• contraception masculine
  • slip contraceptif
  • contraception masculine thermique – slip contraceptif boule au chaud

    La contraception masculine – contraception masculine

    Contraception masculine : où en est-on ? nnPréservatif, slip chauffant, vasectomie : quelles méthodes de contraception subsistent et sont extrêmement efficaces pour les gentlemens ? On fait le tour. nCroyez-le ou tout bonnement non, c’est un garçon ( Lucien Neuwirth pour la culture G ) qui s’est battu pour la légalisation de la pilule en France. Apparemment, il faudra encore attendre un bout de temps pourtant pour que le sexe masculin s’empare entièrement de la contraception. Plus encore pour qu’il se dise que c’est à lui de la prendre. Seulement une centaine de gars sont « contraceptés » en France, selon des chiffres avancés par l’Association pour la Recherche et le Développement de la Contraception Masculine ( Ardecom ). nnContraception : à quand le tour des hommes ? nCe n’est cependant pas faute pour les femmes d’exprimer une volonté de changement. jour après jour, une plus grande frange du marché féminin dit stop aux hormones. Ainsi, la pilule, légalisée en 1967, amorce un recul dans son utilisation, surtout chez les femmes de 20-29 ans, d’après le Baromètre Santé 2016 sur les pratiques contraceptives des femmes ( et leurs évolutions depuis 2010 ) réalisé par Santé Publique France. nnEn 2010, 45% des femmes utilisaient la pilule comme moyen de contraception, contre 36, 5% en 2016. La pilule reste tout de même le moyen de contraception le plus exploité, devant le dispositif intra-utérin ( l’un des stérilets, celui en cuivre, est notamment sans hormone ) et le préservatif. nnPourquoi les hommes ne sont-ils pas prêts à prendre cette responsabilité ? Question épineuse, car tout d’abord un tabou persiste. L’enfantement, et de ce fait la contraception, a longtemps été « une affaire de femmes » ( hello, sweet sexisme ! ), et cette idée a dû mal à être ébranlée. ensuite, parce que ce tabou occasionne une méconnaissance des Français. Saviez-vous qu’il existe d’ores-et-déjà des techniques contraceptives masculines fonctionnelles sur le marché ? On fait un tour d’horizon. nnVidéo du jour : nnContraception : l’émergence de la vasectomienSans surprise, l’une des solutions les plus simples est l’utilisation du préservatif. On pense cependant sa sûreté à 85%, donc même s’il faut toujours sortir couverts, un risque persiste ( comme dans toutes les techniques, remarquez ). nnD’autres, d’autant plus vaillantes, choisissent le retrait, aussi appelé coït interrompu. Sans vous faire un dessin trop détaillé, cela se résume à enlever son pénis du vagin de sa partenaire avant l’éjaculation. Bien sûr, les risques sont grands…surtout pour ceux qui oublie que le liquide pré-séminal peut entraîner avec lui le reste de sperme d’un précédent rapport présent dans l’urètre : si les spermatozoïdes sont toujours vaillants, ils vont alors nager jusqu’aux ovules pour les féconder. nnLes autres moyens de contraception sont plus qualitatifs, mais plus une contrainte. La plus radicale, c’est la vasectomie. Elle connaît par ailleurs un grand boom ces dernières années, alors que la France est l’un des pays les plus frileux quant à cette technique. Selon des chiffres de l’Assurance Maladie, le nombre de vasectomies a augmenté de 491% entre 2010 et 2018. Dans le détail particulier, 9 240 hommes proposent choisi cette méthode de stérilisation en 2018, contre 1 880 en 2010. nnnIl s’agit d’une manoeuvre des canaux déférents qui vehiculent les spermatozoïdes, rendant ainsi l’homme stérile. L’opération est entièrement prise en charge par la Sécurité sociale. nnCette méthode est habituellement réversibles. Au cas où, les gentlemens qui y ont recours offrent la possibilité de congeler du sperme sans contre partie avant l’opération. nnContraception hormonale vs calorifique : le coeur des femme balance ? nIl existe également une contraception hormonale masculine. Non, ce n’est pas la pilule contraceptive pour , qui en est encore à l’état de test. Il s’agit d’injections de testostérone hebdomadaire. nnPourquoi c’est contraignant ? D’abord, parce qu’il faut trois mois après le début du traitement pour l’arrêt de la spermatogénèse ( process de production des spermatozoïdes ), donc pour que ce soit infaillible. ensuite, parce qu’il faut faire des spermogrammes lors du traitement, et que c’est enquiquinant. de même, parce que l’Organisation internationale de la santé ( OMS ) recommande un usage limité à dix-huit mois, et que l’Agence nationale de sécurité du médicament ( ANSM ) recommande son application seulement aux « hommes de 25 à quarante cinq ans n’ayant pas certains antécédents ( cardiovasculaires, hépatiques, de cancers, d’obésité, psychiatriques, etc. ) ou ne consommant pas de tabac ». nnEnfin il y a le slip chauffant. C’est ce qu’on appelle la contraception masculine calorifique. Non reconnu pas les autorités sanitaires, est confestionné de telle sorte à plaquer les testicules contre le restant de notre corps, faisant ainsi grimper leur conditions atmosphériques de 34 à 37 degrés. Or, au-dessus de 35 degrés, la spermatogénèse se termine. nnCet but doit se porter au maximum 15 heures tous les jours, pour plein de 4 ans selon les conseils des médecins, les études n’étant pas allées outre cette durée. nnL’anneau pénien « Androswitch » suit par ailleurs le même fonctionnement.

