• contraception masculine
  • slip contraceptif
  • contraceptif masculin injection – préservatif control

    La contraception masculine – slip contraceptif

    La contraception masculine bientôt instaurée sur le marché ? nUne étude menée aux États-Unis a dévoilé l’efficacité d’une pilule dans la réduction de la création de spermatozoïdes, explique « Le Quotidien du médecin ». nnLa pilule contraceptive peut bientôt ne plus être l’apanage de la gent féminine. C’est ce qu’incite à penser une étude révélée au congrès de l’entreprise américaine d’endocrinologie, ENDO 2019, le 25 mars. Une pilule contraceptive pour hommes a passé avec succès la première phase de la phase de tests, expliquait ce même jour le Quotidien du médecin. nnPour l’instant, son nom scientifique est plutôt abscons : « 11β-methyl-19-nortestosterone 17β-dodecylcarbonate ». 11-bêta-MNDTC, en version courte, vient cependant d’être testée avec succès lors d’une étude faite sur 40 , dont 30 proposent pris l’article et 10 un placebo. La pilule possède une action androgénique et prostogénique, ce qui sert à supprimer la réalisation de gonadotrophine. pour faire simple, l’homme ne produit plus de spermatozoïdes, ou presque. nnLire aussi La contraception « naturelle » en questionnnDes sensations secondaires bien connusnLors du test, deux dosages différents offrent été essayés sur les gentlemens qui devaient prendre leur pilule au jour le jour pendant… vingt-huit jours. Aucun soucis important n’a été signalé par les participants. En revanche, ils offrent eu de légers sensations secondaires comme de les éruptions cutanées, des maux de tête ou bien encore de l’affaiblissement. Des problèmes qui proposent disparu après la fin du traitement. nnDes problèmes identiques à ceux dont se plaignent certaines femmes sous pilule et qui expliquent en partie le désamour pour ce mode de contraception. Comme le relevait l’ouvrage J’arrête la pilule de Sabrina Debusquat, on accorde à la pilule mille maladies, des plus importun aux plus , sans que le lien scientifique puisse être toujours établi. nnAvant que les hommes ne puissent eux aussi se plaindre des éventuels impressions secondaires, toutefois patienter. De toutes nouvelles analyses sont encore nécessaires et l’article peut ne pas arriver sur le marché avant près de dix d’années, selon la chercheuse en responsable de l’étude.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Conseil consultatif jeunesse de l’ICMnIntroduction de la directrice générale de l’Initiative contraceptive masculine Heather Vahdat : nnDepuis que j’ai rejoint l’Initiative contraceptive masculine ( ICM ) en 2018, l’un de mes envies était d’établir un Conseil consultatif de la jeunesse ( CCJ ). C’est quand j’ai trouvé YTH, un organisme que j’ai à présent le plaisir d’appeler mes proches collègues, que l’idée a germé pour la première fois. J’ai en ligne été impressionné par l’engagement délibéré et tourné à proximité de l’extérieur du YTH envers les jeunes. Il m’est venu en tête que l’inclusion des possibilités des jeunes dans le moteur de recherche interne, les programmes et les vues en matière de santé sexuelle et génésique devrait être une mode exemplaire pour tous les organismes. Dans le cas du MCI, je crois qu’il s’agit d’une pratique étant donné que les jeunes d’aujourd’hui et leurs partenaires seront les premiers bénéficiaires des solutions contraceptives masculines vraiment pas hormonales, réversibles et en cours de développement. nnBien que je considérais l’établissement d’un BEA comme une priorité pour MCI, je ne m’attendais sans aucun doute pas à ce qu’il se concrétise si rapidement. Cet accomplissement repose fermement entre les mains de Kathryn Carpenter, notre première boursière d’été de l’Université de Caroline du Nord à la Chapel Hill’s Gillings School of Public Health. Kathryn a immédiatement accueilli l’idée d’un YAB et a été la force motrice pour en faire une réalité. Le croisement des chemins avec Tyrone et Connie semblait être la confirmation de l’Univers que le moment était venu et nous voici donc, fiers de présenter le YAB du MCI au dans le monde ! Le billet d’introduction du blogue de Kathryn est fourni ci-contre. nnPar Kathryn Carpenter, MCI Advocacy Strategist et présidente du conseil consultatif jeunessennEn août, l’Initiative contraceptive masculine ( ICM ) a tenu sa première réunion du Conseil consultatif des jeunes avec les trois premiers membres : Connie Dean, Tyrone Fields et Kathryn Carpenter. nnMCI intensifie ses exercices pour augmenter la sensibilisation et le plaidoyer en faveur de dernieres nouvelles techniques de contraception masculine vraiment pas hormonale. Le Conseil consultatif de la jeunesse offre l’occasion d’étendre notre portée aux populations plus jeunes, y compris celles des campus collégiaux. Comme toute méthode masculine éventuelle est à 10-15 ans, il est très important d’engager le dialogue avec les jeunes dès maintenant, de donner l’information et de recueillir des points de vue pour éclairer les exercices de développement de produits. Le Conseil consultatif de la jeunesse offre l’occasion d’engager les jeunes dans des exercices de plaidoyer et de transmission des connaissances sur la contraception masculine par le biais de leurs réseaux, afin de s’assurer que ceux qui bénéficieront des dernieres nouvelles techniques contraceptives masculines sont les plus prêts à les accepter quand ils arrivent sur le marché. nnL’inclusion des jeunes dans les ferments qui les servent est vraiment pas seulement cruciale à première vue, mais elle est aussi établie sur des données probantes. elle est décrite comme un ‘ droit ‘ et une ‘ priorité ‘, et peut inclure à la fois des sensations directs sur les jeunes et des impressions directs sur les institutions au service des jeunes ( Villa-Torres

    La contraception masculine – contraception masculine

