• contraception masculine
  • slip contraceptif
  • contraceptif masculin injection – éviter une grossesse non désirée

    La contraception masculine – contraception masculine

    Plus de 50 ans après l’arrivée de la pilule contraceptive, les hommes ne disposent toujours que de deux moyens contraceptifs : le préservatif et la vasectomie. Voici un tour d’horizon des pistes actuellement à l’étude. nnAlors que les femmes disposent aujourd’hui d’un arsenal de moyens contraceptifs énergiques pour contrôler leur fertilité, les hommes, eux, se trouvent bien démunis. Ils peuvent soit opter pour le préservatif, soit la vasectomie, une méthode de stérilisation qui reste encore assez peu utilisée en France. Mais ni l’une et même l’autre de ces possibilités n’est idéale. Le préservatif, infaillible dans seulement 85% des cas, est souvent crédité comme contraignant et il peut provoquer des allergies. Quant à la vasectomie, son principal désavantage est de ne pas toujours être réversible. Mieux vaut donc être sûr de sa décision car elle peut s’avérer faite. Du côté des solutions dites «naturelles», il est possible de citer la mise à disposition ( ou coït interrompu ), mais celle-là est loin d’être crédible. Résultat, la contraception est avant tout une affaire de meufs. nnPasser en dessous du million de spermatozoïdesnAlors comment expliquer que, plus de cinquante ans après l’arrivée de la pilule, il n’existe pas encore d’équivalent masculin prêt ? Un premier élément de solution repose sur les différences biologiques entre l’équipement génital des mecs et celui des femmes. «La spermatogenèse, c’est-à-dire la conception de spermatozoïdes, est un processus permanent qu’il est plus compliqué de prévenir de façon réversible que le relargage d’un ovule une fois par mois», explique le Dr Vincent Hupertan, médecin urologue et sexologue en libéral. nnLe but est d’avoir un éjaculat fabriquées avec moins d’un million de spermatozoïdes par millilitre, contre 15 à 150 centaines de milliers en temps normal. nnDepuis les années 1970, la communauté scientifique rivalise toutefois d’ingiénosité pour contourner cet obstacle. Le but est de bénéficier de un éjaculat contenant moins d’un million de spermatozoïdes par millilitre, contre 15 à 150 millions en temps normal. En dessous de ce niveau, on considère que le risque de grossesse vraiment pas exigée est très près de zéro. Autre détail important : ce phénomène doit bien sûr être réversible. Pour se faire, plusieurs leviers peuvent être actionnés. «Il s’agit soit de barrer la voie aux spermatozoïdes — c’est ce que l’on fait déjà avec le préservatif et la vasectomie —, soit d’empêcher ou de réduire fortement la réalisation de spermatozoïdes par direction hormonale ou thermique, ou bien de dénaturer les spermatozoïdes dans l’idée de les rendre inopérants», illustre le Pr Éric Huyghe, médecin urologue et andrologue au CHU de Toulouse. nn» LIRE AUSSI – Quelles contraceptions dans le futur ? nnParalyser les spermatozoïdesnC’est cette dernière solution qu’ont choisie des spécialistes américains, dont les travaux ont été publiés le 19 avril dans la revue scientifique Plos One. On y fait connaître que les chercheurs sont parvenus à bloquer la mobilité des spermatozoïdes de 4 macaques rhésus grâce à l’injection d’un constitué nommé EP055. Et par là, à rendre les spermatozoïdes incapables d’obtenir l’ovule si l’occasion se montrait. par ailleurs, les spermatozoïdes des primates proposent retrouvé leur possibilité de mouvement initiale dix-huit jours après l’injection. d’un autre côté, aucun effet indésirable à court et long terme n’a été observé. Reste à savoir si cette méthode donnerait d’aussi bons retombées chez l’homme. nn«La contraception non-hormonale permettrait d’éviter d’éventuels méfaits liés au bouleversement hormonal»nnPr Éric Huyghe, médecin urologue et andrologue au CHU de Toulousenn«La contraception non-hormonale, c’est-à-dire le fait de viser les spermatozoïdes sans perturber les hormones qui contrôlent leur conception, est la piste qui séduit le plus les chercheurs, indique le Pr Éric Huyghe. Notamment parce qu’elle permettrait d’éviter d’éventuels méfaits liés au bouleversement hormonal». Bien des brèches allant dans ce sens proposent été ouvertes… Et immédiatement refermées, principalement à cause d’effets indésirables. nnPour le moment, seule une méthode de contraception non-hormonale a été testée chez l’homme, sans succès. «Il s’agit d’une molécule capable de bloquer la synthèse de vitamine A à la hauteur des testicules, explique le Pr Éric Huyghe. Cette vitamine est indispensable à la fabrication des spermatozoïdes». Les premiers essais cliniques proposent eu lieu dans les années 1960. Mais ils proposent par la suite été abandonnés, à cause de la survenue d’importants effets indésirables liés à la consommation concomitante d’alcool. Depuis, des chercheurs proposent repris le flambeau et cherchent actuellement à mettre au point une molécule plus certaine. nn» LIRE AUSSI – Le givre contraceptif injectable pour n’est pas pour demain…nnJouer sur la testostérone pour empêcher la conception des spermatozoïdesnMais c’est à tous les coups du côté des techniques hormonales que les tentatives cliniques sont les plus prolifiques. Depuis le début des années 1990, 8 études majeures proposent