• contraception masculine
  • slip contraceptif
  • contraceptif masculin injection – préservatif durex gout

    La contraception masculine – contraception masculine

    Contraception masculine : un essai clinique stoppé à cause d’effets secondaires trop lourdsnnDes chercheurs allemands proposent vérifié avec succès une méthode d’injection contraceptive chez des hommes. Mais certains volontaires proposent dû prématurément stopper l’essai clinique. En cause, les sensations secondaires provoqués par cette contraception. nnPilule s’amusant sur le taux de testostérone, ultrasons apte de réduire le nombre de spermatozoïdes, gel injectable dans le pénis pour bloquer le passage du sperme… Depuis trente ans, les scientifiques tentent de construire une contraception adaptée aux hommes, et obtiennent des résultats assez probants. L’une des techniques les plus avancées dans ce besoin, chaussées par des chercheurs de l’Université de Munich et financées notamment par l’Organisation internationale de la santé, a obtenu des retombées spectaculaires dans une étude publiée le 27 octobre 2016. la méthode contraceptive en question s’est montrée efficace dans 96 % des cas lors d’un essai clinique de phase II ! Toutefois, elle présente un frein majeur : elle occasionne des méfaits vraiment pas négligeables, qui proposent forcé 20 volontaires à arrêter prématurément l’essai clinique… nnDe l’acné aux problèmes de l’humeurnTestée sur 320 hommes âgés de 18 à 45 ans et en couple avec une femme vraiment pas ménopausée, cette méthode contraceptive a pour but de des injections dans les fesses toutes les 8 semaines. Deux injections hormonales sont effectuées à chaque fois. L’une a de la norethistérone, progestérone qui a pour effet de bloquer la constitution de spermatozoïdes examinée par l’hypophyse ( une zone du cerveau ). L’autre injection renferme de la testostérone, afin de rééquilibrer le degré de cette hormone, en chute à cause de la première injection. Les premières semaines du test, les chercheurs se sont garantis que cette méthode entraînait bien une chute du volume de spermatozoïdes chez les volontaires ( jusqu’à atteindre un palier minimal d’1 million par millilitre ). Puis ils proposent demandé aux et à leur partenaire de n’avoir recours qu’à cette forme de contraception pendant une année. nnPour 274 volontaires, le niveau minimal a été franchi au bout de 24 semaines, ont constaté les chercheurs grâce à des échantillons de sperme acquis à intervalles réguliers. Et la méthode contraceptive s’est révélée infaillible, puisque ‘ seules ‘ 4 grossesses se sont avouées. Un taux d’efficacité comparable aux pilules contraceptives pour les femmes actuellement sur le marché. Cependant, 1 491 événements indésirables proposent été rapportés par les volontaires ! ‘ Près de 39 % se sont avérés être sans rapport avec les injections ‘, tempèrent les chercheurs dans un communiqué. En tête des méfaits rapportés, l’on trouve les éruptions cutanées, présente chez 45 % des personnes. Un intérêt accru pour le sexe a été constaté chez 38 % d’entre eux. Un quart des volontaires proposent perçu des douleurs au site d’injection, drone caméra hd % au niveau musculaire. Plus alarmant, selon les chercheurs, un volontaire sur 5 a présenté des problèmes de l’humeur, 17 % des troubles affectifs. enfin, après l’arrêt des injections, environ 5 % des mecs n’avaient pas récupéré une gravité ‘ normale ‘ de spermatozoïdes ( égale ou supérieure à 15 centaines de milliers par millilitre ). Les effets secondaires, surtout ceux liés aux troubles de l’humeur, proposent poussé 20 volontaires à délaisser l’étude en cours de route et les chercheurs ont cessé de engager de nouveaux participants dès 2011. Pourtant, à la fin de l’essai, plus de 75% des personnes ont déclaré être disposés à poursuivre la prise de cette méthode contraceptive. nnCompte tenu du taux cher d’effets indésirables, la contraception masculine n’est pas pour demain. Peut-être pour 2018, comme l’espèrent des chercheurs américains qui testeront bientôt chez l’homme un givre injectable dans le pénis. Ou en 2021, comme l’espèrent des chercheurs de l’université de Wolverhampton ( Royaume-Uni ) qui agissent sur un spray nasal immobilisant les spermatozoïdes, afin qu’ils n’atteignent pas l’ovule. Toutefois, même si ces techniques de contraception aboutissent, encore faut-il que les gentlemens l’acceptent et s’en emparent. Pour l’instant, les barrières à la contraception masculine ne sont pas que physiologiques, mais également psychologiques, soulignait Jacques Young, endocrinologue à l’Inserm dans un précédent article de Sciences et Avenir.