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Rapport d’enquête sur les perspectives en matière de contraception chez les hommesnCe billet est affiche par Kathryn Carpenter, boursière du MCI et étudiante à la gestion en santé publique de l’Université de Caroline du Nord – Gillings School of Global Public Health. nnMCI mène des enquêtes pour nous aider à comprendre les perceptions des utilisateurs possibles de contraceptifs masculins. La collecte de ces témoignages nous aide, en tant qu’organisation, à comprendre ce que les consommateurs possibles recherchent et comment les gens perçoivent la contraception masculine. nnUne étude neuve des points de vue des parties prenantes et des usagers possibles de la contraception masculine nous a donné un aperçu de ce que les individus interrogées recherchent dans les techniques potentielles et de la manière dont les toutes nouvelles solutions affecteraient la mobile entre les sexes et les relations et la durée reproductive. Nous partageons en ce lieu certaines des principales conclusions de cette enquête. nnMéthodesnnAu moment de l’analyse, il y avait 244 répondants au sondage, qui a été distribué par l’entremise du bulletin de MCI et du listserv de la Fondation Parsemus. bon volume de étaient des utilisateurs potentiels ( 75 %, sans aucun doute des mecs ) et des partenaires d’utilisateurs potentiels ( 7 %, à coup sûr des femmes ). la plupart des autres répondants étaient des personnes intervenant dans le domaine : en R-D, dans la sphère universitaire et dans le financement. malgré que les répondants représentaient tous les continents du monde, la plupart venaient d’Amérique du Nord et d’Europe ( 64 % et 27 %, respectivement ). nnMale Birth Control User Perspectives : Principales constatationsnnLa grande majorité des gens veulent plus de possibilités de contraception masculine. nLes répondants veulent des particularités spécifiques dans les dernieres nouvelles solutions. nIl existe des solutions familières, et les personnes expriment une attente spécialisé pour ces méthodes. nLes personnes interrogées pensent que les hommes devraient être aussi ou plus impliqués que les femmes dans la planification de famille. nDifférentes organisations doivent s’impliquer pour rendre les contraceptifs masculins plus disponibles, la participation des organisations de santé et de soins de santé est cruciale, et davantage de financement et de recherche sont nécessaires. nAvoir plus de possibilités contraceptives masculines favoriserait les relations et l’égalité des sexes, exigerait des hommes qu’ils assument encore plus de responsabilités et aiderait les gentlemens à avoir plus d’autonomie en terme de réplication. nLe digital, la publicité et l’éducation sont importants pour faciliter les gens à comprendre la contraception masculine. nParmi les répondants, y a un désir clair pour plus de techniques de contraception masculine : 97% des répondants disent qu’il y a une envie pour une contraception masculine supplémentaire. Les répondants pensent autant que les hommes devraient être impliqués dans la planification de famille : 96% des répondants pensent que les hommes devraient être aussi impliqués que les femmes dans la planification familiale ou plus impliqués que les femmes dans la planification de famille ( 85% pensent que les hommes et les femmes devraient être impliqués de plus, alors que 11% pensent que les gentlemens devraient jouer une fonction moteur ). nnnLes quatre principaux thèmes identifiés dans cette enquête sont les suivants : nnCaractéristiques spécifiques d’une méthode éventuelle que les répondants souhaitent. Les répondantes proposent des idées ciblées sur les variété de contraception qui leur conviennent et sur les atouts qu’elles espèrent ou dont elles auraient besoin pour utiliser une méthode spécifique. ‘ Peu onéreux, vraiment pas hormonal, réversible… ‘ nnRelations et égalité entre les sexes. Les répondants reconnaissent que les femmes offrent beaucoup plus d’options qu’elles et qu’elles veulent alléger le fardeau des femmes en général ou d’une demoiselle en particulier ( p. ex., leur partenaire ) ou le donner avec elles. ‘ J’aimerais pouvoir assumer le fardeau de la contraception pour mon mariage dans le but mon épouse n’ait pas à supporter toutes les solutions difficiles et inconfortables qu’elle a essayées. ‘ nnAutonomie, contrôle et responsabilité en matière de duplication. Les personnes interrogées souhaitent l’autonomie en terme de procréation et affirment que les hommes devraient être en mesure d’assumer encore plus de responsabilités en terme de contraception. ‘ Ma vision est que chacun ait l’opportunité d’être pleinement responsable de sa fertilité. ‘ nnMéthodes nommées ( Vasalgel, RISUG ou vasectomie temporaire/réversible ). Les répondants reconnaissent certaines solutions plus que d’autres et expriment celles qu’ils veulent, bien qu’ils paraissent souvent ne pas savoir franchement pourquoi leur méthode préférée n’est pas prêt. ‘ J’espère que Vasagel[sic] deviendra réalité. ‘ nnnComment les individus interrogées pensent-elles que nous pouvons faire de la contraception masculine une réalité ? nnLes répondants affirment que la disponibilité d’une méthode est importante, et qu’il faut aussi éduquation, diffuser l’information et faire du digital. Ils pensent que les hommes et les femmes doivent tous les deux être inclus dans la conversation sur la contraception masculine, et qu’il est important d’accroître le financement, la géolocalisation et les contrôles. nnQue fait MCI ? nnNous sommes en accord avec les répondants pour dire que nous avons besoin de solutions disponibles ! Nous finançons des chercheurs qui mettent au point des techniques contraceptives masculines, et nous catalysons également les conversations autour de l’élargissement des alternatives de contraception pour hommes. Nous l’amenons sur le marché et nous nous garantissons que le marché est prêt à l’accueillir. Restez engagés avec nous et sur ce que nous oeuvrons avec notre site internet Web et nos canaux de médias sociaux : Twitter, Instagram, LinkedIn, Soundcloud, YouTube et Snapchat.