    Fertilisation – Mécanismes de la contraception masculinenLe système reproductif relationel est un ensemble sophisitiqué de facteurs interdépendants, dont beaucoup sont nécessaires à une fertilité soutenue. En interrompant ne serait-ce qu’un seul de ces processus obligatoires, nous pouvons trouver de dernieres nouvelles façons de produire des contraceptifs non hormonaux excitants pour les gentlemens. L’un des processus est la fécondation, c’est-à-dire l’union d’un ovule humain et d’un spermatozoïde pour réaliser un zygote. La fécondation est une cible de choix pour la contraception masculine à cause de sa place comme dernière étape dans la chaîne de duplication. nnFertilisation de l’acrozome à la zone PellucidanLe cheminement de fécondation a lieu longtemps après d’autres étapes de la réplication comme la spermatogenèse, le déplacement des spermatozoïdes et la nage dans le tractus génital. une fois que les spermatozoïdes offrent atteint l’ovule, ou l’ovocyte, ils commencent le processus de liaison à l’ovule par la réaction acrosomique. L’acrosome, une structure à la tête du sperme, contient des enzymes qui sont nécessaires pour se lier et percer l’enveloppe de l’ovule. nnLa réaction acrosomique commence quand les spermatozoïdes s’approchent de la zone pellucide ( ZP ). Le ZP est un mélange de sucres et de protéines qui entoure la membrane externe de l’oeuf. lorsque le ZP se lie aux spermatozoïdes, les interactions enzymatiques fournissent presque une reconnaissance ‘ verrou et clé ‘ qui permet au processus de continuer. nnZona pellucida des humains, partie intégrante de la fécondationnUn ovule relationel. La zone pellucide est envisager comme le halo extérieur renforcé. nLes enzymes stockées dans l’acrosome vont avoir un certain nombre de fonctions, toutes nécessaires pour entrer l’œuf. de plus, les canaux ioniques sont impliqués dans un cheminement appelé hyperactivation des spermatozoïdes, qui est important pour la fécondation. Le fouettage de la biroute du spermatozoïde donne un coup de fouet mécanique au spermatozoïde, permettant ainsi une meilleure pénétration. nnUne fois que les spermatozoïdes offrent dépassé le ZP, la réaction corticale intervient, où les dernieres nouvelles enzymes stockées dans les granules sont expulsées. Ces enzymes durcissent le ZP, le rendant imperméable aux autres spermatozoïdes. nnLa fécondation vue par la fusion du sperme et de l’ovule. nSperme et ovule en cours de fusion. nÀ ce stade, les contours du sperme et de l’ovule sont prêtes à fusionner. dès lors que qu’ils le font, leur matériel génétique se allie pour constituer un ovule femme mûre. nnTous ces processus sont étroitement réglementés, des orchestrations difficiles avec de diverses points de défaillance. Certaines d’entre elles offrent été identifiées comme des cibles envisageables pour la contraception masculine. Certaines cibles telles que TSSK6 sont à l’étude, et MCI finance même des travaux sur les cibles CRISP1 / 2 dans le laboratoire de Patricia Cuasnicu en Argentine. nnUn médicament qui empêche la fécondation a un potentiel excitant, car théoriquement, il peut être utilisé à la fois par les gentlemens et par les femmes, permettant une véritable équité tout bonnement non hormonale au monde contraceptif. de plus, il aurait l’intérêt d’être pourvu d’une courte durée d’action et peut être pris quelques heures avant le coït. nnIl y a plus d’une façon de contracepter. nLa duplication est une machine grande et difficile, avec de nombreuses façons d’ajouter un frein temporaire sur le processus. La fécondation est un recours de produire des contraceptifs masculins. Des cibles qui empêchent la fusion du sperme et de l’ovule sont en cours d’élaboration également contraceptifs masculins possibles. il y a d’autres projets axés sur la prévention de la spermatogenèse, le déplacement et la motilité des spermatozoïdes. nnEnsemble, nous espérons que ces sociétés spécialistes créeront de diverses formes de contraception masculine avec des candidats de produits variés qui répondent aux besoins d’un plus grand nombre d’utilisateurs. nn

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Aujourd’hui, les femmes hommes disposent d’une grande variété de techniques contraceptives, y compris les pilules quotidiennes, les implants, les DIU et autres. Cependant, il n’existe toujours pas de méthode contraceptive équivalente pour les gentlemens, qui se sont toujours limités au retrait, aux préservatifs et à la stérilisation, ce qui impose le fardeau de la prévention de la grossesse aux femmes. nnUne étude récente, coparrainée par les Nations Unies et publiée dans le Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism, visait à changer cette situation en testant l’innocuité et l’efficacité d’un nouveau contraceptif pour hommes. Il s’agissait d’une étude clinique de période II touchant à 320 en excellente forme. On a injecté aux hommes une combinaison de testostérone et de noréthistérone – un dérivé d’une hormone féminine que l’on trouve dans de multiples pilules contraceptives – dans l’espoir que la testostérone supplémentaire enverrait un signal au cerveau pour stopper la création de testostérone à cause des type déjà suffisants. Par conséquent, la création de sperme diminuerait aussi extrêmement, ce qui rendrait les hommes temporairement stériles. nnLes premiers retombées étaient très prometteurs et suggéraient que le médicament était très infaillible. Le contraceptif a été efficiente à 96 % pour prévenir la grossesse chez les partenaires monogames des hommes, et après que les hommes ont cessé de recevoir des injections, la plupart proposent recommencé à compter les spermatozoïdes fertiles en 26 semaines en moyenne. Toutefois, les hommes proposent signalé une multitude d’effets secondaires négatifs qui offrent été jugés trop pour poursuivre l’essai. Les impressions secondaires négatifs signalés par les participants comprenaient l’acné, une hausse de la libido, des problèmes émotionnels, des douleurs au point d’injection