en effet été menées sur près de 2700 volontaires. Et pour chacune d’elles, le base est le même : administrer sous la forme d’injections ou d’applications de crèmes fabriquées avec des hormones qui vont induire une diminution de la concentration de testostérone dans les testicules. Or sans testostérone, pas de spermatozoïdes. nnBon volume de ces études, si elles proposent abouti à des retombées satisfaisants, offrent pourtant dû être abandonnées pour diverses raisons : manque d’efficacité, méfaits, peur des problèmes sur le long terme ( surtout pour la prostate, le foie et le comportement ). «La testostérone, c’est l’hormone de la vie, accentue le Dr Vincent Hupertan. Elle diminue le taux de cholestérol néfaste, augmente le bon cholestérol, a une action protectrice en fonction des maladies cardiovasculaires et se conduit à la hauteur de l’humeur. Jouer avec peut exposer les hommes à de risques. »nn«La testostérone rétréci le taux de mauvais cholestérol, a une action protectrice vis-à-vis des maladies cardiovasculaires (… ). Jouer avec peut exposer à de risques»nnDr Vincent Hupertan, médecin urologue et sexologuennÀ l’heure existante, deux grandes voies sont encore à l’étude : la Nestorone et la diméthandrolone undécanoate ( DMAU ). La première est un givre composé de d’hormones qu’il faut appliquer de manière journalière sur l’épiderme. Testé en deux mille douze six mois, ce gel a permis de faire passer la concentration en spermatozoïdes en dessous du niveau de fertilité chez 88% des 56 participants. Une nouvelle étude à laquelle doivent participer 400 couples résidant dans 6 pays doit commencer en 2018. Quant à la DMAU — équivalent coté masculin de la pilule —, elle vient tout juste d’être testée sur 100 hommes. Les conclusions, récemment présentées au congrès annuel de la compagnie d’endocrinologie, sont encourageantes selon les chercheurs, bien que des méfaits se soient manifestés ( prise de poids, diminution du «bon» cholestérol ). nn» LIRE AUSSI – La pilule masculine contraceptive existe-t-elle ? nnLa contraception masculine, une affaire avec vos équipements sanitaires ? nEt si la réponse à ce dilemme insolvable était mécanique, et tout bonnement non biologique ? C’est le pari fait par l’Inde où des équipes de recherche planchent depuis le début des années 1990 sur une méthode de contraception occlusive. Le base est simple : empêcher les spermatozoïdes de sortir en leur bouchant la voie. nnLe procédé indien, nommé RISUG ( pour «reversible inhibition of sperme under guidance» ), revient à introduire dans les deux canaux déférents — tuyaux reliant les testicules à la prostate — un givre formant une barrière semi-perméable. Les spermatozoïdes, trop volumineux pour passer au travers, se trouvent alors bloqués et finissent par être recyclés par l’instance. outre le fait que ce traitement ne modifie en rien l’éjaculation, des études menées sur l’animal ont prouvé qu’il était réversible en quelques mois, grâce à l’injection d’un produit visant à dissoudre le givre. Chez l’homme, les informations manquent pour pouvoir avancer avec confirmation une telle allégation. Un essai clinique de phase 3 est en cours et devrait apporter de nouveaux composants dans les années à . nnnLa France à la traînenEn France, la recherche interne en matière de contraception masculine est au point mort. L’unique initiative, codée depuis les années 1980, est hébergée au CHU de Toulouse. Il s’agit du slip contraceptif, aussi nommé «slip chauffant». Expérimenté par une centaine de personnes depuis 2010, sous le contrôle du Dr Roger Mieusset, le slip plaque les testicules contre le corps, ce qui permet de faire passer leur bouillonnement de 34°C à 37°C. Or la conception de spermatozoïdes ne peut se faire outre 35°C. nn«Il ne faut pas chauffer le slip plus de 15 heures par jour, indique au Figaro le Dr Mieusset, andrologue au CHU de Toulouse et coinventeur du dessous. Sur tous les couples que je suis depuis 5 ans, il n’y a pas eu de grossesse vraiment pas exigée. Et cela n’influe pas sur l’érection». Selon le médecin, la fertilité revient dans les 6 mois après l’arrêt du port du slip, et est garantie jusqu’à 4 ans après le début du traitement. Pour le moment, ce dispositif n’est pas avoué par les autorités sanitaires et très peu d’études sont disponibles. «Nous n’avons pas eu de financement pour réaliser des essais cliniques en France, mais je compte bien publier une étude», conseille le Dr Mieusset, qui vient d’achever son quinzième prototype. nnAvec 80 millions de grossesses non désirées tous les ans dans le monde selon l’OMS, le développement de moyens de contraception masculine est, au même titre que l’accès à la contraception féminine, un enjeu majeur. Sanitaire, et par dessus le marché économique, puisque le marché est estimé entre 40 et 200 milliards de dollars par an, selon une étude publiée en 2012. Mais obligé remarquer que pour l’heure, la perspective d’avoir à disposition une méthode rapidement efficiente, facile d’accès, sans méfaits et surtout réversible est encore assez lointaine. Seule technique qui s’approche de cet idéal, la vasectomie, qui consiste à ligaturer les canaux par lesquels sortent les spermatozoïdes. Boudée par les Français, elle a déjà été sélectionnée par plus de 50 centaines de milliers d’hommes dans le monde.