    La contraception masculine – slip contraceptif

    présentez contraception avec votre partenaire : Quelles sont les possibilités ? nCe billet de site invité est de Jack Burke, un défenseur en ligne de la santé mentale, et sexuelle des mecs. Il croit que le chemin vers le vrai bien-être commence et se termine par des soins personnels. nnTout le monde sait que la clé d’une relation réussie est la communication. Parler ouvertement et honnêtement à votre partenaire de vos opinions et de vos préférences sur tous les discussions est la meilleure façon de réaliser une relation serré et durable. C’est particulièrement vrai quand il s’agit de sexe, mais la conversation est plus conséquente que les positions et préférences favorites. Une partie de la conversation qui est si souvent négligée est celle sur la contraception ; quelles sont les méthodes les plus agréables, énergiques et préférées ? Trop souvent, on présume que l’homme portera simplement un condom ou que la femme prendra la pilule contraceptive. Quelles sont les possibilités réelles et quels sont les atouts et les inconvénients de chacune ? nnPréservatifsnnLes préservatifs ont toujours été la forme de contraception la plus courante chez les gentlemens. Cela est dû au fait qu’ils sont largement disponibles et, pour la plupart, rentables. Le manque actuel d’options diverses dans le secteur de la contraception masculine a forcé les préservatifs à être appréhendés comme le choix ‘ à faire ‘. Avec le temps, cette attitude a amené les gentlemens à imaginer que les préservatifs sont aussi bons que la contraception masculine ne peut l’être, ce qui est évidemment faux. nnLes sociétés de préservatifs afficheront fréquemment un taux de réussite de 98 %, mais si l’on tient compte de l’utilisation abusive et d’autres erreurs, le taux moyen tombe à 110 %. Si vous et votre partenaire choisissez d’employer des préservatifs, assurez-vous de les utiliser convenablement pour éviter les grossesses tout bonnement non désirées et les MST. nnLes préservatifs internes ( de plus nommés préservatifs féminins ) sont également une option, mais ils offrent un taux de succès inférieur à celui des préservatifs masculins. Elles demandent aussi souvent un ajustement, une lubrification supplémentaire et parfois une réinsertion, ce qui peut interrompre les rapports porno pour vous et votre partenaire. nnN’importe où entre 1% et 6% des Américains souffrent d’une allergie au latex, qui pour une femme peut faire la passion avec un préservatif vraiment génant, mais aussi créer des problèmes de santé. Une émotion au latex peut ne se exprimer qu’après des expositions répétées, alors soyez attentif à toute irritation que vous pourriez ressentir après avoir employé des condoms. bien que les préservatifs soient une pratique familière pour les rapports sexuels protégés, est decisif de parler ouvertement tout bonnement non seulement des avantages, mais également des risques qui accompagnent leur utilisation comme couple. nnContraception oralennLes pilules contraceptives pour dames font souvent la manchette en 2019, étant injustement politisées d’un côté ou de l’autre. Parce qu’on en parle beaucoup, on peut sans problème supposer que la majorité des femmes prennent actuellement ‘ la pilule ‘, mais ce n’est pas du tout le cas. Selon le Guttermacher Institute, seulement 25, neuf % des femmes emploient la contraception orale, tandis qu’une autre enquête neuve a divulguer que 70 % des femmes proposent déclaré avoir cessé de prendre la pilule ou avoir envisagé de l’arrêter au cours des trois dernières années. nnAu dire de tous, la pilule est efficiente à presque 100 %, lorsqu’elle est utilisée correctement, mais cela ne veut pas dire que les femmes doivent se tracasser pour que leurs ordonnances soient exécutées en valent véritablement la peine. Certaines marques préférées de contraception orale ne sont pas couvertes par certains régimes . Et même lorsqu’elles sont disponibles, les pilules contraceptives proposent leurs effets secondaires communs ; est par conséquent important que les femmes trouvent celle qui leur convient le mieux. nnActuellement, il n’y a pas de possibilités contraceptives orales pour les gentlemens, ce que nous trouvons inacceptable. malgré que le moteur de recherche soit en cours depuis un moment déjà, il a fallu agir pour que toute solution viable soit mise en marché. avant que cette option soit disponible dans le commerce, assurez-vous que la femme avec qui vous êtes est à l’aise avec la contraception et qu’elle est au commun de tout effet secondaire possible. nnChirurgiennQuand on y pense, est assez choquant de constater que l’une des formes les plus habituelles de contraception, tant pour les gentlemens que pour les femmes, est la chirurgie. La demande d’une méthode contraceptive fiable est si forte que nous restons prêts à faire modifier notre corps chirurgicalement pour l’obtenir. Cela ne devrait pas être le cas, et cependant la ligature des trompes est la deuxième forme de contraception la plus populaire aux États-Unis. La vasectomie, bien qu’elle soit envisager comme une intervention beaucoup plus sûre, plus rapide et moins invasive, est beaucoup moins moderne. Pourtant, plus de 500 000 hommes annuellement choisissent encore de opérer. nnBien qu’une vasectomie soit considérée comme une intervention chirurgicale mineure, elle n’est pas sans risque. Des études scientifiques antérieures offrent établi un lien statistique entre les patients ayant subi une vasectomie et les hommes qui développent un cancer de la prostate ultérieurement dans leur vie. de plus, bien qu’une vasectomie n’affecte pas physiquement votre libido, les sensations psychologiques possibles de l’opération peuvent parfois déclencher une dysfonction érectile. Même après une vasectomie, la stérilisation permanente n’est pas garantie, ce qui est sûrement problématique. nnToute intervention chirurgicale est une décision qui ne doit pas être prise à la légère. Vous et votre partenaire devriez en discuter longuement ( et avec un professionnel ) pour vous assurer que vous faites ce qui est le mieux pour vous deux. nnL’avenir de la contraceptionnnComme vous pouvez le constater, aucune de ces alternatives n’est parfaite ; elles offrent toutes leurs possibilités et leurs problème technique. Un jour viendra où nous pourrons nous vanter d’avoir un contraceptif sûr, vraiment pas hormonal et réversible pour les hommes, qui nous permettra d’élargir cette conversation outre ce que nous savons actuellement. Augmenter le nombre de techniques contraceptives dans le futur donnera aux paires un plus grand éventail de possibilités et vous permettra, à vous et à votre partenaire, de prendre la décision la plus pertinente et la plus sûre pour votre santé et votre relation. nnContraceptionContraceptionMâle Contraception

