des préservatifs masculins. Elles requièrent aussi souvent un ajustement, une lubrification supplémentaire et parfois une réinsertion, ce qui peut interrompre les rapports sexuels pour vous et votre partenaire. nnN’importe où entre 1% et 6% des Américains souffrent d’une allergie au latex, qui pour une femme pourrait faire la passion avec un préservatif très désagréable, mais aussi créer des problèmes de santé. Une sensibilité au latex peut ne se manifester qu’après des expositions répétées, alors soyez attentif à toute irritation que vous pourriez ressentir après avoir employé des condoms. bien que les préservatifs soient une pratique familière pour les rapports sexy protégés, il est capital de parler ouvertement tout bonnement non seulement des atouts, mais également des risques qui accompagnent leur utilisation en tant que couple. nnContraception oralennLes pilules contraceptives pour dames font souvent la manchette en 2019, étant injustement politisées d’un côté ou de l’autre. Parce qu’on en parle beaucoup, on peut facilement supposer que la majorité des femmes prennent actuellement ‘ la pilule ‘, mais ce n’est pas du tout le cas. Selon le Guttermacher Institute, seulement vingt cinq, neuf % des femmes utilisent la contraception orale, tandis qu’une autre enquête neuve a divulguer que 70 % des femmes ont déclaré avoir cessé de prendre la pilule ou avoir envisagé de l’arrêter au cours des trois recentes années. nnAu dire de tous, la pilule est infaillible à presque 100 %, lorsqu’elle est utilisée convenablement, mais cela ne veut pas dire que les femmes doivent se tracasser pour que leurs ordonnances soient exécutées en valent vraiment la peine. Certaines marques favorites de contraception orale ne sont pas couvertes par certains régimes . Et même lorsqu’elles sont disponibles, les pilules contraceptives proposent leurs sensations secondaires communs ; il est par conséquent important que les femmes trouvent celle qui leur convient le mieux. nnActuellement, n’y a pas d’options contraceptives orales pour les hommes, ce que nous trouvons inacceptable. bien que la géolocalisation soit en cours depuis un laps de temps déjà, a fallu agir pour que toute solution viable soit mise en marché. avant que cette option soit prêt dans le commerce, assurez-vous que la femme avec qui vous êtes est à l’aise avec la contraception et qu’elle est au courant de tout action secondaire possible. nnChirurgiennQuand on y pense, est assez choquant de remarquer que l’une des formes les plus courantes de contraception, tant pour les gentlemens que pour les femmes, est la chirurgie. La demande d’une méthode contraceptive crédible est si forte que nous demeurons prêts à faire modifier notre corps chirurgicalement pour l’obtenir. Cela ne devrait pas être le cas, et pourtant la ligature des trompes est la seconde forme de contraception féminine la plus populaire aux États-Unis. La vasectomie, bien qu’elle soit vue comme une intervention beaucoup plus certaine, plus rapide et moins invasive, est beaucoup moins classique. Pourtant, plus de 500 000 tous les ans choisissent encore de opérer. nnBien qu’une vasectomie soit considérée comme une intervention chirurgicale mineure, elle n’est pas sans danger. Des études scientifiques antérieures offrent établi une liaison statistique entre les personnes ayant subi une vasectomie et les gentlemens qui développent un cancer de la prostate plus tard dans leur vie. de plus, bien qu’une vasectomie n’affecte pas physiquement votre libido, les sensations psychologiques envisageables de l’opération peuvent parfois déclencher une dysfonction érectile. Même après une vasectomie, la stérilisation permanente n’est pas garantie, ce qui est à coup sûr problématique. nnToute intervention chirurgicale est une décision qui ne doit pas être prise à la légère. Vous et votre partenaire devriez en discuter amplement ( et avec un professionnel ) pour vous assurer que vous réalisez ce qui est le mieux pour vous deux. nnL’avenir de la contraceptionnnComme vous pouvez le constater, aucune de ces alternatives n’est parfaite ; elles ont toutes leurs possibilités et leurs contraintes. Un jour viendra où nous pourrons nous vanter d’avoir un contraceptif sûr, vraiment pas hormonal et réversible pour les gentlemens, qui nous permettra d’élargir cette conversation au-delà de ce que nous savons actuellement. Augmenter le nombre de méthodes contraceptives à l’avenir offrira aux paires un plus grand éventail d’options et vous permettra, à vous et à votre partenaire, de prendre la décision la plus pertinente et la plus sûre pour votre santé et votre relation. nnContraceptionContraceptionMâle Contraception