et des douleurs sur les fibres musculaires. Un homme a souffert de dépression grave et un autre a tenté de se suicider, bien qu’il ait par la suite été est établi que cela n’avait aucun rapport avec l’étude. Plusieurs proposent abandonné l’étude plus tôt et, plus tard, deux comités indépendants ont décidé d’abréger l’étude. nnCela a suscité une rangée de controverses, car les femmes ont fait préciser que beaucoup des impressions secondaires signalés étaient semblables ou moins dangeureux que les sensations secondaires de multiples alternatives contraceptives féminines déjà sur le marché. Cependant, pour comprendre si ces effets étaient vraiment mineurs ou tout bonnement non, est majeur de les confronter objectivement avec les datas disponibles sur l’utilisation des contraceptifs des femmes. nnLe contraceptif a été efficiente à 96 % pour prévenir la grossesse chez les partenaires monogames des hommes, et après que les gentlemens offrent cessé de bénéficier des injections, la plupart proposent recommencé à partir les spermatozoïdes fertiles en 26 semaines environ. Dans l’essai sur la contraception masculine, 4, 7 % des hommes ont reconnu des sautes d’humeur et 2, 8 %, une dépression. En revanche, lors de l’utilisation d’un DIU, approuvé par la FDA en 2015, 5, 2 % des femmes proposent signalé des sautes d’humeur et 5, 4 % des cas de dépression. En plus de ces impressions secondaires, les femmes offrent autant éprouvé des douleurs abdominales, des kystes ovariens, des maladies de tête, de l’acné et des saignements menstruels abondants. Les DIU peuvent aussi, dans de peu communs cas, causer une septicémie ou transpercer l’utérus. De même, les pilules contraceptives hormonales sont renommées depuis longtemps pour déclencher des maladies de tête, des nausées, des crampes, des infections à levures, des sautes d’humeur et un gain de poids. Plus récemment, une étude de plus d’un million de filles, publiée dans JAMA Psychiatry, a divulguer que les femmes qui utilisaient des contraceptifs hormonaux combinés étaient 23 % plus susceptibles de se voir prescrire des antidépresseurs. nnAinsi, il paraît que les contraceptifs des femmes approuvés par la FDA actuellement sur le marché proposent des impressions secondaires qui sont tout aussi , sinon pires, que ceux subis par les patientes pendant l’essai de contraception masculine injectable. Mais étant donné qu’il n’y a pas en urgence pour les compagnies pharmaceutiques à construire des contraceptifs masculins, le secteur se contente d’attendre que des solutions de contraception sûres et efficaces soient développées. actuellement, une méthode tout bonnement non hormonale très prometteuse est à l’étude, appelée Vasalgel, un gel polymère injecté dans les canaux déférents de l’homme. Le canal déférent est un tube étroit qui transporte le sperme. Le polymère forme une barrière physique et empêche le passage des spermatozoïdes dans le canal déférent. Cette approche prometteuse est réversible puisqu’une deuxième injection peut répandre ce polymère, ce qui rétablit efficacement l’écoulement du sperme, et pourrait être un premier pas à proximité de la suppression d’une partie du fardeau de la prévention de la grossesse chez les femmes. Une pilule contraceptive masculine, par contre, n’est probablement pas encore prête avant des décennies.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Entretien avec la Dre Patricia Cuasnicu, possesseur d’une subvention de l’ICMnPatricia S. Cuasnicu est chercheuse scientifique principale au Conseil national de recherches ( CONICET ) de l’Instituto de Biologia y Medicina Experimental ( IBYME-CONICET ) à Buenos Aires. MCI a accordé à la Dre Cuasnicu une subvention de démarrage de 150 000 $ en 2018 pour l’aider à poursuivre son travail. nnQuel est votre lien avec la contraception ? nJ’ai commencé mon expérience post-doctorale au Cornell Medical Center, New York Hospital, sous la direction du Dr. J. Michael Bedford, où j’ai commencé à bosser comme boursier NIH. Le Dr Bedford s’étant vraiment intéressé à l’étude de l’utilisation éventuelle des protéines épididymaires pour le développement de la contraception masculine, nous avons présenté un plan de recherche post-doctorale visant à réfléchir le potentiel contraceptif du CRISP1 purifié, une protéine épididymique identifiée par notre laboratoire en 1976 et le premier membre de la famille CRISP ( Cysteine Rich Secretory Protein ). nnDe retour en Argentine en 1986, j’ai continué à travailler dans le domaine de la contraception masculine. En fait, à cause de mon implication sur le terrain, j’ai été conviée en 1989 à faire partie du Groupe de travail sur les techniques contraceptives masculines de l’Organisation internationale de la santé ( OMS ) créé par J. M. Bedford et collègues en 1974. J’ai travaillé comme consultant de l’OMS pendant 15 ans, participant tout bonnement non seulement à l’évaluation de nombreux projets du monde entier, mais aussi à des présentations dans d’une multitude de pays à forte population comme la Thaïlande, l’Indonésie, l’Inde, la Chine, le Zimbabwe, etc. nnLes client potentiel avec les populations de ces pays et mon travail actif à l’OMS m’ont totalement convaincu de la nécessité de l’implication des mecs dans la planification familiale et, de ce fait, de la nécessité de dernieres nouvelles options masculines. Alors que je faisais partie du comité de l’OMS, j’ai été conviée à faire partie du comité technique et consultatif ( TAC ) du CONRAD ( Contraception Research and Development ) qui avait pour objectif de réaliser des solutions contraceptives masculines et effeminées et, là encore, j’ai travaillé avec cette agence pendant beaucoup plus de 12 ans. nnJe travaille sur le terrain depuis près de 35 ans et je suis entièrement convaincue que le développement d’un plus grand volume de possibilités contraceptives est essentiel pour éviter le nombre cher de filles et de décès d’enfants dans les pays