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Empathie et éducation : Une solution à un refrain communnConnie Dean, membre du conseil consultatif des jeunes de MCI, s’est assise avec son partenaire coté masculin, Riley, pour discuter de la contraception masculine, de l’inégalité du fardeau contraceptif et des mesures à prendre. nnChaque fois que je mentionne pour la première fois mon travail avec MCI ou même la notion de contraception masculine à mes amies, je me retrouve avec la même phrase : ‘ Oh, les gentlemens n’acceptent pas ça, je n’ai pas confiance ‘. J’ai compris – nous sommes des étudiantes avec la vie devant nous, alors cette crainte de la grossesse est une question d’instinct de survie. Que ce soit l’expérience ou les normes sociales intériorisées qui évoquent cette crainte et le rejet spontané qui en découle, les stastitiques montrent que les hommes prendraient la contraception si elle était prêt, et en fait ils la veulent. Maintenant, les statistiques sont une chose, mais dans ma recherche pour calmer les inquiétudes de mes amis, j’ai cherché à humaniser ce côté de l’argument : Je me suis assis avec mon partenaire ( masculin ), Riley, pour en discuter. nnAyant grandi avec deux sœurs et sa mère, les règles et le corps féminin n’avaient jamais été aussi tabous pour Riley. Cependant, a souligné que les conversations ouvertes que lui et moi avons vis-à-vis de la contraception étaient sa première exposition vis-à-vis. Il admet qu’il n’était ‘ pas au courant, lorsque[il] est arrivé à l’université pour la première fois… de la manière dont le fardeau de la contraception est quasiment entièrement imposé aux femmes ‘. Riley a annoncé que quand bien même ce n’est pas ainsi qu’il devrait être, ‘ la préoccupation directe est au premier plan dans l’esprit d’une femme… c’est entièrement injuste ‘. nnAlors, que peut-on faire exactement pour changer le point de vue des hommes ? Pour Riley, ‘ cela semble être un manque total d’éducation… les garçons n’ont pas besoin d’y croire ‘, et que l’éducation dès le plus jeune genre est peut-être le meilleur moyen d’y résoudre. ‘ Je pense qu’on peut l’enseigner aux hommes, mais pour un truc de longue haleine, nous pouvons espérer qu’il se perpétuera dans une culture au lieu d’enseigner aux hommes après qu’ils aient fait des erreurs, non ? ‘ malgré que l’étude de cas de Riley me rassure sur le fait que les gentlemens d’âge universitaire peuvent changer d’avis sur le fardeau inégal de la contraception, est naïf de penser que ce est une solution miracle universelle. l’éducation : il s’avère que c’est là que nous avons convenu que des progrès pouvaient être élaborés. nnUne fois l’éducation reconnue, Riley avait un point intrigant : ‘ Je pense qu’une autre chose est d’encourager l’empathie… l’empathie est demandée à 100 % pour que les hommes comprennent la signification de la ‘ menace ‘ sans plus tarder ou de la d’une grossesse ‘. Peut-être qu’en tant que femmes, discuter ouvertement des difficultés qui accompagnent la contraception enlèverait une partie du stigmate qui entoure actuellement la grossesse et encouragerait une plus grande sympathie chez les gentlemens ? nnC’est vrai, donc l’empathie et l’éducation paraissent aller de pair, et sont des solutions à plus long terme. Mais qu’est-ce qu’il pensait être la chose la plus efficace en manque terme pour lui-même et pour les autres hommes ? ‘ 1000 % d’une relation immersive avec une femme. Par exemple, le fait d’être là que vous souhaitiez faire de grandes douleurs et d’écouter ce que vous deviez survivre pour trouver[quelle méthode contraceptive] vous convenait le mieux, et la stigmatisation de la femme dans votre vie, tout le manque de soutien des hommes autour de vous, même des pères et des frères… Je ne savais pas que ça se passait avec mes sœurs ! Cela ne nous vient pas en tête…. ce n’est pas le job de maman, des sœurs et de la petite amie de faire ça. Il s’agit sans doute de produire un espace pour que les pères et les mères puissent enseigner à leurs fils. ‘ Je sais qu’il a raison. Nos parents et nos partenaires sont nos principaux éducateurs, et ce cheminement éducatif doit donc être un effort conscient parmi nous tous. nnLe fait d’être accueillie dans ma saine sphère a ouvert les yeux de Riley : ‘ être dans une relation hétérosexuelle en tant qu’homme est aussi cette invitation à prendre part à la tchat avec la femme dans votre vie. Quand on a le regard de l’intérieur, c’est un point de conversation commun. Les conversations que j’écoute, c’est la chose la plus éducative ; voir l’expérience partagée. ‘ Qui aurait cru le pouvoir de l’aération de tous les jours ? ! Accueillir les hommes dans nos vies dans ces conversations intimes peut être inconfortable au début, mais avec la bonne volonté et la garantie de respecter la perspective de croissance réelle s’avère possible. nnLe dialogue non fermé, l’éducation et l’empathie s’offrent comme des éléments clés pour un changement positif de la responsabilité contraceptive dans la population masculine. Je comprends l’inquiétude et le doute qui accompagnent le fardeau de la procréation chez les femmes, mais je suis vraiment optimiste à l’idée que ces inquiétudes s’apaiseront au fil des ans et que nous progresserons de plus en plus à proximité de l’égalité en matière de contraception.