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Rapport d’enquête sur les perspectives en terme de contraception chez les hommesnCe billet est note par Kathryn Carpenter, boursière du MCI et étudiante à la gestion en santé publique de l’Université de Caroline du Nord – Gillings School of Global Public Health. nnMCI mène des enquêtes pour nous aider à appréhender les perceptions des usagers possibles de contraceptifs masculins. La collecte de ces points de vue nous aide, en tant qu’organisation, à appréhender ce que les consommateurs possibles recherchent et comment les gens perçoivent la contraception masculine. nnUne étude récente des points de vue des parties prenantes et des personnes possibles de la contraception masculine nous a donné un aperçu de ce que les personnes interrogées recherchent dans les méthodes potentielles et de la manière dont les toutes nouvelles techniques affecteraient la dynamique entre les sexes et les relations et l’autonomie reproductive. Nous partageons maintenant quelques-unes des majeures conclusions de cette enquête. nnMéthodesnnAu moment de l’étude, y avait 244 répondants au sondage, qui a été distribué par l’entremise du bulletin de MCI et du listserv de la Fondation Parsemus. la plupart étaient des utilisateurs possibles ( 75 %, sans aucun doute des mecs ) et des partenaires d’utilisateurs potentiels ( 7 %, probablement des femmes ). la plupart des autres répondants étaient des personnes opérant dans le domaine : en R-D, dans la sphère universitaire et dans le financement. malgré que les répondants représentaient tous les continents des gens, la plupart venaient d’Amérique du Nord et d’Europe ( 64 % et 27 %, respectivement ). nnMale Birth Control User Perspectives : Principales constatationsnnLa grande majorité des personnes veulent plus d’options de contraception masculine. nLes répondants veulent des spécificités spécifiques dans les dernieres nouvelles techniques. nIl existe des techniques familières, et les personnes expriment une attente spécialisé pour ces méthodes. nLes personnes interrogées pensent que les gentlemens devraient être aussi ou plus impliqués que les femmes dans la planification de famille. nDifférentes organisations doivent s’impliquer pour rendre les contraceptifs masculins plus disponibles, la participation des organisations de santé et de soins de santé est importante, et encore plus de financement et de recherche sont nécessaires. nAvoir plus de possibilités contraceptives masculines favoriserait les relations et l’égalité des sexes, exigerait des mecs qu’ils assument davantage de responsabilités et aiderait les hommes à avoir plus d’autonomie en matière de reproduction. nLe marketing, la publicité et l’éducation sont importants afin d’accompagner les personnes à comprendre la contraception masculine. nParmi les répondants, y a un désir clair pour plus de solutions de contraception masculine : 97% des répondants disent qu’il y a un besoin pour une contraception masculine supplémentaire. Les répondants pensent de plus que les gentlemens devraient être impliqués dans la planification familiale : 96% des répondants pensent que les hommes devraient être aussi impliqués que les femmes dans la planification de famille ou plus impliqués que les femmes dans la planification familiale ( 85% pensent que les hommes et les femmes devraient être impliqués autant, tandis que 11% pensent que les hommes devraient jouer une responsabilité moteur ). nnnLes quatre principaux sujets identifiés dans cette enquête sont les suivants : nnCaractéristiques spécifiques d’une méthode éventuelle que les répondants souhaitent. Les répondantes ont des idées précises sur les variété de contraception qui leur conviennent et sur les attributs qu’elles espèrent ou dont elles auraient besoin pour utiliser une méthode spécifique. ‘ Peu coûteux, non hormonal, réversible… ‘ nnRelations et égalité entre les sexes. Les répondants reconnaissent que les femmes offrent beaucoup plus de possibilités qu’elles et qu’elles veulent alléger le fardeau des femmes en général ou d’une demoiselle notamment ( p. ex., leur partenaire ) ou le partager avec elles. ‘ J’aimerais pouvoir assumer le fardeau de la contraception pour mon mariage dans le but ma femme n’ait pas à encaisser toutes les solutions difficiles et inconfortables qu’elle a essayées. ‘ nnAutonomie, contrôle et responsabilité en terme de reproduction. Les personnes interrogées veulent l’autonomie en terme de procréation et affirment que les hommes devraient être en mesure d’assumer d’autant plus de responsabilités en matière de contraception. ‘ Ma vision est que chacun ait la possibilité d’être pleinement responsable de sa fertilité. ‘ nnMéthodes nommées ( Vasalgel, RISUG ou vasectomie temporaire/réversible ). Les répondants reconnaissent certaines techniques plus que d’autres et expriment celles qu’ils veulent, bien qu’ils paraissent souvent ne pas savoir franchement pourquoi leur méthode préférée n’est pas disponible. ‘ J’espère que Vasagel[sic] deviendra réalité. ‘ nnnComment les personnes interrogées pensent-elles que nous pouvons faire de la contraception masculine une réalité ? nnLes répondants affirment que la disponibilité d’une méthode est cruciale, et qu’il faut aussi éduquer, diffuser l’information et faire du digital. Ils pensent que les gentlemens et les femmes doivent tous les deux être inclus dans la conversation sur la contraception masculine, et qu’il est capital d’accroître le financement, la géolocalisation et les contrôles. nnQue fait MCI ? nnNous sommes en accord avec les répondants pour dire que nous avons besoin de solutions disponibles ! Nous finançons des chercheurs qui mettent au point des solutions contraceptives masculines, et nous catalysons autant les conversations autour de l’élargissement des options de contraception pour . Nous l’amenons sur le marché et nous nous promettons que le marché est prêt à l’accueillir. Restez embauchés avec nous et sur ce que nous travaillons avec notre site Web et nos canaux de réseaux sociaux : Twitter, Instagram, LinkedIn, Soundcloud, YouTube et Snapchat.