entier. en outre, alors qu’une méthode féminine peut éviter la grossesse de la femme utilisant ce contraceptif, une méthode masculine peut empêcher la grossesse de toutes les femmes interagissant avec l’homme utilisant la méthode contraceptive, ce qui a donc un résultat plus important que les techniques effeminées. nnEn quoi le secteur a-t-il changé à partir du moment où vous avez commencé à y travailler jusqu’à aujourd’hui ? nCe que j’ai vu pendant toutes ces années, c’est une nette l’abaissement de l’intérêt pour le développement de la contraception masculine de la part des organisations ainsi que des entreprises/industries. Je crois que ce manque d’intérêt est dû aux multiples difficultés rencontrées dans le développement de la contraception masculine liées à la fois a ) aux propriétés inhérentes de la physiologie masculine ( c’est-à-dire comment obtenir une bonne méthode sans interférer avec la libido masculine ou sans générer trop d’effets secondaires tolérés par les femmes mais pas les gentlemens ) et b ) aux multiples années d’investissement financier sans acquérir une méthode en vente libre. En ce sens, MCI devient un nouvel espoir important après tant d’années de manque de soutien dans ce secteur. nnSelon vous, quels sont les plus grands challenges qui affectent la contraception en général et la contraception masculine surtout ? nÀ mon avis, l’un des plus grands challenges de la contraception en général est l’éducation, c’est-à-dire l’information des femmes et des mecs sur les différentes possibilités contraceptives déjà disponibles, surtout les jeunes dans les écoles. nnEn ce qui concerne la contraception masculine en particulier, je pense que l’un des challenges est de bénéficier de une méthode qui n’interfère pas avec la libido masculine, qui ne produit pas d’effets secondaires visibles comme un rétrécissement testiculaire ou une chute du espace de l’éjaculat, et qui ne produit aucun effet secondaire plus général ( par exemple, acné, augmentation du cholestérol et du mal de tête ) que de nombreux proposent peu tolérés. nnJe pense que la plupart des impressions secondaires d’une méthode contraceptive sont tolérés par les femmes parce que sans elle, elles pourraient tomber enceintes, ce qui est clairement une conséquence pire dans l’assise terminal. Cependant, dans le cas des hommes, qui sont relativement à l’abri des conséquences directes de la grossesse, les impressions secondaires deviennent un soucis plus important à lutter contre. C’est pour cela qu’elles proposent plus d’exigences que les femmes à cet égard. nnCes défis et ces possibilités ont-ils évolué au fil du temps ? Si oui, comment ? nJe pense que la société a beaucoup changé lors des 20 recentes années dans le monde entier. Les emplois et les challenges qui étaient autrefois réservés aux femmes ou aux hommes sont aujourd’hui partagés par les deux. La contraception ne sera pas différente à cet égard, surtout à cause d’un grand changement dans les droits des femmes. nnQuels sont vos espoirs pour l’avenir proche et proche de la contraception masculine ? nJe suis certaine que dans un avenir proche, les solutions masculines deviendront tout à fait acceptables par l’ensemble de la compagnie et que nous devons simplement plus de possibilités aux pour leur permettre de s’engager activement dans la planification familiale. J’envisage aussi des solutions ‘ unisexes ‘ qui peuvent être utilisées par les hommes et les femmes sur la base d’un blocage spécialisé de la fonction des spermatozoïdes dans le tractus génital masculin ou féminin. d’un autre côté, nous pouvons penser à une méthode contraceptive péricoïdale qui s’utilise juste avant les rapports hot. pour terminer, et parfaitement, nous pourrions penser à une méthode contraceptive qui préviendrait à la fois la fertilité et les contaminations infectieuses. nnQue faudra-t-il pour qu’ils deviennent réalité ? nComme on le sait déjà, nous avons besoin de plus de financement dans le domaine de la contraception masculine pour amener plus de chercheurs impliqués dans le secteur et pour augmenter les chances d’avoir une méthode masculine bonne, fiable, acceptable et raisonnable. Cependant, même tandis nous réussissons à développer de dernieres nouvelles solutions masculines, nous avons encore besoin de plus d’éducation sexuelle pour expliquer aux personnes, en particulier aux jeunes, la nécessité d’employer des techniques contraceptives, ainsi que la manière de les utiliser. Avoir une nouvelle méthode est une condition nécessaire, mais cela ne suffit pas : nous avons besoin d’une société qui inclut la nécessité d’utiliser la contraception, y compris les solutions déjà disponibles. nnExiste-t-il des obstacles pour les empêcher de se concrétiser ? nJe pense que l’un des grands obstacles qui les empêchent de se concrétiser est le manque de sensibilisation des personnes au rôle clé de la contraception pour la santé humaine et, évidemment, le manque d’engagement des gouvernements partout dans les pays, ce qui se reflète en fin de compte dans le faible financement public dans ce domaine. La contraception n’est pas aussi rentable que le Viagra ou les médicaments anticancéreux, et pour cette raison, les entreprises et les industries ne sont pas aussi intéressées à investir dans de toutes nouvelles méthodes contraceptives. L’engagement et le financement sont donc les principaux obstacles. nnVeuillez donner toute anecdote tirée de votre compétence de travail dans le domaine. nEn 2005, j’ai été invitée par l’American Society of Andrology ( ASA ) à donner une conférence à Séoul, en Corée, sur les femmes et la technique dans les pays en développement, tandis qu’une chercheuse américaine allait donner une conférence sur les femmes dans les pays développés. Il m’a fallu beaucoup de temps pour préparer ce discours de 25 minutes. J’ai lu beaucoup de produits et j’ai pris conscience de nombreux problèmes comme le plafond de verre pour les