    La contraception masculine – contraception masculine

    Conversation avec le Dr Wei Yan, détenteur d’une subvention de l’ITMnLe Dr Wei Yan est professeur à l’Université du Nevada, à la Reno Foundation et directeur des laboratoires de génomique unicellulaire et d’édition du génome à l’Université du Nevada, Reno School of Medicine. Son laboratoire travaille sur la génétique et l’épigénétique de la gamétogenèse et la contribution épigénétique des gamètes à la fécondation, et à la multiplication embryonnaire précoce et à la santé à l’âge adulte. Le Dr Yan a proposé plus de 130 articles de recherche et épisodes de livres évalués par des pairs, avec plus de 6 800 citations ( de l’année d’avril 2019 ). Il est récipiendaire du Prix du jeune chercheur de la Society for the Study of Reproduction ( SSR ) en 2009, du Prix du jeune andrologue de l’American Society of Andrology ( ASA ) en deux mille douze, du Prix du super héros des soins de santé du Nevada en recherche et procédé en 2013, du Prix du chercheur unique Reno de l’Université du Nevada en 2017 et du Prix de recherche SSR 2018. En mai 2016, le Dr Yan a été nommé professeur à l’Université du Nevada et à la Fondation Reno, la plus haute différenciation que l’Université accorde à ses professeurs. En novembre 2017, le Dr Yan a été élu Fellow de l’American Association for the Advancement of Science ( AAAS ). Le Dr Yan est corédacteur en chef de Biology of Reproduction, le journal officiel de la SSR. Pour plus d’informations, veuillez voir le site Web du laboratoire de Yan : www. weiyanlab. comnn nnQuel est votre lien avec la contraception ? nNos recherches essentielles sur la normalisation de la spermiogenèse offrent divulguer que les perturbations fonctionnelles de la spermiogenèse tardive ( c. -à-d. après le début de l’allongement des spermatides ) entraînent souvent la constitution de spermatozoïdes déformés et/ou vraiment pas fonctionnels et par conséquent une infertilité masculine sans causer de rétrécissement des testicules. Par conséquent, viser les gènes ou les produits de gènes spécifiques de spermiogenèse tardive représente sûrement une stratégie parfaite pour le développement de contraceptifs vraiment pas hormonaux masculins. Partant de cette idée, nous nous sommes lancés dans une étude de marché de constitués qui perturbent les dernières phases de la spermiogenèse. Nous avons trouvé que la spermatodéformine 1 ( SD1 ), un composé naturel purifié à partir d’une herbe chinoise, cible les dernières étapes de la spermiogenèse, entraînant la déformation du sperme et l’infertilité masculine de façon réversible. nn nnEn quoi le domaine a-t-il évolué à partir du moment où vous avez commencé à y bosser jusqu’à aujourd’hui ? nPas grand-chose. Les enquêteurs ont prétendu tellement de fois que les pilules pour seraient sur le marché dans quelques années, mais le fait est que nous n’avons aucun composé qui a même obtenu le statut de drogue nouvelle de recherche ( IND ). Cela a généré des effets ‘ le garçon qui pleure le loup ‘, ce qui n’est vraiment pas bon pour l’ensemble du secteur ! nn nnSelon vous, quels sont les plus grands défis qui affectent la contraception en général et la contraception masculine surtout ? nIl y a longtemps que nous n’avons pas revu nos stratégies de développement de la contraception masculine. La connaissance de la régulation de la spermatogenèse est nécessaire ; toute tentative ou approche établie sur une compréhension superficielle ou partielle du développement du sperme est vouée à l’échec. nn nnCes défis et ces possibilités ont-ils évolué au fil du temps ? Si oui, comment ? nOui. La santé génésique est de plus en plus acceptée par le public. Les personnes proposent commencé à aimer la valeur de la planification de famille et les effets de la qualité des gamètes ( spermatozoïdes et ovocytes ) sur la santé globale sur une longue durée des enfants. Cependant, les analyses sur ces