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Conversation avec le Dr Wei Yan, détenteur d’une subvention de l’ITMnLe Dr Wei Yan est professeur à l’Université du Nevada, à la Reno Foundation et directeur des laboratoires de génomique unicellulaire et d’édition du génome à l’Université du Nevada, Reno School of Medicine. Son laboratoire travaille sur la génétique et l’épigénétique de la gamétogenèse et la contribution épigénétique des gamètes à la fécondation, au développement embryonnaire précoce et à la santé à l’âge adulte. Le Dr Yan a publié plus de 130 articles de recherche et chapitres de livres évalués par des pairs, avec plus de 6 800 citations ( de l’année d’avril 2019 ). Il est récipiendaire du Prix du jeune chercheur de la Society for the Study of Reproduction ( SSR ) en 2009, du Prix du jeune andrologue de l’American Society of Andrology ( ASA ) en deux mille douze, du Prix du super héros des soins de santé du Nevada en recherche et technique en de l’année 2013, du Prix du chercheur innégalé Reno de l’Université du Nevada en 2017 et du Prix de recherche SSR 2018. En mai 2016, le Dr Yan a été nommé professeur à l’Université du Nevada et à la Fondation Reno, la plus haute différence que l’Université à ses professeurs. En novembre 2017, le Dr Yan a été élu Fellow de l’American Association for the Advancement of Science ( AAAS ). Le Dr Yan est corédacteur en chef de Biology of Reproduction, le journal public de la SSR. Pour plus de conseils, veuillez prendre rendez vous avec le site Web du laboratoire de Yan : www. weiyanlab. comnn nnQuel est votre lien avec la contraception ? nNos recherches capitales sur la régulation de la spermiogenèse ont divulguer que les perturbations fonctionnelles de la spermiogenèse tardive ( c. -à-d. après le début de l’allongement des spermatides ) entraînent souvent la constitution de spermatozoïdes déformés et/ou non fonctionnels et en conséquence une infertilité masculine sans créer de rétrécissement des testicules. Par conséquent, targetter les gènes ou les produits de gènes spécifiques de spermiogenèse tardive représente sûrement une stratégie idéale pour le développement de contraceptifs vraiment pas hormonaux masculins. Partant de cette idée, nous nous sommes lancés dans une analyse de la concurrence de élaboré qui perturbent les dernières phases de la spermiogenèse. Nous avons découvert que la spermatodéformine 1 ( SD1 ), un composé naturel purifié à partir d’une herbe chinoise, cible les dernières phases de la spermiogenèse, pouvant entrainer la déformation du sperme et l’infertilité masculine de manière réversible. nn nnEn quoi le domaine a-t-il évolué à partir du moment où vous avez commencé à y bosser jusqu’à aujourd’hui ? nPas grand-chose. Les enquêteurs ont prétendu tellement de fois que les pilules pour hommes seraient sur le marché dans quelques temps de cela, mais le fait est que nous n’avons aucun composé qui a même obtenu le statut de drogue nouvelle de recherche ( IND ). Cela a généré des impressions ‘ le garçon qui pleure le loup ‘, ce qui n’est réellement pas bon pour l’ensemble du domaine ! nn nnSelon vous, quels sont les plus grands challenges qui affectent la contraception en général et la contraception masculine en particulier ? nIl y a longtemps que nous n’avons pas revu nos stratégies de développement de la contraception masculine. La connaissance de la stabilisation de la spermatogenèse est essentielle ; toute tentative ou approche fondée sur une compréhension superficielle ou partielle du développement du sperme est vouée à l’échec. nn nnCes défis et ces possibilités ont-ils évolué au fil du temps ? Si oui, comment ? nOui. La santé génésique est de plus en plus reconnue par le public. Les personnes offrent commencé à aimer la valeur de la planification familiale et les effets de la qualité des gamètes ( spermatozoïdes et ovocytes ) sur la santé globale à long terme des enfants. Cependant, les études scientifiques sur ces sujets sont très limitées. Il est temps d’insister sur l’importance de la santé génésique, en mettant l’accent sur le contrôle de la fertilité ( c. -à-d. le traitement de l’infertilité et le développement de la contraception ). nn nnQuels sont vos espoirs pour l’avenir près et lointain de la contraception masculine ? nLe développement de la contraception devrait être la priorité de recherche. Dans un près avenir, un ou deux des élaboré phares les plus prometteurs devraient disposer d’un soutien pour avoir le statut IND de la Federal Drug Administration ( FDA ). A long terme, le financement du développement de la contraception devrait être augmenté et les approches ne devraient pas être limitées aux seuls exemplaires identifiés de développement de médicaments. n’oubliez pas que de nombreux médicaments qui sauvent des vies offrent été découverts par accident et que leurs mécanismes d’action sont restés inconnus des années. nn nnQue faudra-t-il pour qu’ils deviennent réalité ? nDes progrès dans le développement de la contraception masculine sont réellement nécessaires, et les promesses ou allégations vides doivent être évitées pour l’essentiel. Le plaidoyer est crucial et grâce aux efforts du gouvernement ( par exemple, la Direction de la contraception du NICHD ) et du domaine privé ( par exemple, MCI ), les objectifs en manque et à long terme semblent en cours d’élaboration. Bien sûr, un brillant futur dans ce secteur dépend du travail acharné et de la persévérance de toutes les parties concernées. nn nnExiste-t-il des obstacles pour les empêcher de se concrétiser ? nLes obstacles sont nombreux : manque de financement, connaissances limitées sur la spermatogenèse et la biologie du sperme, manque d’appréciation de l’impact plus large de la qualité du sperme sur la santé de la enfant, défauts inhérents au système actuel d’examen et de sélection des subventions, pour ne baptiser que ceux-là. nn