femmes, la canalisation qui fuit ( toutes les femmes qui abandonnent et quittent leur carrière ), la pyramide ( beaucoup de meufs pour les emplois communs à l’origine de la pyramide et seulement quelques hommes pour les meilleurs emplois dans le haut ), etc. nnDe plus, j’ai aussi pris conscience de beaucoup de critères de moi-même auxquels je n’avais jamais prêté attention auparavant. Par exemple, que j’avais fait un post-doc des NIH aux USA en 1984, accompagné de mon mari, quelque chose de totalement inhabituel dans notre pays où les femmes accompagnaient les hommes. Aussi, que j’étais devenue l’une des peu communs femmes du comité de l’OMS, que j’avais silloné le monde en laissant mes petits enfants avec mon époux, une autre chose inhabituelle pour les femmes, et pour finir, que j’avais travaillé toutes ces années dans un secteur très particulier comme la contraception masculine. Je n’avais jamais pratiqué que j’avais lutté pour les droits des femmes dans chacune de ces actions et décisions et que mon travail en contraception masculine faisait partie de cette lutte pour les droits des femmes. nnAussi, depuis que j’ai commencé à travailler dans le domaine de la contraception masculine il y a 35 ans, j’ai réalisé à quel point les personnes sont emballés par ce secteur de la santé. Il est très commun que tandis je commence à parler de mon travail dans une réunion sociale, les personnes se réunissent autour de moi et commencent à poser beaucoup de questions et à réaliser des commentaires. Bien sûr, je reçois toujours beaucoup de soutien pour mon travail de la part de femmes qui sont prêtes à avoir une méthode masculine dorénavant ou même dans quelques temps de cela pour éviter que leurs filles utilisent des techniques contraceptives pendant plus de 30 ans comme c’est le cas actuellement. Les hommes sont très curieux vis-à-vis du champ mais expriment franchement leurs craintes vis-à-vis des impressions secondaires et de la possibilité de perdre de ou de la virilité. Quoi qu’il en soit, j’ai trouvé que la contraception masculine est un sujet fascinant pour tout le monde et en discuter a toujours été une aptitude fabuleuse mais également un succès social. nn

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Au cours des dernières années, bon nombre d’entre nous ont vu des manchettes faisant référence et à la multiplication de médicaments contraceptifs pour hommes. Il paraît que depuis trop longtemps, les femmes portent seules le fardeau de la prévention de la grossesse, malgré le fait que l’accouchement exige deux parties pour avoir lieu. par ailleurs, puisque les hommes sont fertiles à 100 % du temps, alors que les femmes ne le sont qu’environ le quart du temps de leur cycle menstruel, il paraît un peu exagéré d’attribuer la responsabilité uniquement aux femmes, aux couples qui espèrent reporter leurs enfants. nnNatural Womanhood, Fertility Awareness Based Methods, Natural Family Planning, NFP, FABM, FAM, FAM, contrôle des naissances, effets secondaires, santé des femmes, santé reproductive, sensibilisation à la fertilité, santé masculine, contrôle des naissances, contraceptifs hormonaux, contraception hormonale, contraception masculine, contrôle des naissances, statut du contrôle des naissances coté masculin, efficacité du contrôle des naissances, givre, contraceptifs oraux masculins, pilule, contrôle des naissances, impressions secondaires de la pilule, sensations secondaires à long terme des pilules, santé, contrôle des naissances égalitairenIl s’avère que l’histoire du contrôle des naissances inclut des tentatives pour trouver un contraceptif coté masculin. Un médecin qui prescrivait avec enthousiasme des contraceptifs hormonaux aux femmes dans les années 1960 a exploré la question après avoir été insatisfaite de voir les effets secondaires de la contraception que les femmes éprouvaient. Ce qu’elle a trouvé et documenté dans son livre The Bitter Pill de 1985, c’est que les contraceptifs oraux masculins avaient aussi des sensations secondaires désagréables. La seule différence est que la découverte de ces effets secondaires a stoppé la mise au point de médicaments pour les gentlemens, tandis que les médicaments pour les femmes continuent d’être grandement prescrits. nnLa professeure Janet E. Smith l’explique dans son exposé très diffusé de 1994 sur la contraception : Pourquoi pas ? Commentant la manière dont le Dr Grant a constaté que la tentative de contraception masculine était au point mort, Smith explique : ‘ il existe une raison à cela. Dans le groupe d’étude des mâles, un mâle a eu un léger rétrécissement de ses testicules. Ainsi, tous les tests sur la pilule contraceptive masculine offrent été arrêtés, car c’est intolérable. Dans le groupe d’étude féminin, trois femmes sont mortes. ‘ Jeanette Flood a exposé cette dernière année à l’occasion de la Journée internationale de la femme : ‘ Au cours des deux premières années d’un timbre contraceptif pour les femmes, au moins six femmes sont mortes, sans doute plus. Pourquoi est-ce acceptable ? ‘ C’est une bonne question. nnUne histoire malheureusenPlus nous en apprenons sur l’histoire de la mise en marché des contraceptifs hormonaux féminins, plus nous entendons parler d’effets secondaires chez les femmes qui sont brossées sous le tapis. Le numéro de mai 2019 de Scientific American décrit les premiers tentatives de recherche qui ont mené à la première pilule contraceptive sur le marché. Comme Madeleine Coyne l’a expliqué à Natural Womanhood plus rapidement cette année : nnDans le premier essai à grande échelle, approuvé par la FDA, de contraception hormonale, 265 femmes portoricaines à faible revenu ont été recrutées… et 22% des femmes ont abandonné l’expérience après avoir subi des impressions secondaires indésirables. Comme l’écrit Virginia Sole-Smith dans Scientific American, ‘ Le directeur médical de l’étude a fait valoir que la pilule ‘ provoquait trop de critiques