sujets sont très limitées. Il est temps d’insister sur l’importance de la santé génésique, en mettant l’accent sur le contrôle de la fertilité ( c. -à-d. le traitement de l’infertilité et le développement de la contraception ). nn nnQuels sont vos espoirs pour la postérité près et proche de la contraception masculine ? nLe développement de la contraception devrait être la priorité de recherche. Dans un près futur, un ou deux des fabriqué phares les plus prometteurs devraient disposer d’un soutien pour obtenir le statut IND de la Federal Drug Administration ( FDA ). A long terme, le financement du développement de la contraception devrait être augmenté et les approches ne devraient pas être limitées aux seuls exemplaires identifiés de développement de médicaments. sachez que d’une multitude de médicaments qui sauvent des vies offrent été découverts par accident et que leurs dispositifs d’action sont restés inconnus pendant des décennies. nn nnQue faudra-t-il pour qu’ils deviennent réalité ? nDes progrès dans le développement de la contraception masculine sont vraiment nécessaires, et les promesses ou allégations vides doivent être évitées pour l’essentiel. Le plaidoyer est essentiel et à l’aide des efforts du gouvernement ( par exemple, la Direction de la contraception du NICHD ) et du secteur privé ( par exemple, MCI ), les objectifs en manque et sur une longue durée semblent en cours d’élaboration. Bien sûr, un brillant avenir dans ce secteur dépend du travail acharné et de la persévérance de toutes les parties concernées. nn nnExiste-t-il des obstacles pour les empêcher de se concrétiser ? nLes obstacles sont nombreux : manque de financement, connaissances limitées sur la spermatogenèse et la biologie du sperme, manque d’appréciation de l’impact plus large de la qualité du sperme sur la santé de la progéniture, défauts inhérents au système actuel d’examen et de sélection des subventions, pour ne baptiser que ceux-là. nn

    La contraception masculine – contraception masculine

    Une pilule contraceptive masculine a passé les premiers tests humains. Cette percée révolutionnaire dans le secteur de la contraception présente des choix divers pour les hommes, ce qui fait s’améliorer vraiment le domaine de la santé de la contraception. Cependant, sans doute encore des années avant que la pilule ne soit effectivement mise sur le marché. nnL’une des raisons de ce retard est que les chercheurs proposent dû tabler sur le financement d’organismes de bienfaisance et d’universités : les sociétés pharmaceutiques n’ont pas encore vu la de modifier cette aptitude en un médicament grandement employé et rentable. Cela est dû en partie à la croyance largement populaire que les gentlemens ne sont pas responsables de la contraception et ne sont donc pas intéressés à l’utiliser. Toutefois, les informations empiriques recueillies dans le cadre de nos propres recherches prouvent le contraire. nnChanger les perceptionsnChez CitizenMe, nous voulions explorer la thématique de la contraception masculine de manière à repérer les attitudes anciennes et comment les gentlemens et les femmes réagiraient aux nouveaux produits, s’ils étaient disponibles. Nous avons mené deux enquêtes multinationales auprès de filles et d’hommes sur notre plateforme pour savoir ce qu’ils pensaient de cette nouvelle pilule en cours d’élaboration. nnnn nnAudience : Global, Hommes, 16-65 ans ( n=1000 ) nnIl est avantageux de spécifier que seulement 20 % des mecs proposent carrément rejeté l’idée d’essayer la pilule contraceptive masculine. Les raisons pour celles qui n’étaient pas aussi sécurisant allaient du désir d’avoir plus de conseils sur le sujet à l’idée que ce n’est pas assez ‘ coté masculin ‘. Cependant, 59% des hommes étaient de votre avis pour dire que les hommes et les femmes devraient être également responsables de la contraception. nnnnAudience : Global, Filles, 16-65 ans ( n=999 ) nnDe