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Aujourd’hui, les femmes femmes sont équipés d’une grande variété de techniques contraceptives, y compris les pilules quotidiennes, les implants, les DIU et autres. Cependant, il n’existe toujours pas de méthode contraceptive équivalente pour les gentlemens, qui se sont toujours limités au retrait, aux préservatifs et à la stérilisation, ce qui impose le fardeau de la prévention de la grossesse aux femmes. nnUne étude neuve, coparrainée par les Nations Unies et publiée dans le Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism, visait à changer cette situation en testant l’innocuité et l’efficacité d’un nouveau contraceptif pour hommes. Il s’agissait d’une étude clinique de période II touchant à 320 en bonne santé. On a injecté aux une combinaison de testostérone et de noréthistérone – un dérivé d’une hormone féminine que l’on trouve dans de nombreuses pilules contraceptives – dans l’espoir que la testostérone supplémentaire enverrait un signal au cerveau pour stopper la fabrication de testostérone à cause des niveaux déjà suffisants. Par conséquent, la création de sperme diminuerait aussi énormément, ce qui rendrait les gentlemens temporairement stériles. nnLes premiers retombées étaient très prometteurs et suggéraient que le médicament était très efficiente. Le contraceptif a été infaillible à 96 % pour prévenir la grossesse chez les partenaires monogames des mecs, et après que les hommes offrent cessé de recevoir des injections, la plupart proposent recommencé à partir les spermatozoïdes fertiles en 26 semaines environ. Toutefois, les hommes ont signalé un certain nombre d’effets secondaires négatifs qui offrent été jugés trop pour continuer l’essai. Les sensations secondaires négatifs signalés par les participants comprenaient l’acné, une hausse de la libido, des problèmes émotionnels, des douleurs au point d’injection et des douleurs sur les tissus musculaires. Un homme a souffert de dépression important et un autre a tenté de se suicider, bien qu’il ait ensuite été est établi que cela n’avait aucun rapport avec l’étude. Plusieurs hommes proposent abandonné l’étude plus rapidement et, après, deux comités indépendants proposent décidé d’abréger l’étude. nnCela a suscité une rangée de controverses, car les femmes ont fait noter que bon nombre des effets secondaires signalés étaient semblables ou moins dangeureux que les sensations secondaires de multiples alternatives contraceptives effeminées déjà sur le marché. Cependant, dans le but de comprendre si ces effets étaient sérieusement mineurs ou vraiment pas, il est essentiel de les comparer objectivement avec les informations disponibles sur l’utilisation des contraceptifs des femmes. nnLe contraceptif a été infaillible à 96 % pour prévenir la grossesse chez les partenaires monogames des mecs, et après que les hommes ont cessé de recevoir des injections, la plupart ont recommencé à compter les spermatozoïdes fertiles en 26 semaines en moyenne. Dans l’essai sur la contraception masculine, 4, 7 % des mecs proposent connu des sautes d’humeur et 2, 8 %, une dépression. En revanche, lors de l’utilisation d’un DIU, approuvé par la FDA en 2015, 5, 2 % des femmes ont signalé des sautes d’humeur et 5, 4 % des cas de dépression. En plus de ces impressions secondaires, les femmes ont autant éprouvé des douleurs abdominales, des kystes ovariens, des maladies de tête, de l’acné et des saignements menstruels abondants. Les DIU peuvent aussi, dans de peu communs cas, causer une septicémie ou transpercer l’utérus. De même, les pilules contraceptives hormonales sont connues depuis longtemps pour créer des maladies de tête, des nausées, des crampes, des infections à levures, des sautes d’humeur et un gain de poids. Plus récemment, une étude de plus d’un million de filles, publiée dans JAMA Psychiatry, a révélé que les femmes qui utilisaient des contraceptifs