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Une pilule contraceptive masculine a passé les premiers tests hommes. Cette percée révolutionnaire dans le domaine de la contraception présente des choix différents pour les gentlemens, ce qui fait progresser vraiment le domaine de la santé de la contraception. Cependant, sans doute encore des années avant que la pilule ne soit effectivement mise sur le marché. nnL’une des raisons de ce retard est que les chercheurs proposent dû compter sur le financement d’organismes de bienfaisance et d’universités : les sociétés pharmaceutiques n’ont pas encore vu la de transformer cette compétence en un médicament clairement employé et rentable. Cela est dû en partie à la croyance grandement répandue que les gentlemens ne sont pas responsables de la contraception et ne sont donc pas intéressés à l’utiliser. Toutefois, les stastitiques empiriques recueillies dans le cadre de nos propres recherches montrent le tout autre. nnChanger les perceptionsnChez CitizenMe, nous voulions explorer la thématique de la contraception masculine de façon à comprendre les attitudes existantes et comment les gentlemens et les femmes réagiraient aux nouveaux produits, s’ils étaient disponibles. Nous avons mené deux enquêtes multinationales auprès de filles et de mecs sur notre plateforme pour savoir ce qu’ils pensaient de cette nouvelle pilule en cours d’élaboration. nnnn nnAudience : Global, Hommes, 16-65 ans ( n=1000 ) nnIl est intéressant de spécifier que seulement vingt pour cent des mecs ont carrément éloigné l’idée d’essayer la pilule contraceptive masculine. Les raisons pour celles qui n’étaient pas aussi sécurisant allaient du plaisir d’avoir plus de conseils sur le sujet à l’idée que ce n’est pas assez ‘ coté masculin ‘. Cependant, 59% des mecs étaient en accord pour dire que les hommes et les femmes devraient être également responsables de la contraception. nnnnAudience : Global, Filles, 16-65 ans ( n=999 ) nnDe même, seulement vingt pour cent des femmes offrent indiqué qu’elles ne seraient pas disposées à utiliser la pilule contraceptive masculine comme méthode de contraception. De même, la principale raison de l’hésitation était le désir d’en savoir plus à ce sujet. Il est intéressant de préciser qu’il y a aussi un pourcentage significatif de femmes ( un quart ) qui ne feraient pas confiance à l’homme pour prendre cette pilule. nnNécessité de modifier les normes sexospécifiquesnLa disparité entre le nombre et les types de possibilités contraceptives effeminées et masculines a un résultat beaucoup plus important sur les femmes : nnElle oblige les femmes à assumer la plupart des charges financières et sanitaires liées à la contraception ( visites chez le médecin, achat de la pilule, prescriptions, etc. ). nElle exige des femmes qu’elles assument la responsabilité de la contraception en général et le anxiété supplémentaire que cela entraîne. Cela réduit l’autorité des hommes en terme de duplication, ce qui décuple la responsabilité des femmes. nParce que les alternatives des femmes en terme de contraception sont présentées comme une forme d’autonomisation des femmes et d’égalité sociale, les injustices de la situation courante demeurent souvent cachées. Une véritable égalité sociale veut dire que les femmes et les gentlemens s’orientent vers le distribuer des responsabilités en terme de contraception. Nous croyons que cela pourrait de deux façons : nnDévelopper de nouvelles options contraceptives masculines. C’est ce qu’il y a actuellement, mais les compagnies pharmaceutiques doivent penser qu’il y a un marché pour cela. Ils sont incontournables pour transmettre le financement nécessaire à la mise à disposition de ces produits et pour rajouter de la crédibilité aux campagnes de sensibilisation et d’acceptation. nPour que ces produits soient proposés et utilisés, il faut aussi qu’il y ait un changement simultané des croyances sur les rôles assumés par les hommes et les femmes. la première étape pour faire de la contraception une véritable responsabilité partagée revient à se demander ce que les hommes et les femmes des différents pays pensent de cette perspective. Ce n’est qu’en incluant véritablement les croyances des gens que les mentalités peuvent commencer à changer. nEngager différentes traditions pour démontrer un marché potentielnNotre plateforme de recherche anonyme et éthique permet aux gens du cherche d’exprimer leurs idées sans porter de jugement, ce qui permet une compréhension nuancée des attitudes et des agissemements sur divers discussions. nnDans cette étude, nous avons reçu des réponses de l’Inde, des Philippines, du Royaume-Uni, de l’Inde, du Brésil, du Vietnam, des États-Unis, de l’Espagne, de la france, de l’Italie et des Pays-Bas, révélant comment les attitudes envers la pilule changent selon chaque pays. Par exemple, bien que les gentlemens hindis âgés de 18 à 24 ans aient indiqué que le principal outil vecteur dissuasif pour tenter la pilule masculine était l’absence d’information à ce propos, ils offrent de plus indiqué que la religion était un soucis. Alors qu’au Brésil, les hommes du même groupe d’âge sont plus préoccupés par le fait que la contraception est la responsabilité des femmes et pensent que prendre la pilule ne est donc pas assez ‘ coté masculin ‘. nnCes négoces nous montrent que les femmes et les hommes semblent convenir que la responsabilité de la contraception repose sur les deux. Bien qu’il existe divers obstacles culturels et comportementaux à la prise de la pilule dans chaque pays, un soucis universel a été identifié : le manque d’information à son sujet. Pour que les contraceptifs masculins soient adoptés, est majeur de disposer de choix précises permettant de dissiper les craintes potentielles. Si cela peut être fait efficacement, il y a avec certitude un grand marché potentiel pour les contraceptifs masculins.

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Qu’est-ce que la prostate ? nQu’est-ce que la prostate ? nLa prostate fait partie du dispositif reproducteur masculin. La prostate est une glande de la surface d’une noix se situant entre la vessie masculine et le pénis. La prostate est juste devant le rectum. L’urètre traverse le centre de la prostate, de la vessie au pénis. nnLa prostate sécrète un liquide qui nourrit et le sperme. Le fluide laiteux produit par la prostate – le fluide prostatique – représente à peu près 30 % du liquide total éjaculé ( le restant étant du sperme et du eliquide provenant des vésicules séminales ). nnLe fluide prostatique protège les spermatozoïdes en les aidant à vivre plus longtemps et à être d’avantage mobiles. Il a un certain nombre d’ingrédients, y compris des enzymes, du zinc et de l’acide citrique. L’une des enzymes du liquide prostatique est l’antigène particulier de la prostate ( PSA ). Après l’éjaculation, le PSA rend le sperme plus épais, aidant les spermatozoïdes à le traverser plus facilement, accuentant leurs probabilités de féconder un ovule avec succès. nnPendant l’éjaculation, la prostate comprime le fluide prostatique dans l’urètre et est expulsée avec le sperme comme partie du sperme. C’est un élément clé de la duplication masculine. il existe de nombreuses possibilités d’interrompre le cheminement de développement du eliquide prostatique et de qui peuvent être optimisées pour le contrôle des naissances et la contraception masculine.