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Les dernieres nouvelles méthodes contraceptives masculines sont plus proches qu’elles ne l’étaient auparavant. Les progrès dans le développement d’une nouvelle contraception masculine réversible proposent été lents – la recherche géolocalisée a commencé approximativement au même moment que la géolocalisation sur la contraception dans les années 1950, mais elle n’a pas connu le même succès et même le même investissement que la contraception féminine. nnDiverses initiatives financées par des fonds publics proposent amène à d’importants développements dans le contrôle de la duplication masculine, surtout la technique de vasectomie sans scalpel, une méthode contraceptive permanente très efficiente. Plusieurs nouveaux esters de testostérone, comme l’undécanoate de testostérone, ont aussi un potentiel contraceptif. malheureusement, bien qu’il ait été clairement prouvé que l’approche hormonale est compétente pour fournir une contraception infaillible et réversible, n’existe aucun produit prêt. nnActuellement, le Eunice Kennedy Shriver National Institute for Child Health and Human Development, en colaboration avec le Population Council, coordonne un test multicentrique d’une combinaison de gel auto-administrée de testostérone et du progestatif Nestoroneâ. Cette méthode d’usage de tous les jours à l’initiative de le bénéficiaire intégrale les techniques contraceptives masculines en général injectables avant cela étudiées. nnOutre les soins combinés testostérone – progestatif, de nouveaux stéroïdes à longue durée d’action ayant à la fois une animation androgénique et progestative en sont aux premiers tentatives cliniques. Ces stéroïdes artificielles offrent un effet similaire à celui des contraceptifs hormonaux testostérone progestatifs, mais permettent la d’une dose orale de tous les jours unique ou d’implants sous-cutanés, élargissant ainsi les options contraceptives pour les gentlemens. nnNouvelles approches vraiment pas hormonales qui peuvent des atouts. Les interventions avec des sites potentiels d’action sur la spermatogenèse, la maturation des spermatozoïdes dans l’épididyme ou dans le canal vasculaire font actuellement l’objet de tests précliniques. nn54% des femmes au Royaume-Uni comptent déjà sur leur partenaire coté masculin pour la contraception, qu’il s’agisse de stérilisation masculine, de préservatifs masculins ou de techniques de retrait. Depuis , plusieurs études basées sur des enquêtes menées dans divers milieux culturels et sociaux offrent divulguer qu’au moins 25 % des hommes considèrent la contraception hormonale comme acceptable. nnMalheureusement, ils n’ont toujours pas cette possibilité, mais est à espérer que de dernieres nouvelles alternatives iront sur le marché lors des prochaines années. nn

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Entretien avec la Dre Patricia Cuasnicu, possesseur d’une subvention de l’ICMnPatricia S. Cuasnicu est chercheuse scientifique principale au Conseil national de recherches ( CONICET ) de l’Instituto de Biologia y Medicina Experimental ( IBYME-CONICET ) à Buenos Aires. MCI a accordé à la Dre Cuasnicu une subvention de déclenchement de 150 000 $ en 2018 pour l’aider à poursuivre son travail. nnQuel est votre lien avec la contraception ? nJ’ai commencé mon compétence post-doctorale au Cornell Medical Center, New York Hospital, sous la direction du Dr. J. Michael Bedford, où j’ai commencé à travailler comme boursier NIH. Le Dr Bedford s’étant vraiment intéressé à l’étude de l’utilisation éventuelle des protéines épididymaires pour le développement de la contraception masculine, nous avons présenté un plan de recherche post-doctorale visant à réfléchir le potentiel contraceptif du CRISP1 purifié, une protéine épididymique identifiée par notre laboratoire en 1976 et le premier membre de la famille CRISP ( Cysteine Rich Secretory Protein ). nnDe retour en Argentine en 1986, j’ai continué à travailler dans le secteur de la contraception masculine. En fait, à cause de mon implication sur le terrain, j’ai été invitée en 1989 à faire partie du Groupe de travail sur les méthodes contraceptives masculines de l’Organisation internationale de la santé ( OMS ) créé par J. M. Bedford et collègues en 1974. J’ai travaillé comme consultant de l’OMS 15 ans, participant tout bonnement non seulement à l’estimation de beaucoup de projets du dans le monde, et par dessus le marché à des présentations dans d’une multitude de pays à forte population comme la Thaïlande, l’Indonésie, l’Inde, la Chine, le Zimbabwe, etc. nnLes prospects avec les colonies de ces pays et mon travail actif à l’OMS m’ont pleinement convaincu de la nécessité de l’implication des hommes dans la planification de famille et, en conséquence, de la nécessité de dernieres nouvelles alternatives masculines. Alors que je faisais partie du comité de l’OMS, j’ai été invitée à faire partie du comité technique et consultatif ( TAC ) du CONRAD ( Contraception Research and Development ) qui avait pour but de réaliser des méthodes contraceptives masculines et effeminées et, là encore, j’ai travaillé avec cette agence largement plus de 12 ans. nnJe travaille sur le terrain depuis près de 35 ans et je suis pleinement convaincue que le développement d’un plus grand volume d’options contraceptives est fondamental pour éviter le nombre élevé de filles et de décès d’enfants dans le monde entier. par ailleurs, alors qu’une méthode féminine peut éviter la grossesse de la femme utilisant ce contraceptif, une méthode masculine peut empêcher la grossesse de toutes les femmes interagissant avec l’homme utilisant la méthode contraceptive, ce qui a donc un effet plus important que les solutions effeminées. nnEn quoi le domaine a-t-il évolué à partir du moment où vous avez commencé à y bosser jusqu’à aujourd’hui ? nCe que j’ai vu pendant toutes ces années, c’est une parfaite l’abaissement de l’intérêt pour le développement de la contraception masculine de la part des organisations ainsi que des entreprises/industries. Je crois que ce manque d’utilité est dû aux multiples difficultés