hormonaux lecteurs étaient 23 % plus susceptibles de se voir prescrire des antidépresseurs. nnAinsi, il semble que les contraceptifs des femmes approuvés par la FDA actuellement sur le marché offrent des impressions secondaires qui sont tout aussi , sinon pires, que ceux subis par les patientes pendant l’essai de contraception masculine injectable. Mais étant donné qu’il n’y a pas en urgence pour les compagnies pharmaceutiques à créer des contraceptifs masculins, le secteur se contente d’attendre que des méthodes de contraception sûres et énergiques soient développées. a l’heure actuelle, une méthode tout bonnement non hormonale très prometteuse est à l’étude, appelée Vasalgel, un givre polymère injecté dans les canaux déférents de l’homme. Le canal déférent est un tube serré qui transfère le sperme. Le polymère forme une barrière physique et empêche le passage des spermatozoïdes dans le canal déférent. Cette approche prometteuse est réversible puisqu’une seconde injection peut répandre ce polymère, ce qui rétablit efficacement l’écoulement du sperme, et pourrait être un premier pas vers l’évacuation d’une partie du fardeau de la prévention de la grossesse chez les femmes. Une pilule contraceptive masculine, en revanche, n’est à tous les coups pas encore prête avant des années.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Qu’est-ce que la prostate ? nQu’est-ce que la prostate ? nLa prostate fait partie du fonctionnement reproducteur masculin. La prostate est une glande de la dimension d’une noix se trouvant entre la vessie masculine et le pénis. La prostate est juste devant le rectum. L’urètre traverse le centre de la prostate, de la vessie au pénis. nnLa prostate sécrète un liquide qui nourrit et le sperme. Le fluide laiteux produit par la prostate – le liquide prostatique – représente environ 30 % du liquide total éjaculé ( le reste étant du sperme et du liquide venant des vésicules séminales ). nnLe fluide prostatique protège les spermatozoïdes en les aidant à vivre plus longtemps et à être d’avantage mobiles. Il contient une multitude d’ingrédients, y compris des enzymes, du zinc et de l’acide citrique. L’une des enzymes du liquide prostatique est l’antigène spécifique de la prostate ( PSA ). Après l’éjaculation, le PSA rend le sperme plus épais, aidant les spermatozoïdes à le traverser plus facilement, accuentant leurs probabilités de féconder un ovule avec succès. nnPendant l’éjaculation, la prostate comprime le fluide prostatique dans l’urètre et est expulsée avec le sperme comme partie du sperme. C’est un élément clé de la réplication masculine. il existe de nombreuses possibilités d’interrompre le processus de développement du liquide prostatique et de voyage qui peuvent être optimisées pour le contrôle des naissances et la contraception masculine.

    La contraception masculine – contraception masculine

    L’an dernier, le contraceptif coté masculin injecté a fait l’objet d’essais très réussis qui proposent révélé qu’il était efficiente à 96 % pour prévenir la grossesse parmi les 320 femmes qui l’ont exploité sur une période d’un an. C’est en réalité plus efficace que les contraceptifs aimé comme les préservatifs des femmes, les diaphragmes et les capuchons. nnL’essai clinique de ce contraceptif coté masculin a été interrompu car 20 des hommes proposent trouvé les effets secondaires de l’injection insupportables. Cependant, comme beaucoup de filles l’ont souligné, ces sensations secondaires sont les mêmes que ceux que les femmes doivent encaisser lorsqu’elles prennent des contraceptifs oraux comme la pilule. nnL’arrêt prématuré de cet essai et prometteur pour ces raisons nous amène à nous interroger sur le rôle des préjugés sexistes dans le contrôle des naissances : pourquoi les femmes ont-elles dû faire face à des sensations secondaires potentiellement débilitants des années sans autre recherche pour les ? La souffrance masculine est-elle prise plus au sérieux que la affliction ? de nombreuses personnes proposent de plus fait valoir que les femmes assument injustement le fardeau de la contraception et que la réaction secondaire à la d’une contraception masculine en est la preuve. nnLes candidats à la littérature anglaise voudront sans doute se demander si les représentations de la souffrance dans la littérature comme étant ‘ irrationnelle ‘ ont contribué aux idées sexuées de la souffrance et de la souffrance dans la société en général. Les candidats en médecine et en sciences biomédicales pouvaient regarder les résultats des tentatives de contraception sur des femmes depuis les années 1960. Pour les étudiants intéressés par l’HSPS, l’archéologie et l’anthropologie, ou l’histoire, peut être obligatoire de faire une lecture plus large des biais de la recherche interne scientifique et des méthodes dont les découvertes scientifiques ont souvent contribué à légitimer des constructions sociales.