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Par Lily Cratchley, ambassadrice de Gale à l’Université de BirminghamnJe suis un étudiant de deuxième année qui termine actuellement mon baccalauréat spécialisé en littérature britanique et en études américaines et canadiennes. Ce cours multidisciplinaire me permet d’approfondir divers aspects de la littérature, de l’histoire et de la culture américaines modernes, ainsi que de la littérature britanique ancienne, y compris la poésie de Wyatt et les pièces de Shakespeare. Pendant le trimestre, j’adore m’occuper en faisant du bénévolat pour une société qui aide les petits défavorisés de la région, en me préparant pour une année à l’étranger en amérique du Nord, en visitant les attractions que la seconde ville d’Angleterre a à offrir avec des amis et, bien sûr, en opérant comme ambassadeur pour Gale. nnLa Journée mondiale de la femme a été célébrée le vendredi 8 mars dernier et, comme toujours, elle nous a donné l’occasion de penser à la lutte des femmes pour le suffrage universel, l’audace et l’égalité. Plusieurs instants marquants de l’histoire des femmes proposent marqué notre capacité à mener la vie que nous menons aujourd’hui, notamment l’obtention du droit de vote en 1918, l’adoption de la loi sur l’égalité salariale en 1970 et, bien sûr, la légalisation de la pilule contraceptive orale en 1961, permettant aux femmes d’avoir pour terminer un droit de regard sur leurs droits de reproduction. nnMaterial in Gale Primary Source met en lumière les effets de la pilule contraceptive sur la vie des femmes au cours des années 1960, qui proposent évolué leur vie. L’annonce ci-contre de l’entreprise pharmaceutique Bayer alloue au progrès de santé le mérite de ‘ permettre aux femmes d’accomplir leur vie en toute possibilité de choix ‘, ce qui suggère de plus que ‘ peu de choses ont eu un plus grand impact sur la société du XXe siècle ‘ que la pilule. nn ‘ Bayer. ‘ Economist, 22 déc. 2007, p. 15. The Economist Historical Archive, http : //tinyurl. galegroup. com/tinyurl/9DVAW0n ‘ Bayer. ‘ Economist, 22 déc. 2007, p. 15. The Economist Historical Archive, http : //tinyurl. galegroup. com/tinyurl/9DVAW0nDes articles plus récents dans la base de données prouvent cependant que la mise en place d’une pilule contraceptive masculine sera peut-être la prochaine phase vers une plus grande égalité des sexes. L’un des premiers articles parus dans Gale Primary Sources à faire état de cette possibilité a été mis en ligne dans le Times en 1969, et déclarait que ‘ d’ici 1975, il devrait y avoir une ‘ pilule ‘ masculine ‘. L’article, qui fait état des prévisions de quarante experts du Bureau de l’économie de la santé, jette cette prédiction médicale avec d’autres, y compris ‘ des médicaments plus énergiques, en particulier pour les problèmes dépressifs et psychotiques ‘, à la fin des années 1970, et, comme son titre le suggère, la disponibilité de ‘ cœurs artificiels en 1990 ‘. nn ‘ Coeurs artificiels d’après les prévisions de 1990. ‘ Times, 10 nov. 1969, p. 3, The Times Digital Archive, http : //tinyurl. galegroup. com/tinyurl/9Erzt1 n ‘ Coeurs artificiels d’après les prévisions de 1990. ‘ Times, 10 nov. 1969, p. 3, The Times Digital Archive, http : //tinyurl. galegroup. com/tinyurl/9Erzt1nBien que plusieurs de ces prédictions aient pris forme, la pilule contraceptive masculine n’est pas disponible. Ce billet de site explore pourquoi, plus de quarante ans depuis 1975, la pilule masculine n’a toujours pas été mise sur nos tablettes. Il semble que la possibilité d’une pilule masculine soit fondamentalement entravée par deux facteurs prédominants : les inquiétudes du public – des mecs et des femmes – au sujet de la réaction du public et l’absence de financement des grandes compagnies pharmaceutiques. nnLa réaction du public s’avère être enracinée dans l’idée qu’on ne peut pas faire confiance aux pour prendre une pilule tous les jours, ce qui permet l’efficacité de la pilule également contraceptif. Un article subséquent du Times de 1987 parle de cette question, déclarant que ‘ la plupart des femmes ne feraient pas confiance à leur partenaire pour sortir le chat – et d’autant plus pour remémorer de prendre une pilule contraceptive masculine ‘, et affirmant que 70 % des femmes ne croiraient pas un homme qui dit qu’il prend la pilule. nn ‘ Difficile à avaler. ‘ Times, 29 décembre 1987, p. 2, The Times Digital Archive, http : //tinyurl. galegroup. com/tinyurl/98bz81n ‘ Difficile à avaler. ‘ Times, 29 décembre 1987, p. 2, The Times Digital Archive, http : //tinyurl. galegroup. com/tinyurl/98bz81nCependant, le moteur de recherche interne suggère de plus que les hommes devraient être encore plus plébiscités ; un produit du Daily Mail confirme que ‘ 66 % des hommes prendraient la pilule contraceptive masculine si elle était