rencontrées dans le développement de la contraception masculine liées à la fois a ) aux caractéristiques intrinsèques de la physiologie masculine ( c’est-à-dire comment avoir une bonne méthode sans interférer avec la libido masculine ou sans générer trop d’effets secondaires tolérés par les femmes mais pas les hommes ) et b ) aux nombreuses années d’investissement financier sans obtenir une méthode en vente libre. En ce sens, MCI devient un nouvel espoir important après tant d’années de manque de soutien dans cette activité. nnSelon vous, quels sont les plus grands challenges qui affectent la contraception en général et la contraception masculine surtout ? nÀ mon avis, l’un des plus grands défis de la contraception en général est l’éducation, c’est-à-dire l’information des femmes et des mecs sur les différentes options contraceptives déjà disponibles, notamment les jeunes dans les espaces de formation. nnEn ce qui concerne la contraception masculine surtout, je pense que l’un des défis est d’avoir une méthode qui n’interfère pas avec la libido masculine, qui ne produit pas d’effets secondaires visibles comme un rétrécissement testiculaire ou une diminution du volume de l’éjaculat, et qui ne produit aucun action secondaire plus général ( par exemple, acné, augmentation du cholestérol et du mal de tête ) que de nombreux offrent peu tolérés. nnJe pense que la plupart des sensations secondaires d’une méthode contraceptive féminine sont tolérés par les femmes car sans elle, elles pourraient tomber enceintes, ce qui est visiblement une conséquence pire dans l’équilibre terminal. Cependant, dans le cas des mecs, qui sont relativement à l’abri des problèmes directes de la grossesse, les impressions secondaires deviennent un problème plus important à lutter contre. C’est pour cette raison qu’elles offrent plus d’exigences que les femmes à cet égard. nnCes challenges et ces possibilités ont-ils évolué avec le temps ? Si oui, comment ? nJe pense que la société a beaucoup changé au cours des 20 recentes années sur la planète entier. Les emplois et les challenges qui étaient autrefois réservés aux femmes ou aux hommes sont désormais partagés par les deux. La contraception ne sera pas différente à cet égard, surtout en raison d’un grand changement dans les droits des femmes. nnQuels sont vos espoirs pour la postérité proche et proche de la contraception masculine ? nJe suis certaine que dans un avenir près, les techniques masculines deviendront totalement acceptables par l’ensemble de la compagnie et que nous devons simplement offrir plus de possibilités aux hommes pour leur permettre de s’engager activement dans la planification de famille. J’envisage autant des méthodes ‘ unisexes ‘ qui peuvent être utilisées par les hommes et les femmes sur la base d’un blocage spécifique de la fonctionnalité des spermatozoïdes dans le tractus génital coté masculin ou féminin. d’un autre côté, nous pouvons prendre en compte une méthode contraceptive péricoïdale qui s’utilise juste avant les rapports hot. conclure, et idéalement, nous pourrions penser à une méthode contraceptive qui préviendrait à la fois la fertilité et les maladies infectieuses. nnQue faudra-t-il pour qu’ils deviennent réalité ? nComme on le sait déjà, nous avons besoin de plus de financement dans le secteur de la contraception masculine pour amener plus de chercheurs impliqués dans le domaine et pour augmenter les probabilités d’obtenir une méthode masculine bonne, fiable, acceptable et accessible. Cependant, même lorsque nous réussissons à réaliser de dernieres nouvelles méthodes masculines, nous avons encore besoin de plus d’éducation sexuelle pour expliquer aux personnes, notamment aux jeunes, la nécessité d’utiliser des solutions contraceptives, ainsi que la façon de les utiliser. Avoir une nouvelle méthode est une condition nécessaire, mais cela ne suffit pas : nous aurons besoin d’une société qui inclut la nécessité d’employer la contraception, y compris les solutions déjà disponibles. nnExiste-t-il des obstacles pour les empêcher de se concrétiser ? nJe pense que l’un des grands obstacles qui les empêchent de se concrétiser est l’absence de sensibilisation des personnes au rôle clé de la contraception pour la santé humaine et, évidemment, le manque d’engagement des gouvernements partout sur la planète, ce qui se reflète en fin de compte dans le faible financement public dans cette activité. La contraception n’est pas aussi rentable que le Viagra ou les médicaments anticancéreux, et pour cela, les entreprises et les industries ne sont pas aussi intéressées à investir dans de toutes nouvelles solutions contraceptives. L’engagement et le financement sont donc les principaux obstacles. nnVeuillez donner toute anecdote tirée de votre expérience de travail dans le secteur. nEn 2005, j’ai été conviée par l’American Society of Andrology ( ASA ) à donner une conférence à Séoul, en Corée, sur les femmes et la technique dans les pays en développement, tandis qu’une chercheuse américaine allait donner une conférence sur les femmes dans les pays développés. Il m’a fallu beaucoup de temps pour préparer ce discours de 25 minutes. J’ai lu beaucoup de produits et j’ai pris conscience d’une multitude de problèmes comme le plafond de vitrage pour les femmes, la canalisation qui fuit ( toutes les femmes qui abandonnent et quittent leur carrière ), la pyramide ( beaucoup de meufs pour les emplois communs à l’origine de la pyramide et seulement quelques pour les meilleurs emplois dans le haut ), etc. nnDe plus, j’ai aussi pris conscience de beaucoup de aspects de moi-même auxquels je n’avais jamais prêté attention auparavant. Par exemple, que j’avais fait un post-doc des NIH aux USA en 1984, accompagné de mon mari, quelque chose de pleinement inhabituel au sein de notre pays où les femmes accompagnaient les hommes. Aussi, que j’étais devenue l’une des rares femmes du comité de l’OMS, que j’avais parcouru le monde en faisant mes petits enfants avec mon mari, une autre chose inhabituelle pour les femmes, et enfin, que j’avais travaillé toutes ces années dans un secteur de la santé très spécifique comme la contraception masculine. Je n’avais jamais réalisé que j’avais lutté pour les droits des femmes dans chacune de ces actions et décisions et que mon travail en contraception masculine faisait partie de cette bataille pour les droits des femmes. nnAussi, depuis que j’ai commencé à bosser dans le secteur de la contraception masculine il y a 35 ans, j’ai pratiqué à quel point les gens sont emballés par ce secteur. Il est très commun que dès que je commence à parler de mon travail dans une réunion sociale, les gens se regroupent autour de moi et commencent à poser beaucoup de questions et à faire des remarques. Bien sûr, je reçois toujours beaucoup de soutien pour mon travail de la part de femmes qui sont prêtes à avoir une méthode masculine maintenant ou même dans quelques années pour éviter que leurs demoiselles utilisent des méthodes contraceptives pendant plus de 30 ans comme c’est le cas actuellement. Les sont très curieux vis-à-vis du champ mais expriment clairement leurs craintes vis-à-vis des effets secondaires et de la possibilité de dépenser de la puissance ou de la virilité. Quoi qu’il en soit, j’ai trouvé que la contraception masculine est un sujet fascinant pour tout le monde et en discuter a toujours été une expérience prodigieuse mais aussi un succès social. nn