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Le passé récent et la postérité prochen ‘ Où vous voyez-vous dans cinq ans ? ‘ nCette question est souvent posée lors des entretiens d’embauche, et c’est un bon moyen d’évaluer l’investissement futur d’une personne. Il a été dit à plusieurs reprises que le contrôle des naissances chez l’homme était à 5 ans au cours des 20 dernières années. malheureusement, ce n’est pas très loin de la vérité. Une combinaison de facteurs, y compris un manque d’utilité de la part des principaux acteurs pharmaceutiques, des informations erronées sur l’acceptabilité des contraceptifs masculins et une absence de financement de le moteur de recherche interne a créé un scénario dans lequel il existe de multiples voies grandement ouvertes pour réaliser des contraceptifs masculins, mais personne pour les suivre. il existe une absence évident d’investissement dans la contraception masculine, malgré les avantages connus et évidents. nnPrenons, par exemple, un produit récent du Journal of the American Medical Association, JAMA. L’article accentue la réticence des fabricants de médicaments à vous immerger leurs pieds dans le monde de la contraception masculine. Leur réticence s’explique en grande partie par le fait que les solutions contraceptives féminines énergiques et bon marché sont omniprésentes sur le marché. Avec une base aussi crédible, ils ne considèrent pas les nouveaux contraceptifs comme des blockbusters possibles. nnDe plus, est difficile de mettre sur le marché des contraceptifs pour . nnnLa ‘ vallée de la mort ‘ est une période risquée de la mise au point d’un médicament où de nombreux médicaments échouent avant même d’être soumis à des tentatives cliniques. il est peu probable que les fabricants de médicaments poussent les candidats dans cette ‘ vallée ‘ à moins qu’ils ne puissent être raisonnablement certains de récupérer leur argent. nnLorsque l’on associe ces préoccupations à la perception du public selon laquelle les hommes ne sont pas disposés à prendre des contraceptifs, une tendance à la réticence mal informée se fabrique. Aujourd’hui, cette réticence persiste malgré le fait qu’une étude récente d’Ipsos oriente vers que 88 % des Américains estiment que les gentlemens et les femmes offrent une responsabilité égale en terme de contraception et que 65 % des mecs pourraient être prêts à utiliser une méthode hormonale de contraception, si elle existait. nnEt la désinformation ne se stoppe pas aux constructeurs de médicaments. Le grand public a entendu parler de le moteur de recherche interne sur le contrôle des naissances chez les gentlemens, et cela ne s’est pas bien passé. La nouvelle de l’annulation d’une étude a fait la une des journaux, et l’histoire sexuée de la contraception a incité d’une multitude de membres du public à passer rapidement à l’offensive. Des organisations comme la nôtre existent pour promouvoir les contraceptifs masculins et donner la vérité sur l’acceptabilité, mais ces idées fausses peuvent être omniprésentes. nnEt que faisons-nous pour remédier au manque d’incitation ? nNous guidons les personnes sur des chemins ouverts. Plus précisément, nous essayons de combler le fossé qui sépare la ‘ vallée de la mort ‘ en finançant la recherche géolocalisée au stade précoce. Le premier candidat-médicament réussi peut susciter l’attention des fabricants de médicaments, qui sont désormais incités à essayer la contraception masculine. Nous menons autant nos propres études scientifiques de marché pour savoir quelles qualités de contraceptifs masculins sont nécessaires pour réussir. Ces connaissances sont publiées et éclairent nos décisions de financement. Ces