prêt ‘ et raconte l’histoire de deux hommes ( Sandro et Glenn ) qui ont essayé la pilule masculine de manière journalière pendant une année. Malgré les effets secondaires pour l’ ‘ avoir tout le monde au travail avec des points de suture ‘ et une ‘ bonne dose de traction des gambettes ‘, les hommes semblaient adorer porter une partie du fardeau contraceptif avec leur partenaire. Sandro a dit que cela lui a apporté un ‘ sentiment de calme ‘ et Glenn a dit qu’il ‘ était désolé d’arrêter le procès ‘ après les 12 mois obligatoires. Cet article remet en question les attitudes oublieuses et irresponsables, stéréotypées et associées aux hommes, et propose qu’il existe, en fait, un marché pour la pilule contraceptive masculine. nn ‘ Pouvez-vous choisir un homme qui est sur la pilule ? ‘ Daily Mail, 29 février 2000, p. 47. Daily Mail Historical Archive, 1896-2004, http : //tinyurl. galegroup. com/tinyurl/98c6z7 n ‘ Pouvez-vous choisir un garçon qui est sur la pilule ? ‘ Daily Mail, 29 février , p. 47. Daily Mail Historical Archive, 1896-2004, http : //tinyurl. galegroup. com/tinyurl/98c6z7nChanger les attitudes à l’égard d’une pilule contraceptive masculine est une évolution merveilleusement progressive, mais pas si les grandes sociétés n’emboîtent pas le pas en investissant de l’argent dans ce concept. Ce recul dans le développement d’une pilule mâle a été évident dès les premières phases de la discussion. Un article sur un piédestal, intitulé ‘ La pilule contre le désastre de l’ego masculin ‘, affirmait en 1970 que ‘ la plupart des compagnies pharmaceutiques ne se donnent même pas la peine de transmettre de l’argent ou des installations pour la recherche sur le développement d’une pilule contraceptive masculine certaine et efficace ‘, ce qui revient à ‘ le fait que la plupart des compagnies sont dirigées par des mecs et qu’elles n’aiment pas trafiquer la fertilité des mecs ‘. nn ‘ GRAVElliNGS. ‘ Piédestal, 1970, p. 10. Archives of Sexuality

    La contraception masculine – contraception masculine

    10 Faits sur les hommes et la vasectomienLa vasectomie et les condoms sont les seules possibilités actuelles de contraception masculine. nLa forme la plus célèbre de contraception masculine à action prolongée est la vasectomie. malheureusement, les vasectomies ne sont pas considérées comme vraiment réversibles. Les chercheurs agissent actuellement sur des dispositifs d’occlusion vasculaire qui seront vraiment réversibles à l’avenir. d’un autre côté, d’autres options contraceptives masculines sont en cours d’élaboration. nnEn attendant, voici 10 faits sur la forme la plus crédible de contraception masculine qui existe aujourd’hui. nn nn10. Les vasectomies sont généralement très sécurisant et les complications sont rares. nn9. Les hommes qui endurent une vasectomie disent qu’ils sont plus libres lorsqu’ils proposent des relations sexuelles avec leur partenaire parce qu’ils n’ont pas à craindre une grossesse vraiment pas planifiée. nn8. La vasectomie est une simple procédure ambulatoire. nn7. Environ un demi-million d’hommes se font opérer tous les ans aux États-Unis – Ils sont encore plus courants à l’époque de la folie de mars, où les gentlemens peuvent se maintenir en regardant le tournoi de la NCAA. nn6. La vasectomie n’affecte pas la fabrication de sperme. Au lieu de cela, il empêche le déplacement des spermatozoïdes d’être mélangés à d’autres liquides séminaux. Les qui offrent des vasectomies ont encore des orgasmes normaux ! nnnn5. Il est envisageable d’inverser une vasectomie si un homme change d’avis ultérieurement et fait le choix d’avoir des enfants. Cependant, le taux de réussite de l’inversion peut varier entre 40 et 90 %. Les chercheurs agissent sur des appareils occlusifs qui opèrent comme une vasectomie, mais qui sont vraiment réversibles. En fin de compte, seulement 3 à 5 % des hommes exigent une inversion. nn4. La vasectomie n’affecte pas la utilisation sexuelle, la libido ou la vie sexuelle de l’homme. nn3. L’intervention et le rétablissement sont habituellement indolores, et les gentlemens traversent en général des effets secondaires minimes, s’il y a lieu. nn2. Les vasectomies sont énergiques à la majorité pour prévenir les grossesses vraiment pas désirées. nn1. Chaque année, des hommes et des femmes du dans le monde célèbrent la Journée internationale de la vasectomie. nn nnL’Initiative contraceptive masculine offre de dernieres nouvelles options aux hommes. nAlors qu’à l’heure existante, les gentlemens offrent peu d’options contraceptives, l’Initiative contraceptive masculine finance le moteur de recherche sur les possibilités masculines réversibles, tout bonnement non hormonales et à action prolongée. En fin de compte, nous recherchons un menu de possibilités qui répond aux besoins des mecs et des femmes. Joignez-vous à nous.