    La contraception masculine – slip contraceptif

    Au cours des années passées, beaucoup d’entre nous ont vu des manchettes faisant référence au développement de médicaments contraceptifs pour hommes. Il paraît que depuis trop longtemps, les femmes portent seules le fardeau de la prévention de la grossesse, malgré le fait que l’accouchement exige deux parties pour avoir lieu. de plus, puisque les gentlemens sont fertiles à 100 % du temps, alors que les femmes ne le sont qu’environ le quart du temps de leur cycle menstruel, il semble un peu exagéré d’attribuer la responsabilité uniquement aux femmes, aux couples qui espèrent reporter leurs enfants. nnNatural Womanhood, Fertility Awareness Based Methods, Natural Family Planning, NFP, FABM, FAM, FAM, contrôle des naissances, effets secondaires, santé des femmes, santé reproductive, sensibilisation à la fertilité, santé masculine, contrôle des naissances, contraceptifs hormonaux, contraception hormonale, contraception masculine, contrôle des naissances, statut du contrôle des naissances coté masculin, efficacité du contrôle des naissances, givre, contraceptifs oraux masculins, pilule, contrôle des naissances, effets secondaires de la pilule, sensations secondaires sur une longue durée des pilules, santé, contrôle des naissances égalitairenIl s’avère que l’histoire du contrôle des naissances contient des tentatives pour trouver un contraceptif masculin. Un médecin qui prescrivait avec enthousiasme des contraceptifs hormonaux aux femmes dans les années 1960 a exploré la question après avoir été insatisfaite de voir les impressions secondaires de la contraception que les femmes éprouvaient. Ce qu’elle a découvert et documenté dans son livre The Bitter Pill de 1985, c’est que les contraceptifs oraux masculins avaient aussi des impressions secondaires désagréables. La seule différence est que la découverte de ces sensations secondaires a stoppé la mise au point de médicaments pour les hommes, alors que les médicaments pour les femmes continuent d’être largement prescrits. nnLa professeure Janet E. Smith l’explique dans son exposé très diffusé de 1994 sur la contraception : Pourquoi pas ? Commentant la façon dont le Dr Grant a constaté que la tentative de contraception masculine était au point mort, Smith explique : ‘ il y a une raison à cela. Dans le groupe d’étude des mâles, un mâle a eu un fin rétrécissement de ses testicules. Ainsi, tous les tests sur la pilule contraceptive masculine offrent été arrêtés, car c’est intolérable. Dans le groupe d’étude féminin, trois femmes sont mortes. ‘ Jeanette Flood a exposé cette dernière année à l’occasion de la Journée mondiale de la femme : ‘ Au cours des deux premières années d’un timbre contraceptif pour les femmes, au minimum six femmes sont mortes, sans doute plus. Pourquoi est-ce acceptable ? ‘ C’est une bonne question. nnUne histoire malheureusenPlus nous en apprenons sur l’histoire de la mise en marché des contraceptifs hormonaux féminins, plus nous entendons parler d’effets secondaires chez les femmes qui sont brossées sous le tapis. Le n° de mai 2019 de Scientific American décrit les premiers essais de recherche qui ont mené à la première pilule contraceptive sur le marché. Comme Madeleine Coyne l’a documenté à Natural Womanhood plus tôt cette saison : nnDans le premier essai à grande échelle, approuvé par la FDA, de contraception hormonale, 265 femmes portoricaines à faible revenu proposent été recrutées… et 22% des femmes offrent abandonné l’expérience après avoir subi des sensations secondaires indésirables. Comme l’écrit Virginia Sole-Smith dans Scientific American, ‘ Le directeur médical de l’étude a fait valoir que la pilule ‘ provoquait trop de commentaires secondaires pour être souvent acceptable ‘. cependant, a été mis sur le marché. ‘ nnC’est ainsi que le contrôle des naissances a été experimenté sur des femmes pauvres d’un autre pays sans leur consentement, leurs effets secondaires flagrants ayant été balayés. bien que la pilule soit célébrée comme une percée libératrice pour les femmes, Sole-Smith poursuit en expliquant : ‘ Mais la libération avait un prix. Vers la fin des années 1960, des personnes de tous les États-Unis offrent signalé les mêmes symptômes que ceux documentés pendant l’essai portoricain. Malgré de nombreuses reformulations au cours des décennies qui proposent suivi, les impressions secondaires demeurent un problème pour de multiples femmes sur la pilule ; les risques de cancer du sein, de caillots sanguins et d’accident vasculaire mental peuvent de plus être d’avantage élevés. ‘ nnLa recherche continue de la contraception masculinenEntre-temps, les discussions sur la conception d’une méthode contraceptive masculine se poursuivent. malgré que la contraception masculine n’ait pas encore fait son apparition sur le marché, elle est à l’étude depuis un certain temps et, à quelques mois d’intervalle, un produit sur ses progrès naissants apparaît dans les fils de dernieres nouvelles. nnFin 2018, les chercheurs offrent donné le coup d’envoi d’un essai pour un givre topique contraceptif coté masculin. Le gel est simple : il combine progestatif et testostérone pour réduire le volume de spermatozoïdes. ‘ au moment où progestatif est exploité seul chez les hommes, explique-t-on dans les rapports, il diminue le nombre de spermatozoïdes et fait baisser le taux de testostérone, ce qui peut entraîner des impressions secondaires indésirables comme l’acné, la prise de poids et une diminution de la libido. Donc