même, seulement 20 % des femmes offrent indiqué qu’elles ne seraient pas disposées à utiliser la pilule contraceptive masculine comme méthode de contraception. De même, la principale raison de l’hésitation était le désir d’en savoir plus à ce propos. Il est avantageux de souligner qu’il y a aussi un pourcentage significatif de filles ( 25% ) qui ne feraient pas confiance à l’homme pour prendre cette pilule. nnNécessité de modifier les normes sexospécifiquesnLa disparité entre la quantité et les genres d’options contraceptives effeminées et masculines a un impact beaucoup plus important sur les femmes : nnElle oblige les femmes à assumer la plupart des charges financières et sanitaires liées à la contraception ( visites chez le médecin, achat de la pilule, prescriptions, etc. ). nElle exige des femmes qu’elles assument la responsabilité de la contraception en général et le tension supplémentaire que cela entraîne. Cela réduit l’autorité des hommes en matière de duplication, ce qui améliore la responsabilité des femmes. nParce que les possibilités des femmes en matière de contraception sont présentées comme une forme d’autonomisation des femmes et d’égalité sociale, les injustices de la situation actuelle demeurent souvent cachées. Une véritable égalité sociale montre que les femmes et les gentlemens s’orientent en direction du donner des responsabilités en terme de contraception. Nous croyons que cela peut se faire de deux façons : nnDévelopper de toutes nouvelles options contraceptives masculines. C’est ce qu’il y a actuellement, mais les compagnies pharmaceutiques doivent penser qu’il y a un marché pour cela. Ils sont primordiaux pour communiquer le financement nécessaire à la mise à disposition de ces pièces et pour rajouter de la crédibilité aux campagnes de sensibilisation et d’acceptation. nPour que ces pièces soient mis en vente et utilisés, il faut aussi qu’il y ait un changement simultané des croyances sur les rôles assumés par les gentlemens et les femmes. l’étape numéro 1 pour faire de la contraception une véritable responsabilité partagée revient à se demander ce que les hommes et les femmes des différents pays pensent de cette perspective. Ce n’est qu’en incluant extrêmement les croyances des gens que les mentalités peuvent commencer à changer. nEngager différentes coutumes pour une fibre potentielnNotre plateforme de recherche anonyme et éthique permet aux gens du monde entier d’exprimer leurs idées sans porter de jugement, ce qui permet une compréhension nuancée des attitudes et des comportements sur différents discussions. nnDans cette étude, nous avons reçu des réponses de l’Inde, des Philippines, du Royaume-Uni, de l’Inde, du Brésil, du Vietnam, des États-Unis, de l’Espagne, de la france, de l’Italie et des Pays-Bas, révélant comment les attitudes envers la pilule changent selon chaque pays. Par exemple, bien que les gentlemens hindous âgés de 18 à 24 ans aient indiqué que le principal facteur dissuasif pour essayer la pilule masculine était l’absence de renseignements à ce propos, ils ont également indiqué que la religion était un problème. Alors qu’au Brésil, les gentlemens du même groupe d’âge sont plus préoccupés par le fait que la contraception est la responsabilité des femmes et pensent que prendre la pilule ne est donc pas assez ‘ coté masculin ‘. nnCes échanges nous montrent que les femmes et les gentlemens paraissent plaire que la responsabilité de la contraception consiste en les deux. Bien qu’il existe différents obstacles culturels et comportementaux à la prise de la pilule dans chaque pays, un soucis universel a été identifié : l’absence d’information à son sujet. Pour que les contraceptifs masculins soient adoptés, il est fondamental de disposer d’actualités claires permettant de dissiper les craintes potentielles. Si cela peut être effectué efficacement, il y a certainement un grand marché potentiel pour les contraceptifs masculins.