données de marketing servent autant à illustrer le désir d’options contraceptives masculines. nnAlors, où nous voyons-nous dans cinq ans ? nnnNous nous imaginons mettre fin à ce dicton de plusieurs années – que le contrôle des naissances chez l’homme est dans 5 ans. Nous diversifions les genres de recherche qui sont financés. Et notre conseil de téléconseillers s’assure que la recherche interne que nous finançons a les meilleures probabilités de compléter. Nous insistons également pour que les alternatives prospectives soient incluses dans la couverture des soins de santé, faisaint attention à à ce que le contrôle des naissances et la contraception masculine dans leur ensemble restent une partie de la conversation nationale. Les choses sont plus près qu’elles ne l’ont jamais été, et dorénavant une organisation comme MCI existe pour aider à combler cet écart terminal. nnHeureusement, ce n’est pas la fin de notre travail succès. Grâce à nos enquêtes de marketing et d’acceptabilité, nous savons que les besoins des hommes en matière de contraception sont aussi différents que les hommes eux-mêmes. Même dans cinq, dix ou vingt ans, nous poursuivrons nos exercices. Notre travail revient à nous assurer que de toutes nouvelles alternatives sont toujours à l’étude. Éventuellement, ces options répondront aux besoins du plus grand nombre d’utilisateurs possible. nnC’est une longue partie . nEt cela nous oblige à faire le point sur la situation dans son ensemble. Il est compliqué de appréhender pourquoi une zone aussi attrayant dans le secteur de la mise au point de médicaments a suscité si peu d’utilité. En évaluant de multiples avenues, nous avons la meilleure chance de servir le public. Nous avons la meilleure chance de faire du contrôle des naissances une conversation à laquelle tout le monde participe.

    La contraception masculine – contraception masculine

    À la recherche géolocalisée de Katharine McCormicknVous êtes-vous déjà demandé pourquoi la pilule contraceptive existe ? nnNaturellement, y avait de grands spécialistes derrière la pilule. Des personnes comme John Rock et Gregory Pincus avaient d’air et les compétences spécialistes pour y parvenir. Et il y avait Margaret Sanger qui a rassemblé tout le monde. Sanger était en quelque sorte un porte-parole et un expert du réseautage. nnLes personnes intelligentes ayant de merveilleuses idées dans le secteur de la technologie contraceptive offrent rarement été en volume insuffisant. Toutefois, ce qui fait défaut, c’est le soutien philanthropique. La mise au point de médicaments coûte très cher. nnLe développement d’un médicament n’a rien à voir avec les autres inventions. Dans le cas d’un médicament, vous devez prouver que votre idée fonctionne, et ensuite vous travaillez sur ce qu’on nomme un composé principal. Il s’agit d’une version du médicament qui est plus sélective et qui ne fait que ( ou surtout ) ce que vous souhaitez qu’il fasse. ensuite, vous soumettez le médicament à des contrôles toxicologiques pour vous assurer qu’il ne fait de mal à personne. nnAprès tous ces tests, dont une partie sur les rongeurs, et ensuite sur les primates, faut faire des contrôles sur les hommes. Il comprend trois phases au cours desquelles les expérimentateurs affinent le dosage approprié et testent progressivement des échantillons de personnes de plus en plus importants. tout cela se fait dans le cadre d’une réglementation stricte qui exige des personnes hautement qualifiées. Au bas de l’échelle des coûts, il s’agit de plusieurs dizaines de millions de dollars. nnMaintenant, prenez tout ce coût et toute cette complexité, et stigmatisez-les avec le fait que votre drogue aide les gens à avoir des relations sexuelles sans avoir d’enfants. C’est la barrière que Katharine McCormick a surmontée lorsqu’elle a financé seule la pilule. Katharine McCormick. C’est elle qu’il faut remercier. nnTout en remerciant McCormick pour la pilule, vous pouvez aussi la remercier pour les développements ultérieurs qui offrent découlé du succès de la pilule. Ces développements sont des approches comme Nexplanon, l’Ortho Evra Patch, Nuva Ring, et Depo-Provera. Si la pilule n’avait pas été financée au moment où elle l’a été, tout le monde devinerait combien de années nous aurions attendu pour tout