secondaires pour être généralement acceptable ‘. cependant, il a été mis sur le marché. ‘ nnC’est ainsi que le contrôle des naissances a été éprouvé sur des femmes pauvres d’un autre pays sans leur consentement, leurs sensations secondaires flagrants ayant été balayés. bien que la pilule soit célébrée comme une percée libératrice pour les femmes, Sole-Smith poursuit en expliquant : ‘ Mais la libération avait un prix. Vers la fin des années 1960, des patients de tous les États-Unis proposent signalé les mêmes symptômes que ceux documentés pendant l’essai portoricain. Malgré de nombreuses reformulations au cours des années qui ont suivi, les impressions secondaires demeurent un problème pour de multiples femmes sur la pilule ; les risques de cancer du sein, de caillots sanguins et d’accident vasculaire mental peuvent aussi être plus élevés. ‘ nnLa recherche continue de la contraception masculinenEntre-temps, les discussions sur la création d’une méthode contraceptive masculine se poursuivent. malgré que la contraception masculine n’ait pas encore fait son apparition sur le marché, elle est à l’étude depuis un laps de temps et, à quelques mois d’intervalle, un produit sur ses progrès naissants semble dans les fils de dernieres nouvelles. nnFin 2018, les chercheurs proposent donné le coup d’envoi d’un essai pour un givre topique contraceptif masculin. Le givre est simple : il combine progestatif et testostérone pour réduire le nombre de spermatozoïdes. ‘ lorsque le progestatif est employé seul chez les gentlemens, explique-t-on dans les rapports, rétréci le volume de spermatozoïdes et fait décroître le taux de testostérone, ce qui peut entraîner des sensations secondaires indésirables comme les éruptions cutanées, la prise de poids et une diminution de la libido. Donc l’ajout de testostérone est consacré à contrecarrer ces sensations tout en laissant un volume de spermatozoïdes énormément bas. ‘ il faut plus d’une décennie, et le procès lui-même ne devrait pas être accompli avant 2022. Une version masculine de la pilule qui marche selon le même base est également en cours d’élaboration. nnCependant, malgré la simplicité et la prétendue sécurité de ce gel, des analyses ont montré que les gentlemens sont réticents à l’utiliser. Selon un article semblé dans The Wire, ‘ Le sentiment le plus commun pourrait être l’apathie – une sensation de complaisance car ce sont les femmes qui dirigent l’exposition contraceptive. ‘ nn ‘ Jonathan Eig, l’auteur de The Birth of the Pill, a déclaré : ‘ Il n’y a pas sérieusement d’adhésion quand il s’agit de gars qui prennent la responsabilité de la contraception. ‘ La pilule connaît un tel succès financier qu’il n’y a peu d’incitation pour les chercheurs à analyser de toutes nouvelles formes de contraception pour les hommes tout bonnement non plus. ‘ nnDe plus, selon Christina Chung-Lun Wang, chercheuse à Los Angeles Biomed et l’une des majeures chercheuses sur le givre, ‘ l’industrie pharmaceutique n’a aucun intérêt à financer de dernieres nouvelles méthodes de contraception qui ciblent les hommes ‘. nnLes chercheurs s’inquiètent des effets secondaires de la contraception chez les gentlemens qui sont révélés par les données sur l’innocuité, notant des taux de cholestérol plus élevés chez les participantes à l’essai de contraception orale, et des risques pour les gentlemens plus âgés qui veulent utiliser la pilule. nnLa solution est juste devant nousnIl se trouve qu’il existe une méthode contraceptive qui comporte la participation des hommes. En fait, pour être efficace, elle nomme à la participation mutuelle des femmes et des hommes. Cette méthode n’exige pas de médicaments hormonaux qui suppriment leur fertilité ou créent des impressions secondaires pour les deux parties. tout cela et beaucoup d’autres choses encore sont envisageables avec les méthodes très en vogue actuellement de planification familiale naturelle connues sous le nom de solutions fondées sur la connaissance de la fécondité ( FABM ). nnCes techniques d’origines naturelles de contraception offrent vraiment pas seulement prouvé leur efficacité comparable à celle des contraceptifs pharmaceutiques, mais elles n’ont aucun action secondaire sur la contraception et ne montrent aucun risque pour le système reproducteur de la femme. Pour les femmes qui essaient de réduire les douleurs menstruelles ou d’autres symptômes menstruels, ils permettent aux femmes de distinguer naturellement les déséquilibres hormonaux et de les traiter avec l’utilisation d’un professionnel de santé. Rien ne pourrait être d’avantage favorable à la santé des femmes. nnComme le note Jeannette Flood, c’est la forme la plus équitable de planification de famille pour les hommes et les femmes : nnNous devrions insister sur le ‘ respect de la réplication ‘ des femmes au même titre que celui dont jouissent les hommes depuis longtemps. Le respect qui dit : ‘ Tout comme je ne risquerais pas de rétrécir ou d’avoir des effets secondaires désagréables, et encore moins de risquer des blessures physiques ou la mort pour moi-même, bien sûr, je n’ai pas l’intention de que mon épouse, ma fille, ma sœur ou une autre femme risque ou subisse des blessures physiques ‘. Un tel respect reconnaîtrait que le bonheur et la commodité ne l’emportent pas sur le confort des femmes. Un respect égal en terme de duplication ferait disparaître les contraceptifs artificiels aussi bien pour les femmes que pour les hommes. nnEspérons que nous pourrons traiter les contraceptifs hormonaux des femmes avec le même scepticisme que les contraceptifs masculins. J’espère aussi qu’au lieu d’exposer les femmes et les hommes à toute une collection de formules chimiques visant à prévenir les grossesses, les gentlemens et les femmes pourront mieux aimer et comprendre les processus naturels de notre corps et stimuler les sexes à bosser ensemble à la planification de famille, surtout qu’au détriment de la santé des autres.