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Spermatogenèse – Mécanismes de la contraception masculinenLe système reproductif relationel est un ensemble complexe de éléments interdépendants, dont beaucoup sont nécessaires à une fertilité soutenue. En interrompant ne serait-ce qu’un seul de ces cheminement obligatoires, nous pouvons trouver de toutes nouvelles méthodes de concevoir des contraceptifs non hormonaux excitants pour les gentlemens. L’un des principes harmonieux est la création de spermatozoïdes, ou spermatogenèse. nnPas de spermatogenèse, pas de spermatocytes, pas de spermatozoïdes, pas de spermatozoïdes. nLa spermatogenèse est la conception de spermatozoïdes matures depuis cellules germinales. Les cellules germinales précoces, appelées spermatogonies, résident à la périphérie des tubules séminifères du testicule. Cette population contient à la fois des cellules souches et des spermatogonies de distinction, qui éprouvent une série de divisions mitotiques pour amplifier le volume de cellules. Les cellules germinales entrent alors dans la méiose, la seconde période de la spermatogenèse, et sont appelées spermatocytes. Pendant la méiose, la recombinaison génétique intervient et les spermatocytes subissent deux divisions qui divisent par deux le volume de chromosomes présents dans chaque cellule. nnspermatogenèse de la cellule germinale au spermenLe processus de spermatogenèse, qui commence avec une cellule souche spermatagonale et se termine avec plusieurs spermatozoïdes entièrement formés. Photo adaptée d’OpenStax College distribuée sous licence CC-BY 3. 0. nPendant la spermiogenèse, période finale de la spermatogenèse, les cellules germinales haploïdes ( spermatides ) subissent d’importants changements et ressemblent encore plus à ce que nous appelons le sperme classique, avec des queues et autres structures comme l’acrosome. nnEnfin, les spermatozoïdes vraiment pas mobiles sont transportés vers l’épididyme. Les spermatozoïdes endurent un process de pause leur transit dans l’épididyme. En conséquence, ils acquièrent la capacité de mobilité à proximité de l’avant et deviennent capables de fécondation. nnUne façon d’influencer la spermatogenèse est de manipuler les niveaux d’hormones. Des essais cliniques sont en cours sur la fabrication de contraceptifs hormonaux masculins, mais existe de multiples approches vraiment pas hormonales pour arrêter la spermatogenèse ou interférer avec la maturation épididymique. nnUn médicament qui arrête la spermatogenèse aurait des caractéristiques avantageuses, y compris un temps d’apparition potentiel de 2 à 3 mois. C’est parce qu’il faut un moment pour que les spermatozoïdes se développent et se préparent à l’action, mais également après avoir cessé la spermatogenèse, tous les spermatozoïdes dans le pipeline resteraient encore. nnMCI a financé des projets dans ce domaine, tels que Gunda Georg à l’Université du Minnesota et son travail sur TSSK1/2. D’autres projets dans des institutions du cherche se concentrent sur diverses approches pour perturber temporairement la spermatogenèse ou la maturation épididymique afin d’invalider la constitution de spermatozoïdes fonctionnels. nnIl y a plus d’une façon de contracepter. nLa réplication est un appareil grande et difficile, avec de multiples méthodes de mettre un frein temporaire sur le process. La prévention de la spermatogenèse est l’un des moyens de fabriquer la prochaine génération de contraceptifs masculins. D’autres projets axés sur la prévention du transport, de la motilité et de la fécondation des spermatozoïdes sont en cours de réalisation. nnEnsemble, nous espérons que ces entreprises spécialistes créeront de nombreuses formes de contraception masculine avec des profils de produits variés qui répondent aux besoins d’un plus grand nombre d’utilisateurs. nn

    La contraception masculine – contraception masculine

    L’appareil reproducteur masculinnQu’est-ce que le système reproducteur masculin ? nPour créer de dernieres nouvelles possibilités contraceptives masculines, nous devons comprendre le système reproducteur coté masculin. Les mâles humains offrent des organes reproducteurs ( aussi appelés organes génitaux ) qui sont à la fois à l’intérieur et du bassin. Au total, les organes génitaux masculins comprennent 4 parties qui forment le système reproducteur coté masculin. Ce sont les 4 éléments clés du fonctionnement reproductif coté masculin : nnles testicules, nle système de conduits, constitué de l’épididyme et du canal déférent, nles glandes accessoires, qui comportent les vésicules séminales et la prostate, net le pénis. nLes organes génitaux masculins, aussi nommés organes graveleux, agissent ensemble comme système reproducteur pour générer et libérer