    La contraception masculine – slip contraceptif

    À la recherche de Katharine McCormicknVous êtes-vous déjà demandé pourquoi la pilule contraceptive existe ? nnNaturellement, il y avait de grands spécialistes derrière la pilule. Des gens comme John Rock et Gregory Pincus avaient d’air et les compétences scientifiques pour y parvenir. Et y avait Margaret Sanger qui a rassemblé tout le monde. Sanger était en quelque sorte un porte-parole et un professionnel du réseautage. nnLes personnes intelligentes ayant de bonnes idées dans le domaine de la technologie contraceptive offrent rarement été en nombre insuffisant. Toutefois, ce qui manque, c’est le soutien philanthropique. La mise au point de médicaments coûte assez cher. nnLe développement d’un médicament n’a rien à voir avec les autres inventions. Dans le cas d’un médicament, vous devez prouver que votre idée fonctionne, puis vous travaillez sur ce qu’on nomme un composé principal. Il s’agit d’une version du médicament qui est plus sélective et qui ne fait que ( ou surtout ) ce que vous voulez qu’il fasse. de même, vous soumettez le médicament à des tests toxicologiques pour vous assurer qu’il ne fait de mal à personne. nnAprès tous ces tests, dont une très grande majorité sur les rongeurs, et ensuite sur les primates, faut réaliser des tests sur les humains. Il comporte trois phases au cours desquelles les expérimentateurs affinent le dosage approprié et testent progressivement des échantillons de personnes de plus en plus importants. tout cela se fait dans le cadre d’une réglementation sévère qui exige des personnes hautement qualifiées. Au bas de l’échelle des coûts, il s’agit de plusieurs centaines de millions de dollars. nnMaintenant, prenez tout ce coût et toute cette complexité, et stigmatisez-les avec le fait que votre drogue aide les personnes à avoir des relations sexuelles sans avoir d’enfants. C’est la barrière que Katharine McCormick a surmontée lorsqu’elle a financé seule la pilule. Katharine McCormick. C’est elle qu’il faut remercier. nnTout en remerciant McCormick pour la pilule, vous pouvez autant la remercier pour les développements ultérieurs qui proposent découlé de la réussite de la pilule. Ces développements sont des approches comme Nexplanon, l’Ortho Evra Patch, Nuva Ring, et Depo-Provera. Si la pilule n’avait pas été financée au moment où elle l’a été, tout le monde devinerait combien de décennies nous aurions attendu pour tout cela. nnnnMcCormick, comme vous pouvez l’imaginer, avait un passé avantageux. Entre 1937 et 1947, elle a récupéré de sa mère, puis de son époux, une abondance non négligable, des dizaines de centaines de milliers de dollars. Elle était de plus intelligente, l’une des premières femmes à obtenir un diplôme en sciences du MIT. la durée que McCormick rencontre Sanger, elle était déjà à votre aise de donner. Elle avait fait un don à la Harvard Medical School et financé un dortoir pour femmes au MIT, permettant ainsi à un plus grand nombre de filles d’accéder à des domaines scientifiques. McCormick a de plus participé activement au mouvement pour le droit de vote des femmes. Elle a occupé plusieurs postes d’officier pour le National American Woman Suffrage et plus tard pour la League of Women Voters. nnMcCormick est décédée sept ans après l’approbation de la pilule par la FDA en 1960, après avoir vécu dans les années 90 pour voir son succès. Mais la contraception pour les femmes n’était pas la seule chose à laquelle elle pensait. McCormick a financé les travaux de Gregory Pincus en 1957, s’approchant explicitement pour la contraception masculine. Elle a clairement apprécié la valeur des alternatives contraceptives plus énergiques pour les gentlemens aux côtés des femmes. malheureusement, l’approche hormonale de Pincus a suivi les progestatifs utilisés, ce qui s’est avéré trop compliqué à l’époque. Les possibilités de Pincus étaient limitées puisque les approches non hormonales développées aujourd’hui n’avaient pas encore été inventées. nnMcCormick a réussi dans son rêve de permettre aux femmes de faire examiner leur fertilité. Mais 50 ans après le financement initial de le moteur de recherche interne sur la contraception masculine, rien ne s’est passé. Et comme tous ceux qui accompagnent notre travail au MCI le savent, ce n’est pas par manque de pistes possibles. nnOù est notre Catherine McCormick d’aujourd’hui ? nnLe suspect le plus possible, Bill Gates, n’est plus là. Il n’a montré aucun intérêt pour la contraception masculine jusqu’à présent. Mais la liste des super riches s’étend outre Gates, et le récapitulatif n’est pas courte. nnIl est clair que la société bénéficierait d’un meilleur contraceptif masculin. Mais quel peut être l’attrait pour quelqu’un qui a reconnu un large succès financier ? Ceux qui proposent accumulé une grande abondance proposent une variété inimaginable de choix. L’un d’entre eux prends d’avoir un résultat colossal sur le monde qui les entoure. nnÎle Rang Yai, Philippines ( 160 M$ ) nÎle Rang Yai, Philippines ( 160 M$ ) nnIl y a des façons plus satisfaisantes de dépenser une fortune que de collectionner des yachts et des avions à réaction, ou même une île ou deux. Imaginez plutôt que vous entriez dans l’histoire comme l’individu qui a changé le statu quo en terme de contraception. Imaginez que vous avez la responsabilité d’aider des milliards de personnes à mieux planifier leur famille et leur futur. Vous allégeriez le fardeau contraceptif unilatéral supporté par les femmes. Simultanément, vous donneriez aux hommes les moyens de mieux assurer leur saine fertilité. nnLes grandes sociétés pharmaceutiques craignent les responsabilités liées à l’élaboration de médicaments pour les personnes en excellente forme. Ils ne sont pas emballés. Mais y a des compagnies pharmaceutiques sans but lucratif qui, avec un financement adéquat, sont en mesure de transmettre les alternatives des chercheurs du laboratoire au marché. Par exemple, Medicines 360 a fait ses éléments tout bonnement non seulement en lançant un nouveau DIU sur le marché, mais aussi en le rendant abordable. nnAvec le bon financement, il y a une direction évidente. nnLa mise au point d’un nouveau contraceptif coté masculin ferait à tous les coups plus qu’offrir une nouvelle méthode pour les hommes. Tout comme la pilule, elle déclencherait sûrement d’autres progrès dans le secteur de la contraception, ce qui mènerait à des alternatives vraiment énergiques. Pensez à un patch mâle ou à une méthode qui écarte toute erreur d’utilisation comme un dispositif implantaire. nnC’est un monde passionnant qu’il faut prévoir – un monde manifestement meilleur. Pour l’instant, on ne sait pas qui devra être la prochaine Katharine McCormick. Mais qui que soit cet informaticien, elle aura un héritage solide.