    La contraception masculine – slip contraceptif

    10 Faits sur les hommes et la vasectomienLa vasectomie et les condoms sont les seules possibilités actuelles de contraception masculine. nLa forme la plus populaire de contraception masculine à action prolongée est la vasectomie. , les vasectomies ne sont pas considérées comme réellement réversibles. Les chercheurs agissent actuellement sur des dispositifs d’occlusion vasculaire qui seront véritablement réversibles à l’avenir. par ailleurs, d’autres alternatives contraceptives masculines sont en cours d’élaboration. nnEn attendant, voici 10 faits sur la forme la plus crédible de contraception masculine qui existe aujourd’hui. nn nn10. Les vasectomies sont généralement très sécurisant et les complications sont peu communs. nn9. Les hommes qui éprouvent une vasectomie disent qu’ils se sentent plus libres lorsqu’ils proposent des relations sexuelles avec leur partenaire parce qu’ils n’ont pas à craindre une grossesse vraiment pas planifiée. nn8. La vasectomie est une simple procédure ambulatoire. nn7. Environ un demi-million d’hommes se font opérer chaque année aux États-Unis – Ils sont encore plus aimé à l’époque de la folie de mars, où les gentlemens peuvent se entretenir en regardant le tournoi de la NCAA. nn6. La vasectomie n’affecte pas la réalisation de sperme. Au lieu de cela, empêche le déplacement des spermatozoïdes d’être mélangés à d’autres liquides séminaux. Les hommes qui proposent des vasectomies offrent encore des orgasmes normaux ! nnnn5. Il est envisageable d’inverser une vasectomie si un garçon change d’avis ultérieurement et décide d’avoir des enfants. Cependant, le taux de réussite de l’inversion peut changer entre 40 et 90 %. Les chercheurs agissent sur des dispositifs occlusifs qui opèrent comme une vasectomie, mais qui se veulent vraiment réversibles. En fin de compte, seulement 3 à 5 % des mecs requièrent une inversion. nn4. La vasectomie n’affecte pas la utilisation sexuelle, la libido ou la vie sexuelle de la personne. nn3. L’intervention et le rétablissement sont couramment indolores, et les hommes éprouvent en règle générale des sensations secondaires minimes, s’il y a lieu. nn2. Les vasectomies sont énergiques à 99% pour prévenir les grossesses tout bonnement non désirées. nn1. Chaque année, des mecs et des femmes du cherche célèbrent la Journée mondiale de la vasectomie. nn nnL’Initiative contraceptive masculine offre de toutes nouvelles alternatives aux . nAlors qu’à l’heure existante, les hommes proposent peu d’options contraceptives, l’Initiative contraceptive masculine finance la recherche géolocalisée sur les alternatives masculines réversibles, vraiment pas hormonales et à action prolongée. En fin de compte, nous recherchons un menu de possibilités qui répond aux besoins des hommes et des femmes. Joignez-vous à nous.