du sperme comportant du sperme. Le sperme dans le sperme peut féconder un ovule ou un ovule pour fabriquer un bébé ( appelé création ). nnLa contraception ou contraception est une méthode utilisée pour prévenir la création lorsqu’une personne ou un couple veut être sexuellement actif mais n’est pas prêt à fonder une famille. La contraception hormonale est basée sur l’interruption du cycle menstruel. Parce que les spermatozoïdes sont produits en continu, il n’y a pas de cycle reproductif coté masculin identique à interrompre. nnHistoriquement, les techniques contraceptives masculines étaient axées sur une section du dispositif reproductif coté masculin, à savoir l’arrêt complet de la création de sperme. actuellement, les chercheurs se concentrent sur la fonction du sperme en l’occurence que sur l’arrêt de la réalisation de spermatozoïdes. Des exemples de changements fonctionnels dans le système reproducteur masculin comportent la prévention de la swim des spermatozoïdes et la prévention de la fécondation d’un ovule par les spermatozoïdes. nnEn savoir plus sur les solutions contraceptives masculines dans le pipeline de R

    La contraception masculine – contraception masculine

    Le passé récent et l’avenir prochen ‘ Où vous voyez-vous dans cinq ans ? ‘ nCette question est souvent posée lors des entretiens d’embauche, et c’est un bon moyen d’examiner l’investissement futur d’une personne. Il a été dit à beaucoup de reprises que le contrôle des naissances chez l’homme était à 5 ans lors des 20 années passées. malheureusement, ce n’est pas très loin du bonheur. Une combinaison de éléments, y compris un manque d’utilité de la part des principaux acteurs pharmaceutiques, des infos erronées sur l’acceptabilité des contraceptifs masculins et une absence de financement de la recherche a créé un scénario dans lequel il existe de multiples voies grandement ouvertes pour réaliser des contraceptifs masculins, mais personne pour les suivre. il existe une absence évident d’investissement dans la contraception masculine, malgré les avantages identifiés et évidents. nnPrenons, par exemple, un article récent du Journal of the American Medical Association, JAMA. L’article accentue la réticence des constructeurs de médicaments à vous immerger leurs pieds dans les pays de la contraception masculine. Leur réticence s’explique en grande partie par le fait que les méthodes contraceptives féminines efficaces et bon marché sont omniprésentes sur le marché. Avec une base aussi fiable, ils ne considèrent pas les nouveaux contraceptifs comme des blockbusters potentiels. nnDe plus, est compliqué d’ajouter sur le marché des contraceptifs pour hommes. nnnLa ‘ vallée de la mort ‘ est une période risquée de l’élaboration d’un médicament où d’une multitude de médicaments échouent avant même d’être soumis à des essais cliniques. il y a peu de chances que les constructeurs de médicaments poussent les élèves dans cette ‘ vallée ‘ à moins qu’ils ne puissent être raisonnablement certains de récupérer leur argent. nnLorsque l’on associe ces préoccupations à la perception du public selon laquelle les hommes ne sont pas disposés à prendre des contraceptifs, une tendance à la réticence mal informée se fabrique. Aujourd’hui, cette réticence persiste malgré le fait qu’une étude récente d’Ipsos conseille que 88 % des Américains estiment que les hommes et les femmes ont une responsabilité égale en matière de contraception et que 65 % des hommes seraient prêts à utiliser une méthode hormonale de contraception, si elle existait. nnEt la désinformation ne se termine pas aux fabricants de médicaments. Le grand public a entendu parler de le moteur de recherche sur le contrôle des naissances chez les hommes, et cela ne s’est pas bien passé. La nouvelle de l’annulation d’une étude a fait la une des journaux, et l’histoire sexuée de la contraception a incité de beaucoup de membres du public à passer rapidement à l’offensive. Des organisations comme la nôtre demeurent pour mettre en avant les contraceptifs masculins et offrir la vérité sur l’acceptabilité, mais ces idées fausses peuvent être omniprésentes. nnEt que faisons-nous pour résoudre au manque d’incitation ? nNous guidons les gens sur des chemins ouverts. Plus précisément, nous essayons de combler le fossé qui sépare la ‘ vallée de la mort ‘ en finançant la recherche géolocalisée au stade précoce. Le premier candidat-médicament peut attirer l’attention des fabricants de médicaments, qui sont désormais incités à tenter la contraception masculine. Nous menons de plus nos propres études de marché pour savoir quelles qualités de contraceptifs masculins sont nécessaires pour réussir. Ces connaissances sont publiées et éclairent nos décisions de financement. Ces données