cela. nnnnMcCormick, comme vous pouvez l’imaginer, avait un passé intéressant. Entre 1937 et 1947, elle a récupéré de sa mère, et ensuite de son mari, une abondance considérable, plusieurs millions de dollars. Elle était également pertinente, l’une des premières femmes à obtenir un diplôme en sciences du MIT. la durée que McCormick rencontre Sanger, elle était déjà à votre aise de donner. Elle avait fait un pouvoir à la Harvard Medical School et financé un dortoir pour dames au MIT, permettant ainsi à un plus grand nombre de filles d’accéder à des domaines scientifiques. McCormick a de plus participé activement au mouvement pour le droit de vote des femmes. Elle a occupé plusieurs postes d’officier pour le National American Woman Suffrage et ultérieurement pour la League of Women Voters. nnMcCormick est décédée sept ans après l’approbation de la pilule par la FDA en 1960, après avoir vécu dans les années pour voir son succès. Mais la contraception pour les femmes n’était pas l’unique chose à laquelle elle pensait. McCormick a financé les travaux de Gregory Pincus en 1957, s’approchant explicitement pour la contraception masculine. Elle a franchement estimé la valeur des possibilités contraceptives plus énergiques pour les gentlemens aux côtés des femmes. , l’approche hormonale de Pincus a suivi les progestatifs employés, ce qui s’est avéré trop compliqué à l’époque. Les alternatives de Pincus étaient limitées puisque les approches non hormonales développées aujourd’hui n’avaient pas encore été inventées. nnMcCormick a réussi dans son rêve de permettre aux femmes de faire examiner leur fertilité. Mais 50 ans après le financement initial de la recherche sur la contraception masculine, rien ne s’est passé. Et comme tous ceux qui accompagnent notre travail au MCI le savent, ce n’est pas par manque de solutions possibles. nnOù est notre Catherine McCormick d’aujourd’hui ? nnLe suspect le plus possible, Bill Gates, n’est plus là. Il n’a montré aucun intérêt pour la contraception masculine jusqu’à . Mais la liste des super riches s’étend au-delà de Gates, et le récapitulatif n’est pas courte. nnIl est clair que la société bénéficierait d’un meilleur contraceptif coté masculin. Mais quel peut être l’attrait pour quelqu’un qui a connu un grand succès financier ? Ceux qui ont accumulé une grande abondance offrent une diversité inimaginable de choix. L’un d’entre eux choisit d’avoir un impact fabuleux sur le monde qui les entoure. nnÎle Rang Yai, Philippines ( 160 M$ ) nÎle Rang Yai, Philippines ( 160 M$ ) nnIl y a des méthodes plus satisfaisantes de dépenser une fortune que de collectionner des yachts et des avions à réaction, ou même une île ou deux. Imaginez plutôt que vous entriez dans l’histoire comme la personne qui a évolué le statu quo en matière de contraception. Imaginez que vous avez la responsabilité de conseiller des milliards de personnes à mieux prévoir leur famille et leur futur. Vous allégeriez le fardeau contraceptif unilatéral supporté par les femmes. Simultanément, vous donneriez aux hommes les moyens de mieux contrôler leur propre fertilité. nnLes grandes sociétés pharmaceutiques craignent les responsabilités liées à l’élaboration de médicaments pour les personnes en bonne santé. Ils ne sont pas intéressés. Mais il y a des compagnies pharmaceutiques sans but lucratif qui, avec un financement adéquat, sont en mesure de faire passer les alternatives des chercheurs du laboratoire au marché. Par exemple, Medicines 360 a fait ses arguments tout bonnement non seulement en lançant un nouveau DIU sur le marché, mais aussi en le rendant abordable. nnAvec le bon financement, y a une route certaine. nnLa mise au point d’un nouveau contraceptif masculin ferait à tous les coups plus qu’offrir une nouvelle méthode pour les hommes. Tout comme la pilule, elle déclencherait sans aucun doute d’autres progrès dans le secteur de la contraception, ce qui mènerait à des alternatives d’autant plus énergiques. Pensez à un patch mâle ou à une méthode qui réduit toute erreur d’utilisation comme un dispositif implantaire. nnC’est un monde passionnant qu’il faut prévoir – un monde visiblement meilleur. Pour l’instant, on ne sait pas qui devra être la prochaine Katharine McCormick. Mais qui que soit cet individu, elle aura un héritage durable.