l’ajout de testostérone est consacré à contrecarrer ces effets tout en laissant un nombre de spermatozoïdes effroyablement bas. ‘ il faut plus d’une décennie, et le procès lui-même ne devrait pas être accompli avant 2022. Une version masculine de la pilule qui marche selon le même idée est aussi en cours d’élaboration. nnCependant, malgré la simplicité et la prétendue sécurité de ce gel, des analyses ont montré que les gentlemens sont réticents à l’utiliser. Selon un article semblé dans The Wire, ‘ Le sentiment le plus commun pourrait être l’apathie – un sentiment de complaisance car ce sont les femmes qui dirigent l’exposition contraceptive. ‘ nn ‘ Jonathan Eig, l’auteur de The Birth of the Pill, a déclaré : ‘ Il n’y a pas réellement d’adhésion quand il s’agit de gars qui prennent la responsabilité de la contraception. ‘ La pilule connaît un tel succès financier qu’il n’y a peu d’incitation pour les chercheurs à analyser de dernieres nouvelles formes de contraception pour les hommes non plus. ‘ nnDe plus, selon Christina Chung-Lun Wang, chercheuse à Los Angeles Biomed et l’une des principales chercheuses sur le givre, ‘ la fabrication industirelle pharmaceutique n’a aucun intérêt à financer de toutes nouvelles solutions de contraception qui ciblent les gentlemens ‘. nnLes chercheurs s’inquiètent des effets secondaires de la contraception chez les hommes qui sont révélés par les informations sur l’innocuité, notant des taux de cholestérol plus élevés chez les participantes à l’essai de contraception orale, et des risques pour les gentlemens plus âgés qui veulent utiliser la pilule. nnLa solution est juste devant nousnIl se trouve qu’il existe une méthode contraceptive qui inclut la participation des mecs. En fait, pour être infaillible, elle recommande la participation mutuelle des femmes et des hommes. Cette méthode n’exige pas de médicaments hormonaux qui suppriment leur fertilité ou générent des effets secondaires pour les deux parties. toute cette transformation et bien d’autres choses encore sont possibles avec les techniques modernes de planification familiale naturelle renommées sous le nom de méthodes fondées sur la connaissance de la fécondité ( FABM ). nnCes techniques naturelles de contraception ont non seulement prouvé leur efficacité similaire à celle des contraceptifs pharmaceutiques, mais elles n’ont aucun effet secondaire sur la contraception et ne montrent aucun risque pour le système reproducteur de la femme. Pour les femmes qui essaient de réduire les douleurs menstruelles ou d’autres symptômes menstruels, ils permettent aux femmes d’identifier naturellement les déséquilibres hormonaux et de les traiter avec l’utilisation d’un professionnel médical. Rien ne peut être plus favorable à la santé des femmes. nnComme le souligne Jeannette Flood, c’est la forme la plus équitable de planification familiale pour les hommes et les femmes : nnNous devrions insister sur le ‘ respect de la reproduction ‘ des femmes de la même manière que celui dont bénéficient les hommes depuis longtemps. Le respect qui dit : ‘ Tout comme je ne risquerais pas de rétrécir ou d’avoir des impressions secondaires désagréables, et d’autant plus de courir le risque des blessures physiques ou la mort pour moi-même, évidemment, je ne vois pas la nécessité de que ma femme, ma fille, ma sœur ou une autre femme risque ou subisse des blessures physiques ‘. Un tel respect reconnaîtrait que le contentement et la facilité ne l’emportent pas sur le bien-être des femmes. Un respect égal en matière de duplication ferait s’effacer les contraceptifs chimiques aussi bien pour les femmes que pour les gentlemens. nnEspérons que nous pourrons traiter les contraceptifs hormonaux féminins avec le même scepticisme que les contraceptifs masculins. J’espère autant qu’au lieu d’exposer les femmes et les gentlemens à toute une ligne de formules chimiques visant à prévenir les grossesses, les hommes et les femmes pourront mieux aimer et appréhender les cheminement naturels de notre corps et encourager les sexes à bosser ensemble à la planification familiale, surtout qu’au détriment de la santé des autres.

    La contraception masculine – contraception masculine

    3 méthodes de commencer une conversation sur la contraception masculinenIl peut être difficile d’entamer une conversation sur la contraception. Mais tandis la conversation prend du retard, nous serons contents de vous aider en vous offrant trois splendides méthodes d’aborder un sujet qui ne manquera pas d’animer la discussion. nn1 – Mettez l’embarras de côté. nnIl n’y a pas besoin d’être embarrassé. La contraception est un sujet normal dans le monde d’aujourd’hui. Près de 98 % des femmes sexuellement actives proposent pris une forme quelconque de contraception, et plus de 60 % de toutes les femmes emploient actuellement la contraception. Les conversations sur le contrôle des naissances dissipent les mythes et encouragent les autres à se renseigner sur les possibilités de la planification familiale. nn2 – Économiser l’argent des contribuablesnIl y a d’énormes possibilités financiers à la contraception pour nous tous, contribuables ET pour l’individu qui utilise la contraception. Pour chaque dollar investi dans la planification de famille, les contribuables économisent près de quatre fois plus en bout de ligne. nnEt pour tout femme qui utilise la contraception, une famille économise vraiment. Considérez si nous avions des possibilités de contraception masculine – nous pourrions doubler notre résultat. Plus de la moitié des mecs interrogés utiliseraient une nouvelle méthode contraceptive éventuelle, et les femmes proposent déclaré en très grande majorité qu’elles feraient confiance à leur partenaire pour réaliser de la contraception. nn3 – C’est important pour VOUS. nLes raisons d’appuyer la contraception masculine sont aussi différentes que les personnes qui le font. Certains l’observent comme plate-forme pour l’égalité des sexes. D’autres y voient un choix de faire s’améliorer la planification familiale et la recherche géolocalisée scientifique. Nous connaissons des gens qui veulent que les alternatives contraceptives masculines aient un impact sur le changement climatique. Et évidemment, beaucoup de gars veulent s’impliquer dans la conversation sur la duplication. nnPeu importe votre raison, le fait d’entamer une conversation sur l’importance de la contraception masculine soutient transmettre le mot et à bâtir un avenir prometteur.