de marketing servent de plus à illustrer le désir de possibilités contraceptives masculines. nnAlors, où nous voyons-nous dans cinq ans ? nnnNous nous imaginons mettre fin à ce dicton de longue date – que le contrôle des naissances chez l’homme est dans 5 ans. Nous diversifions les variété de recherche qui sont financés. Et notre conseil de conseillers s’assure que la recherche interne que nous finançons a les meilleures probabilités de réussir. Nous insistons autant pour que les options prospectives soient incluses dans la couverture des soins de santé, prenant garde à à ce que le contrôle des naissances et la contraception masculine dans leur ensemble demeurent une section de la conversation nationale. Les choses sont plus près qu’elles ne l’ont jamais été, et dorénavant une organisation comme MCI existe afin d’accompagner à combler cet écart terminal. nnHeureusement, ce n’est pas la fin de notre travail. Grâce à nos enquêtes de digital et d’acceptabilité, nous savons que les besoins des mecs en matière de contraception sont aussi différents que les gentlemens eux-mêmes. Même dans cinq, 10 ou vingt ans, nous poursuivrons nos exercices. Notre travail consiste à nous assurer que de nouvelles alternatives sont toujours à l’étude. Éventuellement, ces options répondront aux besoins du plus grand volume d’utilisateurs possible. nnC’est une longue partie à jouer. nEt cela nous oblige à faire le point sur la situation dans son ensemble. Il est difficile de appréhender pourquoi une zone aussi attirant dans le secteur de l’élaboration de médicaments a suscité si peu d’intérêt. En évaluant de diverses avenues, nous avons la meilleure chance de servir le public. Nous avons la meilleure chance de faire du contrôle des naissances une conversation à laquelle tout le monde contribue.

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Pourquoi la contraception masculine : Dr John AmorynLa population internationale déborde sept 000 000 000 d’habitants, augmente de quatre-vingts millions chaque année et atteindra à coup sûr 9 à 10 000 000 000 en 2050 ( 1 ). La croissance démographique est l’une des majeures causes de la dégradation de l’environnement et de la douleur des humains due à la pauvreté et à la faim ( 2 ). Une grande partie de cette croissance démographique est involontaire. En 2008, 41 % de toutes les grossesses sur la planète n’étaient pas planifiées et 20 % de toutes les grossesses se sont terminées par un avortement, pouvant entrainer 47 000 décès maternels dus à des avortements tout bonnement non médicalisés ( 3, 4 ). Aux États-Unis, le taux de grossesses non désirées est de 48 % et 18 % de toutes les grossesses se terminent par un avortement, ce qui représente 1, 1 million d’avortements chaque année ( 3 ). nnCe taux élevé de grossesses tout bonnement non désirées est dû à une utilisation et/ou un accès inadéquats aux techniques de contraception. L’accès à la contraception réduit extrêmement la croissance démographique et les taux d’avortement, ce qui se traduit par des améliorations positives de la santé néonatale et maternelle ( 5 ). excepté l’atténuation de la croissance démographique internationale, faire appel à la contraception moderne et à de meilleurs soins de clinique sur la planète entier permet d’éviter 1, 7 million de décès néonatals et 251 000 décès maternels chaque année ( 5 ). Par conséquent, y a un large besoin d’un meilleur accès aux contraceptifs , d’une meilleure dressage en terme de contraception et d’un plus grand volume de possibilités contraceptives, tant aux États-Unis que dans les pays. nnAux États-Unis, 30 % de toute la contraception actuellement réalisée est pilotée par un garçon, 20 % de tous les paires utilisant des préservatifs et 10 % des couples ayant recours à la vasectomie ( 6 ). Ces deux solutions de contraception masculine exposent des problème technique importants. Les préservatifs, tout en avoir une certaine protection contre les infections sexuellement transmissibles, offrent une efficacité contraceptive marginale ( 7 ), et la vasectomie, qui est onéreuse et difficile à inverser efficacement, est vue comme une méthode de contraception masculine irréversible à plus juste titre ( 8 ). Un contraceptif coté masculin réversible serait bien accueilli par une grande majorité de gars ( neuf, 10 ) et aurait un plus marqué pour réduire le taux de grossesses tout bonnement non désirées, la croissance tout bonnement non souhaitée de la population et leurs impressions. nn———–nnLe Dr John Amory est professeur de médecine à l’Université de Washington, où ses recherches portent sur le développement de nouvelles formes de contraception masculine. La Dre Amory siège de plus au conseil consultatif de l’Initiative sur la contraception masculine.