    La contraception masculine – slip contraceptif

    À la recherche de Katharine McCormicknVous êtes-vous déjà demandé pourquoi la pilule contraceptive existe ? nnNaturellement, y avait de grands spécialistes derrière la pilule. Des personnes comme John Rock et Gregory Pincus avaient les idées et les compétences scientifiques pour y parvenir. Et il y avait Margaret Sanger qui a rassemblé tout le monde. Sanger était en quelque sorte un porte-parole et un professionnel du réseautage. nnLes personnes intelligentes ayant de bonnes idées dans le domaine de l’innovation contraceptive offrent pas souvent été en nombre insuffisant. Toutefois, ce qui fait défaut, c’est le soutien philanthropique. La mise au point de médicaments coûte très cher. nnLe développement d’un médicament n’a rien à voir avec les autres inventions. Dans le cas d’un médicament, vous devez prouver que votre idée fonctionne, puis vous travaillez sur ce qu’on appelle un composé principal. Il s’agit d’une version du médicament qui est plus sélective et qui ne fait que ( ou surtout ) ce que vous voulez qu’il fasse. de même, vous soumettez le médicament à des tests toxicologiques pour vous assurer qu’il ne fait de mal à personne. nnAprès tous ces contrôles, dont une partie sur les rongeurs, puis sur les primates, il faut faire des tests sur les humains. Il inclus trois phases au cours desquelles les expérimentateurs affinent le dosage approprié et testent progressivement des échantillons de personnes de plus en plus importants. toute cette transformation se fait dans le cadre d’une réglementation exigeante qui exige des personnes hautement qualifiées. Au bas de l’échelle des dépenses, il s’agit de plusieurs centaines de millions de dollars. nnMaintenant, prenez tout ce coût et toute cette complexité, et stigmatisez-les avec le fait que votre drogue aide les personnes à avoir des relations sexuelles sans avoir d’enfants. C’est la barrière que Katharine McCormick a surmontée lorsqu’elle a financé seule la pilule. Katharine McCormick. C’est elle qu’il faut remercier. nnTout en remerciant McCormick pour la pilule, vous pouvez de plus la remercier pour les développements ultérieurs qui proposent découlé de la réussite de la pilule. Ces développements sont des approches comme Nexplanon, l’Ortho Evra Patch, Nuva Ring, et Depo-Provera. Si la pilule n’avait pas été financée au moment où elle l’a été, tout le monde devinerait combien de années nous aurions attendu pour tout cela. nnnnMcCormick, comme vous pouvez l’imaginer, avait un passé intéressant. Entre 1937 et 1947, elle a hérité de sa mère, puis de son époux, une richesse considérable, quelques centaines de milliers de dollars. Elle était également pertinente, l’une des premières femmes à avoir un diplôme en sciences du MIT. le temps que McCormick rencontre Sanger, elle était déjà à l’aise d’appliquer. Elle avait fait un pouvoir à la Harvard Medical School et financé un dortoir pour dames au MIT, permettant ainsi à un plus grand nombre de femmes d’accéder à des domaines spécialistes. McCormick a également participé activement au mouvement pour le droit de vote des femmes. Elle a occupé plusieurs postes d’officier pour le National American Woman Suffrage et plus tard pour la League of Women Voters. nnMcCormick est décédée sept ans après l’approbation de la pilule par la FDA en 1960, après avoir vécu dans les années pour voir son succès. Mais la contraception pour les femmes n’était pas l’unique chose à laquelle elle pensait. McCormick a financé les travaux de Gregory Pincus en 1957, intervenant explicitement pour la contraception masculine. Elle a clairement apprécié la valeur des alternatives contraceptives plus efficaces pour les gentlemens aux côtés des femmes. malheureusement, l’approche hormonale de Pincus a suivi les progestatifs utilisés, ce qui s’est avéré trop dur à l’époque. Les alternatives de Pincus étaient limitées puisque les approches vraiment pas hormonales développées aujourd’hui n’avaient pas encore été inventées. nnMcCormick a dans son rêve de permettre aux femmes de contrôler leur fertilité. Mais 50 ans après le financement initial de la recherche interne sur la contraception masculine, rien ne s’est passé. Et comme tous ceux qui accompagnent notre travail au MCI le savent, ce n’est pas par manque de alternatives envisageables. nnOù est notre Catherine McCormick d’aujourd’hui ? nnLe suspect le plus possible, Bill Gates, n’est plus là. Il n’a montré aucun intérêt pour la contraception masculine jusqu’à . Mais le listing des super riches s’étend en plus de Gates, et la liste n’est pas courte. nnIl est clair que la société bénéficierait d’un meilleur contraceptif coté masculin. Mais quel pourrait être l’attrait pour quelqu’un qui a reconnu un grand succès financier ? Ceux qui ont accumulé une grande abondance ont une variété inimaginable de choix. L’un d’entre eux prends d’avoir un résultat impressionnant sur le monde qui les entoure. nnÎle Rang Yai, Philippines ( 160 M$ ) nÎle Rang Yai, Philippines ( 160 M$ ) nnIl y a des façons plus satisfaisantes de dépenser une fortune que de collectionner des yachts et des avions à réaction, ou même une île ou deux. Imaginez plutôt que vous entriez dans l’histoire comme la personne qui a évolué le statu quo en matière de contraception. Imaginez que vous avez la responsabilité de conseiller des milliards de personnes à mieux prévoir leur famille et leur futur. Vous allégeriez le fardeau contraceptif unilatéral supporté par les femmes. Simultanément, vous donneriez aux les moyens de mieux contrôler leur propre fertilité. nnLes grandes sociétés pharmaceutiques craignent les responsabilités liées à la mise au point de médicaments pour les individus en bonne santé. Ils ne sont pas intéressés. Mais il y a des compagnies pharmaceutiques sans but lucratif qui, avec un financement adéquat, sont en mesure de faire passer les solutions des chercheurs du laboratoire au marché. Par exemple, Medicines 360 a fait ses arguments vraiment pas seulement en lançant un nouveau DIU sur le marché, mais également en le rendant abordable. nnAvec le bon financement, il y a une voie concise. nnLa mise au point d’un nouveau contraceptif coté masculin ferait sûrement plus qu’offrir une nouvelle méthode pour les hommes. Tout comme la pilule, elle déclencherait sans aucun doute d’autres progrès dans le domaine de la contraception, ce qui mènerait à des possibilités vraiment efficaces. Pensez à un patch mâle ou à une méthode qui écarte toute erreur d’utilisation comme un dispositif implantaire. nnC’est un monde passionnant qu’il faut envisager – un monde manifestement meilleur. Pour l’instant, on ne sait pas qui sera la prochaine Katharine McCormick. Mais qui que soit cet individu, elle aura un héritage durable.