    La contraception masculine – contraception masculine

    À le moteur de recherche de Katharine McCormicknVous êtes-vous déjà demandé pourquoi la pilule contraceptive existe ? nnNaturellement, il y avait de grands spécialistes derrière la pilule. Des gens comme John Rock et Gregory Pincus avaient d’air et les compétences spécialistes pour y parvenir. Et il y avait Margaret Sanger qui a rassemblé tout le monde. Sanger était en quelque sorte un porte-parole et un expert du réseautage. nnLes personnes intelligentes ayant de splendides idées dans le secteur de l’innovation contraceptive offrent pas souvent été en volume insuffisant. Toutefois, ce qui fait défaut, c’est le soutien philanthropique. La mise au point de médicaments coûte assez cher. nnLe développement d’un médicament n’a rien à voir avec les autres inventions. Dans le cas d’un médicament, vous devez prouver que votre idée fonctionne, puis vous travaillez sur ce qu’on appelle un composé principal. Il s’agit d’une version du médicament qui est plus sélective et qui ne fait que ( ou surtout ) ce que vous voulez qu’il fasse. de même, vous soumettez le médicament à des contrôles toxicologiques pour vous assurer qu’il ne fait de mal à personne. nnAprès tous ces tests, dont la majorité sur les rongeurs, puis sur les primates, faut faire des tests sur les humains. Il comporte trois phases lors desquelles les expérimentateurs affinent le dosage approprié et testent progressivement des échantillons de personnes de plus en plus importants. tout cela se fait dans le cadre d’une réglementation stricte qui exige des personnes hautement qualifiées. Au bas de l’échelle des dépenses, il s’agit de plusieurs dizaines de millions de dollars. nnMaintenant, prenez tout ce coût et toute cette complexité, et stigmatisez-les avec le fait que votre drogue aide les gens à avoir des relations sexuelles sans avoir d’enfants. C’est la barrière que Katharine McCormick a surmontée lorsqu’elle a financé seule la pilule. Katharine McCormick. C’est elle qu’il faut remercier. nnTout en remerciant McCormick pour la pilule, vous pouvez également la remercier pour les développements ultérieurs qui proposent découlé de la réussite de la pilule. Ces développements sont des approches comme Nexplanon, l’Ortho Evra Patch, Nuva Ring, et Depo-Provera. Si la pilule n’avait pas été financée au moment où elle l’a été, tout le monde devinerait combien de années nous aurions attendu pour tout cela. nnnnMcCormick, comme vous pouvez l’imaginer, avait un passé avantageux. Entre 1937 et 1947, elle a hérité de sa mère, et ensuite de son mari, une richesse non négligable, des centaines de millions de dollars. Elle était également intelligente, l’une des premières femmes à obtenir un diplôme en sciences du MIT. le temps que McCormick rencontre Sanger, elle était déjà à votre aise de donner. Elle avait fait une capacité à la Harvard Medical School et financé un dortoir pour femmes au MIT, permettant ainsi à un plus grand volume de femmes d’accéder à des secteurs scientifiques. McCormick a aussi participé activement au mouvement pour le droit de vote des femmes. Elle a occupé plusieurs postes d’officier pour le National American Woman Suffrage et plus tard pour la League of Women Voters. nnMcCormick est décédée sept ans après l’approbation de la pilule par la FDA en 1960, après avoir vécu dans les années pour voir son succès. Mais la contraception pour les femmes n’était pas la seule chose à laquelle elle pensait. McCormick a financé les travaux de Gregory Pincus en 1957, travaillant explicitement pour la contraception masculine. Elle a clairement apprécié la valeur des options contraceptives plus efficaces pour les hommes aux côtés des femmes. , l’approche hormonale de Pincus a suivi les progestatifs employés, ce qui s’est avéré trop difficile à l’époque. Les possibilités de Pincus étaient limitées puisque les approches tout bonnement non hormonales développées aujourd’hui n’avaient pas encore été inventées. nnMcCormick a dans son rêve de permettre aux femmes de contrôler leur fertilité. Mais 50 ans après le financement initial de la recherche interne sur la contraception masculine, rien ne s’est passé. Et comme tous ceux qui accompagnent notre travail au MCI le savent, ce n’est pas par manque de pistes envisageables. nnOù est notre Catherine McCormick d’aujourd’hui ? nnLe suspect le plus possible, Bill Gates, n’est plus là. Il n’a montré aucun intérêt pour la contraception masculine jusqu’à . Mais le listing des super riches s’étend outre Gates, et le récapitulatif n’est pas courte. nnIl est clair que la société bénéficierait d’un meilleur contraceptif masculin. Mais quel pourrait être l’attrait pour quelqu’un qui a connu un grand succès financier ? Ceux qui ont accumulé une grande richesse offrent une variété inimaginable de choix. L’un d’entre eux prends d’avoir un effet gros sur le monde qui les entoure. nnÎle Rang Yai, Philippines ( 160 M$ ) nÎle Rang Yai, Philippines ( 160 M$ ) nnIl y a des méthodes plus satisfaisantes de dépenser une fortune que de collectionner des yachts et des avions à réaction, ou même une île ou deux. Imaginez en l’occurence que vous entriez dans l’histoire comme la personne qui a évolué le statu quo en terme de contraception. Imaginez que vous avez la responsabilité d’aider des 000 000 000 de personnes à mieux planifier leur famille et leur avenir. Vous allégeriez le fardeau contraceptif unilatéral supporté par les femmes. Simultanément, vous donneriez aux les moyens de mieux gérer leur propre fertilité. nnLes grandes sociétés pharmaceutiques craignent les responsabilités liées à l’élaboration de médicaments pour les individus en bonne santé. Ils ne sont pas intéressés. Mais y a des compagnies pharmaceutiques sans but lucratif qui, avec un financement adéquat, sont en mesure de faire passer les solutions des chercheurs du laboratoire au marché. Par exemple, Medicines 360 a fait ses preuves tout bonnement non seulement en lançant un nouveau DIU sur le marché, mais également en le rendant raisonnable. nnAvec le bon financement, il y a une route claire. nnLa mise au point d’un nouveau contraceptif coté masculin ferait sans l’ombre d’un doute plus qu’offrir une nouvelle méthode pour les hommes. Tout comme la pilule, elle déclencherait à tous les coups d’autres progrès dans le secteur de la contraception, ce qui mènerait à des alternatives véritablement énergiques. Pensez à un patch mâle ou à une méthode qui évite toute erreur de confidentialité comme un dispositif implantaire. nnC’est un monde passionnant qu’il faut installer – un monde clairement meilleur. Pour l’instant, on ne sait pas qui devra être la prochaine Katharine McCormick. Mais qui que soit cette personne, elle aura un héritage solide.